Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2011 6 05 /02 /février /2011 17:39
Samedi 5 février 2011 6 05 /02 /Fév /2011 15:30
 

Les+3+cons.PNG

En coulisses, et désormais sans témoins,
reprise en mains des révolutions populaires
par l'Elite, la mafia au sommet !

par eva R-sistons

 

 

Reprise en mains des événements,

téléguidage de l'Etranger !

Massacres en vue ?

Tortures, liquidation des opposants

selon les directives des "démocrates" occidentaux ?

Les Médias ont changé de stratégie, sur ordre :

L'Egype passe sinon au dernier rang,

du moins ne fait-elle plus la Une,

une manière de nier la révolution, de l'étrangler,

et d'aller vers une nouvelle étape :

Faire oublier ce conflit

pour mieux l'étouffer dans le sang sans témoins.

Significatif : On informe sur le Niger,

le Soudan, le Tchad, la Côte d'Ivoire etc,

l'ordre vient d'en haut !

 

L'Occident est prêt à provoquer une "Shoah" planétaire

pour défendre le mode de vie de ses privilégiés,

pour monopoliser, contrôler, dominer

pays, peuples, ressources à son seul profit !

Les contorsions des diplomaties européennes

ou américaines, sont grotesques !

 

La Hillary Clinton parle de transition

dirigée par ... le Vice Président, Suleiman,

l'homme fort au service de l'Occident,

elle parle de "transparence" alors que tout est opaque

et se décide en coulisses,

elle parle d'élections en septembre

"cela prend du temps",

en effet, pour mieux désamorcer la colère du peuple

et reprendre la situation en mains !

 

Un Chercheur de l'Iris, sur France24, analyse :

"Suleiman incarne la continuité

(ce dont, justement, ne veulent pas les résistants égyptiens,

- note d'eva),

il rassure les puissances occidentales

car il MAINTIENDRA les positions géo-stratégiques

alignées sur les Etats-Unis"

(chut, et sur Israël !, note d'eva)

  

Tout est noyauté par l'Occupant de la Palestine

qui orchestre la politique mondiale

contre les peuples,

à travers les marionnettes dans le monde,

entre autres américaines, anglaises ou françaises !

 

Une campagne commence contre la Chine,

avec un BHL par exemple,

on évoque la Place Tian'anmen

- pour détourner l'attention

des massacres de l'Occident dans les pays arabes,

- pour inciter les Chinois à s'en prendre à leur Régime,

travaillés de l'intérieur

(l'Occident n'a plus les moyens de bombarder partout),

- et finalement pour préparer l'Opinion

à l'attaque future de la Chine !

 

Et par exemple, voici la Une d'un magazine :

"Comment la Chine envahit l'Europe",

la Chine présentée comme adversaire, prédatrice,

alors qu'elle profite d'un vide,

celui de l'échec du capitalisme anglo-saxon !

Et que le vrai prédateur planétaire est occidental !

 

La transition ? Une imposture !

Les réformes démocratiques ?

Un os jeté aux peuples pour qu'ils le rongent,

des miettes pour perpétuer l'essentiel :

La confiscation des ressources de la planète !

 

"Moubarak espère s'assurer une sortie honorable

avec l'aide de .. l'Armée",

autant dire dans le sang.

Dictateur jusqu'au bout !

 

Les marionnettes au service des USA et de l'Occident

vont continuer à sévir, à priver les peuples de leur liberté,

à torturer, à blesser, à asservir, à liquider !

 

L'Occident a déclaré la guerre aux peuples

pour sauver ses privilèges

et perpétuer son hégémonie mortelle !

 

Les choses sont claires :

Face à face les assassins des peuples,

et les peuples luttant pour leur libération !

 

Alerte, citoyens ! Le massacre des résistants arabes

va se faire dans le silence,

sans témoins, l'Occident est la plaie de l'humanité !

 

Votre eva R-sistons à l'intolérable

http://r-sistons.over-blog.com

 

21398.jpg

L’ordre occidental impérial : Stratégie d’attribution des prix Nobel

Chems Eddine Chitour - http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=21398


Le gouvernement égyptien prépare-t-il un massacre ?

 

Depuis plusieurs jours, les forces de l’ordre égyptiennes s’en prennent
systématiquement aux observateurs étrangers, aux journalistes, aux chercheurs
universitaires, au personnel diplomatique, à tous les Occidentaux…

Dans la caserne centrale de la police, plusieurs dizaines d’étrangers,
majoritairement des Européens, sont incarcérés, les yeux bandés, conduits en
files par les officiers du régime.

Officiellement, le gouvernement d’Hosni Moubarak dénonce l’ingérence de
puissances étrangères qui viseraient à déstabiliser l’Egypte. Le nouveau
vice-président, Omar Souleiman, a ainsi accusé à demi-mots Israël, les
Etats-Unis et l’Union européenne de vouloir provoquer la chute du président
Moubarak.

Propos absurdes, alors que, malgré les déclarations de pure forme (et dès
lors des plus timides) de la Maison blanche et de la Commission européenne,
l’Egypte de Moubarak demeure la carte maîtresse de l’Occident au sein du
monde arabo-musulman. Tandis qu’Israël ne cache même pas son inquiétude et
soutient ouvertement Hosni Moubarak, qui lui assure la sécurité sur sa
frontière occidentale.

Et l’Iran, seule, appelle, sans ambiguïté, au départ du président
égyptien…

Cela étant, la ligne officielle du gouvernement égyptien repose sur
l’affirmation que les événements actuels ne sont en aucun cas le fait de la
volonté populaire, mais le résultat de manœuvres étrangères.

En conséquence, tous les étrangers sont pris à partie et pourchassés.
Certains parlent de véritables rafles.

Que la propagande officielle, à l’intention des masses populaires, use de
cette parade, c’est de bonne guerre. Par contre, que la police procède avec
zèle aux arrestations des étrangers et leur inflige coups, humiliations et
blessures, cela pose question.

Pourquoi cet acharnement des pro-Moubarak à l’encontre des journalistes en
particulier, mais aussi de tous les non-Egyptiens, alors que les gouvernements
états-unien, européens et israélien soutiennent le régime actuel ?

Ne serait-ce pas que le gouvernement tenterait de se débarrasser de la presse
et de faire déguerpir tous les observateurs ?  

Et ce, tandis que l’armée soutient de plus en plus ouvertement les
pro-Moubarak, en leur ouvrant la voie pour s’attaquer aux manifestants, en
confisquant les médicaments destinés aux blessés de la Place de la
libération, en appelant les gens à rentrer chez eux…

Le gouvernement Moubarak, qui, jusqu’à présent, pratique la politique du
pourrissement et mise sur l’essoufflement de la mobilisation populaire, est-il
en train, à tout le moins, « d'envisager » une autre option, celle d'une
répression totale? Un massacre? Avec l'intervention des chars de l'armée?
Sur le modèle chinois? Avec la bénédiction des Etats-Unis et d’Israël.

D'où la nécessité, une fois internet et la téléphonie cellulaire
coupés, de faire partir les médias étrangers, de se débarrasser des
témoins... Pas de caméra, pas d'image, pas de sujet à la télévision.

En Tunisie, ils ont choisi de leur faire croire que tout allait changer; en
Egypte, vont-ils les tuer ?


Pierre PICININ
Professeur d’histoire te de sciences politiques

Lien :
http://pierre.piccinin-publications.over-blog.com/pages/Le_gouvernement_egyptien_preparetil_un_massacre_-4555457.html
http://www.alterinfo.net/Le-gouvernement-egyptien-prepare-t-il-un-massacre_a54828.html


.
Samedi 5 Février 2011

Un article de Robert Fisk - 5 février 2011 - Site de Sylvia Cattori

 

Epuisés et craignant pour leur vie,
les manifestants préparent
la succession du régime Moubarak
En un jour de drame et de confusion au Caire,
les opposants au régime de Moubarak
proposent un nouveau type de politique

 

 

Exhausted_texte.jpg

 

Les manifestants en Egypte ont prouvé que les protestations pouvaient être organisées et se poursuivre indépendamment des interruptions sur les réseaux Internet et téléphoniques (Photo : CC - darkroom productions)


Enfermés hier à l’intérieur d’un cordon de troupes de l’armée et de bobines de fil de fer barbelé - une protection demandée par Washington autour des manifestants de la place Tahrir - des dizaines de milliers de jeunes Egyptiens qui exigent le renversement d’Hosni Moubarak ont pris leur première initiative concrète en termes de mesures politiques pour créer la nouvelle nation qui va remplacer le gouvernement corrompu qui les a dominés pendant 30 ans.

Assis sur les trottoirs jonchés de débris, au milieu des déchets et des pierres brisées d’une semaine de combats de rue, ils ont dressé une liste de 25 personnalités politiques devant négocier pour mettre en place une nouvelle direction politique et une nouvelle constitution afin de remplacer le régime de Moubarak en pleine décrépitude.

Cette liste comprend Amr Moussa, le secrétaire général de la Ligue arabe - qui a la confiance des Egyptiens - le prix Nobel Ahmed Zuwail, un Egyptien-américain qui a conseillé le président Barack Obama, Mohamed Selim Al-Awa, un professeur et auteur d’études islamiques qui est proche des Frères musulmans, et le président du parti Wafd, Saïd al-Badawi.

Les autres nommés pour le comité, lequel devrait rencontrer le vice-président égyptien Omar Suleiman dans les 24 heures, sont Nagib Suez, un important homme d’affaires du Caire (impliqué dans les systèmes de téléphonie mobile verrouillés par Moubarak la semaine dernière), al Nabil-Arabi, un délégué égyptien de l’ONU, et même le chirurgien cardiaque Magdi Yacoub qui vit maintenant au Caire.

La sélection - et l’organisation de fortune par les manifestants de la place Tahrir d’un collège d’« électeurs » sous Facebook et Twitter - n’a pas été confirmée, mais elle marque la première tentative sérieuse pour transformer les massives manifestations de rue des sept derniers jours en un projet politique qui voit l’avenir au-delà du renversement du président unanimement détesté.

Les premières tâches du comité seront d’élaborer une nouvelle constitution égyptienne et un système électoral qui empêcheraient l’escroquerie d’un président à vie à travers des élections frauduleuses comme l’a fait Moubarak. Pour éviter cela, les présidents égyptiens serait limités à deux mandats consécutifs, et le mandat présidentiel serait réduit de six à quatre ans.

Mais tous ceux qui participent à cette initiative n’ont aucun doute sur l’avenir sombre qui les attend si leur courageuse incursion dans la politique échoue. Il y avait plus de snippers autour de la place Tahrir au cours de la nuit - un ingénieur, un avocat et un autre jeune homme ont été assassinés - et des policiers en civil ont à nouveau été démasqués sur la place. Il y a eu encore quelques batailles avec jet de pierres au cours de la journée, malgré une présence militaire considérablement accrue, et la plupart des manifestants craignent que si les troupes quittent la place, ils soient immédiatement arrêtés, ainsi que leurs familles, par le cruel appareil de la sécurité d’Etat de Moubarak.

Il y a déjà d’inquiétantes informations à propos de manifestants qui ont osé retourner chez eux et qui ont disparu. L’écrivain égyptien Mohamed Fadel Fahmy, qui est impliqué dans les discussions du comité, a peur pour lui-même. « Nous sommes en sécurité tant que nous sommes sur la place, » m’a-t-il m’a dit, en me poussant à publier son nom comme un symbole de la liberté qu’il réclame. « Si nous perdons la place, M. Moubarak arrêtera tous les groupes d’opposition - et il y aura le règne de la police comme jamais auparavant. En fait nous nous battons pour nos vies... »

La police dispose maintenant de longues listes de noms de manifestants qui ont donné des interviews aux télévisions ou ont été cités dans les journaux, dans les messages Twitter et les pages Facebook.

Les manifestants ont assisté à des divisions croissantes entre l’armée égyptienne et les voyous du ministère de l’Intérieur, dont les sbires ont échangé des tirs avec des soldats il y a trois jours, tandis qu’ils continuent d’occuper le bâtiment dans le sous-sol duquel des chambres de torture restent intactes. Ce sont les mêmes salles remplies d’horreur où les prisonniers « restitués » par l’Amérique ont été envoyés pour un traitement « spécial » aux mains des tortionnaires sadiques de Moubarak - une autre faveur qui liait le régime égyptien aux États-Unis comme allié de « confiance ».

Un autre jeune homme impliqué dans le comité de sélection a admis qu’il n’avait pas confiance en Omar Suleiman, l’ex-patron du renseignement et négociateur avec Israël et avec les Palestiniens, que Moubarak a nommé cette semaine. Suleiman qui, soit dit en passant, a pris la responsabilité de vouloir faire retomber toute la crise sur la presse étrangère - une façon vicieuse autant que malhonnête d’exercer ses premiers jours de pouvoir. Pourtant, il a habilement manipulé les manifestants de la place Tahrir en leur assurant une protection armée.

En effet, hier matin, nous avons eu le choc, nous tous qui étions debout sur le côté ouest de la place, de voir un convoi de 4x4 aux vitres noircies soudainement émerger depuis les jardins voisins du Musée égyptien, s’arrêtant en face de nous et immédiatement entouré d’une garde prétorienne de soldats aux bérets rouges et d’une débauche d’agents de sécurité tenant des fusils à lunette. Puis, émergeant du véhicule situé au milieu de tout cela, est apparu le feld-maréchal Mohamed Tantawi Hussein, le chef de l’armée égyptienne et un ami de tous temps de Moubarak, portant un képi vert et les insignes de général sur ses épaules.

Il y avait là un visiteur à vous couper le souffle, agitant brièvement les manifestants qui s’étaient massés près du cordon militaire pour assister à cette arrivée extraordinaire. La foule rugit. « L’armée égyptienne est notre armée », criaient-ils à l’unisson. « Mais Moubarak n’est pas à nous. » C’était un message pour Tantawi pour qu’il le communique à son ami Moubarak, mais sa visite a été en elle-même un puissant symbole politique. Bien que Moubarak puisse éructer à propos « des mains étrangères » derrière les exigences pour son renversement, et malgré tous les mensonges que Suleiman peut proférer face à des journalistes étrangers à ce sujet, Tantawi montrait que l’armée avait pris sa mission de protéger les manifestants au sérieux. La récente déclaration militaire qu’il ne serait jamais fait usage des armes contre ceux qui veulent détrôner Moubarak - puisque leurs griefs étaient « légitimes » - a été publiée avec l’aval de Tantawi. C’est pourquoi les manifestants croient - mais naïvement et dangereusement - dans l’intégrité de l’armée.

Sont remarquablement absents de la liste des personnalités proposées pour le comité, Mohamed ElBaradei, l’ancien responsable des inspecteurs de l’ONU et lauréat du prix Nobel, et des membres des Frères musulmans, les spectres « islamistes » que Moubarak et les Israéliens ont toujours agités sous le nez des Américains pour les convaincre de conserver le vieux Moubarak au pouvoir.

L’insistance de la Confrérie [des Frères Musulmans] de ne pas se joindre à des pourparlers avant le départ du président Moubarak, et leur soutien à ElBaradei dont les propres ambitions présidentielles sont faibles (de nature « transitoire ») et ne se s’imposent pas aux manifestants - l’excluent de fait. Suleiman a malicieusement invité les Frères à le rencontrer, en sachant qu’ils ne le feront pas jusqu’à ce que Moubarak ait disparu.

Mais la proposition que al-Awa soit présent sur la liste du comité - ainsi que l’intellectuel islamiste Ahmed Kamel Abu Magd - veillera à ce que leurs points de vue soient inclus dans les discussions avec Suleiman. Ces discussions traiteraient également des droits civils et constitutionnels et d’une clause spéciale pour permettre que Suleiman gouverne temporairement l’Egypte parce que « le Président est empêché d’exercer ses fonctions ».

Moubarak serait autorisé à demeurer en Egypte à condition qu’il ne joue aucun rôle - publiquement ou secrètement - dans la vie politique du pays. Il est considéré comme un adversaire encore féroce qui n’hésitera pas à décapiter l’opposition s’il reste en mesure de le faire.

« Il est de la vieille école, comme Saddam Hussein et Arafat, et ces deux derniers jours il a montré son vrai visage », a déclaré un autre partisan du comité hier. « Il est l’homme derrière les attaques contre nous et les assassinats par balles. »

Mohamed Fahmy sait ce que cela signifie. Son propre père a été en exil hors d’Egypte pendant sept ans - après avoir voulu organiser des manifestations identiques à celles à laquelle nous avons assisté aujourd’hui - pour se débarrasser de l’empire Moubarak.

 

Robert Fisk
The Independent
5 février 2011.

 

Traduit de l’anglais par Abd al-Rahim :
http://www.info-palestine.net/article.php3 ?id_article=10114

Texte original en anglais :
http://www.independent.co.uk/opinion/commentators/fisk/robert-fisk-exhausted-scared-and-trapped-protesters-put-forward-plan-for-future-2205079.html

 

.

§§§§§

 

( 12 ème journées ) Suite des évènements sur 20minutes.fr

” En cas de départ de Moubarak et de la formation d’un gouvernement de transition, les “Frères musulmans” réclameront l’annulation de l’Accord de paix avec Israël”, c’est ce qu’a affirmé l’un des hauts responsables de ce mouvement, Reshad Al-Bayoumi, dans une interview avec la télévision japonaise. “Après avoir contraint Moubarak à quitter le pouvoir, les “Frères Musulmans” participeront avec d’autres groupes au gouvernement de transition”, a-t-il ajouté, avant d’indiquer que son mouvement était opposé à l’Accord de paix signé entre l’Egypte et Israël. “En cas de la formation d’un gouvernement de transition, cet accord doit être annulé”, a-t-il souligné. http://french.irib.ir

13h29: Les trois journalistes et le chercheur français disparus ont été retrouvés
Faisant part de son «grand soulagement», Michèle Alliot-Marie a annoncé ce samedi que le chercheur et les journalistes français avaient pu être retrouvés sains et saufs en Egypte. Dans un communiqué, elle indique avoir joint par téléphone vendredi le ministre des Affaires étrangères égyptien Ahmed Aboul Gheit. Michèle Alliot-Marie «lui avait demandé que tout soit mis en œuvre pour que nos ressortissants soient localisés et remis immédiatement en liberté». La ministre «lui avait également fait part de sa grande émotion après le récit de certains journalistes français qui ont subi des pressions et des violences tout à fait inacceptables».

La vie quotidienne commence à se roder sur la place Tahrir au Caire. Le ravitaillement s’organise, et la présence de l’armée assure aux manifestants anti-Moubarak une protection contre les partisans du dictateur egyptien.

 

 

 

 

 

13h25: Des subventions débloquées pour financer l’achat de blé
L’Egypte a débloqué 1,5 milliard de livres égyptiennes (189 millions d’euros) pour financer des achats de blé, a annoncé ce samedi le ministre des Finances Samir Radouane à l’agence de presse offiielle Mena. Cette décision porte à 2,8 milliards de livres (352 millions d’euros) les sommes débloquées depuis deux jours pour de tels achats. La forte hausse des prix alimentaires est revenue sur le devant de la scène avec le renversement du président Zine ben Ali en Tunisie le mois dernier, dont elle a été un des éléments déclencheurs. L’inflation des prix alimentaires est aussi une des causes des manifestations en Egypte et en Jordanie.

12h52: La Bourse du Caire reste fermée
La Bourse du Caire ne rouvrira pas lundi, contrairement à ce qui avait été annoncé il y a quelques jours, a indiqué ce samedi une source autorisée dans la capitale égyptienne. La reprise des opérations sera annoncée quarante-huit heures avant la date fixée, a ajouté la même source. La Bourse du Caire est fermée depuis le 27 janvier en raison des manifestations organisées par l’opposition pour obtenir le départ du président Hosni Moubarak.

12h48: Le vice-président égyptien n’a pas été victime d’une tentative d’assassinat
Omar Souleimane n’a nullement été visé par une tentative d’assassinat, contrairement à ce qu’a affirmé la chaîne de télévision américaine Fox News, a assuré ce samedi une source proche des services de sécurité égyptiens. Fox News avait rapporté peu auparavant qu’une tentative d’assassinat contre le vice-président avait échoué mais que deux de ses gardes du corps avaient été tués.

12h17: Hillary Clinton évoque une «véritable tempête»
Le Proche-Orient fait face à une «véritable tempête» et les pouvoirs en place doivent mettre rapidement en oeuvre des réformes démocratiques, a déclaré ce samedi la secrétaire d’Etat américaine. «Le statu quo n’est pas tenable», a-t-elle dit lors de la conférence sur la sécurité de Munich, évoquant le «puissant mouvement qui a poussé les manifestants dans les rues de Tunis, du Caire et d’autres villes de la région».

12h15: Un haut dignitaire saoudien dénonce les manifestations en Egypte
Le plus haut dignitaire sunnite d’Arabie saoudite, le cheikh Abdoul-Aziz al Cheikh, considéré comme proche des autorités du royaume, a dénoncé les manifestations antigouvernementales en Egypte, en Tunisie et dans d’autres pays arabes. Pour le grand mufti saoudien, ces mouvements sont les conséquences d’un complot des ennemis de l’islam afin de semer le désordre dans les pays musulmans, rapporte ce samedi la presse saoudienne.

11h36: David Cameron souhaite une transition rapide
Le Premier ministre britannique a plaidé samedi pour une transition rapide en Egypte car retarder le processus démocratique ne ferait selon lui qu’aggraver les désordres et aboutir à une situation déplaisante pour l’Occident. «Il n’y a pas de stabilité en Egypte. Pour l’avoir, il faut le changement, la réforme et la transition», a-t-il dit lors de la conférence sur la sécurité organisée à Munich, en Bavière. «Plus on attend, plus il est probable qu’on risque d’avoir un jour affaire à une Egypte qui ne nous plaira pas», a-t-il poursuivi.

11h26: Angela Merkel ne veut pas d’élections trop rapides
La chancelière allemande ne pense pas qu’il faille organiser trop rapidement des élections en Egypte, où des manifestations pour réclamer le départ du président Hosni Moubarak se poursuivent depuis douze jours. «Des élections anticipées au début du processus de démocratisation, ce serait probablement une mauvaise approche», a-t-elle dit ce samedi lors de la conférence sur la sécurité organisée à Munich, en Bavière.

 

http://www.islamenfrance.fr/2011/02/05/suivre-en-direct-les-derniers-evenements-en-egypte-%E2%80%A6-9-eme-jour/

 

 

9654319477jp93ed-d6d53.jpg

http://www.legrandsoir.info/Vive-la-glorieuse-Revolution-arabe-de-liberation-nationale.html 

Vive la glorieuse Révolution arabe de libération nationale !

 

   

Lire aussi :

LA RÉVOLUTION DÉMOCRATIQUE ÉGYPTIENNE : L'ARMÉE VA TRANCHER

SI L’OCCIDENT CESSAIT DE S’INGÉRER : Les peuples arabes seraient maîtres de leur destin

Prochainement, Hosni Moubarak partira, probablement, pour l’Allemagne

"La marche vers la démocratie, au Moyen-Orient, présente un risque de chaos" (H. Clinton)

Egypte: les "Frères musulmans" refusent de présenter un candidat

Boutrios-Ghali a démissionné

Obama appelle Moubarak à partir

Rassemblement massif des Egyptiens, au 11ème jour du soulèvement

 

Alerte !

  Al-ManarTV :: Actualités  n'est plus atteignable !!!! Censure  des "démocraties" occidentales pour masquer la vérité ?

 

 

Et lire aussi  :

Mossad et l'assassinat de JFK

Le « philosophe » français

Janvier, Palestine occupée : 23 Palestiniens assassinés , 400 enlevés

Mossad et l'assassinat de JFK

au peuple de France : ENTRONS EN RESISTANCE !

.


image0021.jpg?w=500&h=336

http://tunisitri.wordpress.com/

.

 

INVESTIG'ACTION - michelcollon.info

MOUBARAK DEGAGE !
Les dictateurs ne dictent pas, ils obéissent aux ordres- Michel Chossudovsky
"Il ne suffit pas d'abattre la marionnette, le problème, c'est le marionnettiste"

Egypte : une armée formée et armée par le Pentagone - Manlio Dinucci
Tout est prévu pour affronter la « menace extrémiste intérieure »

Égypte, la Voix du Peuple, et l'Histoire- Tariq Ramadan
"Un bouleversement des rapports de force pourrait disqualifier USA et Europe, et isoler Israël davantage "

Le « grand jeu » africain - Comaguer
Une guerre du Moyen-Orient, mais aussi africaine et pétrolière

REVOLTE DES PEUPLES ARABES

De la Tunisie à l'Egypte, un air de liberté- Alain Gresh
L'air fera-t-il la chanson ?

« La société civile algérienne est en colère mais épuisée. Ses élites ont été décapitées. » - Valérie Péan, Omar Benssaoud
Particularités du domino algérien. Tombera-t-il ?

Ces « dictatures amies » - Ignacio Ramonet
Leçon aux Européens : les sociétés arabes ne sont pas faites que de masses dociles ou d'hystériques religieux

CRISE AU LIBAN
Le Liban au bord de la guerre - Abdel Bari Atwan
USA et Israël n'arrivent pas à contrôler le Liban. Vont-ils chercher à le détruire ?

« Rififi à Beyrouth » Le Liban au coeur de la tourmente arabe- Robert Bibeau
Les forces populaires ont pris l'offensive. Mais rien n'est joué

PAPIERS PALESTINIENS
Le peuple palestinien trahi- Saree Makdisi
Les fuites d'Al Jazeera démontrent ce que beaucoup savaient déjà

Echec consommé des « pourparlers directs » - Papiro
Retour sur des négociations destinées à terminer en « queue de requin »

TUNISIE : LA REVOLUTION CONTINUE
Chronique de la révolution tunisienne- Alma Allende
Le formidable récit de la révolution tunisienne vécue de l'intérieur, au jour le jour

Afrique, Tunisie : La Nouvelle Donne - Tariq Ramadan
Dans les coulisses, les rivalités entre USA, France et Cie

Pourquoi le gouvernement de Mohammad Ghannouchi doit-il tomber ?- Fathi Chamkhi
Le passé antisocial du "premier ministre de transition"

L'AUTRE HISTOIRE
70.000 fellahs égyptiens morts pour construire le canal de Suez- Intal
Le peuple égyptien a toujours souffert et s'est toujours battu...

Prochainement :
Où va l'Egypte, où va le monde arabe ? - Mohamed Hassan - Entretien avec Michel Collon et Grégoire Lalieu

.

 

Moubarak II, le retour ???

International.jpg
 
 
 
 
 
 

 

Les dictateurs ne dictent pas, ils obéissent aux ordres


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche