Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 septembre 2010 7 12 /09 /septembre /2010 03:34

 

 


Un mot de l'auteur de ce blog en réponse à tous les articles qui annoncent des temps de grands troubles...

Vous savez, je suis très consciente que les courriels que je vous fait parvenir, les nouvelles que je publie jour après jour, peuvent soulever la peur et l'impuissance. Je sais que plusieurs personnes se sentent démunies face à tout cela, que cette "connaissance" qui est censée nous affranchir peut aussi devenir un sujet d'angoisse et un combat quotidien.

On a beau avoir la foi, avoir une forte résilience, on peut croire ou s'inventer toutes sortes de doctrines et de finalités cosmiques comme gages de notre espérance, mais il n'en reste pas moins que le vertige et la crainte qui nous transpercent sont l'expression d'un sentiment d'humilité face à quelque chose d'infiniment grand, qui dépasse l'entendement, que l'on arrive difficilement à expliquer, que l'on ne peut pas contrôler.

Est-ce que la crainte est un signe de faiblesse?

La crainte se manifeste, dans le contexte actuel, en réponse à une intuition mystérieuse, face à un scénario qui semble déjà écrit ou suite à un ensemble de faits et de circonstances qui convergent vers un résultat unique et incertain. Les prophéties ont traversé le temps et toutes les époques se les ont appropriées croyant en être "la cible".

La "fin du monde" ou la "fin des temps" n'est certainement pas une idée nouvelle, elle est une intrigue qui perdure depuis des siècles et combien d'encre elle a pu fait couler!  Plus près de nous, cette idée qu'il pourrait y avoir une fin est, d'emblée, inacceptable.

Est-ce que ce sera vraiment la fin?

Malgré nos différences de croyances, je crois que tout le monde ici va s'entendre sur le fait que ce sera la fin du monde tel que nous le connaissons actuellement. Nos repères qui garantissent notre sécurité, notre confort, notre quiétude, subiront de très grands changements.  Là où les opinions divergent, c'est comment nous allons faire face à toutes ces "mutations".

Certains se préparent au combat: armes, munitions, bunkers, cris de guerre; ils sont prêts à tuer pour leurs convictions et pour protéger leur famille.

D'autres, croient que la terre-mère, subissant une "cure de désintoxication", va opérer une guérison éthérique pour ainsi se débarrasser des cancers qui rongent notre monde. Les tenants de cette hypothèse croient que ce passage obligé va résulter en un monde de paix et d'amour parce que la force de la volonté et de la conscience créatrice va l'emporter sur les forces du mal. Ceux-là se donnent des valeurs et des conduites de respect et d'altruisme, ils méditent, ils s'efforcent de pratiquer le silence pour trouver cet état de béatitude qui nous relie au "Tout cosmique".

Il y a ceux qui croient que tout ce que nous vivons est une illusion, que nous avons été manipulés par notre mental, par un mensonge orchestré, et que nous avons le pouvoir de nous éveiller à notre nature divine, laquelle est capable de renverser toutes les limitations de l'esprit. Ceux-là tentent de justifier leur "divinité" au quotidien, ils croient que le bien et le mal sont des concepts d'une dualité créée par une conspiration religieuse et gouvernementale.

D'autres encore ont la certitude que notre univers est habité par d'autres civilisations, par des forces légendaires, qui doivent ressurgir bientôt sur la terre pour assister l'humanité vers l'émergence d'un "nouveau monde" et pour redonner aux hommes les connaissances sacrées qui permettent d'être en communion avec les dieux.

Bien sûr, il y a les gens qui ont la foi en un Dieu unique, qui croient que ce Dieu est le Créateur du ciel et de la terre, qu'il a prévu un début et une fin à l'humanité que nous connaissons puisqu'il a révélé ses plans, ses devis et ses instructions dans la prophétie. Les croyants croient que le mal est incarné sur la terre, qu'il se manifeste par des puissances maléfiques, lesquelles interfèrent depuis la nuit des temps dans la Création de Dieu pour amener les hommes dans la transgression et dans la perdition éternelle. Ceux qui ont la foi portent la conviction que Dieu est l'unique porte de secours pour l'âme et l'esprit et le seul accès à la justice et à la vie éternelle.

Qui a raison, qui a tort?

Une chose est certaine, quand tout va basculer, nous serons tous mesurés à notre foi, à nos croyances, et nos "beaux grands discours" seront éprouvés dans notre marche quotidienne.

À quoi bon de méditer, d'aller à l'église, de faire des réserves, de chanter des mantras ou des louanges si nous n'agissons pas avec charité et bonté?  À quoi sert de remplir nos tiroirs de munitions, de ne plus payer l'impôt, de dénoncer les injustices et impostures si nous ne vivons pas avec l'amour fraternel?

Nous pouvons passer de longues heures à nous préparer face à ce qui vient, ce qui n'est pas mal en soi, mais sommes-nous concrètement au service des autres, manifestons-nous l'amour par un engagement du coeur, lequel devrait être une oeuvre quotidienne?

"Aimer son prochain", "vivre dans un monde d'amour", peuvent être des concepts et des phrases qui se glissent bien dans nos conversations, mais savons-nous réellement ce que veut dire aimer son prochain?

Sommes-nous attentifs aux besoins et aux détresses des gens?  Sommes- nous prêts et disposés à ouvrir notre demeure pour accueillir un proche dans le besoin?  Sommes-nous indifférents aux malheurs des autres sous prétexte qu'ils ont "des leçons à comprendre", qu'ils "ont attiré leur propre malheur", "qu'ils obtiennent la réalité qu'ils ont créé"?

La charité est la plus puissante définition que l'on puisse donner à l'être humain et c'est par elle que nous reconnaitrons les vrais guerriers!

Sans elle, nous ne sommes rien...

La fin arrivera quand la charité ne sera plus dans le coeur des hommes.

"Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n'ai pas la charité, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit. Et quand j'aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j'aurais même toute la foi jusqu'à transporter des montagnes, si je n'ai pas la charité, je ne suis rien. Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n'ai pas la charité, cela ne me sert de rien.

La charité est patiente, elle est pleine de bonté ; la charité n'est point envieuse ; la charité ne se vante point, elle ne s'enfle point d'orgueil, elle ne fait rien de malhonnête, elle ne cherche point son intérêt, elle ne s'irrite point, elle ne soupçonne point le mal, elle ne se réjouit point de l'injustice, mais elle se réjouit de la vérité ; elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle supporte tout. La charité ne périt jamais."  1 Corinthiens 13

Isabelle

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=956548

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Solidarité
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche