Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 00:05

Dernière mn :

 

Une unité américaine de guerre psychologique aurait pour but de démoraliser la population et l'armée syrienne... (La voix de la R.I. d'Iran)

 

----------------------

 

Comment la propagande pro-guerre contre la Syrie évolue-t-elle ?

Syrie : Des « massacres épouvantables » aux « armes chimiques »…et l’Iran.

Komla KPOGLI
img_grey_font_scale_less.gifimg_grey_font_scale_none.gifimg_grey_font_scale.gif

La propagande médiatique a changé et a pris un nouveau cap sur la Syrie. Après des slogans : « des massacres contre son propre peuple », « des massacres épouvantables de Bachar Al-Assad » et toutes ces choses non vues mais criées et répétées qui n’ont pas (encore) réussi à bouger la position de la Russie et de la Chine, voici venu l’heure des « armes chimiques ». Les chiffres macabres avancés et distillés depuis Londres par l’OSDH, l’agence de presse et officier du registre mortuaire des « insurgés-rebelles-révolutionnaires » pupilles de l’Occident, se présentant comme une organisation de défense des droits de l’Homme, n’auront donc pas suffi pour obtenir des « bombardements justes et humanitaires » sur la Syrie. Les outrances mensongères de Laurent Fabius, de Hillary Clinton et autres petits tireurs d’élite médiatico-intellectuels n’auront pu réussir, pour le moment en tout cas, à obtenir de la Russie et de la Chine ne serait-ce qu’un fléchissement. Il faut donc monter d’un cran le matraquage et trouver plus grave que les massacres. Et qui s’en est chargé ? Le sous-lieutenant, l’Etat mercenaire par excellence des Etats-Unis et de ses alliés au Moyen-Orient : Israël.

Constatant la persistance de la fermeté sino-russe face à toutes les ruses et autres pièges savamment enrobés dans le tissu troué des projets de résolution ou des contacts diplomatiques nocturnes, la question des « armes chimiques » détenues par la Syrie revient subitement au devant de la scène. Le mode opératoire est digne d’intérêt : le 20 juillet 2012, Ehoud Barak, le ministre israélien de la Défense, effectuant une tournée d’inspection sur le plateau du Golan à la frontière avec la Syrie, a clairement laissé entendre que « l’armée israélienne ne permettrait en aucun cas le transfert d’armes de destruction massive syriennes. L’Etat d’Israël ne peut accepter le transfert d’armes de pointe de la Syrie au Liban. Nous surveillons étroitement (...) le Hezbollah qui pourrait essayer de tirer avantage de la situation…Il n’est pas approprié d’en dire plus pour le moment sur quand nous allons agir, comment nous agirons, ou si vraiment nous agirons. Nous suivons tout cela de très près ». Voilà la naissance d’une nouvelle argumentation en faveur du projet d’agression contre la Syrie : la menace des armes chimiques.

« La Syrie a accumulé le plus important arsenal d’armes chimiques du monde et dispose de missiles et de roquettes capables d’atteindre n’importe quel point du territoire israélien », a confirmé le général Yaïr Naveh, le chef d’état-major adjoint.
Les deux dirigeants seront suivis par le chef du gouvernement israélien. « Peut-on imaginer que le Hezbollah dispose d’armes chimiques, c’est comme si Al-Qaïda avait des armes chimiques », a affirmé M. Netanyahu le 22 juillet 2012. « C’est une chose inacceptable pour nous, pour les Etats-Unis, et nous devrons agir pour l’empêcher s’il en est besoin » a prévenu M. Netanyahu.

Constatant ce nouveau tournant dans la communication de ses ennemis, Damas a indiqué le lundi 23 juillet 2012 qu’elle n’utiliserait ses armes chimiques qu’en cas d’"agression étrangère". « Aucune arme chimique ou non conventionnelle ne sera utilisée contre nos propres citoyens (...), ces armes ne seront utilisées qu’en cas d’agression étrangère », a indiqué le porte-parole du ministère syrien des Affaires étrangères.

Mais ce tournant dans la communication a fait son effet et va être maintenu. Désormais, les parrains de la rébellion armée contre la Syrie vont marteler le même message afin de mieux ancrer dans les têtes la dangerosité du gouvernement dirigé par Al Assad. La technique est si bien rôdée que Barack Obama, le prix Nobel des guerres justes et humanitaires s’est fendu des menaces très claires le 20 août dernier : « Nous avons été très clairs envers le régime d’Assad, mais également envers les autres acteurs sur le terrain, sur le fait que, pour nous, une ligne rouge serait de voir un arsenal complet d’armes chimiques en train d’être déplacées ou utilisées. Cela changerait mes calculs. » Et, pour être encore plus clair et montrer que « les acteurs sur le terrain » est une formule pour désigner en réalité le gouvernement d’Al Assad, Obama a tenu à préciser : « Nous ne pouvons pas nous trouver dans une situation dans laquelle des armes chimiques ou biologiques tombent entre les mains des mauvaises personnes ».

A partir du moment où l’Oncle Sam a parlé des armes chimiques suivant ainsi son sous lieutenant Israël, il était évident que toutes les autres hyènes de la bande iront dans le même sens. Telle est l’une des règles fondamentales de la chasse élaborées par la meute.

Une semaine après l’Oncle Barry, François Hollande surnommé dans certains milieux revanchards « le Mou » ou « Le Flou » ou encore « Flamby » le 27 août 2012, François Hollande ira répéter le nouveau mot d’ordre : « Je le dis avec la solennité qui convient : nous restons très vigilants avec nos alliés pour prévenir l’emploi d’armes chimiques par le régime (syrien), qui serait pour la communauté internationale une cause légitime d’intervention directe » , lors d’un discours devant quelque 200 ambassadeurs français réunis à l’Elysée. Son ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius qui, déjà en août professait que « Bachar Al Assad ne mérite pas d’être sur terre », ira énoncé sur Europe1 le 31 août que « il est certain que nous jugeons M. Bachar al-Assad responsable de l’utilisation de ces armes et s’il y avait la moindre tentative d’en faire utilisation directement ou indirectement la réponse serait immédiate et fulgurante ».

Sur France 3, dimanche 02 septembre 2012, Alain Juppé déchu du ministère des affaires étrangères pour cause de défaite électorale de Sarkozy a affirmé que les pays Occidentaux et leurs alliés (agresseurs) doivent « se passer d’un feu vert onusien pour attaquer la Syrie au cas où le risque de prolifération d’armes chimiques se dessinait » . Alain Juppé, un des assassins directs de Mouammar Kadhafi et des dizaines de milliers de personnes en Libye et en Côte d’Ivoire a précisé que « sur la question d’utiliser la force ou pas, notre doctrine de toujours-et je pense qu’il ne faut pas l’abandonner- est qu’on utilise la force qu’avec le feu vert des Nations unies. Est-ce que dans un certain nombre de situations extrêmes, comme le risque de prolifération des armes chimiques, on peut se passer de ce feu vert ? Oui, je pense qu’il faut l’envisager ».

David Cameron, premier ministre britannique et Ban Ki Moon, secrétaire général de l’atlantiste ONU iront dans le même sens. Ce dernier déclarant le 23 juillet 2012 depuis Belgrade : « il serait répréhensible de voir quiconque en Syrie envisager l’utilisation d’armes de destruction massive comme des armes chimiques. J’espère sincèrement que la communauté internationale gardera un oeil là-dessus pour que rien de tel ne se produise » .
La Turquie, le Qatar, l’Arabie Saoudite et tous les autres pions sont sur la même longueur d’ondes.Comme on le voit, les stratèges pro-guerre auront le triste mérite d’avoir tout essayé. La nouvelle rhétorique fondée sur les armes chimiques menaçantes pourra ainsi justifier une agression contre la Syrie en escamotant le double refus sino-russe et mettre ainsi la Chine et la Russie devant le fait accompli tout en misant sur le fait que, peut-être, ces deux pays n’iront pas jusqu’à livrer une guerre ouverte à l’Occident pour la Syrie. Rien n’est moins sûr.

Israël étant le pays qui fabrique en direction prioritairement des opinions occidentales l’essentiel de l’information sur ce qu’on appelle le monde arabe, démontre une nouvelle fois au travers de ce changement de rhétorique face à la Syrie qu’il sait tenir son rôle. Rôle qu’ont dépeint Stephen Walt et John Mearsheimer dans leur ouvrage « Le Lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine » paru en 2007
.
En effet, lors de la « Guerre des six jours » en 1967, Israël a arraché à la Syrie une partie de son territoire appelée le plateau du Golan d’où environ 100.000 syriens furent renvoyés. En 1981, le plateau du Golan passe sous les lois israéliennes et le territoire est repeuplé par quelques 18.000 colons israéliens. La Syrie tient absolument à reprendre ce territoire et pour ce faire, elle arme le Hezbollah et le Hamas qu’elle utilise pour maintenir la pression sur Israël. Comme le montrent Walt et Mearsheimer, seuls Yitzhak Rabin en 1994 assassiné plus tard et Ehud Barak dans un premier temps, puis opposé en 2000 furent favorables parmi tous les dirigeants israéliens de retourner à la Syrie le territoire volé contre un traité de paix. Ariel Sharon qui a succédé à Ehud Barak lui-même ayant fait marche arrière déclarera : « même dans mes moments de fantaisie les plus fous, je n’aurais jamais accepté une telle concession » . Ehud Olmert, successeur de Sharon confirmera : « Le plateau du Golan restera en notre possession pour toujours » . Tous ses successeurs s’inscriront dans la même logique. « Israël n’abandonnera jamais le plateau de Golan ; cette région fait partie intégrante d’Israël et est vitale pour sa sécurité et sa protection », tranchait Yisraël Katz, député israélien lorsque Javier Solana, Secrétaire général du Conseil de l’Union Européenne, en 2007, disait souhaiter aider la Syrie à récupérer ledit territoire.

Face à l’insistance syrienne va alors être engagée une œuvre de diabolisation du gouvernement syrien par Israël, ses dirigeants, ses intellectuels, ses médias et les puissants lobbies qui le soutiennent inconditionnellement dans sa logique de confiscation du Golan. Ariel Sharon, le 15 mars 2003 dira de Bachar Al Assad qu’il est un « homme dangereux et incapable d’un jugement sain » avant d’appeler les Etats Unis à exercer sur Al Assad « une très forte pression » pour l’empêcher de soutenir le Hamas et le Hezbollah. Toujours en 2003, pour Ephraïm Halevy, conseiller pour la sécurité nationale de Sharon, Assad « irresponsable et insolent succombait fréquemment à de mauvaises influences », « on ne pouvait pas fermer les yeux sur ses machinations. Mais avant d’arriver à la guerre, il y a toute une gamme de mesures qui peuvent être prises pour limiter les crocs du jeune, arrogant et immature président syrien ». L’immaturité de Bachar Al- Assad étant sa volonté de voir la Syrie regagner le plateau du Golan.

Les deux auteurs citent beaucoup de personnalités allant dans le même sens dans les médias israéliens aussi bien qu’étatsuniens où elles accouchaient fréquemment leur propagande en vue de pousser l’opinion et les décideurs politiques occidentaux notamment étatsuniens à catégoriser la Syrie et éventuellement à lui livrer une guerre. « La Syrie avait un fort pouvoir de nuisance, beaucoup plus fort que l’Irak » Yoshi Alphar. « Je me demande si, étant donné la qualité de leurs sources, les Syriens n’avaient pas eu vent de la conspiration du 11 septembre et avaient omis d’en avertir les Etats Unis » Itamar Rabinovich, ancien ambassadeur d’Israël aux USA. « Prochaine étape : serrer la vis à la Syrie. Il faut utiliser tous les moyens nécessaires y compris la force militaire pour obtenir un changement de comportement et/ou de régime à Damas » , journaliste israélo-américain Yossi Klein Halevi, 15 avril 2003 dans le Los Angeles Times. « La Syrie, amie du terrorisme, a elle aussi besoin d’un changement », Zev Chafets, 16 avril 2003 dans New York Daily News. « Je ne serai pas surpris si les armes de destruction massive que nous n’arrivons pas à trouver en Irak avaient pris le chemin de la Syrie » Eliot Engel. « Assad est un homme excessivement dangereux » Jed Babbin…On pourrait en citer d’autres. Mais c’est fastidieux. Soulignons simplement qu’à la même époque, il y avait une loi dénommée Syria Accountability Act qui fut votée par le congrès étatsunien sous l’instigation d’Eliot Engel et de l’AIPAC avec pour objectif d’intégrer la Syrie à la liste des pays de « l’Axe du Mal ».

La Syrie n’est donc pas dans l’œil du cyclone depuis 2011. Elle est ciblée bien avant le début du fameux « Printemps arabe ». Les mouvements de foule de ces deux dernières années dans les pays où l’Occident bénéficiant dans certains cas des yeux fermés de la Chine et de la Russie n’ont servi qu’à tendre vers la réalisation d’un objectif prévu de longue date à Damas. Pour ce faire, rien de plus efficace que de resservir les vieilles mais redoutables recettes des armes chimiques, bactériologiques voire de destruction massive. C’est en cela que les responsables israéliens qui font semblant de ne jouer aucun rôle en Syrie actuellement avaient été les premiers à réorienter la communication pro-guerre en la faisant passer du stade compassionnel des massacres nécessitant une intervention humanitaire bloquée par les méchants et cyniques Russes et Chinois au cap de la menace des armes chimiques, « ligne rouge » autour duquel les agresseurs tentent à présent de mobiliser. Il faut rappeler, pour finir, que les armes chimiques dont il est question sont celles que la Syrie avait achetées à l’Egypte en 1973, lesquelles ne font peur ni à Israël ni à l’Occident car disposant de moyens de dissuasion suffisants.

Le prochain sur la liste est l’Iran. Les dirigeants israéliens ne cachent même pas leur démarche. Certain que tous les actes qu’il aura à poser, que ce soit aujourd’hui ou demain, contre l’Iran a et aura l’appui moral et matériel de l’Occident notamment des Etats Unis d’Amérique, des dirigeants israéliens annoncent qu’ils pourront frapper l’Iran avant les élections américaines de novembre prochain, obligeant ainsi ce tuteur bienveillant à l’accompagner dans cette nouvelle mission. Ce matin, 03 septembre 2012 sur BFMTV, Jean Jacques Bourdin a essayé en vain d’obtenir de Laurent Fabius un mot de la diplomatie française allant à l’encontre du projet israélien. Projet qui au demeurant, ne fâche pas la plupart des diplomaties occidentales. Loin de là, elles le soutiennent, lui fournissent même des moyens pour son accomplissement. A la fin, Fabius n’a trouvé qu’une condamnation ou simplement de réserves quant à une future agression contre l’Iran. Il dira « je me demande même si les Iraniens ne sont pas dans une stratégie double en se faisant frapper puis dire « nous on ne faisait rien, on nous a tapés dessus faire. Ils deviennent ainsi la victime et du même et du coup ils récupèrent une espèce de légitimité auprès des populations ». C’est dire combien ce monde là réserve donc des surprises aux proies contre lesquelles il planifie des attaques. Il temps, grand temps que les peuples affaiblis ou faibles commencent sérieusement par penser sérieusement à leur survie en se regroupant, en se dotant de la conscience des enjeux, en fédérant autour d’un leadership avisé et responsable avec l’idée de rechercher les moyens les plus appropriés pour répondre aux défis que ce monde là pose et posera

Komla KPOGLI

03 septembre 2012

Web. http://lajuda.blogspot.com.

URL de cet article 17616
http://www.legrandsoir.info/syrie-des-massacres-epouvantables-aux-armes-chimiques-et-l-iran.html
.
Sur ce site,
.

Yann FIEVET
« Il n’y a rien, dans le monde des hommes, que l’homme ne puisse réaliser. Si les buts que vous cherchez à atteindre ne concernent que vous, ils ne vous mèneront pas plus loin que vous-mêmes ; Mais les buts que vous visez pour le bien commun vous mèneront bien au-delà, et jusque dans l’éternité. » Marcus GARVEY Les habituelles insouciances de l’été combinées à l’opportune pléthore des jeux du stade sont désormais derrière nous. Cependant, la Crise dans ses multiples dimensions ne s’est en rien effacée malgré (...) lire la suite
Djamaleddine BENCHENOUF
Les prises de position des uns et des autres, lorsqu’elles sont diamétralement, voire radicalement, opposées, sur des évènements majeurs, signifient-elles, par voie de conséquence, que les uns ou les autres, sont dans l’erreur, pour le moins qu’on puisse dire ? Je m’explique. Parce que je sais que je suis un peu confus. Prenons un exemple précis. Une personne affirme que l’orange a une forme ronde. L’autre qu’elle est carrée. La logique veut que le deuxième, à moins qu’il ait une vision subliminale, (...) lire la suite
Interview de Jean Bricmont par KOUROSH ZIABARI
Jean BRICMONT
Dans votre article, « The case for a Non-Interventionist Foreign Policy », vous parlez des justifications que les puissances impériales utilisent pour rationaliser leurs expéditions militaires dans le monde. Une politique étrangère belliciste ne constitue-t-elle pas un avantage pour les politiciens dans le monde occidental, particulièrement aux États-Unis, pour attirer les votes et le soutien des populations ? Les américains peuvent-ils élire un président pacifiste qui s’engage ouvertement à en finir (...) lire la suite
John PILGER
La menace du gouvernement britannique d’envahir l’ambassade équatorienne à Londres pour s’emparer de Julian Assange est d’une importance historique. David Cameron, ancien chargé des relations publiques d’un magnat de la télévision et marchand d’armes auprès des monarchies du Golfe, est bien placé pour déshonorer les conventions internationales qui ont protégé des Britanniques qui s’étaient retrouvés au milieu d’un soulèvement. Tout comme l’invasion de l’Irak par Tony Blair a directement mené aux attentats (...) lire la suite
Chems Eddine CHITOUR
« Le Mouvement des non-alignés ? Combien de divisions ? » - Appréciation dévalorisante de l’Occident Du 28 au 30 août s’est tenu à Téhéran le XVIe Sommet des pays non-alignés, et ce, dans l’indifférence la plus totale des pays occidentaux et du black-out des médias occidentaux main stream. Malgré cela, vingt neuf chefs d’État ou de gouvernement ont fait le déplacement, tandis que la majorité des 120 membres de ce mouvement étaient représentés au niveau ministériel. À l’issue de ce sommet, l’Iran prendra pour (...) lire la suite
Caroline COURSON
« Les forces vives du monde entier s’éveillent d’un long sommeil. La Grèce est au centre de cette violence d’un monde à créer, appelée à supplanter la violence absurde d’un monde fasciné par le progrès de son autodestruction. » Raoul VANEIGEM « La Grèce a fait de moi un homme libre et entier » Henry Miller « Les empires ne retiennent pas les leçons de l’histoire » Noam Chomsky Timeo Danaos (Prenez garde aux grecs) Depuis des mois interminables que je joue les Cassandre en hurlant « Ellas Ellas » pour la (...) lire la suite
Fida DAKROUB
Il est certainement beau de bien servir sa patrie, mais le mérite de bien dire n’est pas non plus à dédaigner. En politique comme en littérature, sur la barricade comme sur l’écran d’un ordinateur, on peut se rendre illustre ; et ceux qui font de belles actions, comme ceux qui les écrivent, obtiennent des louanges. Or, selon moi, bien qu’il ne revienne pas à celui qui écrit l’histoire la même gloire qu’à celui qui la fait, sa tâche n’en est pas moins fort difficile. Dans ce sens, il ne suffit pas que le (...) lire la suite
Oscar FORTIN
Un témoignage et point de vue qui nous fait découvrir l’autre visage de l’Iran Je viens tout juste de découvrir un auteur, Gilles Lanneau, dont le peu que j’en ai lu m’a aussitôt conduit à en savoir davantage sur lui-même. J’ai trouvé, sur Google, une des nombreuses références qui nous révèle tout particulièrement l’homme et les expériences qui sous-tendent ses écrits. Je vous invite à lire cette entrevue qu’il accordait à Mina Fallah de la revue TEHERAN Je me permets de partager avec vous un bref (...) lire la suite
André BOUNY
Réajustements et façon dont a été traitée cet été l’inauguration du chantier visant à décontaminer une ancienne aire de stockage d’Agent Orange sur l’aéroport de Danang au Viêt Nam. À l’été 2011, se déroula une cérémonie dédiée aux accords vietnamo-étasuniens visant à engager un chantier de décontamination de la dioxine recelée dans et par l’Agent Orange sur une partie de l’ancienne base américaine de Danang. Un lieu faisant partie des trois principaux sites les plus contaminés par cette molécule 2,3,7,8-TCDD parmi (...) lire la suite
Une analyse documentée des dérives de la presse, ici et ailleurs
Jean-Luc MELENCHON
L’article que vous allez lire traite de l’affaire Assange, de l’Equateur, de nos médias. C’est un extrait (la deuxième partie) d’un long article (« Le MEDEF ne sent plus d’arrogance ! ») écrit sur son blog par Jean-Luc Mélenchon. Si nous le publions ici, ce n’est pas parce qu’il cite aimablement LGS quand d’autres le dénigrent, ni parce que nous sommes d’accord sur tout. C’est parce que nous avons dans cet article la démonstration de ce qu’un homme politique peut savoir, s’il le veut, sur l’Amérique (...) lire la suite
Ismail SALAMI
L’Occident a beau ignorer délibérément et mépriser ostensiblement le sommet du Mouvement des Non Alignés de Téhéran, il apparaît clairement que ce sommet a énormément chagriné Washington et Israël et qu’un dialogue entre les nations pour parvenir à la paix garde toujours une grande potentialité. La veille de l’inauguration du sommet des Non Alignés, le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait preuve de son cynisme habituel en qualifiant la présence de représentants de haut niveau de plus de 120 (...) lire la suite
Jacqueline ROUSSIE
Monsieur le Président Obama The White House 1600 Pennsylvania Avenue N.W. Washington DC 20500 Monsieur le Président, Je venais à peine de vous envoyer la « lettre du mois d’août », que j’apprenais l’inscription de Cuba sur la liste des « Etats Sponsors du Terrorisme International », par votre Département d’Etat. En France, tous les écoliers apprennent la fable de Jean de La Fontaine « Le loup et l’agneau ». Dans cette fable, le loup accuse l’agneau de tous les maux de la terre avant de dévorer (...) lire la suite
L’art de la guerre
Manlio DINUCCI
« Site Pluto » (Site Pluton) était pendant la guerre froide le plus grand dépôt d’armes nucléaires de la US Army en Italie. Dans ses souterrains, sous la colline de Longare (Vicence), étaient gardés plus de 200 engins nucléaires « tactiques » : des missiles à courte portée, des projectiles d’artillerie et des mines de démolition. Prêts à déclencher l’enfer nucléaire sur le territoire italien. Inactivé officiellement en 1992 comme dépôt, le site a été en partie affecté à des communications satellitaires. Il est, (...) lire la suite
Guillaume DE ROUVILLE
Lors des guerres menées par les États-Unis depuis la chute du mur de Berlin au nom d’une certaine idée de leur puissance, est apparue une notion, celle de « dommages collatéraux », qui a été utilisée par les organes des relations publiques du Pentagone pour justifier et faire accepter aux opinions occidentales des actes de guerre provocant des victimes civiles. Ces dommages collatéraux ne seraient pas souhaités par la puissance militaire qui déplore ces tragiques erreurs, fruits de renseignements (...) lire la suite
Capitaine Martin
Le président George W. Bush, l’homme qui a engagé sa propre Nation dans des guerres aussi sanglantes que désastreuses, qui a attaqué de manière décisive la vie privée et les droits constitutionnels, et qui a donné un nouveau tour de vis aux politiques néolibérales, a été élu à l’issue d’une des plus grandes polémiques de l’histoire des scrutins dits démocratiques, qui a vu opérations de recomptage manuel et feuilletons juridiques se succéder. Une chose vraiment difficile à croire venant d’un grand pays comme (...) lire la suite
Comment la propagande pro-guerre contre la Syrie évolue-t-elle ?
Komla KPOGLI
La propagande médiatique a changé et a pris un nouveau cap sur la Syrie. Après des slogans : « des massacres contre son propre peuple », « des massacres épouvantables de Bachar Al-Assad » et toutes ces choses non vues mais criées et répétées qui n’ont pas (encore) réussi à bouger la position de la Russie et de la Chine, voici venu l’heure des « armes chimiques ». Les chiffres macabres avancés et distillés depuis Londres par l’OSDH, l’agence de presse et officier du registre mortuaire des « (...) lire la suite
Un parfum vert-de-gris dans la volonté de surveiller, de pourchasser, d’évaluer, de juger
Anatole BERNARD
Qui a le souci de la vérité ? Le tir nourri qui vise LGS mérite une riposte vive, mais digne. Car l’enjeu est de taille. Oui, dans cette affaire la liberté d’expression est tout simplement piétinée et par conséquent la démocratie niée, elle qui garantit une loi égale pour tous et des droits inaliénables au travail, à l’éducation, à la santé, à l’information, à l’expression (…). Alors, comment qualifier une campagne qui ne traite nullement les orientations incriminées au fond, qui insulte et juge de manière (...) lire la suite
Presse « de gauche », plagiat, troncature, enfumage et reprises des bobards de factieux.
Vladimir MARCIAC
Vous allez voir : nos médias ne supportent pas ça. Et pas que nos médias réputés de droite, hélas ! Tandis que se construit l’Europe de la concurrence et de l’argent-roi, de la compétition inamicale entre les pays de l’UE, tandis que nos médias privés condamnent le travailleur grec (oisif et non imposé), l’Espagnol dépensier, l’Italien combinard, le Français aux 35 heures et qu’ils alimentent la crainte de voir arriver le plombier polonais, les pays du sous-continent latino-américain se dressent un à un (...) lire la suite
Rosa LLORENS
La rentrée, pas encore effectuée, a déjà apporté son premier film "d’intervention culturelle" (pour ne pas dire : de propagande). La Vierge, les Coptes et moi, de Namir Abdel Messeeh, n’est pas un film agressif, méprisant et grotesque (comme le sinistre Cochon de Gaza, dont le titre était déjà tout un programme) ; mais il s’inscrit dans un véritable projet de contrôle des images et des représentations concernant l’Egypte : il s’agit de fournir une grille de lecture pré-digérée où la réalité égyptienne (...) lire la suite
Patricio Montesinos
« N’importe quoi, sauf la vérité. Il n’y a que ça qui ne se vend pas ». - Boris Vian L’organisation autoproclamée Reporters Sans Frontières (RSF), qui dit défendre la presse dans le monde, attaque maintenant la Bolivie comme elle a coutume de le faire s’agissant des pays catalogués « adversaires » des États-Unis, en ourdissant une nouvelle agression envers cette nation des Andes, déjà la cible, tous ces temps derniers, de campagnes médiatiques incessantes et d’actions subversives. « Reporters Sans Vergogne (...) lire la suite
Les délégués du gouvernement de la République de Colombie (le gouvernement national) et les Forces Armées révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP) En conclusion de la Rencontre exploratoire qui a commencé à La Havane, à Cuba, le 23 février 2012, les gouvernements de la République de Cuba et de la Norvège jouant le rôle de garants, le gouvernement de la République bolivarienne du Venezuela agissant comme facilitateur logistique et comme accompagnateur, À la suite de la décision commune de (...) lire la suite
M. Saadoune
Rachel Corrie est coupable ! Permettez-moi de vous transmettre l’édito de M Saadoune Quotidien d’Oran consacré au jugement posthume de la pacifiste nord américaine R. Corrie. Décidément Israël est une grande démocratie Rachel Corrie est coupable… Un militaire israélien conduisant un bulldozer lui est passé et repassé dessus. Elle en est morte. Bien fait pour elle, a dit la « justice » israélienne. Cette militante pacifiste américaine est donc coupable d’avoir été là, d’être venue en témoin de la terrible (...) lire la suite
Le moment pour Obama de gagner son Prix Nobel
Dan KOVALIK
D’après le journal colombien El Tiempo, 75% des Colombiens souhaitent un dialogue entre le gouvernement colombien et les guérillas. Et cela pour de bonnes raisons, la Colombie ayant été dévastée par plus de 50 années de conflit armé qui a coûté la vie à des centaines de milliers de civils (entre 50 et 250 mille d’entre eux ont « disparu ») ; qui a laissé plus de 5 millions de personnes déplacées (la population la plus importante de personnes déplacées dans le monde), et a donné un prétexte au gouvernement (...) lire la suite
Claude Jacqueline HERDHUIN
Cet argument dit tout sur l’état de notre société québécoise. Je paie donc j’ai le droit, je peux payer donc je me fous de ceux qui ne peuvent pas payer. Cette notion mercantile, typiquement nord-américaine, fait ressortir la maudite française en moi. Pourtant, après 24 ans au Québec, je me sais totalement « assimilée ». Plus québécoise que française, je n’ai jamais essayé de recréer mes habitudes du vieux continent ici et je me suis toujours gardée de tomber dans le discours du type : « En France, c’est comme (...) lire la suite
Le Rapport Anti-Empire
William BLUM
« Nous prêtons allégeance à la république représentée par l’Amérique et non à l’empire qui la fait souffrir » (1) Il a fallu une révolution à Louis XVI, deux défaites militaires historiques à Napoléon, de multiples révolutions dans le Nouveau Monde à l’empire espagnol, une révolution communiste au Tsar russe, la Première Guerre Mondiale à l’empire Austro-hongrois et Ottoman, la Deuxième Guerre Mondiale au Troisième Reich, deux bombes atomiques à l’Empire du Soleil Levant, un coup d’état militaire à domicile à (...) lire la suite
Mohamed BELAALI
Les manifestations contre la dynastie des Al Saoud notamment dans les provinces orientales se poursuivent et se ressemblent. Chaque manifestation se termine par une répression sanglante. Cette violence exercée sur des manifestants pacifiques se fait à huis clos. Le silence des États-Unis, de l’Europe et de leurs médias sur ces exactions est impressionnant. Leur complicité avec ce Royaume moyenâgeux est totale. Les richesses pétrolières enfouies sous le sable de l’Arabie, le rôle de défenseur des (...) lire la suite
Jérôme DUVAL
Face à une dette privée des institutions financières (banques principalement) devenue dangereuse car reposant sur une accumulation de crédits hypothécaires à risques, c’est-à-dire avec une forte probabilité de non paiement, le royaume d’Espagne, sur le conseil de sociétés privées, a décidé de transférer ce risque aux institutions publiques. Mais qui sont ces sociétés privées, et quels intérêts servent-elles ? L’Etat paie 2 millions d’euros des entreprises privées au bilan douteux pour le conseiller Le 21 (...) lire la suite
Diana JOHNSTONE
Il était une fois une organisation appelée Amnesty International qui se consacrait à la défense des prisonniers de conscience partout dans le monde. Son action était guidée par deux principes qui ont contribué à son succès : la neutralité et la discrétion. Dans le contexte de la Guerre Froide, Amnesty International à ses débuts prenait soin d’équilibrer ses campagnes en faveur des prisonniers entre les trois régions idéologiques : l’Occident capitaliste, l’Est communiste et les pays en voie de (...) lire la suite
Paul CRAIG ROBERTS
Les Etats-Unis se sont effondrés sur le plan social, politique, légal, constitutionnel, environnemental et moral. Le pays qui existe aujourd’hui n’est plus que l’ombre du pays où je suis né. Dans cet article, je vais traiter de l’effondrement économique des Etats-Unis. Dans les articles suivants je traiterais d’autres aspects du collapsus étasunien. Sur le plan économique, les Etats-Unis ont atteint le stade de la pauvreté. Comme dit Peter Edelman "Les petits salaires sont la norme." Aujourd’hui dans (...) lire la suite
Djamaleddine BENCHENOUF
BHL est aux avant-postes de la révolution du Kéfieh, aux côtés des révolutionnaires, depuis le premier jour du printemps palestinien. New-York, le 2 mars 2013 : Il est partout ! C’est grâce à lui que l’insurrection palestinienne a forcé le black-out qui tentait de l’occulter, pour que le carnage puisse, encore une fois, se commettre à huis-clos. Il a interpellé, sans désemparer, toutes les puissances occidentales, et a exigé que les forces de l’OTAN interviennent énergiquement contre le régime (...) lire la suite
BREVES
GRIGNY : GO TV !, une télé ouèbe pour informer, valoriser Partant du principe que la communication est un service public à part entière, la municipalité de Grigny (Rhône) dirigée par René Balme a décidé d’élargir son champ d’action en adjoignant au journal de Grigny (mensuel papier), un journal télévisé (...) lire la suite
VOIR AUSSI
Les deux loups
Gaëtan PELLETIER
L'indécence politicienne
Front de Lutte des Syndicalistes
GS, la machine à broyer !
Front de Lutte des Syndicalistes
OU SONT PASSEES NOS USINES ?
D’aprés mbdx33
Doux Graincourt ne doit pas mourir
Front de Lutte des Syndicalistes
La bataille contre le TSCG ne fait que commencer
Front de Lutte des Syndicalistes
Le QG terroriste d'Erdogan
Bahar Kimyongür
Pas d’issue sans les luttes !
Front syndical de classe

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche