Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 00:34

 

 

À la suite de nombreuses demandes de militants et d’internautes, vous trouverez ci-joint le verbatim du débat qui avait opposé Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy le 2 mai 2007. Mais pour commencer, voici pour mémoire quelques promesses faites par Nicolas Sarkozy au cours de ce débat. Promesses sévèrement démenties par son bilan : qu’on en juge :


 



Je redonnerais « à la vie politique sa dignité »


« On ne peut plus faire de la politique comme avant. Moi, j’essaierai, si les Français me font confiance, d’être un Président de la République qui s’engagera sur des résultats (…). Je voudrais être un Président de la République qui prend ses responsabilités. Je ne m’abriterai pas derrière des tabous, des excuses ou des paravents (…). Je prendrai des engagements, je tiendrai parole et je demanderai à être jugé là-dessus »

« Je voudrais aussi une République irréprochable. Qu’est-ce que cela veut dire ? Cela veut dire une République où les nominations seront le fait de la compétence et non pas de la connivence »

« L’énergie que l’on met à durer, on ne la met pas à faire »

« Je me suis engagé sur le plein emploi. J’ai dit aux Français qu’au bout de 5 ans, on sera à 5% » (de chômage)

Retraites : « Jusqu’en 2020, on n’a pas de souci majeur à avoir quant au financement de nos retraites. Je garantirai l’application des lois Fillon (…). J’augmenterai de 25% les petites retraites »
« Madame, pardon de vous le dire, vous faites une erreur. Le financement des retraites est équilibré jusqu’à l’horizon 2020 »
« Comme je garde les lois Fillon, je n’ai pas besoin d’une recette supplémentaire »

Logement : « Mon ambition serait de faire de la France un pays de propriétaires »

« Les logements sociaux, c’est important mais, pour moi, il est plus important de permettre aux Français de devenir propriétaires de leur logement. Le but d’un jeune qui commence dans la vie, ce n’est pas d’avoir une HLM mais d’être propriétaire de son logement. Il faut avoir de l’ambition, Mme Royal : c’est de faire de la France une France de propriétaires »

Handicap et scolarisation : « Je veux m’engager sur des résultats, sur du concret. Je veux dire à toutes les familles ayant rencontre le drame du handicap que je ferai une place à chacun de leurs enfants dans les écoles, que je donnerai les moyens aux écoles pour les accueillir. La preuve de ma bonne foi, ce sera le droit opposable et la capacité d’aller devant un tribunal pour faire valoir ses droits (…). C’est peut-être même ce qui fait la différence entre la vieille politique et la politique moderne »

« La question du développement de l’Afrique est une question majeure que je traiterai dans le cadre de l’Union de la Méditerranée »…

« Sur la santé, il faut créer un 5ème risque, celui de la dépendance (…). Il faut poser la question du remboursement des prothèses dentaires et du remboursement des lunettes car ce ne sont pas des luxes »

Le compliment à Ségolène Royal : « Ce n’est pas d’hier, et Mme Royal le sait bien, que je respecte son talent et sa compétence. J’avais eu l’occasion de le dire, ce qui m’avait valu des problèmes avec certains de mes amis. On n’est pas là où elle est par hasard. Le système républicain est fait de telle façon qu’il faut développer de grandes qualités pour être le représentant et le candidat de sa propre formation. J’ai du respect pour le parcours qui a été celui de Mme Royal. Nous avons des différences d’appréciation, de points de vue, mais durant cette campagne, nous avons donné l’image d’une démocratie apaisée, en même temps renouvelée »

Conclusion du débat : « Cela fait trop longtemps que la politique est impuissante. Je souhaite que la politique soit de retour, la vraie politique, le débat. On s’engage, on fait des promesses et on les tient (…). Je veux résoudre la crise morale française. La crise morale française porte un nom : c’est la crise du travail. Je veux que ce beau mot de travailleur, que l’on n’emploie plus, soit respecté et considéré. Je veux porter la question du pouvoir d’achat. Je veux protéger les Français face aux délocalisations »

« Tout ce que j’ai dit, je le ferai. Je tiendrai scrupuleusement ma promesse et ma parole. Je ne me suis pas engagé à la légère dans cette campagne présidentielle. C’est un choix de vie, c’est un don de soi, c’est une véritable ascèse (…). Si les Français me font confiance, je ne les d écevrai pas, je ne les trahirai pas, je ne leur mentirai pas »

 

Site : http://www.leblogdesegoleneroyal.fr

Compte Facebook: http://www.facebook.com/segoleneroyal

Compte twitter: http://twitter.com/royalsegolene 

Adhérer à Désirs d'avenir en cliquant ICI

 

.

Comme l’ont dit plusieurs éditorialistes ce fut un débat de fond (durée du temps de travail, retraites, fiscalité, nucléaire civil, Union européenne et international, …), de haut niveau même s’il fut résumé médiatiquement à quelque extraits.

Les commentaires de presse écrite jugent que le débat était très équilibré et de grande qualité. Certains d’entre eux ont par ailleurs jugé que Nicolas Sarkozy avait sous estimé la pugnacité de Ségolène Royal. Selon Christophe Barbier, il y a eu "deux gagnants" : "les deux candidats n'ont pas montré les travers qu'on leur prête, à savoir un manque de sérénité pour Nicolas Sarkozy et une méconnaissance des dossiers pour Ségolène Royal". Jean-Marie Colombani déclare lui que : "le face-à-face n'a pas été de nature à renverser à lui seul le cours de la campagne".

La Médiascopie du soir même, de Denis Muzet, donne quant à elle vainqueur Ségolène Royal. En effet, l'enregistrement des réactions spontanées des téléspectateurs tout au long du débat montre une adhésion plus forte de ces derniers aux propos de la candidate socialiste.

La presse écrite du lendemain, également équilibrée et sans trancher clairement, a néanmoins noté un "calme excessif" du candidat UMP face à la candidate socialiste "sûre d'elle" et "combattive".

Mais très vite, les médias télés et radios ont largement repris l'enquête Opinion Way pour Le Figaro selon lequel Ségolène Royal aurait perdu le débat.

Ce sondage commandé par la droite a déclenché la colère des co-directeurs de campagne de Mme Royal, Jean-Louis Bianco et François

 

PJ : Verbatim du débat présidentiel 2 Mai 2007


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche