Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mai 2010 2 25 /05 /mai /2010 04:58

 

Trichet et le NOM

 

La gouvernance mondiale maintenant ,

Jean-Claude Trichet, président de la Banque Centrale Européenne, censé défendre le pouvoir d'achat des citoyens européens, s'est livré devant le Tink Tank mondialisé Concil Foreign Relations (C.F.R), à un véritable plaidoyer pour le Nouvel Ordre Mondial.

 

Le prétendu responsable du pouvoir d'achat du consommateur européen a publiquement, officiellement, exprimé sa soumission au plan des fossoyeurs des Etats-Nations.

 

Devant l'auditoire de l'une des sociétés secrètes des plus influentes de la planète, Jean-Claude Trichet a livré sa vision idylique ou des élites, constituées de banquiers internationaux, devaient prendre en main la destinée du monde en imposant "un ensemble de règles, institutions, groupes informels, et les mécanismes de la coopération que nous appelons "gouvernance mondiale".

 

Au cours de son allocution, Jean-Claude Trichet utilise le terme de "gouvernance mondiale" plus d'un douzaine de fois, décrivant comment "la gouvernance mondiale est l'essence" pour éviter une nouvelle crise financière.(sic)

dans la première section de son discours, intitulée "Pourquoi nous avons besoin d'une gouvernance mondiale", Le président de la BCE invoque constamment le ralentissement économique comme justification pour introduire une monnaie mondiale.

 

Le Council Foreign of Relation (CFR) a été créé à l'initiative du Colonel Edward Mandel House au Majestic Hotel de Paris, les 19 et 30 mai 1919. Les statuts de l'organisation furent déposés en 1921. Le CFR s'y présentait comme un groupe d'étude dont l'objet était d'assurer un dialogue permanent sur les questions internationales intéressant les Etats-Unis, en réunissant des spécialistes en diplomatie, finance, industrie, enseignement et sciences.

 

Malgré l'appui du groupe JP Morgan et l'affiliation d'importantes personnalités, le CFR ne fit guère preuve d'activité jusqu'à ce qu'en 1927, les Rockfeller commencent à lui porter intérêt. Ce sont eux, en particulier, qui financèrent l'achat du siège du CFR, en 1929. Les fondations Carnégie, puis la Fondation Ford, apportèrent leur contribution. Bientôt, on retrouvait parmi les affiliés au CFR tous ceux qui avaient travaillé à l'institution de la Fédérale Réserve Système (Banque centrale américaine)...

 

Ils avaient soutenu l'intervention des Etats-Unis dans la Grande Guerre, le Sionisme et la Révolution russe

( les intérêts Schiff, Warburg, Morgan et Rockfeller principalement).

Le CFR publie Foreign Affairs, un magazine bimestriel mondialemnt connu et diffusé. Le magazine parle essentiellement de relations internationales, mais aussi comment pourrait évoluer l'économie mondiale dans les années futures.

 

Dès 1922, le journal prestigieux du CFR appela à un "gouvernement mondial" pour se substituer à l'indépendance nationale.

 

En émettant à plusieurs reprises ce même voeu au cours des années suivantes, Foreign Affairs publia son appel le plus explicite pour la fin de la souveraineté américaine. Ce qu'à mis en évidence Richard N. Gardner, en 1974, dans un article intitulé la Difficile Route Vers Un Ordre Mondial (The Hard Road To Wolrd Order).

 

A la lumière de ces quelques informations sur le CFR, la démarche et les propos de J.C Trichet devraient susciter l'inquiétude : la crise va s'amplifier et devenir choatique pour les populations : ils vont provoquer une véritable inflation du chômage ainsi qu'un CARNAGE SOCIAL.

 

Autre éminent membre du CFR, le mentor de Bil Clinton, Carroll Quigley, professeur d'histoire à l'université de Georgetown. Dans son livre Tragedy & Hope : The History of the World in Our Time, dont la version dut rachetée et les planches détruites jusqu'à ce qu'internet permette une réédition complète de l'ouvrage d'origine en 1996, il mentionne :

" En addition à ces objectifs pragmatiques, les autorités du capitalisme financier ont un autre but de grande envergure, rien moins que celui de créer un système mondial de contrôle financier dans des mains privés, "capables de dominer le système politique de chaque pays et l'économie mondiale dans son ensemble".

 Ce système devant être contrôlé en mode féodal par les banques centrales du monde agissant de concert, par des accords silencieux, a vu le jour lors de fréquentes réunions et conférences privées.

 

Le sommet du système était la Banque des Règlements Internationaux, de Bâle en Suisse, une banque privée possédée et contrôlée par les banques centrales du monde qui sont elles-mêmes des sociétés anonymes.

(donc contrôlées par les banquiers oligarchiques du cartel bancaire).

 

Chaque banque centrale a cherché à dominer son gouvernement par sa capacité à contrôler les prêts du Ministère de Finances, à manipuler les échanges avec l'étranger,  à influencer les niveau d'activité économique dans le pays,  

(qu'à fait le BCE dans la gestion de la crise grecque? elle a favorisé cette crise),

 et à influencer les hommes politiques coopératifs par des récompenses économiques dans le monde des affaires"...!

( Tragedy and Hope , page 324).

 

http://millesime.over-blog.com/article-trichet-et-le-n-o-m-50992752.html

 

 

liste complète

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche