Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 juin 2011 7 26 /06 /juin /2011 13:50

http://www.112.public.lu/pictures/shared/nucl07.jpg

http://www.112.public.lu/pictures/shared/nucl07.jpg

 

 

L'IODE DE POTASSIUM est une mesure de protection à une exposition nucléaire.  Ce "médicament" est le seul reconnu par les autorités mondiales de la santé pour offrir une protection extrêmement efficace contre les radiations nucléaires.


 

Les fournisseurs d'iode de potassium sont actuellement en rupture de stocks.  Si vous trouvez une source d'approvisionnement, veuillez m'envoyer un courriel:


 

modesurvie@live.ca

 

1 comprimé de 130mg = la posologie pour 1 adulte pour une exposition nucléaire (l'efficacité du comprimé dure de 10 à 24 hres).

 

La posologie pour les enfants et les animaux de compagnie dépend du poids.  Vous référer à la documentation ci-bas.

 

Les comprimés d'iode de potassium viennent en boîte de 14 comprimés de 130 mg ou dans un format équivalent.  La livraison ne s'effectue qu'au Canada seulement. 


 

Un inventaire devrait être disponible dans les prochains jours. POUR VOUS EN PROCURER, veuillez envoyer un courriel à:


 

modesurvie@live.ca

Le prix de vente n'est pas encore fixé tant que la commande n'est pas reçue.   AUCUNE LIVRAISON NE PEUT S'EFFECTUER EN DEHORS DU CANADA.  Aucun fournisseur européen semble en distribuer, jusqu'à preuve du contraire.

 

 


                             L'IODE DE POTASSIUM

MECANISME  D' ACTION


 

Lors d'une urgence nucléaire accompagnée d'une libération d'iode radioactif dans l'atmosphère, l'iode radioactif est concentré et emmagasiné rapidement et de manière sélective dans la glande thyroïde. Cet état entraîne une exposition de la thyroïde à des rayonnements internes, pouvant causer un risque accru de cancer de la thyroïde et de nodules bénins. L'iode de potassium est un agent de blocage thyroïdien ionique qui agit sur le transport de l'iodure en provenance et à destination de la thyroïde.

 

Lorsque l'iodure de potassium non radioactif, c.-à-d. stable, est prescrit en quantité suffisante et au bon moment, il est possible de prévenir la pénétration d'iode radioactif dans la glande thyroïde. L'iodure de potassium protège uniquement la glande thyroïde contre l'iode radioactif. Il n'exerce aucun effet sur la fixation, par l'organisme, d'autres substances radioactives et n'assure aucune protection contre l'irradiation externe, quelle qu'elle soit.

 

L'action d'inhibition de l'iode radioactif absorbé par la thyroïde se manifeste rapidement et est évidente 30 minutes après l'administration orale du médicament. La rapidité d'administration de l'iodure après une exposition à de l'iode radioactif constitue un important facteur d'un blocage intense et satisfaisant de la fixation d'iode. L'effet protecteur est de 97 % lorsque le médicament est administré au moment de l'exposition, mais passe à 85 % et à 50 % si l'iodure de potassium est pris 1 heure et entre 3 et 4 heures après l'exposition.

 

Cet effet protecteur est faible si l'iodure de potassium est pris 6 heures après l'exposition. Mais encore, l'effet protecteur est de 90 % lorsque le médicament est administré 12 heures avant l'exposition, et de 70 % lorsque pris 24 heures avant l'exposition. L'effet inhibiteur d'une dose unique d'iode de potassium sur la thyroïde persiste pendant environ 24 heures. Le risque relatif d'être atteint d'un cancer de la thyroïde à la suite d'une exposition à de l'iode radioactif dépend grandement de l'âge, les enfants plus jeunes étant nettement plus vulnérables que les plus vieux.

 

L'absorption par ingestion d'aliments contaminés, particulièrement le lait, débute après le dépôt atmosphérique et son transfert dans la chaîne alimentaire. En l'absence de mesures de prévention, l'ingestion risque de représenter la principale voie d'exposition interne à l'iode radioactif. Cette exposition risque de se prolonger pendant plus longtemps, de couvrir un plus grand territoire et d'affecter une population plus vaste que l'exposition par inhalation. L'absorption par la peau est une voie de pénétration possible, mais négligeable comparativement à l'inhalation ou l'ingestion.

 

PRÉCAUTIONS

 

Dans le cas des personnes souffrant de troubles rénaux ainsi que celles qui prennent des médicaments antithyroïdiens, du lithium, du captopril, de l'énalapril, du lisinopril, ou un diurétique d'épargne de potassium, il importe de surveiller la fonction thyroïdienne ou la concentration de potassium dans le sang.

 

MISES EN GARDE

 

Une administration de doses à répétition doit être évitée chez les femmes enceintes ou qui allaitent, et chez les bébés de moins d'un mois.

 

Les symptômes de réactions allergiques (rares), tels qu'une éruption cutanée aiguë, l'essoufflement, des difficultés respiratoires, des troubles d'élocution ou des difficultés à avaler, le gonflement de certaines parties du visage et du corps, de la fièvre et des douleurs articulaires nécessitent une attention médicale immédiate.

 

L'administration à court terme d'iodure de potassium à raison de doses de blocage thyroïdien ne présente relativement pas de danger, et ce, d'une manière générale, encore plus chez les enfants que chez les adultes. Les risques associés à l'administration d'iode stable englobent la sialoadénite (une inflammation des glandes salivaires, dont aucun cas n'a été signalé en Pologne parmi les utilisateurs après l'accident de Tchernobyl), des troubles gastro-intestinaux, des réactions allergiques et des éruptions cutanées mineures.

 

INDICATIONS

 

L'iode de potassium se destine à être utilisé dans une situation d'urgence mettant en cause la libération d'iode radioactif dans l'atmosphère. Ce médicament doit être pris en complément d'autres mesures visant à éviter l'exposition à des rayonnements radioactifs, telles que l'évacuation, la protection dans un abri, ainsi que des mesures de contrôle agricoles et alimentaires destinées à limiter la vente et l'ingestion d'aliments contaminés par de l'iode radioactif.

 

CONTRE-INDICATIONS

 

Toute personne qui présente une certaine sensibilité à l'iode, qui est atteinte d'une maladie thyroïdienne et qui souffre de troubles cardiaques ne devrait pas prendre d'iodure de potassium, de même que toute personne souffrant de dermatite herpétiforme et de vasculite hypocomplémentémique – des troubles extrêmement rares associés à un risque accru d'hypersensibilité à l'iode. Les personnes atteintes d'un goitre multinodulaire, de la maladie de Graves, ou de thyroïdite auto-immune doivent être traitées avecprudence, surtout si la dose est administrée pendant plus de quelques jours. De telles maladies sont courantes chez les adultes, mais relativement rares chez les enfants.

 

POSOLOGIE ET ADMINISTRATION

 

En règle générale, la décision d'instaurer un traitement à base d'iode sera prise par les autorités en matière de santé publique, selon l'évaluation du degré d'exposition à l'iode radioactif survenue à la suite d'une urgence nucléaire. Les recommandations posologiques qui suivent doivent être interprétées avec une certaine flexibilité afin de permettre une efficacité et une innocuité optimales de la posologie selon les exigences dictées par une situation d'urgence donnée.

 

ADULTES (FEMMES ENCEINTES) ET ADOLESCENTS (+ de 70kg)
Un comprimé de 130mg.

 

ENFANTS DE 3 ANS À 12 ANS

½ de comprimé

 

ENFANTS DE 1 MOIS À 3 ANS

¼ de comprimé

 

BÉBÉS DE MOINS DE 1 MOIS

1/8 de comprimé

 

Chaque comprimé ou partie de comprimé doit être pris avec un grand verre de liquide (250 mL) afin d'aider à réduire les maux d'estomac. Les comprimés ou parties de comprimés peuvent être émiettés et mélangés à de l'eau, du lait, du jus, du bouillon, une boisson gazeuse dégazéifiée, du lait au chocolat à faible teneur en matières grasses, de la confiture ou du lait maternisé. Lorsqu'on mélange à un liquide ou des aliments, s'assurer que la dose entière soit bien ingérée.

 

L'iode de potassium doit être pris avant, pendant, ou aussitôt que possible après l'exposition. L'effet de blocage de la thyroïde d'une dose unique d'iode de potassium persiste pendant environ 24 heures. À l'exception des nouveau-nés et des femmes enceintes ou qui allaitent, on peut prendre une dose d'iode de potassium par jour jusqu'à ce que le risque d'exposition à l'iode radioactif, par inhalation ou par ingestion, se soit dissipé ou selon les directives des autorités en matière de santé publique dans le cas d'une urgence nucléaire.

 

CONDITIONS D'ENTREPOSAGE

 

Entreposer à une température de 20 à 25 ºC (68 ºF). Garder dans un endroit sec, l'emballage d'aluminium intact.

 

DURÉE DE CONSERVATION

 

Au moins 2 ans. Pendant l'entreposage, les comprimés peuvent jaunir légèrement. Cette décoloration n'affectera en rien l'efficacité de l'iodure de potassium.

 

RÉFÉRENCES

 

FDA Guidance: Potassium Iodide as a Thyroid Blocking Agent in Radiation Emergencies, Novembre 2001. U.S. Food and Drug Administration, Center for Drug Evaluation and Research (CDER).

www.fda.gov/cder/guidance/4825fnl

  

WHO Guidelines for Iodine Prophylaxis following Nuclear Accidents, mis à jour en 1999; Organisation mondiale de la santé

www.who.int/environmental_information/Information_resources/documents/iodine/guide.pdf

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche