Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 janvier 2011 5 07 /01 /janvier /2011 22:48

Un chauffage devant une fenêtre (AddyLaddy/Flickr).

« Pendant les fêtes, on est surtout restés dans la cuisine : on ne chauffait ainsi qu'une seule pièce. »

Un Noël à la campagne, sous la neige. Depuis quelques années, la maman de Laurence – une coiffeuse à la retraite – se chauffe beaucoup moins, à cause des prix sans cesse plus élevés du gaz.

« On restait près de la cheminée, avec nos gros pulls. Dans sa campagne en plein hiver, ce froid ambiant n'a fait que rendre l'atmosphère encore plus austère. »

Décembre 2010. Un des mois les plus froids jamais enregistré dans certains départements français. Ceux qui rognaient déjà sur les degrés par souci d'économie se sont retrouvés en ce début d'hiver contraints et forcés de supporter le froid pour ne pas voir leurs factures s'envoler.

Comme Ségolène qui, malgré une commande groupée de fioul à un prix négocié dans son hameau en pleine campagne, « râle quand on aère alors que les radiateurs fonctionnent » :

« J'ai toujours au moins une à deux polaires sur moi, malgré le fait que j'arrive à payer la livraison.

Si j'arrive encore à suivre, c'est pas le cas de potes de tous horizons qui rament pour payer le chauffage. Et quand ils arrivent à remplir la cuve, c'est la chaudière qui lâche. »

Et de fait, comme l'a étudié l'Insee, un ménage se chauffant au fioul – très courant à la campagne – dépense 28% de plus qu'un ménage identique se chauffant à l'électricité. Le chauffage au gaz occasionne, quant à lui, un surcoût de 5%.

Huit millions de Français en situation de précarité énergétique

Ne chauffer que certaines pièces, enfiler pulls et polaires pour ne pas augmenter ses dépenses de chauffage, ça vous concerne aussi ? Vous vous trouvez peut-être en situation de précarité énergétique.

Intégré dans la loi Grenelle II, ce concept britannique encore mal connu, y est pompeusement défini comme tel :

« Est en situation de précarité énergétique […] une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d'énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l'inadaptation de ses ressources ou de ses conditions d'habitat. »

Heureusement, Marie Roisan, chargée des questions de précarité énergétique au Comité de liaison des Energies renouvelables (Cler), simplifie un peu les choses :

« On dit qu'un ménage est en situation de précarité énergétique lorsqu'il éprouve des difficultés à se pourvoir en énergies du fait de sa situation financière et/ou de la qualité de son habitat.

Si le chauffage reste le principal poste de dépenses, il ne faut pas oublier les coûts liés à l'éclairage, l'eau chaude sanitaire ou la consommation des appareils électroménagers.

En France, cette situation concerne près de huit millions de personnes. » (Voir le sujet vidéo de France 2 sur précarité énergétique)



Au moins 10% de ses revenus consacrés au chauffage

Pour faire partie de ces millions de ménages français en situation de précarité énergétique, il faut qu'au moins 10% de vos revenus soient consacrés à l'achat d'énergie pour chauffer correctement votre logement.

Et cette nuance a toute son importance, comme l'explique Sandrine Buresi, directrice de l'association Gefosat :

« Il existe deux grands profils de personnes victimes de cette précarité. D'un côté, il y a toutes celles et ceux qui s'endettent afin de chauffer correctement leur habitation, à une température normale.

Et puis, il y a ces personnes qui, pour ne pas faire grimper la facture, limitent leurs dépenses en fioul, gaz et électricité. Mais qui, si elles devaient se chauffer à une température normale, dépenseraient aussi 10% de leurs revenus en chauffage.

Même si on les repère difficilement, ceux qui se sous-chauffent sont très nombreux. »

Et cette tendance risque de ne pas faiblir, notamment au regard de l'évolution du prix des énergies en France. Comme le montre ce graphique du ministère du Développement durable, leur coût n'a cessé d'augmenter de manière exponentielle depuis dix ans.

Le graphique du ministère du Développement durable.

Qualité du logement et prix de l'énergie, les autres leviers

Dès lors, quelles sont les solutions apportées par les pouvoirs publics à ce problème répandu ? Didier Chérel, ingénieur et responsable des questions de précarité énergétique au sein de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), propose ce détail :

« Il faut tenter d'agir sur les trois causes de cette précarité : le montant des revenus, la qualité du logement et le prix de l'énergie. Actuellement, il existe :

  • les fonds de solidarité pour le logement (FSL), qui représentent un aide financière, évaluée par les travailleurs sociaux, pour combler les impayés d'énergie ;
  • les tarifs sociaux pour l'électricité (TPN, uniquement chez EDF) ou le gaz (TSS). Mais ils doivent être redemandés chaque année. Pour le fioul, hormis deux hivers ayant bénéficié d'une “prime à la cuve”, il n'existe rien ;
  • un fonds d'Aide à la rénovation thermique (Fart), actif depuis septembre 2010. Il s'adresse uniquement aux propriétaires occupants à faibles ressources, pas encore aux locataires. Ce fonds propose une aide à la rénovation des habitats afin de mieux les isoler. »

Ces aides ont donc leurs limites. Pendant longtemps, le gouvernement ne considérait pas comme prioritaire cette question de la précarité face à l'énergie. Mais pour Didier Chérel, les choses changent. Lentement.

« La France ne s'est jamais préoccupée des risques sanitaires auxquels sont confrontés les gens qui se sous-chauffent.

En Angleterre par contre, différentes études ont montré un niveau de mortalité hivernale non négligeable au sein de ces populations. Des décès souvent liés à l'asthme, à des maladies pulmonaires et cardiovasculaires.

Il est temps de faire quelque chose. »

« N'hésitez pas à mettre un bonnet »

En attendant, pour ne pas monter le thermostat, chacun y va de son conseil. Le site Radins.com n'est d'ailleurs pas en reste. Extraits choisis :

« Pensez à fermer les volets dès que la nuit commence à tomber, ne les ouvrez même pas pour les pièces que vous n'utilisez pas […]. »

« Lorsque vous aérez, coupez le chauffage et aérez d'un coup en ouvrant les fenêtres en grand pendant deux ou trois minutes, plutôt que de laisser entrebâillé pendant un quart d'heure. »

« Coupez le chauffage dans les pièces inutilisées. »

« Pensez à adapter vos vêtements […] n'hésitez pas à mettre un bonnet sur la tête et à utiliser des gants, surtout les matins lorsque la maison est encore froide de la nuit. »

« Préparez-vous un thermos de thé chaud que vous buvez peu à peu. Ça réchauffe tellement bien que parfois je suis obligé d'enlever mon pull tellement j'ai chaud. »

Photo : un chauffage devant une fenêtre (AddyLaddy/Flickr).

Ailleurs sur le Web

 

http://eco.rue89.com/2011/01/06/precaires-energetiques-quand-se-chauffer-devient-un-luxe-183721?page=4#comment-2053669

 

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Populations sinistrées
commenter cet article

commentaires

eva R-sistons 08/01/2011 18:23



En avant la cheminée, le solaire, le sud ! eva



Laury 07/01/2011 23:39



Merci Eva d'avoir mis ce drame sur ton blog


Combien de locatairesvont devoir choisir entre payer le loyer et charge où l'énergie pour ce chauffer !!!


Pendent que GDF ,EDF, et bien d'autre du CAC 40 distribut des millions de bénéfices .



Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche