Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 04:35
© Inconnu
Une conspiration du silence

En effet, il est peu probable que les dirigeants mondiaux au plus haut niveau ne soient pas conscients de la menace d’un impact de météorite. Nous avons avancé qu’ils en sont conscients et qu’ils le sont depuis très longtemps. Le lecteur voudra peut-être consulter la série Comètes et Catastrophes de Laura Knight-Jadczyk.

Ils sont également conscients qu’ils ne peuvent rien faire pour empêcher des impacts tels que ceux décrits dans l’article ci-dessus. Et donc, ils marginalisent le sujet et feignent de ne pas s’y intéresser alors qu’ils préparent leur propre survie.

De nombreuses preuves existent qui montrent qu’une grande partie de la masse terrestre de l’Europe de l’ouest a été détruite lors d’un impact de météorite en 540, provoquant ce qui est aujourd’hui connu sous le nom d’ « Âge des Ténèbres ». D’autres preuves émanant de l’étude des cernes fossilisés et d’extraits de carotte de glace, sans parler des compte-rendus historiques, montrent que cet évènement le plus récent n’est que l’un de ceux ayant eu lieu selon un schéma cyclique tout au long de l’histoire de l’humanité.

Pour autant que nous le sachions, aucun humain n’a jamais pu en réchapper « vivant ». Peut-être que, maintenant que l’Univers, en représentant un danger clair et présent pour notre existence, attire notre attention sur cette existence, nous pourrions tous commencer, même tardivement, à nous demander quelle est la véritable signification de nos vies, individuellement et collectivement.

Et c’est ainsi que nous arrivons donc au résumé des évènements marquants de l’année écoulée (et jusqu’à aujourd’hui). Mesdames et Messieurs, accrochez-vous, ça va secouer.

Nous allons commencer avec la NASA qui a développé un nouveau télescope, le Wide-field Infrared Survey Explorer (WISE). Ce télescope scanne les cieux pour localiser les naines brunes, notamment le supposé compagnon du Soleil, appelé Némésis (nom proposé en 1983 par Richard A. Muller, physicien à l’Université de Californie, Berkeley). En six semaines, le télescope a déjà trouvé 16 astéroïdes inconnus jusqu’à présent dans les environs de la Terre.

WISE devrait trouver jusqu’à 1000 Objets Proches de la Terre, mais les astronomes estiment que le nombre d’objets inconnus ayant une masse assez importante pour causer des dommages importants lors d’un impact se situe dans les dizaines de milliers.

Un rapport datant de fin 2010 a confirmé ce que nous soupçonnions depuis tout ce temps: le nombre de comètes entrant dans le système solaire interne est en augmentation:

Il aura fallu dix ans à SOHO pour trouver son premier millier de comètes mais seulement cinq années supplémentaires pour en trouver mille de plus. C’est en partie dû à une participation en hausse des chasseurs de comètes et d’un travail fait pour optimiser les images des observations de comètes ; mais également grâce à une augmentation systématique et inexpliquée du nombre de comètes autour du soleil. En effet, en décembre uniquement, 37 nouvelles comètes ont été repérées, un nombre assez élevé pour que l’on puisse parler « d’orage de comètes. »

Et c’est exactement ce que c’était, 25 comètes s’étant écrasées dans le Soleil en l’espace de 10 jours début janvier :

Les comètes plongeant dans le Soleil – également appelées Sungrazers ne sont pas nouvelles. SOHO en voit une tous les deux jours en moyenne, plongeant vers l’intérieur et se désintégrant à mesure que la chaleur du soleil sublime ses glaces volatiles. « Mais 25 comètes en 10 jours, c’est du jamais vu », dit Battams. [...]

« Depuis que SOHO a été lancée, il y a une tendance à l’augmentation de Sungrazers de la famille de Kreutz, » indique-t-il. Un tableau dans la thèse de doctorat de Knight en 2008 montre SOHO détectant 69 Sungrazers en 1997 faisant la comparaison avec les 200 Sungrazers de 2010. « L’augmentation est importante et ne peut être mise sur le compte des améliorations de SOHO ou de l’amélioration des compétences des chasseurs de comètes. »

Quelles sont les répercussions possibles d’un tel spectacle pour nous les Terriens si, selon la NASA, nous sommes en sécurité aussi longtemps que celui-ci ne nous tombe pas sur la tête, et que les chances de collision frontale sont minces ? Au fait, si vous voulez notre avis sur la valeur de l’avis de la NASA, nous leur conseillons d’arrêter la drogue avant de nous parler des extraterrestres.

En fait, l’un des plus grands mensonges racontés pendant des siècles et qui a un impact sur tout, tout particulièrement la science, est que tout ce qui arrive sur cette planète a pour origine cette planète. A l’exception de quelques « rares » évènements potentiellement destructeurs comme des éruptions solaires massives, nous sommes soi-disant complètement isolés de tout ce qui se passe dans notre système solaire. Le bon sens nous dit que tout est lié mais pour une raison particulière, ce lien s’arrête quelque part dans les couches supérieures de l’atmosphère. Comme nos esprits sont confus !

C’est cette confusion fondamentale qui permet d’accepter des idées absurdes comme le réchauffement planétaire. Mais de manière biaisée, les contes d’Al Gore ne sont pas si fous. En fait, nous pourrions dire qu’il dit des demi-vérités. Selon lui, le monde doit s’attendre à :

« une catastrophe inimaginable nécessitant des mesures préventives de grande envergure pour protéger la civilisation humaine telle que nous la connaissons. » Une catastrophe affreuse à quel point ? « Le déplacement de centaines de millions de réfugiés climatiques, la guerre civile, le chaos et la chute des gouvernements dans de nombreux pays en voie de développement, des pertes de récoltes à grande échelle et la propagation de maladies mortelles. »

© Inconnu
Nuages noctulescents

Et cette partie est probablement vraie. Ce qui n’est pas vrai, c’est que cela est dû au réchauffement climatique, mais plutôt au changement climatique causé par les changements dans notre environnement cosmique, c’est-à-dire L’Ere Glaciaire Arrive.

Ce que nous pensons qu’il se passe réellement, en nous basant sur nos recherches jusqu’à présent, c’est que les couches supérieures de l’atmosphère se refroidissent parce qu’elles sont remplies de poussière de comète, visible sous forme de nuages noctulescents et autres formations de l’atmosphère supérieure.

Des nuages noctulescents magnifiques et envoûtants (aussi appelés nuages mésosphériques polaires) étaient jadis considérés rares. Mais de nos jours, ils font s’interroger les scientifiques à cause de leurs changements importants récents. Apparemment, les nuages brillent plus fort, sont visibles plus fréquemment, à des latitudes de plus en plus basses et apparaissent maintenant même en journée. Si les scientifiques étaient autorisés à effectuer des recherches interdisciplinaires honnêtes, de tels changements ne seraient pas un mystère.

Ils seraient capables de voir que la poussière de comète est chargée électriquement, ce qui ralentit marginalement la rotation de la terre. Ce ralentissement réduit le champ magnétique, exposant la terre à des radiations cosmiques plus dangereuses et stimulant le volcanisme. Le volcanisme sous-marin chauffe l’eau des mers, chauffant à son tour l’atmosphère inférieure et la saturant d’humidité.

L’humidité atteint l’atmosphère supérieure plus fraîche et contribue à un mélange fatal qui mène inexorablement à une Ere glaciaire, précédée par une courte période d’augmentation rapide des gaz à effet de serre et à des « poches chaudes » dans l’atmosphère inférieure, de fortes pluies, de la grêle, de la neige et des inondations.

Attendez-vous à ce que cette tendance continue mais ne croyez pas au « réchauffement climatique causé par l’homme ». S’il y a eu réchauffement, il n’est qu’un prélude à une Ère glaciaire. Espérons qu’il n’y ait pas de morceaux catastrophiquement gros dans ce nuage de poussière de comète passant dans notre système solaire. Tout cela n’est pas très prometteur, comme nous le verrons bientôt.

Une catastrophe inimaginable, effectivement.

Rappelez-vous de cette image des deux soleils prise le mois passé en Chine.

© CTV
Image d’un deuxième soleil en Chine

Nous avons entendu qu’il s’agit d’une sorte de « parhélie » qui se forme lorsque la lumière du soleil se reflète à travers des crystaux de glace et forme des effets de halo frappants, mais puisqu’il ne s’agit pas d’un cas isolé et exclusivement hivernal, nous proposons que ces « deux soleils » et d’autres phénomènes anormaux similaires soient un « mirage » d’un certain type qui se produit quand le soleil est reflété par l’atmosphère modifiée. C’est-à-dire, une combinaison d’accumulation possible de poussière de comète et de modifications dans les couches de l’atmosphère.

De plus, quand avez-vous entendu ou vu pour la dernière fois « deux soleils » ? C’est une preuve flagrante de changements importants dans l’atmosphère et la question que vous devez vous poser est : « pourquoi ? »

D’autres indications que quelque chose de radicalement différent se passe dans notre atmosphère sont des contrails vivaces laissées par des lancements de fusées, comme celui filmé au-dessus de Kopeysk en Russie méridionale, juste au-dessus de la frontière avec le Kazakhstan, en décembre passé :

Si ces fusées sont des missiles balistiques intercontinentaux américains ou, et c’est plus probable vu leur localisation, des fusées russes comme celle qui a produit une spirale bizarre au large des côtes de la Norvège pendant cette même dernière semaine de décembre, ce qui les rend si spectaculaires, c’est l’interaction de leur gaz d’échappement avec la poussière de comète dans l’atmosphère supérieure, dissipant les traces lentement comme si elles étaient en suspension dans une solution atmosphérique plus dense que la normale.

Voici un autre exemple de la navette spatiale Discovery produisant un spectacle coloré pas moins impressionnant que les nuages noctulescents (vous pensez qu’il y a un lien?)

© Adam Bojanowski

Lancement de la navette spatiale en avril 2009: nous voyons pourquoi les anciens décrivaient les comètes et les boules de feu comme des « dragons dans le ciel »

Regardez aussi la vidéo suivante du lancement de la fusée Soyouz 2 transportant le satellite Glonass-K afin d’apprécier la similitude d’apparence avec les «annonciateurs de catastrophe » à queue.

Que ce soient des lancements de fusée ou des arrivées de comètes, le spectacle incroyable qu’ils produisent dans le ciel nous dit quelque chose sur les changements de sa composition. Laura Knight-Jadczyk a récemment écrit sur l’écran de fumée que sont les chemtrails, dont la plupart n’en sont pas en fait ; la suspension des contrails des jets dans l’atmosphère est un autre signe nous disant que le ciel lui-même est en train de changer.

Nous essayons d’être hypervigilants par rapport à toutes les idées véhiculées par la scène alternative, qui, après une analyse et une enquête complètes s’avèrent toujours être comparables aux mensonges des médias traditionnels et ne sont que des diversions COINTELPRO (de contre-renseignement), ne faisant que rendre les choses plus absconses. Et les « chemtrails » en font partie. Comme Laura Knight-Jadczyk l’écrivait à la fin de cet article:

Je pense avoir apporté des éléments qui donnent largement matière à réflexion concernant les prétendus « chemtrails » et qui suggèrent que, oui, quelque chose de bizarre est effectivement en train de se passer, mais ce n’est pas ce que vous pensez. En fait, c’est pire. OUI, quelque chose ne va PAS DU TOUT dans nos cieux – mais il ne s’agit pas de chemtrails. Les CONTRAILS eux-mêmes ont changé, et CELA est en soi un énorme signal d’alarme concernant notre atmosphère et notre climat ; et les implications sont bien plus effrayantes que l’hypothèse d’un empoisonnement massif par une poignée de cinglés au Pentagone – car enfin, nous pourrions survivre à ça. Par contre, la plus grande partie de la vie sur Terre NE survivra PAS à ce que laissent présager ces contrails !

Voici nos candidats pour le Grand Concours 2010 du « Feu dans le Ciel » :

« Comme quelque chose sorti tout droit d’Armageddon »: une boule de feu au-dessus de l’Irlande

Bon, nous savons que les astronomes aiment faire passer ces évènements pour « extrêmement rares » ou « extrêmement communs », selon l’objectif, mais aussi que la qualité des enregistrements dans certains cas laisse à désirer. Mais il y avait un autre article curieux sur les impacts de météorite de l’autre côté de l’Atlantique. Apparemment, les météorites sont communes en Alberta du Nord. Est-ce possible que l’observation ou les impacts de météorites soient plus communs à certains endroits ? Si c’est le cas, quelle est en la raison ?

Whyte a remarqué qu’Alberta est riche en météorites et il cite des exemples comme le cratère vieux de 1100 ans près de Whitecourt ; des découvertes près de Ferintosh, Vulcan, Kinsella, Mayerthorpe, Bruderheim ; la météorite d’Edmonton, de renommée nationale jusqu’au météore d’Iron Creek. La liste est interminable.

Mais rien de tout cela n’est nouveau. Les chasseurs de météores ont passé la province au peigne fin depuis près d’un siècle et ont tenté par tous les moyens de trouver ces extraterrestres, sondant même les profondeurs du Lac Wabamun ou fouillant des kilomètres carrés de marais et de forêt suite à une intuition ou une observation rapportée.

Les années 60 étaient une décennie en or dans l’histoire de la chasse au météore d’Alberta. Pas moins de 7 furent trouvées sur une période de 8 ans, un record jamais égalé au Canada jusqu’au 21e siècle.

Passons maintenant à une boule de feu énorme qui a explosé au-dessus de l’Europe en mars 2010 et qui a été vue depuis la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie et la République Tchèque. Les témoins ont décrit la lumière comme « plus intense que la pleine lune » et accompagnée d’un « grand bruit indescriptible ».

L’onde de choc de l’explosion a en fait secoué les caméras de sécurité qui ont capturé le moment où la nuit est devenue le jour :

Les habitants de la ville slovaque de Košice ont été effrayés dimanche soir par une lumière bizarre dans le ciel suivie d’une explosion et d’une onde de choc. Selon les astronomes, un objet venu de l’espace aurait apparemment frappé la Terre et, quelques instants avant l’impact, aurait explosé dans l’atmosphère. [...]

« Vers 11h30, une lumière est apparue par la fenêtre de la cour et a commencé à briller fortement, » a déclaré une habitante du villag de Jasov près de Košice. « Pas comme un éclair, mais vraiment doucement, jusqu’à ce que la pièce soit éclairée comme en plein jour. » continue-t-elle, « nous avons pensé que c’était bizarre que le chien n’aboie pas. »

« Après cela, la lumière s’est fait moins forte et nous avons entendu le bruit. Il ressemblait à un bruit de percussion et nous avons ressenti la pression dans nos oreilles, comme quand vous êtres à proximité de hauts-parleurs. Cela a duré au moins une minute, » a déclaré une habitante de Jasovanka au sujet des évènements de dimanche.

Selon Chochol, l’objet est entré dans l’atmosphère et la friction l’a fait chauffer et exploser à une altitude d’environ 30 kilomètres au-dessus de la surface. L’explosion était accompagnée d’une lumière qui, à son maximum, était 1000 fois plus brillante que la pleine lune.

La palme de la boule de feu la plus spectaculaire de l’année est attribuée à « l’énorme boule de feu verte » vue par des milliers de personnes à travers les états du Nord des Etats-Unis et qui a laissé une série d’incendies le long d’une zone de 1,6 km dans les forêts du sud du Wisconsin. Les météorites ont été découvertes plus tard :

Et, finalement, nous arrivons à cet enregistrement vidéo d’une boule de feu qui a excité les Africains du Sud en novembre 2009. Nous voyons maintenant pourquoi ils étaient aussi excités !

Éruptions solaires

© Inconnu
« Bien que le service météo n’ait pas prédit de la pluie, on ne peut ignorer certains indicateurs. »

À l’instar des planètes, le Soleil tourne aussi sur lui-même, quoique pas comme un seul corps – il tourne de manière différentielle, plus vite à l’équateur qu’aux pôles. Comme nous l’avons souligné par ailleurs, une force cosmique (ou une combinaison de forces) semble ralentir légèrement la rotation de notre planète, suffisamment pour affaiblir le champ magnétique et faire s’ouvrir des fissures dans planète.

Cela libère du méthane en grandes quantités, augmentant l’activité volcanique et produisant davantage de séismes. La prochaine question à considérer est si la même force ralentit aussi la rotation du Soleil ? Cela expliquerait certainement ses changements de comportement. Quel est le mécanisme caché du système solaire qui peut affecter la rotation des corps célestes de cette manière, particulièrement un corps aussi grand que le Soleil ? Quelque chose de mauvais vient par ici.

L’article du New Scientist ci-dessus n’est qu’un article parmi beaucoup que nous avons notés récemment dans ce domaine. Il semble qu’il y a un grand mouvement en cours pour préparer les gens à des perturbations majeures qui seront expliquées comme ayant pour origine le Soleil.

La NASA avertit que les éruptions solaires « d’énormes orages spatiaux » causeront une dévastation

Daily Telegraph
mardi 15 juin 2010

La NASA avertit que : La Grande Bretagne pourrait faire face à des pannes d’électricité et être privée de systèmes de communication critiques pendant de longues périodes, après que la Terre soit frappée par une « tempête spatiale » qui n’arrive qu’une fois par génération.

Des scientifiques d’agences spatiales haut placés croient que la Terre sera frappée par des niveaux sans précédent d’énergie magnétique provenant d’éruptions solaires après que le Soleil se sera réveillé « d’un profond sommeil » vers 2013 environ.

Dans un nouvel avertissement, la NASA a déclaré que la super tempête frapperait comme « un éclair » et pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour la santé, les services d’urgence et la sécurité nationale dans le monde à moins qu’on ne prenne des précautions. [...]

Éclair ? Peut ne pas être qu’une figure de style, comme nous le verrons bientôt :

Solar Flare
© SpaceWeather

Les orages géomagnétiques provenant du Soleil peuvent très bien s’accroître (comme les deux derniers exemples récents) et faire des dégâts dans les systèmes terrestres, mais cela passe à côté du point essentiel : la source de ces interruptions n’est pas le Soleil lui-même mais le facteur cosmique qui pousse le Soleil à se comporter de cette façon. Comme les ombres dans la caverne de Platon, les gens vont être concentrés sur le Soleil, oublieux de l’orage venant de l’espace lointain.

En attendant, la NASA est occupée à se préparer à tirer des lasers sur les débris spatiaux. Quelqu’un d’autre voit-il qu’il y a quelque chose qui ne va pas avec ces priorités ?

Nos voisins ont fait des rénovations

En mai dernier, la Ceinture Equatoriale du Sud de Jupiter a disparu. On trouve typiquement la célèbre Grande Tache Rouge le long des bords de cette ceinture. La disparition de la ceinture a été attribuée à un plafond de nuages blancs constitués de glace d’ammoniaque qui se sont formés lorsque les vents secs descendants qui maintiennent normalement la région sans nuages sont tombés. En novembre, des scientifiques ont noté que la ceinture réapparaissait suite à un décalage dans la couverture nuageuse.

© Mike Wong, Franck Marchis, Christopher Go & W.M. Keck Observatory
Jupiter observé dans les trois bandes de l’infrarouge (à gauche), avec une superposition de l’infrarouge thermique à 5 microns (au centre) et la même nuit dans le visible (petit insert à droite)

Sur Saturne, un énorme orage qui a explosé durant les dernières semaines de 2010 se poursuit toujours puissamment. Selon l’astronome amateur Christopher Go, « il ressemble à une comète qui laboure l’hémisphère nord de Saturne. »

Les chercheurs appellent l’orage la « perturbation électrostatique du nord » parce que (1) elle est dans l’hémisphère nord de Saturne et (2) elle est chargée d’éclairs. Les récepteurs à bord de la sonde spatiale Cassini de la NASA recueillent des crépitements radio chaque fois qu’un éclair tombe – très similaire aux parasites que vous entendez sur une radio de voiture lorsque vous passez à travers un orage électrique sur Terre.

Storm on Saturn
© Christopher Go (Cebu, Philippines)

Contemplez la nouvelle excitation dans les cercles astronomiques de la communauté scientifique parce que, apparemment, il y a une chasse en cours après une géante gazeuse ayant quatre fois la masse de Jupiter dont on pensait qu’elle se cachait dans le nuage d’Oort, la région la plus reculée du système solaire. Les scientifiques croient que la preuve de l’existence de Tyché a déjà été recueillie par un télescope spatial de la NASA, WISE, et elle attend d’être analysée.

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche