Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 06:06

 

L’Armée Syrienne « Libre » affame le peuple syrien


Vendredi 21 Décembre 2012
L’Armée Syrienne « Libre » affame le peuple syrien

On connaît bien As’ad AbuKhalil, alias Angry Arab sur ce blog. Ce professeur d’université qui intervient souvent dans les médias occidentaux ou arabes est résolument hostile au pouvoir en place en Syrie. Et il est également hostile aux prétendus opposants démocrates qui ont pris les armes en Syrie avec l’appui de l’OTAN et des monarchies pétrolières.

Ce qui lui vaut d’être vilipendé des deux côtés.

Mais aussi d’avoir accès à des sources d’information de première main, tel ce journaliste turc qui évoque un aspect inédit du comportement des miliciens de l’Armée Syrienne Libre, à savoir des vols de machines, de voitures mais surtout de quantités de grain, ce qui a provoqué une grave crise de l’approvisionnement en nourriture dans Alep, cette ville qu’ils prétendent libérer.

Des activités de l’Armée Syrienne Libre qui ne sont pas rapportées par la presse occidentale

Par As’ad AbuKhalil, The Angry Arab, 20 décembre 2012 traduit de l’anglais par Djazaïri

Un journaliste turc qui travaille dans la région proche de la frontière avec la Syrie m’a envoyé des informations sur certaines activités de  l’Armée syrienne Libre (ASL) non rapportées dans la presse. Il écrit:

 «A peine deux jours avant la «crise de la nourriture» à Alep, j’ai entendu beaucoup de mes amis du Hatay dire qu’ils commençaient à voir certains Syriens vendre du  pain en  ville. Les pains turcs ne sont pas les mêmes que ceux de Syrie, même au Hatay.

 Et je dois vous donner un nom. Abdulqader As Salah, un commandant des brigades Tawhid [Unicité] qui a des liens très étroits avec les services secrets turc. Il vend en ce moment du « blé » à Gaziantep, une province de la Turquie. Je suis un journaliste turc qui suit cette crise depuis le début, j’ai entendu la même chose de la part de Kurdes à Ceylanpinar (une ville frontalière près de Ras Al Ayn) . Les Kurdes qui ont fui les affrontements entre l’ASL et les milices kurdes m’ont dit avoir vu certains membres de l’ASL piller les silos à blé.

Mais je n’y avais pas accordé d’attention jusqu’à ce que je voie ces informations. C’est peut-être pourquoi les gens à Alep protestent en ce moment contre l’ASL en la qualifiant «d’armée de Harami (voleurs).» J’essaye maintenant de comprendre ce qui se passe et pourquoi les habitants du Hatay ont commencé à voir des pains syriens dans la province. Quand j’aurai fait mon reportage, je vous l’enverrai aussi.  Au Hatay les gens ont une apparence très proche de celle des syriens et sont accoutumés à la culture syrienne…

Pillage du blé à Alep

Pillage du blé à Alep

J’ai vu quelques photos de Reuters qui montrent des membres de l’ASL sur les silos à grain à Alep.  Mais comme d’habitude, elles sont légendées « Des forces fidèles à Assad bombardent les silos et les membres de l’ASL », quelque chose comme ça. Je vais essayer de vous envoyer la photo. J’ai entendu pour la première fois des rumeurs à ce sujet à Ceylanpinar/Sanliurfa. Des kurdes m’avaient dit que… Mais je n’y avais malheureusement pas fait attention. Puis j’ai vu cette photo. Puis j’ai vu les informations sur la famine en Syrie. Maintenant je me renseigne. Et un de mes amis journalistes m’a informé sur ce « Abdulqader As Salah ». Je n’ai pas rassemblé toutes les infos sur lui mais on dit qu’il est le chef de la brigade Tawheed, qu’il habite à Gaziantep et qu’il vend actuellement du blé et des voitures d’occasion.

Tawheed est une des organisations les plus étroitement liées aux services secrets turcs. Tout le monde le sait. Je travaille là-dessus en ce moment, quand j’aurai fini, je vous enverrai un exemplaire de mon travail…

Ils volent même des engins de forage pétrolier en Syrie et ils les amènent en Turquie… C’est vrai… Les militants de l’ASL volent du blé en Syrie et ils l’amènent en Turquie pour le vendre.

J’ai contrôlé mes sources et j’ai parlé avec beaucoup de gens dans les provinces du Hatay et de Sanliurfa. Ils m’ont dit que certains membres de l’ASL (qui parlent l’arabe syrien) vendent maintenant des pièces détachées automobiles et qu’à Gaziantep ils ont un dépôt de grain.

Un de mes amis dignes de foi m’a dit que les choses ont commencé en septembre… Un journaliste pro Assad à Hatay m’a dit que tout se faisait en accord avec les autorités turques. Les rebelles ramènent du blé, des voitures et même du mobilier de Syrie par le poste frontière de Bab al Haya qui se trouve de l’autre côté de la porte du Hatay-Cilvegozu…  Les militants de l’ASL ont pris le contrôle de ce poste frontière en juin.

Ils pillent aussi les villages kurdes quand ils les attaquent à partir du côté turc ainsi qu’ils l’ont fait à Ras Al Ayn… C’est pourquoi les kurdes ne veulent pas qu’ils viennent dans leurs régions.»

http://mounadil.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/L-Armee-Syrienne-Libre-affame-le-peuple-syrien_a84945.html

 

.

Proche et Moyen-Orient

Des Tunisiens et des Libyens utilisés comme chair à canon en Syrie

Vendredi 21 Décembre 2012

 

Le Libyen Abdelhakim Belhadj recrute pour l'ASL.
Le Libyen Abdelhakim Belhadj recrute pour l'ASL.
Un reporter photographe tunisien, de retour de Syrie, a révélé que des Tunisien et des Libyens sont utilisés comme chair à canon par l’armée syrienne libre (ASL) dans les affrontements avec l’armée régulière de ce pays. Ce reporter et un autre journaliste d’Assabah ont remonté la filière du recrutement de ces «soldats» avec «sinon la bénédiction du moins l’insouciance totale du gouvernement islamiste d’Ennahda». Les «djihadistes» tunisiens sont acheminés vers la Libye via une agence de voyages et de tourisme ayant pignon sur rue à Tunis et que «tout le monde connaît», s’indigne le photographe qui dit avoir participé non seulement au soulèvement contre le président tunisien déchu, mais également contre Hosni Moubarak en Egypte : «Je fais partie de ceux qui ont incendié l’ambassade d’Israël au Caire et j’en suis fier», a-t-il révélé sur le plateau de la télévision privée tunisienne Nessma. Une fois en Libye, affirme encore ce journaliste, ces recrues sont accueillies, prises en charge et envoyées en Syrie par Abdelhakim Belhadj, l’ancien terroriste promu «héros de la révolution libyenne» et membre influent du gouvernement libyen, pour y être sacrifiés au feu ennemi. Le photographe, qui est rentré «dégoûté» de Syrie, raconte comment plusieurs milliers de jeunes Tunisiens sont envoyés au casse-pipe sans véritable entraînement au maniement des armes : «J’ai vu un Tunisien essayant de manipuler une mitrailleuse lourde soviétique anti-aérienne de type Douchka alors qu’il venait à peine de débarquer sur le terrain des opérations». Pour lui, les insurgés syriens font exprès d’envoyer ces recrues tunisiennes et libyennes à la mort et en veut pour preuve une d’entre elle, de nationalité tunisienne, abattue par les forces régulières et dont le cadavre a été brûlé par les opposants armés pour éviter que l’armée régulière syrienne ne l’exhibe et confirme la présence de «mercenaires» aux côtés de ces opposants. Ce témoin révèle aussi que des centaines de Maliens et de Tchadiens sont également présents sur le sol syrien et, reconnaissables à leur teint, sont une cible facile pour les snipers de l’armée syrienne. «Par contre, révèle-t-il encore, les hommes armés saoudiens et koweïtiens bénéficient d’un traitement privilégié et de la protection des éléments de l’armée syrienne libre, car ce sont les pays du Golfe qui assurent le financement et l’armement de cette opposition armée hétéroclite, mais dominée par les islamistes». Son confrère a, pour sa part, avancé le chiffre de «150 à 500 morts» parmi les Tunisiens et Libyens envoyés en renfort pour prêter main forte à l’insurrection armée en Syrie. Les deux journalistes qui jurent «n’avoir aucune sympathie pour le régime d’Al-Assad» qu’ils disent condamner tout autant que l’opposition armée, accusent le gouvernement de leur pays de sacrifier des centaines de jeunes Tunisiens qui partent faire une guerre qui n’est pas la leur, «comme si ce gouvernement voulait se débarrasser d’eux», s’est écrié le journaliste du quotidien tunisien Assabah, qui a expliqué que la Turquie, tout en acceptant que ces combattants passent par son territoire, ne s’empresse pas moins de les expédier en Syrie dès leur arrivée, sans qu’il y passent ne serait-ce qu’une seule nuit. Ces révélations démontrent toute l’hypocrisie qui entoure ces révolutions factices, financées par les monarchies du Golfe, soutenues par les capitales occidentales et menées par des hommes «importés» de pays pauvres ou soumis à un nouveau diktat, celui des extrémistes religieux.

http://www.algeriepatriotique.com/article/des-tunisiens-et-des-libyens-utilises-comme-chair-canon-en-syrie http://www.algeriepatriotique.com/article/des-tunisiens-et-des-libyens-utilises-comme-chair-canon-en-syrie

http://www.alterinfo.net/Des-Tunisiens-et-des-Libyens-utilises-comme-chair-a-canon-en-Syrie_a84962.html

 

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche