Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 avril 2012 4 12 /04 /avril /2012 03:13

Raymond et Lucie Aubrac,

le courage d'espérer et de lutter

Par Ségolène Royal

 

 

.
Raymond Aubrac nous a quitté. Il fut, sa vie durant, un homme de conviction et d’engagement, attaché à transmettre aux générations suivantes les idéaux toujours actuels de la Résistance et les valeurs de justice sociale qui doivent rester de solides repères pour agir dans le monde d’aujourd’hui.
Il a rejoint Lucie Aubrac, compagne de toute une vie et de tous les combats.
Ensemble, quand la France était au plus bas, ils eurent le courage d’espérer et de lutter.

Nommé à 30 ans, en 1944, commissaire de la République à Marseille, il eut la passion de reconstruire le pays.Compagnon de route des communistes, il sut prendre la mesure des crimes du stalinisme. Il s’impliqua aux côtés des pays qui refusaient la domination coloniale et voulaient tracer eux-mêmes leur propre route. Juif dont les parents furent assassinés à Auschwitz, il prit fermement position pour une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens.

Avec d’autres qui furent, comme lui, de grands Résistants, il s’insurgea contre le démantèlement du pacte social de la République refondée à la Libération et appela avec force à défendre, ici et maintenant, le socle de droits proclamés par le programme du Conseil national de la Résistance.

Passeur de mémoire, il refusait la récupération.

Aux plus jeunes, il disait d’expérience qu’il ne faut jamais partir battus.

Solidement ancré à gauche, défenseur de notre laïcité républicaine, citoyen actif jusqu’à ses derniers jours, il nous laisse le bel héritage de la droiture, du courage et de la fidélité à soi-même.

Ségolène Royal
.
---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
.

Un grand témoin n’est plus. Raymond Aubrac

faisait cause commune avec Lucie, décédée il y a cinq ans.

.

 


Comme l’écrit Jean-Pierre Chevènement*, Avec Raymond Aubrac, disparaît la dernière grande figure d’une Résistance héroïque grâce à laquelle le fil de notre Histoire ne s’est pas rompu. Raymond Aubrac, Lucie sa femme, Serge Ravanel et quelques autres ont sauvé pour nous, derrière bien sûr la grande figure tutélaire du général de Gaulle et de ses compagnons de la France Libre, la fierté d’être Français. Ma première pensée va à ses enfants et petits-enfants.


Il me paraît juste de rappeler qu’à côté du patriotisme, l’engagement politique de Raymond Aubrac a été aussi pour quelque chose dans son choix de la Résistance.


Raymond Aubrac, depuis plus de trente ans, était devenu pour moi un ami. Je n’oublierai jamais la confidence qu’il m’a faite lors de l’un de nos derniers entretiens : « L’exigence des jeunes est le reflet exact du niveau d’ambition de la nation ».


Elle vaut rappel pour nous tous : soyons ambitieux pour la France : ce sera la meilleure manière de rendre durablement hommage à Raymond Aubrac.


* Raymond et Lucie Aubrac étaient présidents d’honneur de son comité de soutien, lors de l’élection présidentielle 2002.

 

Deux initiatives, récentes et remarquables, de Raymond Aubrac :


-          La Republique doit resister (tribune publiée par le quotidien Le Monde les 1er et 2 avril 2012). Le Contrat Social après guerre est aujourd'hui remis en cause. Seul l'engagement citoyen permettra de le sauver.

-          Dans une tribune publiée par le quotidien Libération, mercredi 14 mars, Raymond Aubrac et Stéphane Hessel lançaient un "appel des résistants à un vote d'espoir".

 

.

Raymond Aubrac, résistant, patriote républicain, est décédé à 97 ans

   

Programme TV - Raymond Aubrac : la télé lui rend hommage.
http://tele.premiere.fr/News-Tele/Programme-TV-Raymond-Aubrac-la-tele-lui-rend-hommage-3317576
.
.

Fidèle à Raymond Aubrac

by Patrick Le Hyaric

  C’est avec une immense tristesse que j’apprends le décès de Raymond Aubrac, un juste parmi les justes. L’un de ces hommes qui font l’honneur de la France, dans ce qu’elle a de meilleur.

Homme de courage, d’intelligence, homme d’une grande droiture, Raymond fait partie de celles et ceux qui ont permis que notre pays et son peuple empêchent le pire dans la résistance dont il était l’un des animateurs et dirigeants, aux côtés des plus connus, de Jean Moulin au général De Gaulle. On le voit encore ces jours-ci, à l’occasion des émissions télévisées qui font suite au feuilleton « Un village français » avec Jean-Pierre Azéma et d’autres résistants.

Raymond, c’est aussi la participation à la mise en œuvre du programme du Conseil national de la Résistance... 

Ce fut un grand plaisir, il y a un an de découvrir le film retraçant sa vie écrit et réalisé par Pascal Convert et Fabien Beziat, puis le débat qui a suivi avec Edgar Morin lors d’une initiative des Amis de L’Humanité. Journal auquel il était resté attaché et dont il était l’un des défenseurs.

Gardons toujours en mémoire l’appel qu’il a lancé avec quelques autres lors du 60e anniversaire du programme du Conseil National de la Résistance dans lequel ils déclarent : « Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales, alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie. »

Quelle force du propos ! De même avec Lucie, ils nous ont laissé cette formidable apostrophe : « Résister, c’est créer ! » Nous voulons y être fidèle. Nous le serons.

.

 

 

 

14 juillet 2011 : le discours anti-Sarkozy de Raymond Aubrac

 

Nicolas Sarkozy a vanté ce mercredi la mémoire de Raymond Aubrac, un de ces « héros de l’ombre qui ont sauvé l’honneur de la France, à un moment où elle semblait perdue », ajoutant :

« Nous avons le devoir d’en maintenir le souvenir vivant au cœur de notre mémoire collective. »

Puisqu’il nous y invite, et que c’est un devoir, participons à cet exercice de mémoire, en retrouvant un souvenir assez récent : le 14 juillet dernier, à la Bastille, une centaine de militants des droits de l’homme étaient réunis pour protester contre la politique sécuritaire du gouvernement.

Voir le document

(Fichier PDF)

Parmi eux figurait Raymond Aubrac, 97 ans, qui a lu l’appel à manifester du collectif Non à la politique du pilori, diffusé dès juin :

« Depuis bientôt un an, les plus hautes autorités de l’Etat s’acharnent à dresser les citoyens les uns contre les autres. Elles ont successivement jeté à la vindicte publique les Roms et les gens du voyage, les Français d’origine étrangère, les habitants des quartiers populaires, les chômeurs et précaires qualifiés d’“assistés”... Elles ont ressorti le vieux mensonge d’une immigration délinquante, elles pratiquent la politique de la peur et de la stigmatisation.

Nous avons manifesté le 4 septembre 2010, dans toute la France, contre ce dévoiement de la République. Aujourd’hui, chacun mesure la terrible responsabilité de ceux qui ont donné un label de respectabilité aux idées d’extrême droite, à la xénophobie, à la haine et au rejet de l’autre. De dérapages verbaux en pseudo-débats, de crispations identitaires en reculs sociaux, la voie a été grande ouverte à une crise démocratique encore plus grave que celle du 21 avril 2002.

Parce que nous sommes attachés aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité, nous ne supportons plus que la République soit ainsi défigurée, la laïcité instrumentalisée au service de la stigmatisation de millions de nos concitoyens, la xénophobie banalisée dans les propos de ministres et de députés qui prétendent parler en notre nom à tous. Nous refusons que la peur soit utilisée pour faire reculer nos libertés, que les inégalités soient encouragées par l’injustice fiscale, le recul des droits sociaux et la démolition des services publics.

Nous refusons cette République défigurée ; celle que nous voulons, c’est la République “laïque, démocratique et sociale” que proclame notre Constitution ; celle du 14 juillet 1789, du Rassemblement populaire de 1936, celle enfin du Conseil national de la Résistance. Celle qui s’attache inlassablement à garantir à tous l’égalité en dignité et en droits, l’égale liberté, l’égal respect de la part de ceux qui les gouvernent.

C’est pourquoi nous lançons un appel solennel au rassemblement de toutes et tous, à la mobilisation des consciences pour le retour de cette République que nous voulons plus que jamais libre, égale et fraternelle.

Deux cent vingt-deuxième anniversaire de la prise de la Bastille, ce 14 Juillet est le dernier avant l’échéance présidentielle de 2012. Sachons nous en saisir, nous rassembler pour fêter la République de la meilleure manière qui soit : en appelant nos concitoyennes et concitoyens à faire respecter ses valeurs, aujourd’hui et demain. »

 

http://www.rue89.com/rue89-presidentielle/2012/04/11/14-juillet-2011-le-discours-anti-sarkozy-de-raymond-aubrac-231080

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche