Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 04:37

Le Traité de paix israélo-égyptien signe l’abandon du peuple palestinien, et l'humiliation du peuple égyptien… (Anouar el-Sadate - Jimmy Carter - Menahem Begin, 26 mars 1979, Washington) *Album photos en fin d'article.

 

Le Traité de paix israélo-égyptien signe l’abandon du peuple palestinien, et l'humiliation du peuple égyptien… (Anouar el-Sadate - Jimmy Carter - Menahem Begin, 26 mars 1979, Washington) *Album photos en fin d'article.


Traité de paix israélo-égyptien : L'humiliation du peuple égyptien !


La démission de Hosni Moubarak ce vendredi 11 février (et non son départ en catastrophe comme ce fut le cas pour Ben Ali), et la prise de pouvoir par l’armée égyptienne dans l'attente d'élections démocratiques, semblent obéir aux mêmes règles fixées par Israël et le sionisme. C'est ainsi que le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahou, a informé son gouvernement qu’il avait eu un entretien téléphonique avec le chef du Conseil suprême des forces armées égyptiennes, Mohamed Hussein Tantawi, dès le 12 février…

Au cours de cet entretien, le plus haut responsable de l’armée égyptienne a tenu à rassurer le Premier ministre israélien : le nouveau pouvoir égyptien respectera le traité de « paix » signé entre l’Égypte et Israël en 1979. Ce traité est, en réalité, un abandon du peuple palestinien et une reconnaissance de l’entité sioniste. Il a ainsi ouvert une longue période de collaborations de toutes sortes – militaires, policières, politiques, économiques, etc. – entre le Caire et Tel Aviv. Les deux premières victimes de cette trahison ont été le peuple palestinien dans ses souffrances quotidiennes, et le peuple égyptien dans sa dignité.

On voit immédiatement le rôle attribué par l’USraël (Barack Obama en tête) à l’armée égyptienne : veiller à ce que l’Égypte reste dans le camp sioniste (Israël, USA, UE). Autrement dit, il ne faut surtout rien toucher à la politique extérieure de l’Égypte, et continuer à s’opposer au peuple palestinien et à tous ceux qui combattent le sionisme. Mais une autre fonction a également été donnée à l’armée : canaliser et dévoyer le mouvement populaire, en faisant quelques concessions quitte à faire payer la note à quelques membres du clan Moubarak…

Il existe cependant une inconnue. Le peuple égyptien se laissera-t-il démobiliser, pour au final continuer à subir le même régime que sous Hosni Moubarak, sans Hosni Moubarak ?  La mobilisation massive, le nombre élevé de martyrs, les espérances de toute une nation… Tout cela a été trop important pour que la population se contente de promesses, sans obtenir de gages sérieux du nouveau pouvoir. D’autant plus qu’un vaste mouvement social s’est déjà greffé au mouvement démocratique.

La marge de manœuvre permettant de calmer le jeu, et qui se limite à quelques miettes (hausses modérées de salaire, lois sociales, etc.), semble bien mince. L’économie égyptienne est par ailleurs victime des prédateurs du clan Moubarak (dont les officiers supérieurs égyptiens ont fait partie), le tout dans un contexte de crise économique mondiale. Or, il semble difficile de satisfaire les revendications de la population sans un changement complet des perspectives politiques et économiques. Un tel changement suppose, plus ou moins, une rupture des alliances actuelles de l’Égypte, et une réorientation totale de sa politique, y compris étrangère.

Voilà donc le grand écart qui est demandé à l’armée égyptienne : maintenir l’alliance avec le bloc américano-sioniste, tout en satisfaisant – en partie – les revendications démocratiques et sociales de la population. Cet équilibre, pour le moins instable, va-t-il tenir longtemps ?  Tout dépendra de la pression populaire, et de sa capacité à ne pas se laisser tromper.

 

Cela dépendra aussi d’une question rarement posée : l’armée égyptienne n’est-elle pas, elle aussi, traversée par les mêmes courants qui agitent sa société ?  Si l'armée devait un jour choisir entre le peuple égyptien et l’USraël, que ferait-elle ?  Irait-elle jusqu’au bain de sang ?

L’Égypte ne pourra rester éternellement dans la « transition dans l’ordre » voulue par Barack Obama. L’heure des choix arrive, et la position égyptienne vis-à-vis du sionisme et d’Israël sera de plus en plus décisive. Le fond du problème est en effet là, et Tel Aviv a raison de continuer à s’inquiéter, malgré les garanties du Conseil suprême des forces armées égyptiennes…


Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
 

 

Égypte : Les dernières minutes de la famille Moubarak au pouvoir

 

 

Voir mon post

 

resistance-contre-mondialisation.jpg

 

Révolutions arabes pour les Nuls

(Notamment rôle de l'Armée)

 

 

§§§

 

 

Les enjeux du Conseil suprême

des forces armées égyptiennes


(organe sioniste - 17/02/2011)

Jacques Neriah

 Aujourd’hui, l’Egypte est gouvernée par un Conseil suprême des forces armées, sous la direction du maréchal Muhammad Hussein Tantawi. Le pays est  dominé  sous les consignes de la loi militaire, une réalité à laquelle les masses populaires ne s’y attendaient pas et ce qui ne va pas de pair avec les réformes démocratiques.

• Les documents  révélés par Wikileaks décrivent l’armée égyptienne telle  une économie parallèle, une sorte d’entreprises militaires appartenants à l’armée et souvent  gérées par des généraux retraités.  La machine est bien huilée. Tous les éléments économiques et les produits alimentaires sont traités et gérés par des anciens militaires,  l’eau, l’huile d’olive, le lait et le pain, le ciment, la construction (bâtiments, routes et aéroports), l’hôtellerie,  l’industrie pétrolière et les télécommunications.

• L’Egypte est depuis la fin des années 70 un allié politique et stratégique fidèle des Etats-Unis. Le maréchal  Tantawi lui-même et ses troupes ont combattu en 1990 aux côtés des troupes américaines dans l’opération Bouclier du Désert en Irak.

• Tantawi, 76 ans, n’est sans doute pas  un révolutionnaire. La transformation du pouvoir en un régime civil démocratique n’est pas viable pour les intérêts de l’armée, et Tantawi sauvegardera ses atouts militaires et économiques.

• Sur le plan stratégique, il semble que Tantawi demeura un fidèle allié des Américains tout en permettant une révision de la politique de Moubarak à l’égard de l’administration américaine. L’Egypte reçoit une aide de 1,3 milliards de dollars des Etats-Unis. Elle a signé un traité de paix avec Israël après avoir rétabli tout le Sinaï sous souveraineté. L’Egypte  vend du gaz et du pétrole à Israël et a maintenu une « paix froide » avec l’Etat juif. Elle a payé le prix de sa paix séparée en étant constamment sur la défensive et à essayant de contrecarrer les activités subversives et terroristes dans le monde arabe.

Depuis 1954, l’armée égyptienne combat contre les Frères musulmans  mais contrairement à ses prédécesseurs, Moubarak a permis  à la confrèrerie de briquer des sièges au parlement. Tous les présidents qui ont dirigé l’Egypte après le coup d’Etat de 1952 ont gouverné avec un bras de fer. Tous ont ignoré les droits civils, les droits de l’homme, la liberté d’expression, et les manifestations de protestation  pour pouvoir justifier leur politique comme nécessaire pour assurer la sécurité, la loi et l’ordre et tous agi pour la raison d’Etat.

L’age de Tantawi joue à son détriment. Néanmoins, il n’est pas exclu qu’il restera au pouvoir bien après la période de transition des six mois prévus. Un changement possible  viendra en Egypte qu’au sein du Conseil suprême des armées et non de l’extérieur.

 

Tantawi a déjà dissous le parlement, suspendu la constitution, et proclamé la tenue d’un référendum. Les prochaines étapes permettront aux partis politiques, d’établir la primauté du droit dans le pays et Tantawi pourra organiser des nouvelles élections. 

 

         

Voir l’intégralité de l’article et ses références dans le site JCPA-CAPE en anglais.



Source : Le CAPE de Jerusalem

 

http://www.jcpa-lecape.org/ViewNews.aspx?ArticleId=378

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche