Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2011 5 13 /05 /mai /2011 01:30

Une crise menace les relations entre l’Égypte et Israël
Jonathan Cook

Les officiels israéliens se sont dits inquiets des mesures prises par le gouvernement égyptien provisoire qui, craignent-ils, annoncent une crise dans leurs relations avec le Caire. Que les factions palestiniennes rivales du Hamas et du Fatah aient signé hier un pacte de réconciliation dans la capitale égyptienne illustre l’aggravation du différend. Le rôle secret joué par l’Égypte dans la négociation de l’accord la semaine dernière a surpris tant Israël que les USA. Le premier ministre israélien, Benjamin Nétanyahou, a caractérisé l’accord de « terrible coup porté à la paix et de grande victoire pour le terrorisme ».





Plusieurs autres développements ont accru l’inquiétude Israélienne au sujet de ses relations avec l’Égypte, notamment l’annonce que le Caire espère renouveler ses liens avec l’Iran et renégocier le contrat conclu de longue date avec Israël pour la fourniture de gaz naturel.

Ce qui inquiète encore davantage les officiels israéliens c’est l’ouverture du passage de Rafah à Gaza envisagé par les autorités égyptiennes ; ce passage est fermé depuis quatre ans dans le cadre du blocus de l’enclave soutenu par l’Occident pour affaiblir le Hamas, groupe islamiste au pouvoir dans la Bande.


L’Égypte élabore les détails de l’ouverture permanente de la frontière, a déclaré à l’agence Reuters un officiel du ministère égyptien des affaires étrangères. Ce serait ainsi la fin effective du blocus.

Le même jour, le ministre des affaires étrangères égyptien, Nabil Elaraby, a demandé aux USA de reconnaître l’État palestinien- se référant à l’initiative que prendrait le président palestinien, Mahmoud Abbas, en septembre pour faire reconnaître l’Etat palestinien par les Nations unies.

Selon Israël et les USA, les Palestiniens ne peuvent obtenir leur Etat que par le biais de négociations avec Israël. Les entretiens sont moribonds depuis qu’Israël a refusé en septembre dernier de reconduire le gel partiel de la construction de colonies en Cisjordanie et à Jérusalem-Est.

D’après les analystes, le gouvernement égyptien provisoire, prend sciemment ses distances sous la pression populaire, par rapport aux principales politiques vis-à-vis d’Israël et des Palestiniens appliqués par Hosni Moubarak, le président égyptien renversé par un soulèvement populaire en février.

Moubarak soutenait en grande partie le blocus instauré par Israël et Washington afin de contenir l’influence du Hamas. L’Égypte reçoit plus de 1,3 milliard de dollars en aide américaine, somme qui n’est dépassée que par les dons US à Israël.
Néanmoins, l’humeur populaire égyptienne semble se retourner contre des liens diplomatiques étroits avec Israël.

Selon un sondage publié la semaine dernière par le Pew Research Centre, 54 % des Égyptiens étaient en faveur de l’annulation du traité de paix conclu en 1979 avec Israël, tandis que 36 % seulement voulaient le maintenir.

Le quotidien israélien Yedioth Aharonoth a annoncé cette semaine que les médias sociaux égyptiens avaient appelé à manifester en masse devant l’ambassade d’Israël pour exiger l’expulsion de l’ambassadeur Yitzhak Levanon.

Dans plusieurs médias, de haut officiels israéliens anonymes ont critiqué la nouvelle orientation de la politique étrangère égyptienne. L’un d’eux a dit au Wall Street Journal que les dernières initiatives prises au Caire pourraient « affecter la sécurité nationale israélienne de manière stratégique ».

Un autre officiel anonyme a déclaré au Jerusalem Post que « l’amélioration des rapports entre l’Égypte et le Hamas » permettrait au mouvement islamique de mettre au point une « formidable machine militaire terroriste ».

Silvan Shalom, vice-premier ministre israélien, a dit à la radio israélienne dimanche qu’Israël devrait se préparer à ce que les changements sensibles introduits dans les politiques égyptiennes permettraient à l’Iran d’accroître son influence à Gaza.
Le chef d’état-major égyptien, Sami Hafez Anan, a rejeté ces déclarations sur sa page Facebook en disant « Israël n’a pas le droit de s’en mêler . C’est une affaire entre Égyptiens et Palestiniens ».

Signe de panique, Nétanyahou aurait envisagé d’envoyer son conseiller spécial Isaac Molho au Caire pour des entretiens avec le gouvernement provisoire.
Ces dernières semaines, Nétanyahou s’est constamment plaint auprès des ambassadeurs européens et des politiciens US de ce qu’il considère comme un nouveau climat d’hostilité en Égypte.

Le mois dernier Elaraby a dit que l’Égypte était prête à « tourner la page » dans ses relations avec Téhéran, rompues après la signature du traité de paix entre Israël et l’Égypte il y a plus de 30 ans.


Des officiels égyptiens ont également annoncé que l’Égypte pourrait cesser de fournir du gaz naturel à Israël. Le gazoduc a été attaqué deux fois en territoire égyptien, notamment la semaine dernière, et on présume qu’il s’agissait d’un sabotage Même si l’Égypte maintient ses livraisons de gaz elle insistera presque certainement pour en augmenter le prix ; Moubarak et d’autres officiels font l’objet d’une enquête pour corruption dans le cadre des contrats de fourniture de gaz à Israël à un prix sous-évalué.


Yoram Meital, spécialiste des relations israélo-égyptiennes à l’université Ben Gourion de Beersheva a dit que le changement de politique égyptienne envers Gaza risquait de « provoquer une grave crise dans les relations égypto- israéliennes » en ce qu’ il saperait la politique israélienne d’isolement du Hamas.


Avec le renversement du régime autoritaire de Moubarak, a relevé Meital, le gouvernement égyptien est obligé de tenir davantage compte de l’opinion locale.
« Nous ne sommes qu’au début de cette crise, mais elle n’a pas encore commencé. Toutefois les relations pourraient se détériorer bien davantage au cours des mois à venir » a-t-il dit.


D’après les analystes, le Caire voulait retrouver son rôle traditionnel de leadership dans le monde arabe et estimait que cette place était compromise du fait de ses liens avec Israël. Menha Bahoum, porte-parole du ministère égyptien des affaires étrangères a déclaré au New York Times la semaine dernière : « nous ouvrons une nouvelle page. L’Égypte retrouve le rôle dont elle avait abdiqué ».


C’est une évaluation partagée par le Hamas et le Fatah qui demandent tous deux l’aide de l’Égypte, a déclaré Menachem Klein,, professeur de science politique à l’université Bar Ylan. Il a relevé qu’Abbas a perdu son principal sponsor arabe en la personne de Moubarak et que la base du leadership du Hamas en Syrie était précaire étant donnée l’actuel soulèvement dans ce pays. Les Palestiniens réclamant avec de plus en plus d’insistance une réconciliation, les deux factions ne pouvaient pas se permettre d’ignorer la vague de changement balayant le monde arabe a-t-il déclaré.


Et Meital d’ajouter : « nous entamons un nouveau chapitre dans l’histoire de la région et les politiciens ainsi que le public israélien sont loin de commencer à comprendre ce qui se passe » ».


* Jonathan Cook est un écrivain et un journaliste basé à Nazareth. Ses derniers livres sont “Israel and the Clash of Civilisations : Iraq, Iran and the Plan to Remake the Middle East” (Pluto Press) et “Disappearing Palestine : Israel’s Experiments in Human Despair” (Zed Books). Son site web est www.jkcook.net.

Source : Info-Palestine

 


Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche