Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 14:28

U. S. A . - Du «gendarme du monde» au semeur de violence


 

 

yaltaC'est à la fin de la seconde guerre mondiale que les USA, jusque-là cantonnés dans un attentisme se résumant à être le pourvoyeur de tous les belligérants, ont "choisi leur camp", ou plus exactement l'ont fabriqué. Une raison pourrait être que Yalta, bien loin de contenter les militaires, les a irrités en raison de la prestation assez faible de leur président. Malade, Roosevelt a mal supporté le choc d'un Staline au sommet de sa puissance. Car cette guerre, c'est son pays qui l'avait gagnée, au prix de cinq millions de citoyens soviétiques. C'est même pour éviter que les troupes de Moscou n'envahissent plus de terrain, que les bombes de Hiroshima et Nagasaki ont précipité une capitulation nippone inéluctable.
De là est née la Guerre Froide, ainsi (mal) nommée parce que les deux grands protagonistes ont continué à guerroyer, mais par l'entremise d'autres acteurs, d'autres pays, d'autres diplomaties. D'un côté, dès 1949 les USA ont fédéré une "défense commune" avec la plupart des pays de l'Europe de l'ouest (l'OTAN), de l'autre en 1955 les Russes ont dû mettre en place avec les pays de l'Europe de l'est, généralement slaves, un traité similaire appelé Pacte de Varsovie, pour se défendre de ce consortium soit-disant défensif.
Dès 1950 est survenu le conflit coréen, conflit interne mettant aux prises ceux du nord, plus ou moins alliés aux Russes et aux Chinois, avec ceux du sud, mollement soutenus par quelques troupes US. Ce n'est qu'à la fin de cette boucherie (trois millions de morts) que l'aide US a permis de rétablir en 1953 la situation du départ, soit une scission au niveau du 38e parallèle.
enfants-napalmCette "affaire" classée, sans doute le conglomérat militaro-industriel US avait-il besoin d'autres débouchés. Les troupes françaises ayant été battues "à la régulière" par les troupes du très fin Giap, en 1959 les contingents de GI's ont débarqué au Viêt-Nam pour les remplacer, avec de très gros moyens matériels. Peine perdue, les pertes sont devenues inacceptables et les USA, ayant perdu 58700 hommes, ont dû abandonner le terrain aux Vietnamiens. Pour ceux-ci, la victoire fut amère : sans doute pas loin de cinq millions de victimes, y compris celles de l'Agent Orange qui a agi à retardement. Sept millions de bombes auront été déversées, soit deux fois le total de tous les bombardements de la seconde guerre mondiale
Entretemps, s'était ouverte la crise de Cuba en 1961, avec la désastreuse tentative d'envahissement de l'île par des opposants à Castro, à la Baie des Cochons. S'en est suivie l'affaire des missiles nucléaires qui étaient sensés menacer les USA depuis le territoire cubain, installés par les Russes. Depuis ce temps-là, toujours attisée par les opposants de Miami, chassés de leur île qu'ils avaient mise en coupe réglée avant l'arrivée de Castro, l'attitude US est absolument odieuse. Elle maintient envers et contre tous un blocus sauvage de l'île, qui réussit malgré tout à survivre, et à prodiguer à ses habitants éducation et soins de santé.
La doctrine de Monroe est toujours d'actualité à Washington. Un gouvernement social et démocratique s'est-il installé au Chili ? Puissamment aidé par des "conseillers" US et leurs dollars, le 11 septembre 1973 le général Pinochet prend le pouvoir, et le président Allende n'a d'autre choix que de se suicider. Des dizaines de milliers d'autres auront moins de chance, et périront ou souffriront sous la torture. Pinochet ayant passé la main à un gouvernement plus démocratique le 11 mars 1990, la situation économique du pays reste malgré tout désastreuse, en raison des conseillers économiques de la tristement célèbre "école de Chicago", de Milton Friedman. D'une certaine façon, c'est encore l'influence du grand voisin du nord qui plombe pour longtemps ce pays.
Pendant ce temps-là, à la corne de l'Afrique les USA se rapprochaient vers 1978 du général Barre, en Somalie. La famine régnant dans ce pays, les US tentèrent de remettre l'ordre dans ce pays ayant une position stratégique (les français y possédaient depuis longtemps une base à Djibouti). Ils échouent en 1993, et c'est l'ONU qui prend la relève. En 2004 un gouvernement "de transition" fait ce qu'il peut, c'est-à-dire rien, et la famine est revenue. Mais désormais ce sont les USA qui possèdent une base à Djibouti.
En 1982, les USA s'intéressent à nouveau à "leur" continent protégé. Leur cible, les sandinistes du Nicaragua, qui, ô horreur, rétablissent une politique sociale avec Daniel Ortega, élu en 1984. Les "contras", opposants soutenus et armés par Ronald Reagan, lui firent une véritable guerre jusqu'en 1990 où il laissa son poste à l'opposition. Cela ne l'empêchera pas de revenir en 2006 pour reprendre la politique sociale que les néolibéraux avaient allègrement démantelée pendant son absence.
Mais que se passait-il en Asie ? En 1980 les Russes avaient pris ouvertement position pour un nouveau gouvernement en Afghanistan, et apportaient du même coup éducation, droit des femmes, choses très mal vues dans ce pays conservateur. Mais en 1986 les USA, prêts à contrer là encore les Russes, entraînèrent et armèrent les factions extrémistes religieuses, et les Russes, en pleine Perestroïka, durent repartir en 1989. Le pays se retrouvait en pleine guerre civile, entre les forces tadjikes du nord (Massoud), les Talibans ("étudiants de la religion"), et les Moudjahidines armés et entraînés par des "conseillers" (tiens, encore) US. Petit à petit, ce sont les Talibans qui prendront les choses en main partout. Mais ayant détruit des statues monumentales bouddhistes, inscrites à l'UNESCO, ils attireront sur eux l'attention internationale. Qui va arriver ? Les USA bien sûr. Ils vont attaquer les Talibans, chez qui s'était réfugié Oussama ben Laden, un de leurs agents originaire d'Arabie saoudite qui ne leur plaisait plus. Ils vont remettre au goût du jour (probablement pour assurer certains financements) la culture du pavot, que les talibans avaient éradiquée. Ils voudraient bien partir de ce pays où des attentats multiples se multiplient contre eux. En tout cas, ce n'est pas une réussite. Une de plus ? La dernière ?
Pas du tout. Nous sommes en Europe en 1999, Tito mort l'ex-Yougoslavie est en proie au chaos. Les US vont arriver jouer les bons offices, et créent une enclave ethnique nommée Kosovo. Ne connaissant rien à la complexité balkanique, ils vont accumuler les gaffes . Le Kosovo est-il serbe, ou albanais ? En créant ce bout de terre entre les deux pays, les soldats US vont pratiquement se retrouver entre deux feux. Pour le moment l'affaire paraît s'être apaisée, au prix de milliers de morts et de disparus, en particulier civils. Un grand moment d'humanité, ce conflit.
Humanité ? Pourquoi donc Hugo Chávez, régulièrement élu en 1998 à la tête du Venezuela, subit-il un coup d'État en 2002 ? Le pronuciamento fait long feu, deux jours plus tard le gouvernement est rétabli. Qui donc put tirer les ficelles de cette tentative ? Chavéz malgré sa très large avance électorale doit se mesurer constamment à une opposition très riche, possédant la plupart des médias, et bien entendu soutenue par des fonds qui sentent peut-être le pavot afghan.
irakDeux ans plus tard l'Irak, affaibli par un embargo extrêmement sévère, punition de son envahissement du Koweit en 1990, est envahi sans sommation à son tour par... les USA, bien sûr ! En 2003 les prétextes sont aussi effrayants que ridicules : le pays "surarmé, producteur d'armes de destruction massive" mourait de faim en raison de l'embargo. Depuis, tous les habitants du pays, comme en Afghanistan, font une vie d'enfer à ces occupants qui peinent à partir. Vouloir imposer une démocratie "à l'occidentale" à des peuples aux valeurs tribales n'a bien entendu aucun sens. Seul bilan : les zones cultivées sont redevenues soit des déserts, soit des marécages. Le pays n'a plus ni infrastructures, ni eau. Washington peut être fier.
Pourtant il continue. Quand en 2006 Rafael Correa est élu à la tête de l'Équateur (nous revenons en Amérique), des policiers se mutinent en 2010, soutenus semble-t-il par des agitateurs venus de plus au nord. Il est vrai que Correa a fait écrire en 2007 une nouvelle Constitution où la droite libérale n'a plus le "beau rôle". Un pays de plus qui échappe à la tutelle US, c'est quelque chose qui fait désordre ! Attendons-nous à de nouvelles tentatives contre la démocratie équatorienne.
Pendant ce temps-là, en 2008 une occasion d'affaiblir la Russie, qui a réussi à émerger de ses profonds changements consécutifs à la chute de l'URSS, se présente en Géorgie. Il s'agit de contestations de frontières portées par l'Ossétie du sud et l'Abkhazie , provinces qui autrefois étaient russes avant des rectifications de frontières imposées par Staline. Bien entendu des conseillers US viendront prêter main-forte au président Saakachvili. Celui-ci se discréditera dans l'affaire, en attaquant le premier. Ses troupes seront balayées par celles de Russie, mieux organisées. Encore une occasion ratée pour Washington.
Alors, pourquoi ne pas se rabattre à nouveau sur le continent de Monroe ? En 2009 le président très régulièrement élu Zelaya est chassé de son pays le Honduras, et c'est un appareil militaire US qui l'emmène en exil. Depuis, les réformes sociales périclitent bien entendu. Et une immense base militaire a été concédée par le nouveau président fantoche aux troupes des USA et à leur aviation.
La corne de l'Afrique était oubliée. Pas certain. Voilà que le Soudan du sud décide de faire sécession, sans l'accord de la capitale située au nord bien sûr. La scission est actée par la "communauté internationale" en 2010. Le sud est riche en pétrole. Mais pour le sortir du pays, il faut passer par le nord. Des heurts pourraient bien reprendre en raison de ce "détail". Qui était le soutien intéressé ? Les USA bien sûr.
Pour l'étape suivante, en mars 2011 ils joueront plus fin, et ce sont leurs "alliés" britanniques, français, italiens qui déstabiliseront, bombarderont, envahiront la Libye, toujours à la recherche du pétrole naturellement. Seuls quelques "conseillers" US viendront les appuyer, en toute amitié bien sûr. L'assassinat du président Kadhafi, sans autre justification que la certitude qu'il pouvait en dire trop, vient ternir le bilan, ainsi qu'une pléthore de massacres de civils par les bombardements.
boursePuisque le sort des armes est défavorable à un pays qui en possède la moitié de l'arsenal mondial, il se tournera pour le moment dans la finance. Et quoi de mieux que "les amis" pour leur faire les poches ? "Les Marchés" lancent donc une attaque sauvage sur l'Europe, d'abord en Islande dont les habitants réussissent jusqu'à présent à rejeter les diktats des banques.
En Irlande le bilan n'est pas bon, l'avenir dira si une austérité drastique ne rendra pas ce pays exsangue et affamé comme il le fut pendant la première moitié du XXe siècle.
La Grèce, desservie par une très longue hégémonie de la droite libérale, à partir de la dictature des colonels, est maintenant attaquée par des créanciers US dont le plus féroce, le banquier Goldman Sachs, avait aidé les gouvernements de droite à truquer les chiffres. Le socialiste Papandreou, qui avait découvert et dénoncé la fraude, est aussi celui qui a dû démissionner. L'avenir est sombre pour un pays dont les habitants sont extrêmement pauvres - excepté les religieux et les armateurs, qui ne payent pas d'impôts. Et n'en paieront toujours pas.
Au Portugal, désormais ce sont les ressortissants de l'ancienne colonie de l'Angola qui investissent chez lui. Le pays ne possède plus rien, pressuré par la Dette que des banques bien intentionnées lui ont donnée comme perspective d'avenir. L'Espagne embourbée dans un programme immobilier et de chemins de fer rapides pléthorique en est au même point. Le socialiste Zapatero, qui vient de quitter le pouvoir au bénéfice de la droite, n'a pas du tout redressé la barre. Les Marchés sont aux aguets. Les vautours sont là.
L'Italie a réussi à faire démissionner son incroyable premier ministre qui l'a enfoncée dans la dette. Le nouveau Premier, Carlo Monti, est justement un ancien de Godman Sachs. Bon appétit !
Restera la France, qui va voter dans quelques mois : les médias ne lui proposent bien entendu que deux candidats (et les partis qui vont avec) : un néolibéral, et un néolibéral. On applaudit. La dette réussira bien à se creuser là aussi, au bénéfice.. disons de New York et Londres, cette fois.
Mais comme les USA aiment bien avoir plusieurs fers au feu, depuis un bon moment maintenant ils ont lancé une offensive d'une violence inouïe dans les médias, pour discréditer Bachar el Assad en Syrie : sans doute est-ce la prochaine proie, qui fera tomber une opposition au $Y$T€M et permettra à tous les réfugiés irakiens de retrouver les affres de la faim loin d'un chez-eux qui n'existe plus.
Le but n'est-il pas d'affaiblir l'Iran, un pays qui n'attaque pas, qui ne demande rien, qu'on lui laisse la paix. Mais l'aigle US ne l'entend pas ainsi. Il veut le monde entier sous sa coupe, et après ce coup-là n'oserait-il pas attaquer la Russie, ou même sa bête noire la Chine ?
Sachant que ce pays grandiloquent, assoiffé de sang, est aussi de loin le plus endetté de la planète, le plus pollueur de très loin, le plus militarisé, le plus... il est permis de s'inquiéter pour notre avenir à tous. Ce ne sont pas ses habitants qui sont responsables : gavés de propagande dès le biberon, confinés dans une ignorance totale des problèmes du monde, souvent endettés gravement, quand ils ne sont pas à la rue, ils sont eux aussi les victimes.
C'est un groupe de quelques centaines, voire milliers de personnes, qui tient ainsi à la gorge le monde. Ne cherchez pas les fous dans les asiles : ce sont eux qui vivent dans les palaces, les limousines, les jets, et les cocktails de Washington. La planète est à leurs pieds, mais ils ne la voient pas. Ne pourrait-on briser leur piédestal ?
.
.

Messages les plus consultés

  • 22/01/2011 20h49 POMPIDOU AU BAN DE LA NATION On a traîné dans la boue Louis-Ferdinand Céline, pour les pamphlets qu'il a commis, et do...
  • Quel chef de parti osera proclamer "Il faut rendre réellement le pouvoir au peuple, à tous, relancer une vraie démocratie !" ? Une vraie d...
  • A 25 ans trop jeune, à 35 ans trop vieux, à 30 ans manquant d'expérience, à 40 ans en ayant trop, le chercheur d'emploi a toujours tout ...
  • Hier samedi, en fin d'après-midi, Silvio Berlusconi est allé enfin déposer sa démission devant le président de la République, Monsieur G...
  • Le 8 août 2011 Robert Freeman, le 8 août, rappelle dans un billet publié sur Le Grand Soir   que les bombes A lancées sur Hiroshima le 6 ...
  • La rigueur est en route. Le gouvernement vient de passer un nouveau plan d'urgence pour sauver les finances, et financer les nuits d'...
  • le 07/03/2011 05H43 Quelle histoire ! Tout le Maghreb est en ébullition, les pays  limitrophes des golfes arabique (Mer Rouge) et pers...
  • On rit, on rit ! Car bien entendu, on le voit encore avec le nucléaire : Sarkozy ou Hollande, sous des stratégies différentes c'est le mêm...
  • mercredi 5 octobre 2011 Que ce soit sous la forme d'un zébu, d'un homo sapiens sapiens ou d'un orang-outang, toute créature qui vit par...
  • Il ne faut pas confondre. Vous avez "l'Europe", ensemble complexe, aux climats, aux langues, aux cultures très variés, mais conscient ...

 

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche