Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 12:05

Ah ! ce Chávez ! (la Jornada)

José STEINSLEGER
12 ans après le début de la Révolution Bolivarienne, donnons quelques chiffres qui nous renseignent sur l’angoissante orientation que celle-ci a prise. Précision importante : les données qui suivent ne sont pas révélations de Wikileaks.


Économie et finances publiques

1. Le pays a rompu avec le Fonds Monétaire International.
2. Les réserves en devises internationales ont augmenté.
3. La dette publique a diminué ; elle est passée de 47,5 à 25 points (2003-2006).
4. Suppression de la taxe de « débit bancaire » sur toutes les transactions financières effectuées par les banques.
5. Création de trois grandes banques : Banque du Trésor, Banque du Développement, Banque du Sud.

Pétrole

6. L’industrie pétrolière a repris sa croissance. Redynamisation de l’OPEP comme organisation qui défend les prix du pétrole et création de PETROSUR
7. Libération de la Compagnie Publique, Petróleos de Venezuela, (PDVSA), de la Bourse des Valeurs (SEC) (Securities and Exchange Commission) des États-Unis après paiement de la dette correspondante (26 milliards de dollars).
8. Augmentation des réserves pétrolières estimées avec la récupération de la ceinture pétrolifère de l’Orénoquef

Agriculture et production

9. Récupération de terres pour l’agriculture et remise de terres à des familles paysannes.
10. Diversification de la production agricole. Création d’usines, comme par exemple celles qui fabriquent des tracteurs, des bicyclettes, des automobiles, du ciment… en coopération avec l’Iran.

Santé.

11. Création d’un nouveau Service National de Santé (Misión Barrio Adentro) (Mission Banlieue Profonde )
12. Ouverture d’Hôpitaux pourvus de couveuses et d’équipements de pointe.
13. Construction du Centre de Cardiologie Infantile.
14. Des milliers de personnes ont retrouvé la vue (Mision Milagro)
15. Baisse de la mortalité infantile de 27 %.
16. Augmentation de l’espérance de vie à 73,18 ans.
17. Construction de la première Clinique Populaire Indigène à Apure et réseau de 10 dispensaires pour les populations indigènes.

Femmes

18. Création de INAMUJER, l’Institut National de la Femme.
19. Création du programme Simoncito (prise en charge médicale des futures mères avant l’accouchement).
20. Allongement de la période d’allaitement maternel, ce qui oblige les employeurs à accorder plus de semaines de congé de maternité aux femmes salariées et mères.
21. Aides à 200.000 mères qui connaissent des difficultés économiques (mission Madres del Barrio) (Mères des banlieues).

Éducation

22. L’Université Bolivarienne est présente dans la totalité des États du Venezuela (plus de 800 techniciens supérieurs diplômés) et création d’une Université du Sport à Cojedes
23. Accès aux études du second cycle du baccalauréat pour des milliers de jeunes. Plus de 200.000 bacheliers diplômés (Mision Ribas).
24. Alphabétisation de plus de 1.500.000 personnes, ce qui a conduit l’UNESCO à déclarer le pays libéré de l’analphabétisme.
25. Modernisation de plus de 100.000 centres d’éducation.
26. Création de 58.236 nouvelles écoles primaires.
27. Création de 255 collèges techniques où étudient 203.000 élèves. Le but fixé est de parvenir à 500 collèges techniques pour 500.000 élèves.
28. Édition de plus de 50 millions de livres distribués gratuitement pour élever le niveau culturel du pays.
29. Dotation aux bibliothèques publiques du pays.
30. Création de plus de 6.000 écoles bolivariennes et de 75.000 bibliothèques de salle de cours.
31. Paiement de tous les arriérés de salaire dûs aux instituteurs et hausse substantielle des traitements.
32. Suppression des frais d’inscription pour intégrer les collèges publics.

Pauvreté, travail et habitat

33. Baisse du taux de grande pauvreté de 80 à 30 pour cent (1998 - 2007)
34. Prise en charge de centaines d’enfants des rues et de SDF (Mision Negra Hipólita).
35. Réseau de Maisons d’Alimentation pour personnes en grande difficulté.
36. Déclaration « d’inamovibilité du travailleur »f pour empêcher les suppressions de postes de travail par les employeurs.
37. Programmes de construction d’immeubles neufs destinés au logement sur des terrains à bâtir non occupés ou en remplacement de logements précaires.
38. Prestations comprises, le salaire mensuel minimum du travailleur vénézuélien s’élève à 638 dollars (8.000 pesos mexicains).

Services

39. Augmentation du nombre des foyers raccordés au réseau électrique et d’eau potable.
40. Création des Districts Sociaux de PDVSA pour aider des centaines de communautés à travers tout le pays.
41. Plan national de distribution de gaz (gaz direct pour toutes les communautés).

Communication

42. Création de TELESUR et de la Agencia Bolivariana de Noticias (ABN). (Agence Bolivarienne d’Information)
43. Vote de la loi de « responsabilité sociale » pour la Radio et la Télévision.
44. Mise en orbite du satellite Simón Bolívar pour le développement de la télé-médecine, du télé-enseignement et pour l’indépendance nationale en matière d’information.

Environnement

45. Augmentation de 6.700 spécimens de la population des flamants des Caraïbes, espèce menacée de disparition.
46. Plantation de 20 millions d’arbres depuis 2006 (Mision Árbol).

Sécurité

47. Augmentation du nombre des affiliés à la Sécurité sociale et des pensions de retraite.
48. Paiement de toutes les dettes dues par l’Etat aux professeurs, médecins et retraités.
49. Retraite versée aux instituteurs des écoles catholiques Fe y Alegía (Foi et Allegresse) qui n’avaient pas reçu, durant 50 ans, ni retraite ni indemnités.
50. Construction de centres pénitentiaires pour résoudre le problème des prisons insalubres.

Forces armées

51. Fin de la dépendance des Forces Armées Nationales vis-à-vis de l’influence de la Escuela de las Américas
52. Expulsion des techniciens yankees qui espionnaient dans les casernes et diversification du marché pour se fournir en armements.

Intégration

53. Adhésion au Mercosur.
54. Création de la Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América (ALBA) comme alternative à l’accord de Libre Echange de la Américas (ALCA)

Politique

55. Élévation du sentiment de fierté nationale ressenti par les citoyens vénézuéliens.
56. Rétablissement de la souveraineté nationale.
57. Célébration de l’histoire des luttes populaires et nationales.
58. Démocratie réelle.

José Steinsleger est écrivain et journaliste. Membre fondateur de la Fédération Latinoaméricaine des Journalistes (FELAP, 1976), de l’Agence Latinoaméricaine de Services Spéciaux d’Information (ALASEI-UNESCO, 1984) et du mouvement “EN Défense de l’Humanité” (Mexico, 2003). Depuis 1996, il tient une chronique régulière dans le journal mexicain La Jornada. Auteur et co auteur de nombreux livres sur la situation politique en Amérique Latine.

Source : http://www.jornada.unam.mx/2010/12/...

Notes :

Ø PETROSUR : Petrosur es un organisme politique et commercial promu par la République Bolivarienne du Venezuela pour établir des mécanismes de coopération et d’intégration sur la base de la complémentarité et en faisant un usage juste et démocratique des ressources énergétiques pour le développement socio-économique de ses peuples.

Ø Ceinture pétrolifère de l’Orénoque, (La Faja del Orinoco), est une vaste zone du Venezuela, riche en pétrole, située sur la rive gauche du fleuve Orénoque, d’une superficie totale de 55.314 km². On considère que cette zone représente la plus grande accumulation de pétrole extra-lourd du monde.

Ø Mision Milagro : En 2004, les gouvernements de Cuba et du Venezuela ont entamé une campagne commune, la Misión Milagro (Mission Miracle) pour soigner gratuitement, dans toute l’Amérique latine, des personnes souffrant de maladies des yeux. En tout, 49 centres ophtalmologiques ont été créés. Jusqu’à la fin de l’année 2007, plus d’un million de patients, venant également d’Afrique et d’Asie, ont pu être traités. Cuba et le Venezuela y participent de différentes manières : le Venezuela livre du pétrole bon marché à Cuba et Cuba envoie, en échange, des médecins bien formés et du personnel médical dans d’autres pays.

source : Horizons et débats http://www.globalhand.org/en/organi...

Ø INAMUJER (Institut National de la Femme, par son sigle en espagnol) : agence publique du gouvernement du Venezuela chargée de définir, évaluer et piloter la politique en direction des femmes.

Ø L’Etat de Cojedes est un des 23 Etats du Venezuela. Sa capitale est San Carlos. Sa superficie est de 14.800 km² et sa population comptait, en 2007, 300.300 habitants environ..

Ø « Les travailleurs couverts par le prolongement de « l’inamovibilité de l’emploi » ne pourront pas être renvoyés, rétrogradés ni mutés sans une juste raison dûment certifiée, au préalable, par l’Inspection du Travail… Le respect de cette loi donne droit au salarié à exiger sa rémbauche et le paiement des salaires dûs correspondants »… Article 2 - Journal Officiel de la République Bolivarienne du Venezuela. Décret N° 3.546 du 28 de Mars 2005.

Ø ESCUELA DE LAS AMÉRICAS L’Institut de l’Hémisphère Occidental pour la Sécurité et la Coopération (Western Hemisphere Institute for Security Cooperation, en anglais) (abrégé en WHINSE), anciennement nommé École des Amériques (Escuela de las Américas, en espagnol), est un centre d’enseignement militaire, créé en 1946, géré par le Département de la Défense des USA et situé, depuis 1984, à Fort Benning, près de Columbus, en Géorgie, après avoir longtemps été situé à Fort Gulick, au Panama. Il est célèbre pour avoir enseigné aux militaires latino-américains les doctrines de contre-insurrection et inculqué une idéologie anti-communiste. Y ont été formés grand nombre des militaires qui, par la suite, ont participé ou organisé des coups d’État et instauré des dictatures dans leur pays respectifs.

Ø MERCOSUR (en espagnol) … désigne la communauté économique des pays de l’Amérique du Sud, qui signifie littéralement Marché Commun du Sud (Mercado Común del Sur (en espagnol). Le siège du Mercosur est à Montevideo. Le Mercosur est né le 26 mars 1991, avec la signature du traité d’Asunción par le Brésil, l’Argentine, le Paraguay et l’Uruguay. C’est le troisième marché intégré au monde après l’Union Européenne et l’ALÉNA (NAFTA en anglais). Il se veut un outil de coopération beaucoup plus poussé que l’ALÉNA (Accord de libre-échange nord-américain, simple zone de libre échange sans tarif extérieur commun et sans volonté de rapprochement politique ou juridique). Ses buts sont la libre circulation des biens, des services et des facteurs de production, la création d’un tarif extérieur commun, le rapprochement des politiques économiques et l’harmonisation des législations entre les membres.

Ø ALBAL’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de notre Amérique - Traité de commerce des Peuples (ALBA - TCP) (« Alianza Bolivariana para los Pueblos de Nuestra América - Tratado de Comercio de los Pueblos » (en espagnol) est une organisation politique, sociale et économique pour promouvoir la coopération dans ces domaines entre les pays socialistes de l’Amérique latine et des Caraïbes. D’abord évoquée par Hugo Chávez… lors d’un sommet, en décembre 2001, des chefs d’État de la Communauté des Caraïbes, l’ALBA a été officiellement lancée en avril 2005, par la signature d’un « traité commercial des peuples » entre Cuba et le Venezuela. La Bolivie, le Nicaragua, la Dominique et le Honduras se sont depuis associés à l’initiative, qui visait d’abord à promouvoir une alternative à la ZLEA (Zone de libre-échange des Amériques) promue par Washington. Saint Vincent et les Grenadines en est devenu membre le 17 avril 2009. Enfin, en juin 2009, le nombre de membres passe à neuf, suite à l’adhésion d’Antigua-et-Barbuda et de l’Équateur. Depuis janvier 2010, le Honduras ne fait plus partie de l’ALBA après que le congrès en a réclamé sa sortie. Celui-ci redoute la supposée ingérence du Vénézuéla - qui soutient le président déchu Zelaya - dans ses affaires internes. (Wikipedia)

Ø ALCA La Zone de libre-échange des Amériques (ALCA en espagnol) est une communauté économique qui pourrait succéder à l’ALENA. Ce projet est fortement poussé par le gouvernement des États-Unis. Il prévoit la suppression des droits de douanes sur plusieurs types de produits, notamment des produits manufacturés et agroalimentaires. Il engloberait 34 pays, soit toute l’Amérique excepté Cuba, la France (DOM TOM), le Royaume-Uni et les Pays-Bas. Ce projet est vivement critiqué, essentiellement en Amérique du Sud, par des associations, des syndicats et des partis politiques car il aurait, selon eux, des conséquences sociales très négatives. Ce projet est notamment critiqué par l’important MERCOSUR qui regroupe le Brésil, l’Uruguay, l’Argentine, le Paraguay et, depuis 2006, le Venezuela. Le projet a également essuyé de nouveaux revers avec l’arrivée au pouvoir du MAS d’Evo Morales en Bolivie, la formation de l’ALBA (Alternative Bolivarienne pour les Amériques), l’élection de la socialiste Michelle Bachelet au Chili et de Nestor Kirchner en Argentine, ou encore la victoire en 2004 du Front large en Uruguay. (Selon Wikipédia)


URL de cet article 12650
http://www.legrandsoir.info/Ah-ce-Chavez-la-Jornada.html

.

.Venezuela 25.04.2011. Succès spectaculaire

de la lutte contre la pauvreté

dimanche 24 avril 2011


Dans les rapports publiés à la fin de 2010 et au début de 2011 par la CEPAL, le PNUD et l’UNESCO, organismes de l’ONU, et selon les récentes mesures faites sur base de l’indice GINI, entre autres études, le Venezuela apparaît d’ores et déjà comme la nation la plus égalitaire de la région.

Or, une récente enquête de la firme privée Gallup (avril 2011) place le Venezuela au sixième rang mondial avec 5 % de plus que les Etats-Unis, pour la perception qu’a la population de son bien-être pour les cinq prochaines années. 64 % de la population considère en effet qu’elle jouit de bien-être.

A la fin de l’an dernier l’ONG chilienne indépendante Latinobarometro avait enquêté sur ce thème et conclu dans son rapport que le Venezuela figure aussi parmi les premiers pays de la région latino-américaine où les citoyen(ne)s croient dans la démocratie (à 84%).

Tenant compte de l’envolée des cours du pétrole, et des hausses astronomiques de bénéfices des compagnies pétrolières, le gouvernement bolivarien vient de décider de relever le taux de taxation des entreprises privées qui possèdent des concessions d’exploitation du pétrole vénézuélien, afin de redistribuer à la population ces fonds en multipliant les programmes sociaux (santé, éducation, infrastructures diverses).

Une nouvelle augmentation du salaire minimum, qui est déjà le plus élevé de l’Amérique Latine, sera décrétée cette semaine. Le président vénézuélien Hugo Chavez a confirmé que cette semaine débuteront également des programmes sociaux sur l’habitat et la souveraineté agroalimentaire. Le président a aussi annoncé le début, ce 29 avril 2011, de la seconde étape de la Mission Agro Venezuela, en vertu de laquelle des centaines de milliers de producteurs agricoles (petits et moyens) reçoivent une aide gouvernementale qui prend la forme de financement, crédits, vente des machines, des outils et d’autres facilités en échange de leur contribution pour garantir la souveraineté alimentaire.
     
Dans ses déclarations, il a signalé que le coup d’envoi de la Mission Habitat Venezuela, sera donné à la fin du mois. Pas moins de deux millions d’appartements seront construits durant les sept prochaines années, ce qui a mené à revoir à la hausse les indices de croissance pour l’économie vénézuélienne.

Sources : agences

 
 
http://www.larevolucionvive.org.ve/spip.php?article1510&lang=es

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche