Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2012 7 21 /10 /octobre /2012 03:44

Présidentielles américaines : qui mentira le mieux ?

Barack Obama et ses porte-parole à la Convention démocrate ne cessent de répéter que « les perspectives sont bonnes mais que nous avons besoin d’un peu plus de temps ».

N’est-ce pas la même attitude défensive choisie en France par François Hollande ?

En fait les statistiques macro-économiques interprétées comme encourageantes par quelques économistes américains (surtout démocrates) ne donnent aucun signe positif du côté du chômage. De nombreux américains ne figurent plus les listes de demandeurs d’emplois et, en réalité, il n’y a pas d’amélioration. La triste réalité est que les Américains sont plus nombreux que jamais (46 millions) à dépendre de l’aide publi­que pour acheter de la nourriture. Selon la dernière étude du département de l’Agriculture, un Américain sur six ne mangeait pas à sa faim en 2011 et neuf millions d’enfants vivaient dans l’« insécurité alimentaire».

Dans un tel contexte, les stratèges de B. Obama lui ont conseillé de reprendre toujours le même argument économique : ce que propose le candidat républicain M. Romney serait encore pire.

 

Vers un choix de société sans pitié au nom de la ‘démocratie’

Depuis l’été dernier, les manœuvres ourdies par l’homme de Goldman Sachs placé à la tête de la BCE ont montré le savoir faire de la Firme dans l’art de reculer les échéances et permettre aux amis oligarques de poursuivre le pilonnage pour contraindre les souverainistes à baisser la garde.

Aujourd’hui, Mario Draghi presse les dirigeants européens à agir vite pour éviter une nouvelle attaque des marchés ! Il faut plus d’Europe, il faut avancer encore plus vite sur l’union bancaire qui piétine, etc. Les analystes pro mondialistes expliquent que ce grand homme n’a pu qu’acheter du TEMPS. Il a maintenant besoin de plus de servilité de la part des eurocrates…

Les dirigeants de la BCE rappellent que l’Espagne a besoin d’argent et que son économie va encore plonger encore plus vite. Que dire encore des manifestations, plus nombreuses contre l’austérité engagée par les politiques pour payer les intérêts des dettes aux banquiers. Comme les gouvernements ne sont plus populaires, les marchés forcent les portes des commandes en plaçant des technocrates NON ELUS. Comme toujours, on commence à connaître la ritournelle, quelques politiciens allemands menacent de quitter la zone euro. Bref, le bourrage de crane habituel.

Pendant ce temps, à BRUXELLES, le machin qui dicte les ordres aux Etats…

Voyons en images l’immense réflexion des politiciens européens manifestement assommés par les 12 000 euros par mois qu’ils reçoivent pour fermer les yeux sur le génocide financier des européens.

Et pendant que les doux politiciens qui étouffent les nations ronflent tranquillement, d’autres sont tout de même éveillés aux DRAMES HUMAINS en GRECE ou en ESPAGNE sans oublier le PORTUGAL. Les gens se battent pour défendre leur droit de vivre contre la ploutocratie qui agit derrière des marionnettes qui font passer les lois sans se passionner vraiment pour ce qu’ils votent…

Ailleurs ? Ceux qui ne gagnent pas 12 000 € par mois ?

Il y a de quoi réfléchir…

 
38 commentaires

Publié par le 18 octobre 2012 dans Non classé

 

Le milieu bancaire français se porte bien… la preuve…

La filiale de courtage du Crédit Agricole, Cheuvreux, envisage de supprimer 80% de son effectif en France, soit 290 postes sur 358, dans le cadre de son union avec son concurrent Kepler, a indiqué vendredi une source proche du dossier.

Cette source confirmait une information publiée par le journal en ligne l’Agefi.
« A l’échelle du groupe (France et Europe), les suppressions de postes se montent à 500 sur un effectif de 700 personnes », affirme l’Agefi, précisant que l’information a été divulguée jeudi lors d’un comité d’entreprise de Cheuvreux.

Contactée par l’AFP, Crédit Agricole CIB, la banque de financement et d’investissement de Crédit Agricole, s’est refusé à tout commentaire. Crédit Agricole CIB et Kepler avaient indiqué en juillet être entrés en négociation exclusive en vue du rapprochement des deux entités. Leur fusion doit donner naissance au premier courtier actions en Europe continentale, Kepler Cheuvreux. A la suite de cette opération, Crédit Agricole prendrait une participation d’une quinzaine de pourcent dans le nouveau groupe, avait indiqué à l’AFP la banque lors de l’annonce des discussions.

En sus du Crédit Agricole, la banque italienne UniCredit est également partie prenante à la transaction car elle a développé un partenariat avec Kepler et pourrait prendre une participation dans le nouvel ensemble Kepler Cheuvreux. La banque française a engagé un large processus de cession de ses filiales de courtage.

Des nouvelles qui se généralisent…

Julius Baer va supprimer entre 15 et 18% de ses effectifs dans le but d’accroître sa rentabilité. La mesure s’inscrit dans le cadre de l’intégration des activités de gestion de fortune de Merrill Lynch hors des Etats-Unis et du Japon rachetées à Bank of America.

Les coupes devraient donc concerner entre 850 et 1030 des quelque 5700 emplois que le groupe bancaire privé zurichois compte, selon un communiqué publié mardi à l’occasion d’une journée des investisseurs à Londres. Julius Baer n’a pas donné le détail de l’impact des mesures sur les plus de 50 sites qu’il exploite.

Conclusion

Les marchés ont-ils toutes les raisons de grimper ?

 
16 commentaires

Publié par le 18 octobre 2012 dans Non classé

 

Incertitudes du jour

La figure du porte-voix n’est ni haussière, ni baissière. Les cours vont toucher l’oblique baissière, puis l’oblique haussière, qui sont divergentes.

Le CAC pourrait donc monter fortement pour aller chercher l’oblique haute vers 3700 ou plus selon le temps nécessaire pour la toucher. C’est l’analyse des BULLS.

Les BEARS quant à eux, surveillent la figure en E.T.E.  (Epaule Tête Epaule), qui aurait fini sa deuxième épaule aujourd’hui de manière parfaite.

Il ne manquerait que la jambe de baisse vers la « ligne de cou » puis vers la base de l’ETE… qui impliquerait de descendre plus encore jusqu’à l’oblique baissière du Porte-Voix.

Les cycles boursiers montrent une succession de vagues, avec des hauts et des bas, nous venons de faire une forte vague de hausse, qui logiquement devrait être suivie d’une vague de baisse, d’intensité égale. Celle-ci nous ramènerait vers le bas de la figure vers 2800-3.000 points.

Cette analyse est cependant contrariée par la hausse de L’EURO, qui a cassé hier à la hausse un triangle de compression. Cette sortie haussière laisserait présager une hausse de l’Euro vers 1,328, qui a priori serait plutôt haussière pour les indices boursiers. Néanmoins, il est à noter que le « Billet du Trader » d’aujourd’hui titre « Les devises sans tendance » et enfonce le clou au début de l’article : « Si on devait résumer la situation sur le forex, ce serait facile, ça tient en deux mots : visibilité nulle« .

L’auteur, Jérome Revillier, reste vendeur sous 1,3180 mais s’avoue méfiant.

ARGENT

Après avoir vaincu la résistance baissière qui a contraint les cours depuis mai 2011, l’argent a buté sur la résistance à 35$ défendue par JPM. Les cours prennent une respiration et vont probablement venir prendre appui sur leurs moyennes mobiles, soit à 20 semaines, soit idéalement à 100 semaines.

Pourquoi idéalement ? Parce que cette MM100 correspond exactement à la résistance rouge ci-dessous, qui a bloqué la hausse plus d’un an. Ce pull-back sur la résistance devenue support complèterait parfaitement cette figure de consolidation classique. Ce retracement serait fortement haussier.

Voici un graphe de l’argent en mensuel, qui est une version optimiste et doit être confronté dans les semaines qui viennent à la réalité, avant d’être validé.

Le prochain plus bas devrait valider le bas du canal et nous donnerait des indications précieuses sur la hausse à venir. Ce canal ne considère pas l’Argent comme une valeur industrielle ou un métal de base, mais tient compte de son rôle monétaire souhaité par la Chine, probablement soutenue dans cette voie par les pays producteurs de minerais argentifères (Australie, Bolivie, Mexique, Pérou, Chili, Argentine, Pologne, Russie, Canada,… ). Ce nouveau canal haussier (s’il est validé) a évidemment tout à voir avec le souhait exprimé par le gouverneur de la Banque Centrale Chinoise en mars 2009 de mettre en place le BANCOR. Essai monétaire, que vous trouverez in extenso sur le site de la BIS de Bâle, ce qui, en soi, montre l’importance donnée à ce document par la Banque Centrale des Banques Centrales.

Pour mémoire, s’il en était besoin pour les nouveaux venus, je vous rappelle que je défends cette thèse dans un livre, mis à jour ces dernières semaines pour une réédition et qui s’appuie sur une connaissance approfondie de l’Histoire de l’Argent à travers les siècles.

CITIGROUP

Pour revenir à l’Actualité brûlante de ces dernières semaines, il est intéressant de noter que JPM aurait entrepris de passer le relais de sa position short sur l’argent à un nouveau venu, probablement pour contourner la loi sur les positions dominantes, en divisant cette position sur plusieurs têtes. Le nouveau venu serait CITIGROUP.

Bix Weir relève sur les relevés trimestriels de l’OCC, que la position short sur l’argent de Citigroup a été massivement augmentée sur les 3 derniers trimestres.

1er janvier 2012 $44 millions
31 mars 2012 $5.700 millions
30 juin 2012 $9.500 millions

(Photo de mon livre prise en Inde par  Ed Thomas, un lecteur britannique)

Le Président de Citigroup, Vikram Pandit, et son numéro 2, John Havens, ont  démissionné brutalement hier avec effet immédiat, surprenant le microcosme de Wall Street. La Banque venait de publier des résultats trimestriels considérés comme très solides, qui avaient amené l’action à prendre 5% dans la journée.

Citigroup est la deuxième banque américaine derrière JPM et loin devant Goldman Sachs.

Pandit est un financier d’origine indienne, naturalisé américain. Il a passé plus de 20 ans de sa vie chez Morgan Stanley où il a mis en place le Trading Electronique et la division prime brokerage jusqu’à devenir directeur général opérationnel. En 2006, il démissionne pour monter un hedge fund « Old Lane » avec un autre dirigeant indien de Morgan Stanley, Guru Ramakrishnan. Moins de deux ans plus tard, Citi achète le hedge Fund pour 800 Millions de $ et nomme Pandit Président  et directeur général opérationnel de Citi Alternative Investments.

Pour accéder au poste de Président de Citi, Vikram Pandit a été fortement soutenu par celui qui était alors le Président par intérim : Robert Rubin.

Robert Rubin, ex vice-président de Goldman Sachs, était très proche de Jon Corzine (le président failli de MF Global), conseiller économique de Bill Clinton et artisan de la signature du traité de coopération économique nord-américain entre les USA, le Canada et le Mexique (NAFTA) avant d’être Secrétaire du Trésor (1995). Avec Alan Greenspan, Lawrence Summers et le FMI, Rubin fit face avec le FMI en 1999 aux faillites de la Russie, de l’Amérique Latine et des « petits dragons » asiatiques, sans que l’on puisse clairement déterminer la part du pompier de celle du pyromane dans ces embroglios monétaires. Il est certain que Rubin a alors œuvré pour la toute puissance du Dollar et de l’Empire américain.

En 1997, Robert Rubin et Alan Greenspan se sont fortement opposé à ce que le CFTC puisse réguler de quelque manière que ce soit le marché des Produits Dérivés OTC. Ces produits ont été exclus de la Loi sur la modernisation  des futures du marché des matières premières en 2000. L’année précédente, Rubin et Lawrence Summers avaient fait supprimer la loi Glass-Seagall de 1933, séparant les activités de banque de dépôt et de banque d’affaires. Après avoir ainsi œuvré pour une liberté totale dans le Grand Casino de Wall Street, Robert Rubin fut nommé au conseil d’administration de la deuxième banque américaine : Citigroup.

Robert Rubin fut l’un des conseillers de Barack Obama.

Il est le premier responsable de la crise bancaire, monétaire et systémique actuelle.

Les conditions pour faire naître cette crise et exploser la finance internationale relèvent-elles d’une volonté et d’une stratégie, patiemment mise en place, c’est là toute la question ?

Pour en revenir à CITI, le départ de son Président remplacé par un papi de la banque de dépôt, marque peut-être le tournant de la banque pour séparer ses activités d’affaires et de dépôt et revenir ainsi vers les normes de Glass-Seagall…

————–

Si vous passez par Saint Denis du Loiret, vous pourriez croiser le jeune N.R. qui vient d’y poser son jet privé. Il passe la semaine dans une propriété qu’il vient d’acquérir et qu’il est en train de restaurer. Après avoir été au charbon, il va peut être aller aux cèpes, qui sait ?

 
38 commentaires

Publié par le 17 octobre 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 17 octobre 2012

Dès la mi septembre, nous avions proposé une petite correction sur l’indice Future CAC 40 avec comme supports 3390-3350 points. Ce dernier n’a pas été cassé et le rebond a eu lieu vers 3430-3450 : la résistance. Toujours pas de catastrophisme pour l’instant…

Les élections américaines approchent et il faut garder la vitrine sur pieds. La rupture de la résistance des 3530 libérerait un nouveau petit potentiel vers 3600-3650 points.
Une belle configuration en tête épaules datant de fin juillet est en train de se former sans aucune garantie de validité s’il faut garder la vitrine.

En effet, la rupture des 3600 et 3650 points donnerait peut-être même un potentiel vers 3800-3870 points. (tout dépendra du E-mini SP 500).

Pour valider ces conditions de hausse rupture des 3530 points etc…il faudra également que l’indice E-mini SP 500 franchisse les 1470 puis 1484 points. Dans le cas contraire, l’indice Future CAC 40 consoliderait pour valider probablement la dernière épaule. Ainsi, l’indice pourrait retourner vers 3350 points puis casser pour approcher les 3100 points. (Logiquement après les élections ce qui est relativement proche). Nous serons rapidement fixés.

Il faut du temps et pour prendre contractuellement l’or Grec en garantie, il aura fallut environ 3 ans. C’était une première expérience, un laboratoire comme l’avait évoqué Chistian de Saint Etienne.

Désormais nous pouvons estimer qu’il faudra encore la même durée pour l’intégralité des autres pays européens. Comme évoqué dans un article précédent, il faut plus d’Europe.

Cela ne changera rien pour les banques Espagnoles (le fond reste baissier) même si les cours ont rebondi sur les premiers paliers.
Pour Bankia, nous surveillons toujours les 0.9-0.7-0.5 euro et Bankinter 2.7 et 2 euros.

Pour Facebook, nous avions proposé la baisse dès le début. Le seuil des 19,5-19 dollars est très important. Sous ces seuils nous surveillons toujours 15-12 dollars.

 
45 commentaires

Publié par le 17 octobre 2012 dans Non classé

 

La finance anonyme et vagabonde veut-elle la peau de l’Espagne ?

Les démineurs des cours des actions bancaires espagnoles poursuivent inlassablement leur scénario… probablement dicté par une entité obscure… Hier matin on apprenait en effet que « Standard & Poor’s a annoncé la baisse de la note à long terme de onze banques espagnoles, et un certain nombre d’autres révisions, conséquence du déclassement la semaine dernière de la note souveraine de l’Espagne de BBB+/A-2 à BBB-/A-3. L’agence de notation a expliqué sa décision par le fait que la baisse de la note souveraine espagnole a des effets potentiellement négatifs sur l’économie du pays en général et l’activité de son secteur bancaire en particulier. En conséquence, a dit S&P dans un communiqué, toutes les banques qui bénéficiaient jusqu’à présent d’une note à long terme supérieure au BBB- de l’Espagne se sont vues déclassées. C’est notamment le cas de BBVA, CaixaBank et Santander ou Bankia. Quatre autres banques voient leur note à court terme dégradée et plusieurs sont placées sous perspective négative. S&P précise espérer terminer le mois prochain l’évaluation complète des conséquences de l’abaissement de la note souveraine de l’Espagne sur l’économie et le secteur bancaire du pays ».

Il va de soi que les mouvements déclenchés sur des points clés, donnés toujours talentueusement par Trader Noé, se confirment encore cette fois. Comment ne pas y voir une volonté manifeste de faire plier certains gouvernements, comme celui d’Espagne en vue du programme ‘accéléré’ d’UNION BANCAIRE ?

Les banquiers américains peuvent toujours annoncer que des dégradations de note des banques espagnoles vont avoir un effet certain sur une baisse probable de la note souveraine espagnole et « des effets potentiellement négatifs sur l’économie du pays en général et l’activité de son secteur bancaire en particulier ». Pourquoi mettre de l’huile sur le feu ?

A qui profite le crime ?

On remarquera, comme pour la semaine précédent le 11 Septembre 2001, des mouvements de prise de position sur les bancaires espagnoles JUSTE AVANT cette dégradation. Les points donnés par Trader Noé sont archivés pour s’y référer. Qui a enfoncé les points clés des cours des actions bancaires et qui dégrade après ? Hasard ? Non… le MARCHE.

Comment se fait-il que ces agences de notation soient restées SILENCIEUSES durant l’opération des subprimes et de l’utilisation de ce que des financiers de haute volée appelaient « des armes à neutron » ? Un banquier suisse de haut niveau nous confiait en juillet 2007 (nous l’avions alors annoncé dans la lettre LIESI) que la crise dites des subprimes était le début d’un scénario qui bouleverserait la finance internationale et que tous les pare-feux des Etats ne serviraient à rien parce que les puissances à l’origine de cette affaire voulaient « la peau des Etats » (sic). Ce banquier voyage entre Genève, Paris et New York très régulièrement et s’est vu maintes fois proposé l’adhésion à certains « clubs ».

Que voyons-nous depuis ?

Selon les derniers contacts avec cette source, les porteurs de l’immobilier ont intérêt à se préparer à de sombres jours en France. La Suisse reçoit de nombreux clients qui s’empressent de liquider leur patrimoine immobilier et cherchent à quitter « une France à la botte des marxistes et de leurs financiers » (sic). Car, rappelons-le, le sieur MARX n’eut aucun avenir sans le financement des banques de Wall Street…

 
19 commentaires

Publié par le 17 octobre 2012 dans Non classé

 

Le démoulage de François Hollande

Lors d’une conférence de presse avec le Premier Ministre espagnol Mariano Rajoy tenue le 10 octobre 2012 , François Hollande a fait un lapsus extraordinaires, révélateur de ce qu’il sait :

« La Banque Centrale a organisé un mode d’intervention permettant de comploter… de compléter le dispositif ; à partir de là, il n’y a pas d’autres conditions à poser, pas d’autres mécanismes à imaginer… »

 

François Hollande poursuit en expliquant (sans le dire bien sûr ouvertement) qu’il a pour mission d’être le clone de Nicolas Sarkozy sur le programme européen déroulé par les entités de Bruxelles. On continue… le changement ce n’est que de la comm’ pour les idiots utiles.

Ce gouvernement du ‘changement’ fut imposé par la PLOUTOCRATIE pour achever le travail de la liquidation de la classe moyenne avant l’intronisation des ENTITÉS SUPRANATIONALES surgissant sur les cendres des ETATS NATIONS.

 
54 commentaires

Publié par le 16 octobre 2012 dans Non classé

 

Menthalo – Le Klan.. non le gland Rhhlstcd dans la tempête (7)

« … dis-toi que le Grand Chêne, que je suis aujourd’hui,  a été autrefois, comme toi, un pauvre gland. » 

Lao Tseu

Quant à Jean de La Fontaine, il met en garde le Grand Chêne, comme nous l’avons appris à l’école …

…  Les vents me sont moins qu’à vous redoutables. Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu’ici contre leurs coups épouvantables résisté sans courber le dos ;
Mais attendons la fin. « Comme il disait ces mots, du bout de l’horizon accourt avec furie Le plus terrible des enfants que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L’Arbre tient bon ; le Roseau plie.  Le vent redouble ses efforts,  Et fait si bien qu’il déracine celui de qui la tête au Ciel était voisine  Et dont les pieds touchaient à l’Empire des Morts.

L’AFP du 16 octobre 2012 nous donne la suite du feuilleton indonésien.

Nathaniel Rothschild jette les gants 

JAKARTA – Le fils du baron de Rothschild, Nathaniel, a démissionné du géant du charbon Bumi, société qu’il avait fondée dans l’espoir de créer une plateforme internationale réunissant notamment les principales houillères indonésiennes, a-t-on appris mardi de sources concordantes.
La démission de M. Rothschild fait suite à une longue bataille avec l’autre homme fort de Bumi, l’Indonésien Aburizal Bakrie, un des hommes d’affaires les plus riches d’Indonésie et candidat à la future élection présidentielle en 2014. Les deux hommes sont à couteaux tirés depuis de longs mois : en novembre 2011, M. Rothschild avait rendu publique une lettre dans laquelle il réclamait un grand ménage dans les comptes de Bumi Resources, première société houillère indonésienne fondée par les frères Bakrie et dans laquelle Bumi plc détient 29%.

La missive avait été peu appréciée par M. Bakrie et M. Rothschild avait été démissionné de son poste de président du conseil d’administration de Bumi plc en mars dernier. Mais le puissant financier est revenu à l’assaut, faisant diligenter une enquête en septembre sur de possibles irrégularités financières au sein de Bumi Resources. Aburizal Bakrie avait répondu en demandant auprès du conseil d’administration de Bumi plc le divorce pur et simple entre la société londonienne et ses actifs indonésiens, ce qui consisterait notamment à annuler la participation que Bumi plc détient dans Bumi Ressources.

C’est contre ce projet que M. Rothschild entend dorénavant se lever en abandonnant son poste d’administrateur. Accepter la proposition Bakrie avant la conclusion de l’enquête sur les comptes de Bumi Resources serait une honte, estime l’héritier de la famille Rothschild dans sa lettre de démission remise au président de Bumi plc, Sami Tan. « Je suis déterminé à me battre pour les investisseurs et je peux le faire de manière plus efficace en dehors (du conseil d’administration) », ajoute-t-il dans la lettre, citée par l’agence Dow Jones.
Le groupe Bakrie a répondu avec la même dureté à la missive de M. Rothschild. Il aurait dû démissionner plus tôt… « S’il l’avait fait il y a plus de douze mois, l’action aurait grimpé et non baissé comme aujourd’hui », a estimé Christopher Fong, vice-président du groupe Bakrie, dans un courriel à l’AFP. Le titre Bumi Plc a chuté de plus de 70% en un an environ. « M. Rothschild représente une menace pour l’ensemble des actionnaires« , a ajouté M. Fong.

L’AFP se trompe. L’action a chuté de 1250 à 150 plus bas du 24 septembre, avant de rebondir à 250. Elle a perdu 80% de sa valeur en 18 mois.
Nous pourrions changer le titre de l’AFP   »Nathaniel Rothschild jette les gants »  pour BUMI jette le gland.

 
20 commentaires

Publié par le 16 octobre 2012 dans Non classé

 

Pourquoi le Comité Nobel a-t-il décerné son prix à l’UE ?

Max Keiser - L’UE est une technocratie gouvernée par des machines qui se sont associées au système financier pour aspirer tout ce que les citoyens possèdent et le donner à Bruxelles et aux banquiers ainsi qu’à la Banque Mondiale, à l’UE et à la troïka. Les machines sont primées. C’est grotesque. […] Qu’est-ce qu’ils vont faire ensuite ? A qui vont-ils le donner la prochaine fois ? A des graines génétiquement modifiées en Inde où les fermiers se suicident par milliers à cause de firmes comme Monsanto. […]

Ils veulent faire de la BCE une super-banque qui supervisera toutes les banques de la zone euro depuis Bruxelles pour garantir les avoirs toxiques et mettre toutes les dettes pourries dans une nouvelle Banque Centrale Européenne pour imposer plus d’austérité et soutirer plus d’argent aux citoyens. Ce qu’ils veulent faire est absolument catastrophique. Christine Lagarde, je suis sûr qu’elle aura le prix Nobel l’année prochaine pour avoir causé l’appauvrissement de 100 millions de personnes supplémentaires et le suicide de centaines d’autres. Allez, donnez-le à Christine Lagarde, c’est une folle génocidaire et assoiffée de sang, donnez-lui le Prix Nobel de la Paix ! […] (Source Le Grand Soir et RT.com)

 

.

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche