Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 04:34

 

Relations très tendues entre Washington et le Pakistan

Cela fait maintenant plusieurs mois que les relations entre les Etats-Unis et le Pakistan sont au plus mal. Il y a quelques heures, l’ambassadeur des Etats-Unis au Pakistan, Cameron Munter, a évoqué l’existence de « preuves » des liens entre « le gouvernement pakistanais » et le réseau Haqqani, soupçonné d’avoir coordonné les attaques lancées contre le QG de l’Otan et l’ambassade américaine à Kaboul. Le réseau Haqqani qui tire son nom de Jalaluddin Haqqani (un commandant moudjahidine historique de la lutte contre l’invasion soviétique dans les années 1980, qui s’est ensuite rallié au régime taliban), est soupçonné d’avoir organisé plusieurs attaques spectaculaires, ces dernières années, contre les forces américaines en Afghanistan, en utilisant comme base arrière, les zones tribales du Waziristan, dans le nord-ouest du Pakistan.

De telles déclarations surviennent à un moment délicat des relations entre les Etats-Unis et le Pakistan, alliés dans la lutte contre le terrorisme, mais qui se vouent une méfiance réciproque et tenace. Finalement, pour tenter d’apaiser ces tensions, les deux plus hauts gradés des armées américaine et pakistanaise (le chef d’état-major interarmées américain, l’amiral Mike Mullen, et son homologue pakistanais, le général Ashfaq Kayani), viennent de se parler à Séville (Espagne) en marge d’une conférence de l’Otan. Officiellement, ils se sont entendus pour reconnaître que les relations entre les deux pays doivent demeurer vitales pour la région et ont reconnu « des gestes positifs » des deux côtés. « Entre-temps, les violences se poursuivent au Pakistan, où les talibans ont attaqué dimanche au lance-roquettes un poste de police de Bara, dans le district de Khyber, près de la frontière afghane. Le bilan fait état de quinze morts ».

 
9 Comments

Publié par le 19 septembre 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Flash ALERTE TOTAL

Le 03 juin 2011, nous avions fait un article sur Total en disant que la rupture des 38.7 euros permettrait au cours de se rapprocher des supports 36-35.6-34.5 et 31.5 euros.
Nous avons testé tous les supports et le support des 30.3 euros jouera une rôle très important.
Une clôture sous ce palier permettrait probablement de renforcer la tendance de fond qui est baissière.
Dans une telle situation, les prochains supports pourraient se situer à 27.5 – 25.5 – 21 et 15.5 euros.
Pour invalider le mouvement baissier actuel, il faudrait dans un premier temps repasse au-dessus des 34.5 euros puis 45 euros.

 
27 Comments

Publié par le 19 septembre 2011 in Non classé

 

Trader Noé – Analyse indices / devises / métaux précieux

Comme nous l’avions annoncé en fin de semaine, les indices s’essoufflaient. L’indice CAC 40 n’est pas parvenu à franchir la résistance majeure des 3100 points et l’indice SP 500 n’est pas parvenu à franchir les 1230-1250 points.
D’autre part, les nouvelles sont assez floues, le problème de la dette Grecque n’est pas résolu. Désormais, on parle de recapitaliser les banques, etc…
La tendance de fond reste baissière. Actuellement le Future CAC 40 perd pratiquement 3 % à 2935 points.
Pour rappel: les supports des 2750 et 2380 points sont importants et pas si loin.

Le 13 septembre, nous avions parlé de la parité GBPUSD. Celle-ci évolue toujours dans une tendance baissière et désormais sous les 1.575. Tant que l’évolution se fait en dessous, les prochains supports à observer sont 1.495-1.4750. La rupture de ce dernier permettrait à la parité de se rapprocher des 1.32.

L’EURUSD reste dans une tendance baissière tant qu’il évolue sous les 1.3950. Les prochains supports pourraient être 1.3450 et 1.2350.

Pour l’instant le Silver spot reste beaucoup plus flou que la lecture du Gold Spot. Tout comme le Gold, nous y verrons clair début octobre. La tendance de fond reste haussière. Cependant, le niveau des 43.5 présente toujours une barrière. Le dépassement de ce niveau amplifierait le mouvement haussier. En attendant, il y a déjà une première résistance à 41.5 et la tendance courte corrige. Tant que le cours évolue sous ce palier, c’est assez délicat et la rupture des 39 permettrait peut-être une nouvelle correction vers 35-36. Seul le dépassement des 43.5 permettrait probablement au Silver spot de se rapprocher des 47.5 – 50 et plus.

 
10 Comments

Publié par le 19 septembre 2011 in Non classé

 

Le fédéralisme européen et des soucis partagés

On en parle beaucoup dans le sillage du porte-parole de l’establishment bancaire français, Jacques Attali. On oublie cependant que les Allemands, en participant à la création de l’euro, voulaient profiter de l’absence de fédéralisme budgétaire : cela lui a économiquement largement profité. Par contre, les pays faibles sanctionnés par un euro fort ont profité de taux d’intérêt bas. Communément tout le monde s’accorde pour reconnaître que cela « a conduit à une inflation basse permettant aux pays auparavant peu vertueux de profiter de taux d’intérêt à l’allemande, favorisé une convergence des cycles d’activité et évité les crises de change », écrit Philippe d’Arvisenet (directeur des Etudes économiques de BNP paribas). Il y eut cependant une conséquence de taille : « un endettement excessif, parfois public (Grèce), parfois privé (Espagne, Irlande) qui a, in fine, entraîné une montée de l’endettement public ». Maintenant, plusieurs politiciens et certains économistes recommandent le fédéralisme budgétaire (un budget commun). En réalité, ce sujet n’est pas du tout à l’ordre du jour. Chacun a ses propre problèmes, y compris les Allemands.

Un « trou » de 127 milliards d’euros pour les banques allemandes

Les dix premières banques allemandes ont besoin d’un supplément de fonds propres de 127 milliards d’euros, rapporte le Frankfurter Allgemeine SonntagsZeitung, citant une étude de l’institut d’études économiques DIW. Selon Dorothea Schäfer, directeur d’études des marchés financiers du DIW, le ratio de ces banques rapportant les fonds propres au total du bilan doit être relevé au moins à 5%. (Reuters)

 

 
18 Comments

Publié par le 19 septembre 2011 in Non classé

 

 

 

Nouvelles sur la trésorerie des entreprises et perspectives économiques peu réjouissantes

Les turbulences financières de l’été n’ont pas épargné la trésorerie des grandes entreprises françaises. Dans sa dernière enquête réalisée entre le 5 et le 15 septembre, l’AFTE COE-Rexecode constate une dégradation générale de leurs indicateurs de trésorerie et de financement. Le solde d’opinion sur la trésorerie d’exploitation, en restant toujours positif (0,3% contre 3,6% en août et 6,8% en juillet), passe ainsi sous sa moyenne de long terme (3,8% entre 2005 et 2011). «Désormais, les trésoreries ne sont considérées comme aisées que pour une minorité de trésoriers», souligne l’enquête. Si la majorité des professionnels interrogés estime que ce poste est à un niveau normal, 16% d’entre eux juge la situation «difficile».
Le repli est encore plus prononcé pour l’indicateur de trésorerie globale qui devient fortement négatif (-9,2% après -5,3 en août et -4,9% en juillet). Pour les 27% d’entreprises touchées par cette dégradation, l’environnement macroéconomique moins favorable explique à hauteur des deux tiers cette détérioration, le reste étant imputable à la reprise de l’investissement. (Source: Agefi)

Avertissement de Jean-Paul Betbèze, Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA : « Les banques se refinancent, mais avec un coût toujours plus élevé. Cela se retranscrira immanquablement dans les taux de crédit accordés aux clients. En outre, la fonction de transformation sur le long terme repose sur un pari de plus en plus difficile. Or il n’y a aucune raison pour que le prix de la liquidité transformée longue ne soit pas répercuté sur les gros utilisateurs. Cela entraînera un ralentissement économique ».

 
3 Comments

Publié par le 19 septembre 2011 in Non classé

 

La guerre monétaire est loin d’être achevée entre Washington et Bruxelles

Si le rendez-vous européen de Wroclaw (Pologne) s’est soldé par une absence de concertation entre les Etats-Unis et l’Europe, il a au moins mis en évidence quelques points qui devraient bouleverser l’ordre établi jusque-là entre Washington et certains éléments de Bruxelles.

Pour cette réunion des ministres des Finances européens, l’establishment de Wall Street avait dépêché le secrétaire au Trésor américain, Tim Geithner. Ce dernier a immédiatement mis l’accent sur les inquiétudes des Américains quant au « conflit entre les gouvernements et la Banque centrale européenne», une semaine après la démission fracassante du chef économiste de la BCE. (Voir notre article.) Les économistes américains expliquent que l’administration Obama, qui a en ligne de mire la campagne présidentielle de 2012, s’inquiète d’une contagion de la crise de l’économie européenne dans l’hypothèse d’une fracture de la zone euro. « Si la crise s’approfondit, c’est l’économie américaine qui en subirait le contrecoup, choc inverse de celui qui avait frappé l’Europe après la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008 ». L’envoyé spécial de Wall Street a pointé un doigt accusateur vers les oiseaux de mauvais augure qui expriment des « propos inconsidérés sur la fin de la zone euro ». On remarquera le cynisme de ce personnage qui omet volontairement d’avouer que les problèmes européens sont essentiellement le fait de Wall Street et de ses pièces d’artillerie que sont les JP Morgan et surtout Goldman Sachs. Les analystes de JP Morgan parlent d’un « sentiment croissant selon quoi la crise va prendre une tournure très désagréable (…) … la fin de partie de l’Union monétaire européenne approche à grands pas », et leurs collègues de Goldman Sachs s’inquiètent ouvertement de ce que veulent les Allemands : « Où veulent-ils réellement emmener l’euro ? ».

Pour sa part, le Belge Didier Reynders a osé dire à Tim Geithner que les Européens n’ont pas de leçon à recevoir d’un politicien dont le pays croule sous les déficits et où les politiciens ne parviennent même pas à s’entendre sur le moyen de les résoudre. « L’Amérique n’a rien à nous dicter quand elle-même refuse platement nos suggestions », ajoute l’Autrichienne Maria Fekter. Plus diplomatique, Jean-Claude Juncker (président de l’Eurogroupe) a tout de même expliqué à Tim Geithner qu’il existe des « différences d’approche » entre les Américains et les Européens. S’agissant enfin des Européens, on a vu leur désaccord puisqu’ils (Eurogroupe) ont repoussé jusqu’à mi-octobre toute décision sur le versement de 8 milliards d’euros à la Grèce.

Ces éléments ne laissent nullement augurer une cessation de tirs de Wall Street sur le secteur bancaire européen. Les attaques contre les bancaires européennes reprendront de plus belle. N’oublions pas ce que LIESI a dit dans le numéro 238, du 15 septembre 2011 :

Aujourd’hui, l’establishment américain est parfaitement conscient qu’en déclenchant le scénario de cette « bonne crise majeure », ainsi appelée par David Rockefeller en septembre 1994, pour introduire le Nouvel Ordre Mondial, les Etats-Unis sont condamnés à l’effondrement. Par contre, tous les moyens sont employés pour faire tomber l’Europe AVANT. Ce qui arrive concernant le système EURO ne surprendra pas le lecteur, puisque LIESI l’avait annoncé le 31 décembre 2010, en citant le pasteur Lindsey William.

Le 15 décembre 2010, le pasteur Lindsey Williams était interviewé par Alex Jones, tout particulièrement sur les confidences faites par un certain M. Fromm, aujourd’hui décédé. C’était, explique le pasteur, un « homme puissant de l’establishment ». Parmi les sujets abordés, il y eut celui de l’euro.

« L’Union européenne va avoir un très gros problème. (Que dire aujourd’hui, huit mois après? Ndlr) On me l’a déjà dit. L’euro s’effondrera avant le dollar américain et quand cela arrivera, vous n’aurez que deux à trois semaines pour quitter le papier. Souvenez-vous de ce que M. Fromm m’a dit, il y a deux ans. Il a dit : ‘‘Pasteur, quittez tout ce qui est papier. Comprenez bien ce que mon conseil signifie. (…) Vous perdrez énormément si vous ne le faites pas. (…) Quand l’euro va s’effondrer, liquidez tous vos comptes bancaires, sans quoi vous perdrez tout. Je ne sais pas comment dire les choses plus simplement ».

 
41 Comments

Publié par le 18 septembre 2011 in Non classé

 

Infos actualités

Lesanards n°37 – Les ministres des Finances du G8, réunis à Marseille, se sont engagés à verser 38 milliards de dollars à la Tunisie, à l’Egypte, au Maroc et à la Jordanie sur la période 2011-2013 et ont déclaré que le Conseil de transition au pouvoir en Libye serait invité à s’associer à ce programme.

Le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, se prépare à une faillite de la Grèce, affirme l’hebdomadaire allemand der Spiegel. Seraient proposées des lignes de crédit préventives censées porter secours à l’Espagne et l’Italie, au cas où les investisseurs ne voudraient plus payer après une faillite de la Grèce.

Un membre du gouvernement italien a confirmé l’existence de discussions avec l’empire du milieu sur d’éventuels investissements de Pékin dans la troisième économie de la zone euro. Contraint d’emprunter à des taux prohibitifs, Rome aurait en effet demandé à Pékin de procéder à d’importants rachats de titres de sa dette souveraine.

Jacques Delors a accusé Christine Lagarde d’avoir commis « une grosse erreur politique », en évoquant la situation des banques européennes détenant de la dette grecque. « Face à la montée des risques et des incertitudes, et à la nécessité de convaincre les marchés, certaines banques ont besoin de renforcer leur capital », avait estimé Mme Lagarde vendredi avant la réunion du G7 à Marseille.

La Chine est prête à investir davantage en Europe mais demande à être reconnue comme économie de marché. C’est ce qu’a déclaré, mercredi 14 septembre au Forum d’été de Davos, Wen Jiabao, son premier ministre. Le gouvernement chinois dispose de plus de 3 000 milliards de dollars de réserves de change. Il en investit une part grandissante dans des actifs en euros et s’est déjà engagé à soutenir la Grèce, l’Espagne ou le Portugal.

Le déficit commercial de la France va pulvériser cette année son record de 2008 (56 milliards d’euros). Pierre Lellouche explique cette dégradation par l’envolée de la facture énergétique mais aussi par une perte de compétitivité de l’industrie.

Le géant bancaire suisse UBS a révélé jeudi, dans un communiqué laconique de quatre lignes, avoir été victime de transactions frauduleuses effectuées par un de ses traders, qui pourraient lui faire perdre 2 milliards de dollars. La nouvelle a fait l’effet d’une bombe dans le monde financier suisse, avec un écroulement à la Bourse de l’action UBS de plus de 8%.

La tempête que traversent actuellement les pays membres de la zone euro inquiète tous les continents, Amérique et Asie compris. Aucun pays ne veut donc voir se répéter un tel scénario : l’Union européenne, premier partenaire commercial de la Chine, est un marché crucial pour ses exportations. Or, si une récession européenne affectait la Chine, cela se répercuterait aussi sur l’Inde et le Brésil, qui ont des liens économiques très étroits avec la Chine. Pékin est par exemple le premier partenaire économique de Brasilia avec 56,2 milliards de dollars d’échanges bilatéraux en 2010. Enfin un vrai chaos.

La Poste américaine a annoncé qu’elle envisageait de fermer plus de la moitié de ses centres de tri, ce qui se traduirait par le licenciement de 35 000 personnes afin d’économiser 3 milliards de dollars par an.

 
1 Comment

Publié par le 18 septembre 2011 in Non classé

 

Une citation éclairante sur la nocivité de l’Euro, tant défendu par certains groupes obscures

« Si l’euro survit, les usines françaises mourront. Loin d’être un élixir miracle, cette monnaie n’a profité qu’à la zone rhénane et a rendu le reste de l’Europe mortellement leucémique. Je n’hésite pas à dire que Jean-Claude Trichet et ses sbires sont des criminels économiques, car ils ont fabriqué des millions de chômeurs ».

Philippe Villin (né en 1954), énarque, inspecteur des finances. Nommé vice-Pdg
du Figaro par Hersant en 1988 et de France-Soir en 1994, il est débarqué du groupe en 1995. Il est aujourd’hui banquier de sa propre société de conseil.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche