Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 06:43

 

Posté le 27 janvier 2013 par Bcolmant

Si l'Espagne sociale bascule, on fait quoi ?

800_600_998

Bien sûr, il y a cette sentence définitive et désabusée que le Chancelier impérial Bismarck aurait prononcée : les nations n'ont pas d'amis, mais uniquement des intérêts.

Pourtant, imaginons qu'en avril ou juin de cette année, l'Espagne constate s'enfoncer un peu plus dans la récession après des trimestres de baisse du PIB.

Imaginons que la chute des salaires (de l'ordre de 8 % à 10 % depuis le début de la crise), conjuguée à un taux de chômage de 26 %, soit plus de 6 millions de chômeurs (un niveau qui n'avait plus été atteint depuis la dictature franquiste), une demande intérieure en baisse sévère et l'absence de perspectives deviennent insupportables ?

Imaginons qu'on réalise qu'un chômage de plus de 50 % chez les jeunes est la négation d'un avenir ou de tout espoir de prospérité à moyen terme.

Imaginons que la classe moyenne continue d'être désagrégée et reste empêtrée dans des problèmes d'endettement hypothécaire qui sont devenus insolubles, malgré une économie en noir de l'ordre de 20 % ?

Imaginons que la dévaluation interne, qui consiste à appauvrir le pays afin d'espérer en stimuler les exportations (ce qui se confirme d'ailleurs) conduise à un sentiment d'iniquité ?

Imaginons, qu'en avril ou en juin, ainsi que les meilleurs sociologues espagnols l'en avertissent, le mur de papier entre une relative paix sociale et des éruptions de contestations sociales s'enflamme, que va-t-il se passer ?

Ce jour-là, d'aucuns rappelleront, à juste titre, que ce n'est pas l'endettement public qui a causé la perte de l'économie espagnole, mais bien l'explosion d'une bulle immobilière, elle-même induite par les taux d'intérêt bas que l'euro permettait.

Mais, ce jour-là, d'autres invoqueront la détresse d'un peuple et l'impossibilité de surmonter une crise sous des mesures d'austérité et de rigueur imposées par les autorités européennes qui exigent un retour théorique, car improbable, à l'équilibre budgétaire en 2015, alors que tout économiste en herbe sait que l'austérité conduit, dans nos communautés, à une augmentation de l'endettement.

Bien sûr, ce jour-là, on assouplira d'urgence les mesures d'austérité mais ce sera trop tard.

La BCE interviendra pour refinancer l'Espagne dont les taux d'intérêt auront augmenté, mais ce sera avec réticence et peur d'effet de contagion.

Ce sera peut-être aussi trop tard car la vindicte populaire sera aveugle et considérera qu'un retrait des mesures d'austérité disqualifie, à postériori, leur bien-fondé politique et que cette aumône sera accessoire par rapport à l'appauvrissement collectif.

Ce jour-là, l'ordre public sera peut-être perturbé, et d'aucuns rappelleront que sans l'euro, la devise nationale espagnole aurait été disciplinée par la dévaluation, et que finalement, une monnaie trop forte n'était pas adaptée à une rue qui se rebiffe.

Ce jour-là, on se rappellera que la rue n'a pas raison…mais qu'on n'a pas raison non plus contre la rue.

 

http://blogs.lecho.be/colmant/2013/01/si-lespagne-explose-on-fait-quoi.html

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Les pays en crise
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche