Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 20:44

 

 

 

KIT POUR CONTAMINATION RADIOACTIVE    source de Michel Dogna

(À avoir chez soi)

(1) = pharmacie      (2) =  bout diététique 

 

EN PRIORITE

 

 

Miso (2 )– 5 poches plastique ou boites

< p> - En cas de pollution radioactive :1 cuillère à café de la pâte dissoute dans un bol d’eau chaude –  4 à 5 fois par jour

- En préventif : 1 bol matin et soir 

 

Teinture d’iode (1)

En cas d’accident nucléaire, nous sommes exposés aux retombées d'iode radioactif très dangereux car il se fixe rapidement sur la thyroïde. C’est la cause des cancers de la thyroïde comme on l’a constaté après Tchernobyl. Pour limiter ce risque, il faut prendre aux 2 repas principaux 1 goutte par 10 kg de poids de TEINTURE D'IODE ou d'alcool iodé (1) afin de saturer la thyroïde en iode... ce qui évitera que l'iode radioactif ne s'y fixe. L'iode radioactif ayant une période de vie de 8 jours, au bout de quelques semaines le risque de cet iode radioactif dans l'atmosphere doit être redevenu nul. 

 

NOTA : Je ne conseille pas la forme chimique d’iode en comprimés, qui seront vendus en pharmacie sous contrôle de l'armée, ce qui fait craindre un vice caché, comme cela a été le cas pour le vaccin H1N1. 

 

EN SECOND LIEU (si l’on n’a pas de MISO)

 

Argile fine à boire (1 - 2) : 2 boites

Connue pour être faiblement radioactive, par le principe du TAO, elle a la faculté d’absorber la petite radioactivité

– 1 cuil à café pour un verre d’eau par jour, après macération une nuit. 

Chlorure de magnésium (1) – 5 sachets ou nigari en magasin Bio (moins cher)

C’est un chélateur des  radio-éléments et de plus un principe très YANG qui équilibre l’hyper YIN radioactif – 40 ml matin et soir 

 

Pectine de pomme (rayons gélifiants confitures) – 5 boites ("Vitpris" par exemple)

Ce remède a été appliqué sur des enfants irradiés de la région de Tchernobyl atteints de leucémie, par une équipe médicale qui a eu des résultats inespérés. On ne connait pas les doses utilisées, mais vu la non dangerosité, on peut improviser… 

 

La phycocyanine et la radioactivité : Chez BIOVEDAS 

L'ADN est sensible à la radioactivité, celle-­ci peut occasionner la cassure du brin d'ADN et les modifications chimiques telles que l'io­nisation des bases azotées codant l'information génétique. Une lésion favorise la mutation ou l'aberration chromosomique indui sant soit la mort cellulaire, soit l'apparition d'une tumeur. L'organisme a ses propres réponses afin de répa­rer les lésions. Lorsque celle-ci n'affecte qu'un brin d'ADN, ily a excision de la lésion et rem­placement en utilisant l'autre brin comme ma­trice. C'est le cas le plus courant. Lorsque les deux brins sont touchés, il y a recherche d'une séquence homologue par enjambement (cros­sing-over). Lorsque les lésions sont trop nom­breuses, la cellule meurt ou mute. Si la lésion de l'ADNéchappe aux mécanismes de contrôle de l'organisme, ceci amène une mutation irré­versible fixée dans le génome. La cellule mère mutée donnera des cellules filles identiques, et ainsi de suite. La réplication d'une cellule mutée est en rapport avec l'indice de divi sion d'une cellule. Les cellules précurseurs des cel­lules sanguines se multiplient en permanence, lorsque celles-ci sont touchées la conséquence est une leucémie aiguë lymphoïde qui apparaît généralement lors des deux années suivant l'ir­radiation. A l'inverse, les cellules souches des bronches se renouvellent peu, les tumeurs n'ap­paraîtront que 10 ans plus tard. Chez l'enfant, la fonction thyroïdienne largement sollicitée sera sujette à cancer. Au-delà de la sensitivité des tissus concernés, la gravité dépendra du type de radiation, de la dose absorbée mais aussi de la vitesse d'absorption. Une irradiation courte et intense provoque la mort de la cellule, les ef­fets sont visibles rapidement. Une irradiation plus longue mais moins intense laisse le temps à l'organisme de réparer les li aisons. La mesure de l'effet biologique du rayonnement se mesure en sieverts (Sv).

 

Voici quelques exemples:

- 0,05 Sv : modification de la formule san­guine par mort des globules blancs et rouges,

- 0,5 à 1 Sv : troubles digestifs, perte de cheveux et poils, fatigue, stérilité, cancer, etc.                                                                     - 2,5 à 4 Sv : nausées, vomissements,

- 6 Sv : risques de perforations intestinales,

- 7 Sv : 90% de mortalité dans les mois suivant,

- 100 Sv : Mort dans les heures qui suivent,

- 1000 Sv : Mort dans les minutes qui suivent.

 

Dans le cadre de la radioactivité et de ses effets dévastateurs, comment la phycocyanine peut-elle nous aider?


Une étude démontre (sur le rat) la correction des effets d'une exposition aux rayons X à dose de 5 Gy (le gray est l'unité de mesure de la dose absorbée), ce en quatre semaines. Pour vous faire une idée, sachez qu'à partir de 1 gray les globules blancs et rouges et les plaquettes sont détruits. Nous avons vu dans le chapitre « la phycocyanine et le sang» la capacité de cette dernière à favoriser la production de cellules souches ainsi que leur différenciation au sein de la moelle osseuse. Les enfants de Tcherno­byl dont la moelle osseuse est atteinte sont im­munodéficients. La ph ycocyanine ainsi que les éléments de la spiruline associés permettent de favoriser un rétablissement en six semaines !

Nous avons également vu au chapitre de l'immunité la capacité de la phycocyanine à in­hiber les cassures dans un brin d'ADN. Comme nous l'avons déjà dit, les polysaccharides spé­cifiques accompagnant la phycocyanine per­mettent d'améliorer l'activité enzymatique du noyau cellulaire ainsi que la synthèse répara­trice de l'ADN. Enfin, la puissante activité anti­radicalaire et antioxydante de la phycocyanine permet à l'organisme de mieux se défendre.

Il nous paraît que la phycocyanine est d'un usage incontournable dans le cadre des rayon­nements, qu'ils soient de nature accidentelle ou de nature thérapeutique dans le cadre de soins anticancéreux . Elle est à intégrer dans le cadre de ces soins, mais plutôt que d'en faire un usage curatif suite à un cancer, nous conseillons fortement un usage préventif. Il est toujours préféra­ble d'entretenir sa santé que de se battre contre une maladie ! 

 

Utilisation post-radiative de complexes contenant des vitamines et d'un extrait de phy­cocyanine dans les lésions faites par radiation chez le rat

Karpov LM, Brown II,Poltavtseva NV, Ers­hova ON, Karakis SG, Vasil'eva TV, Chaban IuL.

Mechnikov Odessa State University, Ukrai­na.

 

Extrait du livre: LA PHYCOCYANINE Editions M

 

 

 

Les taux de radioactivité

 

 

Radioactivité, la situation au 12 mars 2011, accident de Fukushima

http://www.irsn.fr/FR/popup/Pages/irsn-meteo-france_19mars.aspx

 

 

Radioactivité de l'air à Tokyo le 21 mars 11

communiqué de la crirad sur l'air à Tokyo :
.
Radioactivité de l'air au Japon :
les quelques résultats enfin disponibles sont très inquiétants
.
Depuis 5 jours, de la radioactivité s'échappe de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI sans que l'on puisse évaluer les risques encourus par les populations. On n’a en effet aucune idée des quantités de produits radioactifs relâchées dans l’environnement et aucune cartographie des activités volumiques de l’air n’a été publiée. Seuls des relevés dosimétriques (débits de dose en µGy/h ou µSv/h) sont disponibles et seulement pour certains secteurs géographiques. Les plus exposés – la Préfecture de Fukushima notamment – sont très peu documentés [la situation est en train de changer]. Ces résultats ne rendent compte que de l’exposition externe et peuvent donc sous-évaluer considérablement les niveaux de risques.

En situation accidentelle, il est indispensable de disposer, en temps réel, des ordres de grandeurs de la contamination de l’air qui 1/ détermine le risque encouru par inhalation de gaz et d’aérosols radioactifs ; 2/ conditionne – en association avec les paramètres météorologiques - l’intensité des dépôts au sol et par conséquent les niveaux de contamination de la chaîne alimentaire.


Tout un cocktail de produits radioactifs dans l’air de Tokyo
Le laboratoire de la CRIIRAD a pu accéder aux mesures effectuées par le Tokyo Metropolitan Industrial Technology Research Institute sur les poussières atmosphériques prélevées à Tokyo, dans l’arrondissement de Setagaya, sur la période du mardi 15 mars minuit au mercredi 16 mars 18h (heures locales), soit 42 heures de suivi.

Les résultats publiés concernent 4 radionucléides (produits radioactifs) : iode 131, iode 132, césium 134 et césium 137. Moyennées sur les 42 heures de suivi, les activités sont les suivantes :
- Iode 131 : 14,9 Bq/m3
- Iode 132 : 14,5 Bq/m3
- Césium 134 : 3,4 Bq/m3
- Césium 137 : 3,2 Bq/m3


Accéder aux tableaux de résultats :
1. Mise en forme CRIIRAD
2. Originaux de l’Institut de Recherche de Tokyo : 15-03-11 ; 16-03-11 ; 17-03-11
En situation normale, le seul radionucléide que l’on s’attend à mesurer dans l’atmosphère est le césium 137. Du fait des essais nucléaires militaires et de la catastrophe de Tchernobyl, subsiste en effet une contamination résiduelle mais heureusement très faible : de l’ordre de quelques µBq/m3. (1µBq = 10-6 Bq) Une valeur moyenne de 3,4 Bq/m3 représente une augmentation considérable du niveau de radioactivité : de l’ordre de 1 million de fois.

Précision importante : l’air contient nécessairement d’autre radionucléides : probablement des gaz rares radioactifs comme le krypton 85 et le xénon 133 mais également du tritium, du tellure 132, des isotopes du ruthénium, du tellure, du strontium. Il faudrait également savoir si l’air contient des transuraniens, des émetteurs alpha très radiotoxiques comme les plutoniums 238,239 ou 240 ou encore l’américium 241.

Si l’on considère l’évolution des concentrations dans le temps, on constate que le niveau de radioactivité de l’air a très fortement augmenté sur Tokyo le 15 mars, entre 10h et 12h, avec un pic de radioactivité sur les poussières prélevées à 11h :
- Iode 131 : 241 Bq/m3
- Iode 132 : 281 Bq/m3
- Césium 134 : 64 Bq/m3
- Césium 137 : 60 Bq/m3 (soit plus de 10 millions de fois le niveau antérieur aux accidents nucléaires)
Accéder au graphique établi par la CRIIRAD (résultats actualisés au 17 mars)

A partir d’une activité moyenne en iode 131 de 15 Bq/m3, nous avons calculé les doses équivalentes à la thyroïde qu’ont pu recevoir en 48 heures les enfants habitant Tokyo. Les résultats restent inférieurs au milliSievert (mSv) et par conséquent au seuil d’intervention de 10 mSv défini par l’OMS pour l’administration de comprimés d’iode stable.

Il faut cependant souligner que les chiffres utilisés pour les calculs sous-évaluent très probablement l'activité réelle de l'air. L’air a, en effet, été échantillonné à partir de filtres à poussières. Pour obtenir un bilan complet, il faudrait disposer de résultats sur des filtres à charbon actif capables de piéger les gaz, et notamment les formes moléculaires et organiques de l’iode. Elles peuvent représenter une part importante, voire majoritaire, de l’iode présent. Cette information doit être obtenue d’urgence. Que se passe-t-il plus au nord ?

Le plus préoccupant est que Tokyo n'est pas le secteur le plus touché par le passage des masses d'air contaminé.

L’analyse des relevés de débits de dose disponibles le montre clairement. Ces quelques éléments très – trop – lacunaires nous conduisent à nous interroger sur les niveaux d’exposition des personnes résidant à moindre distance de la centrale de FUKISHIMA DAIICHI (Tokyo est situé à 230 km au sud). A quels niveaux de contamination ont été exposés les habitants de la Préfecture de Fukushima (l’évacuation est limitée à un rayon de 20 km) ou encore ceux du secteur d’ONAGAWA où les débits de dose ont été multipliés par 100, voire par 1 000 (à Tokyo, l’augmentation n’aurait été que d’un facteur 16) ?

Et qu’en est-il des habitants de la Préfecture d’IBARAKI où l’élévation du niveau de rayonnement ambiant est un peu supérieure à celle de Tokyo et surtout bien plus prolongée ?

La CRIIRAD ne souhaite qu’une chose, c’est d’être rassurée sur les niveaux d’exposition de la population. Si les autorités considèrent que les niveaux de risques sont minimes, elles doivent le démontrer, chiffres à l’appui.

Si l’on se base sur les informations publiées par l’AIEA, jusqu’au mercredi 16 mars, l’ordre d’administrer des comprimés d’iode stable à la population n’avait pas été donné. L’AIEA indique que dès le 14 mars dernier, les autorités japonaises avaient distribué 230 000 tablettes de comprimés d’iode stable aux centres d’évacuation mais sans donner l’ordre de les administrer aux habitants. Or, la zone d’évacuation était encore hier limitée à un rayon de 20 km autour de FUKUSHIMA DAIICHI et consigne était donnée aux personnes résidant dans un rayon de 30 km de se confiner chez elles.

Le problème, c’est que le confinement ne peut apporter qu’une protection très provisoire : une habitation n’a rien d’une enceinte étanche : en quelques heures tout le volume d’air intérieur est renouvelé.

On gagne un peu de temps en calfeutrant toutes les ouvertures mais le confinement n’est absolument pas adapté à une contamination qui persiste sur plusieurs jours. L’aide internationale doit se mobiliser pour apporter la logistique nécessaire à l’évacuation des personnes sur un périmètre bien plus large. Ceci aurait dû être fait bien plus tôt. En attendant, il faut limiter les risques et l’iode stable est un moyen efficace – s’il est pris à temps ! – de limiter l’irradiation de la glande thyroïde et donc la survenue ultérieure de cancers ou d’autres pathologies thyroïdiennes. Rappelons également que l’iode stable n’est pas la panacée : il ne protège ni de l’irradiation externe, ni de la contamination par les autres radionucléides.


Dépôts au sol et contamination des aliments
La radioactivité présente dans l’air se dépose progressivement au sol et sur les végétaux. Les dépôts secs sont intensifiés par la pluie qui lessive les masses d’air contaminé et précipite au sol les particules radioactives (aérosols) et les gaz solubles (iode notamment).

Il faut disposer au plus vite d’une cartographie des activités surfaciques (Bq/m2 de sol) permettant de recenser les zones à risque et de cibler les mesures à prendre pour le retrait des aliments contaminés ou les mesures de prévention (alimentation du bétail en fourrage non contaminé par exemple).

Concernant la contamination de la chaîne alimentaire, il faut rappeler que depuis 5 jours, des quantités très importantes de produits radioactifs sont rejetées à la mer. Il faut donc vérifier l’impact de ces rejets sur les produits de la mer dans les zones proches et en fonction des courants.

Le fait de connaître les niveaux de contamination des paramètres clefs de l’environnement n’est certes pas une garantie de protection. Il est en revanche certain que l’absence de données ne peut qu’empirer les choses. L'opacité n’a jamais profité à la défense des intérêts sanitaires de la population. Tchernobyl l’a clairement démontré.


Pour comparaison
D’après les chiffres officiels, dans le sud-est de la France, une des régions les plus touchées par les retombées radioactives de Tchernobyl, l’activité moyenne de l’air du 1er au 3 mai 1986 était comprise :
- pour le césium 137 : entre 0,3 et 0,9 Bq/m3 à comparer à la concentration moyenne sur 2 jours de 3,2 Bq/m3 à Tokyo
- pour l’iode 131 : entre 0,6 et 4,2 Bq/m3 à comparer à la concentration moyenne sur 2 jours de 14,9 Bq/m3 à Tokyo




17 03 2011
CRIIRAD
471 avenue Victor Hugo
26000 Valence
Tel : 04 75 41 82 50
Fax : 04 75 81 26 48


E-mail : communication@criirad.org
http://www.votresante.org/suite.php?dateedit=1300374722
('voir liens plus bas)
.
Santé :
.
Le docteur Liebke de l'Université de Hambourg intervient dans la conférence du Docteur Klinghardt par deux fois. La première vidéo sur un cancer du sein (en 2002) et la façon douce et naturelle de traiter ce cancer. A vous d'écouter cette vidéo, mal filmée mais le son est bon, la traduction excellente, les résultats sur ce cas fort intéressant.  

Ce même médecin apporte là, la démonstration scientifique et biologiquement contrôlée de la guérison de son fils victime des métaux lourds transmis par la maman lors de la gestation. Les médecins allemands et suisses, de même que beaucoup de professionnels américains choisissent des méthodes de soins souvent naturelles, parfaitement étudiées par la biologie moléculaire (renforce le terrain, les défenses immunitaires, ne sont pas mutilantes) et plus précisément par les laboratoires oeuvrant en harmonie avec le Dr Klinghardt.  
 
Ne pas oublier la première vidéo de Klinghardt à Zurich très révélatrice et porteuse de grands espoirs pour ceux qui refusent toute thérapie employée jusqu'à l'heure. Cette dernière ( la conférence) est sur le même site.
.
Séisme en Californie,
les dernières infos :

Cela en devient de la folie, les californiens sont effrayés par les radiations du réacteur de Fukushima qui viennent les contaminer même s'il n'y a aucun risque, tout est normal, ils n'ont pas à s'affoler. Il y a une autre inquiétude, le séisme qui menaçait l'état et une partie du reste du pays le 09 [...]

Lire la suite

 

 

Liens votresanté.org

 

Catastrophe nucléaire majeure : un nou...
 Quatre enfants sont morts au Japon à l...
 Les sous-marins nucléaires anglais met...
 Un petit déjeuner rééquilibrant
 Le “bébé médicament”
 Architecture du vivant : un rapport de...
 Vaccination et cancer des enfants
 Encore le gaz de schiste
 Les vaccins obligatoires
 La loi de bioéthique : le Collectif de...
 Les très nombreuses victimes du Gardas...
 Nouveau transport de déchets hautement...
 Un prochain scandale sanitaire, le Gar...
 La métaphore de la grenouille
 Dérapage sur les personnes trisomiques...
 Sauvons les abeilles
 Solitud'écoute, une plateforme télépho...
 Jean-Luc Harousseau est pressenti pour...
 Exercice de crise à Gravelines : un bi...
 Les Français méfiants face à la légali...
 Le Réseau "Sortir du nucléaire" porte ...
 Bonne année 2011
 Le Professeur Louis Rey est décédé à l...
 Vers le premier traitement oral de l’u...
 Décès du Dr André Passebecq
 BNP : stop aux investissements radioac...
 Le mariage Gates et Monsanto : attenti...
 La “maladie du hamburger”, plus qu’un ...
 Le ribosome eucaryote dévoile enfin sa...
 Alliance écologiste
 Contamination radioactive à Saint-Maur...
 Beljanski : une nouvelle publication a...
 Aider à payer la caution en faveur des...
 Répression contre les militants
 Identification de nouveaux circuits ne...
 Soutien à Elisabeth Lathuille, sage-fe...
 Le train d'enfer change d'itinéraire
 Aliments irradiés : aurons nous le cho...
 Le Bisphénol A pénétrerait l’organisme...
 DPI : le dépistage ne doit plus être s...
 Nagoya : Eviter un Copenhague de la bi...
 La face obscure de la mammographie
 Plan sida
 Quel est le coût de votre prothèse den...
 La présidente de l’Autorité européenne...
 L'avis de l'EFSA sur le Bisphénol A : ...
 Grande victoire pour l’industrie pharm...
 Les dérives de la médecine par le Pr B...
 Otages du Niger : le vrai prix de l'él...
 Pour la fermeture de la centrale nuclé...
 Maladie de Parkinson : le tube digesti...
 Des sages femmes pour animer des ateli...
 Allemagne : la sortie du nucléaire s'é...
 Le resveratrol : un polyphénol aux pro...
 Manifestation pro-végétarienne représe...
 Troubles digestifs : un espoir thérape...
 Incendies et contamination radioactive...
 Risque d'accident nucléaire majeur à M...
 Eviter la démence après 65 ans
 De plus en plus d'aliments irradiés à ...
 Areva cesse ses exportations de déchet...
 Luc Vérardo est mort
 Grenelle 2, adoption définitive du pro...
 BP est le plus grand pollueur de l’eau
 Exposition au chlordécone et risque de...
 Pollution électromagnétique : la prati...
 Découverte de “cellules caméléon” : un...
 La bio hors-la-loi !
 Non au projet de loi facilitant les in...
 Un revenu de vie
 Bisphénol A : l'INSERM reconnaît la da...
 La lovastatine : une piste contre la p...
 Tueries familiales
 Comment le cerveau humain mémorise-t-i...
 L’Ordre de Malte au Festival Futur Com...
 Création d'un Observatoire français de...
 Maintenir public l’hôpital
 Ouverture du site internet Spipoll (Su...
 L'autorisation des essais en plein cha...
 Nous ne sommes que poussière face aux ... 

 


Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche