Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 août 2012 2 21 /08 /août /2012 17:42

 

ALEP (Syrie): Pleurs et mensonges des terroristes, après les pertes de la journée.

Publié le22 Août 2012

 

 

shamseddin20120821160859000.jpg?w=594&h=

 

 

Ce monde médiatique est fou !


Paul reprend Pierre qui reprend Antoine qui reprend Samuel et vice-versa. Comme une traînée de poudre, les médias ont déformé sans vergogne les propos de Qadri Jamil. 3Le vice-Premier ministre syrien a affirmé au cours d’une conférence de presse à Moscou que la Syrie était prête à discuter d’une démission de Bachar el-Assad”, rapporte l’AFP. Tous les médias arabes et francophones sautent sur l’occasion et déblatèrent. Et surprise,  aucune autre source ne vient confirmer cette déclaration. Le Guardian rapporte ainsi que les agences Reuters (britannique), Associated Press (américaine) et Ria Novosti (russe) n’ont pas rapporté l’information. Même Ria Novosti LA RUSSE n’en parle pas ? Cherchez l’erreur ! 

Encore une escroquerie médiatique. En réalité, M. Qadri Jamil, vice-président du Conseil des Ministres pour les affaires économiques, ministre du commerce intérieur et de la protection du consommateur, a affirmé que l’”une des priorités du gouvernement syrien est la réconciliation nationale”. Ajoutant: “Il faut aller au dialogue sans conditions, même avec Bachar al-Assad au pouvoir”. Mais, passons aux choses sérieuses que de rester sur des futilités et des salmigondis d’une presse en manque de sensations morbides. Bachar al-Assad est probablement le seul homme au monde qui, malgré une victoire qui se profile à l’horizon, annonce qu’il s’en va… 

Jaber Chihabi

Jaber Chihabi

L’armée syrienne a fait une découverte décisive en ratissant plus large à l’intérieur d’Alep; puisque sa pénétration est méthodique et sans précipitation. Quand on entend les terroristes déclarer urbi et orbi qu’ils contrôlent 1/3 de la ville, on ne peut que rigoler. C’est ainsi qu’à  été saisi le plus important cache d’armes dans la ville au nord d’Alep. on comprend pourquoi les terroristes ont livré à l’armée, ici, des combats féroces dans le district de Seif al-Dowla. Hélas, dans leur fuite, ils ne pouvaient emporter toutes les armes et les munitions.  De grandes quantités d’armes a été saisies, ainsi que de nombreux terroristes arrêtés ou tués. Des opérations spécifiques de purification qui se poursuivent inlassablement. Je vous ai annoncé de brillants succès pour la journée d’hier. Toujours à Alep, Le terroriste Jaber Chihabi (photo ci-contre) qui a été mis aux arrêts, a avoué avoir égorgé avec son gang terroriste, des nombreux innocents dans la zone d’al-Bab, dans la banlieue d’Alep. Ces derniers l’étaient, après avoir été enlevés sur ordre du terroriste en chef, Abou-Bakr Saddiq, en fuite. Il est vivement recherché. Aussi, toujours à Alep, après d’intenses bombardements pour déloger les malfrats du quartier de Moadamiyeh, jusqu’à présent contrôlée par les terroristes, l’armée n’a plus fait grand chose. La loalité est passée entre les  mains de l’armée syrienne, avec les youyous des femmes sunnites voilées, qui les ont accueilli en héros. A Alep encore, des unités de l’armée syrienne ont pris possession de al-Zebdia, autre zone dans laquelle les terroristes faisaient la loi. 

Il y a eu hier, pour la première fois, de nombreuses redditions. L’armée syrienne parlent d’une centaine. N’avaient-ils pas choisi de mourir ?  Dans le nord de la Syrie, l’aviation syrienne a bombardé plusieurs localités et villages au nord d’Alep, tuant de nombreux terroristes, mais déplore la mort de deux civils. Les bombardements ont aussi fait plusieurs blessés. Des avions syriens, après avoir mitraillé les environs, ont par ailleurs largué deux bombes sur la localité de Marea, à une trentaine de kilomètres au nord d’Alep, pur bloquer la fuite d’un contingent armé, qui tentait de fuir en Turquie. A la guerre comme à la guerre !

A Edlib, trois terroristes ont été tués au cours de leur propre installation d’une charge explosive. Ils voulaient placer l’engin explosif sur l’autoroute de Bab al-Hawa. Leur bombe les a emporté…Toujours à Edlib, les démineurs de l’armée ont réussi à désamorcer six charges explosives à Bekseria, près de Kherbit al-Jawz sur la route de Jeser al-Choughour, une petite bourgade paisible. Dans la zone industrielle de la ville d’Edlib toujours, des unités de l’armée ont mis en déroute un groupe armé qui tentait de détruire une raffinerie, dans la campagne environnante. Enfin, toujours à Edlib, l’armée syrienne s’est heurtée à un groupe armé et tuée tous ses membres dans la zone d’al-Masafi. Une dizaine d’hommes.

A damas, l’armée syrienne a changé de tactique. Elle a décidé de procéder par une guerre une guerre préventive, pour ne plus permettre à ceux dont la seule “force” est le terrorisme, d’accomplir leurs sales besognes, en les harcelant méthodiquement. C’est ainsi qu’elle est tombée sur un stock d’arme abandonné par les renégats syriens, dans la zone dite de  Almedmah.

Vous avez dit que ces gens contrôlent quoi ? Si faire des escarmouches ici ou là c’est contrôler une ville, alors que le reste du temps on vit terré, c’est que…Sans commentaire !

.

ALEP (Syrie): Pleurs et mensonges des terroristes, après les pertes de la journée.

 

 

.

.

Syrie : Décapitations à la tronçonneuse

 
22 août 2012 | Cet incroyable article du quotidien El pais est conçu comme une pièce de propagande en faveur de l’opposition armée au gouvernement syrien. Sauf que la journaliste Mayte Carrasco, qui ne cache pas son parti pris pour la prétendue "Armée syrienne libre" (ASL), rapporte des faits intéressants qui contredisent son propos propagandiste.

 

.

.

Un article de Konstantin Garibov
Un nouvel ultimatum des États-Unis à la Syrie

 
21 août 2012 | Les États-Unis menacent la Syrie d’actions contournant l’ONU. C’est l’éventualité que la porte-parole officielle du Département d’Etat américain Victoria Nuland n’a pas exclue. Lors d’un point de presse elle a laissé entendre que Washington avait l’intention d’en informer le nouveau médiateur de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Lakhdar Brahimi.

 

FACE AU CHAOS SYRIEN : L'EFFONDREMENT DE LA CONSCIENCE POLITIQUE ARABE

ALEP (Syrie) – Les terroristes ont deux choix : se rendre ou mourir. Et Fabius ?

http://allainjules.com/2012/08/20/alep-syrie-les-terroristes-ont-deux-choix-se-rendre-ou-mourir-et-fabius/

 

 

(..) Ils avaient annoncé urbi et orbi, le carnage qui allait se dérouler à Alep. A-t-il eu lieu ? Non. Encerclés, affamés, en manque de munitions, le moral dans les chaussettes et la tête toujours dans le guidon, ces gens sont-ils prêts à mourir pour satisfaire la fameuse prime de mille vierges au paradis ?  Les promesses alors du Qatar et de l’Arabie saoudite, ces grandes démocraties ? “Allah Akbar” crient-t-ils, comme des gens possédés, des macchabées sortis du tombeau. Si, si, la foi soulève des montagnes mais, de quelle foi parle-t-on ? Celle de tuer ou celle de mourir ? Mais, toujours est-il que les choses sont claires. A Alep, il ne reste plus aux protégés de Paris, Washington, Londres, Berlin, Doha ou Riyad, que deux solutions: se rendre ou crever. L’armée a averti:

“il est encore temps de vous rendre, c’est votre dernière chance. Toute personne hébergeant des terroristes sera responsable de ce qu’il adviendra”

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, a encore réitéré son refus de l’établissement d’une “no-fly-zone” pour soi-disant des raisons humanitaires, dans une interview qu’il accordait à la chaîne de télévision Sky News Arabia : 

« La communauté internationale doit régler

les problèmes des réfugiés syriens par des méthodes éprouvées au lieu de créer de zones d’exclusion aérienne en Syrie »

Sans faire allusion au nain politique Laurent Fabius, qui patauge telle une mouche dans la bouse,  il a précisé que la Russie condamne la violence de part et d’autre, à la différence des Occidentaux qui ne condamnent que seul le Gouvernement syrien. Il a fustigé cette façon de faire. Visiblement, la Chine et la Russie n’accepteront plus de se faire rouler dans la farine une nouvelle fois. Ceux qui ont fait du mensonge leur spécialité, ne pourront plus vraiment sévir en toute impunité. Le temps des cerises est terminé.

 

D’un côté, leurs protégés semblent être condamnés à commettre essentiellement des attentats, de l’autre, eux, les instigateurs, poursuivre leurs oeuvres macabres de désinformation, de falsification et surtout de terrorisme international (..)

 

http://allainjules.com/2012/08/20/alep-syrie-les-terroristes-ont-deux-choix-se-rendre-ou-mourir-et-fabius/

 

 

Syrie : l’ "Occident préfère une théocratie islamiste à une dictature laïque" et Lakhdar Brahimi ?

Publié le21 Août 2012


 

Lakhdar Brahimi

Lakhdar Brahimi

 

Finies les incantations de mauvais augure. Entre grâces et disgrâces, l’opposition syrienne laïque commence à se plaindre d’être ignorée par les démocraties occidentales qui semble un peu trop privilégier à leur goût, les groupes armés au détriment d’une “paix négociée avec à la clé, le départ graduel de Bachar al-Assad”. C’est le sempiternel accord sur lequel, tous sont Ok et retors.  Devenus inaudibles à cause du bellicisme occidental et la réponse tous azimuts de Bachar al-Assad qui peut compter sur la fidélité de son armée, ils sont entrain de se rendre compte que, eux, qui initialement étaient derrière le début de la révolte, se sont laissés déborder par des malfrats en qui l’Occident fait confiance, et par les monarchies du Golfe qui financent l’effort de guerre.


On peut dire que le blues les gagne. Aucun groupe armé ne prend au sérieux les leaders du CNS ou d’un quelconque mouvement basé à l’étranger. Les terroristes revendiquent le fait de se battre sur le terrain mais, si le régime tombe, plus dure sera la chute de la Syrie.  

 

Du côté occidental, on fonce tête baissée malgré les échecs qui s’enchaînent. l’”Occident préfère une théocratie islamiste à une dictature laïque” aurait pesté un membre du CNS, convaincu que l’Occident mise depuis sur la force au lieu de chercher à négocier pour la paix et une solution politique.

 

Coincés, les membres du CNS savent désormais que si les forces terroristes remportent la guerre qu’ils mènent au pouvoir syrien avec l’aide de Paris, Washington, Londres, Doha ou Riyad, ils s’accrocheront au pouvoir pour installer une théocratie salafo-wahabbiste. Ils (membres du CNS) seront reçus à l’Elysée jeudi prochain, pour en discuter.


Le 3 octobre 2001, M. Lakhdar Brahimi, 78 ans,  diplomate algérien chevronné et respecté, avait été nommé Représentant spécial pour l’Afghanistan pour y faciliter le processus politique. Normalement, le remplaçant de Kofi Annan a le même rôle pour la Syrie. C’est son rôle initial mais, la tentative de l’Occident de le dévier de sa mission n’est pas étonnant. On lui demande de mettre au préalable sur la table, avant même qu’il ne rencontre le président syrien Bachar al-Assad, l’idée de son départ. Drôle de façon de faire, pour soi-disant régler un conflit. Néanmoins, malgré le fait que M. Lakhdar Brahimi montre une image d’indépendance, Il a notamment dit qu’il faut que les Iraniens puissent participer au processus de paix, et ayant rabroué une journaliste d’Al Jazeera, tout en indiquant que ce sont les Syriens eux-mêmes qui doivent faire la paix, il reste un mystère.


En rencontrant le président français François Hollande, hier au palais de l’Elysée, ce dernier, le président français, la tête toujours dans le guidon,  a encore recommencé avec la même logghorée. Jouant les Nostradamus, pour lui, “il ne peut y avoir de solution politique” en Syrie “sans le départ de Bachar al Assad” du pouvoir qu’il exerce depuis douze ans. On ne sait pas ce que Lakhdar Brahimi lui a répondu mais on peut se poser des questions sur sa nomination. En espérant qu’il fera son travail avec dévotion, honnêteté et justice, il faut néanmoins lever un pan sur sa vie dont les médias ne parleront certainement pas.


Rym Brahimi et le Prince Ali bin Al Hussein

Rym Brahimi et le Prince Ali bin Al Hussein


Par une amie, nous avons appris en début d’après-midi que ce Lakhdar Brahimi est le gendre du souverain achemite et roi de Jordanie, Hussein. Après enquête, c’est confirmé. Hussein, ce demi-arabe (mère britannique) pro-américain dont on connaît l’aversion à l’encontre de Bachar al-Assad, ne garantit rien de bon, même comme le diplomate algérien jusqu’à présent est propre et, il faut lui accorder le bénéfice du doute . Sa fille Rym, 43 ans,  journaliste à CNN, s’est mariée avec le frère du roi Abdallah, le prince Ali, 37 ans (photo). Trop d’intérêts qui se retrouvent liés et qui ne sont pas de bon augure pour la suite des évènements. CNN, les Etats-Unis, le roi de Jordanie, le Qatar et ses gazo-dollars, l’Arabie saoudite et ses pétro-dollars etc, il y a de quoi avoir peur. Fichtre.

 

Bien sûr, si ce “pedigree secret” n’est pas relevé par la presse, c’est qu’il y a anguille sous roche. La preuve, à chaque fois que la Chine ou la Russie s’expriment, les médias se précipitent pour dire “soutiens de Damas”. Or, quand la France ou les autres s’expriment, vous n’entendrez jamais ces rois des indignations sélectives dire par exemple, la France, pays hostile à Damas ou même détracteur de Bachar al-Assad. Vous pouvez vérifier… 


La dernière pour la route avec Abed al-Razzak Tlas. Il est  l’un des chefs terroristes et ex officier de l’armée syrienne qui matait une vidéo pronographique et se masturbait en direct sur Skype. Une vidéo que je n’ai pas diffusé par décence. Eh bien, il accuse la Chine d’avoir manipulé les images. Trop pathétique ces fous de satan qui se réclament d’Allah.


Enfin, sur le terrain, nous aurons de plus amples renseignements dans la journée. Toujours est-il que les pauvres terroristes ont probablement passé la pire de leur journée à Alep, entre autres. Ce n’est que le début, malgré les projets d’élimination physique du président Bachar al-Assad. Une lâcheté qui sonne le glas de la défaite et d’une victoire à la Pyrrhus si l’oeuvre macabre arrive à son terme…

 

http://allainjules.com/2012/08/21/syrie-loccident-prefere-une-theocratie-islamiste-a-une-dictature-laic-et-lakhdar-brahimi/

 

 

 

175cafb496a0211a7ad5f4e8e2ab3c30?s=50&d=

Syrie : La Bérézina des terroristes syriens qui n’ont plus de chefs.

by Allain Jules

 

C'est époustouflant cette saignée des terroristes, que nos amis aiment bien nommer "révolutionnaires" ou "rebelles". Tout va à vau-l'eau. Il n'y a plus de direction. C'est chacun pour soi....Allah pour tous. Pour sur, la colère d'Allah est entrain magistralement de se manifester, face à leurs nombreux forfaits. On peut s'opposer à un régime, le combattre, mais [...]

Lire la suite

 

175cafb496a0211a7ad5f4e8e2ab3c30?s=50&d=

ALEP (Syrie) : La presse britannique confirme aussi le complot international contre la Syrie

by Allain Jules

 

L’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag a donc confirmé ce qu'on savait déjà. Alors, n'en déplaise aux esprits chagrins, ce que le président syrien Bachar al-Assad dit depuis des mois et que, nous aussi, à notre petit niveau, indiquons, se révèle donc vrai. Oui, la Syrie est victime d'un complot international ourdi par l'Occident. Mais, ce [...]

Lire la suite

 

Syrie : La presse allemande confirme que la Syrie est victime d’un complot international

by Allain Jules

 

L'art de la mise en scène occidentale, l’hypocrisie et le cynisme qui va avec est innommable. Depuis le début du conflit imposé à la Syrie, le président Bachar al-Assad a toujours répété que son pays est victime d'un complot international. On ne peut oublier les diatribes de nos journaux, qui n'hésitent pas à le traiter de mythomane. [...]

Lire la suite

.

175cafb496a0211a7ad5f4e8e2ab3c30?s=50&d=

Iran-Syrie-Israël-Grande Bretagne : Bienvenus dans un monde de fous à lier

by Allain Jules

 

A cause du verdict à l'encontre du groupe punk rock Pussy Riot, le département d'Etat américain a dénoncé un verdict « disproportionné » et s'est dit « préoccupé » par « l'impact négatif sur la liberté d'expression en Russie ». Paris a également fustigé une sentence « particulièrement disproportionnée ». En Grande Bretagne, à cause de trois soubrettes condamnées à Moscou, et dont [...]

Lire la suite 



 

Syrie : l’”Occident préfère une théocratie islamiste à une dictature laïc” et Lakhdar Brahimi ?

by Allain Jules

Finis les incantations de mauvais augure. Entre grâces t disgrâces, l'opposition syrienne laïque commence à se plaindre d'être ignorée par les démocraties occidentales qui semble un peu trop privilégier à leur goût, les groupes armés au détriment d'une "paix négociée avec à la clé, le départ graduel de Bachar al-Assad". C'est le sempiternel accord sur [...]

Lire la suite

 

175cafb496a0211a7ad5f4e8e2ab3c30?s=50&d=

Syrie : Barack Obama menace d’attaquer la Syrie, et met en garde Israël

by Allain Jules

Décalage horaire oblige, entre la France et les Etats-Unis, nous ne pouvions relater les évènements américains en pleine nuit, ici, en France. Dans une nouvelle sortie hasardeuse et surtout qui n'a rien à voir avec la paix, le président américain Barack Obama a lancé un nouvel avertissement en signe d'ultimatum à un pays souverain, la [...]

Lire la suite


Syrie : Nouvel attentat terroriste à Damas ce matin (21 août 2012)

.

23584_2_1345454782.jpg?w=594BRÈVE- Tôt ce matin, à l’aube, un violent attentat a été perpétré à Mazzeh, en plein centre de Damas, dans la zone sud-ouest. Il faut noter qu’à proximité, se trouve l’actuel palais présidentiel, sur le sommet du mont Mazzeh, surplombant l’ensemble de Damas. Le président Bachar al-Assad, qui vivait en famille dans un appartement en plein centre ville et entouré de voisins, a été obligé, pour raison de sécurité mais à contrecœur, de s’y installer.  

Cet attentat terroriste a fait deux morts et quatre blessés. Il y a eu lieu à proximité d’une école pour jeunes filles. Il ne reste plus que ça aux lâches, pour se faire entendre. Imperméables au dialogue, cette dictature salafiste qui attend la Syrie, si les forces sataniques gagnent, malgré de nombreux avertissements que ne veulent pas voir ou entendre des personnes comme Barack Obama, se retournera contre l’Occident. Un homme averti en vaut deux !

 

ALEP (Syrie) : Voici Mika Yamamoto, journaliste japonaise tuée à Alep

.

Mika Yamamoto

Mika Yamamoto

 

BRÈVE- Hier, lors des “combats” entre l’armée loyaliste syrienne et les terroristes à Alep, la journaliste japonaise  Mika Yamamoto, 45 ans, a été tuée, en compagnie d’un journaliste turc et avec ses collègues japonais. Elle couvrait les combats à Alep pour l’agence Japan Press, aux côtés de l’Armée syrienne libre. Voilà ce qui arrive, quand on s’associe avec des terroristes.


Avec une précipitation incomparable, la presse occidentale s’est déjà lancée à corps perdu dans l’annonce selon laquelle, ce sont les “chabbihas” (miliciens pro-régime), qui sont à l’origine de sa mort. Ceci nous fait nous souvenir de l’affaire Gilles Jacquier qu’ici, nous avons démonté.

 

Ce sont les risques du métier mais, nos journalistes extrémistes, comme le suggérait la posteuse Nora, avec raison, ne s’empressent nullement pour parler de la mort des journalistes syriens pro-gouvernementaux, encore moins leurs enlèvements.


Mika Yamamoto, morte

Ce traitement partial de l’information finit par lasser plus d’un. Il ne faut donc pas s’étonner que des journaux dits sérieux, se retrouvent à la rue, boudés par des personnes, qui ne sont pour autant pas des partisans d’un tel ou d’un tel autre, mais simplement des personnes sensées et avides de justice.

 

.

Un article de Peter Parker (à lire, aussi dur soit-il)
Syrie : Un journaliste digne de ce nom décrit les horreurs perpétrées par d’impitoyables « rebelles »
16 août 2012 | Le reporter Peter Parker décrit avec une rare honnêteté les horreurs que commettent les « rebelles » - soutenus par les puissances extérieures - contre la majorité des Syriens fidèles à leur gouvernement. Ce qu’il dit contraste totalement avec ce que les articles diffusés par l’AFP et repris par toute la presse internationale nous ont rapporté jusqu’ici. Nous rendons hommage à ce reporter qui ne cherche pas à masquer, chose rare, ce que sont en vérité ces « rebelles » célébrés par les diplomaties occidentales. - Silvia Cattori


L’insoutenable calvaire des journalistes syriens
16 août 2012 | Post scriptum - 16 août 2012 L’armée régulière syrienne a réussi à libérer la journaliste Yara Saleh ainsi que les techniciens Abboud Tabarah et Housam Imad de la chaîne al-IkhbaryaTV, qui avaient été enlevés par des milices islamistes de l’ASL le 10 août. 

 

Scoop : Un conseiller du Premier-ministre tunisien

arrêté à l’aéroport d’Orly

http://allainjules.com/2012/08/20/scoop-un-conseiller-du-premier-ministre-tunisien-arrete-a-laeroport-dorly/.

 

 

ALEP (Syrie) : Voici les “mauvaises” nouvelles qui ont rendu le mollah Laurent Fabius fou

Publié le18 Août 2012

 

Bashar al-Assad

Bashar al-Assad

Laurent Fabius, ministre “responsable mais pas coupable” avait sciemment laissé des gens mourir avec son histoire du sang contaminé. Il est étonnant que personne ne lui rappelle ses conneries passées et présentes. En déclarant, hier, à la frontière syro-turque que:  ”le régime syrien doit être abattu et rapidement!”, et que, “Bachard el-Assad ne mériterait pas être sur la terre”, il s’est inscrit définitivement dans la grande famille de l’hitlérisme et de la solution finale. Un ministre qui plus est, qui a échoué à devenir président. Quel mépris ! Il dit avoir été bouleversé après avoir entendu des témoignages -paroles d’évangile-, des réfugiés syriens. Qui peut croire à cette fable ?  

Non, les vraies raisons qui poussent Laurent Fabius à pester, même comme dans le même temps, graduellement, l’armée syrienne est entrain d’en finir avec les terroristes, c’est que sa tournée est un échec cuisant. De Jordanie au Liban en passant par la Turquie, les différentes autorités lui ont dit qu’il était impossible et improbable pour elles, d’attaquer la Syrie. C’est pour cela que Fabius s’est rendu dans ces pays frontaliers de la Syrie. C’était l’ultime option, faire que ces pays entrent en guerre avec la Syrie. Hélas, le projet a fait psitt. Comme quoi, le langage change depuis que tout le monde sait que la Syrie a des armes chimiques. Comprenez donc pourquoi il y a un tel acharnement contre l’Iran, un pays pourtant pacifique.

La presse mainstream est tellement dans la mouise qu’elle ne sait plus quoi raconter sur le conflit syrien tellement, leurs poulains sont en très mauvaise posture.Lorsqu’elle commente l’acceptation du diplomate algérien Lakhdar Brahimi de prendre le relais de Kofi Annan comme médiateur international dans le conflit en Syrie, elle indique: “où des combats entre l’armée et des insurgés dans la capitale et à Alep ont encore fait des dizaines de morts.”Quels combats et dans quel contexte ? Vide sidéral, rien, nada, nothing, walou.

Ce que cette presse refuse de préciser c’est que l’armée syrienne est entrain de purger les terroristes, depuis qu’elle a mis sur pied la tactique de la “nasse tchétchène”. Les pauvres sont traqués jusqu’aux chiottes. C’est ainsi que certains ne voulant pas passer sous des fourches caudines combattent. C’est ainsi que, dans la banlieue de Damas, la bourgade d’al-Tall a retrouvé son calme. La sécurité a été rétablie et les familles sont rentrées chez elle. Oui, ce sont des dizaines de morts du côté terroristes. Ils n’arrivent plus à se cacher puisque dénoncés par les populations qui ne veulent pas et n’ont jamais voulu de cette guerre. A al-Foroqlos dans la banlieue de Homs, mise en déroute d’un groupe terroriste débusqué dans leur tanière, avec la saisie de 57 fusils, 3 RPG et 4 mitrailleuses.

A Alep, les médias “mainstream” attestent que le régime ne contrôle pas la ville. Peut-on dire que le Gouvernement français ne contrôle plus Paris parce qu’il y a eu un attentat à Bastille et que à Nation ou aux Champs-Elysées l’armée s’est accrochée avec des terroristes ? Que nenni. C’est ce qui se passe donc à Alep. Les terroristes sont pourchassés et font des actions sporadiques. Il n’y a qu’à entendre leurs cris de désespoir pour réclamer des armes pour s’en convaincre.  Dans la région Hanano (Alep), où un des chefs terroristes a été abattu hier, ou de Oujet al-Jab dans le quartier de Souleymanieh dans la ville d’Alep toujours en passant par le quartier d’al-Kallaseh, ce sont des dizaines de terroristes mis hors d’état de nuire. Pire, pour les ennemis de la Syrie, l’armée a découvert un grand entrepôt d’armes en tous genres, dans  le souk de Seif al-Dawleh.

Comprenez donc Fabius, il est à bout de nerfs !

 

http://allainjules.com/2012/08/18/alep-syrie-voici-les-mauvaises-nouvelles-qui-ont-rendu-le-mollah-laurent-fabius-fou/

 

Syrie : Lakhdar Brahimi, la dernière carte avant l’échec ?

Publié le18 Août 2012

 

 

DJERRAD AMAR

Il ne faut jamais oublier que l’objectif des américano-arabo-sionistes est et restera le renversement du « régime de Damas» et rien d’autre ! Si cet «objectif » n’aboutit pas, la lecture politique serait donc de considérer comme «défaite» de cette OTAN désuète qui annoncerait la fin de l’unilatéralisme américain sur le monde. 

 Rappelons-nous que les missions des observateurs et toutes les réunions, conférences et autres déclarations anti-syriennes ne sont que des subterfuges poussant vers cet objectif ; des « amis de la Syrie » à la réunion de l’OCI en Arabie Saoudite. La mission des observateurs de la «Ligue arabe» a ‘échoué’ parce qu’elle ne répondait pas à ce qui était programmé. Elle avait vu ce que les américano-arabo-sionistes ne veulent pas que le monde sache ; c’est-à-dire «le massacre des civils, des policiers, des militaires, des intellectuels, des hommes de culte ainsi que les destructions des infrastructures économiques, sociales, culturelles et sanitaires» par des «groupes armés» organisés, armés et financés par leurs valets arabes ; le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie.

Même pour la mission de Annan/ONU, les États-Unis et leurs valets arabes ont tout fait pour faire échouer sa mission, car ses six points risquaient de garantir une ‘paix’ qu’ils ne voulaient pas sans la chute de Bachar qui est une condition sine qua non pour la domination du régime sioniste de la région. Avant même l’arrivée des observateurs de Annan, ils avaient vite essayé de suborner et influencer ces nouveaux témoins en fixant, à l’avance, leur chance de réussite à 3%.

Réitérons qu’au final le but visée est bien de gagner du temps par diverses manœuvres pour faire croire, par cette tactique par  «élimination /reconstitution» des groupes, à une persistance de la crise par la résistance du «peuple» face à la répression de «l’armée de Bachar» tout en espérant faire échouer les réformes profondes, politiques et économiques engagées par le pouvoir syrien. Des réformes, en fait, que redoutent, par contagions, les monarchies du golfe contrairement au souhait qu’ils affichent, perfidement, de voir la «démocratisation» de la Syrie.

A chaque fois que l’on pressent la déroute de leurs groupes armés on se charge immédiatement de leur venir au secours par ce subterfuge «observateurs» pour exiger de la Syrie «le retrait de l’armée» et la «libération des prisonniers» pour permettre aux groupes de se reconstituer, de réoccuper leurs positions et de reprendre du poil de la bête. Si les groupes devaient être décimés,  il sera extrêmement difficile aux comploteurs de reconstituer les réseaux dont les préparatifs ont exigé du temps, de la patience, des plans, des tactiques, des recrutements et beaucoup d’argent.

Juste après Damas et Alep où leur « armée » subit de lourdes pertes avec difficultés de s’en sortir ni d’être ravitaillée, les revoilà ‘crier’ au « massacre » tout en multipliant les menaces, les réunions et les pressions sur la Syrie. Au même moment Annan ‘démissionne’ en annonçant ne pas pouvoir terminer sa mission à cause, en fait, d’une absence de coopération de la partie soutenant les groupes armés. Il a motivé sa démission par les divisions au sein du Conseil de sécurité sur ce dossier ; compliquant ses devoirs.  

Devant ces attitudes de l’Occident que mène les EU, comment ‘espérer’ une solution en désignant un nouveau médiateur tout en maintenant le même objectif,  la même pression, la même tactique, les mêmes mensonges débiles et déclarations stupides ?

Lakhdar Brahimi, âgé de 78 ans, est bien habitué aux missions difficiles pour le compte des Nations unies, mais que peut-il faire de mieux que Annan face aux blocages et au diktat américain. Comment pourra-t-il prendre en charge cette «  affaire syrienne » dans de telles conditions d’hostilités? À moins qu’il n’accepte « leurs conditions » fût-il,  par son expérience, le meilleur médiateur ! En déclarant dans un communiqué que « Le Conseil de sécurité de l’ONU et les États de la région doivent s’unir pour permettre une transition politique dès que possible » M. Brahimi le destine-t-il à la Russie et à la Chine, qui s’opposent par leurs vétos aux solutions proposées par l’Occident ?

Parions que les premières actions qu’il engagera seront une demande au gouvernement syrien de « retirer l’armée » et de « relâcher les ‘prisonniers’ » chose, à notre avis, qui ne se réalisera jamais plus. Si c’est ainsi,  il échouera sans aucun doute. Ce serait d’ailleurs une très grave erreur stratégique de la part de la Syrie si elle accepte, car juste au moment où elle domine la situation militairement et politiquement.

Malgré cinq mois d’efforts pour imposer la paix des deux côtés où nous avons vu des réponses favorables que du côté syrien et des blocages du côté américain,  notre Brahimi semble accepter reprendre la suite au moment où la bataille d’Alep impose la suprématie de l’armée syrienne et au moment où les EU persistent en annonçant de nouvelles sanctions pour précipiter la chute de Bachar. Un diplomate à l’ONU, aurait indiqué  que l’ONU et le Conseil pourraient être amenés à réviser le plan de paix en six points de Kofi Annan. Dans quel sens ? Nous savons que l’occident et les pétromonarchies du Golfe veulent apporter des changements au plan Annan dans l’objectif d’un « changement de régime ». Ce dont la Russie et la Chine ne veulent plus entendre parler.

Ont-ils trouvé en Brahimi le meilleur allié surtout avec la  Jordanie et l’Arabie Saoudite ?S’il accepte cette mission il se retrouverait dans la situation où il doit contenter et le « choux » et la « chèvre ». Chose impossible, car il doit choisir entre deux « blocs », deux rapports de force qui s’affronte l’un « unilatéraliste » et l’autre « multilatéraliste » dont le théâtre est bien la Syrie. Sa carrière diplomatique, nette jusque-là, en prendra un sérieux coup s’il échoue. On ne le ratera pas de l’accuser de servir les intérêts de l’occident et des monarchies du Golfe sachant que sa fille est mariée au frère du roi de Jordanie. Les algériens avancent déjà qu’il ne représentera que sa personne et non l’Algérie.

Il nous semble que M. Brahimi arrive trop tard dans ce conflit au regard de la violence guerrière sur le terrain et les succès de l’armée syrienne. Serait-il la dernière carte, américano-monarchique, pour sauver un projet hégémoniste en échec ou bien le dernier médiateur pour sortir de ce conflit sans trop de conséquences ? 

Djerrad Amar

 

http://allainjules.com/2012/08/18/syrie-lakhdar-brahimi-la-derniere-carte-avant-lechec/

 

La Russie oppose à une zone d'exclusion aérienne en Syrie  18/08/2012

La Russie oppose à une zone d'exclusion aérienne en Syrie



La Russie est opposée à l'idée d'instaurer une zone d'exclusion aérienne au dessus de la Syrie, rapporte la chaîne de télévision Sky News Arabia.

"Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé que son pays rejetait l'instauration de toute zone d'exclusion aérienne en Syrie", rapporte la chaîne de télévision sur son site internet.

"Cela constituerait une violation de la souveraineté si elle incluait le territoire syrien", a ajouté le chef de la diplomatie russe, toujours selon Sky News Arabia.

La solution à la crise syrienne passe par l'accord adopté le 30 juin à Genève par le Groupe d'action sur la Syrie qui prévoyait la mise en place d'un gouvernement d'union nationale en Syrie, a-t-il également déclaré.

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton a fait savoir la semaine dernière que les Etats-Unis et la Turquie réfléchissaient aux moyens de porter assistance aux opposants au président Bachar al Assad, notamment en instaurant une zone d'exclusion aérienne.

http://french.cri.cn/621/2012/08/18/301s292262.htm http://french.cri.cn/621/2012/08/18/301s292262.htm

 

http://www.alterinfo.net/notes/La-Russie-oppose-a-une-zone-d-exclusion-aerienne-en-Syrie_b4626433.html?com#com_3211010

 

 

Syrie : Obama renonce à assassiner Bachar al-Assad, Fabius appelle à sa mort !

by Allain Jules

Incroyable mais vrai ! C'est bien la première fois, depuis que la France existe, que sa diplomatie est devenue une diplomatie bancale-on le savait avec Nicolas Sarkozy-, mais plus encore, guerrière avec un ministre fou. Quelle idée encore de François Hollande ! Il est inconcevable qu'un ministre de la République, ait le langage même martial. Le mollah [...]

Lire la suite

 

Lire aussi :

Le gouvernement égyptien contractera un crédit auprès du fond monétaire international

Les intérêts de l’Occident dans le Printemps arabe

FACE AU CHAOS SYRIEN : L'EFFONDREMENT DE LA CONSCIENCE POLITIQUE ARABE

 

Les intérêts de l’Occident dans le Printemps arabe

Encadrement de l’opposition syrienne, prise en charge de la transition libyenne, mise à disposition de «l’expertise électorale» à la Tunisie, les Occidentaux sont très présents dans le Printemps arabe. Mais pourquoi faire?

http://www.alterinfo.net/Les-interets-de-l-Occident-dans-le-Printemps-arabe_a80452.html


Akram Belkaid
Mardi 21 Août 2012


Les intérêts de l’Occident dans le Printemps arabe
L’Occident est-il en train de tirer les fils de la tragédie syrienne et, de façon plus générale, ceux des révolutions et révoltes arabes? On le sait, cette question divise car, de sa réponse, dépend la position adoptée vis-à-vis d’un processus qui a débuté en décembre 2010 – avec les premières émeutes en Tunisie – et dont personne n’est capable à ce jour d’en prédire l’aboutissement.

A la base il y a bel et bien une volonté populaire

En tout état de cause, une idée revient en force y compris en Algérie: ce que l’on appelle «Printemps arabe» ne serait qu’un complot euro-américain. Autrement dit, la chute du régime de Ben Ali, la démission forcée de Moubarak, les victoires électorales des islamistes en Egypte et en Tunisie, la mort de Kadhafi ainsi que la dislocation actuelle de la Syrie, tout cela est donc vu comme ayant été programmé par quelques cabinets occultes occidentaux voire israéliens.

On le sait, c’est l’intervention de l’Otan en Libye qui, la première, a modifié la perception générale et donné crédit à l’hypothèse d’un grand plan mis en œuvre pour redessiner les contours du Maghreb et du Machreq (en attendant, peut-être, le Golfe). Aujourd’hui, le drame syrien et le soutien accordé par les Etats-Unis et l’Europe à la rébellion – notamment via leurs auxiliaires et supplétifs des monarchies pétrolières – confortent cette idée. Mais faut-il pour autant crier au complot?

Dans un récent éditorial du Quotidien d’Oran, M. Saadoune a remis les choses en perspective (*). Faisant référence à un article d’Abdelbari Atwan dans Al-Quds Al-Arabi, il rappelle qu’à la base il y a bel et bien une volonté populaire – et surtout légitime – de se défaire de dictatures implacables cela indépendamment du fait que, par la suite, les Occidentaux ont tout fait pour récupérer et orienter les révoltes.

Ni Ben Ali, ni Moubarak, ni Kadhafi et encore moins Assad ne peuvent être défendus. Quitte à se répéter, il faut rappeler que ces dirigeants ont été ou sont encore la principale raison de la ruine de leurs pays. En divisant et en maltraitant leur peuple, en leur niant le droit aux droits, ils ont créé les germes de la division et ouvert la voie aux ingérences extérieures. Les gens qui ont pris les armes contre Kadhafi ou Assad l’ont d’abord fait pour eux-mêmes.

L’Occident cherche à tirer profit de la situation

Pour résumer les choses, ce n’est pas la Cia qui a poussé Bouazizi à s’asperger d’essence même si cette agence, comme ses partenaires européennes, savait que tôt ou tard que ce type d’événement déboucherait sur une révolte générale (et les plans pour agir en conséquence existaient certainement dans ses cartons).

Dans cette affaire, deux naïvetés s’opposent. La première consiste à croire que l’Occident n’a aucune idée derrière la tête vis-à-vis du monde arabe. La seconde pousse quant à elle à s’indigner du fait que, justement, il cherche à tirer profit de la situation.

La vérité c’est qu’un Etat digne de ce nom fera toujours tout pour défendre ses intérêts qu’ils soient économiques, militaires ou politiques. A long terme, il déploiera de nombreuses stratégies basées notamment sur la prospective – via notamment l’étude de tous les scénarios possibles – et l’anticipation. A court terme, il cherchera toujours à profiter des circonstances pour, justement, être au plus près de ses objectifs de long terme. Pour autant, aucun Etat n’est infaillible. A lire les ouvrages spécialisés et les biographies des grands de ce monde, on voit bien que cela ne se passe pas toujours de manière idéale.

L’idée que des mécaniques d’une grande précision sont à l’œuvre est très répandue chez les Arabes. Elle est pourtant exagérée, car l’Occident, c’est aussi de l’improvisation (on dira ce que l’on voudra mais ce fut le cas de l’intervention en Libye), des politiques à court terme qui débouchent sur des catastrophes, des intérêts internes divergents qui s’opposent et, pour finir, de grosses erreurs (cas de l’Iran en 1980, de l’Irak en 2003).

Cela étant précisé, personne ne peut nier que pour l’Occident, Etats-Unis en tête, ce qui se passe actuellement est une grosse opportunité. Passé un premier temps de flottement – ce fut le cas avec les révoltes tunisienne et égyptienne – de nombreux mécanismes de prise en charge des mouvements contestataires ont vu le jour.

L’illusion de la résistance à l’impérialisme occidental

Qu’il s’agisse de «l’encadrement» de l’opposition syrienne en exil à la prise en charge plus ou moins directe de la période de transition post-Kadhafi en passant par la mise à disposition de «l’expertise démocratique et électorale» à la Tunisie d’après-Ben Ali, les Occidentaux sont très présents. Mais pourquoi faire? Pour prendre le contrôle du monde arabe? Pour l’asservir? Pour garantir la sécurité et la domination régionale d’Israël?

Nombre d’Arabes sont persuadés que c’est cela qui est en jeu: plus d’un demi-siècle après les indépendances, les révolutions et révoltes en cours mèneraient ainsi à une nouvelle mise sous tutelle de leurs pays par l’Occident. Et c’est là où – conséquence des propagandes sur le thème de la souveraineté – intervient un incroyable déni de réalité. Car, dans les faits, le monde arabe est déjà sous contrôle depuis des décennies.

D’abord, les tyrans qui sont tombés étaient des tigres de papiers ayant tous fait allégeance à l’Occident d’une manière ou d’une autre. Même Assad, qui finira par perdre le pouvoir, a longtemps été le «meilleur ennemi» d’Israël, comprendre un adversaire qui sait regarder ailleurs quand l’aviation israélienne bombarde le Liban ou Gaza.

Ensuite, il suffit de se reporter à l’économie. En 2012, le monde arabe importe 80% de ses besoins en ingénierie et produits industriels et 60% de ses besoins alimentaires. Vue de l’intérieur, cette dépendance et cette insécurité ne font même pas débat. C’est que les Arabes vivent dans l’illusion d’une résistance à l’impérialisme occidental et à la mondialisation libérale telle qu’elle a été conçue par les Chicago Boys et Wall Street. Or, exception faite des Palestiniens (quoique…) et, dans une autre mesure, du Hezbollah libanais, cela fait plus de vingt ans que leurs gouvernements – et leurs élites – ont abdiqué.

Un immense bazar aux fondations fragiles

De Casablanca à Dubaï, le monde arabe n’est plus qu’un immense bazar aux fondations fragiles et incapables de vivre de manière autonome. Au-delà des habituels gargarismes nationalistes, il est temps de reconnaître que les pays arabes sont tenus. Et que les efforts de l’Occident vis-à-vis des processus de changement en cours visent simplement à ce que cette domination perdure voire à ce qu’elle se renforce.

Quant aux plans à long terme de l’Europe et des Etats-Unis vis-à-vis d’une région qui détient plus du tiers des réserves pétrolières et gazières de la planète, c’est là une question qui mériterait une véritable analyse stratégique des principaux concernés, autrement dit les gouvernements arabes eux-mêmes. Et il n’est même pas sûr que cette réflexion soit menée…


(*) Un constat testamentaire, dimanche 5 août 2012.

http://www.lequotidien-oran.com/?archive_date=2012-08-14&news=</div>
            <div class=5171697" class="image" /> http://www.lequotidien-oran.com/?archive_date=2012-08-14&news=5171697

.

.

 

Commentaires très pertinents :

 

Si, sur le fond, on peut être en accord avec l'auteur de l'article, il n'en demeure pas moins qu'il prend des raccourcis un peu faciles. Tout particulièrement en relation avec la Libye et la Syrie.

Dans ces deux pays, le premier avait un homme au pouvoir depuis 42 ans. Il est vrai que ça fait beaucoup et qu'il est impossible de se maintenir au pouvoir aussi longtemps sans museler fermement l'opposition. Ce que M. Kadhafi a fait, indiscutablement. Donc, son pouvoir est devenu, à la longue, dictatorial.

Cependant, il faut admettre sans conteste possible qu'il a fait beaucoup pour son peuple qui vivait remarquablement bien au niveau socio-économique. De plus ses projets au niveau international, comme la création d'un dinar d'or comme monnaie de référence par rapport au dollar, voire à l'Euro, et la création d'une banque centrale africaine qui favoriserait les investissements dans ce continent pour son développement, étaient des iniatives remarquables et très dignes d'intérêt. Qu'il ait sucité des jalousies, c'était inévitable. Il mettait en relief la faiblesse des pays arabes riches dont on ne peut pas dire qu'ils soient des modèles de démocratie, (les monarchies du Golfe). Et même sont proche voisin, l'Algérie, avec des réserves de change évaluées à plus de 200 milliards de dollars, n'a pas fait grand chose pour son peuple.

C'est d'ailleurs ces initiatives qui ont irrité les USA et Israël, car il n'était pas question que l'Afrique puisse se défaire du joug post colonial de pillage de ses ressources par les grandes puissances occidentales.

Quant à la Syrie, au même titre que la Libye, d'ailleurs, il n' y a jamais eu de population civile qui aurait pris les armes en vue de défaire le pouvoir en place. Ces soit disant civils n'étaient que des mercenaires armés, entrainés et financés par les monarchies du Golfe , les USA et l'Angleterre, avec israël en sous main et l'Union Européenne. La Turquie s'y est mis par opportunisme contre la Syrie.

En Syrie, même s'il s'y est mis un peu tard, Bachr el Assad a lancé un programme ambitieux de réformes qui a été très bien accueilli par la population. Il fallait le laisser continuer, si vraiment on souhaitait l'installation de la démocratie dans ce pays. Mais bien entendu, ce n'était qu'un faux prétexte.

Si les grandes puissances étaient de véritables démocraties, comme elles le claironne à longueur de temps, elles auraient fait pression diplomatiquement sur ces régimes pour qu'ils adoptent des mesures plus importantes en ce sens. Mais, en réalité, il n'existe pas, et ce, depuis très longtemps, de pays "démocratique". Ce n'est qu'un mot vide de sens.

Donc, on le voit, la situation est complexe, et en tout état de cause, ne fait que refleter la volonté hégémonique de l'oligarchie mondiale subversive, qui se cache de moins en moins.

 

Posté par Depositaire

 

Autre excellent commentaire du même :


Il est bien certain que le régime syrien a fait des erreurs. On peut les qualifier de deux ordres :

La première est d'avoir voulu copier le modèle occidental dominant d'économie de marché, avec tout ce qu'il comporte d'aberrations. Sans doute, Bachar el Assad ayant vécu en Angleterre et certainement influencé par une bourgeoisie gourmande, a pensé bien faire estimant, à tord, que cela ferait la prospérité du peuple. Accordons-lui le bénéfice du doute. Malgré tout, il est aussi fort possible que son entourage immédiat comportait pas mal d'individus à la moralité douteuse installés dans les sphères du pouvoir avant lui. J'en veut pour témoin les défections qui ont eu lieu dans les derniers mois.

La deuxième erreur, mais là aussi c'était peut-être dû aux milieux politicos militaires et/ou policiers qui ont pris des initiatives sans en référer forcément au Président, a été la répression de certains mouvements plus ou moins spontanés d'opposition au régime et de son système économique qui appauvrissait de façon exponentielle la population pauvre.

Il n'en demeure pas moins que Bachar el Assad semble avoir pris la mesure de ces erreurs et a lancé une vaste politique de réforme profonde du pays. Un peu tard, mais mieux vaut tard que jamais. D'ailleurs, le peuple ne s'y est pas trompé et a soutenu massivement ce programme de réformes. Preuve que c'était là son souhait profond et non un changement aléatoire de régime politique dont rien ne garantissait la qualité, voire le changement souhaité par la population.

Logiquement, les choses auraient pu en rester là, et la situation syrienne changer progressivement en douceur.

Mais ce serait ignorer complétement la volonté hégémonique US/sioniste.

Les objectifs de ces derniers, et c'est un lieu commun que de le dire, ne sont et n'ont jamais été la liberté, l'humanitaire et la démocratie. Ces mots ne sont utilisés que pour masquer une volonté rapace de prédation des pays. En passant, il est quand même un peu fort que les US, tout comme israël, emploient ces termes comme s'ils en étaient les garants et le modèle, alors qu'ils en sont excatement le contraire ! Car enfin depuis près d'un siècle, qui a fomenté des guerres, des destructions, le pillage des pays ? Qui a lancé dans l'humanité cette fameuse économie de marché ultralibérale, la mondialisation avec tous les dégats qu'elle provoque, tant au niveau socio/économique qu'au niveau environemental ? C'est bien l'Occident avec en tête les USA ! Quant à israël, sa volonté destructrice du peuple palestinien depuis plus de 60 ans et l'exportation du sionisme dans tous les pays, ou presque, en tant que moyen d'influencer leurs politiques pour qu'elles soient en faveur d'israël, ne peut en aucune façon être qualifiée par les mots de liberté, humanitaire te démocratie.

Alors quel est l'avenir de la Syrie ?

Deux cas de figure possible :

Le premier, le régime syrien par son armée va balayer tous ces groupes mercenaires terroristes hors de Syrie et bloquer toute tentative d'infiltration d'une manière radicale. Il semblerait au vu de l'actualité récente, que c'est le scénario qui se déroule actuellement dans le pays. Ce n'est pas facile car il y a tout le temps des groupes nouveaux qui sont amenés par les avions de l'Otan en Turquie puis acheminés en Syrie. Mais manifestement, en pure perte. D'autant qu'à la longue cela revient fort cher au niveau financier, pour un résultat plus que médiocre.

Ce que l'on peut souhaiter c'est que du fait d'une incontestable victoire militaire, des négociations seront entreprises avec le régime syrien, pour "sauver la face" des occidentaux, qui chercheront une autre solution en vue d'attaquer l'Iran qui est l'objectif principal et une fois l'Iran tombé, il sera plus facile de s'occuper de la Syrie.

L'autre scénario possible, est que la volonté hégémonique subversive de l'oligarchie mondiale, dans sa folie prédatrice, d'une cupidité et d'une volonté de domination, insatiables, ira jusqu'au bout de sa volonté destructrice, au risque de provoquer une troisième guerre mondiale où malheureusement les armes atomiques pourraient être employées. Il est particulièrement affligeant de voir tous les gouvernements et chefs d'Etat occidentaux, pour des raisons bassements politiciennes, ou influencés par les lobbies sionistes, faire chorus de cette volonté, sans même réaliser qu'en cas de guerre atomique il n'y aura pas de vainqueur. Ce sera la destruction des deux tiers de tout ce qui vit sur Terre qui sera anéantit, et quant aux survivants, leur avenir sera bien incertain...

Inutile d'insister plus sur tout cela. Il est plus qu'urgent qu'une immense réaction pacifique mais ferme de tous les peuples se lève pour refuser cette volonté hégémonique satanique subversive de la part de psychopathes fous furieux.

 

Que tous ceux qui servent dans les armées, dans les polices et gendarmeries, (ou équivalent), dans les organes de décision économique et politique fassent de la désobeissance civile. Que les journalistes courageux se lèvent et disent stop à toute cette hypocrisie mensongère que l'on nous lache quotidiennement à coup d'éditoriaux mensongers. Et je ne parle pas seulement de la Syrie, mais de tous les domaines de l'activité humaine.

Impossible ! Direz-vous peut-être. Certes, au niveau mondial et de façon instantanée, c'est impossible. Mais commençons autour de nous. En nous-même, envers nos familles et amis. Cherchons et réclamons que soit manifeste, et que se développe de façon exponentielle tout ce qui élève l'esprit, ce qui éveille la conscience, ce qui permet de vivre en harmonie avec autrui et tous les règnes de la nature. De ne plus chercher l'enrichissement financier personnel au détriment d'autrui, d'une véritable éducation d'éveil de la conscience pour nos enfants, etc.

Comprenons que si nous laissons les choses se faire sans réagir, nous serons TOUS perdants. Il n'y a pas d'exception. Nous avons vu ce qu'une simple explosion dans une centrale nucléaire en Ukraine à Tchernobyl a permis qu'un nuage radioactif se déplace jusqu'en France. Alors vous croyez que des centaines de missiles nucléaires qui éclateront en Russie, en Iran, aux USA, ne provoqueront pas d'immenses nuages de radiations mortelles qui s'abatteront sur toute la Terre. Alors à chacun de réfléchir vite, et d'agir en conséquence.

 

ici :

FACE AU CHAOS SYRIEN : L'EFFONDREMENT DE LA CONSCIENCE POLITIQUE ARABE

http://www.alterinfo.net/FACE-AU-CHAOS-SYRIEN-L-EFFONDREMENT-DE-LA-CONSCIENCE-POLITIQUE-ARABE_a80411.html

.

 

Autres posts sur ce site :

 

Un nouvel ultimatum des Etats-Unis à la Syrie

Un mauvais présage? Le torchon brûle déjà entre Lakhdar Brahimi et le Conseil National Syrien

Un Sénateur de l’Etat de New York sur le plateau du Golan avec tout l’attirail du soldat sioniste

Les pays occidentaux ne sont pas prêts d’aider la Russie à apaiser la situation en Syrie

.

Thierry Meyssan :

 

 

.  .

Syrie : La démission de Bachar al-Assad ou la dernière arnaque de l’Occident

http://allainjules.com/2012/08/21/syrie-la-demission-de-bachar-al-assad-ou-la-derniere-arnaque-de-loccident/

 

...

Syrie 2012.08.17 Fabius appelle au meurtre de Bachar al Assad

 

.

 

 

Actualité tweets :

 

Bernard Langlois @Panouille
Chevènement (ter) : "Une des conséquences (de l'intervention en Libye) a été la déstabilisation du Mali"

L'Autriche réclame un mécanisme de sortie de l'euro
Pièce d'un euroLe ministre autrichien des Affaires étrangères, Michael Spindelegger, a demandé que la zone euro crée un mécanisme légal permettant aux pays membres qui ne respectent pas les critères de…
Retweeté par Dupont-Aignan et 19 autres

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche