Une fois de plus les peuples vont se saigner pour renflouer les banques à qui l’on ne demande rien de sérieux. Pas de véritable encadrement des bonus, pas de séparation des activités commerciales et financières. Rien, toujours rien.

Dans le cas de l’Irlande, l’Union européenne n’exige même pas un relèvement de la fiscalité sur les sociétés. Les contribuables allemands, français et autres vont donc subventionner indirectement la tête de pont du dumping fiscal.

 

Enfin, comme toujours ce plan ne servira pas à grand-chose car s’il permet d’éviter la crise de liquidité, il n’empêchera en rien la crise de solvabilité.

Les économies grecques, portugaises, espagnoles, irlandaises auraient surtout besoin d’une bonne dévaluation (ce qui reviendrait à une réévaluation de la monnaie allemande), leur permettant de relancer leurs exportations, de diminuer leurs importations et ainsi de corriger à la source leurs déficits commerciaux et budgétaires.

 

Ces dévaluations sont bien sûr impossibles sans sortir de l’euro. C’est donc par la déflation et le chômage de masse, que se fera malheureusement l’ajustement ... jusqu’aux troubles sociaux, politiques qui feront exploser la zone euro. A moins que le système n’explose avant car si demain le Portugal, l’Espagne et la France n’arrivent plus à se refinancer sur les marchés, le fond de soutien ne suffira plus.

Le dogmatisme et l’inconscience des dirigeants de la zone euro les rendent aveugles. Il faut ouvrir le débat sur l’avenir de la zone euro. Le grand silence et le refus du débat public sur l’injustice qu’il y a à imposer toujours plus de rigueur aux peuples pour sauver un système non réformé, n’aident pas à préparer dans l’ordre une réforme de la zone euro qui permettrait, comme je le propose, de retrouver des monnaies nationales fluctuant les unes par rapport aux autres tout en maintenant entre elles une coordination intelligente.

 

http://blog.nicolasdupontaignan.fr/post/Plan-de-sauvetage-de-l%E2%80%99Irlande-:-sont-ils-devenus-fous