Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juillet 2011 1 25 /07 /juillet /2011 16:47

Je suis abonnée à ce site (comme au Liesi d'ailleurs),

je vous conseille d'en faire autant, votre eva

 

http://a3.idata.over-blog.com/150x150/0/26/91/59/Photos-2010/Dette_Toxique.jpg

http://a3.idata.over-blog.com/150x150/0/26/91/59/Photos-2010/Dette_Toxique.jpg

 

 

 

Paris, Lundi 25 juillet 2011

Quand la dette devient toxique
Bill Bonner


.


Passé un certain point, la dette devient toxique -- pour les ménages aussi bien que pour les nations. Dans ce dernier cas, les professeurs Reinhart et Rogoff mettent le "point de non retour" à 90% du PIB. La Grèce, le Japon et les Etats-Unis ont tous dépassé ce seuil. La dette brute américaine se monte à 100% du PIB. La Grèce a une dette de 120% du PIB. Et le Japon est loin devant à 229%.

 

 

Selon Reinhart et Rogoff, une fois qu'on dépasse les 90% du PIB, la croissance décline de 1%. Cela n'a pas manqué : les Etats-Unis enregistraient autrefois une croissance annuelle du PIB de 3%. Ils en sont désormais à 2% environ.

La Grèce, quant à elle, aura de la chance si elle enregistre quelque croissance que ce soit cette année. Le Japon, le plus grand débiteur de tous, recule... avec une croissance négative.


En fait... lorsqu'on est dans une telle situation... on ne peut rien "gérer". On ne peut pas l'ignorer. On ne peut pas tourner des boutons ou ajuster des leviers pour que le problème disparaisse. Et on ne peut pas non plus s'en sortir par la croissance... parce que la dette élimine la croissance.

 

.

(..) Tout ce qu'on peut faire, c'est se sortir de la dette... le plus vite possible. Faire défaut. Se mettre en faillite. Retourner ses poches et faire la grimace.

Ainsi soit-il.

Emprunter plus d'argent pour éviter de reconnaître la vérité est un désastre. L'Europe vient de le prouver. On a appris la semaine dernière que l'Europe avait résolu le problème de la dette grecque. Comme prévu, les autorités ont rafistolé une vieille carpette, et l'ont utilisée pour dissimuler le problème un peu plus longtemps.

Il y a du progrès, quand même : il y a désormais moins de poussière à balayer sous le tapis. Après avoir tenté d'éviter l'inévitable pendant plus d'un an, les autorités ont dépouillé les investisseurs obligataires de 20%. Le New York Times :

"Le pacte, négocié à Bruxelles, fait partie d'un plan de secours de 109 milliards d'euros pour la Grèce, l'économie la plus en détresse de la Zone euro. Il forcera de nombreux investisseurs en dette grecque à accepter des pertes sur leurs obligations".

"L'accord fournirait également des réserves substantielles pour l'Irlande et le Portugal. Et en donnant au fonds de secours européen des pouvoirs accrus pour venir en aide à des pays qui n'ont pas été renfloués -- comme l'Espagne et l'Italie -- les dirigeants parient que le programme, décrit par certains comme un Plan Marshall pour l'Europe, servira de contre-feu à la contagion qui a menacé d'envahir certaines des plus grandes économies de la région".

"Les autorités ont longtemps écarté des propositions qui entraîneraient des pertes pour les banques et autres créditeurs sur la dette grecque. Mais les dirigeants européens prennent un risque calculé : ils pensent pouvoir éviter d'effrayer les investisseurs en étendant le programme d'aide à d'autres pays en difficulté à la périphérie de l'Europe".

L'après-midi qui a suivi cette annonce, les investisseurs se sont remis à acheter. Ils ne se sont pas donné la peine de lire les petits caractères ou de réfléchir trop profondément à la signification de ce renflouage. Tout ce qu'ils savaient, c'est que les problèmes étaient derrière eux.

L'accord sur la dette en Europe ne résout pas le problème. On balaiera de nouveaux tas de poussière sous le tapis. Mais au moins la perte de 20% infligée aux investisseurs obligataires réduit-elle la taille du tas en question. Il est de retour à la hauteur qu'il avait lorsque les génies de l'euro ont commencé à balayer !

Naturellement, les perspectives de salvation en Europe ont attiré l'attention sur les problèmes budgétaires des Etats-Unis.

"Il y a de l'espoir pour un accord sur la dette américaine", titrait le Financial Times.

A Washington, évidemment, le problème est un peu différent. C'est le gouvernement central qui doit être sauvé -- de lui-même.

Personnellement, nous voulons juste que le gouvernement américain fasse faillite.

Quoi ?! Nous savons ce que vous pensez. Un défaut serait dangereux. Suicidaire. Impensable. Ben Bernanke, Tim Geithner. Larry Summers. Tous l'ont dit !

Les anciens ne recevraient pas leurs médicaments. Les soldats ne recevraient pas leurs munitions. Les couvercles retomberaient sur les pots de miel dans toute la région de Washington. Le système entier sombrerait dans l'anarchie et le pandémonium. Il y aurait des émeutes. Une révolution. On ne trouverait plus de whisky dans les magasins.

Les morts sortiraient de leur tombe, et les vivants trébucheraient dans les trous ainsi libérés. Un homme serait heureux de revoir vivante son épouse décédée. Et un autre serait encore plus heureux de voir morte sa femme vivante !


Eh bien, peut-être ont-ils raison. Ce serait probablement une catastrophe. Un désastre. Mais tentons quand même notre chance !

Parce que le vrai problème, c'est la dette. Plus rapidement elle sera éliminée... plus vite l'économie pourra se remettre au travail.

Alors qu'on n'augmente pas le plafond de la dette. Que les autorités se débrouillent comme tout le reste du monde -- en ne dépensant pas plus qu'elles ne gagnent en revenus. Est-ce vraiment si difficile ?

 

.

Des mensonges, encore des mensonges, toujours des mensonges !
Comment vous protéger de la langue de bois, des fausses informations, des manipulations et de l'intox qui pourrissent l'économie actuellement -- en mettant votre patrimoine en danger ?


Ce plan en 3 étapes simples pourrait vous y aider : pour le découvrir, c'est par ici.

 

 

.

Une dette peut en cacher une autre !
Jérôme Revillier


▪ La dette, une bête invincible

 

La dette se nourrit de chaque plan d'aide, de chaque nouvel emprunt pour grandir, s'épanouir et ronger les espoirs d'un véritable changement. La Grèce a menti, Goldman Sachs a falsifié les documents qui lui ont permis d'entrer en Zone euro.

Pour lire la suite...

 

 

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

Vous souhaitez recevoir la Chronique Agora quotidiennement ?
c'est par ici...

Une question, une remarque ? Il suffit de nous écrire à
la-redaction@publications-agora.fr

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche