Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 12:27

De la Tunisie, de l’Algérie et du Niger…


http://www.palestine-solidarite.org/dossier.religion_musulmane.Tariq_Ramadan.121007.htmmardi 11 janvier 2011,

 

par Tariq Ramadan


Il fallait bien un dictateur pour affirmer que les émeutes de la rue tunisienne sont des ingérences « de l’étranger » et des actes « impardonnables » assimilables au « terrorisme ». Le bon pouvoir tunisien, démocratique et non corrompu, sait de quoi il parle. Les alliés occidentaux manifestent quelques inquiétudes mais pas, ou peu, de condamnations. La police et l’armée tirent sur les civils à balles réelles, les morts se comptent déjà par dizaines, mais ce n’est point encore suffisant pour alarmer les cabinets occidentaux. L’allié tunisien a des privilèges particuliers, au sein la communauté internationale, pour traiter comme il se doit son opposition ou toute tentative de résister à sa dictature et à son oppression.


La Tunisie n’est pas une démocratie : c’est une dictature qui pratique l’assassinat politique, la torture et dont le gouvernement vit de la corruption la plus répandue. Il faut soutenir la population en général et les jeunes en particulier qui descendent dans la rue et qui demandent à ce que leur liberté et leurs droits soient protégés et respectés. Il est l’heure, il est temps, de mettre un terme à cette mascarade de démocratie et de progrès soi-disant « modernistes » destinée à tromper les touristes ou les « mal-informés ». Il est l’heure, il est temps, de dire au peuple qui se réveille que nous sommes de son côté, que nous ne sommes point dupes et que les Tunisiens ont raison de se révolter. Quant à tous ceux qui font silence ou qui veulent préserver leurs intérêts politiques, économiques ou touristiques… il leur restera la honte. Que ces émeutes finissent par le succès ou l’échec, il restera le principe et la cause : résister à un dictateur et dénoncer ses alliés (dictateurs, démocrates ou/et hypocrites)


En Algérie, les choses semblent se calmer et pourtant les revendications demeurent légitimes. Ou passe donc la manne pétrolière ? Qui sont ces corrompus qui se remplissent les poches de commerces, de gains frauduleux ou de commissions illicites alors que le peuple d’Algérie s’appauvrit, que le chômage augmente et que le système entier s’affaisse sur une population qui étouffe. Un système fermé, une corruption généralisée, des mensonges et des manipulations : l’Algérie va mal alors que son président est malade. La rue s’est exprimée et s’exprimera encore. Ces prochains jours ou ces prochaines semaines : il faudra bien l’entendre. Il sera l’heure, il sera temps.


Depuis le Niger nous parviennent les nouvelles de l’horreur. Deux jeunes français enlevés puis froidement assassinés. La condamnation de ces actes odieux est claire, tranchante, définitive. Cela ne peut être, ne doit pas être et il faut combattre ces groupes extrémistes, manipulés ou manipulateurs (de la religion, de ses principes ou d’autres références ou causes...). Comme nous l’avions fait au Colloque International de Musulmans de l’Espace Francophone (CIMEF) en juillet 2010, il faut répéter que rien ne peut justifier l’assassinat d’innocents (et des actes de cette nature) au nom de l’islam ou d’un quelconque engagement politique.

 

Au moment où nous prononçons cette condamnation de façon ferme et audible, nous désirons exprimer des réserves tout aussi claires sur la stratégie des gouvernements africains et français quant au traitement de la menace de ces groupuscules et réseaux extrémistes violents. Trois militaires africains rencontrés cet été nous ont fait part de leur cas de conscience, de leurs inquiétudes et de leurs angoisses résultants des ordres qu’ils reçoivent et de la façon dont on leur demande d’opérer dans le Sahel face à ces réseaux, où se mêlent des extrémistes, des bandits et des pilleurs. On leur ordonne de ne faire aucun prisonnier, de liquider tous les membres des groupes une fois qu’ils sont localisés, armés ou pas, en état de combat ou non.

 

Un des militaires a une fois appelé son commandement en l’informant qu’ils avaient localisé un groupuscule et que ce dernier était restreint, pas en état de combat, et qu’il y avait deux femmes parmi eux. La réponse ne s’est pas fait attendre « Liquidez les tous ! On ne veut pas de prisonniers ». Pourquoi donc ? Comment expliquer ces tueries ? Un autre militaire nous a assuré avoir trouvé le cadavre d’un individu qu’il avait fait arrêter dans une précédente expédition et à qui on avait dû rendre la liberté pour qu’il se retrouvât parmi les morts quelques semaines plus tard. Etrange stratégie, impitoyable, mais surtout incompréhensible. L’armée française est au courant de ces façons de faire et, dans une telle atmosphère de folie et de non-sens, poursuivre des ravisseurs signifiait nécessairement la mort de leurs deux captifs. Comment en douter ?


On ne saurait s’arrêter sur cette seule affaire et formuler des condamnations mais c’est bien l’ensemble de la stratégie africano-française au Sahel qu’il faut questionner. Le régime de terreur, le mélange des genres (lutte contre le terrorisme, le banditisme ou la corruption), les exécutions sommaires, le non respect de la vie des hommes et des prisonniers, et les manœuvres expéditives ne peuvent offrir la sécurité ni aux Africains (Maliens, Nigériens, etc.) ni aux ressortissants français. La France se trompe encore en Afrique. Encore. Elle vient de tenter de sauver deux otages « à l’Africaine »… parce que beaucoup d’Etats africains se trompent aussi en Afrique même.

 

Il serait temps, dans la lutte contre les extrémistes violents, d’avoir une stratégie, de respecter certains principes de dignité et de droit et de ne pas croire que ce qui se passe au Sahel, loin des caméras, est protégé par la justification du silence médiatique. Un jour des innocents paient, personnellement et médiatiquement, ces erreurs. Il faut que cela cesse, il est l’heure, il est temps.

Notre sympathie va aux familles de toutes les victimes en Tunisie, en Algérie et en France… du côté des opprimés, des victimes et des innocents. Toujours.

 

http://www.tariqramadan.com/De-la-Tunisie-de-l-Algerie-et-du.html

 

 

Lire aussi :

 

Tunisie : LE REGIME TERRORISTE DE BEN ALI

 

 

Partager cet article

commentaires

boutef15 23/07/2011 17:24


Le régime honteux et traitre d Alger n en fini pas de se défriper sur une montagne de problème.Conséquence d une politique drôle de fumistes véreux à travers l état algérien.Les dilapidations des
richesses pétrolières du pays par des puissances étrangères, donnera naissance à des dérèglements internes et beaucoup d injustices sociales.Le fiasco économique plaçant l Algérie parmi les pays à
risque avec certains pays africains sous développés.Ce qui drainera une inflation galopante, le simple citoyen subira les conséquences dune hausse des prix sur les produits de bases.On sait que le
smig chez nous avoisine les 90euros.On sait aussi que beaucoup de gens font la quête des poubelles pour se rassasier.Conséquence de cette politique néfaste,un peuple en
courroux,grèves,manifestations n en finissent pas chaque jour contre le pouvoir corrompu.la répression a atteint des sommets.Des milliers de gens jetés en prison subissent brimades et tortures.Des
militaires bâtards ayant des origines de fils de harkis ont toujours régné en seigneurs dans ce pays.Ils sont la plus part du temps derrière les rideaux à tirer des ficelles à des pantins loufoques
de la république algérienne. Ces fils de putes n ont ni origines, ni honneurs,ils sont mêlés à divers massacres de milliers de citoyens sans défense, et de divers trafic de drogue et d armes.On
sait que l Algérie est devenue la plaque tournante de tout les trafics vers l Europe. Le gouvernement dictatorial a poussé sa bassesse à promouvoir plus d une centaine de généraux cochons.En faite
un tas de barils d excréments qui n hésiteront pas un instant avec leurs négros miliciens à faire des cartons sur un peuple désarmé.


Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche