Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 04:48

 

 

 Médias & Publicité : La Coupe du monde redonne confiance à TF1

 

  http://economie.lefigaro.fr/_medias/audience-tf1.html

 


Quel est le rôle des médias et du CSA dans la société actuelle ?


Les médias jouent un rôle essentiel car ils participent à la formation de l’opinion publique. Leur indépendance vis-à-vis des pouvoirs politique et économique est une des conditions du bon fonctionnement d’une démocratie.

Le cas de l’UPR, comme bien d'autres sujets, montre qu'il y a de graves dysfonctionnements. Nous sommes la preuve qu’il n’est pas possible de s’opposer (radicalement) à l’Union européenne dans les grands médias français.

 

Le 3 décembre 2011, à l’occasion du congrès de l'UPR, François Asselineau présente son programme politique pour les élections présidentielles de 2012. En janvier 2012, 58 lettres recommandées avec accusé de réception sont envoyées à la rédaction des 58 principaux médias français pour leur demander de rendre compte (simplement rendre compte) de la candidature de M. Asselineau. Sans aucun résultat. Cette absence de couverture médiatique s’est transformée en un obstacle redoutable dans la recherche des 500 parrainages. Notre programme inspiré de celui du Conseil National de la Résistance (CNR) n’a donc pas pu être présenté aux Français à cause du filtrage des médias, plus précisément, à cause des forces politiques, économiques et financières qui les dirigent ou les influencent fortement.

Quant au CSA, qui avait donné raison à l'UPR, son rôle est principalement consultatif, sans réel pouvoir. Il peut effectivement prononcer des sanctions, et il le fait parfois (voir cet article), mais cela reste bien modeste et limité au regard des profonds déséquilibres qui existent dans les médias de masse.

Un des principaux problèmes, souvent méconnu des Français, réside dans le régime de propriété des médias. En effet, celui qui tient les cordons de la bourse peut imposer ou en tout cas fortement orienter le traitement qui sera fait de certains sujets (principalement économiques et politiques). On peut prendre comme exemple la chaîne de télévision la plus regardée par les Français : TF1.

Celle-ci est contrôlée par le groupe Bouygues, qui est lui-même sous l'influence d'un fonds de pension américain (comprenant Capital Research and Management et American Funds) qui possède 20 % de ses actions (voir le passage de la conférence « Qui gouverne la France et l'Europe ? » à 1h02). Pense-t-on dans ces conditions que les informations données par TF1 sur des sujets « sensibles » seront suffisamment neutres et loyales pour permettre aux citoyens de se faire une opinion éclairée ?

Mais les biais de traitement et d'orientation idéologique concernent aussi les médias publics. Une orientation que l'on pourrait résumer par le triple soutien : au néolibéralisme, à la construction européenne et aux États-Unis (et donc à l'Otan).

Pour remédier à tous ces problèmes, François Asselineau a proposé dans son programme plusieurs actions visant à « établir la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l'égard de l'État et des puissances d'argent » (c'est le point 3 de notre programme de libération nationale, repris de celui du CNR).

L'objectif global est d'être les « Montesquieu du XXIe siècle », en actualisant le principe de la séparation des pouvoirs et en reconnaissant le quatrième pouvoir : le pouvoir médiatique. Le pouvoir médiatique sera séparé des trois autres pouvoirs mais aussi des féodalités économiques et financières. Voici les principaux points de notre programme sur les médias :

- Fixer un cadre constitutionnel aux médias

Créer un Service public de l’Information et de la Culture (SPIC). Indépendant et doté de moyens lui permettant de remplir sa mission informative, démocratique et émancipatrice, ce SPIC sera chargé par la loi de favoriser la qualité des débats publics, l’élévation de la culture générale et l’éducation de tous en offrant une information et des programmes de qualité (culture, arts, histoire, sciences, etc.).

- Adopter des lois anti-concentration et des dispositifs permettant de lutter contre la logique de la financiarisation et la logique commerciale dans le domaine des médias

Interdire aux groupes intervenant fortement dans d’autres secteurs économiques de posséder des médias. Interdire, de manière constitutionnelle, toute prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes et conglomérats multinationaux. Limiter l’ampleur des financements publicitaires et la durée des messages publicitaires. Réformer le système d’afides publiques à la presse afin que les subventions favorisent les médias qui participent de façon loyale et désintéressée à la vie démocratique.

- Renationalisation de TF1

TF1 est de loin la première chaîne regardée par les Français. Elle joue un rôle de premier plan dans la formation et l’éducation de l’opinion publique française, rôle qu’il est inadmissible, dans une démocratie, de laisser dans des mains privées ou étrangères. TF1 sera donc renationalisée et son cahier des charges, profondément remanié afin d’assurer la démocratie et l’élévation de la culture générale des Français.

- Transformation du Conseil supérieur de l’Audiovisuel (CSA) en une Cour supérieur de l’Audiovisuel

Chargée de veiller à la représentativité politique objective de la population dans toute sa diversité, cette Cour sera, comme la Cour constitutionnelle, composée de magistrats professionnels. Elle pourra recueillir et mettre en œuvre les demandes des Français grâce à des sondages sur Internet auprès de plusieurs dizaines de milliers d’auditeurs et de téléspectateurs.

Nous proposons également d'autres mesures importantes : assurer une diversité politique représentative des différents courants d’opinion parmi les journalistes présentateurs d’émissions d’information ; assurer la publicité des détails des financements des médias ; protéger l’indépendance des journalistes en luttant contre la précarité dans les métiers du journalisme ; favoriser l’adoption d’un code de déontologie sur les liens entre politique et journalisme.

Avec ce programme de transformation des médias, on perçoit les changements profonds qui en résulteraient pour le débat public en France ; ce serait la fin de la chape de plomb et le retour de réelles oppositions politiques. Ce pluralisme ne fait pas peur à l'UPR, il est même la raison d'être de notre parti, car si nous voulons rendre à la France – c'est-à-dire au peuple français – sa souveraineté et son indépendance, c'est notamment pour que le libre jeu démocratique puisse de nouveau avoir un sens et s'exprimer pleinement (voir notre texte « L'UPR veut-elle abolir le clivage droite-gauche ? »).

Le rétablissement de la démocratie passe par une profonde transformation de l'ordre médiatique. Cette transformation, nous la proposons.


Par Equipe UPR

 

Pour l'Union Populaire Républicaine (édité le 29/01/13)

 

http://www.ledemocritique.com/article-70728-quel-est-le-role-des-medias-et-d.html#UPR9

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche