Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 1970 4 01 /01 /janvier /1970 01:00
DSK16.jpg

Le socialiste plumeur et trousseur revient

 

http://laplote.blogs.courrierinternational.com

 

 

 

N. Diallo serait remariée !

 

 

Alors que Dominique Strauss-Kahn a pu savourer hier sa première journée de liberté, la crédibilité de sa victime présumée, Nafissatou Diallo, est de plus en plus remise en cause. Ce dimanche, c'est le JDD qui vient apporter de nouvelles révélations. Selon le journal français, Nafissatou était en fait mariée avec un dealer emprisonné, celui qu'elle avait appelé dans les 24 heures qui ont suivi son agression présumée. Le mariage religieux aurait été scellé l'année dernière mais n'aurait pas encore été retranscrit dans les registres d'état. Ce Gambien, rencontré dans le Bronx, serait donc le second mari de Nafissatou Diallo. La famille de cette dernière aurait été au courant de cette union mais aurait ignoré les activités du mari. " Elle nous a dit qu'il avait été emprisonné pour des problèmes d'immigration, de papier et de travail illégal. Jamais elle n'a parlé d'affaires de drogue ", explique un membre de sa famille.

Le New York Post, quant à lui, va encore plus loin dans les révélations en présentant la femme de chambre comme une prostituée. D'après le tabloïd new-yorkais, qui dit s'appuyer sur des confidences faites par des enquêteurs travaillant pour la défense de Dominique Strauss-Kahn, Nafissatou Diallo aurait en effet pu monnayer des services sexuels auprès de certains clients du Sofitel de New York. La plaignante aurait ainsi un train de vie bien supérieur à ses revenus. Des dépenses prises en charge par des hommes ne faisant pas partie de sa famille. Elle aurait en outre été placée au Sofitel en raison des pourboires élevés versés par les clients.

Déposition accablante

Le New York Times, enfin, a donné quelques précisions concernant la conversation téléphonique entre Nafissatou Diallo et son mari, après son agression présumée. D'après le quotidien new-yorkais, les autorités auraient eu connaissance de l'enregistrement une semaine après l'arrestation de DSK. La traduction de la discussion (...) Lire la suite sur elle.fr

 

 

Strauss Kahn reste un violeur présumé 

(Opinion)

.

Selon le New York Times, la crédibilité de l’accusatrice aurait été entamée par des faits relevés par deux enquêteurs dont l’identité n’a pas été révélée. Quels sont ces faits ? Après son agression, et donc après avoir déposé plainte, Nafissatou Diallo aurait eu une conversation avec un détenu accusé d’avoir été en possession de 200 kg de marijuana. Cet homme, avec des amis, aurait fait des dépôts sur des comptes ouverts au nom de Nafissatou Diallo, pour un montant de 100 000 dollars au cours des deux dernières années. Dans la conversation, enregistrée par la police, Nafissatou Diallo aurait évoqué les indemnités qu’elle pourrait obtenir à la suite de sa plainte.

Qu’en conclure ? Si ces faits sont avérés (ce qui reste à démontrer) dans le pire des cas, Nafissatou aurait parmi ses amis un trafiquant de marijuana qui aurait déposé, en deux ans, 100 000 dollars sur des comptes à son nom. Nafissatou aurait gardé des relations avec cet ami, son « fiancé » peut-être, malgré son arrestation. Elle l’aurait appelé pour lui dire qu’elle avait été violée, ce qui n’est sans doute pas une révélation facile à faire. Elle lui aurait dit que le seul aspect positif de cette histoire, c’est qu’elle aurait peut-être droit à des dommages-intérêts. Si Nafissatou a parlé au téléphone sans penser qu’elle était écoutée, cela révèle de sa part une certaine naïveté qui plaide plutôt en sa faveur. A-t-elle profité de ces 100 000 dollars déposés sur des comptes à son nom ? Etait-elle informée des dépôts ? A-t-elle rendu service à son ami en connaissance de cause ? Autant de questions auxquelles elle pourra certainement apporter des réponses. Au pire que son petit ami, un petit trafiquant de shit peut-être, aurait pu être mieux choisi, qu’il l’a mise dans le pétrin en se servant d’elle pour blanchir de l’argent. Choisit-on toujours bien ceux qu’on aime ? Une question qu’il faudrait poser à Anne Sinclair, à supposer qu’elle agisse par amour.

Du blanchiment d’argent : pas des millions de dollars. Cent mille dollars en deux ans ! Quelques journées d’argent de poche pour Dominique Strauss-Kahn. Si les comptes étaient à son nom, étrange que Nafissatou n’ait jamais été inquiétée pour complicité de blanchiment, alors que son petit ami, lui, est en prison. Etrange qu’une conversation téléphonique enregistrée par la police voici cinq semaines ne soit révélée que maintenant au procureur. Quant à avoir évoqué les possibles réparations pour le crime qu’elle affirme avoir subi, même avec un petit trafiquant incarcéré, où est le problème ? Comme Anne Sinclair, elle espérait peut-être avoir assez d’argent pour le faire sortir de prison. Avec cette différence qu’elle est noire, pauvre, et musulmane. De quoi Strauss Kahn, qui, lui, a demandé que la teneur de ses conversations téléphoniques précédant son arrestation, ne soient pas communiquées, peut-il bien parler, sinon de sexe, d’argent et de pouvoir ? Strauss-Kahn n’a certainement que des amis en règle. Aucun voyou, c’est sûr, dans ses relations. Et, bien entendu, il n’a jamais déposé d’argent liquide sur aucun de ses comptes. Le fait que son lieutenant François Pupponi règle ses frais de bouche avec la carte bleue de la SEM chaleur de Sarcelles n’est évidemment pas de nature à affaiblir ses dires.

Un trafiquant de shit ! Peut-être noir, en plus ! C’est bien pire qu’un violeur présumé de négresses. Un tiers des Français entre 18 et 64 ans (soit plus de 13 millions) admettent pourtant - selon une enquête publiée la semaine dernière - avoir fumé du cannabis au moins une fois dans leur vie, 4 % au cours du dernier mois : Il faut bien que ce cannabis vienne de quelque part. Eh oui : il y a des trafiquants. Des gros et des petits. C’est sans doute très vilain, mais pour le moment, la marijuana n’a encore tué personne. On n’en dira pas autant de l’alcool. Voire du Viagra dont certains obsédés sexuels font une consommation peut raisonnable et qui pourrait expliquer bien des débordements. Continuons la liste des turpitudes de Nafissatou invoquées par les enquêteurs anonymes. Elle aurait affirmé aux policiers avoir mentionné un viol et une excision dans sa demande d’asile aux USA et, vérification faite, on ne trouve pas trace de ces éléments dans son dossier. Damned ! Quelle affaire ! Cela voudrait dire qu’elle n’aurait jamais été violée ni excisée ?

Qu’y a-t-il dans tout cela qui exonère Strauss Kahn des graves accusations portées contre lui ? Rien ! Un Strauss-Kahn aurait le droit de violer impunément une femme parce qu’elle serait la copine d’un dealer de shit et qu’elle se serait embrouillée dans ses déclarations pour obtenir le droit d’asile ? Faut-il être une sainte (comme Anne Sinclair) pour être crue sur parole quand on affirme avoir été violée ? Intéressant pour un homme qui se dit de gauche.

La révélation de ces broutilles, compte tenu du système de procédure pénale américain, a permis à Strauss-Kahn, quasi-mécaniquement, d’obtenir illico une libération sur parole et de récupérer la caution versée par sa femme. On s’en réjouit pour elle. On s’en réjouit pour lui. Sa vie sexuelle va s’en trouver plus épanouie. En espérant qu’il n’y aura pas de nouvelles plaintes. Cependant, les accusations sont bien maintenues par le procureur. Strauss-Kahn n’a pas récupéré son passeport et se trouve toujours inculpé de crimes très graves. Il est libre d’être sur le territoire américain, le FBI aux fesses. La réhabilitation tant espérée par les amis zélés du violeur présumé, son élection à la présidence de la République en 2012, restent pour l’instant assez hypothétiques. Quel dommage ! On aurait tant aimé voir Strauss-Kahn débarquer, plus triomphant encore qu’un otage libéré, et, fort de sa supériorité naturelle, annoncer sa candidature à la primaire socialiste, malgré ce « troussage de domestique» d’autant moins important qu’il ne s’agissait que d’une négresse. Et tout le monde sait que "les négresses sont plus chaudes que les blanches" (Flaubert, Dictionnaire des idées reçues). En somme l’exercice anodin, j'oserais presque dire à la sarcelloise, d’un droit de cuissage sur une indigène qu’Anne Sinclair- ah la sainte femme ! - aurait, une fois de plus, pardonné.

.

http://www.claude-ribbe.com/dotclear/index.php?2011/07/01/239-strauss-kahn-reste-un-violeur-presume
.
Sur ce blog, entre autres :

Et si le comité de soutien à Nafissatou Diallo enquêtait à Sarcelles ?

.

http://www.claude-ribbe.com/dotclear/

 

 

http://madame.lefigaro.fr/sites/default/files/imagecache/photo_horizontale_articles/2011/05/dsk-1_pano.jpg

http://madame.lefigaro.fr/sites/default/files/imagecache/photo_horizontale_articles/2011/05/dsk-1_pano.jpg

.

 

.

 

L'affaire Strauss-Kahn vue par Alain Badiou

 


Moi, ce qui m'intéresse dans cette affaire, c'est, précisément, son essence théâtrale. Le grand écrivain de cela aurait été Jean Genêt. Nous avons là, comme dans Le Balcon ou Les Nègres, des allégories. On est dans la représentation, et même dans la représentation de la représentation, la représentation des mécanismes de la représentation (qu'est-ce qu'un président, qu'est-ce qu'un chef de la police?). Nous avons en effet là l'Homme Puissant à la tête de l'institution la plus fondamentale du monde occidental, favori de tous les sondages etc., qui joue le rôle que tenait, dans Le Balcon, le Chef de la Police – dont Genêt précise qu'au troisième acte il doit arriver sous la forme d'une grosse bite (vous voyez que tout cela était déjà prévu ...). De l'autre côté, il y a le symbole même de la faiblesse : la Femme Noire Immigrée, qui vient d'Afrique, qui a un boulot infect etc. La rencontre de ces deux figures ne peut être que sexuelle, car ils n'ont aucun rapport entre eux : elle inexiste totalement pour lui, et réciproquement. Le sexe est cet élément qui provoque des collisions invraisemblables du point de vue des icônes générales du monde. Il y a aussi le rôle, magnifique, de la Sublime Épouse qui annonce l'imprescriptibilité du couple ; je lui rends hommage, sérieusement, car si elle l'aime plus que jamais, c'est qu'il aura montré à tout le monde quelque chose de la faiblesse humaine.

Mon hypothèse théâtrale – car les implications "politiques" de cette affaire ne me font ni chaud ni froid, pour tout vous dire, je n'étais ni dans les électeurs de Strauss-Kahn, ni dans ses non-électeurs – est qu'il ne voulait pas y aller. C'est son entourage qui avait créé chez lui ce désir morbide d'être président de la république : sa femme espérait peut-être qu'il allait s'assagir dans les nécessités de la représentation, le PS en a fait son candidat et ce au seul vu des sondages (alors que personne n'ignorait qu'il ne pouvait s'empêcher de sauter sur une femme dès qu'il se trouvait seul avec elle dans une pièce fermée), ce qui est quand même extravagant : ça montre à quel point la dégénérescence idéologique de cet organisme est totale ("gagnons les voix, et après on verra"). Bref, tout le monde voulait Strauss-Kahn, sauf une personne : Strauss-Kahn. Comme il n'est pas très courageux, il ne voulait pas y aller, mais il ne voulait pas non plus dire qu'il ne voulait pas y aller, il ne voulait pas dire publiquement "ça m'embête" (en pensant, en outre : "et puis, je sais qu'il va m'arriver des histoires"). Son inconscient a trouvé la solution de ce dilemme. Il n'ira pas et, pour cela, il n'a qu'a eu dire oui à sa pulsion, ce qui est très économique. Ce qui fait qu'il est content, parce qu'il ne va pas faire ce qu'il ne voulait pas faire et aussi parce qu'il a dit à la terre entière qui il était vraiment ; si j'étais lui, j'éprouverais une joie ironique, parce que je me dirais : "Bande d'ânes ! Voilà celui pour lequel vous vouliez tous voter !" Et ça, c'est une position merveilleuse. L'épouse aussi est contente, car elle est dans un rôle sublime, elle va montrer aux gens ce que c'est que l'amour. Moi, je suis content aussi, parce que Strauss-Kahn, je n'en voulais pas. Il faut vraiment chercher dans les entrailles du PS pour trouver des gens mécontents.

Ce collapsus symbolique entre la puissance absolue et l'impuissance absolue, je pense que c'est cela qui intéresse tout le monde et qui explique la fascination exercée par cette affaire. La décision de Strauss-Kahn fait apparaître un élément d'humanité secret dans l'icône il faut le dire bestiale du président du FMI.

Un seul appendice. On voit entrer en scène Mme Lagarde. Imaginons l'histoire suivante : Mme Lagarde est dans l'hôtel, elle sort de sa douche, et un groom philippin lui saute dessus. C'est ce que Husserl appelle une variation eidétique (*). Le type est pris, il est menotté et photographié menotté. Que dit la presse ? Stigmatise-t-elle ces mœurs américaines épouvantables qui consistent à présenter les gens avec des menottes ? Je vous garantis que non. La presse dit : "Justice est faite, ce salaud a ce qu'il méritait". C'est quand même la preuve que cette histoire est en profondeur une histoire de classes. Si on fait la variation eidétique dans l'autre sens, on voit bien que la construction de Strauss-Kahn en victime ne s'explique que par le croisement, imprévisible, entre la détermination sexuelle et la détermination de classe.

Alain Badiou

(*) Qui a rapport à l'essence intelligible des choses, par opposition à ce qui relève de leur présence sensible.
[psych.] Image eidétique: image hallucinatoire caractérisée par sa très grande netteté.


 

Extrait d'une conférence d'A. B sur: http://mademoiselledolores.blogspot.com/2011/06/seminaire-dalain-badiou-25-mai-2011.html

 

 

.

 

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2011/07/03/21531229.html

 

 

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Opinion ou témoignage
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche