Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mars 2011 6 05 /03 /mars /2011 02:58
actions-des-ong-132740

Entreprises \Impact local \Santé

Cultivateurs, grossistes, distributeurs et associations de consommateurs américaines planchent sur la « Produce Traceability Initiative » pour traquer l'ensemble de la filière de distribution des fruits et légumes. Avec un objectif de santé publique : être capable de rappeler très vite un produit dangereux.

Jamie Strachan, pdg de Growers Express, un gros producteur californien de légumes, se souvient encore avec effroi du raid des agents du FBI dans les entrepôts de Salinas en octobre 2006. Une photo du journal local a gravé l'instant : on y voit le sigle « FBI » marqué sur le dos des blousons, les agents sont armés. Comme si les cultivateurs de Growers Express étaient des criminels...En fait, ces policiers venaient récupérer les documents internes, retraçant l'histoire des épinards locaux pour le compte de la FDA (Food and Drug Administration). Depuis quelques semaines, près de 200 personnes étaient en effet victimes d’une intoxication alimentaire, qui avait causé la mort de trois personnes. Et les enquêtes des fonctionnaires de la CDC (Centers for Disease Control and Prevention) accusaient les épinards. D'où la recherche frénétique de toutes les informations disponibles dans les fermes américaines pour tenter de retrouver la source de l'épidémie.

Cinq ans plus tard, Jamie Strachan avoue que cet événement l'a convaincu d'adhérer au mouvement PTI (Produce Traceability Intiative). Une réunion de professionnels, cultivateurs, distributeurs, intermédiaires, supermarchés...qui veulent mettre en commun toutes les informations concernant leurs fruits et légumes pour faciliter le rappel des produits en cas de crise et limiter son impact.
Cette initiative de santé publique a pris forme fin 2007, quelques mois après cette crise et peu avant l'annonce d'une nouvelle intoxication alimentaire a la Salmonelle Saint Paul. Une autre crise qui a impliqué cette fois-ci des tomates Jalapeno et des piments. 1400 consommateurs sont tombés malades. Les enquêteurs de la CDC ont erré d'une ferme à l'autre pendant plusieurs mois pour trouver l'origine du mal. Les clients se sont méfiés, les ventes de tomates ont sérieusement décliné. Et finalement, à la fin de l'été, les spécialistes de la FDA ont « innocenté » la tomate. Le vrai coupable était un piment mexicain, importe par le texan Agricola Zaragoza.

L'initiative PTI

Plusieurs associations américaines et canadiennes ont rallié le mouvement : United Fresh Produce Association (United Fresh), Canadian Produce Marketing Association (CPMA) et la Produce Marketing Association (PMA). Les grandes chaines de supermarchés sont de la partie : Food Lion, WalMart, Kroger, Safeway, Publix...tout comme les fournisseurs (Frontera, Driscoll's, Chiquita, Del Monte, Sunkist...) et les grossistes (Darden, Sysco, Terminal Markets, D'Arrigo Brothers of New York...) En tout 37 entités ont promis de mettre en place d'ici 2012 un système de traçabilité de l'ensemble de la filière, allant de la ferme jusqu'aux rayons. But du jeu : améliorer la santé publique, éviter la psychose des consommateurs et accessoirement rendre plus efficace la chaine de distribution. « Moins il y a de gens malades, plus vite est maitrisé le problème et mieux nous nous sentons, a expliqué Tom Stenzel, président de United Fresh, à la Chambre des représentants en 2008. Nous voulons trouver l'origine du problème le plus vite possible et libérer le reste de l'industrie du soupçon. »

Anticiper la future loi « Food Safety Modernisation Act »   
    
« L'objectif est d'identifier la source de la bactérie et le chemin parcouru dans les 24-48 heures", précise Ed Treacy, vice président de la Produce Marketing Association.
Les professionnels ont repéré les maillons faibles du dispositif actuel. L'entreprise arrive plutôt bien à suivre en interne le chemin parcouru par les produits, mais l'on  sait moins bien d'où viennent ces fruits et légumes et où ils vont ensuite. Certains casiers seront mis sur de nouvelles palettes, les légumes peuvent être mélangés dans un plat cuisiné...D'où l'idée d'adopter des normes d'identification communes à toute la filière et de les traquer sur informatique. L'on crée ainsi une sorte de course de relais, avec un bâton rempli d'informations que chaque participant passe au suivant.
L'entreprise adhérente à la PTI suit un parcours fléché en 7 étapes. La norme acceptée par tous est celle de la GSI (Global Standard Organization) qui a des membres dans 145 pays et 25 industries différentes. Cette organisation donne un nombre de 14 chiffres pour chaque palette qui permet de suivre à la trace le produit lui même, les endroits par où il est passé et quand il est parti. On ajoute en prime en termes lisibles par tous de quoi il s'agit : poireau, tomates, pommes de terre... Le cultivateur imprime le premier code barre dans les champs, puis chaque intervenant scanne l'information et y ajoute au besoin ses propres indications. En bout de course, le centre de distribution sera capable de retrouver quel casier a été envoyé dans tel ou tel magasin.
L'initiative est pour l'instant purement volontaire. Mais le gouvernement suit de près les efforts de la profession. Et les entrepreneurs espèrent ainsi influencer la mise en place de la nouvelle loi, baptisée Food Safety Modernisation Act. Elle va en effet confier à la FDA le soin de mettre en place un nouveau système de contrôle de la chaîne alimentaire.

Caroline Crosdale à New York
Mis en ligne le : 28/02/2011

 

http://www.novethic.fr/novethic/entreprises/impact_local/sante/usa_industrie_agroalimentaire_veut_suivre_trace_ses_produits/132740.jsp?utm_source=newsletter&utm_medium=Email&utm_content=novethicInfo&newsletter=ok

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche