Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 15:45

 

 

 

Cristina-Kirchner
http://www.bresilalille.com/amerique-latine/actualites-de-l-amerique-du-sud/argentine-cristina-kirchner-prete-serment-pour-un-second-mandat.html

.

Argentine :

L'Empire s'en prend à Cristina Kirchner. 

 

 

 

Affaire à suivre ! Cristina, la grande Cristina, a osé !

L'Argentine, avec courage, rompt l'isolement diplomatique de l'Iran

Et donc l'Empire usraélien veut le lui faire payer

(d'autant que c'est une femme vraiment de gauche

et que les époux Kirchner ont défié les banksters !) :

En déstabilisant le pays,

en utilisant les réseaux sociaux pour pousser

les Argentins à manifester contre elle.

Et ensuite imposer un pion de Washington et de Tel-Aviv !

 

NB : C'est la méthode "Obama" qui prévaut !

Romney, lui, aurait utilisé la manière forte

envers les pays non-alignés;

Obama-Brzezinski choisit la manière "douce", subtile :

Par la déstabilisation du pays, de l'intérieur

(genre Révolution de couleurs)

 

eva R-sistons

 

La propagande commence :

NB : Les Argentins oublient le rôle des Kirchner dans la résurrection du pays miné, ruiné par les exigences du BM et du FMI. Les banksters veulent reprendre la main ! (eva)

.


Obama réélu (7.11.2012, 5 h 18) - Le désenchantement

Confirmation lu ce 9.11 ici via http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau?sk=wall&filter=2  :

http://sergeuleski.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/11/07/obama-bonimenteur-ou-l-imperialisme-a-visage-humain.html

 

.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 15:40

 

 

 

 

== TRÈS BREF REPORTAGE DE L'ÉMISSION "ENVOYÉ SPÉCIAL" SUR FRANCE 2 AU SUJET DE L'ABSENCE DE L'UPR SUR WIKIPÉDIA ===


La chaîne de télévision France 2 a consacré - ce 8 novembre 2012 - un reportage sur les critiques concernant Wikipedia. Reportage à l'intérieur duquel un passage de 2 minutes 10 secondes a été consacré à l'UPR. Ce reportage est très bref et semble à peu près factuel : http://www.youtube.com/watch?v=-quWNBfZ0Rs&feature=youtu.be
On regrettera cependant deux choses

essentielles :

1°) - les prises de vues effectuées ont été réalisées le vendredi 22 septembre, jour où notre université n'était pas ouverte au public mais réservée aux travaux des seuls responsables.

L'équipe de France 2 avait été expressément informée de notre programme et savait donc parfaitement qu'elle venait tourner des vues alors que l'université n'était pas encore ouverte.

Cela ne l'a pas empêché de diffuser des prises de vues, qui donnent à penser que l'UPR est un parti totalement confidentiel.
Ce qui tend donc à... justifier la position de Wikipédia.

Si les prises de vues avaient été effectuées le lendemain samedi 23 septembre, jour d'ouverture à tous nos adhérents et sympathisants, l'effet eût été assurément fort différent.

Pour s'en convaincre, il suffit de comparer le reportage de France 2 à celui, qui fut réalisé le samedi 23 septembre et diffusé le 24 septembre par TV8 Montblanc :
http://lejt.tv8montblanc.com/L-UPR-veut-se-professionnaliser-pour-se-faire-entendre_v5130.html

La comparaison des deux séquences est assurément instructive quant à la déontologie respective des deux chaînes de télévision.

----------------------------------------------------

2°) - par ailleurs, aucune précision n'est donnée au téléspectateur pour lui permettre de juger si la censure de l'UPR par Wikipédia repose ou non sur des éléments fondés.

Ainsi, il n'y a pas le moindre élément d'information :
- ni sur les analyses de l'UPR,
- ni sur notre programme,
- ni sur ma carrière et mon expérience professionnelle,
- ni sur le fait que j'ai fait acte de candidature à l'élection présidentielle et que j'ai présenté un programme très circonstancié,
- ni sur la confirmation que les événements apportent à mes analyses,
- ni sur le nombre réel de nos adhérents,
- ni sur l'exceptionnelle dynamique de notre notoriété et de nos adhésions,
- ni sur le succès que nous rencontrons sur Internet,
- etc.

J'avais pourtant consacré quelque 2 heures à l'équipe de journalistes pour leur expliquer toutes ces spécificités de l'UPR, qu'ils avaient dûment filmées.

Ces 2 heures de "rush" sont devenues 2 '10" après montage.
Et ces 2'10" se sont focalisées sur le seul passage de la comparaison avec le "parti du plaisir" et sur la vue d'un campus vide.

La conséquence de ces choix de séquences est que notre mouvement peut passer comme folklorique et anecdotique aux yeux du grand nombre.


---------------
CONCLUSION
---------------
Dans le monde dans lequel nous vivons, il semble presque miraculeux que l'UPR ait obtenu, pour la première fois, une couverture de 2min 10" sur France 2, chaîne de télévision financée par nos impôts.

Pourtant, les simples faits avérés :
- que l'UPR compte près de 2 000 vrais adhérents,
- et que notre site Internet se classe au 5ème rang mondial des partis politiques français les plus consultés,
auraient dû justifier un reportage plus long, plus sérieux, et portant sur le fond de nos analyses et de nos propositions.

En bref, ce passage sur France 2 est donc superficiel et trompeur. Il ne permet en aucun cas au grand public de comprendre, si peu que ce soit, en quoi notre mouvement est différent des autres et pour quelles raisons l'UPR est ainsi boycottée.

Il est probable que seule une infime partie des centaines de milliers de téléspectateurs auront eu l'idée de noter les noms "UPR" et "Asselineau", puis d'aller voir sur Internet de quoi il retourne.

On se consolera en pensant au fait que, si France 2 a quand même consacré 2'10" à l'UPR, c'est parce que de plus en plus de journalistes et de responsables politiques observent avec étonnement et incrédulité notre inexorable montée en puissance.

FA
http://www.facebook.com/francoisasselineau?ref=ts&fref=ts
.
Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 15:36

 

Les socialistes collectionneurs de montres haut de gamme à plusieurs dizaines de milliers d'euros parfois.

Jérôme Cahuzac, Pierre Moscovici, Laurent Fabius, Jack Lang etc, etc... J'en passe et des meilleurs tels Julien Dray.


http://www.challenges.fr/economie/20121015.CHA1969/ces-socialistes-cahuzac-moscovici-dray-fabius-qui-apprecient-les-montres-de-luxe.html

pierre moscovici,jérôme cahuzac

Dans un coffre privé chez soi, les montres sont à l'abris de tous, de tous, sauf des cambrioleurs peut-être mais peut-être des impôts, prennent de la valeur et peuvent être mises aux enchères quelques années après l'achat, avec de substantiels bénéfices bien juteux.

Messieurs les cambrioleurs, vous voulez faire de bonnes affaires aussi, rendez-vous chez l'élite socialiste si prompte à défendre la veuve et l'orphelin mais à planquer ses bijoux.

Francois Hollande : "Pour vivre heureux, vivons caché"

 

.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 14:52

 

L'intervention de P. Laurent, dans le débat suivant la Déclaration du Gouvernement sur les nouvelles perspectives européennes

par Pierre Laurent, jeudi 11 octobre 2012, 11:16 ·

Vous trouverez ci-dessous l'intervention complète de Pierre Laurent, sénateur de Paris dans le débat suivant la Déclaration du Gouvernement sur les nouvelles perspectives européennes

Seul le prononcé fait foi

 

« Monsieur le Président,

Monsieur le Premier ministre,  Mesdames et Messieurs les ministres,  Mes chers Collègues,    Dans l'Europe entière, la ligne de rupture est atteinte. La visite d'Angela Merkel qui s'est déroulée hier à Athènes, dans une ville en état de siège, est le dernier stigmate de cette rupture sociale et démocratique.  La France compte 5 millions de personnes touchées par le chômage. L'UE en compte 25,4 millions. Partout, le chômage, la précarité, la dévastation industrielle et la casse des services publics sont en pleine expansion. Nous traversons depuis 2008 une crise majeure du capitalisme financier mondialisé. Si l'UE est tant dans la tourmente, c'est parce qu'elle est taillée sur mesure pour satisfaire les marchés et les multinationales. Vingt sommets européens ont promis depuis 2008, le « sauvetage de l'Europe ». Ils n'ont fait que précipiter sa fuite en avant ; s'acharnant à faire payer l'addition de la crise des marchés financiers aux peuples européens. Nous sommes arrivés au moment où l'histoire s'accélère.  Ou nos potentiels émancipateurs seront mobilisés pour sortir de la crise, nous libérer des logiques destructrices de la finance, ou des risques de graves reculs de civilisation l'emporteront. C'est dans cette situation, qu'avec le Président de la République, vous nous demandez de ratifier le « Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l'Union économique et monétaire », signé en mars dernier par Nicolas Sarkozy. Ne comptez pas sur nous. Cette ratification, Monsieur le Premier Ministre, est à nos yeux une faute politique. Oui une faute. Vous avez été élu pour conduire le changement et rompre avec le Sarkozysme, non pour emprunter ses pas. Depuis hier, vous prétendez qu'une majorité de gauche existe pour adopter ce traité. C'est faux.Faut-il rappeler que sans les 4 millions d'électeurs et d'électrices du Front de gauche, hostiles à ce traité, il n'y avait pas, au printemps dernier, de majorité pour battre la droite ? Faut-il rappeler que des millions d'électeurs ont cru à votre engagement de renégocier le traité ?Les artifices de présentation de l'arithmétique parlementaire ne masqueront pas la réalité. A l'Assemblée nationale, 63 députés de toutes les familles de la gauche n'ont pas ratifié ce traité. Alors que le groupe socialiste dispose de la majorité des 289 sièges, seuls 263 députés PS l'ont approuvé. Et je veux saluer le courage de toutes celles et ceux qui à nos côtés, à gauche, écologistes ou socialistes, ont refusé de céder aux pressions, et son restés fidèles à leurs convictions. Ici, au Sénat, le traité n'aura pas de majorité à gauche.Les enquêtes d'opinion l'ont montré, les Français voulaient être consultés par référendum. Vous avez contourné cette volonté populaire. La ratification du traité restera à jamais entachée par ce refus. Oui, il n'y a pas de majorité populaire, pas de majorité de gauche favorable à ce traité. Car le pays a compris que l'heure est à la refondation de l'Europe et que ce traité d'austérité tourne le dos à cette exigence.Ou bien l'Europe poursuit sa fuite en avant avec toujours plus d'austérité et de confiscation des pouvoirs, et elle laissera toujours plus de terrain aux apprentis sorciers qui prônent la dissolution de la zone euro et le retour au choc des égoïsmes nationalistes. Où bien elle choisit la voie de la solidarité et de la démocratie et c'est alors un projet de refondation de l'UE qui doit être d'urgence mis en chantier. Voila 30 ans que l'objectif n°1 de l'Union est d'être attractive pour les capitaux qui n'ont ni patrie, ni sens de l'intérêt général. Voila 30 ans que tous les pouvoirs, à commencer par le pouvoir monétaire, ont été mis au service de la finance, qui dispose du droit de vie ou de mort sur les outils productifs. Privatisations, déréglementations, reculs des droits sociaux, mise en concurrence, sont allés de pair avec les missions d'une Banque centrale européenne indépendante des peuples et de leurs besoins, dont le seul rôle est de protéger les marchés. Jamais, depuis que l'Union monétaire existe, les gouvernements successifs ne l'ont dotée d'un outil qui finance l'emploi, la coopération, oriente l'économie vers le progrès social et la transition écologique. Et quand la crise a éclaté, qu'a décidé le Conseil européen ? Soutenir la finance, encore et toujours. Tous les dispositifs mis en place l'ont été sans contre-partie pour les banques. Seuls les peuples ont été forcés de payer l'addition. Recapitalisations, FESF, MES, 6 PACK, Pacte euro + , que de sigles barbares dont le revers est à chaque fois des plans d'austérité qui ne le sont pas moins, et dont la « troïka » est devenue la sinistre ambassadrice. Résultat, on parle de « crise humanitaire » en Grèce. La situation sociale est explosive en Espagne, au Portugal, où le chômage de masse est devenu la règle pour les jeunes et les femmes. La récession menace l'ensemble de la zone euro. En France, l'INSEE prévoit un nouveau trimestre de croissance nulle, un taux de chômage à 10% et une baisse du pouvoir d'achat de 1,1 point. Si des ruptures ne sont pas opérées, c'est l'idée même d'Union qui est menacée. Aujourd'hui, donner des perspectives européennes, c'est agir pour une refondation de l'Union européenne, au service des Européens et dans la coopération solidaire avec les autres peuples du monde. Et jusqu'à ce jour, ce n'est pas le chemin qui est pris. Pas plus au sommet de juin dernier qu'à ceux qui l'ont précédés. Ce n'est pas non plus à l'ordre du jour du sommet des 18 et 19 octobre. ***Nous proposons trois chemins pour refonder l'Union européenne.  Face aux impasses actuelles, les idées et les forces disponibles grandissent pour ré-inventer l'avenir de l'Europe. Vous devriez écouter les forces critiques qui rejettent le traité et travaillent comme nous à des propositions pour sortir de la crise. En Europe, la Confédération européenne des syndicats, qui pour la première fois de son histoire, rejette unanimement et en bloc un traité, a formulé de nombreuses pistes. En France, les 65 organisations, politiques, sociales, associatives et syndicales qui appellent ouvertement à la non ratification, les 80000 personnes qui étaient dans la rue le 30 septembre à Paris, comme les 120 économistes qui appellent à un changement de cap, tous sont prêts à contribuer. Le premier des chemins a emprunter, c'est la rupture avec l'austérité et la priorité donnée sans attendre au redressement social et productif de la France et de l'Europe.  La crise de l'UE n'est pas une crise de la dette. C'est la crise d'une croissance financière cancéreuse. L'explosion de la dette publique n'a été que la conséquence d'une soutien sans contrepartie au système financier en faillite. Sans création de richesse, nous ne résoudrons aucun problème.C'est pourquoi l'harmonisation des standards sociaux vers le haut doit être lancée pour lutter contre le dumping social et les délocalisations. La coopération industrielle pour construire la mutation sociale et écologique de nos modes de production doit primer sur la concurrence. Les attaques à la protection sociale et à la formation – qui sont des atouts et non des obstacles à notre productivité – doivent cesser immédiatement. La promotion des services publics doit reprendre le pas sur les privatisations estructrices. Allez -vous laisser Mittal dépecer la sidérurgie européenne ? Allez-vous laisser les constructeurs automobiles s'entretuer ? Allez-vous laisser les fusions financières piller le trésor EADS, sacrifier la chimie et la pharmacie ? Allez-vous assister au massacre sans que la France n'appelle l'Europe à la mobilisation et à la reconstruction d'une politique industrielle digne des enjeux du XXIe siècle ? Vous savez qu'une véritable politique de redressement productif nécessite la mobilisation massive de ressources financières au service d'une stratégie industrielle publique européenne. Comment ferez-vous si les robinets de crédit restent fermés ? Le second chemin est, pour cette raison, la reconquête des pouvoirs bancaire et monétaire, au service de ce redressement social et productif. La bataille pour le changement du statut et des missions de la BCE doit être menée par la France sans faillir. L'appel des économistes que j'ai déjà cité fait plusieurs propositions pour une expansion coordonnée de l'activité, de l'emploi et des services publiques, notamment le financement direct, sélectif et à bas taux, par la BCE, des organismes publics de crédit. Un fond européen de développement social et écologique pourrait amplifier cette dynamique en conditionnant les financements au respect de critères sociaux et environnementaux précis.L'Union européenne doit aussi mettre sous contrôle la finance, en interdisant les échanges d'obligations souveraines sur les marchés de gré à gré, en limitant strictement la titrisation et les produits dérivés et en taxant les mouvement financiers spéculatifs. C'est indispensable pour financer les services publics et l'industrie, pour que la création monétaire et le crédit redeviennent l'outil de création d'emploi, de l'accès au travail qualifié et à la formation, de la transition écologique, l'outil pour créer richesses utiles et s'émanciper des marchés financiers. Le troisième de ces chemins est la démocratie. L'UE est devenue un empire autoritaire où la voix des peuples est sans cesse bafouée. La refondation démocratique de l'UE doit être le combat de la France. Il y a au moins 2 pistes :réviser l'équilibre des pouvoirs actuel - où la Commission domine - en renforçant le rôle des parlements nationaux et du Parlement européen,et doter les citoyens de nouveaux outils d'intervention  

 

Monsieur le Premier Ministre, le traité que vous nous demandez de ratifier tourne le dos à ces trois objectifs. Il est austéritaire et anti-social, il est dicté par les logiques financières, il est antidémocratique et limite notre souveraineté.L'article 3 instaure la fameuse « règle d'or » applicable au budget de la Nation, de la sécurité sociale et des collectivités locales. A la règle inapplicable et inappliquée depuis Maastricht des 3% du PIB autorisés en matière de déficit, s'ajoute celle du non dépassement de 0,5% de déficit structurel. Avec une croissance de long terme à 1,1, ce déficit structurel est aujourd'hui estimé à 4,8% du PIB (Les Echos, jeudi 4 oct). Ce dispositif oblige immédiatement à tailler dans le dur des comptes publics, tout en continuant à emprunter sur les marchés pour contrer la récession. C'est un non sens !Les Etats doivent se soumettre à un « mécanisme de correction » automatique. D'où l'article 8 du « Projet de loi organique relatif à la programmation et à la gouvernance des finances publiques » qui prévoit la création d'un Haut conseil des finances publiques pour mettre sous surveillance les budgets, singulièrement ceux des collectivités locales et dont le Président de la République a délibérément omis de parler devant les élus lors des États généraux de la démocratie territoriale. C'est au nom de cette règle d'or, et par anticipation, que vous décrétez un « choc budgétaire », de 30 milliards d'euros en 2013, avant d'autres « chocs » à venir, dont les 2/3 seront payés par les citoyens. Pour la sécurité sociale, un ONDAM à 2,7% va obliger à des économies à hauteur de 2,5 milliards d’euros sur les dépenses d’assurance-maladie. C'est l'augmentation des inégalités d’accès aux soins, et des restes à charge pour les plus fragiles ; c'est la fragilisation de l’hôpital public. Les collectivités locales quand à elles, ne verront pas la couleur des compensations des transferts de compétences pour l'APA, le RSA ou les allocations pour les personnes handicapées. Et la baisse des dotations dépassera les 2 milliards d'euros. Comment revitaliser les territoires ruraux et les quartiers populaires dans ces conditions?Et pour couronner le tout, les budgets et les projets de réformes économiques devront être visés par la Commission européenne, avant qu'ils ne soient examinés par les parlements nationaux.Ce texte prévoit enfin à l'article 8 qu'un État peut en attaquer un autre devant la Cour de justice de l'Union Européenne et réclamer des sanctions financières contre lui, s'il estime qu'il ne respecte pas ses engagements. Bel état d'esprit ! La délation en lieu et place de la solidarité.  La perspective européenne que dessine ce traité, c'est un « fédéralisme autoritaire » au service des puissances de l'argent et des États dominants, à commencer par l'Allemagne. Angela Merkel est déjà à l'initiative pour la prochaine étape : une nouvelle centralisation de la « gouvernance économique », un pilotage des banques sans changer les critères du crédit, ni le rôle de la BCE.Ce traité, Monsieur le Premier Ministre, vous ne l'avez pas renégocié comme François Hollande s'y était engagé. Le texte signé en mars par Nicolas Sarkozy est intact. Le volet croissance ne fait pas le poids. Juridiquement il n'aura pas de valeur quand la loi du traité, elle, s'imposera. Les sommes évoquées – 120 milliards, une goutte de croissance dans un océan d'austérité – seront conditionnées à des mesures dites « de compétitivité ». Ceci explique-t-il votre soudain engouement pour un « choc de compétitivité de 30 à 40 milliards d'euros contre les salaires ? Une mesure qui n'a jamais figuré dans les 60 engagements de François Hollande mais qui correspond exactement au contenu du « paquet emploi » de Monsieur Barroso, un arsenal de dérèglementation du droit du travail et d'écrasement des salaires.  Voila pourquoi, il n'existe pas de majorité populaire, de majorité de gauche, pour soutenir ce traité. Vous ne le ratifierez qu'avec la droite, qui endosse sans complexe l'héritage empoisonné de Nicolas Sarkozy. En bons godillots du MEDEF, nos collègues de droite suivront à la lettre les recommandations de Laurence Parisot, je cite : «  Ne pas se poser la question de la ratification du traité européen: et le signer des deux mains ». Pour notre part, nous garderons le cap du changement.  Je vous lance un dernier appel. Ne ratifiez pas ce traité. Envoyez un signal aux citoyennes et aux citoyens, aux forces politiques, sociales et syndicales, et aux mouvements de résistance qui, sur notre continent, sont prêts à relever le défi de la réorientation de l'Europe. Nous avons besoin de ce bouillonnement créatif.Prenez l'initiative, au nom de la France, de convoquer des États généraux de la refondation européenne, un processus citoyen et démocratique de redéfinition des objectifs de l'UE et des outils de l'intégration régionale. Tôt ou tard, les forces de gauche devront se rassembler pour conduire cette réorientation. Soyez assurés que nous ne ménagerons aucun de nos efforts pour continuer à travailler à ce rassemblement. »

Paris, le 10 octobre 2012.


http://www.facebook.com/notes/pierre-laurent/lintervention-de-p-laurent-dans-le-d%C3%A9bat-suivant-la-d%C3%A9claration-du-gouvernement-/447167021995880

 

 

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 02:59

 

Gréve Générale ...

 

 

 

Grève générale 1411

 

.
.
..
En espérant que ce mouvement populaire sera le déclencheur
d'un changement radical indispensable...
.

 

 monde-avenir.png


.

"La meilleure arme d'un résistant

n'est pas la mitraillette

mais l'information"

Lucie Aubrac

 

"A une époque où le mensonge est devenu la règle,

 

dire la vérité devient un acte révolutionnaire "

 

George ORWELL

 

Tweeté par :

 

 

 


 

resister-tous-ensemble-10-novembre-2008.jpg

 

 

 

L'information,

la divulgation de la vérité,

permet l'action.

 

.

Le 14 novembre, grève générale !

Les citoyens du monde

doivent se prendre en mains,

pas besoin des syndicats !

Tous unis, tous ensemble, partout !

Oui, l'union fait la force,

avec la détermination !

Chantal Dupille (eva)

 

 

resister-revolution.gif

 

"Le verbe RÉSISTER doit toujours se conjuguer au présent" Lucie Aubrac...

 

 

 

.

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 02:39

Voir en ligne : Qu’est-ce qui se cache derrière Eurogendfor et son droit d’occupation ?

« EuroGendFor » – l’armée privée de l’UE, prête au départ pour la Grèce

hd. Il y a des articles après lecture desquels le lecteur se dit : « Ce n’est pas possible, je m’informe régulièrement et je pense être au courant des actualités la plupart du temps, pourquoi je ne sais rien de cela ? » Le présent article est un tel article. Ceux qui pensent qu’il s’agit dans le contexte d’Euro-Gend-For d’un terme lié à la notion anglaise « gender » ­– définition artificielle et très à la mode du « genre », du « sexe social » – se trompent. Le nom est un morceau de magnificence issu du pouvoir d’innovation intellectuelle des Français : au lieu d’une troupe de l’UE de malfrats violents à la Rambo, ou des Bodyguards à la paie de Goldman-Sachs selon le modèle Blackwater, est née une armée privée dénommée « Force de gendarmerie européenne » (FGE). Les Allemands du camp d’Angela Merkel pourraient ainsi détourner sur les Français le « mécontentement » que l’Europe de l’euro, prétendument si amoureuse de la liberté, déclenche dans les pays où elle intervient. Mais cette mascarade se terminera au plus tard à l’arrivée en Grèce.

Cela fermente en Espagne, les protestations publiques augmentent de jour en jour. Tandis que les Allemands recommandent aux Méditerranéens de se lever plus tôt, de prendre moins de vacances et de travailler plus, la colère du peuple grec se décharge dans les rues du pays. Cela fermente et bouillonne partout, les hommes craignent des situations semblables à des guerres civiles déclenchées par la crise dans toute l’Europe. On s’en rend compte au bureau central de l’Union européenne, et depuis longtemps, l’on a pris des mesures correspondantes.

On prépare maintenant pour la première fois l’engagement de l’armée privée de l’UE qui s’apprête à partir pour la Grèce. A peine un Européen connaît cette unité secrète qui répond au nom d’« EuroGendFor ». Le quartier général de cette unité d’intervention spéciale de 3000 hommes se trouve à Vicence en Italie. L’ancienne ministre française de la Défense Alliot-Marie a initié la fondation de cette troupe, après des troubles de plus en plus fréquents sous formes de batailles de rue et de pillages suscités par des adolescents musulmans immigrés en France. « EuroGendFor » est à la fois police, police judiciaire, armée et services secrets. Les compétences de cette unité sont pratiquement illimitées. Elle doit, en coopération étroite avec les militaires européens, garantir la « sécurité en territoires de crise européens ». Sa tâche consiste surtout à réprimer des révoltes. De plus en plus d’Etats membres de l’UE adhèrent à « EuroGendFor ».

Les gouvernements européens savent exactement ce qui les attend. Pour ne pas devoir utiliser leurs propres armées contre les citoyens du pays, la troupe paramilitaire « Force de gendarmerie européenne » a été fondée en secret – ni vu, ni connu. En théorie, on peut faire appel à la FGE partout où l’Union européenne voit une crise. C’est fixé ainsi dans le Traité de Velsen qui règle les interventions d’EuroGendFor. La devise dans les armoiries est la suivante : « Lex paciferat » – ce qui peut être traduit par : « Le droit apportera la paix ». Il souligne « le principe du rapport étroit entre l’imposition des principes de droit et le rétablissement d’alentours sûrs et protégés ». Un « conseil de guerre », sous forme de comité interministériel composé des ministres de la Défense et de la Sécurité des pays membres de l’UE participants, décide de la stratégie d’intervention. La troupe peut être mise en marche soit sur demande, soit après décision de l’UE.

Dans l’article 4 du Traité constitutif concernant les missions et les engagements on peut lire : « On peut recourir aux FGE pour protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics. » Les soldats de cette unité paramilitaire de l’Union européenne doivent certes respecter le droit en vigueur de l’Etat dans lequel ils interviennent et où ils sont déployés, mais : tous les bâtiments et tous les terrains qui sont pris par les troupes sont exterritorialisés et ne sont plus accessibles mêmes pour les autorités de l’Etat dans lequel la troupe intervient. Le monstre de l’Union européenne abroge ainsi le droit national aussi en cas de lutte anti-émeute.

« EuroGendFor » est une troupe policière paramilitaire et des services secrets qui peut être rapidement mise en place. Elle unit tous les pouvoirs et moyens militaires, policiers et de services secrets qu’elle peut exercer en collaboration avec des troupes nationales de police et d’armée, après être mandatée par une cellule de crise interministériel dans chaque lieu pour la lutte contre des troubles, contre des révoltes et contre de grandes manifestations. Le ministère fédéral de la Défense fait l’éloge de l’EuroGendFor sur ses sites Internet en disant : « Police ou Armée : Une gendarmerie européenne promet la solution. »

L’EuroGendFor est encore presque complètement inconnue et dans l’ombre. Cela ne restera pas ainsi. Plus les gens sont poussés dans la misère par la politique de gestion désespérée et erronée de la crise, plus cette troupe nantie de pouvoirs illimités devra « régler » la situation. Les chefs d’Etats européens se rendront compte avec gratitude qu’ils ne seront pas dans l’obligation d’utiliser leurs propres corps de police et d’armée contre leurs citoyens.

Source : http://uhupardo.wordpress.com/2012/03/16eurogendfor-die-privatarmee-der-eu-bereit-zum-abmarsch-nach-griechenland du 16/3/12 (Traduction Horizons et débats)

European Gendarmerie Force

Traité entre le Royaume d’Espagne, la République française, la République italienne, le Royaume des Pays-Bas et la République portugaise [ci-après dénommés parties contractuelles] établissant la European Gendarmerie Force « EuroGendFor », [Force de gendarme

Chapitre I

Dispositions générales

Article 1 Objet 1. L’objet du présent Traité est d’instaurer une force de gendarmerie européenne opérationnelle, pré-organisée, robuste et disponible immédiatement. Elle est exclusivement constituée d’éléments des forces de police des parties, dotées du statut militaire, destinées à des missions de police dans le cadre d’opérations de gestion de crise. […]

Article 3 Définitions […] b. QUARTIER GENERAL PERMANENT [désigne] le quartier général permanent multinational et modulaire basé à Vicence (Italie). Son rôle, sa structure et sa participation à des opérations doivent être approuvés par le CIMIN (cf. g.) […] g. CIMIN signifie Comité interministériel de haut niveau. C’est l’organe décisionnel qui dirige les FGE. […]

Chapitre II

Missions, engagements et déploiement

Article 4 Missions et tâches 1. Conformément au mandat de chaque opération et en opérant indépendamment ou conjointement avec d’autres troupes, l’EuroGendFor doit être en mesure d’effectuer tout l’éventail des missions de police en se substituant à elles ou en les renforçant durant toutes les phases d’une opération de gestion de crise. 2. Les FGE peuvent être subordonnées soit à des autorités civiles soit à un commandement militaire. 3. On peut recourir aux FGE : a) pour des missions de sécurité et d’ordre public ; b) pour surveiller, conseiller, encadrer et superviser les polices locales dans leur travail quotidien, notamment dans les enquêtes criminelles ; c) pour surveiller l’espace public, régler la circulation, contrôler les frontières et effectuer des missions générales de renseignement ; d) pour effectuer des enquêtes criminelles, notamment découvrir des délits, retrouver les délinquants et les livrer aux autorités judiciaires compétentes ; e) pour protéger les personnes et les biens et maintenir l’ordre en cas de troubles publics ; […]

Chapitre III

Aspects institutionnels et juridiques

Article 7 CIMIN (Comité interministériel) […] 3. Les missions du CIMIN sont les suivantes : […] h) élaborer le cadre des opérations menées par les FGE ou à la demande de l’UE, de l’ONU, de l’OSCE, de l’OTAN, d’autres organisations internationales ou d’une coalition ad hoc ; […]

Source : www.eurogendfor.eu (Traduction Horizons et débats)

Membres fondateurs

France (Gendarmerie nationale) Espagne (Guardia Civil) Portugal (Guarda Nacional Republicana) Italie (Carabinieri) Pays-Bas (Royal Marechaussee)

Autre membre :

Roumanie (Jandarmeria Romana)

Pays partenaires

Pologne (Military Gendarmerie) Lituanie (Viesojo Saugumo Tarnyba)

Statut d’observateur

Turquie (Jandarma)

Les banques veulent de l’argent

Créanciers étrangers d’emprunts d’Etat grecs ; situation en juin 2011, en milliards d’euros :

Créanciers étrangers

Valeur (en euro)

Banque centrale européenne

49 Mrd.

FMS (Deutsche Hypo Real Estate)

6,3 Mrd.

BNP Paribas (France)

5 Mrd.

Dexia (Benelux, France)

3,5 Mrd.

Generali (Italie)

3,0 Mrd.

Commerzbank (Allemagne)

2,9 Mrd.

Societe Generale (France)

2,9 Mrd.

Groupama (France)

2 Mrd.

CNP (France)

2 Mrd.

AXA (France)

1,9 Mrd.

Deutsche Bank/ Deutsche Postbank

1,6 Mrd.

Landesbank Baden-Württemberg

1,4 Mrd.

(cf. Spiegel Online, « Wer die grössten Griechen-Risiken trägt », 26/6/11)

Par les assurances-crédit qu’elles ont émises, les banques américaines et britanniques seraient sérieusement concernées par une insolvabilité de la Grèce.

(cf. Frankfurter Allgemeine Zeitung, « Kurseinbruch der griechischen Bankaktien », 24/10/11)

hd. Suite à la conversion de dette négociée fin mars et accompagnée par de nouveaux emprunts d’Etat, l’insolvabilité de la Grèce a été repoussée. Les grandes banques vont à l’avenir mieux assurer leurs créances et recouvrer leurs intérêts.

Mise en ligne CV le 30 avril 2012

 


http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2445

Partager cet article
Repost0
9 novembre 2012 5 09 /11 /novembre /2012 02:37

 

 

 

Guerre Iran ?


Il semblerait qu'Obama n'ait pas envie

que l'Iran soit attaqué,

compte tenu des répercussions, notamment,

sur le prix du pétrole

- la crise s'aggravant encore aux Etats-Unis.

Pour ma part, je crains que ce fou de Netanyahou

ne passe outre toutes les paroles de sagesse

de l'armée et des services de Renseignement

tant américains qu'israéliens,

et ne commette l'irréparable avant les élections en israël.

Entraînant aussi l'intervention US à ses côtés.

Qu'attend-on pour empêcher les fous

de mettre le feu à la planète ?

Note d'eva R-sistons

.

..

Mobilisation des militaires israéliens

contre une troisième Guerre mondiale

 

Selon une simulation faite par l’Institut d’études pour la sécurité nationale de Tel Aviv (INSS), une attaque israélienne sur les installation nucléaires iraniennes initiée quelques jours après l’élection présidentielle américaine conduirait à une troisième Guerre mondiale, si la Chine et la Russie prenaient clairement position contre Israël et les Etats-Unis. Dans le cas contraire, selon certains experts, l’attaque déclencherait une série de représailles et de contre-représailles menant probablement à un conflit de dimension régionale.

La publication de cette étude et sa large dissémination, quelques jours à peine après la conférence de presse de Lyndon LaRouche et de Jeff Steinberg au National Press Club de Washington, avertissant du danger imminent d’une guerre thermonucléaire d’extermination, n’est pas fortuite.

Et surtout elle n’a rien d’anecdotique. Rappelons que nous avons, à plusieurs occasions sur ce site, fait part de l’opposition systématique menée depuis quelques années par les cercles militaires et du renseignement américains, mais également israéliens, pour contrer les efforts de ceux qui manipulent Barack Obama et Benjamin Netanyahou pour les amener à déclencher une guerre pour forcer la Russie et la Chine à se soumettre à leur volonté. Etant donnée la volonté maintes fois exprimée par la monarchie britannique de diminuer massivement la population mondiale, un refus de la Russie et de la Chine de se soumettre aux diktats de cette oligarchie pourrait toutefois très bien conduire à une guerre thermonucléaire globale, avec une volonté délibérée d’extermination.

Selon certains experts des milieux de renseignement américains, cet effort renouvelé des milieux militaires et du renseignement israélien vise à inhiber toute tentation que pourrait avoir le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou de lancer une attaque-éclair contre l’Iran au lendemain de l’élection américaine.

Les révélations récentes du quotidien Ha’aretz et autres médias documentant la forte opposition en 2010 à Netanyahou, de la part de plusieurs dirigeants de l’armée israélienne et des milieux du renseignement, dont le général Gabi Ashkenazi, alors chef d’état-major des armées et Meir Dagan, qui dirigeait le Mossad, font partie de la même mobilisation. Les deux avaient insisté sur le fait qu’un tel ordre de la part de Netanyahou, sans l’accord préalable des comités de la Knesset chargés de ces questions ou du cabinet de sécurité, serait illégal. Le Premier ministre avait alors tenté de provoquer une escalade en ordonnant à l’armée de se mettre au niveau de mobilisation « P Plus », un code signifiant qu’elle devait s’apprêter à lancer une frappe militaire. Le général Ashkenazi a déclaré que l’armée s’était discrètement préparée, mais qu’il était convaincu qu’il s’agissait là d’une « erreur stratégique ».

Si ces révélations permettent pour l’instant d’éloigner le danger, il reste malgré tout la possibilité de voir Netanyahou lancer une attaque contre l’Iran s’il venait à être réélu en janvier 2013. Il pourrait également « tracer une nouvelle ligne rouge » de manière à garantir un résultat similaire.


 

http://www.solidariteetprogres.org/actualites-001/article/mobilisation-des-militaires-israeliens-contre-une.html#.UJqSp1vRncU.twitter

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 10:33

 

 

Spécial Chine
J'ai failli être créatrice de mode §,
alors je vibre toujours en voyant des belles choses..
Coup de coeur pour la mode chinoise, stylée,
que je partage avec vous.
eva R-sistons 
Voir ici :
.
.
.

.
.
yiqing yin Quand Yiqing Yin senvole
.
.
..
.
..
.
..
.

 
..
.
(Regardez bien les manches de la robe
et en-dessous aussi, note d'eva)
.
.
.

..
.
..
.
.



..
...
..
.
..

"Le cheveu afro: un cheveu exceptionnel"

"Le cheveu afro: un cheveu exceptionnel"

"Quelques modèles de coiffures afros?"

"Quelques modèles de coiffures afros?"

"Quelques créations de mode (+ Couleur)"

"Quelques créations de mode (+ Couleur)"

"Quelques créations de mode (+ Motif)"

"Quelques créations de mode (+ Motif)"

"Quelques créations de mode (+ Matière)"

"Quelques créations de mode (+ Matière)"

"Quelques créations de mode (+Forme)"

"Quelques créations de mode (+Forme)"

" Quelques créations de chaussures originales"

" Quelques créations de chaussures originales"

"Quelques créateurs de mode d'origine chinoise?"
Ma Ke
 “J’aime l’inutile, et je pense lui donner une valeur, qui ne réside pas dans l’objet lui-même mais dans l’utilisation qui en est faite, dans la personne qui l’utilise” se plait à dire la créatrice. Sa marque "Exception" est distribuée dans 60 points de vente en Chine, elle crée des costumes de scène, reçoit une multitude de prix, sa carrière s’envole. Trois axes principaux définissent son travail : La Nature, L’Homme et Le Temps. “Je veux rechercher l’essentiel de l’esprit humain au travers de ma création inutile”… 
Son ouvrage “Point One” recense cet univers étrange et attirant.
 Ma Ke est seulement découverte en France où elle présente ses collections sous forme de performances et où elle n’a pas encore ouvert de boutique.
Composés essentiellement de matériaux brutes évoquant le monde agraire (étoffes brutes, toiles de jute, lins, coton) ses vêtements présentent un aspect froissé, grossier, terreux. Principalement beige, gris souris, marron, les tissus sont troués et rapiécés, comme venus d’un autre âge. Les plis, le gonflement des étoffes figent les silhouettes dans un amas de matière qui évoque la lourdeur de la pierre et fixe les modèles dans le sol, dans la terre comme des Bing Ma Yong oubliés à travers les âges.
Les couleurs sont toujours terreuses mais les silhouettes s’avèrent plus fines, plus dynamiques et donc plus urbaines.
.

Qui êtes-vous ?


Ma photo

Je m’appelle Audrey, J’ai suivi des études en Arts appliqués, en mode et en couture. Ces trois disciplines sont mes centres d’intérêts professionnels. Je suis spécialisé dans le design de mode et je me sers de ce blog «  Réserve d’inspirations » pour, comme son nom l’indique, mettre en réserve divers créations originaux qui m’intéresse et m’inspire à créer, innover dans le design de mode. Cependant je m’intéresse particulièrement à la mode éthique et ethnique : « Une mode soucieuse de l’environnement, des conditions économique et social de l’Homme ainsi que de la sauvegarde des traditions ».
.
Extraits
de ce site :
http://reservedinspirations.blogspot.fr/2012/03/quelques-createurs-de-mode-dorigine.html
.

§§§§§§§

.

.

mode-chine.jpgLa mode sur un autre site : http://taijiqigong.over-blog.com/article-la-chine-en-couleur-le-noir-65049043.html.
.
.
C O M M E N T A I R E S :  I C I

 

.
Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 22:14

 

« Global Trends 2030 » de la CIA. Les trois scénarios du monde de 2030 selon la C.I.A. Flippant.
« Global Trends 2030 » de la CIA. Les trois scénarios du monde de 2030 selon la C.I.A. Flippant.
Source : Keek
Par Julia Fauconnier le 20 juillet 2012
Quand la CIA se frotte à l’art de la divination, les boules de cristal s’appellent les « Global Trends 2030 ». Les prévisionnistes se sont fondés sur leurs connaissances des évolutions technologiques – clonage humain, médecine, OGM etc. - ainsi que des prévisions démographiques et énergétiques pour élaborer trois scénarios du monde de demain : la désintégration (fragmentation), le retour en arrière (reverse engines) ou la coopération (fusion).


Si vous êtes un peu déprimés ou de nature pessimiste, passez votre chemin. Les scénarios détaillés dans le supplément Géo et Politique du Monde sont bien sombres.


Tous désintégrés ?


Le scénario le plus terrible et malheureusement le plus probable pour ses auteurs est la "fragmentation" que l’on peut traduire par "désintégration". En 2030, le monde serait – encore plus – inégalitaire et l’Occident embourbés dans un marasme économique sans fin serait fragilisé et affaibli. L’Asie en revanche aurait suivi ses tendances actuelles à la forte croissance économique et démographique et dominerait désormais. Ce nouvel "équilibre" des forces s’accompagnerait de conflits interétatiques accroissant l’insécurité internationale. Des prévisions (prédictions ?) dignes des films projectifs les plus sombres.



Retour vers le futur ?


Un autre scénario envisagé est le "reverse engines" qui rappelle un peu – pour les trentenaires du moins – la voiture de Retour vers le futur. Ce "retour en arrière" nous renvoie à l’instabilité du début du XXème siècle et, quand on connait la suite, est particulièrement inquiétant. La crise économique s’aggrave et les Etats-Unis s’engouffrent dans une récession qui leur fait perdre leur position hégémonique. N’assurant plus leur rôle – contesté – de gendarmes du monde, les tensions au Proche-Orient et en Asie s’accentuent, là encore avec de sérieux risques de conflits.



Une petite chance pour des lendemains qui chantent ?


Le dernier scénario est celui d’une "coopération" ("fusion"), le plus optimiste comme son nom l’indique… Contrairement au précédent, les Etats-Unis se maintiennent. La Chine confirme sa position de géant géopolitique et les deux puissances, désormais en paix, collaborent. Le monde est apaisé et cette nouvelle stabilité marque un nouvel âge d’or des relations internationales.


Mais, ne rêvons pas trop, les spécialistes s’accordent pour dire que cette vision optimiste est la moins réaliste… La version finale des Globals Trends 2030, devrait être publiée fin novembre, c'est-à-dire après les élections présidentielles américaines. Sans doute histoire de ne pas trop perturber la campagne, notamment celle d’Obama à la recherche d’une nouvelle légitimité en politique étrangère.

Les relations internationales vous intéressent ? Rendez-vous sur Studyrama pour en savoir plus sur certaines écoles comme l’ILERI et l’ESTRI ou sur nos forums pour discuter de votre orientation.

 

http://www.keek.fr/article/4073-le-monde-de-2030-selon-la-c-i-a-flippant

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 18:40

 

Mardi 6 novembre 2012

BiélorussieLes Amis d’Edward Gierek communique : « Au nom aussi d’une certaine idée de la période soviétique qui assurait aux peuples le plein-emploi et leur garantissait le droit à la santé et à la culture, notre camarade André Delcourt, maire et conseiller général (PCF), recevait récemment dans sa bonne ville de Calonne-Ricouart (Pas-de-Calais), Aleksandr Pavlovski, l’ambassadeur de Biélorussie en France. Une Biélorussie stigmatisée en Occident pour avoir, de toutes ses anciennes républiques, le mieux préservé l’héritage social de l’Union soviétique. Dans les colonnes de La Tribune de la Région minière, dénonçant les prétentions de l’Occident impérialiste, Aleksandr Pavlovski défend le droit à la différence dans une Europe minée par le libéralisme... »

Ci-après l’article paru dans La Tribune de la Région Minière :

Le dimanche 23 septembre dernier, l’élection législative en Biélorussie a été le prétexte pour l’Occident à une nouvelle campagne de diabolisation contre un pays accusé de bafouer les Droits de l’Homme, mais dont le principal tort semble bien de s’ouvrir insuffisamment à l’économie de marché. De passage à Calonne-Ricouart dans le cadre de la tournée artésienne de la Musique centrale des Forces armées de Bélarus, Aleksandr Pavlovsky, ambassadeur de Biélorussie en France a accepté de répondre à nos questions.

Les États-Unis vous présentent comme la dernière « dictature d’Europe ». Pourquoi votre pays est-il diabolisé en Occident aujourd’hui ?

La Biélorussie est diabolisée parce qu’elle n’exécute pas les orientations des États-Unis. Nous avons notre propre voie. Chez nous, le chômage est le plus bas des anciens pays de la Communauté des États Indépendants (CEI). Nous sommes les seuls de la CEI à être autonomes sur le plan alimentaire. Le niveau de vie y est meilleur que du temps de l’Union soviétique. Une attention particulière est portée au sport et à la culture. Aujourd’hui, on reconstruit une vingtaine de châteaux détruits pendant les deux guerres mondiales du XXème siècle. Qui en parle ? Les religions catholiques et orthodoxes y ont des droits égaux. En Biélorussie, il coexiste des propriétés d’état, privées et coopératives. Mais à la différence de la Russie, nous n’avons pas laissé piller la propriété collective. Les privatisations ont été faites au profit du peuple et pas des intérêts privés. L’Occident veut nous imposer son opinion. Ce n’est pas une attitude très démocratique…

Comment réagissez-vous à cette prétention ?

L’Occident aimerait l’image de notre pays comme copie conforme du sien, mais la Biélorussie a ses nuances. Tout comme en France, la Bourgogne ou le Nord-Pas-de-Calais ont les leurs. Notre organisation étatique est différente de l’organisation étatique française. L’Union européenne dit : « Vous ne nous ressemblez pas donc vous êtes mauvais. » L’attitude vis-à-vis de notre pays n’est pas juste ; ça nous offense. Ce n’est pas correct alors qu’aujourd’hui, l’Europe est en crise et qu’il faudrait, puisque nous appartenons à la même civilisation, plutôt unir nos efforts pour avoir une position forte dans le monde.

De quelles façons ?

Par la communication. Il faut favoriser le dialogue et la compréhension mutuelle. On ne peut pas régler tous les problèmes pas les moyens de la force. Aujourd’hui, notre musique militaire joue en France. Aussi sommes-nous reconnaissants à nos amis français de nous accueillir dans le cadre de ces échanges culturels ; ce qui nous permet de faire en sorte que les Français du Nord-Pas-de-Calais puissent voir nos ressortissants… et se faire leurs propres opinions sur nous. Votre région et la Biélorussie ont une histoire commune. Nous avons souffert de la guerre. Lorsde la Seconde Guerremondiale, nous avons perdu 30 % de notre population !

Propos recueillis par Jacques Kmieciak

 

L’opinion de Bruno Drweski, universitaire, spécialiste de l’Europe de l’Est

« Je pense que le fait que l’économie soit contrôlée, et les mouvements de capitaux en particulier, et que la Biélorussie soit non alignée et par ailleurs n’ait pas le désir de rompre avec la Russie et la Chine, expliquent l’animosité occidentale. La Biélorussie est en plus située sur une voie stratégique et représente un potentiel militaire important. Sans parler du fait que, menant une politique relativement sociale, cet État est un « mauvais exemple » pour ses voisins. »

L’avis de Bernard Seux, ancien député-maire socialiste de Béthune. L’ambassade de Biélorussie à Paris lui a confié une mission d’observateur lors de cette législative.

« J’y suis allé pour la première fois en 2007 avec des a priori concernant la dimension démocratique du régime. Je voulais voir ce pays ce pays tel qu’il était et pas tel qu’on me l’avait décrit. Je n’ai pas ressenti de sentiments d’oppression dans la population d’une grande gentillesse, ni subi de pression quelconque. »

 

 

Liste complète

 

.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche