Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 02:34

 

Témoignages du temps de nos grands-parents (1). Appel à tous les témoins

Vie de nos aïeux :

Appel à témoignages pour blog - pour livre ?

A relayer !

 

 

 

france rurale 1900
L'ouvrage "Visages d'une France rurale" présente des images des campagnes françaises et de leurs habitants datées du début du XXe siècle. De vraies pépites historiques. Ici, dans les Landes, les animaux et les familles paysannes partagent la pièce à vivre. En 1929, une loi a interdit de faire dormir le personnel dans les mêmes pièces que les animaux. © Coll Christian Le Corre
http://www.linternaute.com/actualite/magazine/france-rurale-1900/

 

 

Bonjour !

 

Voici un récent échange de commentaires sur mon blog R-sistons.

Je lance maintenant un Appel à tous ceux et à toutes celles

qui voudraient contribuer 

au projet de faire revivre nos anciens, nos grands-parents,

à tous ceux qui ont connu la vie autrement,

eux-mêmes ou par transmission, 

tout un autre monde, finalement, dont nous avons la nostalgie..

 

Merci d'envoyer vos textes ici,

et même vos vidéos :


evaresis@yahoo.fr,

et je publierai sur ce blog pour commencer !

 

Chantal Dupille

 

1900.jpg

  http://freeriders2.over-blog.com/article-je-me-souviens-la-devise-du-quebec-va-t-elle-devenir-celle-de-nice-65305898.html

 

 

Là où les anciens étaient de vrais bon vivants, aimant faire la fête, aimant voir les autres s'amuser, solidaires. Qui aimaient la charcuterie, plein de cholestérol, de gras, le bon vin et les gnoles fabriquées maison... Et qui vivaient allègrement plus de 90 ans malgré les guerres et ses conséquences ( pour ceux qui n'éataient pas assassinés sur le champ de bataille ou indirectement). Ours des Pyrénées

 

Eva ! je voudrais m'adresser à Ours des Pyrénées ! Rien que son pseudo me le rend sympathique car je suis persuadé qu'il est pour la réintroduction de ce plantigrade dans les Pyrénées comme moi , n'en déplaise aux éleveurs de brebis qui larmoient sur le sort d'un agneau qui a été dévoré par un ours . L'agneau en question est bien vendu et j'ai rarement vu un mouton devenir centenaire ! Qu'il finisse sous les crocs d'un ours mal léché ou dans un abattoir kacher ou pas ou dans un camion de transport parcequ'il n'a pas eu à boire (je l'ai vu de mes propres yeux) je ne vois pas la différence si je me place du côté "mouton"! J'arrête là ma digression pour en revenir à son grand-père qui est devenu presque centenaire bien qu'ayant fumé comme un pompier mais vraisemblablement sans se faire enfumer ! J'ai moi aussi eu deux grands pères. L'un avait fait Verdun ; l'autre avait vu son cheval mourir sous lui à Ypres . Les deux fumaient comme des pompiers . On leur avait appris dans les tranchées comme on a appris aux soldats américains à fumer du hash quelques années plus tard au Viet Nam ! Ils ne fumaient pas de la merde de MAR........... mais du gris ! que du gris , que l'on prend dans ses doigts et que l'on roule"  ! et ils buvaient du vin ... et de l'eau de vie....pas de Ricard et pas de whysky ! surtout pas  ! Ils n'ont jamais vu le dentiste et le toubib seulement quand la faucheuse a pensé à eux ....mais il n'a rien pu faire ! Les deux ont eu leur jeunesse gâchée par cette guerre qu'on pensait la dernière. Ils ont consacré leur vie à travailler : l'un penché sur son pétrin, l'autre sur les manches de sa charrue . Ils parlaient rarement de la guerre alors qu'ils en avaient vécu deux ! Parfois je me pose la question de savoir si j'aurais eu leur courage ou si j'aurais pu fermer ma g...... ! Ahura

 

Image 4

http://passedautrefois.canalblog.com/albums/france_rurale_1900/photos/74306881-image_4.html

 

 

 

Réponses aux commentaires :

 

 

Bonjour à tous

 

Oui cet ours-là est appétissant, et la description de l'ancien temps aussi... Un ami Lecteur va mettre en place une Maison d'Edition en ligne (version papier et pdf) avec des livres à moi pour commencer, si vous voulez écrire un livre qui fleure bon le mode de vie passé, je crois qu'on sera preneur... Alors ? Cordialement, eva

 

Un Lecteur informaticien-comptable-juriste va publier (Edition en ligne, papier et pdf), ensuite, des ouvrages de moi, dont mon roman sur les gangs, sans doute un "Le monde selon eva" (regroupant mes meilleurs posts), mon autobiographie que Fayard voulait publier, etc comme non plus un roman, mais un reportage sur le sujet que je connais bien (ayant vécu sur leurs territoires), les gangs de rues. ET d'autres auteurs pourront se greffer. Notamment sur le sujet "témoignages du passé", dont j'ai eu l'idée en vous lisant, Ours, toi Ahura...

Mais évidement on peut imaginer un ouvrage collectif de témoignages du passé  croustillants comme les vôtres, il faudrait peut-être prévoir un site pour regrouper les textes et ensuite voir comment publier (droits d'auteur etc).

On va voir tout cela, pour l'instant je prépare les premiers projets, post sur Wikipedia, ma fiche à ma façon, un nouveau site officiel (mon domaine propre) regroupant tout, etc

A plus, en attendant songez à des textes comme les quelques lignes envoyées en commentaires, savoureuses, et relayez. On a tous + ou - la nostaligie d'un passé recent avec un monde plus humain.. Amitié eva

 

 

france rurale 1900 chanteuse bretonne exploits vie artisanale dentelières schlitteurs charrettes et charrons
France rurale 1900 Chanteuse bretonne Exploits Vie artisanale Dentelières Schlitteurs Charrettes et charrons

 


J'adhère à ton projet quelle qu'en soit la forme ! L'essentiel est que des témoignages du passé restent pour les générations à venir et que beaucoup de personnes y participent . Ca va être très intéressant . Nous allons apprendre plein de choses en provenance de la France profonde . Je suis impatient de lire ce que mes compatriotes vont produire .Ahura

 

----

 

A vos plumes, maintenant ! Participation de tous les témoins... Voici les premiers résultats :

 

Eva ! je constate que tu es vraiment une femme d'action et que quand tu as quelque chose dans la tête tu ne mets pas une éternité pour le concrétiser . Donc tu as lancé le projet de témoignages du temps passé dans la nuit . Je souhaite qu'il y ait beaucoup de personnes qui se lancent dans l'aventure. Je vais récupérer des menus de conscrits (avec une vingtaine de plats) et des cartes postales chez mon fils qui est antiquaire et je te les ferai parvenir .

Toute la nuit je me suis remémoré des "tranches de vie" avec mes grands parents. Du côté paternel ils étaient agriculteurs, du côté maternel boulangers.

Chez mes grands parents agriculteurs j'ai revu la ferme qui avait appartenu à un fermier qui s'était pendu un jour de fête au village (la corde est toujours là  en bout de l'échelle
pour aider à grimper au dessus de l'écurie des chevaux afin de distribuer le foin dans les rateliers). Elle se compose d'une maison d'habitation, d'une grange abritant à une aile l'écurie des chevaux, à l'autre l'étable. A l'un des pignons de cette grande bâtisse se trouve une pompe et une énorme auge en pierre longue comme un sarkophage  où les chevaux venaient s'abreuver trois fois par jour, à l'autre un hangar pour ranger le matériel agricole et le bois de chauffage , les soues à cochon, les poulaillers et les clapiers. Tous ces bâtiments sont implantés autour d'une cour où évoluent des poules, des dindes, des canards et des pintades et d'un jardin clôt où poussent des herbes aromatiques (thym, laurier, ciboulette, persil et oseille), des fraisiers, des frambosiers, des carottes, des haricots, des petits pois, des choux, des salades, des radis  etc ...Derrière cet ensemble s'étend sur un hectare ce qu'on appelait le "mée"(je ne garantis pas l'orthographe). Sur ce terrain partagé en deux par une rangée d'arbres fruitiers (pommiers, poiriers, cerisiers, pruniers) mon grand-père plantait des pommes de terre , des betteraves fourragères pour les chevaux et les lapins, de la luzerne et du chanvre pour mes tourterelles. J'ai oublié le tas de fumier implanté vers les soues à cochon où je revois un magnifique coq au plumage somptueux . Il symbolisait bien les français d'aujourd'hui qui chantent alors qu'ils ont les pieds dans la m.....).

Voilà le décor planté maintenant il me reste à vous raconter des scènes qui s'y sont déroulées. Je vais commencer par le battoir . Ce mot désigne à la fois la machine et l'évènement . La machine appartenait à la famille LOUILLAT . Elle se déplaçait de ferme en ferme avec la main d'oeuvre indispensable à son fonctionnement : 4 ou 5 hommes qui munis de fourches à 3 dents tendaient les gerbes entreposées dans les "châs" pendant la moisson, vers le haut de la machine en direction de celui qui coupait les ficelles et de celui qui étalait la gerbe vers la "gueule" de la machine. Devant celle-ci il y avait encore 2ou 3 ouvriers : un pour mettre les sacs qui recueillaient le grain et deux pour monter les dits sacs au grenier. Derrière la machine, à la presse 2ou 3 hommes récupéraient les bottes de paille qui serviraient de litière au bétail et la "bouffe" 'l'enveloppe des grains de blé, d'orge ou d'avoine)qui serait incorporée au repas des vaches durant l'hiver.

 

Je revois ces journées de dur labeur et de fête comme si j'y étais. Je revois le préposé à la mise en route de la machine le matin vers 5h 30 s'acharner sur la manivelle (capable par un retour de te briser l'avant bras) qui permettait de mettre en route le tracteur "Société Française" de Vierzon dont la poulie transmettait par un longue courroie son énérgie à la poulie de la batteuse. La formidable explosion qui ponctuait la mise en route du tracteur donnait le signal du départ aux ouvriers qui avalait d"une gorgée leurs dernier verre de gnôle avant de rejoindre leurs poste de travail et à partir de ce moment c'était une véritable fourmilière qui se mettait au travail, chaque membre avait sa spécialité . Je me revois enfant porter à boire à ces hommes suants, habillés d'un pantalon de toile ou de velours , d'un "marcel" ou d'une chemise et d'un foulard autour du coup pour éviter les démangeaisons dûes aux barbes d'orge et une casquette ou un bérêt vissé sur le crâne. Je les revois : le "Braillard" maigre comme un clou mais toujours volontaire pour porter les sacs et qui couchait parfois sous la machine car incapable de rentrer chez lui et ayant trop peur de ne pas être là le lendemain, "Saverio" un italien qui chantait jusqu'à l'extension des feux , le "Badaud", le "Coucou" ,le "Milo" etc . Je les revois en train de s'affairer dans unn bruit d'enfer, dans une chaleur étouffante puis discuter haut et fort tout en mangeant et en buvant, tenez vous bien, du Pommard tiré au tonneau puis après le café la "goutte" (de la prune distillée quelques années auparavant). J'ai essayé de me rappelar ce qu'il y avait aux menus des différents repas : du poisson (mais pas plus de deux fois... c'était une exigence des ouvriers) , de la viande de cochon, de la volaille, du gibier et des légumes du jardin, de la salade, des fruits et du fromage, le tout copieusement arrosé faisant mentir le proverbe qui affirme qu'un veau qui tète bien n'a pas besoin de manger !... Ahura.

 

Ou encore :


http://ruminanc.blogspot.fr/2011/11/les-lavandieres.html

http://ruminanc.blogspot.fr/2011/04/la-coussotte.html

http://ruminanc.blogspot.fr/2011/02/college-college.html

http://ruminanc.blogspot.fr/2011/01/retour-aux-sources.html

http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/mai_4010.jpg

1940, les chevaux réquisitionnés, les anciens et les femmes dressaient vaches et bœufs pour continuer le travail

http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/battag10.jpg

scène de battages années 50

http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/petit_10.jpg

1920 : le petit train à voie étroite passe toujours, pendant que les paysans transportent en barques le bois de chauffage en hiver. .

 

A suivre....

 

.

Partager cet article

Published by Eva R-sistons - dans Initiatives citoyennes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche