Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 21:44

http://rogergaraudy.blogspot.com/2011/09/theologies-de-la-liberation-communautes.html

Plaidoyer

pour une théologie de libération musulmane


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 29 Décembre 2011 - 13:05 Que pensez-vous de l 'islam ?

Samedi 24 Décembre 2011 - 13:25 noël ou les marchands du temple


En clair : une théologie de libération musulmane est nécessaire pour se prémunir de toute velléité hégémonique sur les musulmans que celle-ci soit interne ou externe. Sans l’élaboration de cette dernière, l’héritage de mille ans d’autoritarisme finira inexorablement par prendre le dessus sur toute volonté d’émancipation des masses musulmanes.

  Notez


Cide
Mercredi 4 Janvier 2012


Plaidoyer pour une théologie de libération musulmane

Au départ, l’islam fut une Révolution. La plus grande que l’Humanité ait connu. Une révolution qui, en si peu de temps, a tout balayé sur son chemin.
Il a combattu avec grand succès le mode des croyances et des vies ainsi que toutes les néfastes traditions héritées et enfouies dans le subconscient des Arabes en général et des Quraychites en particulier.

Ainsi, l’islam s’est attaqué à tout ce qui est répréhensible chez les autres peuples de la terre. Il a, en effet, reproché aux Perses d’adorer le feu, aux Hindous de pratiquer l’idolâtrie, aux Chrétiens d’ériger en dieu Jésus et sa mère.
Bref, quand l’islam passait par une contrée, il change tout sur son passage. Autant dire que la profession de foi musulmane : il n’y a de Dieu que Dieu est, plus qu’une conviction religieuse, un cri révolutionnaire défiant toute force qui, ivre de sa puissance, décide d’assujettir les hommes à son bon vouloir.
En mieux, l’islam a conditionné sa pratique réelle par une absolue égalité entre les hommes devant ce Dieu qui pardonne tout sauf de se prendre pour Lui. Ce fut ainsi à son grand époque, celle de son Prophète et ses Compagnons devenus plus tard ses Khalifes bien guidés. Puis, la gouvernance, la mauvaise, s’en est mêlée.
Rois et princes se sont ingéniés afin de se distinguer des autres musulmans sous leurs responsabilisés. De titres élogieux frôlant, souvent, la mécréance, aux pompeuses apparences de majesté et grandeur dignes des Césars de Rome en passant par une permissivité sans borne, les nouvelles castes qui, par le feu et le sang, régnaient sur le monde musulman ont par leurs agissements rendu caduque tous les fondamentaux de l’islam. Il faut dire que, entre temps, ils furent confortés dans leur démence de grandeur par nombreux Lettrés musulmans plus soucieux de leur confort individuelle que de leur fidélité aux principes islamiques qui, pourtant, prétendent servir. Ces derniers se sont même ingéniés pour sacraliser tous les caprices de leurs princes protecteurs. Et ce, souvent, au détriment des principes inaliénables de la jurisprudence islamique, notamment tout son corpus traitant des questions essentielles comme la justice sociale ou le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. De l’émancipation sociopolitique, en somme.
Et c’est ainsi qu’un islam parallèle s’est fortement développé au point de prendre le dessus sur l’islam d’origine qui, lui, ne badinait pas avec les injustice et ses dépendances.
En fait, cet islam dit officiel s’est avéré une véritable épine dans les pieds des musulmans sur plus de 13 siècles. Cette épine les a empêchés d’avancer par un rythme suffisamment soutenu afin de ne pas régresser dans la marche de la civilisation humaine.
Et, malheureusement, les conséquences furent désastreuses. Ignorances, superstitions, répressions et assujettissements ; bref le quotidien vécu aujourd’hui dans presque toutes les sociétés majoritairement musulmanes.
Seulement, ces dites sociétés poussées au tréfonds de leur humanité, ont fini par se rebeller et braver la peur des despotes qui règnent sur elles en maitre ainsi que les fatwas de complaisance que, sur mesure, leurs tricotent leur islam officiel et ses représentants devenus les fossoyeurs premiers de valeurs et principes islamiques.


Cependant, force est de reconnaitre que certains érudits notoires ont fait exception de cette règle millénaire. On peut en citer par exemple pour le monde musulman le Cheikh Qaradawi du Qatar ou le Cheikh Dedew de la Mauritanie qui, eux, ont dès le début des insurrections dans le monde arabe pris fait et cause pour les peuples contre leur dirigeant. On peut en citer aussi pour l’Occident le Professeur Tariq Ramadan qui, suprême honneur pour l’homme, est interdit de séjours dans la majorité de ces pays “despotiquement très islamiques“.
Quoi qu’il en soit ces exemples-ci, bien qu’ils soient encourageants, restent du moins insuffisants pour contrer une machine de sape de la volonté populaire mise en marche depuis 13 siècles dans le monde musulman, versets et hadiths maniables à volonté à l’appui. Machine dont le seul but est de tuer dans l’œuf toute légitime mobilisation populaire contre la tyrannie d’un despote obscurantiste et destructeur.
Et c’est ici qu’un grand travail est nécessaire pour élaborer en toute urgence un corpus juridique islamique renforçant les musulmans dans leurs droits essentiels et combattant, texte en renfort, l’islam officiel dont la complaisance est, certes entre autres, origine de la régression historique de l’aire musulmane sur ses semblables de par le monde, l’Occident en premier.
En clair : une théologie de libération musulmane est nécessaire pour se prémunir de toute velléité hégémonique sur les musulmans que celle-ci soit interne ou externe. Sans l’élaboration de cette dernière, l’héritage de mille ans d’autoritarisme finira inexorablement par prendre le dessus sur toute volonté d’émancipation des masses musulmanes.
En vérité, le rôle premier des érudits du monde musulman consiste maintenant à accompagner cet élan de liberté que vit le monde arabe par un autre religieux et spirituel le renforçant et le légitimant. Il leur revient, en somme, d’être en synchronisation avec leurs peuples, autrement ils seront dépassés par les événements et laissés à la traine de la marche de leurs sociétés comme ce fut le cas pour l’église catholique durant la Révolution française. Cette dernière option est la pire qui peut se produire, à la fois, pour l’islam comme pour les musulmans et, Dieu merci, ils y en a qui ont, parait-il, compris cela.

 

http://www.alterinfo.net/Plaidoyer-pour-une-theologie-de-liberation-musulmane_a69049.html

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Opinion ou témoignage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche