Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 10:31

LE CREUSET FRANCAIS

 

« Nous allons réévaluer les motifs pour donner lieu à la déchéance de la nationalité française. La nationalité française doit être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un fonctionnaire de police ou d’un militaire de la gendarmerie, ou de toute personne dépositaire de l’autorité publique. La nationalité française se mérite, et il faut pouvoir se montrer digne. » Et il ajoute : « Quand on tire sur un agent des forces de l’ordre, on n’est plus digne d’être français. »

Ceci dit si le souhait présidentiel exprimé par l’avant dernière phrase était réalisé, un criminel français d’origine étrangère ne devra plus être traité comme les autres citoyens pour la simple raison qu’il soit d’origine étrangère ! Monsieur Sarkozy aurait-il fait cette déclaration si les émeutiers n’étaient pas des Arabo musulmans ? Déchoir ces jeunes de leur nationalité et les renvoyer dans les pays d’origine de leurs parents parce qu’ils sont délinquants ou parce qu’ils sont précisément Arabes ?

Que fera monsieur Sarkozy alors de ceux qui sont de « souche française » et commettront les mêmes actes que ceux qui sont d’origine étrangère ? Et puis, y a-t-il vraiment en France de citoyens « pure souche gauloise » qui n’ont pas des origines étrangères ? S’il en existe réellement, il ne doit pas y en avoir beaucoup, notamment si on tient compte des différentes régions annexées par la France il y a juste quelques siècles en arrière. Enfin, monsieur Sarkozy aurait-il oublié que lui-même est d’origine étrangère ?

Un autre petit rappel à ceux qui s’estime plu Français que les autres et à ceux qui ignorent l’histoire. 1) Ils sont des descendants des travailleurs immigrés qui ont développé l’économie française pendant plus d’un siècle d’endurance. 2) Leurs ascendants sont morts par centaines de milliers sur les champs de bataille pour la France. 3) Sans le sacrifice des ancêtres de ces jeunes Monsieur Sarkozy n’aurait jamais pu devenir président de la République française. Donc ces jeunes à qui on veut retirer la nationalité française ont mérité à plusieurs titres leur nationalité française Et puis, comment monsieur Sarkozy a-t-il oublié que le peuple français appartienne à toutes les races et cultures par son brassage kaléidoscopique séculaire ? Les Français de souche existent-ils réellement ? Devrions-nous rappeler par ailleurs que ces jeunes « délinquants » d’origine arabo musulmane, ont des racines profondes dans ce pays qui remontent au septième siècle de notre ère ?

Oui, ces jeunes que l’on menace de leur retirer la nationalité française sont les descendants des « Sarrasins », les Arabes qui ont gouverné le Sud de la France actuelle pendant plus de deux siècles et demi. Cette réalité historique n’est pas connue des Français, car on leur cache la vérité. Les gens étroit d’esprit ne retiennent de l’histoire que la « victoire de Charles Martel, ou encore la guerre d’Algérie qui a fait perdre le « paradis » aux colons dont les nostalgiques de « l’Algérie française » ont gardé le même mépris qu’ils avaient autrefois envers les « indigènes » de là-bas, vis-à-vis de leurs descendants vivant en France.

Ceux qui nous rappellent à toutes les circonstances la victoire de Charles Martel sur les Arabes dans la bataille de Poitiers en l’an 732, ne disent pas au peuple français que les Arabes sont restés 241 ans dans cette région du Sud de la France après leur défaite à Poitiers. Ce qui signifie que le sang arabe coule dans les veines de millions de français car les « Sarrasins », contrairement aux colons français, se marièrent avec les autochtones là où ils s’installèrent. Il n’y avait pas de ghettos à leur époque comme celui de Villeneuve de Grenoble dont les « délinquants » qui y habitent ont déclenché la colère de monsieur Sarkozy et lui donné le prétexte de relancer ce projet de loi cher au Front national. Ils n’avaient pas non plus le ghetto dans leurs têtes comme ceux que nous constatons aujourd’hui en France, qui se croient supérieurs aux autres et les méprisent parce qu’ils sont différents d’eux.

Les Français ont-ils approuvé le projet de leur président ?

Les « médias-mensonges » enfoncent déjà le clou et accusent soixante dix pour cent de Français d’être racistes (ceux qui ont été sondés et auraient approuvé la déchéance de la nationalité à cette catégorie de Français). Mais les Français ne sont pas dupes, ils savent que ce sont des sondages orientés qui servent une idéologie bien définie. Décidément, les enjeux politiques de l’immigration s’avèrent rentables non seulement sur le plan électoral, mais aussi à faire la promotion des médias qui honorent et propagent la xénophobie en chassant sur le terrain de l’extrême droite.

Que les politiques considèrent l’immigration et sa descendance comme faisant partie du tissu social de la société française; l’immigration est âgée de deux siècles dans ce pays, et elle a fait aussi l’histoire de la France. « On ne peut plus considérer l’immigration comme un problème extérieur, mais on doit la voir comme un problème interne à l’histoire de la société française contemporaine », écrit Gérard Noiriel dans son livre « Le creuset français ». Ce dernier rappelle que la France est le pays qui contient le plus fort taux d’étrangers au monde, et que le tiers de sa population a des origines étrangères.

Enfin, nous suggérons aux dirigeants de ce pays qui ont des responsabilités de mettre en pratique un projet salutaire en matière de logements sociaux et de lutte contre la discrimination pour remédier aux problèmes de la délinquance. Mais aussi en matière d’enseignement de l’histoire et de la promotion des cultures des différentes communautés qui composent la société française pour les valoriser et permettre aux jeunes qui en sont issus d’assumer à la fois leurs différences et leur citoyenneté française.

En ce qui concerne le logement social, nous leurs proposons de se pencher sérieusement sur le projet intitulé : « Propositions d’un nouveau type de logements HLM » que notre association (L’Immigration Repère et Citoyenneté –IRC ») leur avait adressé en 2005. L’idée consiste à obliger les promoteurs immobiliers de réserver aux HLM dix pour cent de logements dans toutes les nouvelles constructions qui seront effectuées dans chaque commune de France au lieur de construire des quartiers purement HLM et créer des ghettos sociaux qui sont de vrais laboratoires de la délinquance.

Chérif Boudelal

http://www.fischer02003.over-blog.com/article-le-creuset-francais-55743786.html

 

http://jacques.tourtaux.over-blog.com.over-blog.com/article-le-creuset-francais-55772191.html

 

Lire aussi:

 

" LA CHASSE AUX CLANDESTINS " DE LA 3e REPUBLIQUE AGONISANTE

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 09:43
© Liliane Baie

 

Depuis quelques temps, nous pouvons constater une marche en avant du pouvoir avec laquelle un grand nombre de citoyens n’est pas en accord. Or, à moins qu’une instance judiciaire n’intervienne éventuellement pour contester les décisions prises ou annoncées, il semble que tout ceci se passe dans un cadre légal. Nous avons élu au suffrage universel un président, des députés, et c’est par la voie législative, et par une certaine, mais légale, interprétation de la loi, que se produisent peu à peu des déviations, voire des dérives, qui pourraient peut-être nous amener à regretter un jour de ne pas avoir agi à temps. Oui, mais… Comment agir, quand on est légaliste et pacifiste ? Quand on est pour le respect des lois et que l’on ne souhaite pas engendrer le chaos ? Dans les fils de commentaires sur les forums, cette question revient comme un leitmotiv : "c'est bien, de discuter des raisons de notre opposition, mais quoi faire ? Peut-on réellement faire quelque chose ?"
Je voudrais faire un détour par une réflexion personnelle sur ce sentiment d’impossibilité d’action qui envahit les discussions, forums et partis politiques.

Nous sommes élevés à l’impuissance.
Que ce soit dans les entreprises, à l’école, où même dans les partis politiques, tout est fait pour nous convaincre qu’il est impossible de s’unir pour agir. Le culte de l’individualisme, promu comme facteur de bonheur individuel, est très intéressant pour les industriels et la finance ( autant une “partie de campagne” entre amis, ludique et printanière, ne rapporte rien aux grands groupes, autant jouer sur sa console, faire du sport dans son salon avec un gadget électronique ou regarder de façon payante un match sur un écran encombrant et hors de prix participe de l’effort national d’enrichissement des déjà riches).
Mais cet individualisme est aussi très intéressant pour affaiblir le pouvoir que donne le vote au peuple, et ce, pour plusieurs raisons.
En premier lieu,  un grand nombre d’opposants trouvent très judicieux de s’opposer au système en refusant de voter, oubliant par là que cela donne tout pouvoir d’emporter les suffrages à ceux qui cautionnent le système, ce qui est franchement contre-productif comme type d’opposition. Le raisonnement qui consiste à dire : “Moi, j’ai les mains propres, je n’ai pas pris parti, comme ça on ne peut pas me reprocher d’avoir cautionner le système” me semble plus que spécieux : ce raisonnement part de l’idée que le résultat du vote n’a de sens que symbolique. Or, justement, le vote et son résultat sont primordiaux, parce qu'ils donnent le pouvoir réel. Ainsi, la diffusion du message de l’abstention, voire de la non-inscription sur les listes électorales, chez les libertaires a des effets que ceux-ci ne réalisent pas. En particulier qu’il aurait suffit qu’une petite partie de ces abstentionnistes-là se sentent responsables du choix du gouvernement de la France, pour que nous ayons un autre type de “gouvernance” que celle que nous avons aujourd’hui.


L'individualisme : progrès ou piège ? Ou le règne du chacun pour soi

La diffusion du message individualiste est telle, qu’un certain nombre de personnes ne pensent leur vote que d'une façon personnelle. En fonction du sens qu'il revêt pour lui-même, davantage que pour la contribution qu'il apporte à tel ou tel résultat électoral. Effectivement, ce n’est pas UN bulletin qui change un vote. Mais un ensemble de bulletins, une somme d’individualités.

Pour faire ce saut de niveau, passer de la conception individualiste du vote, à son rôle réel qui est celui d'une action collective, donc, pour revenir à une pensée collective, et donc à la responsabilité individuelle dans le groupe, il faudrait parvenir à sortir de l’emprise de la véritable idéologie que constitue de nos jours l’individualisme. Lequel est irrésistiblement associé à "bonheur individuel" alors qu'il pourrait l'être aussi à "solitude" et à "absence de soutien par la communauté". Voire à "égoïsme".
Pour se dégager de cette idéologie, il convient d'identifier tous les messages qui nous parviennent de l’ordre du “diviser pour régner”. L’actualité récente n’est pas la seule à nous donner des éléments pour penser que cette stratégie est à l’œuvre dans tous les niveaux de la société. En effet, de la stigmatisation de certains groupes, à celle de certains comportements, de certaines habitudes religieuses ou culturelles, en passant par la compétition qui devient un principe de management et même d’enseignement, et à l’”évaluation”, qui en est son instrument soi-disant objectif ( mais aliénant l’individu à des normes qui excluent, de fait, ceux dont les résultats sont dans les extrêmes par rapport à la moyenne) tout est fait pour que nous essayons nous-mêmes de nous considérer comme faisant partie d’une catégorie. On oppose facilement deux groupes : les jeunes ou les vieux, les propriétaires ou les locataires, les fonctionnaires ou les salariés, ceux qui sont imposables et les  “bénéficiaires” des aides sociales… Chaque groupe étant censé être la cause du malheur de l’autre.

Mais cette opposition se décline en sous-groupe : dans une entreprise, on va faire des différences entre les salariés, comme cela se voit dans les réorganisations d’entreprises qui appartenaient au service public et qui voient coexister maintenant des populations faisant le même travail sans la même formation ni le même statut, ou alors on promeut la rétribution au mérite, etc. S’il ne s’agissait que de faits répartis ça et là, ce ne serait pas à prendre en compte : mais la généralisation de ces procédures amène à penser à des stratégies bien rodées qui ont le même résultat que dans notre engagement politique, c'est-à-dire une disparition de la conscience de faire partie d’un groupe qui peut s’unir pour obtenir un changement si ce qu’il vit ne lui convient pas.
Parce que, s’il existe une pratique du “Diviser pour régner” il n’en reste pas moins vrai que “L’union fait la force”.

L'aquoibonisme
Outre l’individualisme, une autre force freine les pensées constructives en ce qui concerne la mobilisation des citoyens dans la chose publique. C’est l' “aquoibonisme”. Celui-ci se décline de la certitude que la droite et la gauche, c’est pareil, chaque homme politique étant censé appartenir à la grande confrérie des “tous pourris”, à la conscience qu’un certain nombre d’oppositions, pourtant déterminées, n’ont pas abouti, en fin de compte, au résultat escompté.
C’est vrai. Et là, j’aimerais expliquer ma conception d’un autre mécanisme, en prenant un exemple : la loi Hadopi (mais j’aurais pu prendre aussi la réforme des lycées).
Il y a eu une mobilisation des internautes contre cette loi Hadopi, qu’ils considéraient comme un danger pour la liberté du net (comme la loi Loppsi 2 qui doit être examinée au Sénat à partir du 7 septembre, dans un silence médiatique assourdissant). Les parlementaires  européens, soutenus et informés par des internautes actifs, se sont opposés à cette loi. Il y a eu, donc, des succès répétés pour les opposants. Mais, à force, Hadopi est revenue, et a fini par passer dans l’indifférence ( ou plutôt l’épuisement) générale. La même chose s’est vue pour la réforme des lycées, qui a pourtant mobilisé les lycéens d’une façon absolument inattendue. Quant au Traité Constitutionnel européen
Cette méthode “On a compris, on vous a entendu, on annule”, qui est discrètement corrigée en “On reporte”, puis, dans les faits, ” On continue en faisant parler d’autre chose” et enfin par “C’est voté, mais on n’appliquera pas” et enfin “On applique, c’est la loi” est très efficace, si on se laisse duper ( cf deux articles : le premier, de Patricia Tourancheau, sur libération.fr du 6 mai à 0h, annonçant, comme d'autres que la loi sur la sécurité, qui aurait due être examinée au Sénat au printemps, était reportée : "La loi sur la sécurité, elle aussi reportée"; le deuxième, infirmant le premier, et précisant qu'elle serait examinée en septembre : Loppsi examinée en septembre au Sénat  AFP sur Lefigaro.fr du 6 mai 2010. D'ailleurs, on trouve sur le site du gouvernement la présentation, par Henri de Raincourt, du rapport du ministère des relations avec le Parlement qui évoque une saison parlementaire particulièrement riche. Pour trouver le texte, taper sur votre moteur de recherche Henri de Raincourt " Activité législative 2009-2010 : une session parlementaire très riche").
Cette méthode est efficace surtout pour démobiliser les citoyens qui sont de plus en plus persuadés que l’on ne peut pas arrêter la machine législative, malgré des mobilisations importantes. A moins de faire la révolution, ce que personne ne souhaite.


Se soumettre ou aller trop loin ?
Et ce n’est pas pour rien que nous sommes, pour la plupart d’entre nous, coincés, pour penser l’opposition, dans une alternative insoluble, entre une acceptation contraire à nos principes, et le risque d’une révolution ou d’une guerre civile, porteuse de graves troubles à l’ordre public que nous ne souhaitons pas. Or, cette façon de voir les choses est erronée. La réalité n’est pas bicolore mais bigarrée : les pensées simples, sont souvent fausses.
Je pense que cette pensée binaire : c’est ça ou ça, est le fruit d’une communication d'emprise qui nous est faite depuis des années. Par exemple, presque toute la gauche a abandonné l’idée marxiste de la lutte des classes, comme si penser en ces termes voulait dire que l’on promouvait la dictature du prolétariat et le totalitarisme soviétique. Sous le prétexte que les “révolutions socialistes” ont été sanglantes et totalitaires, il a été inculqué, par répétitions successives, que penser “lutte des classes”, équivalait à penser “dictature du prolétariat”, et impliquait donc le fait de souhaiter la faillite des valeurs de liberté et d’égalité de notre constitution. Donc, peu de personnes osent prononcer le terme de lutte des classes, et, donc, de le penser. D’ailleurs on a du mal à trouver un terme unissant la finance internationale et les dirigeants de grands groupes, alors que le terme de “capital” est maintenant tabou. D’ailleurs on peut dire “je ne suis pas communiste, mais…” comme on peut dire “Je ne suis pas féministe, mais…”. Mais pourquoi ne pourrait-on pas être féministe ou communiste ? L’augmentation éhontée des écarts de salaires entre les plus riches et les plus pauvres est une réalité tangible et mesurée. Alors, pas de classes sociales ? On ne parle que de la classe moyenne, alors que celle-ci s’effiloche en se tendant vers ces extrêmes… Et, par rapport à cette radicalisation de l’écart entre les riches et les pauvres, pas de lutte ?
Il est important de pouvoir avoir des positions nuancées : on peut être d'accord avec le principe du suffrage universel et contester la façon de gouverner du pouvoir. On peut prôner la désobéissance civique, et ne pas être un fauteur de troubles. On peut critiquer un régime et ne pas vouloir qu'il soit renversé par la force, et partager certaines idées avec Karl Marx sans avoir un couteau entre les dent.


Peut-on agir, et comment : la question de l'agenda
Pour gagner sur un adversaire, il ne suffit pas d’avoir une stratégie, il faut aussi connaitre celle de l’autre. Aussi ce représentant du parti socialiste, Jean-Charles Urvoas, dans cet article d' Erich Inciyan du 9 août sur Mediapart ( "Sécurité : pour le PS, Sarkozy est un candidat en détresse"), qui nous annonçait qu’il ne tiendrait pas compte du calendrier gouvernemental a, selon moi, à la fois tort et raison.
Raison d’abord, car l’”agenda” politique est fait, entre autre, pour amener l’éventuelle opposition là où on veut qu’elle aille, donc la maîtriser. Il convient donc de ne pas se laisser abuser par les déclarations intempestives et les faits sujets à polémiques chargés de nous faire oublier d’autres problèmes, même si je pense qu’il est important de se mobiliser pour empêcher des actes contraires à notre éthique et aux valeurs de notre République.
Mais tort aussi, et surtout, parce que si l’on ne tient pas compte des coups de l’autre je ne vois pas bien comment on peut espérer gagner la partie. Je précise cependant que, quand j'évoque ces coups, je ne pense pas aux coups médiatiques, sauf à penser que ce qui est devant a pour but, entre autre, de cacher ce qui est derrière. Je pense aux coups de dés ou de poker qu’il faut repérer pour agir.
A ce titre, l’exemple de la sécurité me semble un bon exemple, puisque “l’agenda” a très discrètement programmé une session extraordinaire du Parlement, qui va débuter le 7 septembre, et durer trois semaines, pendant lesquelles la question des retraites va être examinée, mais aussi celle de la réforme des collectivités territoriales, celle de la dissimulation du visage dans les lieux publics, de la régulation bancaire et financière, du marché de l’électricité, etc. Ainsi que la loi Loppsi 2 sur la sécurité intérieure, qui comprend, elle-même 48 articles, et un grand nombre de sous-articles, et touche un grand nombre de domaines de la vie sociale et privée. Cette loi a suscité des controverses à propos de son éventuel rôle dans la limitation de la liberté du net, à propos des fichiers, de la vidéo-surveillance, etc. L’article 37 quater, qui évoque le développement de la réserve civile de la police et la généralisation d’un service volontaire citoyen de la police nationale n’a pas fait la une des médias, pas plus que l’article évoquant le passage du directeur de police municipal en adjoint de police judiciaire.
Quand on lit ce projet de loi,  en sachant qu’il a été adopté en première lecture à l’Assemblée Nationale le 16 février, et que les groupes auront trois heures pour la discuter au Sénat, on peut se dire que de ne pas tenir compte du calendrier gouvernemental est une erreur stratégique.
Dans ce cas précis, il est important de comprendre les stratégies mises en place et de ne pas se laisser berner, ni par ce qui est mis en avant sur le plan médiatique, ni par la lassitude issue de la n'ième présentation d'un texte plusieurs fois discuté et qui risque passer en urgence, et in fine, dans l'indifférence générale.

Alors peut-on agir ? Questions de stratégie.
Il convient en général de comprendre, je le disais, la stratégie de l’adversaire :

Diviser pour régner ? Mettons en place unions, coopérations, alliances, réseaux… On n’a pas besoin d’être d’accord sur tout pour constituer une force collective. Il suffit de s’entendre sur les deux ou trois points que l’on veut défendre.

Individualisme ? Solidarité, fraternité, soutien collectif des plus fragiles. Nous y gagnerons tous. Le chacun pour soi entraine, à plus ou moins long terme la chute de la société, car la pierre sur laquelle chaque société s'est édifiée, c'est la construction d'un lien permettant le dépassement partiel de l'égoïsme individuel au bénéfice de l'intérêt collectif.

 

Peur des conséquences des mouvements de masse ? Anticipons par des mouvements pacifiques innovants. Utilisons les nouveaux moyens de communication pour que la démonstration de force soit une démonstration de nombre, non violente. La prison, on l’a souvent dans la tête : essayons donc aussi de sortir de cette pensée binaire, qui est favorable aux abuseurs de tout poil, selon laquelle soit on se soumet, soit on se démet. Dans les entreprises, cela donne “Si vous n’êtes pas content, vous partez”. Dans les familles “Si tu continues, tu prends la porte”. Au niveau politique “On ne peut pas s’opposer parce que sinon ce serait remettre en question le suffrage universel”, c’est-à-dire tout accepter de peur d’être responsable de troubles à l’ordre public. Mais, parfois, c’est en n’agissant pas pour défendre le peuple, que l’on peut être considéré comme responsable des débordements ultérieurs d’un peuple qui n’a pas été entendu. Gouverner c’est prévoir.
En effet, on peut être respectueux de notre constitution et du vote du peuple, et reconnaitre qu’on ( le peuple), s’est trompé, et qu’on va œuvrer pour que les choses reviennent à plus de raisonnable. La démocratie ce n’est pas seulement le jour de l’élection, c’est tous les jours. On peut montrer que l'on est nombreux à ne pas être d'accord, avec respect et calme, mais détermination et persévérance.

L’aquoibonisme ? Comprenons que c’est l’instrument majeur de démobilisation permettant d’accepter même des choses contraires à nos valeurs. On n’obtient quelque chose qu’en agissant. C’est tout. Le fait que cela ne marche pas à tous les coups est prévisible. L’important, c’est de la savoir, et de ne pas se démobiliser, jusqu’à l’obtention finale de ce que l’on souhaite. Maitriser l’agenda, selon moi, c’est surtout ça, savoir garder le cap, malgré échecs ET réussites.

L'agenda ? Le regarder "à l'envers" et chercher ce qui est tu.

Dans l’immédiat, existe-t-il des pistes pour agir ?

Nous avons un régime parlementaire. Donc des élus qui le sont pour représenter le peuple.

Une question se pose : est-ce que les français sont, en majorité, d’accord avec la politique menée par le gouvernement actuellement ? Et si la réponse était non, une autre question se poserait : est-ce que la majorité des parlementaires est d’accord, en son for intérieure, avec ce qui est en train de se passer, et pas seulement sur le front du sort fait aux roms ou sur la question de la déchéance de nationalité, mais d'accord avec tout ce qui constitue ces projets de loi, qui risquent passer très vite pendant la session extraordinaire qui n’aura en gros que 15 jours de débats, et sans toujours avoir le temps de détailler, les articles ? Et tout cela pendant que les français ont prévu de manifester dans la rue leur opposition ? Est-ce que le Parlement peut voter des lois que le peuple désapprouve ?
Si l’on sort de l’idée du “tout pourris”, si l’on accepte de penser qu’un représentant élu du peuple peut avoir d’autres projets que celui de bien s’entendre avec ses collègues en vue de quelque renvoi d’ascenseur, si l‘on pense qu’il y a des parlementaires courageux et ayant des convictions, il nous faut aussi penser qu’ils sont une force collective. A lui seul, un parlementaire ne peut rien. Mais si ceux-ci décident, collectivement, de se mettre à l’écoute du peuple, et de prendre des décisions montrant qu’ils défendent l’intérêt de celui-ci et de la Nation,  en revendiquant le temps pour exercer le pouvoir législatif qui leur a été confié par les citoyens dans le sens des valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui sont fondatrices de notre République, alors il pourra être dit que notre démocratie est vivante.
Sinon, s’ils acceptent d’être la simple chambre d’enregistrement du pouvoir, d’entériner sans discussions préalables des amendements contestés( même à l’étranger) avant même que d’être présentés,  ou des lois complexes aux conséquences importantes, alors (..) suite ici :

Liliane Baie

 

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/ext/http://www.mediapart.fr/club/blog/liliane-baie/210810/nest-pas-daccord-mais-comment-peut-agir

 

 

Rappel:

Sublime message du magistrat Serge Portelli: Au combat, chaque instant ! TOUS !

 

Lire aussi:

Lettre d'Eva R-sistons aux Elus, de la France d'En-Bas à la France d'En-Haut,

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15186

 

 

REFLEXIONS MILITANTES : LE DECALAGE EXISTANT ENTRE LE SYNDICALISME DE BASE ET LES DIRIGEANTS SYNDICAUX NE CESSE DE S'ETENDRE

 

 

 

metro PS

 

 

Autres point de vue:

 

Radicalisons la lutte !

 

DEBOUT LA FRANCE QUI SOUFFRE

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 09:36

Les chemtrails: de plus en plus d'experts dénoncent ces trainées blanches dans le ciel

 

 

 

 

Cette image de traces blanches dispersées sur un ciel bleu s'est fait observée dans de très nombreux pays dans le monde.  Il ne s'agit donc pas d'un phénomène local et ce n'est plus une théorie qui peut être reléguée qu'aux tenants de la conspiration puisque des experts en aviation attestent et dénoncent les visées obcures de ces "tracés de la mort"...

 

Un chemtrail est une trainée blanche dans le ciel ressemblant à une trainée de condensation.  Contrairement à cette dernière, elle serait constituée de produits chimiques, envoyés sous forme d'aérosol, et non de vapeurs d'eau laissée par les réacteurs des avions. Le nom lui-même est un néologisme construit par la contraction de l'anglais chemical trail, soit « trainée de produits chimiques », sur le modèle de et par opposition avec contrail - contraction de condensation trail.

 

Divers objectifs présumés sont associés aux chemtrails (voir ci-dessous), tous basés sur une hypothèse de départ qui est le fait que les chemtrails seraient constitués de produits chimiques inconnus déversés en haute altitude.  Parmi ceux-ci, on trouve la modification du climat (à des fins militaires, économiques, ou pour lutter contre le réchauffement planétaire), le contrôle des populations, un moyen de communication ou de brouillage des communications pour l'armée, une arme biologique ou des intentions occultes.  Les partisans de cette théorie affirment également que les chemtrails peuvent causer des problèmes respiratoires ainsi que d'autres problèmes de santé.

 

En 2001, aux États-Unis, le terme chemtrails se retrouvait dans un projet de loi nommé le Space Preservation Act, mentionné en tant qu'arme exotique. Ce projet présenté à l'origine devant le Congrès par le politicien Dennis Kucinich fut rejeté, si bien que les références aux chemtrails furent supprimées dans les versions suivantes. Interviewé en janvier 2002 par Bob Fitrakis du journal Columbus Alive, Bob demanda à Kucinich, pourquoi voulait-il introduire le terme chemtrails dans un projet de loi alors que le gouvernement US a sans cesse nié leur existence, Kucinich lui répondit : « la vérité est qu'il y a un programme entier, au Département de la Défense, nommé Vision pour 2020, qui développe ces armes ». Lors d´une audience publique à Santa Cruz (Californie), en juin 2003, Kucinich confirmait de nouveau l'existence et l´emploi effectif de l'arme climatique : « Chemtrails are real ! », affirmait-il.  [Wikipedia]

 

Voici quelques références sur les chemtrails:

 

Site spécialisé sur les chemtrails où vous trouverez tous les brevets concernant cette technologie:

http://www.chemtrails-france.com/

 

Documentaire "Bye bye blue sky" de Patrick Pasin présenté lors du symposium sur les chemtrails en 2010 organisé par le "groupe Belfort":

http://agentssanssecret.blogspot.com/2010/08/symposium-sur-les-chemtrails.html

 

Rapport "Case Orange" rédigé par le "groupe Belfort": des experts démontrent les impacts et les programmes de modification du climat menés par l'armée américaine et ses alliés (en anglais):

http://www.scribd.com/doc/35636191/Case-Orange-chemtrails-rapport-10052010

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=954411

Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 09:26
Partager cet article
Repost0
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 09:20

Des armes "Star Wars" pour éloigner et disperser les foules: et quoi encore?

 

 

 

Voici un reportage de l'émission "60 minutes" où le journaliste accepte de démontrer la souffrance qu'il lui est infligée par cette arme digne d'une technologie Star Wars.

 

http://www.youtube.com/watch?v=J1w4g2vr7B4&feature=player_embedded#!

 

C'est par un faisceau, dirigé comme dans certains jeux vidéo et qui cible précisément sa victime, que se dégage une chaleur invisible qui cause une douleur insupportable.  Selon certaines déclarations de soldats américains, ces armes seraient testées sur le peuple irakien et des dommages importants allant jusqu'à causer la mort ont été faits sur des civils.

 

Des armes à basse fréquences sont actuellement utilisées, expérimentées, en Irak.  Elles ont une portée de fréquences qui peuvent parcourir de très longues distances et ainsi, engager un combat biophysique et psychotronique.  Une arme qui utilise le bruit, qui dégage 7 hertz,  peut rendre un peuple malade pendant des heures: nausées, vomissements, désorientation, dommages possibles aux organes internes, la mort.

 

Voici le vidéo d'un véhicule qui émet des fréquences auditives au-delà du seuil de tolérance:

http://www.youtube.com/watch?v=wB-ciGEpG94

 

Les militaires qui opèrent ces armes et qui se trouvent sur le terrain ne sont pas étrangers aux effets néfastes, étant exposés eux aussi à ces fréquences, à ces micro-ondes.  Il semble que ceux-ci deviennent très confus dans les jours qui suivent un entraînement ou une opération.  Pas étonnant que le taux de suicide soit en hausse constante dans le corps militaire ainsi que la prise de médicaments psychiatriques...

 

Ces armes existent , elles sont utilisées présentement sur des civils innoncents et ce, en vue des révolutions civiles qui sont programmées sur le territoire américain, sur toutes les grandes villes nord-américaines et européennes...

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=954510

 

 

Lire aussi:

Iran : War Games et Sinuosités Stratégiques…

Georges STANECHY

« Les USA, à présent, se transforment en un Etat théocratique dirigé par des fanatiques, politiciens extrémistes et intégristes hypocrites. »
J.G. Ballard (1)

A la queue leu leu...

Au moment des migrations estivales.

Ils sont partis, la fleur au fusil… La fleur au missile, devrait-on dire…

 

Curée criminelle

 

 

 

http://no-war.over-blog.com/article-l-irreparable-sera-t-il-commis-par-les-usa-et-ses-allies-55764438.html

Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 22:24

 

 

 

talonettes

 

 

Auteur : ??? - Source : http://humourger.com/

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15375

Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 22:18


Paris, le 26 août 2010


Monsieur Bernard Kouchner

Ministre des Affaires Étrangères

et Européennes

37, quai d'Orsay

75007 Paris

 

Monsieur le Ministre Bernard Kouchner,

Nous venons d'apprendre qu'un tribunal militaire israélien a récemment rendu un jugement scandaleux contre le militant palestinien, Abdallah Abu Rahmah, coordinateur du Comité populaire contre le mur et l'occupation illégale des terres de Bil'in.

Abu Rahmah a été reconnu coupable d’incitation et d’organisation de marches illégales. La condamnation est tombée après huit longs mois de détention et un procès à caractère purement politique.

Pas une seule preuve matérielle - et pour cause - n'a été présentée contre Abu Rahma pendant tout le procès. Persécuté pour son rôle clé dans l'organisation de la campagne populaire et pacifiste contre le mur et les colonies sur les terres de Bil'in, Abdallah a été condamné uniquement sur la base de témoignages extorqués scandaleusement à des mineurs qui ont été arrêtés dans leur lit au milieu de la nuit et brutalisés.

Le village de Bil'in en Cisjordanie, tout comme Abu Rahmah, est devenu un symbole de la résistance palestinienne non violente à l'occupation, qui est un mouvement grandissant dans les Territoires Palestiniens Occupés. Israël, dont l'image souffre de l'extension de ces protestations pacifiques, tente de réprimer ce mouvement par des arrestations, des assassinats et une terreur que les représentants de la France à Jérusalem, en particulier, ont pu constater sur place.

La sentence tombera dans quelques semaines et très probablement, si rien n'est fait, elle sera très lourde.

Nous vous prions, Monsieur le Ministre, d'adresser une lettre de protestation officielle au sujet de la condamnation d'Abu Rahmah à votre homologue israélien, d’exiger sa libération sans tarder et donc d'empêcher qu'il ne soit condamné à une longue et injuste période d'emprisonnement. Ce n'est pas une affaire de justice, c'est une affaire politique et de droits de l'homme.


Il serait aussi très dangereux de laisser signifier aux Palestiniens, par une répression féroce et injustifiée de la résistance populaire non-violente à la colonisation israélienne, que l'option de la violence serait leur seul choix possible.


En 2009 Desmond Tutu et Jimmy Carter ont rencontré Abdallah Abu Rahmah et d'autres animateurs du comité populaire de Bil'in et ont apporté leur soutien total à leur lutte.

Vous avez, Monsieur le Ministre, exprimé en 2009 votre soutien à la lutte non-violente de Bil'in. Le moment est venu que ce soutien s'exprime concrètement pour obtenir la libération de Abdallah Abu Rahmah !

Abu Rahmah et ses camarades villageois, qui s’étaient d’ailleurs vu remettre la Médaille Carl von Ossietzky, le 7 décembre 2008 à Berlin, par la Ligue Internationale des Droits de l’Homme pour leur action courageuse en faveur des droits de l’homme, se voient ainsi refuser le droit fondamental de protester contre le vol illégal de leurs terres, illégalité reconnue avec force dans l'avis rendu par la Cour Internationale de Justice de La Haye le 9 juillet 2004 qui stipulait :

"Israël est dans l'obligation de mettre un terme aux violations du droit international dont il est l'auteur; il est tenu de cesser immédiatement les travaux d'édification du mur qu'il est en train de construire dans le territoire palestinien occupé, y compris à l'intérieur et sur le pourtour de Jérusalem-Est, de démanteler immédiatement l'ouvrage situé dans ce territoire et d'abroger immédiatement ou de priver immédiatement d'effet l'ensemble des actes législatifs et réglementaires qui s'y rapportent, conformément au paragraphe 151 du présent avis».

Nous vous prions de croire, Monsieur le Ministre, à l’assurance de nos salutations distinguées.


Le Bureau National de l'AFPS

Association France-Palestine Solidarité (AFPS)
21 ter Rue Voltaire 75011 Paris
Tél: 00.33.1.43.72.15.79
Fax: 00.33.9.56.03.15.79
afps@france-palestine.org
www.france-palestine.org

Partager cet article
Repost0
26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 00:17
mercredi 8 novembre 2006
par Administrateur
Général Pierre Marie GALLOIS

Biographie du Général GALLOIS

Pierre Marie Gallois (né le 29 juin 1911) est un Général de Brigade aérienne français (C.R.), artisan de la dissuasion nucléaire. Il est aussi un géopoliticien français.

http://www.forumpourlafrance.org/spip/-General-Pierre-Marie-GALLOIS-.html

 

Le Général Gallois avoue que la guerre en ex yougoslavie

n’ a été qu’une suite de mensonges et manipulations.

C’est l’occident qui a attaqué les serbes

afin de démembrer la Yougoslavie.

(NB Eva: Afin que la Russie perde ce soutien slave, pour mieux l'encercler avec au Kosovo la plus grande base de l'OTAN. Machiavélique !)


Par fonzibrain

Vidéo du Général Gallois :

http:// www.dailymotion.com/video/xejq47_la-derniere-video-de-mfl-en-memoire_news?start=1#from=embed


Cette interview est édifiante, tout ce que nous avions grace aux informations non officielles est confirmé par ce militaire, sur la fin de sa vie il n’a pas eu peur de dire la vérité, et la vérité est loin d’être belle.

Une fois de plus la manipulation a été énorme, les médias ont crée l’agression Serbe de toutes pièces et les ont fait passer pour des barabres alors qu’ils ont été attaqués et ne faisaient que se défendre, ça me rappelle quelque chose…

L’Allemagne est le principal instigateur de la destruction de la Yougoslavie, précisons aussi que Meyssan disait exactement la même chose que ce Général, malheureusement, depuis son livre sur le 11/09 Thierry Meyssan est tout simplement INTERDIT d’antennes en France, rien que ça, et après on va emmer l’Iran sur la liberté d’expression…

Je vous conseille également de lire  » comment le djihad est arrivé en europe  » de Jurgen Elsasseur, c’est une mine d’or pour comprendre l’action des differents intervenants .

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15345

 

  • 1957 : L'Europe au défi, Plon (en collaboration)
  • 1960 : Stratégie de l'âge nucléaire, Calman-Lévy
  • 1961 : L'Alliance atlantique, Berger-Levrault (en collaboration
  • 1961 : Balance of terror, Houghton and Miffin, New York
  • 1962 : Europas Shutz, Condor Verlag
  • 1967 : Paradoxes de la paix, Presse du Temps Présent
  • 1972 : L'Europe change de maître, L'Herne
  • 1975 : La Grande Berne, Plon
  • 1976 : L'Adieu aux armées, Albin Michel
  • 1977 : Le Renoncement, Plon
  • 1985 : La Guerre des cent secondes, Fayard
  • 1990 : Géopolitique, les voies de la puissance, Plon
  • 1992 : Geopolitica, los caminos del poder, Éditions Ejércitos, Madrid
  • 1994 : Livre noir sur la défense, Plon
  • 1995 : Le Sang du pétrole - tome I : Irak - tome II : Bosnie, L'Âge d'Homme
  • 1995 : Le Soleil d'Allah aveugle l'Occident, L'Âge d'Homme
  • 1999 : Le Sablier du siècle, L'Âge d'Homme
  • 1999 : La France sort-elle de l'Histoire ?, L'Âge d'Homme
  • 2001 : Le Réquisitoire, L'Âge d'Homme
  • 2001 : Écrits de guerre, L'Âge d'Homme
  • 2001 : Mémoires des ondes, L'Âge d'Homme
  • 2001 : Le Consentement fatal, Éditions Textuel
  • 2002 : L'Année du terrorisme, L'Âge d'Homme
  • 2002 : Devoir de vérité, Le Cerf
  • 2003 : L'Année des fiascos, L'Âge d'Homme
  • 2004 : L'Heure fatale de l'Occident, L'Âge d'Homme
  • 2005 : Vichy - Alger - Londres, L'Âge d'Homme
  • 2007 : Manifeste pour une Europe des peuples (en collaboration), Éditions du Rouvre

Le général Gallois a publié de nombreux articles de presse, il a participé à de nombreux débats relatifs aux relations internationales, la stratégie et la politique. Il participe notamment au mensuel BI (ex-Balkans Info)

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Marie_Gallois

Partager cet article
Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 23:53
Partager cet article
Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 23:01

Après Woerth, voici Sérigny,

ou les conflits d'intérêts au sein du gouvernement Sarkozy

croix


Vendredi 20 août, le journaliste Benoît Collombat de France Inter a publié une longue enquête sur  Eric de Sérigny, conseiller de l'ombre d'Eric Woerth aux ministères du Budget puis du Travail. L'occasion de revenir sur quelques conflits d'intérêts marquant le gouvernement Sarkozy.

« Un conflit d'intérêts naît d'une situation dans laquelle un agent public a un intérêt personnel de nature à influer ou paraître influer sur l'exercice impartial et objectif de ses fonctions officielles. L'intérêt personnel de l'agent public englobe tout avantage pour lui-même ou elle-même ou en faveur de sa famille, de parents, d'amis ou de personnes proches, ou de personnes ou organisations avec lesquelles il ou elle a ou a eu des relations d'affaires ou politiques. Il englobe également toute obligation financière ou civile à laquelle l'agent public est assujetti. » 

(Conseil de l'Europe, Recommandation n° R (2000)10 du Comité des ministres sur les codes de conduite pour les agents publics, 11 mai 2000, rappelé par Transparency International)

Cette définition n'est visiblement pas partagée à l'Elysée ou à l'UMP. La proximité du chef de Sarkofrance et de ses collaborateurs les plus proches avec le milieu d'affaires est une chose. Le renvoi d'ascenseur, aussi direct et décomplexé, en est une autre. Après l'affaire Woerth, devenu véritable Sarkogate quand des soupçons de financement politique illégaux se sont fait jour, voici une nouvelle affaire protéiforme qui s'annonce.

On en sait effectivement un peu plus sur la double casquette d'Eric Le Moyne de Sérigny. Ce conseiller d'Eric Woerth a répondu, par écrit, à un journaliste de France Inter. Il se défend : sa fonction de conseiller chargé des relations avec le monde économique auprès d'Eric Woerth, d'abord au Budget puis au Travail, est « bénévole. » Elle se résumerait à l'organisation de quelques dîners, environ un par trimestre, entre hommes d'affaires et le ministre. Son pedigree professionnel est pourtant impressionnant. Et l'on découvre plusieurs nouveaux soupçons de conflits d'intérêts.

Conseiller bénévole
Disposer d'une carte de visite de la République confère une certaine autorité. Expliquer ensuite que la fonction n'est que bénévole créé le trouble. Elle dispense le titulaire de toute étanchéité entre sa mission publique - même bénévole, cette mission existe - et son métier. Un représentant de l'Etat est soumis à des règles. Il existe même une Commission de déontologie créée pour vérifier ce type d'étanchéité. Rompre professionnellement (et provisoirement) avec son métier antérieur est la moindre des obligations.

Paradis Fiscaux
Peut-on lutter efficacement contre les paradis fiscaux et se faire conseiller par l'un de leurs praticiens ? Cette question, non pas légale mais éthique, se posait déjà dans l'affaire Bettencourt, quand on découvrit, grâce aux enregistrements pirates des conversations entre Liliane Bettencourt et son gestionnaire de fortune, que l'employeur de l'épouse du ministre du budget pratiquait par ailleurs l'évasion fiscale. Eric de Sérigny ajoute un nouveau cas au dossier.

Entre autres choses, Eric de Sérigny travaille ainsi beaucoup avec Bernard Lozé. Il préside notamment de directoire d'Alternative Leaders France, dont Lozé préside le conseil d'administration. L'objet social d'ALF est la gestion de fortune, « une gestion alternative innovante et rigoureuse respectueuse de la maîtrise des risques et des intérêts des investisseurs ». M. Lozé est aussi administrateur-conseil d'une multitude de hedge funds (répertoriés dans l'enquête de Benoît Collombat) et de structures financières basées dans des paradis fiscaux (Lichtenstein, Luxembourg, Suisse).

De Maistre à Woerth
Au début de l'affaire Bettencourt/Woerth, le ministre du travail expliquait qu'il ne connaissait pas Patrice de Maistre, puis qu'il l'avait brièvement rencontré. On sait depuis que l'un de ses plus fidèles conseillers, le jeune Sébastien Proto est un ami proche d'Antoine Arnault... dont Patrice de Maistre est le beau-père. Nouvelle information, M. de Maistre dirige un fond d'investissement spécialisé dans la gestion de fortune des sociétés non cotées, Brinon Investissement. Bernard Lozé en est l'un des administrateurs.

Molex et Athema
En mars 2010, deux jours après avoir été nommé ministre du Travail, Eric Woerth désavoue l'inspection du Travail, et accepte le licenciement économique des représentants du personnel de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne). Le fabricant de connectique automobile souhaitait restructurer l'établissement, après 11 mois de conflit social.

ATHEMA est une société « spécialisée dans le conseil en opérations de rapprochements et de financements d’entreprises.» En septembre 2009, elle a travaillé sur le dossier Molex en septembre 2009, avec le cabinet d'avocats de la direction.

Eric de Sérigny est « senior partner » d'ATHEMA depuis juin 2009.

Imérys et le FSI
L'ancien directeur du Fond Stratégique d'Investissement, (FSI) Gilles Michel, va reprendre la direction générale d'Imérys, une société contrôlée par Albert Frère. Au Board d'Imérys, on retrouve Sérigny et Lozé. Sérigny fait même partie du comité stratégique de l'entreprise. L'un des DG d'Imérys est le mari de Valérie Pécresse.

Le FSI cherche à faire entrer une autre société d'Albert Frère au capital de la compagnie CMA-CGM. La Caisse des Dépôts, actionnaire à 51% du FSI (aux côtés de l'Etat, 49%), a démenti voici 10 jours tout conflit intérêt.

Premier Cercle
Dans ses deux réponses écrites aux questions de France Inter, Eric de Sérigny dément avoir participé au Premier Cercle des donateurs de l'UMP. Au sein d'Imerys, on trouve également Aimery Langlois-Meurinne, un autre donateur de l'UMP repéré par la presse suisse lors d'une réunion du Premier Cercle de l'UMP à la Caviar House de Genève, le 23 mars 2007 avec Eric Woerth, alors trésorier de l'UMP et du candidat Sarkozy.

C'est la troisième fois, en l'espace d'un trimestre, qu'un coup de projecteur est ainsi porté sur le Premier Cercle. Un autre proche du chef de l'Etat, son « ami » Guy Wildenstein, héritier de Daniel Wildenstein, n'a pas fait preuve d'une telle distance. Membre de l'UMP, Guy Wildenstein est opposé à sa belle-mère, qui lui reproche d'avoir subtilisé l'essentiel des 4 milliards d'euros de la fortune de son père disparu. Eric Woerth, alors ministre du budget, n'a jamais répondu ni fait répondre aux courriers de Mme Wildenstein demandant une enquête de l'administration fiscale.

Et début août, Eric Woerth a été accusé, lettre à l'appui, d'être directement intervenu pour effacer 27 millions d'euros d'impôts ainsi que toute pénalité de mauvaise foi que la succession du sculpteur Cesar aurait dû acquitter. L'exécuteur testamentaire de Cesar ne cache pas être un donateur de longue date de l’UMP.

 


Auteur : SARKOFRANCE - Source : http://sarkofrance.blogspot.com/

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15252

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche