Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2010 5 03 /12 /décembre /2010 04:47

 

« La crise grecque révèle une zone euro à deux vitesses »
http://www.cafebabel.fr/article/33509/la-crise-grecque-revele-une-zone-euro-a-2-vitesses.html
.

ARTE Journal - 2 décembre 2010

Vers une zone euro à 2 vitesses ?

Le sauvetage de l'Irlande n'a pas calmé les attaques sur l'euro.

D'autres maillons faibles

Les 27 ont adopté dimanche dernier le plan de 85 milliards d'euros pour sauver l'Irlande. Après la Grèce au printemps dernier, l'ancien Tigre celtique est donc le 2e pays de la zone euro à bénéficier de cette aide. Toutefois, le sauvetage de Dublin n'a pas suffi à rassurer les marchés. Les spéculations ont continué autour d'une possible contagion de la crise de la dette à d'autres pays fortement endettés : le Portugal et l'Espagne d'abord...mais on évoque aussi l'Italie, la Belgique et pourquoi pas la France. Lisbonne a répliqué en adoptant un plan d'austérité sans précédent, le 3e du nom. Madrid assure que tout va bien et lance un vaste plan de privatisations pour alléger sa dette publique. Rome se défend d'avoir besoin d'aide et Paris clame à tout va que ses finances sont solides et méritent bien sa note AAA.


Malgré ces dénégations, les marchés ont continué de dégringoler, anticipant une nouvelle défaillance dans la zone euro. Aujourd'hui encore, Dominique Strauss-Kahn a dit qu'il ne fallait pas « sous-estimer l'importance de la crise de la dette européenne ». Selon lui, plusieurs pays européens doivent réduire leur déficit public pour éviter une situation difficile. "Même de petites économies peuvent causer beaucoup de dommages".

Alors pourquoi cette crise de confiance ?

Selon les experts, ce qui fait flancher les marchés, c'est une décision adoptée par les ministres de l'Economie des 27, et sur pression de l'Allemagne, censée calmer le jeu. A savoir, la création d'un fonds d'aide permanent à partir de 2013, quand l'actuel fonds d'aide européen sera arrivé à échéance. Cette mesure stipule qu'à partir de 2013, si un Etat ne peut plus rembourser ses dettes, l'Europe ne sera plus la seule à jouer les pompiers. Les banques et les investisseurs privés seront aussi mis à contribution, autremement dit, ils devront aussi passer à la caisse. L'Union a donc levé un tabou en reconnaissant qu'un Etat européen pouvait faire faillite. Ce qui veut dire que cet Etat demanderait une restructuration de sa dette, c'est-à-dire d'étaler ses remboursements dans le temps, voire de les réduire. Conséquence : les banques et autres investisseurs qui auraient prêté de l'argent à cet Etat pourraient perdre une partie de leur mise. Et perdre de l'argent, c'est précisemment ce que détestent les marchés et les banques qui détiennent une partie de la dette grecque, irlandaise, portugaise, etc...


Une zone euro qui se disloque

Aujourd'hui, l'écart entre les différents taux d'intérêts ne cesse de se creuser. Quand elle emprunte, l'Allemagne paye un taux d'intérêt de 2,6% tandis que ces taux flambent pour des pays à la santé plus fragile, comme l'Italie, la Belgique ou l'Espagne qui paie 5,4%. De fait, les marchés dessinent les contours d'une zone euro à 2 vitesses. Ils sont en train de reconstituer une « zone mark ». Un état de fait qui vient soutenir les propos très provocateurs de certains analystes financiers qui décrètent que les maillons faibles doivent sortir de la zone euro. Une thèse que défend notamment Hans-Olaf Henkel, l'ex-chef du BDI, le Medef allemand.

Quoi faire face à l'urgence ?

Là, les avis divergent. Christine Lagarde affirme que "les Européens sont déterminés à défendre leur monnaie et la zone euro ». La ministre de l'Economie met en avant le principe de solidarité qui prévaut au sein de l'Eurozone. D'autres avancent des mesures plus radicales pour éteindre l'incendie et parlent de renforcer l'Europe politique.

  • L'économiste belge Paul de Grauwe propose de transformer l'actuel Fonds de stabilité de la zone euro en un véritable Fonds monétaire européen car il faut « une assistance mutuelle en temps de crise ». L'idée est de faire payer les pays dont les déficits dérapent et de verser des aides à ceux qui sont en crise en échange de conditions strictes (NB Eva: Les peuples paieront pour les Banques). Ce Fonds pourrait aussi organiser un défaut de paiement d'un pays de la zone euro.
  • Guy Verhofstadt va plus loin. Pour l'eurodéputé, "Il n'existe nulle part ailleurs, à travers le monde, une devise unique sans gouvernement unique". Lui plaide pour des transferts de compétences afin de créer un véritable pouvoir économique européen et un "marchéunique des obligations en euros". L'hypothèse d'emprunts lancés en commun par plusieurs Etats pour mutualiser les risques a été jusqu'ici toujours rejetée par l'Allemagne, qui jouit des taux obligataires les plus faibles en Europe. Berlin refuse de payer pour les autres.
  • Pour l'économiste Daniel Gros, il faut que la BCE intervienne et achète la dette publique de tous les pays concernés.
  • Enfin, pour d'autres, la priorité doit rester à l'urgence. Renforcer les fondations de la zone euro, il en sera toujours temps une fois la crise passée. "Les responsables européens devraient s'unir derrière un grand programme de redressement solidaire et responsable afin d'écarter durablement l'épée de Damoclès qui continue de menacer la zone euro", juge ainsi l'économiste Bernard Delbecque. Il suggère de renforcer l'actuel Fonds de stabilitéde la zone euro, dotéde 440 milliards d'euros.


http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/arte-journal/3575382.html


MF, 02.12.2010 (sources AFP, Le Monde, Les Echos, le Figaro)

Partager cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche