Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 01:31
Lu dans FAKIR du mois de décembre
Préparer l’après-Sarkozy
François RUFFIN

Pendant que la droite câline DSK, les socialistes se répartissent déjà les maroquins. Et nous ? On s’entraîne à faire dérailler l’histoire.

« La droite se décompose autour de Sarkozy… sa présence à l’Elysée empêche son camp de se trouver un champion éligible en 2012… si Sarkozy garde ses partisans, ils ne sont plus les plus nombreux… un président, qui dans l’esprit de beaucoup d’électeurs, ne devrait plus l’être… » Où lit-on ces lignes ? Dans L’Humanité ? Dans Politis ? Non : dans Valeurs actuelles, propriété de Dassault fils, plus à droite que Le Figaro magazine.

Quand j’ai aperçu cette trahison, mon sang de « Jeune Pop » n’a fait qu’un tour. J’ai décroché le téléphone et contacté la rédaction de Valeurs actuelles, laissé des messages à la rédaction et envoyé un courriel :

« Bonjour.

Jeune militant de l’UMP, je viens de lire l’éditorial de Stéphane Denis. C’est ce qui s’appelle abandonner le navire en pleine tempête. Nicolas Sarkozy mène une politique courageuse contre vents et marées, il chasse les Roms, il réforme les retraites, il a contre lui les syndicats, la gauche, les droits-de-l’hommistes, et vous, plutôt que de le soutenir dans cette bataille, vous commencez à nous raconter qu’il va perdre, qu’il n’est plus populaire, etc.

C’est le moment de se retrousser les manches et de soutenir le capitaine ! Pas de pleurnicher !

Un peu déçu par votre attitude, mais cordialement quand même… »

Heureusement qu’on est là, parfois, pour leur remonter les bretelles.

L’après-Sarkozy est ouvert, et même cette droite s’y prépare. Comment ? En optant pour la moins pire des solutions, pour le moins terrifiant des socialistes. « DSK, candidat fantôme » affichait en une la même édition de Valeurs actuelles (2 septembre)…

Les socialistes...

à Paris, dans un bistrot à côté de la gare de l’Est, je rapportais cet étonnant édito à un député européen socialiste. Lui revenait d’une session à Strasbourg, ses costumes dans un étui pendus au dos d’une chaise.

« Même la droite dure ne croit plus à son candidat, je lui disais, et elle pressent la victoire de la gauche pour 2012. Mais quelle gauche ?

– Qu’est-ce qui va se passer ?, il me souriait.

On va avoir Pierre Moscovici ou François Hollande à Bercy, au ministère de l’économie, et ils vont mener un plan d’austérité. Ce sont les vieux, les cramés, qui vont revenir, les Lang, les Peillon…

Ils se partagent déjà les portefeuilles. Ils se portent candidats aux primaires, mais pas vraiment pour la présidentielle : pour les ministères ! Pour se montrer, pour exister et bien se placer dans la course aux maroquins. » J’avais lu ça, déjà, dans une brève du Canard. Notamment que Vincent Peillon lorgnait sur l’éducation.

« L’aile gauche, elle, n’est pas mûre, Hamon est trop jeune, il n’est pas pris au sérieux. à la rigueur, ils lui fileront les Affaires sociales, et comme il se retrouvera sans un rond, on sera coincé. Et on perdra au prochain coup ! »

On hériterait alors d’une gauche très raisonnable, qui mènerait une politique très raisonnable, sans souffle, sans ambition, avec les félicitations de Bruxelles, du FMI, de Francfort.

à moins que…

La droite prépare l’après-Sarkozy. Les socialistes également, à leur manière. Nous aussi…

Certes, nous ne devons pas vendre la peau de cette bête politique avant de l’avoir tuée : l’homme du Fouquet’s a du ressort. Mais au-delà de cette mission, débarrasser la France de cette anomalie, pour nous, le plus difficile – et le plus stimulant – reste à faire : oeuvrer, dans nos syndicats, dans nos partis, dans nos entreprises, dans nos familles, pour qu’une éventuelle victoire politique de la gauche, ou d’une gauche, débouche sur de véritables conquêtes sociales. Pour que les services publics, l’école et l’hôpital en premier lieu, aujourd’hui sacrifiés, redeviennent des vecteurs d’égalité.

Pour que la justice fiscale s’impose, avec des impôts vraiment progressifs. Pour que l’écologie ne soit pas que le supplément d’âme de la croissance. Pour qu’un bras de fer soit entamé avec la Commission européenne, sur la libre circulation des capitaux, l’indépendance de la Banque centrale, la taxe carbone aux frontières, une dose de protectionnisme. Les chantiers à ouvrir sont nombreux, mais ils se ramènent tous à un seul : que notre pays sorte, pour de bon, d’une parenthèse libérale qui s’est ouverte dans les années 80. Et pour cela, de « bonnes idées » ne suffiront pas : il faudra des forces organisées pour l’exiger.

Nous voilà bien sérieux : c’est que l’espoir renaît. Qu’on aperçoit le bout du tunnel sarkozyste. Et que nous reviennent alors des responsabilités. Faire dérailler l’histoire, un peu, ce pouvoir qu’ils se refilent devant un peuple silencieux, résigné.

Au boulot ! .

François Ruffin

http://www.fakirpresse.info/article...


COMPLEMENT en trois questions :

L’équation politique du moment se résume, pour moi, en trois points.

1 -Nous débarrasserons-nous de Sarkozy et de sa clique par la rue ?

Sauf explosion miracle (mais mieux vaut ne pas compter sur les miracles), non : malgré une forte poussée, cet automne, le gouvernement n’a pas reculé sur les retraites, on est donc très loin de sortir le président hors de l’Elysée avec des piques au cul. Alors, on s’en débarrassera par les urnes.

2- La gauche de gauche sera-t-elle en état de l’emporter ?

Sauf basculement miracle (mais mieux vaut, etc.), non : qu’elle s’unisse déjà un peu, qu’elle cesse ses divisions stériles, qu’elle constitue un contrepoids à gauche du PS, qu’elle fasse élire quelques députés aux législatives, bref, qu’elle soit à la hauteur de la situation historique, et ce sera déjà énorme. Alors, que ça nous plaise ou non, c’est le candidat socialiste qui, au second tour, représentera l’alternative.

3- Peut-on compter sur les socialistes ?

Sauf illumination miracle (mais mieux vaut, etc.), on ne peut pas trop rêver de ça : que la bande à Aubry non seulement préservera nos acquis, mais nous accordera des conquêtes – sociales et écologiques. 1981, 1997, etc. nous l’ont appris, une élection ne suffit pas. Cette méfiance est générale chez les militants du pays. Alors, dès leur entrée en fonction, la rue – par des grèves, des blocages – devra pousser les ministres aux fesses. Leur mettre, d’entrée, le couteau sous la gorge.

Je n’aperçois guère d’autres chemins vers un mouvement, pas seulement défensif, mais offensif, victorieux. Avec un peu plus de bonheur à la clé.

F.R.


(Avec l’aimable autorisation de Fakir, bimestriel, 32 pages d’articles documentés et drôles, et de nombreux dessins. 3 euros.

"Fakir, journal fâché avec tout le monde ou presque". Pour un abonnement cadeau de Noël : contact@fakirpresse.info)

 

http://www.fakirpresse.info

article 12226  de legrandsoir.info

Laissez tomber les illusions, préparez vous à la lutte

Bifo (Franco Berardi)

Laissez tomber les illusions, préparez vous à la lutte

Ce qui est en train de se passer à Rome et dans beaucoup d’autres villes italiennes, ce qui s’est passé à Londres jeudi dernier pendant qu’un Parlement de traîtres votait pour la destruction de l’école publique, est le début d’une décennie nouvelle.

Ce sera une décennie de conflits et d’autodéfense de la part de la société, contre une classe dominante violente, corrompue, meurtrière, contre le capitalisme financier qui littéralement affame la société, contre la mafia qui occupe les places du pouvoir pour se partager les ressources produites par le travail.

L’énorme masse d’étudiants, chercheurs, citoyens, travailleurs qui se sont donné rendez-vous à Rome n’avait pas comme objectif de faire tomber un gouvernement de mafieux pour le remplacer avec un gouvernement d’exploiteurs et d’assassins.

L’objectif des mouvements est de détruire le pouvoir dans ses fondements, d’apporter le conflit en tout lieu, de déstabiliser sans cesse l’ordre de l’exploitation et de l’ignorance, de restituer son autonomie à la société, d’augmenter ses ressources.

Nous savons désormais que dans le puits noir du Parlement Italien siège une majorité d’individus vendus, corrompus. Le saint-père qui gouverne comme premier ministre les a achetés avec l’argent arraché aux travailleurs, à l’école, à la société dans son ensemble. Nous ne respecterons pas la loi des mafieux et des vendus. Partout nous apporterons la révolte, nous organiserons le besoin d’autonomie vis-à-vis du capital.

Les étudiants de Rome ont répondu comme l’ont fait les étudiants de Londres quelques jours auparavant : en occupant la ville, en défendant leur droit à manifester, en déclarant que l’insurrection européenne a commencé et va durer le temps qu’il le faudra.

Ça va durer. Ce n’est pas une explosion fugace, c’est une génération dans son ensemble qui se met debout, c’est la déclaration de l’autonomie de l’intelligence collective face à la putréfaction d’un système corrompu, violent, inculte et mourant.

C’est le changement du climat culturel qui annonce une décennie de conflit et de construction d’un monde affranchi de l’exploitation.

Bifo (Franco Berardi)

http://www.th-rough.eu/

http://www.cip-idf.org/article.php3...

Chronologie

 Prochaines journées d’action : en Grèce, le 17 décembre (appel à la grève des syndicats de base), en Grande-Bretagne le 18 (actions « anti-coupes »), en Italie le 20 et le 22 (vote définitif de la réforme universitaire Gelmini).

 17 décembre : Grèce : se défiant des syndicalistes bureaucrates, les syndicats de base appellent à une manif’ aujourd’hui. La participation massive à la grève générale a prouvé que les gens du pays sont lentement mais sûrement en train de trouver les réponses collectives à l’offensive en cours du capital et de l’Etat. Les syndicats de base appellent à une manifestation ce matin très tôt, à 5h30 à Athènes, en se moquant de la mauvaise volonté des syndicats bureaucratiques (GSEE et ADEDY) à appeler à une grève générale. Pendant ce temps, la grève des transports publique continue toute la semaine, et le syndicat des journalists a appelé à une grève de 24 heures aujourd’hui et demain. (Traduit de From the Greek streets.)

Hier soir, les marchés financiers ont accru leur pression sur l’Etat grec via l’agence de notation Moody’s qui menace de dégrader encore la note (déjà au rang de « poubelle ») de ses emprunts obligataires, et donc de faire payer encore plus cher la note (presse de Wall Street

Angleterre : 2 flyers des actions appelées par de multiples collectifs autonomes ( ?) à travers tout le pays (une cinquantaine de villes sur UKuncut.org).

http://www.ukuncut.org.uk/actions

http://rebellyon.info/Suivi-des-con...

URL de cet article 12258 legrandsoir.info

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche