Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 août 2010 7 29 /08 /août /2010 00:19

retraites-la-fin--j.jpg 

Appel «Retraites, Chômage : Arrêtons la désinformation !»


 

Le chômage de masse, la précarité, le déficit des retraites, de la santé, du budget de l’Etat, ne sont que les multiples symptômes d’une même maladie. Celle de l’explosion des inégalités au cours des 30 dernières années, suite aux dérégulations qui ont laissé le champ libre à la goinfrerie sans bornes des dirigeants des grands groupes financiers et de leurs principaux actionnaires.

Nous sommes des syndicalistes, des salariés, des économistes, des sociologues, des retraités. Les retraites et le chômage concernent toutes les générations. La désinformation permanente sur ces deux dossiers, volontaire ou involontaire, est dangereuse pour notre démocratie. Ensemble nous souhaitons ouvrir une brèche dans ce mur de la désinformation.

Nous n’acceptons pas que les jeunes soient les premières victimes de la prochaine « réforme » des retraites. Repousser l’âge minimal de départ à la retraite ou augmenter le nombre d’annuités nécessaires aggraverait encore le chômage des jeunes qui est déjà de 24% parmi les jeunes « actifs ». Le chômage étant ce qu’il est, mieux vaut un senior de 60 ans à la retraite qu’un jeune de 23 ans au chômage. Nous n’acceptons pas que les femmes, déjà lourdement pénalisées tout au long de leur vie au travail (salaires inférieurs, temps partiels imposés...) le soient encore au moment de prendre leur retraite (manque d’annuités…). Nous n’acceptons pas que la France se dirige vers un système de retraites à l’anglo-saxonne basé sur l’individualisme et la logique financière.

Nous n’acceptons pas l’idéologie du « travailler toujours plus » qui accentue les inégalités et peut conduire, parfois, aux pires extrémités. Nous n’acceptons pas la répartition actuelle des patrimoines et des revenus. Des « réformes » irresponsables ont déjà été mises en œuvre. En 2007, le gouvernement a encouragé les heures supplémentaires, en les exonérant de cotisations sociales. En 2008, il a autorisé le cumul d’une retraite à taux plein et d’un salaire à temps complet ou partiel, sans limite de revenus.

Le chômage de masse est la cause des déficits sociaux et de la crise

Le chômage de masse n’est rien d’autre qu’une répartition imposée du temps de travail, entre ceux qui se ruinent la santé au travail et ceux qui n’ont pas d’emploi, ou seulement des petits boulots précaires. La persistance d’un chômage élevé depuis 30 ans a instauré un rapport de force défavorable aux salariés et conduit à une répartition intenable des richesses créées (60 % pour les salaires, 40 % pour les profits). La répartition autoritaire et imposée du temps de travail est donc la cause première de la crise.

C’est ce qu’expliquait en novembre 2008 l’économiste Michel Aglietta dans La crise d’un modèle de croissance inégalitaire

«  Les évolutions des salaires réels et de la productivité ont été déconnectées, entraînant une modification de la répartition des revenus. Comment entretenir dans ces conditions la croissance dans les pays riches ? Il a fallu déconnecter la dépense et le revenu, en stimulant la consommation par le crédit. [...] La croissance ne pouvant plus être dopée par l’endettement, il va falloir que le revenu salarial se remette à progresser en ligne avec la productivité. Pour le dire autrement, le degré d’inégalité atteint dans les sociétés occidentales est devenu un frein à la croissance. [...] Il faudra revenir sur les cadeaux fiscaux systématiques qui ont été faits aux plus riches pendant des années.  »

Expliquer, proposer

Nous devons expliquer aux « 18 – 45 ans », que seul un système de retraite intégralement par répartition et à prestations définies peut leur garantir, le moment venu, une pension de retraite correcte. En effet, la caractéristique principale de la retraite par répartition est sa sécurité, puisque son financement repose sur un indice peu aléatoire, la masse salariale globale. Dans 30 ou 40 ans, il y aura toujours des dizaines de millions d’actifs qui cotiseront pour payer les retraites.

Nous appelons chacun à exiger que toutes les propositions de financement des retraites soient débattues dans la transparence. Par exemple :

- suppression des avantages fiscaux et sociaux accordés à l’épargne salariale par capitalisation
- suppression de quelques autres exonérations sociales et fiscales puisque leur montant total s’élève à 140 milliards d’euros par an (Libération du 28 janvier)
- cotisations sociales sur l’ensemble des revenus liés aux salaires (intéressement, participation, primes diverses, stock-options …)
- élargissement de l’assiette des cotisations à l’ensemble de la valeur ajoutée des entreprises et aux revenus des placements financiers
- augmentation de la progressivité de l’impôt sur le revenu
- les 10 milliards d’euros versés chaque année dans les systèmes d’épargne retraite en capitalisation devraient dorénavant être versées pour la répartition
- pas de pension inférieure au Smic. Indexation des pensions sur l’évolution des salaires


Nous appelons chacun à exiger une autre répartition du temps de travail. Par exemple :

- abrogation des exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires
- rétablissement des contingents annuels autorisés d’heures supplémentaires
- majoration des cotisations chômage sur les heures dépassant les 1600 heures annuelles
- incitations au retour à 35 heures et à la semaine de 4 jours
- suite à la démolition de la loi sur les 35 heures, plus de 2 millions de salariés subissent le contrat de travail en jours, sans aucune référence horaire, avec tous les dangers en termes de santé et d’emploi. Arrêtons cette dérégulation qui se justifie au plus pour quelques dizaines de milliers de cadres
- hormis pour ceux ayant de faibles pensions, le revenu cumulé d’une pension et d’un salaire ne devrait pas être supérieur au dernier salaire d’activité à temps complet

En 2006, c’est ensemble (jeunes, étudiants, salariés, retraités …) que nous avons empêché la généralisation de la précarité que le gouvernement voulait nous imposer avec le CPE.

En 2010, c’est ensemble (jeunes, étudiants, salariés, retraités …) que nous défendrons le droit de chacun à un véritable emploi et le droit à une retraite par répartition à prestations définies.

 

 

http://sos-crise.over-blog.com/ext/http://www.retraites-enjeux-debats.org/

 

Retraites
Chômage
Temps de travail

 

Repost 0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 22:35


sarkozy-le-mde-juif-et-i-livre-j.jpgSarko_Juifs_1.jpg

P.E. Blanrue: http://sarkozyisraeletlesjuifs.blogspot.com/

“La France est-elle devenue un pays aligné sur la politique israélienne ?”

Par : YOUCEF FERHI (*), Liberté, 28 août 2010,
L’historien Paul-Eric Blanrue, décrit dans cet ouvrage publié en Belgique, les liens qu’entretient l’actuel président français avec Israël. Il se demande si “la France est devenu un pays aligné sur la politique israélienne”, et révèle que le débat sur les relations avec Israël est devenu un tabou.
Il y a un an, paraissait en Belgique le livre de Paul-Éric Blanrue, Sarkozy, Israël et les Juifs, aux éditions Oser Dire, après avoir été refusé par les maisons d’édition françaises.


Ce livre sera aussitôt mis à l’index en France.


Dans “Le mot de l’éditeur”, Marco Pietteur écrit : “Ah, si j’avais écouté mon épouse — “tu vas encore t’attirer des ennuis !” —, je n’aurais pas édité ce livre qui dénonce ‘une complaisance certaine du pouvoir sarkoziste pour la politique radicale israélienne qu’il ne conviendrait plus aujourd’hui de critiquer trop ouvertement en France’.”
Le livre de P. E. Blanrue nous rappelle le De Gaulle, Israël et les Juifs, de Raymond Aron, publié en 1968, et dans le quel celui-ci prenait à partie De Gaulle “jugeant néfaste pour les Juifs de France la politique que celui-ci menait vis-à-vis d’Israël”.
Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy, “qui se réclame du gaullisme”, a mis en œuvre — en prônant désormais la défense inconditionnelle d’Israël — une politique qui est l’image inversée de celle du fondateur de la Ve République, convaincu que “l’établissement de l’État d’Israël est le miracle du XXe siècle”.
“La France est-elle devenue un pays aligné sur la politique israélienne ?” se demande l’auteur. Tout débat sur les relations avec Israël est devenu tabou. Le fait de rendre équivalents l’antisionisme et l’antisémitisme et la peur d’être rangé à vie dans l’une ou l’autre catégorie créent un sentiment de malaise et de culpabilité qui “tue les meilleures âmes”.

Existe-t-il un lobby juif ? Oui, si l’on se réfère à Mitterrand, président de la République qui fit allusion, devant l’académicien Jean d’Ormesson, à “l’influence puissante et nocive du lobby juif”. Oui, encore si l’on en croit le Premier ministre Raymond Barre qui déclara sur France-Culture le 1er mars 2007 :“Le lobby juif — pas seulement en ce qui me concerne — est capable de monter des opérations qui sont indignes.”
Il serait plus honnête de parler de lobby sioniste parce que tous les Juifs ne sont pas des sionistes. Certains s’arrogent le droit de parler au nom de tous les Juifs, et l’un de ceux-là est, sans conteste, Nicolas Sarkozy. N’est-ce pas lui qui a écrit en 2004 dans son livre, La République, les religions, l’espérance : “Dois-je rappeler l’attachement viscéral de tout Juif de France à Israël comme une seconde mère patrie ?”
Le 24 juin 2007, à l’occasion de la Journée de Jérusalem organisée par le Centre culturel juif à Montpellier, Georges Frêche, président du conseil régional du Languedoc-Roussillon, déclarait : “Moi, je me souviens d’être allé à Tiberiade lors de la guerre des six jours (1967), et c’est là que je me suis fait un ami. Je vais vous dire qui c’est : Nicolas sarkozy ! Hé oui, car on n’est pas du même bord mais pour Israël, on est du même bord ! Et je suis ravi que pour la première fois, la France ait élu au suffrage universel direct un Juif président de la République.”
Au journaliste Michel Denisot de Canal+ Sarkozy déclarait : “Je suis catholique mais je me sens proche de la communauté juive” du fait, peut-être, que son grand père était d’origine juive ?

C’est à Neuilly, “l’une des villes les plus riches de France”, qui abrite une importante communauté juive forte de 10 000 âmes qui se concentre dans le quartier Bagatelle Saint-James, appelé aussi le “ghetto du Gotha”, que Sarkozy va se lancer dans la “boulitique”. Adeline Fleury et Pauline Revenaz, dans leur livre consacré à la “sarkosie”, soulignent : “Depuis son accession à la mairie de Neuilly, Nicolas Sarkozy a toujours œuvré à ce que les Juifs de Neuilly ne manquent de rien...” Il sera de toutes les fêtes juives.

Son engagement pour Israël ira crescendo. Ce qui fera dire à Israël Singer du Congrès juif mondial, décoré le 3 mai 2004 à Paris de la légion d’honneur par Sarkozy, que “les déclarations de Nicolas Sarkozy sur l’antisémitisme, la lutte contre l’islamisme et les positions en faveur d’Israël... sont telles qu’elles pourraient avoir été faites par un leader d’une organisation juive”.
Sarkozy ira si loin dans l’apologie du sionisme qu’il deviendra un modèle pour certains ultra-sionistes américains. Il sera le chouchou de tous les lobbys sionistes américains. Il sera, en novembre 2007, au cours d’un déjeuner, honoré par l’AJC (Américain Jeuish Committee) qui lui remet la prestigieuse ligth unto the nations award (phare du monde), réservée aux chefs d'État exceptionnels, avec cette inscription “...en reconnaissance de votre amitié dévouée avec les États-Unis, Israël et le peuple juif”. Un an plus tard, en septembre 2008, il recevait de la pro-israélienne fondation Elie-Wiesel le prix “The humanitarian award.” Après “Sarko l’Américain”, c’est “Sarko l’Israélien” qui entre en scène. Le soir même de son élection à la présidence le 6 mai 2007, il lançait son projet d’union méditerranéenne sans dévoiler ses véritables objectifs. Mais en décembre 2007, Bernard Kouchner, ministre français des Affaires étrangères, excluait que l’UPM puisse s’édifier sans Israël bien que ce pays ne respecte pas le droit international.
Le relais de l’entreprise de diabolisation d’Israël contre le Soudan à travers “Urgence Darfour” va être pris par Sarkozy et son ministre des AE qui vont initier, avec la bénédiction de Washington, le 25 juin 2007, une réunion internationale sur le Darfour. Il est à souligner que le chef d’accusation de génocide contre le président Omar al-Bachir sous le coup d’un mandat d’arrêt internationale ne fut pas retenu par le CPI (Cour pénal internationale).
Alors que la Turquie attend depuis des lustres que les portes de l’Union européenne s'ouvrent à elle, Israël, avec le soutien de Paris, négociait secrètement son adhésion à l’UE, en tant qu’État membre !

De Gaulle peut se retourner dans sa tombe, Sarko a choisi son camp. Dominique Strauss-Kahn, choisi par Sarkozy comme candidat de la France à la présidence du FMI (Fonds monétaire international), n’avait-il pas affirmé en1991 : “Je considère que tout Juif de la diaspora, et donc c’est vrai en France, doit partout où il le peut apporter son aide à Israël. C’est pour ça d’ailleurs qu’il est important que les Juifs prennent des responsabilités politiques... (et sous-entendu économiques)… Au travers de l’ensemble de mes actions, j’essaie de faire en sorte que ma modeste pierre soit apportée à la construction de la terre d’Israël.” L’attitude des intellectuels juifs (pas tous) ne pouvait être mieux décrite que par la lettre de Claude Levi-Strauss à Raymond Aron, datée du 9 avril 1968 : “Certains éléments juifs de France, en profitant de leur pouvoir sur la presse écrite ou parlée et des positions acquises et en s’arrogeant le droit de s’exprimer au nom de tous les autres, se sont montrés ‘sûr d’eux-mêmes et dominateurs’... Nous avons assisté à une entreprise systématique pour manipuler l’opinion publique de ce pays. Rappelez-vous France Soir titrant sur toute la page : ‘Les Égyptiens ont attaqué’, et cela continue bien au-delà de la guerre des six jours.”
Ça continuera toujours de plus belle ! Alain Finkielkrant, celui que Sarkozy juge qu’“il fait honneur à l’intelligence française”, demeura muet sur le génocide de Gaza : 1 300 morts dont 437 enfants, 110 femmes et 123 vieillards et 5 000 blessés.
Sarkozy et le Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France) se passent le relais de la diabolisation de l’Iran. Quand l’un déclare que “le programme nucléaire de l’Iran appelle une réaction d’une extrême fermeté de toute la communauté internationale. Israël n’est pas seul”, l’autre, par la voix de son président Roger Cukierman, renchérit et “associe Mahmoud Ahmadinejad à Adolf Hitler”.

Or, le président iranien n’a jamais annoncé vouloir anéantir Israël. C’est une phrase prononcée à Téhéran le 26 octobre 2005, sortie de son contexte qui a été transformée en acte d’accusation. Cette phrase résultait d’une traduction mal intentionnée et malveillante diffusée par Reuters ainsi : “Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mercredi qu’Israël devait être rayé de la carte…”
Le pouvoir sarkozien entretient d’étroites relations avec l’association France-Israël dirigée par Rudy Salles, vice-président de l’Assemblée nationale, ainsi qu’avec le groupe d’activité parlementaire France-Israël qui compte 113 députés. L’autorité, le crédit et l’impact sur la politique étrangère de la France de ces groupes de pression tendent à museler toute pensée et toute critique d’Israël est perçue comme un signe d’antisémitisme. “Parler d’Israël avec sérénité et franchise est devenu impossible”, souligne Paul-Éric Blanrue, historien spécialisé dans les mythifications et collaborateur à la revue Historia.

“…Pour le publier (Sarkozy, Israël et les Juifs) c’est hélas non, car, outre les risques (mesurés malgré tout) de sortir ce livre, on n’aura pas une ligne de presse et encore moins de média télé ou radio, justement du fait de la mainmise de ceux dont on ne peut pas dire le nom et leurs affidés…”, extrait de la lettre d’un des éditeurs parisiens à l’auteur. Au pays des droits de l’Homme et de la liberté d’expression, tout est possible ! Un livre à se débrouiller, à lire et à méditer.
.
Y. F.
(*) Membre fondateur
de la fondation du 8-Mai-45.
Fondateur d’Algérie Actualité.

Posted by Abu-Suleyman 


 

 

Lu à l'instant sur http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15400 

 

 

Coucou,

Idem,boycot des produits,cote barre 729.

 

Liste des produits israéliens à boycotter

 

Face au drame des Palestiniens, nous ne pouvons pas faire grande chose, a part relayer les informations qui nous parviennent. Hors cela, il y a tout de même une arme en notre pouvoir, le boycott. En effet de nombreuses entreprises, israéliennes ou non, soutiennent la politique sioniste d’occupation. En voici une liste, à vous de faire le reste:

http://www.mecanopolis.org/?p=2809

 

L'idéal pour mettre a genoux le système,c'est de vivre d'Amour et d'eau fraiche!sun

Repost 0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 08:06

Inegalites--NOM-png.png

 

Alors que la rentrée annonce un chaos social et que la répression s’accélère brutalement (plus de 800′000 gardes à vue en France en 2009), il nous apparait utile, sinon même urgent, de publier une série de fiches technique sur les méthodes policières. Celle que nous présentons dans cet article concerne les principales techniques d’interrogatoire, issues d’un manuel récapitulatif lié aux « cours pratiques » d’un corps de police européen, dont nous nous sommes procuré un exemplaire.


Nul doute que, dans un proche avenir, tout individu qui contestera l’organisation sociale ou politique de son pays, et, d’avantage encore, tout groupe d’individus contraint de se déclarer dans cette catégorie sera soumis au contrôle permanent des services policiers. L’objectif des fiches que nous publierons, allant des techniques de filature aux opérations d’infiltration, est de permettre de comprendre et déjouer l’arsenal répressif mis en place par un pouvoir politique de plus en plus autoritaire, qui considère chaque citoyen comme un ennemi potentiel.

 

Mecanopolis

 

1.) L’argumentation logique

Dans le cas où la preuve de la culpabilité du suspect a été apportée, l’enquêteur peut choisir de faire appel à ses capacités de rationalisation. Le but recherché en adoptant une pareille attitude est de présenter au suspect un certain nombre de raison purement logique pour lui faire comprendre qu’il est de son propre intérêt de fournir d’avantage d’information, et que seule la conduite raisonnable qu’il puisse désormais adopter consiste à coopérer avec la police. L’enquêteur doit lui tenir ce discours en présentant les choses sur le ton d’une affaire qu’on traite et afficher un comportement qui exprime l’assurance et la volonté de mener les choses rondement. Il doit faire de façon neutre l’exposé de la situation actuelle du suspect et faire comprendre à celui-ci que l’affaire va maintenant évoluer de façon automatique, impersonnelle, en fonction de l’attitude qu’il va décider d’adopter. Il s’agit bien sur de laisser entendre au suspect qu’il bénéficiera de mesures d’indulgence et qu’il pourra « s’en tirer » plus aisément s’il se monte coopératif.

 

2.) La compréhension

Si l’enquêteur estime que le suspect ne se montrera pas indifférent à une témoignage de compréhension, il peut décider de faire jouer cette corde sensible. L’interrogatoire sera alors conduit en douceur et laissera place à des expressions de sympathie et de commisération pour le sujet qui s’est placé dans une situation semblable. L’enquêteur fera vibrer davantage encore cette corde sensible s’il évoque tout ce qui peut toucher l’affectivité du suspect : sa femme, ses parents, sa religion, sa carrière, sa santé, etc. Tandis qu’il parle au suspect, l’enquêteur doit de préférence s’assoir près de lui, voir lui témoigner à l’occasion des marques de compassion en posant sur lui ma main de façon amicale. Ce comportement à pour objet de faire naître chez le suspect des sentiments de culpabilité et d’apitoiement sur soi-même, et l’amener à rejeter sur les autres la responsabilité de ses ennuis. Ces témoignages de sympathies manifestés par l’enquêteur incitent bien souvent un suspect à se décharger de ses sentiments de culpabilité en apportant sa contribution à la suite de l’enquête.

 

3.) L’agressivité

La manière agressive consiste essentiellement pour l’enquêteur en l’adoption d’une attitude lourde de menaces, laquelle donne l’impression au suspect que celui qui l’interroge nourrit contre lui une solide animosité et doit prendre sur lui-même pour se retenir de le frapper. De nos jours, il est relativement mal aisé de décrire ce mode d’interrogatoire hérité du fameux « troisième degré » sans encourir le risque de tomber sur le coup d’une infraction aux droits civiques du suspects, raison pour laquelle ce manuel résumé restera évasif sur le sujet. L’observation de cette attitude d’agressivité peut s’intégrer dans une stratégie globale d’interrogatoire, quand les deux enquêteurs affichent un des comportements diamétralement opposés. Dans les cas semblables, celui des deux enquêteurs qui par son attitude fait ressentir de la peur au suspect peut amener ce dernier à se montrer plus coopératif avec l’autre enquêteur, celui qui se montre le plus compréhensif et le plus gentil.

 

4.) L’indifférence

Une variante de la conduite d’agressivité consiste pour celui qui interroge à témoigner au suspect une totale indifférence. En l’occurrence, l’attitude de l’enquêteur peut laisser croire au sujet que sa coopération ultérieure n’est nullement souhaitable, mais au fur et à mesure que l’interrogatoire progresse, cette éventualité doit cependant se faire jour. L’enquêteur doit donner à celui qu’il questionne l’impression que, pour sa part, il préfère le voir sévèrement condamné pour le délit qu’il a commis plutôt que de tenir compte de sa collaboration que celui-ci pourrait éventuellement apporter au déroulement de l’enquête. Là encore, cette tactique reposant sur l’indifférence qu’exploite l’un des deux enquêteurs peut-être juxtaposée à l’attitude diamétralement opposée affichée par son collègue.

 

5.) « Sauver la face »

Cette tactique consiste pour le policier chargé de l’interrogatoire à fournir au suspect une « échappatoire » psychologique qui lui permettra de se justifier d’avoir pris part à un délit. Pour cela, l’enquêteur doit faire comprendre, mais sans jamais le formuler explicitement, qu’une prise en compte attentive des raisons qui ont poussé le suspect à agir comme il l’a fait risque d’atténuer la part de responsabilité qu’il a prise dans l’activité délictueuse. En essayant systématiquement d’expliquer les conduites qui ont été celles du suspect jusqu’au moment où il a enfreint la loi, et en faisant de ces conduites les conséquences naturelles de difficultés ou d’ennuis personnels, l’enquêteur tente ainsi d’amener celui qu’il interroge à parler de l’infraction elle-même. Quelques remarques occasionnelles bien placées au cours de l’interrogatoire ont souvent pour effet de diminuer aux yeux du suspect la part de responsabilité qu’il aura prise dans l’affaire.

 

6.) Flatter la vanité

Ici l’enquêteur doit jouer sur l’orgueil, l’autocomplaisance du suspect en faisant allusion à l’intelligence requise pour mener à bien un interrogatoire tout en faisant semblant d’être impressionné par le montage d’une telle opération. Il doit feindre d’afficher un certain respect pour un individu suffisamment astucieux pour assurer la réussite d’une entreprise aussi complexe qu’aventureuse. Cette attitude de flatterie amène parfois un suspect à se glorifier de ses activités illégales et à fournir des détails supplémentaires pour impressionner davantage encore l’enquêteur.

 

7.) L’exagération

A l’effet de faire parler un suspect peu enclin à coopérer, l’officier enquêteur peut délibérément exagérer les présomptions de culpabilité qui peuvent être reconnues contre lui. Il peut par exemple laisser entendre au suspect qu’il sait parfaitement que sa part de responsabilité est beaucoup plus importante qu’elle en à l’air, afin d’amener son interlocuteur à faire l’aveu de ses activités réelles dans le but de ne pas encourir une peine plus lourde.

Il existe bien sûr d’autres méthodes d’interrogatoire que celle que nous venons d’énumérer, qui sont également connues sous d’autres appellations. Ce ne sont là que les principales techniques utilisées aujourd’hui par les forces de police. Nous sommes en train de préparer une fiche technique spéciale consacrées entièrement aux méthodes de coercition, de contrainte physique et psychologique utilisée dans les interrogatoires de police.

 

http://www.mecanopolis.org/?p=19220

 

 

pol1

 

 

A lire aussi sur ce blog:

 comprendre la marche réelle des affaires, ce que le pouvoir en place veut éviter à tout prix

 

Crise des Etats : Les pays européens pauvres privés de droit de vote à Bruxelles ?

 

Repost 0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 08:01

agric-colon-j.jpg

 

Bien commun, production pour le profit et mode de vie.

Suite d’un débat sur le "capitalisme vert" avec Susan George (1) et Cédric Durand (2) à l’Université d’été d’ ATTAC d’Arles 2010

http:// amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?article1213


Le bien commun de l’humanité passe-t-il par un changement du mode de vie dans les pays développés ? L’idée évoquée par certains écologistes de droite s’affichant tiers-mondiste est que "les riches du nord doivent réduire leur pouvoir d’achat y compris les couches moyennes inférieures". Voilà un radicalisme qui va plaire au patronat ! On ne saurait dire de façon irresponsable que les couches moyennes doivent d’emblée réduire leur pouvoir d’achat quand tout le système qui devant eux est marchandisé y compris ce qui est public. Pour vivre avec un moindre pouvoir d’achat il faut plus de biens en service public gratuit.

Une vie meilleure des peuples du Sud est une aspiration légitime. Faut-il qu’ils adoptent notre mode de production productiviste pour autant ? Ce n’est pas souhaitable.

 

Biens à obsolescence rapide.

Le capitalisme a pour spécificité de produire pour le profit quitte à produire des biens à obsolescence rapide. Auparavant une machine à laver durait quinze ans, désormais elles tombent en panne au bout de trois ans et elles sont quasiment irréparables. Aujourd’hui, on ne change pas de machine à laver pour son "look" démodé ou parce que des caractéristiques techniques supérieures apparaissent sur le marché. On achète une nouvelle machine car la précédente a cassé.

La solution n’est pas collective contre individuelle par exemple en proposant la machine à laver pour tous les habitants d’immeubles divisés en appartement. Là ou cela est possible et dans la mesure ou cela n’est pas imposé pourquoi ne pas essayer. Mais c’est une solution défaitiste qui ne combat pas la racine du mal qui est que les entreprises privées capitalistes produisent des objets à durabilité restreinte et à réparation de plus en plus impossible.

 

Dispositifs couteux à réparation impossible

Sur les automobiles l’automatisation tend d’une part à se perfectionner à un niveau élevé qui oblige souvent le remplacement de l’ensemble plutôt que le remplacement d’une partie. Cette évolution coute chère et incite à demander plus de pouvoir d’achat dans un contexte ou les transports collectifs sont chers alors que peu attractifs sur plusieurs aspects . Ce n’est pas le seul inconvénient car l’automatisation tend aussi à s’imposer au détriment des mécanismes manuels . Certaines voitures ne sont plus équipées de serrures ordinaires mais seulement de dispositifs électroniques d’ouverture à distance.

 

Pour des transports collectifs déployés et gratuits !

Ceux qui disent que la voiture doit disparaître oublient que l’on ne prend pas uniquement sa voiture par plaisir mais très souvent par nécessité (pour aller travailler ou aller voir sa famille, etc...) et que les transports collectifs n’ont pas toujours la souplesse ou le confort de l’automobile. Pour compenser les inconvénients des transports collectifs il serait bon de les rendre gratuits. Cela suppose une entreprise publique fonctionnant sur des logiques non commerciales, non marchandes (respect de valeurs d’usage et non de valeur d’échange) . Aujourd’hui la SNCF "marchandisée" tend trop à s’adresser à des clients aisés et non des usagers .

Contre le capitalisme productiviste l’alternative forte passe par la réappropriation publique puis par la démarchandisation et la démocratisation. La démocratisation est à la fois à la source du mouvement (émancipation) et en objectif à atteindre (transformation sociale). Cette démocratisation peut se faire à deux niveaux : d’une part en démocratie déléguée par introduction de représentants d’usagers spécialisés pour un champ d’activité donné, là ou une certaine expertise technique est nécessaire d’autre part en démocratie directe par intervention des citoyens sur des grands choix d’investissement.

 

Christian DELARUE

1) Leur crise, nos solutions Susan George Albin Michel 2010

2) Le capitalisme est-il indépassable ? Cédric Durand Textuel 2010


Auteur : C Delarue  - Source : http://amitie-entre-les-peuples.org/spip.php?artic...

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15359

Repost 0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 07:36
(Crédit photo : Stéphane Lavoué / M.Y.O.P.)

Mais ce qu’on mange présente plus de risques que l’air qu’on respire chez soi !

 
Interview - L'UFC-Que Choisir a trouvé l'air du domicile de la secrétaire d'Etat à l'Ecologie Chantal Jouanno bien peu sain. Et deux autres politiques sont exposés à des substances cancérigènes. Pourtant, selon le chercheur André Cicolella, le plus grave n'est pas là…

 

Pour sensibiliser les politiques à la question de la pollution

intérieure, l’UFC-Que Choisir a testé l’air au domicile de 34 parlementaires et de la secrétaire d’Etat à l’Ecologie Chantal Jouanno. Pour la majorité d’entre eux (29 tests sur 35), la qualité de l’air intérieur a été jugée mauvaise. Deux députés, Jean Mallot (PS, Allier) et Georges Colombier (UMP, Isère) respirent ainsi chez eux des taux de benzène ou de formaldéhydes, deux substances considérées comme cancérigènes, 4 fois supérieurs aux normes recommandées. Doivent-ils s’en inquiéter ? Et nous avec ? Questions posées à André Cicolella, chercheur spécialisé dans les risques sanitaires et porte-parole du Réseau Santé Environnement.

Terra eco : Les résultats obtenus par l’UFC-Que Choisir sur la qualité de l’air intérieur vous surprennent-ils ?

 

André Cicollela : « Non, ça ne me surprend pas. Ça fait plus de dix ans qu’on sait qu’il a du benzène et des formaldéhydes dans l’air intérieur de nos maisons ou bureaux, et les niveaux enregistrés sont globalement toujours les mêmes depuis l’étude publiée en 1997 sur le sujet. Pour le benzène, la norme aujourd’hui fixée, et que j’avais proposée, est de 2 microgrammes par m3 d’air. Donc, avec un taux 4 fois supérieur, à 8 microgrammes, on est incontestablement au-dessus du seuil, et on a une probabilité un peu plus élevée de développer une leucémie. Mais je serais beaucoup plus inquiet si l’on avait enregistré des taux de 200 microgrammes par m3, comme cela a été constaté par Que Choisir en 2004 sur certains bâtonnets d’encens par exemple. Quant aux formaldéhydes, des taux de 5 à 10 microgrammes par m3 peuvent aggraver des problèmes respiratoires, type asthme. »

Vous n’êtes donc pas plus inquiet que ça pour la santé des deux députés en question, qui ne vont pas mourir demain d’avoir trop respiré ces substances ?

« Non. J’insiste bien : ces pollutions-là ne sont pas du tout du même niveau que celle au bisphénol qui impacte l’ensemble de la population à un niveau dont on sait déjà qu’il affecte la santé des animaux de laboratoire. On est dans un rapport de 1 à 10 000 du point de vue du risque. Il faut bien comprendre que les normes de benzène ou de formaldéhydes sont calculées par extrapolation, elles ne sont pas coulées dans le marbre, il y toujours des incertitudes… En revanche, en ce qui concerne le bisphénol, on parle de niveau d’imprégnation, de mesures de concentration de cette substance dans le sang ou l’urine. Ça n’a rien à voir. Les Canadiens viennent d’ailleurs de publier un rapport qui révèle que 95% de leurs concitoyens sont imprégnés au bisphénol. »

En somme, vous auriez préféré qu’on demande à ces mêmes politiques de réaliser une prise de sang pour mesurer leur taux de bisphénol plutôt que de tester la qualité de leur air intérieur ?

« Oui, même si la démarche a un sens, dans la mesure où elle peut sensibiliser les élus aux problèmes réels de pollution de l’air intérieur. Mais ça montre aussi que l’UFC-Que Choisir n’a pas intégré le changement de paradigme sur les perturbateurs endocriniens : avec les bisphénol, les effets peuvent être plus forts à faible dose qu’à forte dose, et transmis aux générations futures. Nous allons d’ailleurs faire un colloque à l’Assemblée nationale sur le sujet le 14 septembre prochain pour sensibiliser les élus et la société civile. »

A propos du bisphénol A , une étude américaine a pointé cet été sa présence dans les tickets de caisse. Cela représente-t-il un risque pour les personnes qui les manipulent ?

« Ce qui compte, c’est toujours l’exposition. Il ne suffit pas de connaître les concentrations d’un produit, il faut savoir de quelle manière et à quelle fréquence nous y sommes exposés. Dans le cas du ticket de caisse, la voie d’exposition est secondaire par rapport à la voie alimentaire. Et vous reconnaîtrez qu’il est assez rare qu’on ingère des tickets de caisse. Alors qu’une boîte de conserve a toutes les chance aujourd’hui de contenir du bisphénol. »

Terra eco a récemment tenté de faire ses courses en évitant le bisphénol. Mission quasi impossible. Quels seraient vos conseils pour nos lecteurs ?

« Le problème, c’est qu’il n’existe pas d’obligation d’étiquetage actuellement. Si vous voulez absolument éviter d’ingérer du bisphénol, optez pour les récipients en verre plutôt que les conserves en aluminium ou les emballages plastiques en polycarbonate, PVC ou polystyrène. N’oubliez pas que l’exposition au bisphénol se fait principalement par l’alimentation. Côté boisson, évitez l’eau issue des grandes bombonnes en plastique et les canettes de soda. Les industriels ont systématisé des procédés d’emballage depuis les années 1970 qui font que vous avez de fortes probabilités aujourd’hui de rencontrer du bisphénol dans une canette de soda ou une conserve de viande. »

Lire ici le dossier de Terra eco sur la maison toxique

 

http://www.terra-economica.info/Air-interieur-des-politiques,12034.html

 

 

Dossier - De la cuisine à la salle de bains en passant par la chambre et le salon, nos maisons sont de vraies résidences de vacances pour substances chimiques. Une pollution invisible, longtemps négligée mais aujourd’hui pointée du doigt par de nombreux médecins.

 

Matelas, moquettes, déodorants, peintures, ordinateurs et autres poêles à frire… Les molécules chimiques se cachent partout. Résultat, on respire un « bon » air pollué à longueur de journée, car dans les pays riches, nous passons entre 80 % et 90 % de notre temps à l’intérieur. Mais plutôt que d’arrêter de respirer, on peut aussi dénicher quelques moyens de remédier à ces poisons de l’intérieur.


SOMMAIRE

1/3 Pollutions intérieures  : 24 heures chrono Première partie de notre journée avec ces pollutions invisibles. On démarre la matinée avec le shampooing décapant, l’ordi à retardateur de flammes bromé, et le détergent surpuissant pour l’achever au marché à coups de pesticides.

2/3 Pollutions intérieures  : 24 heures chrono On poursuit notre toxique carnet de bord dès midi, poêle à la main. Puis on se détend avec un peu d’encens contre les mauvaises odeurs et un bon CD. Mais la deuxième partie de notre journée ne se révèle guère plus reluisante que son début, à moins de suivre quelques conseils avisés.

3/3 Pollutions intérieures : 24 heures chrono On termine ce marathon de la pollution intérieure par un bon dîner entre amis, mais aussi avec quelques incrustes pas nocifs : papillotes de POP, peintures bourrées de COV, moquettes à toluène… Là encore, les astuces existent pour se débarrasser des intrus.

Comment la chimie a endormi l’Europe A l’origine, Reach était riche de promesses. Pourtant, en 2006, quand elle est signée, la directive européenne est méconnaissable. Que lui est-il arrivé entre temps ? Plongée dans les lobbies de l’industrie chimique.

Les sources de l’enquête sur les pollutions de la maison Les sources et références scientifiques utilisées pour mener l’enquête de ce dossier sur les pollutions intérieures.

 

 

 

 

http://www.terra-economica.info/Maison-toxique-comment-s-en-sortir,5646.html

 

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Alerte - danger ! - SOS
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 07:16
Propagande médiatique, politique, idéologique

Déclassification de l’enquête sénatoriale sur le lobby sioniste aux USA (1963)


 

Déclassification de l’enquête sénatoriale sur le lobby sioniste aux USA (1963)
L’enquête réalisée en 1962-63 par la Commission des Affaires étrangères du Sénat des Etats-Unis sur le lobby pro-israélien dans les médias vient d’être déclassifiée à la demande de l’Institute for Research Middle Eastern Policy. Cette enquête faisait suite aux interventions de l’Attorney général des Etats-Unis, Robert F. Kennedy, pour contraindre les lobbyistes israéliens à se dévoiler.
Elle établit que le gouvernement israélien, via l’Agence juive, finançait l’American Zionist Council afin de corrompre des journalistes et de « planter » des articles de propagande dans les grands médias US (Reader’s Digest, Saturday Evening Post, Life, The Atlantic…).
A l’époque, les campagne visaient principalement à dénier l’existence du programme nucléaire militaire israélien et à faire accroire que les réfugiés palestiniens renonceraient à leur droit inaliénable au retour pour se fondre à terme parmi les autres populations arabes.
Au cours de l’enquête, le gouvernement israélien réforma son système de propagande aux Etats-Unis. Il mit en sommeil l’AZC, qui avait violé plusieurs lois fédérales, et lui substitua l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), qui continua ses activités sous un montage juridique plus approprié.

Part 1 : http://www.voltairenet.org/IMG/pdf/...
Part 2 : http://irmep.org/ila/Senate/Part2.pdf
Part 3 : http://irmep.org/ila/Senate/Part3.pdf
Part 4 : http://irmep.org/ila/Senate/Part4.pdf


Vendredi 27 Août 2010


http://www.egaliteetreconciliation.fr/Declassification-de-l-enquete-senatoriale-sur-le-lobby-sioniste-aux-USA-1963-3932.html http://www.egaliteetreconciliation.fr/Declassification-de-l-enquete-senatoriale-sur-le-lobby-sioniste-aux-USA-

 

http://www.alterinfo.net/Declassification-de-l-enquete-senatoriale-sur-le-lobby-sioniste-aux-USA-1963_a49394.html?com#com_1540754

 

 

1963-3932.html

Repost 0
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 06:59

Un vaccin anti-fertilité financé par la Fondation Rockefeller et la Banque Mondiale

 

 

27 août 2010

 

En plus du rapport récent du site www.prisonplanet.com sur les vaccins mis au point pour la réduction massive de la fécondité, efforts déployés par la Fondation Rockefeller dans les années 1960 pour un vaccin "anti-fertilité", une série de documents font surface prouvant hors de tout doute que les Nations-Unies, la Banque Mondiale et l'Organisation Mondiale de la Santé sont impliqués dans le développement de ce type de vaccin pour la régulation de la fécondité. 

 

Seulement quatre ans après que la Fondation Rockefeller ait libéré un financement massif pour des opérations de développement d'un vaccin "anti-fertilité", un groupe de travail a été créé sous les auspices de l'Organisation Mondiale de la Santé, de la Banque Mondiale et des Nations-Unis (via le "U.N. Population Fund").

 

Selon un des membres de ce groupe de travail, la recherche clinique vise à développer un vaccin pour le contrôle des naissances.  Ces études ont impliqué l'utilisation de procédés avancés de chimie des peptides, de technologies d'hybridation et de génétique moléculaire et d'une série d'autres approches dans le domaine de la vaccinologie.  Le résultat de cette collaboration internationale est le prototype d'un vaccin "anti-HGG" qui fait maintenant l'objet de tests cliniques, laissant planer  la possibilité d'un nouveau programme de "planning familial" d'ici la fin de la décennie.

 

Pour lire l'ensemble de l'article, ceci étant qu'un bref résumé, ainsi que de nombreuses références se rapportant aux nouveaux procédés de contrôle des naissances:

http://www.prisonplanet.com/conclusive-global-distribution-of-rockefeller-funded-anti-fertility-vaccine-coordinated-by-who.html

 

Qu'est-ce que le "planning familial" tel que vu par l'élite de notre monde (Rockfeller, Rothschild, Banque Mondiale, etc.)?

 

C'est de l'eugénisme pur et dur, un contrôle sur la quantité et la qualité des "hommes de demain" (totalement contrôlés par l'élite mondiale) qui peupleront le "nouveau monde" (le "nouvel ordre mondial").  Le "planning familial" est un concept prenant ses racines dans l'occultisme et le nouvel-âge.  Il s'inscrit à l'intérieur de visées génétiques, le transhumanisme, où les hommes seront créés "à l'image de la perfection divine".  C'est une ambition purement diabolique puisque le contrôle des naissances vise à diminuer la population mondiale par la famine, la maladie, la guerre et le meurtre (vaccins, armes biologiques comme le sida, etc.)...

 

Voir l'article:

Le WWF exige la réduction de la population mondiale

http://www.solidariteetprogres.org/article4768.html

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=954969

 

 

Sur ce blog également,

 

Le "i-dosing": une drogue digitale qui pourrait avoir des effets dévastateurs sur le cerveau

.

.
 

 

Depuis quelques années, des sites internet mettent en vente des fichiers MP3 censés reproduire l'effet de différentes drogues. Sur YouTube, des dizaines de vidéos toutes plus spectaculaires les unes que les autres attestent de l'effet massif de ces « drogues digitales » également appelées « i-doses ».   Il s'agit en fait d'un MP3  qui agit avec des algorithmes de compression audio.

 

Techniquement, le principe est celui du battement binaural qui aurait été découvert en 1839 en Allemagne. En gros, le fait d'entendre deux sons de fréquence légérement différente dans chaque oreille produirait un effet sur les ondes du cerveau.

 

Ces "drogues numériques" peuvent pousser les jeunes à consommer d'autres drogues et révèlent un état de conscience modifié, c'est du moins l'avis du Bureau des narcotiques de l'Okhlahoma qui a jugé nécessaire d'alerter les parents sur les dangers des "i-dosers": 

 

http://www.youtube.com/watch?v=PZcgUEkBIX0&feature=player_embedded

 

Il existe des tas de jeunes qui ont filmé leur expérience "i-dosing" sur youtube, j'ai choisis les plus révélatrices pour vous démontrer que cette drogue digitale pourrait bien être du "mind control" capable d'induire des pensées ou des états de conscience altérés extrêmement dangereux.  Est-ce que cette nouvelle génération de drogue risque de créer des psychoses, des tueries, des suicides, des zombies? 

 

Les "raves", festival de musique techno, utilisent le même principe que les "i-dosers": musique hyper-concentrée, rythme accéléré, suggestions subliminales dans la musique et dans les images projetées.

 

D'un point de vue spirituel, est-ce que ces "programmations digitales" pourraient ouvrir des canaux avec des mondes ou des esprits démoniaques?

 

Regardez cet homme sous l'effet d'un "i-doser":

http://www.youtube.com/watch?v=l2u47WvcsMs&feature=related

 

Est-ce que ce mec se moque de nous?  Allons voir les autres:

 

Voici un ado qui fait vivre l'expérience du "i-doser" "Hand of God" à son copain:

http://www.youtube.com/watch?v=Ia3u0zpfGt8&feature=related

 

Un autre écoute "Gates of Hades":

http://www.youtube.com/watch?v=2KFKdK1Op7M&NR=1

 

 

 

 

 

Les tempêtes solaires prévues pour 2012-2013 sont au coeur des préoccupations de la communauté scientique

.

 

 

26 août 2010

 

Les astronomes prédisent qu'une tempête solaire massive va frapper notre planète en 2012, avec une force de 100 millions de bombes à hydrogène!

 

Plusieurs médias américains ont rapporté que la mise en garde de l'éruption solaire de ce mois-ci n'est qu'un prélude à une tempête solaire beaucoup plus importante capable d'anéantir le réseau électrique de toute la planète.

 

La NASA guette cette tempête depuis 2006 et les rapports de cette semaine, aux États-Unis, annoncent que les tempêtes pourraient frapper en 2012.

 

Des tempêtes similaires ont eu lieu en 1859 et 1921 et ont causé un chaos en détruisant les fils télégraphiques et ce, sur une échelle mondiale.  La tempête de 2012 a le potentiel d'être encore plus destructrice.

 

Le consensus général parmi les astronomes est que le pic maximum solaire à venir (entre 2012 et 2013) sera plus violent que dans les 100 dernières années, a déclaré Dave Reneke, professeur d'astronomie et chroniqueur.

 

Une déclaration audacieuse qui doit être prise au sérieux par les compagnies aériennes, les sociétés de communication et tous ceux qui travaillent avec les systèmes de GPS.  Ces tempêtes peuvent même déclencher les disjoncteurs et mettre hors fonction les satellites en orbite, comme cela a déjà été fait cette année, a ajouté Reneke.  " Personne ne sait vraiment quels seront les effets du "solar max" sur la société numérique dont nous dépendons aujourd'hui", a-t-il rajouté.

 

Dr. Richard Fisher, directeur de la division héliophysique de la NASA, a dit à Reneke que la tempête 2012-2013 sera comme un "coup de foudre" entraînant des conséquences catastrophiques pour la santé des populations si des précautions ne sont pas prises maintenant par les services d'urgence et la Sécurité Nationale. 

 

La NASA a déclaré que le récent rapport de l'Académie nationale des sciences a conclu que si une tempête semblable avait  lieu aujourd'hui, elle pourrait causer de 1 à 2 milliards de dollars de dommages à l'infrastructure de haute technologie et exiger de 4 à 10 ans pour la rétablir. 

 

La préoccupation tient au fait que le soleil entre dans une phase du "cycle solaire 24".

 

Les résultats de cette mobilisation scientifique concernant l'imminent danger de tempêtes solaires massives, sont publiés dans la revue "Australasian Science".

 

D'autres sources scientiques sur les tempêtes solaires à venir:

 

Site de la NASA:

http://science.nasa.gov/science-news/science-at-nasa/2006/10mar_stormwarning/

 

http://www.solar-storm-warning.com/

 

Résumé de l'article trouvé sur:

http://in.news.yahoo.com/139/20100826/981/tsc-massive-solar-storm-to-hit-earth-in_1.html

 

 

 

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article
28 août 2010 6 28 /08 /août /2010 06:51

burndol_dees-banks-et-pauvres.jpg

Un présage de krach fait trembler les Bourses

Par fonzibrain

Alors que les statistiques décevantes pleuvent aux Etats-Unis, laissant craindre une rechute de l’économie américaine en récession, les investisseurs s’alarment d’une configuration rare dans les cours de Bourse : ce «présage d’Hindenburg» indiquerait en effet l’imminence d’un krach boursier.

Chute de 6% l’Eurostoxx 50 en quatre séances. -4,5% sur le Dow Jones. Les marchés boursiers accusent le coup depuis cinq jours après une série d’indicateurs décevants. Mais la dégradation de la conjoncture économique n’explique peut-être qu’en partie la baisse des derniers jours. Une nouvelle phobie agite depuis la mi-août la communauté des analystes techniques, très active dans les pays anglo-saxons: le présage d’Hindenburg. Selon cette théorie basée sur l’observation statistique, lorsque qu’au cours d’une même séance, une grande quantité de valeurs atteint un cours de Bourse au plus haut depuis 52 semaines et qu’un autre groupe de titres s’établit en revanche à un cours plancher de 52 semaines, alors cela présage d’un nouveau krach à Wall Street. Cette configuration a en effet précédé tous les krachs des 25 dernières années. Or ce phénomène rare a été observé le 12 août dernier.

À première vue, l’analyse peut paraître farfelue, mais quand on connait l’influence que peut avoir l’analyse technique sur la prise de décision dans les salles de marché, la question mérite que l’on s’y attarde. Une importance accordée à cette théorie pourrait avoir pour effet de précipiter la chute des marchés par une sorte d’anticipation auto-réalisatrice.

Ce qui s’est passé le 12 août
Le 12 août dernier, dans la même journée au moins 2,9% des valeurs américaines du NYSE ont atteint un pic de 52 semaines, tandis qu’au moins 2,6% des valeurs sont retombées à un plus bas de 52 semaines. Cette configuration, appelée «présage d’Hindenburg», en référence au crash d’un Zeppelin allemand dans le New Jersey en 1937, ferait donc planer un risque d’un effondrement imminent à la Bourse de New York. Pour que le scénario soit validé, il faut cependant que la configuration se reproduise dans les 35 jours qui suivent. Or, si l’on s’en tient à l’analyse de Robert McHugh du site Internet Marketoracle, cela semble avoir été le cas, le 20 août dernier.

Plus inquiétant, c’est ce type de configuration, qui, dans certaines conditions, aurait précédé chacun des krachs des 25 dernières années. C’était le cas avant le krach boursier de l’automne 2008. La figure était également présente quelques semaines avant le krach boursier de 1987. On pouvait l’observer trois séances de Bourse avant la panique d’octobre 1989. Avec cet indicateur, la récession de 1990, la chute des Bourses liée à la faillite du fonds LTCM et les crises asiatiques de 1998, étaient également prévisibles.

Une approche très controversée
En y regardant de plus près le scénario a peu de chances de se réaliser. Pour comprendre cet indicateur, il faut revenir aux sources. La paternité du présage d’Hindenburg revient à Jim Miekka, qui édite un bulletin d’information appelé le Bull & Bear Rapport Sudbury. Mais l’idée même de cet indicateur remonte en fait à plus loin, trouvant ses racines dans un autre indicateur: le high low logic index, décrit par Norman Fosback dans les années 1970. Dans son livre, Stock Market Logic, cet économiste américain a expliqué pourquoi lorsque dans le même temps, un nombre importants d’actions atteint un nouveau sommet et un nombre important touche un plus bas, les marchés ont de fortes chances de baisser. Cela montre en fait que le marché traverse une période de divergences extrêmes, qui n’est généralement pas propice à une future hausse des cours boursiers.

Mais là où Norman Fosback s’était contenté de critères simples, les partisans du présage d’Hindenburg posent une multitude de conditions supplémentaires, qui sont sujettes à interprétation, et qui ne font donc pas l’unanimité. C’est là où le bât blesse. En pratique, il est quasiment inapplicable.

Des indicateurs fiables abondent dans le sens du présage
Quand les cinq conditions nécessaires à la validation du présage d’Hindenburg sont réunies, le krach boursier, défini par une chute rapide d’au moins 15% des indices boursiers dans les quatre mois suivants, aurait alors 30% de chance de se produire. Un raisonnement a contrario suffit à limiter la portée de ce présage: s’il y a 30% de chances qu’un krach se produise, il y en a donc 70% qu’il ne se produise pas! Cette forte probabilité ne permet toutefois pas d’exclure la possibilité d’un krach boursier imminent.

Cette approche va également à l’encontre de la conception classique de l’analyse technique, qui consiste à bannir toute source de subjectivité en analysant le marché à travers des indicateurs simples, non soumis à des conditions multiples, pour tenter de pronostiquer l’évolution des cours dans les semaines à venir. Les analystes techniques recommandent donc d’utiliser toujours les mêmes indicateurs, que les marchés montent ou qu’ils se replient, et notamment l’évolution des moyennes mobiles. Ces indicateurs fiables n’excluent actuellement pas une baisse de 10% à 15% des marchés dans les prochaines semaines, comme le préconise le présage d’Hindenburg.

Les cinq conditions du présage d’Hindenburg
En premier lieu, le quota de valeurs qui franchissent des nouveaux seuils à la hausse ou à la baisse a été abaissé. Pour Norman Fosback il faut un minimum de 5% de valeurs concernées. Or pour le présage d’Hindenburg on exige un seuil beaucoup plus faible, de 2,5%.

De plus, les adeptes du présage d’Hindenburg estiment qu’il doit être interprété à la lumière de plusieurs autres indicateurs, portant les conditions de validité au nombre de cinq. La première condition, la plus importante est celle des plus hauts et plus bas de 52 semaines. La seconde est que la moyenne mobile à dix semaines du Nyse doit être en hausse. En troisième lieu, le McClellan Oscillator (un indicateur de mesure de la volatilité) doit être négatif le même jour. Quatrième condition: la quantité de nouveaux plus hauts de 52 semaines sur les valeurs du Nyse ne doit pas dépasser le double de la quantité des nouveaux plus bas de 52 semaines. Enfin, et c’est la cinquième et dernière condition: le scénario doit se reproduire dans les 36 jours qui suivent la première apparition de cette configuration de marché.
le figaro

Si nous vivons un remake de 1929, nous devrions vivre dans quelques mois la seconde phase de l’effondrement économique.
Le savoir à l’avance permet de se préparer mentalement et techniquement à des années difficiles.
Enfant j’adorais l’Histoire, aujourd’hui je la vis, en attendant de la faire, c’est excellent…

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15407

 


Auteur : fonzibrain - Source : http://fonzibrain.wordpress.com/

 

 

Ce qui se passe VRAIMENT dans l'économie aujourd'hui

par Bill Bonner

Vous voulez savoir ce qui se passe vraiment ?

Vendredi 27 Août 2010

Les investisseurs se réveillent. Ils se frottent les yeux. Regardez ! Pas de reprise.

Les analystes et le commentariat luttent pour trouver un sens à tout ça. Avec des taux hypothécaires à des plus bas record, et après huit programmes conçus pour stimuler l'immobilier, par exemple, les ventes continuent de chuter à pic aux Etats-Unis. En juillet, on a vu la plus grande chute mensuelle de ventes de logements anciens depuis l'administration Johnson.

L'offre de maisons à vendre augmente -- grâce à un nombre record de saisies. La demande chute. Les prix baisseront eux aussi.

Des gains de 513 euros en 5 jours... 424 euros en 4 jours... et même 290 euros en une seule séance !

Comment engranger des profits jusqu'à 20 fois supérieurs à ceux des actions... sur des délais ultra-courts... grâce au produit de trading le moins cher du marché ?

Il suffit de continuer votre lecture pour tout savoir...

(...)

Lire la suite sur le site source.


Auteur : Bill Bonner - Source : http://www.la-chronique-agora.com/

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15405

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Le Futur
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 21:33
 
Facteurs environnementaux impliqués dans la maladie d’Alzheimer. Le mercure dentaire, probable déterminant majeur

 

retraites-j.jpg

 

Véritable fléau sanitaire dans les pays développés, la maladie d’Alzheimer est en passe de devenir une pandémie mondiale. La flambée de cette épidémie ne peut s’expliquer uniquement par le vieillissement de la population et pourrait, dans les futures décennies, mettre en péril les systèmes de protection sociale. Si les causes de cette pathologie restent encore largement méconnues, des études épidémiologiques démontrent l’importance de facteurs environnementaux, dont les effets sont modulés par la présence de gènes de susceptibilité à la maladie. De nombreuses publications mettent notamment en évidence l’implication de facteurs toxiques de nature chimique ou physique : métaux (mercure, plomb, aluminium…), pesticides, ondes électromagnétiques… Parmi ces facteurs de risque, l’exposition au mercure élémentaire, dont les amalgames dentaires constituent la source majeure, est particulièrement suspectée. En effet, des expérimentations mettent en évidence que le mercure inorganique induit dans le cerveau des perturbations comparables à celles observées chez les malades d’Alzheimer. Plusieurs mécanismes expliquant ces perturbations sont désormais clairement identifiés : déstructuration du cytosquelette neuronal, induction d’une agression oxydante, inhibition de l’activité d’enzymes jouant un rôle vital dans le fonctionnement cérébral, action sur le métabolisme d’un neuromédiateur, le glutamate, etc. La recherche doit par conséquent s’orienter davantage vers l’étiologie de cette maladie et non seulement vers la mise au point de thérapies médicamenteuses ou vaccinales. Ce n’est qu’en appliquant rapidement le principe de précaution qu’on pourra réduire l’exposition de la population au mercure et aux autres substances neurotoxiques, et ainsi retarder le vieillissement cérébral.

 

http://www.em-consulte.com/article/225539

 


Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 21:24
aéroport avion passager sécurité comptoir d'enregistrement attente

Les douaniers américains pourront vous contrôler dès Roissy

Par TF1 News (D'après agence), le 25 août 2010 à 15h52, mis à jour le 25 août 2010 à 16:13


 

Dans le cadre d'un accord franco-américain, des agents du Customs and border protection pourront bientôt effectuer des contrôles sur les listes de passagers à destination des Etats-Unis dès leur embarquement à Roissy.

 

L'article ici :

 

http://lci.tf1.fr/france/societe/2010-08/les-douaniers-americains-pourront-vous-controler-des-roissy-6046288.html

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche