Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 04:29

 

 

APPEL AU REVEIL DES CONSCIENCES.

Pour que la France reste dans le Club des Pays civilisés.

 

 

Voyage en Sarkozie...

 

Notre Pays est trop souvent condamné par la Cour européenne de Justice pour ses manquements au respect des droits de l’Homme. Il vient de l’être par l’ONU après une nouvelle accélération de la spirale de sa politique sécuritaire, discriminatoire. 

 

Il appartient à chacun de faire tout ce qui en son pouvoir pour arrêter cela... avant qu'il ne soit trop tard !

 

Nul ne peut nier qu’il y a des problèmes liés à la violence et à la sécurité des personnes et des biens. Mais il y a d’autres méthodes pour circonscrire ces problèmes. Cela en n’oubliant pas la notion de prévention et en luttant contre les injustices. Cela en traitant les causes et non les conséquences. Causes qui sont, entre autres, le fruit des errements de certaines décisions et du laxisme de nos gouvernants depuis plus de 30 ans.

 

Il est urgent que tous les citoyens réagissent autrement que guidés par la peur et dépassent leurs inclinaisons politiques pour ne pas être demain, eux-mêmes, victimes de la démagogie ambiante. (*)

Il est urgent que tous les élus qu’ils soient de la majorité ou de l'opposition - qui aujourd’hui ne semblent avoir, aux yeux des Français, pour seul objectif, que la volonté d’accéder au « Pouvoir pour le Pouvoir » - aient un peu de courage et de lucidité pour admettre que leur responsabilité personnelle est engagée

 

Il est urgent de  créer un "front commun" contre toutes les mesures qui font passer notre pays dans le camp de ceux qui ne respectent pas la démocratie, la liberté, l’Autre !  

 

Quelle que soit la couleur de sa peau, son statut social, ses origines. 

 

Gérard Gautier

Ancien conseiller régional de Bretagne

Saint-Brieuc le 16 août 2010

 

Site        : http://blanccestexprime.olympe-network.com/

 

(*) http://blanccestexprime.olympe-network.com/articles.php?lng=fr&pg=657

 


Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 16:55

 

 

mardi 17 août 2010, a 06:02

Israël doit attaquer l'Iran d'ici le 21 août pour ne pas perdre la face...

 

 

 

 

 

 

Une guerre pour rehausser la popularité d'Obama?

 

Le 21 août 2010, la Russie va charger le réacteur de Bushehr (en Iran) de combustible, ce qui propulsera l'Iran dans l'ère nucléaire.

 

Israël a juré de détruire le réacteur iranien avant de permettre à un pays hostile de développer des armes nucléaires offensives.  Si Israël lance une attaque contre l'Iran, ils ne s'arrêteront pas aux installations du réacteur.  Israël possède des armes nucléaires qui peuvent réduire l'Iran en ruines et lancer le monde dans un holocauste thermonucléaire.

 

En un seul jour, l'attaque Israélienne forcera tous les grands pays à entrer en guerre.  Rappelez-vous que l'Iran et la Russie sont des alliés et que la Chine a investi des milliards de dollars dans les infrastructures pétrolifères.  Elle ne va certainement pas s'asseoir et regarder ses investissements être anéantis par Israël et les États-Unis...

 

Il faut aussi considérer le "timing" en ce moment: le Président Obama se prépare à une défaite politique majeure en novembre.

 

Traditionnellement, les présidents qui ont fait face à des pertes massives de popularité se sont tournés vers des campagnes militaires pour rattiser le nationalisme et pour reprendre du pouvoir politique.  Il y a beaucoup de pressions, et d'engagements, pour retirer les troupes, pour réduire les dépenses de guerre, pour créer des programmes d'emplois destinés au peuple américain.  Ces appels à la démilitarisation vont s'accroître à moins que les troupes soient engagées dans une autre guerre... 

 

Les multinationales, quant à elles, font pression pour le maintien militaire afin de protéger leurs investissements dans le domaine pétrolier.

 

Une attaque sur l'Iran, dans le moins pire des scénarios, va perturber l'arrivée du pétrole vers les États-Unis et va provoquer une flambée des prix.   Dans le pire des scénarios, les États-Unis pourraient être la cible d'une attaque nucléaire, avoir des millions de morts et voir le "rêve américain" complètement détruit.

 

Si une telle situation venait qu'à arriver, le niveau d'alerte terroriste serait alors élevé et la loi martiale serait décrétée. 

 

Vous voulez savoir ce qu'implique la loi martiale, écoutez le film "Couvre feu":

http://www.dailymotion.com/video/x6m8ut_couvrefeu-hollywood-anticipait-la-l_news

 

Écoutez cette entrevue sur le réseau FOX NEWS pour saisir l'ampleur de la situation (en anglais):

http://www.youtube.com/watch?v=xdfO4e-kbBk&feature=player_embedded

 

http://consciencedupeuple2007.blog.mongenie.com/index.php?idblogp=952999

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 07:10

 

Wikipedia

 

Un faisceau de plus en plus ardent de très mauvaises nouvelles de l’état de santé de la Terre fait craindre le pire et nous conduit à douter que ce troisième millénaire puisse durer plus d’un siècle.


À qui la faute ?

À nous autres, hommes contre-nature, hommes cupides, hommes de déraison, hommes invasifs qui affectons et infectons notre planète.

Une chose est certaine : nous vivons dans un monde fini et on ne pourra tirer ainsi et chaque fois plus sur l’élastique des écosystèmes.

L’élasticité écologique existe, elle se nomme résilience, mais ses limites sont scientifiquement définies. Nous les avons déjà outrepassées...

 

Il ne tient qu’aux autorités, élues et chargées de la gouvernance des ressources et de la biosphère, de permettre à l’humanité de reprendre le cours normal de son transit terrestre. Encore faudrait-il que notre immense bêtise ne soit plus sujette à exploitation par le charlatanisme électoral, et là, il y a du travail puisque le prosaïque pouvoir d’achat reste hélas le seul point focal de notre société déconnectée des fondamentaux.


 Et si les dites autorités se montrent sans conscience et démagogues, il faut les congédier, il faut les renverser.

 

Pour reprendre la route avec une moindre casse, la recette univoque est explicitée dans DICTATURE VERTE, un livre au titre équivoque, et pour cause, puisque si nous sommes aptes à accepter un code de la route, un code fiscal, un code pénal, voire quelques des droits de l'homme…, nous nous montrons inaptes à obéir à un code écologique, à respecter les droits de la Nature, ce qui ne serait pourtant rien d’autre qu’une morale pour un futur viable.

 

Dans un contexte de grande paisibilité et de joie éthique, la feuille de route de ce véritable « effort de guerre » peut ainsi se résumer :

 

 1) Cap sur une urgente politique de décroissance démographique afin de revenir à une charge humaine voisine de celle de 1960 (quelques 3 milliards d’Homo sapiens…) ;

2) Priorité au maintien et à la restauration de la biodiversité sans laquelle nous ne sommes rien, avec révision de la notion d’empreinte écologique (présentement strictement environnementale) ;

3) Coup d’arrêt à la pétro-addiction, quelles qu’en soient les conséquences économiques (préserver les ressources relictuelles au seul profit des activités prioritaires et dans un souci d’avenir) ;

4) Encouragement en faveur d’un certain végétarisme (notamment par l’instauration d’un ticket de viande hebdomadaire).

 

Ces quatre points semblent majeurs.

Un infini cortège de mesures connexes (portant notamment sur le renoncement au consumérisme capitaliste) doit accompagner ces grands axes afin d’harmoniser nos comportements sur le nouveau mode élu.

 

Quel électrochoc social !!

 

 

DICTATURE VERTE, LE LIVRE

http://www.amazon.fr/Dictature-verte-Tarrier-Michel/dp/2812701404

http://www.notre-planete.info/actualites/com.php?id=1897 

 

 

NE TUONS PAS LA BEAUTÉ DU MONDE...

http://www.youtube.com/watch?v=5qXcrNYQJ8c

.


 

COMME Y'EN A PLUS QUE MARRE, J'ENTRE DE SUITE EN ÉCORÉSISTANCE...

http://www.notre-planete.info/actualites/com.php?id=1901

http://www.facebook.com/group.php?gid=138959779453554&ref=mf

 

 


Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 06:38
La classe d’une école de village en Suisse, en 1848 (peinture d’Albert Anker, 1896)
Wikipedia
.
Rentrée scolaire : livres trop chers ? Ne les achetez pas !

La rentrée scolaire risque de coûter cher aux nouveaux lycéens. En théorie, la réforme change tout. En pratique, on peut échapper au pire...

 

Dans certains lycées, les élèves de seconde ont reçu des listes de livres neufs pour toutes les matières.

 

Pour certains, ce serait un surcoût de 200 €, selon les services de la Région Lorraine. Le conseil régional programme une subvention globale de 7 millions d’euros pour la carte lycéenne multipass permettant d'aider à l’achat de livres.

 

Cette carte multipass offre un bon d’achat de 110 € aux élèves de seconde. 45.000 jeunes Lorrains entrent au lycée en septembre.

 

La multipass lorraine aide pratiquement tous les lycéens à rembourser leurs dépenses de livres, sur l’ensemble du cycle secondaire.

 

Si l’assemblée régionale devait compenser la réforme actuelle, cela ferait presque doubler le budget de la multipass. Impossible, étant donné les budgets serrés !

 

L'association des régions de France a bien tenté de dénoncer la situation, en interpellant le ministre. Réponse : les régions ne sont pas obligées de subventionner les livres scolaires.

 

Après la rentrée, « on verra au cas par cas, pour les situations les plus difficiles, selon les besoins », explique la vice-présidente de la région Lorraine, Laurence Demonet.

 

De son côté, la FCPE, première fédération de parents d’élèves, regrette que cette réforme soit validée sans concertation dans de nombreux établissements.

 

Il faut cependant savoir que l'achat des livres scolaire n’est pas obligatoire. Et avec le livre numérique, acheter des manuels papier sera bientôt terminé ! Du moins, c’est ce qu’on dit, en ce moment, du côté du ministère de l’éducation.

 

En attendant, la consultation des manuels scolaires sur internet n’est pas encore au point. Et rien ne permet d'affirmer que, demain, le livre scolaire numérique sera gratuit.

 

LW

 

http://eurocitoyen.blogspirit.com/archive/2010/08/16/rentree-scolaire-livres-trop-chers-ne-les-achetez-pas.html

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 06:31

20649.jpg

 

L'éveil politique et le nouvel ordre mondial

La Révolution technologique et l'avenir de la Liberté

 

 

Andrew Gavin Marshall

 

Une transformation unique dans l’histoire de l’humanité a lieu dans le monde entier. Il s’agit d’un changement d’une portée et d’une ampleur sans précédent, représentant également la menace la plus importante à laquelle font face toutes les structures de pouvoir mondiales: « l’éveil politique mondial ». Le terme, forgé par Zbigniew Brzezinski, fait référence, comme il l’écrit, au fait suivant :

 

Pour la première fois dans l’histoire, presque toute l’humanité est politiquement active, politiquement consciente, et politiquement interactive. L’activisme mondial génère une montée de la quête du respect culturel et de l’opportunité économique dans un monde marqué par les souvenirs de la domination coloniale ou impériale. [1]

 

C’est essentiellement ce puissant éveil politique mondial qui présente le défi le plus sérieux et le plus important pour les pouvoirs organisés de la mondialisation et l’économie politique mondiale, soit les États-nations, les compagnies multinationales, les banques, les banques centrales, les organisations internationales, l’armée, les services du renseignement, les médias et les institutions académiques. La classe capitaliste transnationale (CCT), ou « super-classe », comme l’appelle David Rothkopf, sont plus que jamais mondialisée. Pour la première fois de l’histoire, nous avons une élite véritablement mondiale et fortement intégrée. Puisque les élites ont mondialisé leur pouvoir, en cherchant à construire un « nouvel ordre mondial » de gouvernance planétaire et en dernier lieu de gouvernement mondial, elles ont simultanément mondialisé les populations.

 

La « révolution technologique » (ou « technétronique » comme la qualifiait Brzezinski dans les années 1970) implique deux développements géopolitiques majeurs. Le premier étant qu’avec l’évolution technologique, les systèmes de communication de masse se développent rapidement et les peuples du monde sont en mesure de communiquer entre eux instantanément et d’avoir accès à des informations provenant du monde entier. Au cœur de ce développement se trouve le potentiel et, à la limite, la principale source d’un important éveil politique mondial. Simultanément, la révolution technologique a permis aux élites de rediriger et de contrôler la société par des moyens jamais imaginés, pour culminer en une dictature scientifique mondiale, comme bon nombre l’ont annoncé depuis les premières décennies du 20e siècle. Au moment où la science déchaîne la puissance de la génétique, de la biométrie et de la surveillance, ainsi que de nouvelles formes modernes d’eugénisme implantées par une élite scientifique équipée de systèmes de contrôles psycho-sociaux (l’usage de la psychologie dans le contrôle des foules), le potentiel de contrôle des masses n’a jamais été aussi grand.

 

Qu’est-ce que l’« éveil politique mondial »? 

 

Afin de répondre à cette question, il est préférable de laisser Zbigniew Brzezinski parler pour lui-même, puisqu’il s’agit de son propre terme. En 2009, basé sur un discours qu’il avait livré à Chatham House à Londres, M. Brzezinski a publié un article dans leur revue académique International Affairs. Chatham House, appelé autrefois Royal Institute of International Relations, est la contrepartie du Council on Foreign Relations, situé aux États-Unis, deux « institutions sœurs » fondées en 1921 afin de coordonner la politique étrangère anglo-américaine. Son article, « Major foreign policy challenges for the next US President » (Les grands défis de la politique étrangère pour le prochain président étasunien) analyse pertinemment les grands défis géopolitiques de l’administration Obama dans la gestion de l’État hégémonique mondial à cette époque critique. M. Brzezinski fait référence à l’« éveil politique mondial » comme un « événement véritablement transformateur sur la scène planétaire », car :

 

Pour la première fois dans l’histoire, presque toute l’humanité est active, consciente, et interactive sur le plan politique. Seules quelques parcelles d’humanité dans les coins les plus reculés du monde ne sont pas alertes sur politiquement et engagées dans l’effervescence et l’agitation politique si répandues aujourd’hui à travers le monde. L’activisme politique mondial qui en résulte génère une montée de la quête de la dignité personnelle, du respect culturel et de l’opportunité économique dans un monde douloureusement marqué par les souvenirs de plusieurs siècles de domination étrangère, coloniale ou impériale. [2]

 

Brzezinski suggère que l’« éveil politique mondial » représente l’un des développements géopolitiques les plus dramatiques et significatifs, et qu’il « apparaît sous des formes radicalement différentes, de l’Irak à l’Indonésie, de la Bolivie au Tibet ». Comme l’explique l’économiste, « bien que les États-Unis aient mis l’accent sur leur notion des désirs des peuples (la démocratie et la richesse créée par le libre-échange et les marchés libres), M. Brzezinski pointe dans une autre direction : Il s’agit de dignité ». En outre, M. Brzezinski fait valoir que «  l’aspiration mondiale à la dignité humaine est le défi central inhérent au phénomène de l’« éveil politique mondial » [3].

 

En 2005, Brzezinski a écrit un essai pour The American Interest intitulé « The Dilemma of the Last Sovereign » (Le dilemme du dernier souverain), dans lequel il explique le paysage géopolitique dans lequel se trouvent les États-Unis et le reste du monde. Il écrit que « [p]our la plupart des États, la souveraineté frôle la fiction légale » et il critique les objectifs de la politique étrangère et la rhétorique de l’administration Bush. Brzezinski a été un critique féroce de la « guerre au terrorisme » et de la rhétorique inhérente à celle-ci, à savoir, la diabolisation de l’Islam et des musulmans, lesquels constituent la religion et l’une des populations ayant la plus forte croissance au monde. M. Brzezinski craint l’ensemble des conséquences négatives que cela pourrait avoir sur la politique étrangère étasunienne et sur les objectifs et les aspirations du pouvoir mondial. Il écrit :

 

Les États-Unis doivent affronter directement une nouvelle réalité mondiale d’importance capitale : la population mondiale vit un éveil politique d’une ampleur et d’une intensité sans précédent, entraînant la transformation des politiques populistes en politiques de pouvoir. La nécessité de réagir face à ce puissant phénomène pose un dilemme historique aux États-Unis, pays d’une souveraineté exceptionnelle : quelle devrait être la définition fondamentale du rôle mondial des États-Unis [4]?

 

Brzezinski explique que la conception d’une politique étrangère fondée sur un seul événement, les attaques du 11 septembre 2001, a légitimé à la fois des mesures illégales (la torture, la suspension de l’habeas corpus, etc.), lancé une « guerre mondiale au terrorisme » et pacifié les citoyens afin qu’ils acceptent cette guerre sans fin. La rhétorique et les émotions inhérentes à cette politique étrangère ont créé une vague de patriotisme et un sentiment de rédemption et de vengeance. Ainsi, M. Brzezinski explique :

 

Il n’était pas nécessaire de préciser davantage qui étaient réellement les terroristes, d’où ils venaient, quels motifs historiques, quelles passions religieuses, ou quelles doléances politiques avaient axé leur haine sur les États-Unis. Le terrorisme a par conséquent remplacé les armes nucléaires soviétiques comme principale menace et les terroristes (potentiellement omniprésents et généralement identifiés comme étant musulmans) ont remplacé les communistes en tant que menace ubiquiste [5].

 

Brzezinski fait comprendre que cette politique étrangère ayant embrasé l’anti-américanisme dans le monde, spécifiquement dans le monde musulman, la principale population ciblée par la rhétorique « terroriste », a en fait attisé davantage l’« éveil politique mondial ». Il écrit :

 

Ce n’est pas le terrorisme mondial qui pose le principal défi de notre temps, mais plutôt l’intensification de l’agitation causée par l’éveil politique mondial. Cet éveil est socialement imposant et se radicalise politiquement [6].

 

Bien que son ampleur soit unique actuellement, cet « éveil politique mondial », écrit Brzezinski, provient des idées et des actions de la Révolution française, laquelle était au cœur de la « transformation de la politique moderne par l’émergence d’une conscience nationale socialement puissante ». Brzezinski explique l’évolution de l’« éveil » :

 

Durant les 216 années subséquentes, l’éveil politique s’est propagé comme une tache d’encre, graduellement, mais inexorablement. L’Europe de 1848, et de manière plus générale les mouvements nationalistes de la fin du 19e et du début du 20e siècle, ont reflété les nouvelles politiques des passions populistes et un engagement progressif des masses. À certains endroits, cette combinaison embrassait le manichéisme utopique pour lequel la Révolution bolchévique de 1917, la prise de pouvoir des fascistes en Italie en 1922 et celle des Nazis en Allemagne en 1933 ont été des tremplins. L’éveil politique a également balayé la Chine, précipitant ainsi plusieurs décennies de conflits. Les sentiments anticoloniaux ont galvanisé l’Inde, où la tactique de résistance passive a efficacement désarmé la domination impériale et, après la Seconde Guerre mondiale, l’agitation politique anticoloniale a mis fin aux empires européens subsistants. Dans l’hémisphère occidental, dès les années 1860, le Mexique a vécu une première bribe d’activisme politique, ayant finalement mené à la Révolution Mexicaine du début du 20e siècle [7].

 

Au bout du compte, en dépit des résultats des éveils précédents, cela signifie que c’est la population qui est au cœur du concept d’« éveil politique », le peuple, assumant une conscience politique et sociale et prenant part subséquemment à une importante action politique et sociale visant à provoquer un virage et un changement majeurs ou une révolution dans les domaines politique, social et économique. Par conséquent, aucune transformation sociale ne présente un défi aussi grand et aussi direct aux structures de pouvoir centralisées et établies, qu’elles soient de nature politique, sociale ou économique. Brzezinski explique par ailleurs l’évolution de l’« éveil politique mondial » des temps modernes :

 

Il n’est pas exagéré d’affirmer qu’aujourd’hui au 21e siècle, la plupart des populations des pays développés sont politiquement agitées et effervescentes à de nombreux endroits. Il s’agit d’une population excessivement consciente de l’injustice sociale, comme jamais auparavant, et souvent pleine de ressentiment face à la perception qu’elle a de son manque de dignité. L’accès quasi universel à la radio, à la télévision et, de plus en plus, à Internet crée une communauté partageant des perceptions et de l’envie pouvant être galvanisées et dirigées par des passions démagogiques, politiques, ou religieuses. Ces énergies transcendent les frontières souveraines et représentent une menace à la fois pour les États existants et pour la hiérarchie mondiale existante, au sommet de laquelle sont perchés les États-Unis [8].

 

Brzezinski fait comprendre que plusieurs zones de l’« éveil politique mondial », telles que la Chine, l’Inde, l’Égypte, la Bolivie, les pays musulmans du Moyen-Orient, l’Afrique du Nord et l’Asie du Sud-est, de plus en plus l’Europe et les territoires amérindiens en Amérique latine « définissent toujours plus ce qu’ils désirent en réaction à ce qu’ils perçoivent comme un impact hostile du monde extérieur sur eux. Ils n’aiment pas le statu quo de différentes manières et à divers degrés d’intensité, et bon nombre d’entre eux sont susceptibles d’être mobilisés contre le pouvoir extérieur qu’ils envient et perçoivent également comme préoccupé, par intérêt personnel, par ce statu quo ». Brzezinski élabore sur le groupe le plus affecté par cet éveil :

 

La jeunesse du Tiers-monde est particulièrement agitée et rancunière. La révolution démographique qu’ils incarnent constitue dès lors elle aussi une bombe à retardement politique. À l’exception de l’Europe, du Japon et des États-Unis, l’expansion rapide du gonflement démographique dans la tranche d’âge des 25 ans et moins crée une masse énorme de jeunes gens impatients. Leurs esprits ont été agités par des sons et des images émanant de loin et qui intensifient leur mécontentement face à leurs préoccupations. Leur fer de lance révolutionnaire potentiel émergera probablement de la tonne de millions d’étudiants concentrée dans les institutions d’enseignement de « niveau supérieur » des pays en développement, d’une intellectualité souvent douteuse. Dépendamment de la définition de l’enseignement de niveau supérieur, il existe actuellement entre 80 et 130 millions d’« étudiants » sur la planète. Provenant généralement de la classe moyenne inférieure, socialement dépourvue d’assurance, et embrasés par un sens d’indignation sociale, ces millions d’étudiants sont des révolutionnaires en devenir, déjà partiellement mobilisés en grandes congrégations, connectés par Internet et pré-positionnés pour une reprise de ce qui a eu lieu des années auparavant à Mexico ou sur la place Tiananmen. Leur énergie physique et leur frustration émotionnelle n’attendent qu’une cause, une foi ou une haine pour se déclencher [9].

 

Brzezinski affirme donc qu’afin d’aborder ce nouvel « affrontement » planétaire visant les pouvoirs établis, particulièrement les États-nations qui ne peuvent se mesurer convenablement à des populations inflexibles et à des demandes populistes, il est nécessaire « d’accroître la coopération supranationale promue activement par les États-Unis ». En d’autres termes, Brzezinski favorise une internationalisation accrue et étendue, ce qui n’est pas surprenant si l’on considère qu’il a jeté les bases intellectuelles de la Commission trilatérale. Il explique qu’« en soi, la démocratie n’est pas une solution durable », car elle pourrait être rattrapée par un « populisme radicalement rancunier ». Il s’agit véritablement d’une nouvelle réalité universelle.

 

Une humanité politiquement éveillée a soif d’une dignité politique pouvant être renforcée par la démocratie. Toutefois, la dignité politique englobe également l’autodétermination nationale ou ethnique, la définition de soi sur le pan religieux, ainsi que les droits humains et sociaux, tout ça dans un monde désormais excessivement conscient des iniquités raciales, ethniques et économiques. La quête de dignité politique, surtout par l’autodétermination nationale et la transformation sociale, fait partie de l’impulsion d’affirmation de soi des défavorisés du monde [10].

 

En conséquence, écrit Brzezinski, « une réaction efficace ne peut que venir des États-Unis, un pays confiant et véritablement consacré à une nouvelle vision de la solidarité mondiale ». Cette idée veut que pour faire face aux revendications engendrées par la mondialisation et les structures mondiales de pouvoir, les États-Unis et le reste du monde doivent étendre et institutionnaliser le processus de mondialisation, non seulement dans la sphère économique, mais aussi dans les sphères sociale et politique. Il s’agit d’une logique pour le moins défaillante, si la solution à ce problème est d’accroître et de renforcer les problèmes systémiques. On n’éteint pas un feu en y ajoutant du carburant.

 

Brzezinski a même écrit : « Qu’on se le dise maintenant : la supranationalité ne devrait pas être confondue avec le gouvernement mondial. Même si cela était souhaitable, l’humanité est loin d’être prête pour un gouvernement mondial et le peuple étasunien n’en veut certainement pas. » Les États-Unis doivent plutôt être au centre de la construction d’un système de gouvernance mondiale, fait valoir Brzezinski, « au cœur de la formation d’un monde moins défini par la fiction que constitue la souveraineté étatique et davantage par la réalité d’une interdépendance élargie et politiquement réglementée [11] ». Autrement dit, il ne s’agit pas de « gouvernement mondial », mais de « gouvernance mondiale », -- simple astuce rhétorique -- puisque la gouvernance mondiale, peu importe à quel point elle paraît chevauchante, sporadique et décousue, représente en fait une étape clé et une transition nécessaire dans la démarche vers un réel gouvernement mondial.

 

Ainsi, en pratique, plutôt que d’aborder le problème et de l’affronter, la rhétorique et la réalité d’une « guerre mondiale au terrorisme » attise encore plus l’« éveil politique mondial ». En 2007, Brzezinski a dit au Sénat étasunien que la « guerre au terrorisme » était un récit mythique et historique [12] » ou autrement dit, une pure fiction.

 

Du pouvoir et des peuples  

 

Afin de comprendre correctement l’« éveil politique mondial », il est impératif de comprendre et d’analyser les structures de pouvoir qu’il menace le plus sérieusement. Pourquoi Brzezinski traite-t-il de ce sujet avec tant de véhémence? De quel point de vue aborde-t-il ce problème?

 

Les structures de pouvoir mondiales sont représentées la plupart du temps par des États-nations. On en compte plus de 200 dans le monde et la vaste majorité d’entre eux dominent des populations de plus en plus éveillées politiquement et davantage modelées par les communications et les réalités transnationales (comme la pauvreté, les iniquités, la guerre, l’empire, etc.) que par des questions nationales. Parmi les États-nations, les pouvoirs occidentaux sont les plus dominants, particulièrement les États-Unis, siégeant au sommet de la hiérarchie planétaire des nations à titre d’hégémonie mondiale (empire). La politique étrangère étasunienne a été dotée de l’élan impérial par un réseau allié de laboratoires d’idées réunissant les personnalités de haut rang des domaines politique, bancaire, industriel, académique, médiatique, militaire et du renseignement afin de formuler des politiques coordonnées.

 

Les plus notables de ces institutions socialisant les élites au-delà des frontières nationales et fournissant la logique et l’élan de l’empire forment un réseau associé de cercles de réflexions internationaux. En 1921, les élites académiques anglaises et étasuniennes ont rencontré d’importants groupes bancaires internationaux pour fonder deux « institutions jumelles » : le Royal Institute of International Affairs (RIIA), à Londres, connu aujourd’hui sous le nom de Chatham House, et le Council on Foreign Relations aux États-Unis. Des groupes d’analystes affiliés ont été créés ultérieurement au Canada, comme l'Institut canadien des affaires internationales (ICAI) connu de nos jours comme le Conseil International du Canada, et d’autres en Afrique du Sud, en Inde, en Australie et plus récemment au sein de l’Union Européenne avec la création du Conseil européen des relations étrangères [13].

 

Après la Première Guerre mondiale, ces forces ont cherché à remodeler l’ordre du monde selon leurs conceptions. Woodrow Wilson a proclamé le droit à « l’autodétermination nationale », entraînant ainsi la formation d’États-nations a travers le Moyen-Orient, dominé avant la guerre par l’Empire ottoman. Par conséquent, la proclamation du droit à « l’autodétermination » pour tous les peuples est devenue en réalité un moyen de construire des structures de pouvoir sous la forme d’États-nations que les nations occidentales ont non seulement contribué à construire, mais sur lesquelles elles ont aussi exercé leur hégémonie. Afin de contrôler les peuples, il faut construire des institutions de contrôle. Des pays comme l’Irak, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, le Liban, la Syrie, le Koweït, etc., n’existaient pas avant la Première Guerre mondiale.

 

Les élites ont toujours cherché à contrôler les populations et les individus pour satisfaire leurs propres désirs de pouvoir. Il importe peu que le système politique soit fasciste, communiste, socialiste ou démocratique. Les élites cherchent le pouvoir et le contrôle et sont inhérentes à chaque système de gouvernance. En 1928, Edward Bernays, le neveu du père de la psychanalyse Sigmund Freud, a écrit une de ses œuvres les pus influentes, Propaganda, ainsi que le livre Public Relations. Il est connu comme le « père des relations publiques » et, en dehors de ce domaine, rares sont ceux qui le connaissent. Toutefois, son impact sur les élites et le contrôle social a été très profond et d’une grande envergure.

 

Bernays a mené le travail de propagande derrière le coup de la CIA au Guatemala en 1954, en le formulant comme une « libération du communisme », alors qu’il s’agissait en réalité de l’imposition de dictatures qui allaient durer des décennies et visaient à protéger les intérêts de la compagnie United Fruit, qui avait engagé Bernays pour gérer la campagne médiatique contre le gouvernement social-démocrate du Guatemala. Bernays a également trouvé un fan et un étudiant chez le ministre de la Propagande d’Hitler, Josef Goebbels, lequel a puisé bon nombre de ses idées dans les écrits de Bernays. Parmi les projets tristement célèbres de ce dernier on trouve la popularisation du tabagisme chez les étasuniennes : il a engagé de jolies femmes pour qu’elles marchent le long de l’avenue Madison en fumant des cigarettes, donnant aux femmes l’impression que fumer était synonyme de beauté.

 

Dans son livre de 1928 Propaganda, Bernays a écrit : « [S]i l’on parvenait à comprendre le mécanisme et les ressorts de la mentalité collective, ne pourrait-on pas contrôler les masses et les mobiliser à volonté sans qu’elles s’en rendent compte? » Il écrit en outre :

 

La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays […] [D]ans la vie quotidienne, que l’on pense à la politique ou aux affaires, à notre comportement social ou à nos valeurs morales, de fait nous sommes dominés par ce nombre relativement restreint de gens […]en mesure de comprendre les processus mentaux et les modèles sociaux des masses. Ce sont eux qui tirent les ficelles : ils contrôlent l’opinion publique [14] […] 

 

Après la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis sont devenus la toute-puissance mondiale, à laquelle le concept stratégique d’« endiguement », visant à refouler l’expansion du communisme, a donné son élan impérial. Ainsi, les aventures impériales étasuniennes en Corée, au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie et en Amérique du Sud en sont venues à se définir par le désir de « repousser » l’influence de l’Union Soviétique et du communisme. L’idée d’« endiguement » comme principale caractéristique de la politique étrangère est venue, sans surprise, du Council on Foreign Relations [15].

 

Toujours à la même époque, on a également donné aux États-Unis la responsabilité de superviser et de gérer le système monétaire international et l’économie politique mondiale par la création d’institutions et d’accords tels que la Banque mondiale, le Fonds monétaire international (FMI), l’OTAN, les Nations Unies, le GATT (l’Accord général sur les tarifs douaniers et le commerce qui deviendra plus tard l’Organisation mondiale du commerce – OMC). Le groupe Bilderberg, boîte de réflexion internationale fondée en 1954, a été pour sa part l’une des principales institutions de pouvoir à jouer un rôle significatif dans l’établissement d’un consensus parmi les élites occidentales et à offrir un forum destiné à étendre l’hégémonie occidentale sur la planète [16].

 

Zbigniew Brzezinski, un universitaire prometteur s’est joint au Council on Foreign Relations au début des années 1960. En 1970, Brzezinski, qui avait assisté à quelques rencontres du Bilderberg, a écrit un livre intitulé Between Two Ages: America’s Role in the Technetronic Era (La Révolution technétronique), dans lequel il analyse l’impact de la « révolution technologique et électronique », donc de « l’ère technétronique ». Il définit la « société technétronique » comme « une société dont la forme est déterminée sur le plan culturel, psychologique, social et économique par l’influence de la technologie et de l’électronique – tout particulièrement dans le domaine des ordinateurs et des communications. Le processus industriel n’est plus désormais le principal facteur des changements sociaux, de la modification des mœurs, des structures sociales et des valeurs de la société [17] ».

 

En expliquant plus en détail les notions de contrôle social semblables à celles propagées par Edward Bernays, Brzezinski écrit : « Certains affirment que ce comportement de l’homme peut être prédéterminé et soumis à un contrôle délibéré. » Il cite ensuite un « savant spécialisé dans le contrôle de l’intelligence » déclarant : « Je prévois l’époque où nous disposerons des moyens – et où nous serons donc inévitablement tentés de le faire – qui nous permettrons de manipuler le comportement et le fonctionnement intellectuel de tous les hommes, en intervenant dans leur environnement et en manipulant leur cerveau grâce à la biochimie [18].

 

Dans un exposé révélateur de son pouvoir d’observation et de son habileté à identifier les grandes tendances mondiales, Brzezinski écrit que « nous assistons à la naissance d’élites transnationales […] composées désormais d’hommes d’affaires, de savants, de spécialistes et de hauts fonctionnaires. Les liens qui unissent entre eux les membres de cette nouvelles élite traversent les frontières et ces personnes ont des points de vue qui ne sont pas limités par les traditions nationales et des intérêts qui dépendent plus de la fonction qu’ils occupent que du pays dont ils sont originaires. Il poursuit en affirmant qu’« avant longtemps, les élites sociales de la plupart des pays les plus avancés auront un esprit et une allure extrêmement internationalistes et mondialistes ». Brzezinski prévient que cette internationalisation accrue des élites « risque cependant d’ouvrir une large brèche entre ces élites et les masses politisées, dont l’“indigénisme”  -- exploité par les dirigeants politiques les plus nationalistes – pourrait s’opposer aux élites “cosmopolites” » [19]. L’auteur mentionne également « l’apparition graduelle d’une société plus strictement contrôlée et dirigée [au sein de la] révolution technétronique ». Il explique :

 

Une telle société serait placée sous la domination d’une élite dont la prétention à diriger les affaires reposerait sur un savoir-faire scientifique prétendument supérieur. Cette élite, qui ne s’encombrerait pas des réserves imposées par les valeurs libérales traditionnelles, n’hésiterait pas, pour réaliser ses objectifs politiques, à utiliser les techniques les plus modernes qui permettent d’agir sur le comportement du public et à placer la société sous une surveillance et un contrôle de tous les instants. Dans de telles circonstances, l’élan scientifique et technologique du pays ne serait pas rompu, mais se nourrirait d’une situation qu’il exploiterait [20].

 

Il ajoute enfin : «  Une crise sociale persistante, l’apparition d’une personnalité charismatique et l’exploitation des moyens d’information des masses en vue d’obtenir la confiance du public seraient alors les étapes d’une transformation progressive des États-Unis en une société étroitement contrôlée[…] La société étasunienne, traditionnellement démocratique, pourrait se transformer, en raison de la fascination qu’exerce sur elle l’efficacité technique, en une société étroitement contrôlée et ses qualités humaines et humanistes disparaîtraient alors [21].

 

Dans son livre, Brzezinski réclame la coordination et l’intégration d’une « Communauté des pays développés » constituée de l’Europe de l’Ouest, de l’Amérique du Nord et du Japon, dans le but de façonner un « nouvel ordre mondial » basé sur les idées de gouvernance mondiale et dirigé par des élites de ces régions. En 1972, Brzezinski et son ami David Rockefeller ont présenté l’idée aux réunions annuelles de Bilderberg. À l’époque, M. Rockefeller était président du Council on Foreign Relations et PDG de la Chase Manhattan Bank. En 1973, Brzezinski et Rockefeller ont créé la Commission trilatérale – une sorte d’institution jumelle du groupe Bilderberg comptant sensiblement les mêmes membres – intégrant ainsi le Japon dans la sphère économique et politique occidentale. [22]

 

En 1975, la Commission trilatérale a publié le rapport d’un groupe de travail ayant pour titre The Crisis of Democracy (La Crise de la démocratie), dont l’un des principaux auteurs était le politologue Samuel Huntington, proche associé et ami de Zbigniew Brzezinski. Dans ce rapport, Huntington affirme que dans les années 1960, on a assisté à une escalade de la démocratie aux États-Unis, avec une flambée de la participation citoyenne, souvent « sous la forme de marches, de manifestations, de mouvements de protestation et d’organisations défendant une “cause”[23] » De plus, « les années 1960 ont donné lieu à la réaffirmation de la primauté du principe d’égalité en tant que but de la vie sociale, politique et économique [24]. Les statistiques démontraient par ailleurs que durant les années 1960 et au début des années 1970, un pourcentage fortement accru de gens croyaient que les dépenses des États-Unis dans le domaine de la défense étaient trop élevées (une hausse de 18 % en 1960 à 52 % en 1969, due en grande partie à la Guerre du Vietnam) [25]. Pour Huntington, cette hausse dramatique relevait de l’« escalade démocratique ». Autrement dit, les gens devenaient politiquement sensibilisés à l’empire et à l’exploitation.

 

Huntington écrit que l’« essentiel de l’escalade démocratique des années 1960 était une contestation générale des systèmes d’autorité existants, publics et privés, » et que « [l]es gens ne se sentaient plus contraints comme avant à obéir à ceux qu’ils considéraient autrefois supérieurs en termes d’âge, de rang, de statut, d’expertise, de réputation ou de talent ». L’auteur explique que dans les années 1960, « la hiérarchie, l’expertise et la richesse [ont été] en butte à de fortes critiques [26] ». Il déclare que trois questions clés étaient au centre de la participation politique accrue à cette époque :

 

Les questions sociales telles que la consommation de drogues, les libertés civiles et le rôle des femmes; les questions raciales concernant l’intégration, le ramassage scolaire, l’aide gouvernementale aux groupes minoritaires et les émeutes urbaines; les questions militaires concernant principalement, bien sûr, la guerre au Vietnam, mais aussi la conscription, les dépenses militaires, les programmes d’aide militaire et de manière plus générale le rôle du complexe militaro-industriel [27].

 

Huntington, présente essentiellement ces questions, comme composantes de la « crise de la démocratie », car elles ont accentué la défiance envers le gouvernement et l’autorité, elles ont mené à une polarisation idéologique et sociale, ainsi qu’à un « déclin de l’autorité, du statut, de l’influence et de l’efficacité de la présidence [28] ».

 

Huntington conclu que bien des problèmes de gouvernance aux États-Unis proviennent d’un « excès de démocratie » et que « le fonctionnement efficace d’un système politique démocratique requiert habituellement une certaine apathie et la non-intervention de certains groupes et individus ». Huntington explique que la société a toujours comporté des « groupes marginaux » ne participant pas à la vie politique. Tout en admettant que l’existence de « certains groupes marginaux est intrinsèquement non démocratique », il admet qu’elle a « permis à la démocratie de fonctionner efficacement ». Huntington considère « les Noirs » comme un de ces groupe devenu actif sur le plan politique et présentant le « danger de surcharger le système politique de revendications [29] ».

 

En conclusion, Huntington affirme que la vulnérabilité de la démocratie, essentiellement la « crise de la démocratie », découle d’une « société très instruite, mobilisée et participative » et qu’un « équilibre supérieur » est nécessaire, dans lequel on trouve des « limites souhaitables à l’expansion indéfinie de la démocratie politique [30] ». En résumé, le rapport du groupe de travail de la Commission trilatérale explique fondamentalement que la « crise de la démocratie » résulte d’un excès de démocratie et que pour « résoudre » cette « crise » il doit y avoir moins de démocratie et davantage d’« autorité ».

 

Le nouvel ordre mondial

 

Après la chute de l’Union Soviétique en 1991, les idéologues étasuniens, politiciens et universitaires, ont commencé à discuter de l’émergence d’un « nouvel ordre mondial », idée selon laquelle tout le pouvoir du monde est centralisé en une seule puissance, les États-Unis. Ils ont ainsi entamé l’expansion d’une idéologie élitiste relative à la notion de « mondialisation » : le pouvoir ainsi que ses structures doivent être mondialisés. Bref, « le nouvel ordre mondial » devait être un ordre planétaire avec une gouvernance mondiale. Il devait être mené à court terme par les États-Unis, lesquels doivent être le principal acteur dans l’établissement d’un nouvel ordre mondial et finalement, d’un gouvernement mondial [31].(..)

 

Cet « éveil politique mondial », que Brzezinski voit comme un des principaux défis géopolitiques actuels, a été illustré, jusqu’à tout récemment, par les « pays émergents » ou les pays du « tiers-monde » au Moyen-Orient, en Asie centrale et du Sud-Est, en Afrique et en Amérique latine. L’évolution des dernières décennies au Venezuela, en Bolivie et en Iran démontre que cet éveil, qui a lieu dans un monde allant progressivement de plus en plus vers une gouvernance et des institutions mondiales, s’oriente surtout vers le nationalisme (..)

 

Même les intellectuels de gauche se sont exprimés publiquement en avertissant la population qu’il ne fallait pas tout simplement écarter le mouvement Tea Party en le considérant comme marginal ou radical. L’un d’eux, Noam Chomsky, a prévenu lors d’un discours en avril 2010 qu’il sentait que le fascisme arrivait aux États-Unis (..)

 

Voilà la principale réalité géopolitique et la menace planétaire éminente pour les structures de pouvoir mondiales. De toute l’histoire de l’humanité¸ aucune évolution n’a constitué un défi aussi monumental au statu quo. Tout comme les structures de pouvoir planétaires n’ont jamais été aussi menaçantes pour l’humanité, (..)

 

Conclusion 

 

La révolution technologique a donc mené à une réalité géopolitique antagonique et conflictuelle où deux phénomènes sont diamétralement opposés : jamais auparavant les humains n’ont été si sensibilisés aux questions de pouvoir, d’exploitation, d’impérialisme et de domination. Au même moment, les élites n’ont jamais été à ce point transnationalisées et axées sur la mondialisation, tout en possédant la capacité d’imposer un tel système de despotisme scientifique et d’oppression politique bel et bien mondial. Voilà les deux principales réalités géopolitiques d’aujourd’hui. Réfléchissez-y. Jamais de son histoire l’humanité n’a été aussi en mesure de parvenir à un réel éveil planétaire politique et psychosocial, ni aussi menacée d’être soumise à un réel totalitarisme scientifique mondial, possiblement plus oppressif qu’aucun autre système connu à ce jour et sans aucun doute technologiquement plus à même d’imposer un despotisme permanent à l’humanité. (..)

 


Cet article était la première partie d’une trilogie : « La révolution technologique et l’avenir de la liberté. »

 

La deuxième partie (disponible uniquement en anglais)examine la nature de l’éveil mondial en « Occident », particulièrement aux États-Unis, le potentiel révolutionnaire que renferme cet éveil, ainsi que les systèmes étatiques de contrôle et d’oppression développés pour y faire face, notamment la création d’un État de sécurité nationale.

 

La dernière partie (disponible uniquement en anglais) aborde l’évolution de l’idée d’une dictature scientifique et sa réalité, l’impact de la révolution technologique sur le pouvoir et l’émergence de nouveaux systèmes de contrôle social fondés sur l’application moderne de l’eugénisme.


 



Article original en anglais, The Global Political Awakening and the New World Order, The Technological Revolution and the Future of Freedom, Part 1, publié le 24 juin 2010.

Traduction par Julie Lévesque pour Mondialisation.ca.

 

Liens sur le site,

 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=20649

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:38

 

 

a-genoux-devant-grands.jpg

 

Le Pôle de Renaissance Communiste en France

prend position :

 

S'OBSTINER  A  POURSUIVRE  DES  DISCUSSIONS  AVEC  LE  GOUVERNEMENT  SARKO -  WOERTH 

C'EST  INUTILE, 

 SCANDALEUX 

 ET  DANGEREUX !

 

Tout  montre que le régime  UMP est vomi non seulement par les progressistes et les démocrates, mais aussi par un nombre croissant d'électeurs de la droite.

C'est dire si notre peuple en a assez!

Eleveurs laitiers poussés à la faillite, petits épargnants inquiets du délitement de l'euro, cadres de l'industrie et du commerce constatant le déclin de la production sur le territoire français et craignant le chômage qui déjà les frappe; même une partie des hauts fonctionnaires, voire des militaires, déboussolés par le massacre à la tronçonneuse de la fonction publique, multiplient les actes de mécontentement.

Certes il ne s'agit pas de prétendre que les déçus de l'UMP et de son chef  vont faire la révolution, mais de ne pas oublier que les situations révolutionnaires se créent selon le mot  de Lénine :

  

quand ceux d'en haut ne peuvent plus dominer comme avant et que ceux d'en bas refusent d'être gouvernés comme avant.

 

Dans ces conditions, le rôle des véritables communistes n'est pas de dire : « tous ensemble derrière le PS pour faire sauter Sarko ».

 

Parce que le programme d'Aubry et de DSK est pour l'essentiel le même que celui de Sarkozy, et qu'on peut apprécier comment la social-démocratie au pouvoir en Espagne ou en Grèce appliquant  les directives de l'Union Européenne prend des mesures d'une extrème brutalité contre le monde du travail.

 

Le but du PS français n'est d'ailleurs surtout pas  de « faire sauter Sarko », il souhaite que celui-ci finisse son sale boulot, qui ne sera pas sur le fond remis en question si Aubry ou DSK accèdent à l'Elysée, Europe du capital oblige.

 

Mais les révolutionnaires doivent :


- Mesurer l'ampleur de la crise de légitimité qui  frappe Sarkozy de façon durable, crise aggravée par l'ampleur du scandale Woerth-Bettencourt, où apparaît maintenant le trafic d'influence et qui montre bien l'étroitesse des liens entre capital et pouvoir. Scandale aggravé par la nouvelle affaire Woerth-César.

Sarkozy et son régime sinistre qu'A. Badiou qualifie de néo-pétainiste, synthétise de façon presque caricaturale, avec des pratiques dignes du Second Empire, tout ce que le capitalisme, l'atlantisme, la soumission de la France à une Union Européenne dominée par l'Allemagne, portent de malheur pour les travailleurs.

 

- Dénoncer l'illégitimité de ce président mal élu (30% du corps électoral) et de son régime ( ce que le PRCF a fait dès le 7 mai 2007) , refuser d'attendre 2012, mettre le monde du travail à l'offensive, exiger le retrait total du projet Woerth et l'annulation des contre réformes de 1994, 2003 et 2007 sur les retraites, et retirer la signature de la France des Accords européens de Barcelone


  2002 Jospin premier ministre socialiste signe le report à 67 ans de l'âge de la retraite dans toute l'UE -

 

- Exiger la démission de Woerth, peut aider à affaiblir la domination capitaliste dans son ensemble et ouvrir des perspectives à la lutte de classe.

 

Ce n'est pas la même chose, pour les travailleurs, d'aller aux élections de 2012  bien sagement, suite à des primaires « à gauche » manipulées par un parti soumis à l'Europe du capital , aux USA et à la finance internationale (DSK est président du FMI),

et de bousculer la vie politique, comme a su le faire l'insurrection pacifique du peuple argentin qui, par son immense mobilisatio,n a pu chasser le président corrompu Menem.

  

Il est urgent dans une telle perspective que les forces progressistes et au premier chef  les communistes qui continuent de l'être ( à la différence des dirigeants du PC/PGE  dépendants du PS), ouvrent les voies d'une véritable alternative, que dessine l'Arc Républicain de Progrès quand il demande que la France se retire de l'UE,  se reconstruise sur la base du programme toujours actuel du CNR, et négocie avec tous les États de nouveaux traités internationaux progressistes.

 

Mais il est évident, que cette alternative sera d'autant plus rapide qu'elle sera le résultat d'un immense mouvement populaire, sopposant frontalement à Sarkozy et son régime au lieu de négocier avec lui.

 

Quant aux objections « démocratiques » à ce soulèvement pacifique de notre peuple, au prétexte que Sarko est le président élu pour cinq ans et que la « règle du jeu » impose l'attente jusqu'en 2012, elles sont un pur contresens.
Non seulement parce que des marxistes doivent savoir distinguer le visage de la dictature de plus en plus fascisante du grand capital sous le masque trou
é de la « république » sarkoziste, mais parce que  ce régime qui casse les acquis de quatre  siècles de luttes de notre peuple, est dénué de toute légitimité démocratique.

 

Chaque jour la clique UMP viole ou remanie en catimini sa propre Constitution, et  casse le CONTRAT SOCIAL dans le cadre duquel Sarkozy a été élu.

Rousseau l'a montré: Ce n'est pas l'élection d'un chef qui définit une démocratie, c'est l'accord des citoyens sur un Contrat Social qui au contraire légitime ou déligitime l'élection du chef, uniquement mandataire du peuple seul détenteur de la souveraineté.

 

Aujourd'hui, outre l'énorme appareil de l'Etat policier, quelle est la base de masse du fascisant régime UMP ?

 

La réponse fait dresser les cheveux sur la tête : il s'agit de la direction de la fausse gauche. Le PS affirme hautement qu'il est d'accord  pour  la retraite à 67 ans pour tous sauf  à subir la décote, et les affidés de la CES, les Thibault, Mailly et leur chef de file Chérèque, tout en faisant semblant de crier au loup, s'engagent sans  état d'âme dans le même sens.

 

Le scénario est  prêt:  le gouvernement a tout cadré d'avance avec le MEDEF et l'UE, avec l'accord claironné du FMI de DSK, nous allons connaître, sous la poussée de la base,  une très grande manifestation le 7 septembre, le pouvoir lâchera des bricoles après des discussions "pipées"  mais la décision de porter l'âge de la retraite à 67 ans sera maintenue.

La raison profonde en est que  tous ces gens là, Parisot, Sarko, Barroso et leurs complices de fait Chérèque, Thibault, Mailly, Groison, ont choisi la désintégration de la France dans l'Union Européenne du capital, parce quils rejettent la nation républicaine issue de 1789 - cet « archaïsme ,» comme ils le clament -  et par là même  les acquis des travailleurs.

Pour les représentants de la bourgeoisie c'est naturel, pour des syndicalistes c'est soit une grave erreur  soit une trahison.


Dans une telle situation, les salariés qui veulent gagner ne peuvent plus se contenter de suivre des états majors confédéraux vassalisés par la CES et le pouvoir capitaliste.

 

Quel 7 septembre voulons-nous ?

 

 Le 6, les enseignants seront en grève à l'appel du SNES  pour la défense de l'Education Nationale.


Que ferons-nous le 9 ? 

 

 La CGT Good Year sur des bases de lutte de classe a soumis au débat l'idée d'un blocage des zones commerciales et industrielles.


Et bien sûr la grève générale,
le grand 
tous ensemble et en même temps  que les Chérèque, Thibault, Blondel , ont fait avorter en 2003 est dans toutes les têtes.

 

Ils tuent notre pays et plongent les travailleurs dans la misère !

Eh bien, tous ensemble bloquons leurs profits !

Refusons de considérer leur Union Européenne comme notre Europe !

Exigeons le retrait du projet Woerth et la démission de ce triste personnage !

Unis, nous sommes une force immense, les patrons ne feront pas toujours la loi.

La démocratie c'est d'abord la lutte!

 

 

http://canempechepasnicolas.over-blog.com/article-poursuivre-les-discussions-avec-le-gouvernement-inutile-dangereux-et-scandaleux-55428542.html

 

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:27

 

Agoravox

Service "Internet plus" d’Orange activé par défaut : attention !

Avis à la population : l’option "Internet plus" d’Orange est activée par défaut !

16 h 31 : « Ding », le son significatif de l’arrivée d’un mail dans ma boîte aux lettres… Un truc bizarre et inconnu pour moi : De : « Orange : vos achats de services Internet plus »  :
 
----------------------------------------------------------------------------------------------------
Chers clients,
Nous avons le plaisir de vous informer de la prise en compte de votre commande le 08 08 2010 à 16 h 30.
Produits achetés : 5 euros = 28 crédits Abbo
Services : Abbo
Prix : 5 euros
Ce montant sera automatiquement ajouté à votre facture mensuelle Internet orange.
-----------------------------------------------------------------------------------------------------
 
Sur le coup, je crois à un spam imitation Orange ou à un abonnement (Abbo ?) bizarroïde. Je vais donc directement sur le site Orange pour vérifier de quoi il en retourne. Et là, stupéfaction, je suis bien débité de 5 euros pour un achat que je viens de faire il y a une minute.
Or, ni il y a une minute ni même il y a une heure ou une semaine, je n’ai acheté quoi que ce soit sur Internet par l’intermédiaire d’Orange ni sur aucun site. Je conteste donc l’achat auprès d’Orange en remplissant un formulaire web adéquat.
Angoisse : et si un hacker quelconque avait pris possession de mon ordinateur ou de mon compte Orange et que tout ça n’était que les prémices d’une attaque massive de mes comptes divers et variés ? Parano comme je suis j’enquête donc fissa fissa autour de moi pour savoir si ma femme ou mes enfants n’auraient pas, à distance, acheté quelque chose sur Internet dans la minute où la semaine qui vient de passer.
Une heure plus tard, j’ai l’explication, ouf ! : sur l’ordinateur de mes enfants, la fille d’un ami en vacances chez nous vient effectivement de cliquer par hasard sur la fenêtre d’un jeu en ligne qui s’appelle Abbo et qui, après une inscription gratuite et la création d’un avatar vend des améliorations aux enfants connectés.
Jusque-là, on comprend le principe. Mais, là où ça se gâte, c’est que Abbo bénéficie par Orange du service « Internet plus  » qui permet d’acheter sur leur site tout ce qui s’y vend … en 1 clic.
Pas de mots de passe, pas d’inscription, aucune fenêtre de demande de confirmation, aucun formulaire préalable à remplir, aucun numéro de CB à donner… rien, rien de rien : 1 clic et c’est acheté… et ajouté directement à votre facture mensuelle Orange.
 Vous me direz : « Alain, tu es un peu con d’avoir souscrit à cette offre Internet plus et d’ouvrir ainsi ton porte-monnaie à n’importe qui ! » Eh bien, c’est là que c’est extraordinaire : je n’ai jamais souscrit à quoi que ce soit ! Tenez-vous bien : l’option Internet plus chez Orange est activée par défaut ! C’est-à-dire que n’importe quel petit haker débutant ayant piraté votre adresse IP peut s’acheter, sur les sites ayant la formule Internet plus d’Orange, tout ce qu’il veut. C’est tout du moins ce que je crois... mais, n’étant pas spécialiste en piratage, je peux me tromper.
Je viens d’avoir aujourd’hui la réponse d’Orange concernant la contestation de mon achat. Sans aucune explication ou autre enquête : « Votre demande de remboursement a été refusée. » Quelque peu énervé par cette réponse succincte, je téléphone au 3900. L’opératrice me confirme que le problème est connu. Elle me certifie qu’il est impossible qu’un haker puisse utiliser mon service Internet plus et... me propose de me rembourser mes 5 euros.
 
Donc, avis à tous les clients d’Orange.
S’il vous arrive la même mésaventure, il suffit de réclamer par oral au 3900. S’il s’avère que votre réclamation est justifiée Orange vous rembourse sans problème (dixit l’opératrice). 
Mais surtout : Pour désactiver le service Internet plus : « espace client/mes services/internet plus : paiement sur facture Orange/modifier/service:désactivé.
 

par Alain Michel Robert (son site)

 

 

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-service-internet-plus-d-orange-active-par-defaut-attention-55465128.html

 

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:09

 

Boycott Israel

 

 

En quelques années à peine, la Campagne palestinienne pour le boycott des produits israéliens est devenue véritablement globale.

 

.

 

 

En dépit du siège de Gaza par Israël et du déplacement accru de populations dans le Néguev et à Jérusalem Est, les Palestiniens ont quelques raisons de se réjouir. A Washington, une coopérative alimentaire a voté une résolution appelant au boycott des produits israéliens [1], confirmant que le mouvement de boycott – cinq ans le mois dernier – a finalement traversé l’Atlantique. Le soutien à la démarche est venu de personnalités éminentes, dont les prix Nobel Desmond Tutu et Máiread Maguire, et du rapporteur spécial des Nations Unies pour les territoires palestiniens, Richard Falk.

Le Mouvement pour le boycott, le désinvestissement et les sanctions (BDS) contre Israël a été lancé en 2005, un an après que la Cour Internationale de Justice ait déclaré que le mur et les colonies construits par Israël sur le territoire palestinien occupé étaient illégaux. Plus de 170 partis politiques, syndicats, mouvements de masse et ONG palestiniens ont approuvé le mouvement, qui est dirigé par le BNC, une coalition d’organisations de la société civile.

Enracinée dans un siècle de résistance civile palestinienne, et inspirée par la lutte anti-apartheid, la campagne a chapeauté des boycotts précédents, partiaux, pour présenter une approche globale pour la réalisation de l’autodétermination palestinienne : unifier les Palestiniens en Palestine historique et en exil, en face d’une accélération de la fragmentation.

BDS évite la prescription de tout programme politique particulier et insiste, au contraire, sur la réalisation des droits fondamentaux, reconnus par les Nations Unies, qui correspondent aux trois principaux segments du peuple palestinien : mettre fin à l’occupation et à la colonisation israéliennes de toutes les terres occupées depuis 1967 ; mettre fin à la discrimination raciale contre les citoyens palestiniens ; et reconnaître le droit des réfugiés palestiniens à revenir chez eux, comme stipulé par la Résolution 194 des Nations Unies.

Créé et dirigé par des Palestiniens, BDS combat toutes formes de racisme, y compris l’antisémitisme, et est ancré dans les principes universels de liberté, de justice et d’égalité des droits qui a motivé les luttes antiapartheid et pour les droits civiques aux Etats-Unis.

Caractériser le système légalisé d’Israël de discrimination comme étant de l’apartheid – comme l’ont fait Tutu, Jimmy Carter et même un ancien procureur général israélien [2] – ne met pas Israël sur le même plan que l’Afrique du Sud. Les deux régimes oppressifs ne sont pas identiques. L’attribution par Israël de droits et de privilèges en fonction de critères ethniques et religieux correspond à la définition de l’apartheid définie par les Nations-Unies.

BDS a connu une croissance sans précédent après la guerre d’agression contre Gaza et l’attaque de la flottille [http:// www.guardian.co.uk/world/2010/jun/04/gaza-flotilla-activists-autopsy-" name="nh3">3]. Des gens de conscience du monde entier semblent avoir franchi un seuil, recourant à la pression, et non à l’apaisement ou à « l’engagement constructif », pour mettre fin à l’impunité d’Israël et à la collusion occidentale qui maintiennent son statut d’Etat au-dessus des lois.

«  Assiéger votre siège  » - le cri du poète palestinien Mahmoud Darwish [http://www.guardian.co.uk/books/booksblog/2009/aug/07/mahmoud-darwish-poetry" name="nh4">4] – prend un nouveau sens dans ce contexte. Parce que convaincre une puissance coloniale de tenir compte d’arguments moraux pour la justice est, au mieux, délirant, beaucoup comprennent maintenant qu’il est nécessaire de « assiéger » Israël par des boycotts pour augmenter le prix de son oppression.

Les militants BDS ont réussi à convaincre des institutions financières en Scandinavie, en Allemagne et ailleurs, de se désinvestir de compagnies complices des violations israéliennes du droit international. Plusieurs syndicats internationaux ont endossé le boycott. A la suite de l’attaque de la flottille, des syndicats de dockers en Suède, en Inde, en Turquie et aux Etats-Unis ont repris un appel des syndicats palestiniens de bloquer le déchargement des navires israéliens.

Les soutiens à BDS par des personnalités culturelles comme John Berger, Naomi Klein, Iain Bnaks et Alice Walker, et la vague d’annulations d’événements en Israël par des artistes, dont Meg Ryan, Elvis Costello, Gil Scott-Heron et les Pixies ont promu le caractère international du mouvement, le rapprochant du courant principal occidental. Le scepticisme sur son potentiel n’est plus de mise.

Le Boycott de l’Intérieur (“Boycott from Within”), un mouvement de protestation important en Israël aujourd’hui, a été créé en 2009 pour adopter l’appel BDS palestinien.

Un projet de loi qui imposerait de lourdes amendes aux Israéliens qui s’engageraient ou inciteraient à des boycotts contre Israël a été récemment adopté en première lecture à la Knesset. Cela souligne les craintes d’Israël vis-à-vis de la portée mondiale et de l’impact de BDS comme campagne non violente, moralement cohérente pour la justice. A bien des égards, cela souligne que le « moment sud-africain » palestinien est arrivé.

Omar Barghouti
The Guardian, jeudi 12 août 2010.



Omar Barghouti est un membre fondateur du mouvement BDS
(http://www.BDSmovement.net) et of de la Campagne palestinienne pour le boycott académique et culturel d’Israël (PACBI)

Traduit de l’anglais par MR pour ISM (13.08.2010) :
http:// www.ism-france.org/news/article.php ?id=14264&type=analyse&lesujet=Boycott

Texte original en anglais (12.08.2010) :
http:// www.guardian.co.uk/commentisfree/2010/aug/12/besieging-israel-siege-palestinian-boycott

 


[1] “Food co-op in Rachel Corrie’s hometown boycotts Israeli goods”, par Natasha Mozgovaya, Ha’aretz, 20 juillet 2010.

[2] “The war’s seventh day”, par Michael Ben-Yair, Ha’aretz, 3 mars 2002.

[3] http://www.guardian.co.uk/world/2010/jun/04/gaza-flotilla-activists-autopsy-results

[4] http://www.guardian.co.uk/books/booksblog/2009/aug/07/mahmoud-darwish-poetry-palestine


Toutes les versions de cet article :
- Besieging Israel’s siege
- Asediar al asedio de Israel


Auteur : Omar Barghouti - Source : Ecrits Politique - Silvia Cattori

 

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=15018

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 05:00
gds-patrons-snut.jpg
Vendredi 13 août 2010 5 13 /08 /2010 21:24

Sur la terre ravagée par mille catastrophes savamment provoquées, une guerre est déclarée contre chaque être humain. Une guerre qui ne dit pas son nom, mais qui instrumentalise partout la peur dans l’unique but de reconfigurer l’économie mondialisée. Ce qui est récemment arrivé à la Grèce nous arrivera bientôt à tous : c’est la tiers-mondialisation de l’Europe qui est en marche.

 


Désormais, seul l’inconcevable commande. Mais l’inconcevable, c’est aussi la révolte du petit nombre de ceux qui, ayant réussi à franchir eux-mêmes, pour leur propre compte, clandestinement, la ligne de passage entre l’être et le non-être, se trouvent déjà en état d’assumer la tâche de veiller sur le nouveau recommencement de la révolution.

Nos camarades du mouvement Désobéissance Civile ont compris cela mieux que quiconque. De toutes nos forces, avec nos moyens pourtant dérisoires, nous soutiendrons leur action. Rien n’est plus important, car le temps est maintenant venu, sans plus tarder, de préparer l’action.

Frédéric Courvoisier, pour Mecanopolis

Ne soyez plus spectateurs !

Par Désobéissance Civile

La situation économique, politique, écologique, humaine en ce début du XXIème siècle est une catastrophe pour qui a le courage de regarder la réalité en face: inégalités à tout niveau entre le Nord et le Sud, société basée sur le profit et la surconsommation, hommes réduits à l’état d’esclaves et de consommateurs (servitude moderne), guerres factices visant à favoriser le commerce des armes et la domination de l’Occident, domination des lobbies, manipulation des médias, politiciens et organismes internationaux (OMC, FMI, OTAN…) au service des multinationales, mise en œuvre des gouvernement par tous les moyens pour imposer la gouvernance mondiale (NWO), soumission des ex pays souverains d’Europe à l’Union Européenne …

« Désobéissance Civile Belgique » (DCB) est un groupe indépendant, refusant toute étiquette politique, qui vous propose de lutter pacifiquement, mais fermement, contre tout ce que le système a de négatif par la non soumission aux lois allant l’encontre de l’intérêt général et par des actions concrètes. Quand un infime pourcentage de la population mondiale détient le monopole sur la quasi totalité des richesses de la planète, quand les dirigeants n’ont aucun respect pour la vie, quand la société ne soucie plus de l’avenir de ses enfants, de l’avenir des générations futures, la désobéissance civile n’est plus un droit, elle est un devoir.

Parce que nous pensons que chaque être sur terre a droit à un minimum de respect, que tout homme, femme, enfant a droit à l’enseignement, à un logement décent, à un emploi correct, à une pension, à des soins de santé gratuits, parce que nous avons l’orgueil de penser que notre société peut être basée, non pas sur la compétition, la domination et le profit, mais sur la collaboration, le soutien mutuel et le partage, parce que nous pensons que nous somme tous égaux, que chaque homme a droit à la liberté, à la démocratie (participative), à choisir son destin, parce que nous pensons que la vie n’est pas à vendre, nous sommes entré en “résistance” contre cette société égoïste où tout est basé sur l’individualisme et le profit, quelles qu’en soient les conséquences pour les plus faibles.

Pour ce faire, nous employons et emploierons tous les moyens qui sont à notre disposition: interventions intempestives lors de meetings officiels, manifestations, distribution de tracts, support de diverses ONG (Amnesty, HRW…), collaboration avec des groupes partageant nos idéaux, actions de protestation (bâchages de panneaux publicitaires, déversement de stocks de journaux publicitaires, blocage de transports nucléaires…), boycott d’élections…

Si vous aussi vous désirez prendre part à ce combat, envoyez votre prénom et votre adresse email à desobeissance-civile-belgique [at] hotmail.com ou rejoignez-nous sur facebook. Vous serez averti automatiquement de nos futures actions publiques, réunions… et pourrez prendre part au changement de la société avec nous. Ne soyez plus spectateur, devenez acteur !

Thierry Duriau, pour Désobéissance Civile



La révolte qui vient
envoyé par Mecanopolis. – L’actualité du moment en vidéo.

 

 

http://changementclimatique.over-blog.com/article-le-temps-est-venu-de-preparer-l-action-55363937.html

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 04:55

accuse5vb.jpg

 

 

Merci à Shaka pour avoir réactivé ce dossier que je ne cesserais de porter en évidence.

 

Il y a, dans l'actualité, de sombres manoeuvres pour faire éclater les affaires pédophiles éclésiastiques, ce qui est une bonne chose. Mais il serait naïf d'en oublier que ces pratiques sont largement partagées par le grand monde qui nous dirige. Cela va loin, très loin.

 

Tout ceci est pour mettre en lumière dans quelle merde profonde nous sommes, tous, face à une élite corrompue par l'argent, le sexe et l'ignoble. Je n'ai pas de mot pour qualifier tout cela.

 

Mon entendement est largement dépassé.

 

L'enquête de Stan Maillaud est regroupée sur cette page :

 

http://www.dailymotion.com/playlist/x1dydg_ziril_reseaux-de-l-horreur#videoId=xefhxo

 

Cela fait suite (ou précède) à cette enquète, déjà diffusée sur le blog, de Karl Zéro.

 

 

 

 

Aussi, pour rappel, cet article sur le livre de Serge Garde, diffusé sur le blog en Février 2008.

 

 

http://changementclimatique.over-blog.com/article-les-reseaux-de-l-horreur-55410582.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche