Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 03:57

 

.

Communiqué de l'Association pour une Constituante.


André Bellon
Président de l'Association
www.pouruneconstituante.fr
-------------------------------------------------
08/02/12

 

La récente rencontre, à Paris, d’Angela Merkel et de Nicolas Sarkozy – qu’une presse complaisante surnomme affectueusement Merkozy –, illustre la nouvelle conception des rapports internationaux autant qu’un nouveau type de relations politiques dans les États.
Alors que la situation économique est marquée par une forte dégradation de l’ensemble des indicateurs, par des discours politiques en changement perpétuel et par des analyses aléatoires et souvent erronées, alors que les traités européens successifs ne sont que des adaptations fragiles aux déséquilibres immédiats de l’économie mondiale, le discours officiel appelle avec emphase au respect des textes signés à Bruxelles. Lesquels sont de plus en plus difficiles à cerner tant on accumule les amendements et les ajouts après des marathons théâtralisés de négociations opaques et lointaines. Le traité de demain fera vite oublier celui d’aujourd’hui.
Dans l’immense désarroi qui caractérise l’attitude des dirigeants qui n’en perdent pas moins une forte propension à jouer les fiers à bras sentencieux, le président français et de la chancelière allemande cherchent à faire montre de pugnacité et de continuité. Mais la seule volonté perceptible chez eux est celle qui consiste à demander qu’on les laisse diriger sans contrainte. Hors de question de troubler leur action – si essentielle pour l’Europe et peut-être même le monde - par ce qu’ils considèrent comme des futilités.

Futilité évidemment, chacun l’aura remarqué, que l’aggravation de la crise sociale. Futilité également que cette volonté populaire qui prétend s’opposer aux« nécessités » financières et aux « réalités de l’économie » perçues par des marchés qu’il faut sans cesse« rassurer » comme des enfants. Le respect de la parole donnée est fondamental vis-à-vis des marchés financiers, mais pas vis-à-vis des peuples ; le mépris manifesté après le non au Traité constitutionnel européen en 2005 est là pour le rappeler.

Futilité enfin et surtout sans doute que de penser qu’il peut y avoir une politique décidée démocratiquement quelque part et en l’occurrence dans notre pays. Le soutien apporté par la chancelière allemande au président Sarkozy, non-candidat en campagne, rompant avec une tradition de non ingérence dans les affaires intérieures des États, est symbolique d’une nouvelle donne. La règle commune définie par les classes dirigeantes en leur sein a valeur juridique supérieure à la volonté populaire.

Le dévoiement du mot respect caractérise donc ce nouveau monde. Seul le citoyen n’est pas respecté.
.
Voir aussi :

MES, le nouveau dictateur européen

 

L'Allemagne a tout gâché

(à lire absolument, note d'eva)


http://www.alterinfo.net/l-Allemagne-a-tout-gache_a70941.html


Denis Jaisson
Mercredi 8 Février 2012

l'Allemagne a tout gâché
Dans Le Monde du 24/1/2012, Michel Chaussemy, membre de l'assemblée des Français à l'étranger, accuse l'Allemagne, avec beaucoup de courage, d'être à l'origine de la crise de l'€: «l'amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est identifiée comme la cause structurelle des difficultés dans la zone euro». C'est la petite contribution, à la campagne des présidentielles, de ce membre du Parti socialiste, qui rappelle que «Nicolas Sarkozy a vanté le modèle allemand»...

http://jaisson.over-blog.com/article-l-allemagne-est-responsable-98789352.html http://jaisson.over-blog.com/article-l-allemagne-est-responsable-98789352.html


Fidèle à la tradition des faux débats de l'UMPS, Chaussemy fait aussi diversion en évitant l'essentiel:
- en général, la Banque, qui spolie par la dette [1];
- en particulier, l'€, panacée de l'UMPS mais fait pour transformer l'Europe en «vases communiquants» qui gavent la Banque sous prétexte de solidarité... Petit rappel sans-façon: Goldman Sachs (GS) aida le gouvernement grec à falsifier ses chiffres pour adopter l'€, paria en douce sur la faillite de la Grèce, puis invita ses clients à la curée [2]. Les media de la crétinformation présentèrent cette faillite comme la conséquence de la paresse des Grecs et de l'incompétence de leur gouvernement - Les Echos, 6/10/2011.

 

Dans l'Histoire officielle de la spoliation préméditée...
la-cigale-et-la-fourmi.jpg ...la morale de Goldman Sachs conclut la fable
de l'€: «travaillez plus, pour gagner moins»

 

Pour pallier l'atavisme méridional de la cigale et endiguer la crise qui gagnait d'autres pays, il fallait des experts - la fourmi du nord. Celle-ci est prévoyante à plus d'un titre, puisqu'elle savait d'avance qu'on violerait l'article 125 du Traité de fonctionnement de l'Union européenne*... Avec la bénédiction de la classe politique - les larbins de la Banque - cette dernière plaça donc ses hommes de main, à la tête de la Grèce (Loukas Papadimos, GS), de l'Italie (Monti, GS) et - tant qu'à faire! - de la Banque centrale européenne (BCE): Mario Draghi, GS. La France échappa provisoirement au traitement de faveur du FMI, quand l'Empire se débarrassa de Dominique Strauss-Kahn, parce que ce dernier «incarnait la création d’une nouvelle monnaie internationale» [3]...
* Robert Bibeau, "La guerre des monnaies", mecanopolis.org

 

«Banque et pouvoir politique...
banque.jpg...la progressive inversion du rapport de force»
(Alain Soral, dans "Comprendre l'empire", p.46)

 

La révolution pointe son nez [4], quand la spoliation bancaire pousse le peuple à se débarrasser des politiciens à la botte. L'UMPS fait alors diversion, avec des conflits horizontaux: communautés entre elles, par exemple - Copé et la burqa - ou pays contre pays: le torchon de Chaussemy, qui, chauvin en lâche, pousse l'Organisation internationale du travail au créneau... Ce papier dans lequel Jean Jaurès* ne se reconnaîtrait pas rappelle les «heures les plus sombres de l'Histoâââre»: la 1ère guerre mondiale - peuples contre peuples.
* cofondateur du Parti socialiste français (1902)

 

Parce qu'il reconnaît son ennemi (la Banque), le
patriotisme bien compris de Jaurès est pacifiste:
Jean-Jaures-copie-1.jpg «nationalistes de tous les pays, unissez-vous!»

N'exagérons rien; Chaussemy n'appelle pas aux armes. La Banque n'en demande pas tant car ses larbins européens, contrairement à Kadhafi [3], lui ont donné la clef du coffre: GS est à la BCE. Ou la BCE est-elle devenue une filiale de GS? C'est à Manuel Valls (UMPS) qu'il faut le demander [5]. Après tout, ce dernier prend conseil, au Bilderberg*, de Jon Corzine (GS), Peter Sutherland (GS), James Johnson (GS), Robert Zoellick (GS) et Lloyd Blankfein (GS)...
* Daniel Estulin, "La véritable histoire du Bilderberg", Nouvelle Terre, 2008


Denis Jaisson

[1] Etienne Chouard et les deux mâchoires de la «pince bancaire»: la dette et la création monétaire

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche