Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2011 5 08 /07 /juillet /2011 03:38

http://2.bp.blogspot.com/-xrCbJ3TKFxk/TeU8gmQIDVI/AAAAAAAAPZw/329cTQgVJTU/s1600/grece-faillite.jpg

http://2.bp.blogspot.com/-xrCbJ3TKFxk/TeU8gmQIDVI/AAAAAAAAPZw/329cTQgVJTU/s1600/grece-faillite.jpg

Grèce : la faillite positive
Simone Wapler 

• Sinon, préparez-vous à la réquisition de votre épargne

 

Madame Lagarde vient d'être intronisée au FMI.

Je l'aime bien. Les étrangers la trouvent bien habillée, chic. C'est important pour une Française. Elle parle très bien l'anglais, ça nous change des vieux crabes franchouillards qui se promènent avec leur interprète en laisse lors des grands sommets internationaux. Elle manie aussi très bien le français avec des superbes expressions que je lui envie.

Ainsi, lorsque l'économie française déclinait, c'est-à-dire que le PIB baissait, elle a parlé de "croissance négative".

C'est beau, presque sublime. Jalouse, j'ai repris à mon compte cette superbe expression. Si pour parler de vos dettes, vous dites "richesse négative", ça en jette, non ?


Le premier dossier de madame Lagarde sera la Grèce. Un pays qui devrait être déclaré en "faillite positive".


Regardons les chiffres en face :


- Grèce mai 2010 : prêt de 110 milliards d'euros, taux d'environ 5%, remboursable sur 3 ans ;
- Grèce mars 2011 : prêt de 110 milliards d'euros, taux d'environ 4%, remboursable sur 7,5 ans ;
- 4 juillet 2011 : prêt de 110 milliards d'euros, avec 101 milliards d'euros d'intérêts payables sur 30 ans, si la croissance est supérieure à 2,5% par an...


Mmmmmmm, une durée de prêt qui s'allonge, avec un intérêt qui diminue cela s'appelle un défaut de paiement. Bref, une faillite. Mais dans le monde de l'économie de crédit et des brasseurs d'argent cela ne se dit pas. C'est un gros mot.


J'ai mis "environ" pour les taux car la Grèce emprunte (théoriquement) à taux variable. Il s'agit de l'Euribor (taux interbancaire ou taux auquel se prêtent les banques entre elles) majoré. On connaît les dégâts des emprunts à taux variables en période de taux bas. Pour les amnésiques, c'est l'origine même de la crise du crédit subprime.

Aujourd'hui, la pseudo-solution accouchée le 4 juillet ne va déjà plus. Elle avait pourtant l'avantage d'être à taux fixe (101 milliards d'euros d'intérêts). Mais les agences de notation n'avalent pas la couleuvre. Les Allemands font dans la légèreté et rouvrent le débat deux jours plus tard : il faudrait rajouter 90 milliards d'euros aux 110 milliards précédents selon le Wall Street Journal du 7 juillet.

"Les banques commencent à étudier d'autres scénarios pour la Grèce", nous précisent Les Echos, aujourd'hui 7 juillet. Toujours le même souci : le réaménagement ne doit pas pouvoir être qualifié de "défaut" par les agences de notation afin de ne pas actionner les assurances défauts, ces produits dérivés qui traînent un peu partout. Car serait alors déclenchée une cascade de faillites dans les banques.


Vous voulez un petit frisson supplémentaire ? Selon l'agence Moody's, les stress tests concluront que 26 banques (au lieu de 7 l'année dernière) sont en difficulté. Les scénarios n'envisagent PAS de faillite d'un Etat qui provoquerait pourtant un choc sur les marchés actions comparable à celui de Lehman Brothers en 2008.


On en reste à la finance Bisounours. On ne veut pas avouer que la crise du crédit souverain subprime est une crise de solvabilité des Etats. Tout comme en 2008, même après la faillite de Lehman Brothers, on ne voulait pas avouer que la crise du crédit subprime était une crise de solvabilité bancaire.


Maintenant, je vous garde le grand frisson pour la fin. Nous empruntons l'argent censé sauver des pays qui ne nous rembourseront jamais. Si jamais les prêteurs veulent des intérêts plus élevés, nous-mêmes ne pourront plus payer nos intérêts.


Les autorités auraient alors un recours ultime : réquisitionner votre épargne, celle qui est gentiment blottie dans vos contrats d'assurance-vie. On vous expliquera que c'est pour le bien de l'euro, de l'Europe, de la paix sociale, de la solidarité des peuples, de la civilisation, de l'humanité et de toutes ces choses qui font que vous n'êtes pas un bipède abject, avide, égoïste.


Cette théorie ne m'appartient pas. C'est celle du professeur Henri Regnault, de l'université de Pau dans son dernier Journal de Crise, et dont voici le sommaire.


LA CRISE, N°16, Juin 2011
Lettre plus ou moins trimestrielle, gratuite et sans abonnement !
Tous argentins : bienvenue au corralito !

 
Résumé : la dette souveraine n'est plus gérable en mode "marché", elle va passer en mode "administré". Cela ne sera pas sans conséquence pour votre épargne, mais s'il n'y avait que ça... ce ne serait pas si grave !


1. Plan vigidette : alerte écarlate p.4
2. Changer les règles du jeu pour éviter l'effondrement systémique p.6
3. Et mes sous dans tout ça : tous argentins, bienvenue au corralito ! p.8
4. Le coin de l'intello : de la détermination en dernière instance p.10.

Bienvenue, Madame Lagarde, dans la Crise 2, celle du crédit souverain subprime. Celle où il vous faut sauver les sauveteurs. Mais les sauvés (les banques) n'ont plus les moyens de porter secours à leurs anciens sauveteurs (les Etats surendettés).


Je vous l'accorde, c'est bien embêtant et ça décoiffe un peu. Mais vous avez promis aux pays émergents de ne pas être partiale avec notre charmante vieille Europe un peu ravagée.


Alors, madame Lagarde, que diriez-vous d'une petite "faillite positive" ? Juste pour assainir tout ça et ne pas augmenter notre "richesse négative"...

 

Pour aller plus loin : une valeur à abandonner très vite et le cybercrime :

 
- Les titres bancaires se sont brièvement repris après l'annonce des dernières mesures d'austérités votées par la Grèce. Notre recommandation, surveillez les rebonds du secteur pour vous débarrasser des valeurs bancaires qui vous restent. Dans le dernier MoneyWeek, Denis Sarget vous conseille de vendre un bancassureur très exposé aux maillons faibles de l'Europe.

- Le cybercrime... si vous avez fait des achats sur Internet ou si tout simplement vous avez un mail, vous savez que les pirates informatiques multiplient leurs attaques ces derniers temps.

Et les victimes ne sont pas que des particuliers : Sony, Google, le FMI, la CIA et Bercy ont été victimes de pirates du Net...


Heureusement, la lutte contre la cybercriminalité s'organise. Une bonne occasion pour vous de mettre en portefeuille deux pépites d'un marché en très forte expansion. A découvrir dans le dernier MoneyWeek.

 

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche