Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 02:54

 

Interview Jean Ziegler : les vrais bandits sont les multinationales

Rapporteur des Nations unies et militant de gauche, Jean Ziegler ne cesse d’alerter sur la criminalité dans le monde. Fin connaisseur du continent africain, il analyse la popularité des “gangsters patriotes”.


02.02.2012 | Propos recueillis par Ousmane Ndiaye | Courrier international


Jean Ziegler

Jean Ziegler

 

AFRIQUE Interview Jean Ziegler : les vrais bandits sont les multinationales

Rapporteur des Nations unies et militant de gauche, Jean Ziegler ne cesse d’alerter sur la criminalité dans le monde. Fin connaisseur du continent africain, il analyse la popularité des “gangsters patriotes”.

02.02.2012 | Propos recueillis par Ousmane Ndiaye | Courrier international

En couverture : Sur la côte de Hobyo (Somalie). Lance-roquettes en main, Abdul Hassan, 39 ans, surnommé “l’homme qui ne dort jamais”, chef du groupe pirate “Les gardes-côtes de la Région centre”. © Photo de Véronique de Viguerie, Getty Images.
N° 1109
2 févr.

Afrique : tous les pirates ne sont pas criminels

Jean Ziegler

Jean Ziegler

Courrier international Les populations perçoivent souvent ces “bandits” comme des justiciers. Ont-elles raison ?
Jean Ziegler L’exemple du Nigeria est particulièrement instructif. Le delta du Niger est le plus étendu de la planète après ceux de l’Amazone, du Gange et du Brahmapoutre. Le pétrole du delta est exploité par une dizaine de sociétés étrangères, dont la plus puissante est Shell. Cette région génère 90 % des revenus en devises du Nigeria. Mais les populations locales ne profitent pas ou profitent très peu des énormes revenus du pétrole. Au contraire : elles souffrent terriblement de la destruction de leur environnement. Les rebelles décrits sont donc des “gangsters patriotes”. Ils tentent de protéger la population. Ils pratiquent le chantage sur les sociétés et redistribuent l’argent. Cela est particulièrement vrai pour le Mend (Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger). Dans pratiquement toutes les villes et tous les villages du delta, les combattants de ce mouvement peuvent compter sur des réseaux de logistique clandestins efficaces et sur des caches innombrables que la police fédérale et les troupes semblent incapables de démanteler. Les prises d’otages à répétition ont permis au Mend de se constituer un véritable trésor de guerre. Celui-ci est mis à profit pour corrompre les membres des troupes d’élite nigérianes lancées à leur poursuite et acheter aux officiers nigérians les armes les plus sophistiquées.

La piraterie des Somaliens s’apparente-t-elle à une forme de redistribution ?
Certainement, les accords de pêche, imposés notamment par l’Union européenne, ravagent jusqu’aux eaux territoriales. Ils ont ruiné la vie de dizaines de milliers de familles de pêcheurs.

L’Afrique devient-elle la nouvelle terre des bandits et autres seigneurs du crime ?
Le banditisme au sens étymologique du terme [de l’italien bandito, malfaiteur, hors-la-loi] est pratiqué par de nombreuses sociétés multinationales occidentales, chinoises, indiennes. Je prends l’exemple de Glencore, le deuxième trust minier du monde, dont le siège est à Zoug, en Suisse. En Zambie, Glencore possède les Mopani Copper Mines. Le gouvernement de Lusaka accuse le holding de Zoug de manipuler les chiffres pour échapper aux taxes et aux impôts zambiens. Même problème au Katanga. Glencore n’est pas seul dans son activité de faussaire. D’autres sociétés – canadiennes, européennes – font de même. Résultat : en 1982, le secteur minier fournissait 70 % des revenus du Katanga, contre 7 % aujourd’hui.

Quel est le poids de la criminalité dans l’économie mondiale ?
Par sa puissance financière, celle-ci influence secrètement la vie économique, l’ordre social, l’administration publique et la justice de nombreux Etats. Dans certains cas, cette criminalité organisée dicte sa loi et ses valeurs. De cette façon disparaissent graduellement l’indépendance de la justice, la crédibilité de l’action politique, et finalement la fonction protectrice de l’Etat de droit. La corruption devient un phénomène accepté. Le résultat est l’institutionnalisation progressive du crime organisé. Personne évidemment ne connaît sa part exacte dans le produit mondial brut. Il existe cependant une indication : le CD-Rom Crime.doc, qui inventorie les plus importants cartels du crime organisé, contient plus de 100 000 entrées provenant des 187 Etats membres de l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC, appelée familièrement Interpol
 

Jean Ziegler  VIDEO   

.

Les profiteurs de la misère humaine :

Les laboratoires

.

Les profiteurs de la misère humaine : Les laboratoires Essais médicaux dans les pays en voie de développement.  Chaque jour, nous apprenons qu’un laboratoire pharmaceutique a opéré des essais de…

Pour lire la suite (sur cliquez ici, en jaune)


cliquez ici

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche