Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:44


Dernières manœuvres avant le sommet de l’Union européenne

Voulez-vous du Nouvel Ordre Mondial et de la gouvernance mondiale pour perdre votre souveraineté nationale et être placés sous dictature de l'oligarchie financière mondiale ? Oui ou non ?

Parce que nous y allions tout droit selon les voeux de Sarkozy et de ses Maîtres !

Ouvrez les yeux !

Nous sommes sous occupation US depuis quelques décénnies, la guerre a changé de visage, nous sommes en guerre financière, économique et biologique.
Les peuples sont les ennemis des dirigeants et il faut à tout prix les éliminer d'une manière ou d'une autre !

Ne vous fiez pas au leurre des élections car personne ne viendra vous défendre.
Que vous ayez voté à droite ou à gauche, même combat, cela ne changera rien à la poursuite de leurs plans machiavéliques.

Il faut à tout prix sortir de l'Europe la prison des peuples Européens !

Dernières manœuvres avant le sommet de l’Union européenne

Article placé le 23 mar 2010, par Mecanopolis

A deux jours du sommet de l’Union européenne, le vice-Premier ministre grec Théodoros Pangalos a accusé l’Allemagne de spéculer contre la Grèce afin d’en faire profiter ses exportations. De son côté, Herman Van Rompuy a convoqué ce soir « un sommet de la zone euro juste avant le conseil européen, pour parler de la gouvernance économique de l’Europe »  


L’Allemagne permet à ses banques de « spéculer contre les obligations grecques », a accusé lundi à Athènes le vice-Premier ministre grec Théodoros Pangalos lors d’un forum sur les investissements.

« Ce qui est derrière la position allemande, c’est le calcul qu’en spéculant contre les obligations » grecques « et en permettant aux institutions monétaires et de crédit de participer à ce jeu misérable, des gens en Allemagne gagnent de l’argent », a indiqué M. Pangalos.

« Tandis que les pays du sud de l’Europe souffrent de la baisse de l’euro, les exportations allemandes profitent de la baisse » de la monnaie européenne, a-t-il encore ajouté. (Belga)

Ne soyons pas dupe : le vice-ministre grec, qui se réveille deux jours avant le sommet de l’UE, ne nage pas à contre-courant. Ses accusations, même si elles sont objectivement vraies, ne sont qu’une manche supplémentaire d’une « partie de poker menteur » auquel se livrent Berlin et Athènes depuis 10 jours (lire notre article du 18 mars), par lequel l’Allemagne pose les derniers jalons du leadership de sa politique économique.

D’ailleurs, en fin d’après-midi, Berlin a laissé entendre pour la première fois qu’elle pourrait accepter une aide à la Grèce. A une condition toutefois : les pays de l’Union européenne doivent accepter de négocier de nouveaux mécanismes permettant de s’assurer d’une discipline budgétaire effective au sein de la zone euro, soit l’extension des mesures prises en Grèce à l’ensemble des pays de l’UE. Selon plusieurs sources, la France et l’Allemagne travaillent à une position commune sur ce mécanisme d’aide et la gouvernance économique future de la zone euro. Voilà qui laisse le champ libre au projet cher à Herman Van Rompuy (lire Le plan secret du président du Conseil européen Herman Van Ronpuy)

Van Rompuy en embuscade

Voici ce que nous écrivions jeudi dernier, sur Mecanopolis : « Au final, les jeux sont faits et les plans déjà établis : l’Europe payera pour la Grèce et pour tous les autres pays en difficultés qui, malheureusement, ne manqueront pas de se présenter. Le prochain sommet de Bruxelles entérinera le projet de « gouvernance économique » (peu importe le nom qu’il portera), du président du Conseil européen Herman Van Rompuy, préparé ces dernières semaines dans les coulisses de l’Eurogroupe par Jean-Claude Juncker. » (lire Partie de poker menteur entre l’Allemagne et la Grèce)

Herman Van Rompuy confirmait ce soir son intention de « convoquer un sommet de la zone euro juste avant le conseil européen, pour parler de la gouvernance économique de l’Europe ». « Il en discutait depuis le début de la semaine avec ses interlocuteurs » en vue de trouver une solution à la question de l’aide à la Grèce, avant le sommet des chefs d’Etat et de gouvernements de toute l’UE prévu jeudi en fin d’après-midi à Bruxelles. (AFP)

Plus tôt dans la journée, lors d’une conférence de presse conjointe, à Paris, Nicolas Sarkozy et le président du gouvernement espagnol, José Luis Zapatero, ont également appelé à une réunion de l’Eurogroupe au niveau des chefs d’État et de gouvernement, pour débattre de la… gouvernance économique de la zone euro. (Reuters)

Les dernière manoeuvres avant le sommet de l’Union européenne voudraient faire croire que, tous les jours, les dirigeants européens improvisent pour répondre à l’urgence de situations inattendues, alors que n’importe quel observateur un tant soit peu attentif peut en faire la prévision. Quand, par des procédés confusionnistes, des informations de ce genre nous parviennent, le principal n’est pas de se demander comment les choses se passent, mais plutôt d’étudier en quoi elles se distinguent de tout ce qui est arrivé jusqu’à présent.

Comme l’écrivait un auteur que nous avons beaucoup lu dans notre jeunesse « L’imbécilité croit que tout est clair quand la presse a montré une belle image, et l’a commentée d’un hardi mensonge. La demi-élite se contente de savoir que presque tout est obscur, ambivalent, « monté » en fonction de codes inconnus. Une élite plus fermée voudrait savoir le vrai, très malaisé à distinguer dans chaque cas singulier, malgré toutes les données réservés et les confidences dont elle peut disposer. C’est pourquoi elle aimerait connaître la méthode de la vérité, quoique chez elle cet amour reste généralement malheureux. »

 

http://www.mecanopolis.org/?p=15320 http://www.marcfievet.com/article-europe-vous-avez-dit-europe-47332140.html




Crise financière : les "Banksters" Créer des problèmes pour trouver les solutions !!! La solution ? L'instauration du Nouvel Ordre Mondial dit économique et financier ! La banque Lehman Brothers a bénéficié de la complicité du Trésor américain et de la Fed pour masquer ses pertes, en détournant des outils financiers déjà louches... Lehman Brothers : fraude GIGANTESQUE pour masquer http://www.dailymotion.com/swf/video/xcl7sq 2 / 2 Max Keiser sur Goldman Sachs (S/T) http://www.dailymotion.com/video/xah6hi_2-2-max-keiser-su... Crise financiere : les "Banksters" : Le Pouvoir Mondial Le Pouvoir Mondial

A lire aussi sur le blog de Marc Fievet
Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:39
bankster-NOM.jpg

Mercredi 24 mars 2010
3 24 /03 /2010 20:31
Je vous l'ai dit depuis déjà un moment, nous savons qui est notre ennemi et il est largement infiltré dans nos gouvernements, nos institutions et notre population.

La guerre est déclarée, et la France sera aussi touchée dans quelques semaines.

La note de la dette souveraine du Portugal abaissée par Fitch

L'agence Fitch a abaissé mercredi la note de la dette souveraine du Portugal à AA-, invoquant l'inquiétude croissante quant à la capacité de ce pays à respecter les échéances sur ses emprunts. Le Portugal reste cependant considéré comme fiable, avec une note bien supérieure à celle de la Grèce.

Fitch, l'une des principales agences de notation du monde, estime que les perspectives de reprise économique du Portugal sont plus faibles que celles des autres pays de la zone euro et que cela pèsera sur les finances publiques à moyen terme.

Elle plaide pour des mesures budgétaires "significatives" -réduction des dépenses et augmentation des impôts- si le gouvernement veut atteindre son objectif de ramener le déficit à 3% du produit intérieur brut (PIB) d'ici 2013. En 2009, le Portugal a enregistré un déficit budgétaire de 9,3% du PIB, alors que Fitch tablait encore sur 6,5% en septembre dernier.

Une mauvaise note de la dette souveraine traduit le manque de confiance dans la solvabilité d'un pays, lequel voit grimper le taux d'intérêt auquel il peut emprunter. La Grèce a ainsi vu sa note plonger après la révélation de l'ampleur de sa dette et de son déficit, ce qui a fait flamber le coût du refinancement de sa dette sur les marchés financiers. Cette crise a ébranlé toute la zone euro, tandis qu'Athènes prenait des mesures d'austérité budgétaire drastiques pour tenter de retrouver la confiance des investisseurs.

Source


http://changementclimatique.over-blog.com/article-nouveau-front-dans-la-guerre-sociale-des-financiers-en-europe-47326397.html
Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:36

Version anglaise: A CURRENCY FOR THE WORLD


Titre original: Une monnaie pour le monde

blogs.lexpress

3 mars 2010

Comme on pouvait le prévoir  depuis que  le G20 de Londres a choisi  de sortir de la crise des finances privées par l’augmentation illimitée  des dettes publiques, la  crise financière mondiale  dérape en crise des finances publiques. A force d’inventer des moyens de plus en plus tordus d’emprunter sans le dire, les marchés ne  croient plus que  gouvernements  sauront rétablir leurs équilibres  et font le pari que quelque chose va s’effondrer.


 D’abord, pronostiquent-ils, des pays tomberont, comme on l’a vu déjà avec l’Islande, l’Irlande et la Grèce. Puis, l’euro lui-même  disparaitra, car il  ne pourra durablement exister sans solidarité fiscale entre les pays partageant la même monnaie. Puis  ce sera le tour du système financier mondial,  si on continue à y  émettre de la monnaie de facon aussi illimitée, bien au-delà de la production réelle de richesse.

 

Pour l’empêcher,  il ne suffira pas d’empêcher la spéculation : elle révèle une tendance profonde,  qui ne saurait être inversée par la seule interdiction des paris sur son évolution. Il faut aller plus loin et rétablir des financements sains des Etats.

 

Pour y parvenir, le directeur général du Fonds Monétaire International vient   d’émettre une proposition très rationnelle, qui  peut conduire au meilleur comme  au pire, suivant la facon dont elle sera mise en œuvre.


Il vient en effet de demander que soit donné à l’institution qu’il dirige    un mandat  de supervision du système financier international,  avec droit d’intervention dans les affaires budgétaires des nations,  pour éviter que les pays continuent à s’endetter sans contrôle, promettant  en échange  d’accorder aux Etats  dont le comportement budgétaire  deviendrait raisonnable des  lignes de crédit à court terme  en complément de celles que leur accordent déjà, de facon presque illimitée, les  marchés financiers et les banques centrales.  Il a même proposé de fournir aux Etats en difficulté  « un actif de réserve émis mondialement, semblable, mais dans des aspects importants différent, aux Droits de tirage spéciaux (DTS)».

 

En toute logique, la mise en œuvre de cette proposition déboucherait  sur la transformation du FMI en banque centrale planétaire assurant la liquidité de tout le système financier international avec une monnaie unique mondiale.  Cette idée rejoint celle du Bancor qu’avait proposé Keynes au moment de la création du FMI en 1944 et que les Américains avaient alors refusé,   pour ne pas remettre en cause la suprématie du dollar ni se trouver contraints eux-mêmes  à une discipline.


Aujourd’hui, les Etats-Unis pourraient l’accepter, non pour s’imposer une discipline, mais pour   financer leurs déficits publics par   d’autres ressources que les emprunts aux fonds souverains.  Tout le monde se mettrait alors d’accord pour pousser   le FMI à accorder de tels crédits nouveaux,  sans lui donner  pour autant les moyens juridiques et politiques d’un véritable contrôle des déficits budgétaires.


Dans ce cas, la proposition de Dominique Strauss Kahn reviendrait à faire fonctionner une nouvelle planche à billets, émettant une monnaie de plus, qui  compléterait  la panoplie des financements imaginaires de déficits illimités, emportant le monde dans une épouvantable glissade.  Qui   aura désormais le courage de s’arrêter en si  mauvais chemin ?


j@attali.com

http://blogs.lexpress.fr/attali

Illustration ajoutée par IN


Jacques attali: "les bases d'un véritable gouvernement mondial"

Towards a global currency and world government

Towards a global currency and world government


Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article-une-monnaie-pour-le-monde-jacques-attali-dossier-attali-46001952.html
Repost 0
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:28
Update du 20 mars 2010




Site du film: http://www.solutionslocales-lefilm.com


Des films catastrophistes ont été tournés, des messages alarmistes lancés, ils ont eu leur utilité mais il faut désormais montrer qu'il existe des solutions, faire entendre les réflexions de ceux qui inventent et expérimentent des alternatives.



Dépassant la simple dénonciation d’un système agricole perverti par une volonté de croissance irraisonnée, Coline Serreau nous invite dans « Solutions locales pour un désordre global » à découvrir de nouveaux systèmes de production agricole, des pratiques qui fonctionnent, réparent les dégâts et proposent une vie et une santé améliorées en garantissant une sécurité alimentaire pérenne.


Caméra au poing, Coline Serreau a parcouru le monde pendant près de trois ans à la rencontre de femmes et d’hommes de terrain, penseurs et économistes, qui expérimentent localement, avec succès, des solutions pour panser les plaies d’une terre trop longtemps maltraitée.


Pierre Rabhi, Claude et Lydia Bourguignon, les paysans sans terre du Brésil, Kokopelli en Inde, M. Antoniets en Ukraine… tour à tour drôles et émouvants, combatifs et inspirés, ils sont ces résistants, ces amoureux de la terre, dont le documentaire de Coline Serreau porte la voix.


Cette série d’entretiens d’une incroyable concordance prouve un autre possible : une réponse concrète aux défis écologiques et plus largement à la crise de civilisation que nous traversons.

Oui, des solutions locales et des alternatives concrètes pour un meilleur partage des avoirs et des savoirs existent! (http://www.commeaucinema.com)



Photo: http://farm4.static.flickr.com

Autre film de Coline Serreau sur IN:

he 21 février 2010 7 21 /02 /2010 15:17 - Publié dans : Cinema
La Belle verte/The Green Beautiful (english subtitles)

Réalisé par Coline Serreau (Fr, 1996) - 1h 30. Avec Coline Serreau, Vincent Lindon, Samuel Tasinaje, James Thierree, Marion Cotillard. La Belle Verte est une fable philosophique, anti-conformiste, écologiste, décroissante, voire féministe, humaniste et pacifiste pleine d'humour et de santé... Synopsis : Quelque part dans l'univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d'entre eux partent en excursion sur d'autres planètes. Curieusement, depuis deux cents ans plus personne ne veut […]


Sur le même sujet:
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:21
Votre santé
Mars 2010

http://cgt.chgdreux.free.fr/IMG/jpg/retraite.jpg

Sommes-nous dirigés par des ignares ou par des menteurs ?


Au fil des jours, l’opinion est lentement préparée à un nouveau tour de vis sur le dossier des retraites. Tout le monde s’y met, le président, le Premier ministre ou ce qu’il en reste, les différents ministres concernés ; et chacun de parler, avec un air de circonstance, du problème insoluble, selon eux, des retraites. Il n’est pas jusqu’à cette pauvre Martine Aubry qui ne se risque à oser une incursion malencontreuse sur l’âge de la retraite que l’on pourrait repousser d’un ou deux ans. Or ce concert de prévisions pessimistes s’est construit sur une accumulation d’âneries et de mensonges, et l’on veut croire, par respect pour l’intelligence supposée (ou espérée) des intervenants, qu’ils mentent très bien et qu’ils connaissent la “vraie vérité”, comme disent si bien les enfants.


Dans la réalité, tout le monde sait très bien que les systèmes de retraite en France sont mis à mal pour deux raisons essentielles :

• Le taux de chômage se répercute automatiquement en chute des cotisations sociales. Avec près de cinq millions de chômeurs et travailleurs très partiels, le manque à gagner pour le financement social est considérable, et tout le baratin présidentiel n’y fera rien.

• Plus grave, nous sommes dirigés par des représentants de la ploutocratie la plus minable qui puisse. Pour ces misérables, l’important est d’assurer toujours plus de profit aux possédants du capital en rognant sur le financement du système social et sur les salaires. C’est avec une volonté bien arrêtée de casser le système que notre président et ses conseillers tordus ne voient comme seules solutions pour favoriser la relance (ou réduire les effets de la crise) que de prôner la limitation ou la suppression des charges sociales (sur les heures complémentaires, sur les premiers emplois, sur les PME), tout en chargeant au maximum les malades, les handicapés et, d’une manière générale, tous les proscrits de la vie, et en épargnant les plus riches.

C’est dans ce contexte qu’il faut comprendre la signification de la crise sociale qui s’installe. Rappelons que, en 1970, 73 % des richesses créées par les activités industrielles et commerciales en France étaient consacrés aux dépenses salariales, le reste servant à rémunérer le capital et à financer une recherche industrielle et technologique squelettique. L’appât du gain qui s’est abattu sur toutes les entreprises par le biais d’un actionnariat ivre de profit a conduit à une déformation drastique du système capitalistique en place. Seule solution acceptable pour ces rats de société : diminuer la part consacrée aux salaires et aux charges.

Ce qui fut fait sous la pression des financiers devenus les maîtres du système économique. De 73 % en 1970, la part consacrée aux salaires et aux charges est passée à 66 % en 2000, soit une diminution de 10 %. Il est facile de calculer que cela veut dire 10 % de chômeurs en plus : on retombe mécaniquement sur le taux de chômage actuel, et, sans une politique draconienne de limitation des profits, il n’y a aucun espoir que le chômage baisse en France, mais qu’il est condamné à augmenter encore. Ça, n’importe quel économiste un peu sérieux le sait parfaitement. Seulement, voilà, les petits personnages qui nous dirigent sont décidés à ne rien modifier des profits du capital, et donc à limiter le système social aux financements qui restent possibles : les recettes d’amaigrissement sont variées et toujours supportées par la masse de la population :

• augmentation de la contribution des malades à leurs soins (forfaits hospitaliers, déremboursement des médicaments et autres saloperies),

• assimilation des indemnités journalières à un salaire imposable,

• allongement des durées des cotisations retraite,

• recul de l’âge de la retraite, etc.,

Seule l’imagination pour faire gober ces coups de salauds semble limitée.

Restait à habiller toutes ces mesures punitives d’un voile suffisamment épais pour que nous puissions croire à une fatalité impossible à maîtriser. C’est là qu’apparaît, dans toute sa noblesse, l’allongement de l’espérance de vie, inespérée et implacable donnée statistique et démographique. Même notre pauvre président se risque à des estimations imbéciles. N’a-t-il pas déclaré solennellement, il y a peu, que nous devions faire face à un allongement de l’espérance de vie d’un trimestre par an. Bigre, la montée du quatrième âge ne va plus s’arrêter, où allons-nous ? Vers un cauchemar social.

Hélas, hélas, le baratin ne peut guère durer, et l’argument de l’allongement de l’espérance de vie cache mal les vraies raisons de tout ce discours : faire croire à cette maudite fatalité contre laquelle nous ne pouvons rien pour faire avaler la couleuvre d’un accroissement des profits des plus riches, une minable course aux profits sur le dos des autres, et surtout des plus démunis.

Parlons donc de cet allongement de l’espérance de vie dont on nous rebat les oreilles en permanence pour tout justifier. D’abord, il faut rappeler que l’on doit d’abord dater l’espérance de vie dont on parle. Or tous les allongements annoncés concernent l’espérance de vie à la naissance, c’est-à-dire rapportée aux enfants qui viennent de naître. Effectivement, l’allongement de l’espérance de vie à la naissance entre 1950 et 2010 est estimé à 13 ans pour les hommes et un peu plus de 15 ans pour les femmes, mais on n’a absolument pas le droit d’extrapoler ces valeurs pour les générations antérieures.

C’est là une friponnerie inacceptable, destinée à mentir à l’opinion, et les imbéciles qui en parlent devraient d’urgence se faire recycler. Qu’on en juge. Les soixante ans ont vu leur espérance de vie augmenter entre 1950 et 2010, de six ans pour les hommes, de huit ans pour les femmes, les soixante-quinze ans, d’à peine quatre ans pour les hommes et cinq ans pour les femmes, et pour les quatre-vingt-cinq ans, le gain est de deux ans pour les hommes et de deux ans et demi pour les femmes.

On est loin du discours officiel, présidentiel ou pas. De plus, tous ces gens qui arrivent à l’âge de la retraite sont dans les comptes du système social depuis des décennies. Qu’on ne vienne pas nous dire qu’aucune prévision n’était possible. Nous sommes en présence d’un mensonge organisé visant exclusivement à escamoter la vraie raison : les riches veulent plus d’argent et le système social doit se plier à cette exigence. Il n’est pas difficile de prévoir que tout cela finira très mal et que les domestiques qui nous gouvernent devront un jour ou l’autre quitter précipitamment leurs palais et leurs yachts dorés pour filer à l’anglaise vers d’autres paradis cependant que la nation devra faire ses comptes, faire payer ceux qui ont abusé du système et faire son deuil des fortunes prudemment mises à l’ombre hors de France. Joli sujet pour une dissertation sur l’identité nationale des gens riches...


Pierre CORNILLOT


* Pierre Cornillot est médecin, professeur de médecine et biologiste hospitalier. Il a fondé la faculté de santé, médecine et biologie humaine de Bobigny, dont il a été le doyen de 1968 à 1987. Il a présidé l’université Paris-Nord (1987-1992), puis a créé et dirigé l’IUP Ville et Santé sur le campus de Bobigny (1993-2001). Il est président de l’association Santé internationale. Après s’être investit parallèlement dans des actions d’aide au développement des pays du Sud, il se préoccupe aujourd’hui de la rédaction d’ouvrages sur la santé et la formation médicale, le système de santé et la recherche.

Source de cet article: http://andrillon.fr/chroncor.php

Dessin: cgt.chgdreux.free.fr

Url de cet article:
http://www.internationalnews.fr/article-les-retraites-comment-tromper-l-opinion-avec-le-baratin-de-l-allongement-de-l-esperance-de-vie-par-le-pr-cornillot--47199732.html
Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Comprendre le monde
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:17
Samedi 20 mars 2010 6 20 /03 /2010 00:28
CAPJPO-EuroPalestine
le 19-03-2010

http://werichanel.files.wordpress.com/2009/06/school-refugee-camp-shati-camp-gaza_001.jpg

Une étude italienne révèle que l’opération "Plomb durci" a entraîné un taux de contamination par les métaux alarmant chez de nombreux enfants de Gaza, et qu’il est impossible de les décontaminer tant que l’occupant israélien ne permet pas l’évacuation des structures métalliques en cause, et la reconstruction avec des matériaux propres.

Des traces de métaux détectées dans les cheveux d’enfants palestiniens font supposer une contamination environnementale - Communiqué de presse, 17 mars 2010.

 

De nombreux enfants palestiniens qui continuent à vivre en situation précaire à même le sol de Gaza après les bombardements israéliens de l’opération « Plomb durci » présentent dans les cheveux des concentrations en métaux inhabituellement élevées, signe d’une contamination environnementale qui peut causer des dommages à la santé et à la croissance du fait d’une exposition chronique.

 

Tel est le résultat d’une étude pilote conduite par le Groupe de Recherche sur les Armes Nouvelles (Nwrg), un comité indépendant, de scientifiques et d’experts, basé en Italie, qui étudie l’emploi d’armes non conventionnelles et leurs effets à moyen terme sur la population des zones où une guerre a eu lieu. Cette recherche fait suite à la précédente, publiée par Nwrg le 17 décembre 2009, dans laquelle le groupe relatait la présence de métaux toxiques dans les zones environnant les cratères laissés par les bombardements.

 

Ces tests ont révélé des concentrations anormales de métaux dans les cratères, laissant supposer une possible contamination du sol, laquelle, combinée aux conditions de vie précaires, en particulier dans les camps de réfugiés, pourrait avoir pour conséquence une exposition aux métaux, par la peau, par inhalation ou par la nourriture. Avec la nouvelle étude, le groupe s’assigne l’objectif de vérifier si des personnes ont été effectivement contaminées.

 

Le résultat est alarmant : même si la quantité de métal en excès n’est en fait que 2 à 3 fois supérieure à ce qui est trouvé dans les cheveux d’individus-témoins, ces doses peuvent néanmoins être pathogènes dans des situations d’exposition chronique.


L’étude, qui s’est étendue sur plusieurs mois, a procédé à l’analyse des cheveux relativement à 33 métaux par le procédé ICP/MS (un type de spectométrie à haute sensibilité). Les cheveux constituent un bon indicateur de contamination et l’investigation de contaminations environnementales fondée sur ces analyses est préconisée par l’Agence de Protection Environnementale (APE) et par l’Agence Internationale de l’énergie atomique (AIEA).

 

Le comité Nwrg a examiné des échantillons de cheveux de 95 personnes, des enfants en grande majorité, qui habitent dans des zones lourdement bombardées (ainsi que l’indique le Programme des Nations Unies sur l’Environnement, sur la base de cartes établies par des satellites). Parmi ces personnes se trouvaient également 6 femmes enceintes et 4 blessés. Les résultats ont établi que, dans les trois lieux – Beit Hanun, Gaza-Zeitun et Laly Beith – où les tests ont été effectués, la répartition de contaminants métalliques est plus élevée que la moyenne, et plus du double de celle-ci dans 60% des cas.

 

Dans plusieurs échantillons, ont été identifiés des métaux cancérigènes ou toxiques tels que le chrome, le cadmium, le cobalt, le tungstène et l’uranium, tandis que des niveaux exceptionnellement élevés de plomb ont été trouvés chez l’une des personnes blessées. Pour 39 des sujets examinés, la présence simultanée de métaux en surdose et/ou de métaux cancérigènes ont induit les chercheurs à préconiser pour eux des tests plus poussés.


Le problème, déclare le professeur Paola Manduca, est maintenant d’éliminer les sources de contamination. « L’identification de sujets présentant de façon confirmée et persistante un taux élevé de métaux exigerait que la personne soit soustraite à cette exposition. Telle est l’approche thérapeutique privilégiée, compte tenu de l’incertitude sur l’efficacité et la sécurité d’un traitement par chélation, en particulier pour les enfants.


Or une telle mesure soulève de sérieux problèmes dans la situation actuelle de Gaza, où l’évacuation des structures endommagées et la construction sont difficiles voire impossibles. Ce qui représente une responsabilité majeure pour ceux qui, selon la loi internationale, devraient remédier aux dommages causés à la population civile ».


Israël : Etat Criminel ! Boycott !


La présente étude est conduite par Mario Barbieri (Centre National de Référence), par Mauricio Barbieri, Professeur de géo-chimie environnementale à l’université La Sapienza de Rome, chef du laboratoire ICP/MS où les analyses ont été réalisées, et par Paola Manduca, généticienne. L’étude a été rendue possible grâce à la coopération des associations Gazella et Onlus.


La publication de ce travail a été faite le 17 mars 2010 sur le site www.newweapons.org

Titre original: "Plomb durci" : des metaux cancérigènes et toxiques contaminent les enfants de Gaza

(Traduit de l’anglais par Anne-Marie PERRIN pour CAPJPO-EuroPalestine)

http://www.europalestine.com

Photo d'une petite fille de Gaza: werichanel.files.wordpress.com



Url de cet article: http://www.internationalnews.fr/article--plomb-durci-des-metaux-cancerigenes-et-toxiques-contaminent-les-enfants-de-gaza-47067107.html

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Populations sinistrées
commenter cet article
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 23:14
Mardi 23 mars 2010 2 23 /03 /2010 04:10
http://www.aid97400.lautre.net/IMG/jpg/GoldmanSachs.jpg

"Qui agit en sous main ? Aidé par les agences de notations, fidèles alliés du système mafieux ?

Dans les salles de bourses on prononce son nom mais avec Prudence, car on ne peut accuser sans preuve ; pourtant parfois les langues se délient : GOLDMAN SACHS jouerait sur les deux tableaux : d'un coté il aiderait l'état grec à vendre sa dette sur les marchés, et de l'autre ils manipulent les hedge Funds qui attaquent l'Euro, l'Europe et la Grèce pour commencer…

Extraits d'une émission radio qui dit très clairement les choses !"  Voir le site :


http://www.internationalnews.fr/article-crise-grecque-goldman-sachs-mene-l-attaque-contre-l-europe-47242811.html  



_____________________________________________________________________________________



Grèce:

Gouvernance Economique de l’Eurozone: la tragédie Grecque, première épopée de l’Eurozone!


Voir Mecanopolis


Dans une tragédie, les héros sont conscients que les dieux jouent avec leur destin sans toutefois être capables d’empêcher les désastres de survenir. Une épopée nécessite des combats et des guerres, voire la défaite violente des ennemis les plus sombres. Ce qui ressemble à une tragédie du point de vue grec, ressemble de plus en plus à une épopée du point de vue de l’Eurozone, parce qu’elle représente le premier combat d'une guerre globale des monnaies, comprenant le Dollar, le Yuan, le Yen… et bien sûr l’Euro, le dernier venu dans le jeu mais le plus prometteur, puisqu’il pèse presque 35% des réserves mondiales de monnaies après 10 ans d’existence. D’un autre côté, il y a le Dollar, qui se débat tragiquement pour préserver sa dominance et la Livre Sterling menant son dernier combat pour sa survie. Entre les deux se trouve le Yuan, qui se demande comment et quand émerger avec un statut global tout neuf. Tout autour, vous trouvez pléthore de médias internationaux, pour la plupart à la solde de leurs maîtres Dollar-Livre, fonds spéculatifs et spéculateurs de toutes sortes essayant de valoriser par des profits à court terme le moindre évènement chaotique. Enfin, au cœur même de l’épopée, vous avez des milliards de petits héros, les citoyens d’Europe, d’Amérique, de Chine… qui tentent de comprendre ce qu’il adviendra de leurs richesses, de leur souveraineté économique, de leur futur.
Si tout cela ne plante pas le décor d’une épopée, alors notre époque a perdu le sens des grands évènements historiques.
Deux choses sont certaines, cependant, avant d’entrer dans les détails de cette histoire:

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

Alors, entrons dans le cas grec et ses conséquences pour la zone Euro. Quand Madame Lagarde dénonce l’économie allemande orientée vers les exportations, ou quand Madame Merkel exprime l’idée de pouvoir exclure à l’avenir un pays de l’Eurozone, toutes les deux montrent simplement qu’elles ne comprennent rien à la façon dont l’Union Européenne fonctionne.

Parler pour clarifier et informer, et non pas juste pour faire du bruit

Premièrement, ces questions sont typiques de ce qui devrait être discuté au sein d’une Gouvernance Economique de l’Eurozone sur une base régulière, comme proposé il y a 5 ans déjà par Newropeans*, et non pas lors d’une crise, dans des journaux de pays hors zone Euro, mais dans des institutions spécifiques à l’Eurozone. Pas dans un parlement national, mais lors d’un sommet Européen. Sinon, ces déclarations rendent simplement le débat plus obscur, et deviennent des outils pour les spéculateurs.

Deuxièmement, les deux femmes (et elles représentent 99% de l’élite politique actuelle de la zone Euro) supposent que l’Eurozone a été parfaitement organisée, dès son origine au début des années 2000. Grave erreur! C’est un problème majeur avec une génération de politiciens qui ne prêtent attention à l’Union Européenne qu’une fois leur poste national assuré, un peu trop tard malheureusement pour saisir les règles du jeu. Un problème majeur, en effet, avec les politiciens nationaux qui, comme Madame Merkel et Madame Lagarde, s’astreignent uniquement à contenter leurs propres circonscriptions électorales, pour marquer des points en public alors que rien n'a été prévu à l’avance dans la dure tâche de trouver une réaction à la crise grecque, pas même une institution de Gouvernance de l’Eurozone.

C’est pourquoi, la première chose qu’un politicien de la zone Euro devrait s’imposer ces temps-ci, c’est de ne parler que pour clarifier les choses, et se concentrer sur l’information des citoyens de l’Eurozone sur le cas grec. Facile en apparence, mais de toute évidence difficile à appliquer ! Finalement, c’est un bon test pour voir qui mérite réellement le statut de « politicien européen » !

Donner une perspective à long terme, plutôt que dire n’importe quoi

Une autre chose est sûre: les deux femmes soulignent de véritables problèmes, mais qui n’ont rien à voir avec la résolution du cas grec, et tout à voir avec les perspectives de la zone Euro après le cas grec. En soi, cela montre que les dirigeants de l’Eurozone placent déjà leurs pions pour «le jour d’après».

Par exemple, il est absolument ridicule d’imaginer une exclusion de la zone Euro, sauf à des fins de pure pression psychologique. Un pays dans une telle situation verrait sa monnaie et sa situation financière tomber en pièces tout en générant un foutoir politique à travers toute l’Union Européenne.
Mais la crise globale est bien en train de mettre fin à ce qui était « la norme », comme l’Allemagne utilisant ses partenaires de la zone Euro comme des marchés d’exportation, ou les dirigeants de l’Eurozone agissant comme si l’Euro n’existait pas.
Donc, dans les deux cas, les deux femmes auraient été mieux inspirées de donner une perspective pour les changements de gouvernance à venir dans l’Eurozone pour les 3 à 5 prochaines années, plutôt que de donner l’impression de se disputer sur une vision à court terme de la crise.

Les deux femmes auraient pu mettre en évidence l’un des points suivants : le fait qu’une guerre monétaire globale avait commencé, avec Washington et Londres essayant de défendre leur monnaie contre les nouveaux venus que sont l’Euro et le Yuan.
Et que, dans une telle guerre des devises, la « salle de commandement » ne peut s’accommoder d’adversaires, ce qui pose la question du futur rôle de toute institution Européenne incluant des pays hors zone Euro, quand il s’agit de prendre des décisions pour l’Eurozone. La position du Royaume-Uni est particulièrement mise en défaut, tant il est évident pour tous que les intérêts de la Livre Sterling sont quasiment contraire aux intérêts de l’Euro.

Enfin, elles auraient pu expliquer pourquoi la zone Euro a besoin pour les années à venir d’une « Force Rapide de Déploiement Financier », tel qu’un Fond Monétaire Européen, dédié aux intérêts de la zone Euro. Une des principales raisons étant que la zone Euro ne peut plus faire confiance au FMI (aux mains de Washington) pour respecter ses propres intérêts plutôt que ceux du Dollar.

Bien sûr, ces questions sont typiquement ce qui devrait se discuter au sein d’une Gouvernance Economique de l’Eurozone, non pas lors d’une crise, ni dans les médias britanniques ou américains, mais au sein de la sphère publique européenne, avec une approbation démocratique des citoyens européens.
Au moins pouvons-nous espérer que la situation actuelle rappelle à nos dirigeants que « gouverner c’est prévoir ». Quelque chose qu’ils ont visiblement oublié.

Expliquer les options possibles pour résoudre le cas Grec

En particulier parce qu’il ne fait aucun doute que le cas grec sera résolu. Cinquante milliards d’euros, c’est peu comparé à ce que les banques européennes ont reçu l’an dernier.

Soyons clairs: la Grèce n’est pas Lehman Brothers…car c’est une crise très prévisible. L’absence de processus pour résoudre cette crise fait que chacun est impliqué dans le bras de fer. Et les médias financiers US et britanniques attisent le feu autant que possible pour éviter que les gens ne regardent leur propre et beaucoup plus problématique dette publique. La commission Européenne aurait préféré voir le FMI intervenir plutôt que d’avoir la zone Euro s’en sortant toute seule… parce que la commission est aussi britannique et suédoise… et elle perd un peu plus chaque année le contact comme institution Européenne avec l’Eurozone qui est le moteur central.

Mais dans tous les cas, à la fin, la mise en place de la stratégie viendra de la Banque Centrale Européenne. Elle ne peut agir directement, mais elle est le joueur le plus puissant avec l’équipe la mieux préparée. C’est la seule institution qui opère en « mode de crise » depuis plus de deux ans maintenant.
La solution viendra de la BCE qui continuera à acheter les emprunts grecs, des grandes banques achetant certains produits de la dette grecque et un mélange de Fonds Structurels Européens et d’argent des banques de Fonds européens d’investissement
Peut-être qu’à court terme la mauvaise solution d’intégrer l’argent du FMI (qui est aussi l’argent de la zone Euro) sera retenue. Solution mauvaise car donnant aux USA et au Royaume-Uni un moyen d’avoir un impact sur la gouvernance de la zone Euro, ce qui est exactement une des raisons pour lesquelles elles ont commencé cette guerre contre l’Euro il y a quelques mois.
Mais, à moyen terme, la situation accélèrera la volonté européenne de construire son propre Fond Monétaire Européen, loin du FMI et de l’influence US, comme l’Asie l’a déjà fait.

Les citoyens grecs devront souffrir pour sortir de 40 ans d’un management irresponsable de leur pays. Mais les autorités grecques, tout comme les Grecs eux-mêmes, montrent qu’ils sont sérieux dans leurs efforts. Contrairement à ce qui se dit dans les médias, le peuple grec ne manifeste pas massivement contre les mesures d’austérité; la plus grande manifestation a réuni 70 000 participants à Athènes, alors qu’ils étaient 150 000 contre l’invasion de l’Irak en 2003!

Utiliser au mieux la crise grecque pour améliorer la gouvernance de la zone Euro

Alors, utilisons la crise grecque le mieux possible du point de vue européen et aidons à moderniser le système politique de la Grèce pour sortir de son féodalisme, car c'est une grande attente des citoyens grecs.
De cette manière, entre partenaires soutenant l’évolution structurelle de la politique et de l’économie, et non pas comme détracteurs avec uniquement des intérêts à court terme, nous utiliserons le cas grec pour permettre à la zone Euro de devenir une entité économique mature en ajoutant un mécanisme de gestion de crise à son processus de gouvernance. Car tous les dirigeants de la zone Euro niaient fermement depuis une dizaine d’années la nécessité d’une réforme de la gouvernance de l’Eurozone.
Ainsi, les Allemands et les Hollandais auront à utiliser leur rigueur budgétaire (qui n’est pas un trait héréditaire mais un caractère acquis) pour aider la zone Euro à prendre sa propre forme.
Les pays méditerranéens et l’Irlande devront s’habituer à un nouveau monde où l‘Euro empêche les mauvaises habitudes passées et où la crise globale à mis un point final à la croissance par la dette publique.
Les Français devront montrer qu’ils sont toujours capables de combler l’écart entre les Européens du Nord et ceux du Sud (ce qui demande d’être crédibles des deux côtés).
Et tous équilibreront leurs coûts budgétaires grâce aux énormes avantages qu’ils retireront d’une zone Euro pleinement fonctionnelle.

En conclusion

La crise actuelle autour du cas grec est plus que tout un manque d’anticipation de la part des dirigeants de la zone Euro, mis à profit par des pouvoirs conduisant une attaque contre toute devise menaçant la suprématie du Dollar.

L’absence d’anticipation est évidente quand on regarde le Traité de Lisbonne, qui n’est d’aucune utilité en ce domaine. Comme Newropeans, qui le répète incessamment, ce Traité a été fait en regardant vers le futur à travers le rétroviseur. Maintenant nous en avons la preuve. Et Madame Merkel qui était la première à déclarer que ce traité devait s’appliquer même contre la volonté des citoyens Européens, puisqu’on ne leur demanderait pas leur avis, réclame maintenant des adaptations que le Traité ne prévoit pas. Hé bien espérons que la prochaine fois Madame Merkel ne dénigrera pas si facilement la valeur ajoutée de débats publics sérieux quand il sera question du futur de la zone Euro, le cœur même de tout futur européen.

Une fois retombée l’effervescence à propos du cas grec, dans les prochaines semaines, ce qu’il en restera ce seront juste deux faits primordiaux de ce monde en crise:
 • la première vérité est que les pays vivants essentiellement endettés seront forcés l’un après l’autre de traverser une période critique, puisque leur modèle économique a été anéanti par la crise. Le Royaume-Uni et les USA sont les prochains sur la liste.
 • la seconde, est que la gouvernance de la zone Euro doit rapidement se créer ainsi que les structures nécessaires pour le management de l’Eurozone, en incluant un processus démocratique, car la crise grecque a attiré un fort niveau d’attention de la part des 300 millions de citoyens de l’Euroland. Ces 300 millions de citoyens en ont assez de l’incapacité de leurs dirigeants à anticiper l’évidence: qu’un jour un tel cas puisse émerger. Plus tôt que ne l’imagine la plupart, les citoyens de la zone Euro en appelleront à une gouvernance démocratique pour l’Eurozone.

Nous verrons alors qui aura anticipé correctement les évènements quand ce jour viendra!

 • une épopée a besoin de héros mais très souvent ils se forgent ce statut par eux-mêmes tout au long de l’aventure, alors qu’au premier abord rien ne les désigne «à être des héros», emplis qu’ils sont de doutes et d’incertitudes… C’est clair, de nombreux candidats de cette nature existent pour le leadership de l’Eurozone;
 • le pays dont les sagas ont été le produit d’exportation principal pendant des siècles, est précisément l’Islande. C’est indéniablement un bon signe des Dieux!
 


http://www.newropeans-magazine.org/content/view/11133/1/ 
Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 03:17
valmy-moulin-j.jpg
http://www.comite-valmy.org/

Les leçons des Régionales, par eva R-sistons.
La cécité de l'UMP.
Bâtir l'avenir sur le modèle du CNR.



Bonjour mes amis,

La cécité du Gouvernement Sarkozy est effroyable ! J'ai relevé à votre intention les réponses, sur FR2, des dirigeants de l'UMP. C'est déconcertant ! Une telle cécité n'est pas le fruit du hasard. Elle est volontaire !!! Causez toujours, Français, nous mènerons la politique que nous avons choisie (au service du MEDEF, du NOM, des puissants..), c'est à dire de "modernisation" - entendez, de casse de tout ce à quoi les Français tiennent, de tout ce qui fait l'identité de la France, des valeurs de notre pays, de ses idéaux, de ses protections sociales, de ses politiques les plus éprouvées comme en matière étrangère, pourtant faisant la quasi unanimité...

Sur FR2 télé aux ordres de Sarkozy l'"Américano-israélien", voici ce qu'on entend, et c'est affligeant :

- Changer de politique ? Non, changer de "gouvernement" (donc continuer la même politique avec des hommes différents), faire quelques aménagements qui seront mis en valeur par la presse aux ordres ("vous voyez, le message des Français a été entendu" !). Foutaises !

- Le coupable, c'est la crise, et tous les pays sont logés à la même enseigne. La France, donc, ne peut pas faire mieux. A aucun moment la politique de Sarkozy n'est mise en cause. Celui qui veut aborder le sujet, a la parole coupée par les journaleux comme Pujadas. Foutaises !

- Il ne s'agit pas d'un avertissement politique national, mais ... régional. Sous-entendu: C'est la politique des Régions - tenues par la Gauche - qui est mise en cause. Foutaises !

-  Il s'agit d'élections à mi-mandat, assène Bertrand, et c'est partout dans le monde pareil, ça se passe mal. Donc, en France comme ailleurs. Tous les pays du monde sont confrontés aux mêmes problèmes. Foutaises ! Nous sommes en France, ne parlons pas de l'Etranger...

- La communication n'a pas été efficace, on n'a pas su expliquer les réformes. Pour une fois, on ne parle quand même pas du style de Sarkozy, on élargit: C'est la communication qui a été défaillante ! Foutaises ! Les Français ne veulent pas de cette politique de "modernisation", d'ailleurs dans un Sondage, 71 % des Français le confirment: la politique doit changer ! Et le Gouvernement s'en moque, il va poursuivre la politique menée. Foutaises !

- On essaie de noyer le poisson: Avec Ségolène Royal, qui fait mieux que "Martine Aubry", ou encore... Frèche est-il encore PS ? Bref, on continue à diviser pour permettre à Sarkozy, à terme, de triompher à nouveau, envers et contre tout. Foutaises !

- On n'a pas dit non aux réformes de Sarkozy, à la "modernisation" de la France, on a dit non à la crise, commente Bertrand. Il faut combattre les effets de la crise !!! Foutaises, la crise a bon dos !

- Patience ! La politique en cours, menée par Sarkozy, finira par porter ses fruits. Vous y croyez, vous ? Foutaises ! Et on oublie de dire que tous les ministres de Sarkozy sont défaits lamentablement...

- Ce vote, c'est une déception par rapport à la manière de gouverner de Sarkozy. Tiens, revoilà le style... pour ne pas pointer du doigt le vrai coupable du mécontentement des Français, la politique de Sarkozy ! Foutaises !

- Le Gouvernement réforme trop vite. Il faut moins se précipiter. Foutaises ! La vitesse n'est pas en cause, mais le contenu de la politique !

- L'ouverture de Sarkozy en direction des autres partis aura été une erreur. Foutaises ! Cette ouverture-là est une imposture... elle vise seulement à préparer la mise en place d'un Parti unique, celui du Président !
 
Bref, cécité, mauvaise foi... de l'UMP comme des Médias !!!

Il est temps, enfin, d'appeler les choses par leur nom, Messieurs-Dames les "Journalistes" aux ordres: C'est le fond, pas la forme, qui est mis en cause ! Les Français ne veulent pas de cette sale politique qui casse tout et aggrave comme jamais les inégalités !  Ce DENI du vote des Français est insupportable !

Et maintenant ? 

Maintenant ? Voici un commentaire que j'ai reçu ici (
http://www.marcfievet.com/article-regionales-le-devoir-de-voter-et-de-voter-contre-la-casse-de-la-france-47087963-comments.html#anchorComment, mon post sur l'Aviseur) : " Nous songeons à la création d'un parti des mécontents, de style "Coluche",  qui à  défaut d'un vote à Europe Ecologie (le seul valable à nos yeux, mais qui n'a pas été capable de convaincre un électorat de gauche) seraient invités à  exprimer tout de même leur mécontentement et commencer d'agir. Son but: foutre un coup de pied dans la fourmilière, informer et éveiller les consciences, faire quelques actions écolos utiles avec l'argent  des voix récolté ... Nous y réfléchissons, avons déjà quelques idées, et attendons vos suggestions mais sur notre blog, en commentaires (car il y en a mais sur les blogs de nos lecteurs, et on n'a pas le temps ni la possibilité de les chercher au pif et de les lire). On ne se fait pas d'illusions: comme d'habitude, on s'attend à des réticences, des bla-bla, des critiques non constructives, spécialité des "y'a qu'à" français.Parce que la situation cata actuelle, c'est pas seulement la faute à Sarko, mais aussi à tous ces gens forts en paroles et nuls en actes (voir notre article "Vous avez dit solidarité" en début de blog). ". Pour aller plus loin, voir ce site :
(
http://www.marcfievet.com/ext/http://ass.renseignements-genereux.overblog.com/).

Pour ceux qui voient la politique de façon plus sérieuse, ou moins "coluchienne", et il y en a, on peut, comme l'Administrateur de la Lettre du Lundi (
http://lalettredulundi.fr/2010/03/21/apres-la-deculottee/), ou comme moi depuis longtemps, appeler à un rassemblement autour d'un Programme de Salut Public, à l'image de celui du CNR: http://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_de_la_R%C3%A9sistance, http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/ .

Que dit le CNR aujourd'hui ? :

Le pouvoir ne cédera que face à une convergence des luttes populaires d'une ampleur exceptionnelle


Voici l'appel du CNR:

" Au moment où nous voyons remis en cause le socle des conquêtes sociales de la Libération
, nous, vétérans des mouvements de Résistance et des forces combattantes de la France Libre (1940-1945), appelons les jeunes générations à faire vivre et retransmettre l’héritage de la Résistance et ses idéaux toujours actuels de démocratie économique, sociale et culturelle. Soixante ans plus tard, le nazisme est vaincu, grâce au sacrifice de nos frères et sœurs de la Résistance et des nations unies contre la barbarie fasciste. Mais cette menace n’a pas totalement disparu et notre colère contre l’injustice est toujours intacte.
  Nous appelons, en conscience, à célébrer l’actualité de la Résistance, non pas au profit de causes partisanes ou instrumentalisées par un quelconque enjeu de pouvoir, mais pour proposer aux générations qui nous succéderont d’accomplir trois gestes humanistes et profondément politiques au sens vrai du terme, pour que la flamme de la Résistance ne s’éteigne jamais : Nous appelons d’abord les éducateurs, les mouvements sociaux, les collectivités publiques, les créateurs, les citoyens, les exploités, les humiliés, à célébrer ensemble l’anniversaire du programme du Conseil national de la Résistance (C.N.R.) adopté dans la clandestinité le 15mars1944 : Sécurité sociale et retraites généralisées, contrôle des " féodalités économiques", droit à la culture et à l’éducation pour tous, une presse délivrée de l’argent et de la corruption, des lois sociales ouvrières et agricoles, etc. Comment peut-il manquer aujourd’hui de l’argent pour maintenir et prolonger ces conquêtes sociales,alors que la production de richesses a considérablement augmenté depuis la Libération, période où l’ Europe était ruinée ? Les responsables politiques, économiques, intellectuels et l’ensemble de la société ne doivent pas démissionner, ni se laisser impressionner par l’actuelle dictature internationale des marchés financiers qui menace la paix et la démocratie. Nous appelons ensuite les mouvements, partis, associations,institutions et syndicats héritiers de la Résistance à dépasser les enjeux sectoriels, et à se consacrer en priorité aux causes politiques des injustices et des conflits sociaux, et non plus seulement à leurs conséquences, à définir ensemble un nouveau "Programme de Résistance " pour notre siècle, sachant que le fascisme se nourrit toujours du racisme, de l’intolérance et de la guerre, qui eux-mêmes se nourrissent des injustices sociales. Nous appelons enfin les enfants, les jeunes, les parents, les anciens et les grands-parents, les éducateurs, les autorités publiques, à une véritable insurrection pacifique contre les moyens de communication de masse qui ne proposent comme horizon pour notre jeunesse que la consommation marchande, le mépris des plus faibles et de la culture, l’amnésie généralisée et la compétition à outrance de tous contre tous. Nous n’acceptons pas que les principaux médias soient désormais contrôlés par des intérêts privés, contrairement au programme du Conseil national de la Résistance et aux ordonnances sur la presse de 1944.  Plus que jamais, à ceux et celles qui feront le siècle qui commence, nous voulons dire avec notre affection : " Créer, c’est résister. Résister, c’est créer ".

Lucie Aubrac, Raymond Aubrac, Henri Bartoli, Daniel Cordier, Philippe Dechartre, Georges Guingouin, Stéphane Hessel, Maurice Kriegel-Valrimont, Lise London, Georges Séguy, Germaine Tillion, Jean-Pierre Vernant, Maurice Voutey. "

http://www.convergencedesluttes.fr/petitions/index.php?petition=8


Valmy site moulin logo

Qu'est ce que le CNR ?
Le Conseil national de la Résistance (CNR) fut l'organe qui dirigea et coordonna les différents mouvements de la
Résistance intérieure française, de la presse, des syndicats et des membres de partis politiques hostiles au gouvernement de Vichy à partir de mi-1943.

Programme, buts, rassemblement...  L'idée de rassemblement, très gaullienne finalement, que je défends toujours, n'a rien à voir avec celle que propose maintenant Georges Frèche le trublion, futur diviseur de la Gauche, édulcorant le PS comme Daniel Cohn-Bendit souhaite faire avec les Verts,  en proposant désormais la mort des partis traditionnels et, à Gauche, une Sociale-Démocratie à la française, sorte de Parti Démocrate finalement peu différent du Parti Républicain de la Droite, s'insérant parfaitement dans le cadre de la Mondialisation, en apportant juste quelques correctifs sociaux... Frèche va sortir un ouvrage sur le sujet. Foutaises ! 

Mes amis, pas de Sociale-Démocratie qui panse juste quelques plaies trop béantes ! Il faut en finir avec le libéralisme militaro-financier qui dévaste la France et plus généralement la planète. Et pour cela, il faut rassembler comme le CNR l'a fait, tous ceux qui n'acceptent pas l'intolérable: Politiques, syndicats, presse, associations, citoyens... pour peser efficacement, tous ensemble, en constituant un vaste mouvement de mécontents décidés à vraiment changer les choses, en profondeur, sur des bases claires. Comme le Gl de Gaulle l'a fait à l'issue de la seconde Guerre mondiale, en particulier avec les communistes, décidons ensemble d'un programme à appliquer ! Ainsi que le dit Martine Briard (Verts, passée au Front de Gauche), "ce n'est pas d'une grande Gauche dont nous avons besoin, mais d'une société qui change" (et dans laquelle, bien sûr, les Elus ne cumuleraient pas les mandats).

Mettons-nous d'accord sur les bases du renouveau ! Les partis politiques se sont déconsidérés, la Droite tue la France, le PS rose pâle et les Verts ambigus de Cohn-Bendit ne proposent pas grand chose, il est temps de changer en profondeur la politique, dans un vaste mouvement unissant les citoyens autour d'un socle réellement novateur, comme du temps du CNR, prenant en compte les aspirations et les besoins réels des populations !

Nous avons dit non à Sarkozy, il le fallait ( Voir eva R-sistons, sur :
http://www.marcfievet.com/article-regionales-le-devoir-de-voter-et-de-voter-contre-la-casse-de-la-france47087963.html, puis la réponse d'Eva ici : http://www.marcfievet.com/article-la-deraison-du-tout-saufisme-47099348-comments.html#anchorComment.). Maintenant, il faut passer à une autre étape, plus ambitieuse, plus vaste, plus concrète, plus porteuse.

Voici ma conclusion, ici :
http://www.marcfievet.com/article-verdict-des-fran-ais-et-maintenant-la-lettre-du-lundi-47135581.html : "L'Opinion d'Eva: Je suis entièrement d'accord (avec l'Administrateur de La Lettre du Lundi). Depuis longtemps, en tant que Gaullienne de Gauche, je défends le programme du CNR. Il est toujours d'actualité ! Il est un modèle - et d'abord de rassemblement. Il est une direction pour nous tous. Il est espérance !"

Ce modèle, cette espérance-là, pourquoi ne pas s'en emparer ? Concrètement. Et rapidement ! Pour faire réellement du nouveau... avant qu'il ne soit trop tard !

Votre eva R-sistons




Compléments d'information:


Les Instituts de sondages - ou de manipulation au service du pouvoir: Lapsus révélateur de Jean-Daniel Lévy, du CSA: " Si NOUS avons le sentiment, à DROITE, que nous sommes unis
pour une politique...". Foutaises !

D. Cohn-Bendit appelle à un grand Rassemblement de la Gauche. Foutaises !

Le Nouveau Centre de Morin veut être plus entendu, donc plus autonome. Foutaises !

D. de Villepin s'engage poour une autre politique de droite.
Marie-Anne Montchamp parle de changements d'options, de cap, et pas de casting !
  "Ne pas rester sur le politicien, donner une autre vision de la Droite. Jeux de pouvoir, d'influences, luttes ou approches tacticiennes, ça suffit !  Il faut un discours politique refondé, il faut changer nos visions et nos perspectives... Notre Droite proposera de revisiter les problèmes, en apportant des réponses différentes". Foutaises !

Eva : Grâce à ce vote contre Sarkozy, le navire UMP commence à être déserté ou critiqué. Youpi !


Naturellement, les Médias-torchons commencent à parler des tensions à Gauche: Frèche, Royal, Front de gauche vis-à-vis du PS ...


Médias: "Ce qu'on reproche à Sarkozy, c'est plutôt un problème de comportement..." (LCP, Public Senat, commentateurs dont J-Louis Gombaud, Michèle Cotta). Consigne: Ne pas aborder la question de la politique de Sarkozy, ses fondements - et il est d'ailleurs dit que  "les réformes sont indispensables" !  Tous des libéraux pour commenter... comme sur le caricatural C dans l' Air. Foutaises !

 

Plaque apposée sur un immeuble de la Grand rue Jean Moulin à Montpellier.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Moulin


Le No Sarkozy Day
est une forme de résistance


Le No Sarkozy Day est une forme de Résistance. Il faut les explorer toutes et les faire converger pour construire une alternative aux politiques actuellement menées.

A celles et ceux qui prétendent que la simple expression du NON à Sarkozy n'est pas suffisante, on peut répondre que toute initiative pour rassembler celles et ceux qui seront demain en puissance de construire une alternative est utile.

Les réseaux qui continuerons à se cristalliser demain se forment aujourd'hui.

Le 27 mars 2010 sera une étape dans la construction de cette alternative!

Le 27 mars 2010: participez !



http://www.conseilnationaldelaresistance.fr/post/2010/02/27/Le-No-Sarkozy-Day-est-une-forme-de-R%C3%A9sistance-%21



La Lettre du Lundi :

Après la déculottée 

Une déculottée magistrale : c’est sans doute la formule qui résume le mieux la sanction que viennent d’infliger les électeurs à Sarkozy et son équipe à l’occasion du second tour des élections régionales. Le ras-le-bol à l’égard du « caméléon schizophrène » (voir notre billet) s’est exprimé dans les urnes, les Français désavouant massivement celui qui, après leur avoir enjoint de « travailler plus pour gagner plus », n’a été capable que d’augmenter son propre salaire, de distribuer faveurs et avantages à ses amis et d’apporter un « plus » à la courbe du chômage.
  
Et maintenant ? L’expression d’un ras-le-bol de la part des électeurs, suivie d’une vague rose et verte dans les conseils régionaux, ne définit pas une politique au plan national. Sur le plan financier, la capacité d’action des régions est assez limitée : celles-ci n’ont pratiquement aucune marge de manœuvre en ce qui concerne la fixation de leurs recettes et ne disposent que d’une latitude relative au niveau des dépenses. En résumé, une vingtaine de présidents de région socialistes ne changeront pas la vie des Français.
  
Si l’on suit la voie électorale « normale » – car un autre chemin, moins balisé celui-là, est toujours possible compte tenu du sentiment d’écœurement que génère un écart sans cesse croissant entre une classe privilégiée et l’immense majorité des Français – 2012 sera l’année du grand rendez-vous. Et là, tout se complique.
  
Tout se complique car, face à Sarkozy, les prétendants sont nombreux mais aucun n’émerge, aucun ne « fait la différence ». Il ne s’agit pas de peser ici les qualités et les défauts, les mérites et les faiblesses de Bayrou, de Villepin, Aubry, Strauss-Kahn, Royal, Hollande et tous les autres mais si, suite à une dissolution-surprise suivie d’une victoire de l’opposition, il fallait trouver un Premier ministre d’alternance, aucun nom n’émergerait spontanément.
  
Alors, quelle est la bonne stratégie pour éviter que Sarkozy, qui n’est plus soutenu que par un Français sur trois, ne soit réélu en 2012 car il ne trouverait face à lui qu’une opposition atomisée, inorganisée, en définitive inaudible ?
  
Nous avions déjà abordé ce sujet dans de précédents billets (voir Comment se débarrasser de la camarilla Sarko : osons les convergences républicaines et Pascal était républicain) en proposant la « méthode de travail » suivante :

● Première étape : rassembler le plus tôt possible, en un lieu symbolique, le plus grand nombre de représentants de tous ces Français qui ne veulent plus d’un homme qui a été jusqu’à dégrader l’image et la fonction de Président de la République.

● Deuxième étape : proposer pour 2012 que chacun mène sa campagne électorale sous sa propre bannière, tout en exprimant très clairement son engagement à se désister au second tour en faveur du candidat le mieux placé.

● Troisième étape : envisager dès maintenant l’organisation du gouvernement de la République rétablie à l’issue de cette élection, proportionnellement aux résultats du premier tour.

● Quatrième étape : prendre exemple sur le Conseil national de la résistance pour élaborer un programme d’urgence sur deux ans, indispensable au redressement de la Nation.

● Cinquième étape : prévoir, au terme de ces deux ans, la dissolution de l’Assemblée nationale pour que le Peuple français dégage alors une nouvelle majorité politique, ne jugeant les uns et les autres que sur l’efficacité de leur travail au cours de ces deux années écoulées.

Au-delà de cette stratégie nécessaire pour mettre en place une alternance véritablement républicaine, se pose un problème de fond : la tendance de plus en plus présidentialiste du régime, accentuée par l’instauration du quinquennat et la « soumission » du calendrier des élections législatives à celui des élections présidentielles. C’est désormais du tout ou rien.
  
Tout pour celui qui emporte les élections présidentielles, rien – ou quasiment rien en termes de pouvoir effectif, de capacité de faire bouger les choses – pour le ou les vainqueurs des élections intermédiaires.
  
Cette dérive présidentialiste du régime emporte une conséquence majeure : on ne peut pas vouloir défendre les notions de « démocratie vivante », « démocratie active » et autres « redonner aux Français confiance en la politique » si tout tourne autour d’un rendez-vous quinquennal, si on continue à monarchiser le pouvoir à ce point, étouffant et balayant tout ce qui n’émane pas du Président.
  
Ou alors, comme la monarchie absolue a débouché sur la Révolution de 1789, la Cinquième République pourrait bien se terminer sur les barricades…
  
  
Lundi
© La Lettre du Lundi 2010

http://lalettredulundi.fr/2010/03/21/apres-la-deculottee/


http://r-sistons.over-blog.com/article-la-le-on-des-regionales-cecite-de-l-ump-l-avenir-le-cnr-un-modele-47137505.html

liste complète

Repost 0
20 mars 2010 6 20 /03 /mars /2010 08:53

La diversité des signataires comme le fond de cet appel est digne d'intérêt.

On peut discuter de tout mais, dans ce domaine, tout vaut mieux que le silence ou que le bavardage (pardon dialogue social) sur les bases du MEDEF ou de l' U M P .

 

Pour signer cet Appel, envoyer un mail à
andre.martin69@orange.fr

Merci de le diffuser autour de vous.

(Source de l'appel)


Nous sommes des syndicalistes, des salariés, des économistes, des sociologues, des retraités. Les retraites et le chômage concernent toutes les générations. La désinformation permanente sur ces deux dossiers, volontaire ou involontaire, est dangereuse pour notre démocratie. Ensemble nous souhaitons ouvrir une brèche dans ce mur de la désinformation.
  

 

 

Le chômage de masse, la précarité, le déficit des retraites, de la santé, du budget de l’Etat, ne sont que les multiples symptômes d’une même maladie. Celle de l’explosion des inégalités au cours des 30 dernières années, suite aux dérégulations qui ont laissé le champ libre à la goinfrerie sans bornes des dirigeants des grands groupes financiers et de leurs principaux actionnaires.

 

 

Nous n’acceptons pas que les jeunes soient les premières victimes de la prochaine « réforme » des retraites. Repousser l'âge minimal de départ à la retraite ou augmenter le nombre d’annuités nécessaires aggraverait encore le chômage des jeunes qui est déjà de 24% parmi les jeunes « actifs ». Le chômage étant ce qu’il est, mieux vaut un senior de 60 ans à la retraite qu’un jeune de 23 ans au chômage. Nous n’acceptons pas que les femmes, déjà lourdement pénalisées tout au long de leur vie au travail (salaires inférieurs, temps partiels imposés...) le soient encore au moment de prendre leur retraite (manque d’annuités…). Nous n’acceptons pas que la France se dirige vers un système de retraites à l’anglo-saxonne basé sur l’individualisme et la logique financière.

Nous n’acceptons pas l’idéologie du « travailler toujours plus » qui accentue les inégalités et peut conduire, parfois, aux pires extrémités. Nous n’acceptons pas la répartition actuelle des patrimoines et des revenus.

Des « réformes » irresponsables ont déjà été mises en œuvre. En 2007, le gouvernement a encouragé les heures supplémentaires, en les exonérant de cotisations sociales. En 2008, il a autorisé le cumul d'une retraite à taux plein et d'un salaire à temps complet ou partiel, sans limite de revenus.

Le chômage de masse est la cause des déficits sociaux et de la crise

Le chômage de masse n’est rien d’autre qu’une répartition imposée du temps de travail, entre ceux qui se ruinent la santé au travail et ceux qui n’ont pas d’emploi, ou seulement des petits boulots précaires. La persistance d’un chômage élevé depuis 30 ans a instauré un rapport de force défavorable aux salariés et conduit à une répartition intenable des richesses créées (60 % pour les salaires, 40 % pour les profits). La répartition autoritaire et imposée du temps de travail est donc la cause première de la crise.

C’est ce qu’expliquait en novembre 2008 l’économiste Michel Aglietta dans « La crise d'un modèle de croissance inégalitaire », à lire sur http://gesd.free.fr/inegaaa.pdf :

« Les évolutions des salaires réels et de la productivité ont été déconnectées, entraînant une modification de la répartition des revenus. Comment entretenir dans ces conditions la croissance dans les pays riches ? Il a fallu déconnecter la dépense et le revenu, en stimulant la consommation par le crédit.(...) La croissance ne pouvant plus être dopée par l'endettement, il va falloir que le revenu salarial se remette à progresser en ligne avec la productivité. Pour le dire autrement, le degré d'inégalité atteint dans les sociétés occidentales est devenu un frein à la croissance. ... Il faudra revenir sur les cadeaux fiscaux systématiques qui ont été faits aux plus riches pendant des années ».

Expliquer, proposer

Nous devons expliquer aux « 18-45 ans », que seul un système de retraite intégralement par répartition et à prestations définies peut leur garantir, le moment venu, une pension de retraite correcte. En effet, la caractéristique principale de la retraite par répartition est sa sécurité, puisque son financement repose sur un indice peu aléatoire, la masse salariale globale. Dans 30 ou 40 ans, il y aura toujours des dizaines de millions d’actifs qui cotiseront pour payer les retraites.

Nous appelons chacun à exiger que toutes les propositions de financement des retraites soient débattues dans la transparence. Par exemple :

  • suppression des avantages fiscaux et sociaux accordés à l’épargne salariale par capitalisation
  • suppression de quelques autres exonérations sociales et fiscales puisque leur montant total s’élève à 140 milliards d’euros par an (Libération du 28 janvier)
  • cotisations sociales sur l’ensemble des revenus liés aux salaires (intéressement, participation, primes diverses, stock-options …)
  • élargissement de l’assiette des cotisations à l’ensemble de la valeur ajoutée des entreprises et aux revenus des placements financiers
  • augmentation de la progressivité de l’impôt sur le revenu
  • les 10 milliards d’euros versés chaque année dans les systèmes d’épargne retraite en capitalisation devraient dorénavant être versées pour la répartition
  • pas de pension inférieure au Smic. Indexation des pensions sur l’évolution des salaires

Nous appelons chacun à exiger une autre répartition du temps de travail. Par exemple :

  • abrogation des exonérations de cotisations sociales sur les heures supplémentaires
  • rétablissement des contingents annuels autorisés d’heures supplémentaires
  • majoration des cotisations chômage sur les heures dépassant les 1600 heures annuelles
  • incitations au retour à 35 heures et à la semaine de 4 jours

Suite à la démolition de la loi sur les 35 heures, plus de 2 millions de salariés subissent le contrat de travail en jours, sans aucune référence horaire, avec tous les dangers en termes de santé et d’emploi.

Arrêtons cette dérégulation qui se justifie au plus pour quelques dizaines de milliers de cadres hormis pour ceux ayant de faibles pensions, le revenu cumulé d’une pension et d’un salaire ne devrait pas être supérieur au dernier salaire d’activité à temps complet.


Pour signer cet Appel, envoyer un mail à
andre.martin69@orange.fr

Merci de le diffuser autour de vous.

(Source de l'appel)


http://rupturetranquille.over-blog.com/article-retraites-chomage-arretons-la-desinformation-46075772.html

Repost 0
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 22:51


apocalypse feu j

Monde en folie. 
Trop de Progrès tue le progrès,
par eva R-sistons


Bonjour amis Lecteurs,

Aujourd'hui, j'ai ajouté à la fin du dernier post un article sur les psychopathes à la tête du monde qui, bien peu démocratiquement, décident de tout à notre place. C'était vraiment fort à propos ! Voici la dernière trouvaille des fous qui se sont emparés de nos vies, pour en faire
un champ d'expérimentation, d'exploitation, d'extermination. Ils sont pleins d'idées, nos bienfaiteurs ! Secondés par d'ingénieux scientifiques,  ils programment à notre intention nouveautés sur nouveautés: Voici la dernière, un compteur électrique intelligent (équipé d'un système de télérelevé), le "linky", très ""moderne", très dans l'air du temps du Nouvel Ordre Mondial, bourré de trouvailles piquantes, liberticides à souhait, et privant bientôt d'emplois une nouvelle catégorie d'individus, tous ceux qui viennent à domicile relever nos compteurs. C'est tellement pratique, la robotisation ! Plus besoin de payer chaque mois un salaire à des employés revendicatifs, parfois malades ou en congé maternité, il suffit d'installer à domicile un appareil intelligent, qui remplacera le travailleur - en l'occurrence le techncien EDF -, une bonne nouvelle de plus pour les statitistiques du chômage ! Et puis ce sera un appareil qui privera instantanément d'électricité les mauvais payeurs,  qui espionnera les noctambules, qui pourra de ce fait vendre les données collectées par le mouchard  aux fabriquants de somnifères, par exemple...  Ce compteur intelligent sera capable de transmettre au fournisseur d'énergie, en temps réel,  des informations sur la consommation du client, l'objectif étant bien sûr de maîtriser la consommation d'énergie et donc de lutter contre le réchauffement climatique qui préoccupe tant nos Décideurs... on se demande pourquoi !

Mais qui paiera cet ingénieux appareil censé faire notre bonheur, et qui réjouira plutôt ceux qui souhaitent tant contrôler tous les aspects de nos vies ? Et quid du coût hivernal qui ne pourra plus être lissé sur l'année ? Faudra-t-il payer chaque mois sa consommation réelle, faible l'été, et forte l'hiver ? Vive le progrès ! On se demande comment on a pu vivre si longtemps sans ces ingénieuses "commodités" ! Et quelle sera la conséquence de ces fréquences ultrabasses pour notre santé, alors même que nous serons exposés aux champs électromagnétiques ? Autant d'interrogations préoccupantes que nous ferions bien de relayer avant qu'on ne nous mette en présence du fait accompli - une fois de plus !

Trop de progrès tue le progrès. Voici assurément de quoi alimenter notre mécontentement, et pousser les plus déterminés à réagir !

Est-ce que nous avons mesuré à quel point nous sommes exposés ? Une petite minorité d'individus complètement déments décide à notre place, nous impose ce dont nous ne voulons pas, et rend la vie des citoyens impossible. Basta ! Il est temps de dire globalement non - puisque nous sommes à l'heure de la mondialisation - à toutes les folies émergeant de cerveaux malades s'octroyant tous les droits sur notre existence, droits de vie... et surtout de mort ! Nous ne pouvons pas continuer à nous laisser exploiter, asservir, et même exterminer, sans réagir ! Le temps de l'esclavage doit être définitivement révolu !  

Eva R-sistons à l'intolérable

Le compteur électrique « intelligent » :
outil écolo ou mouchard social ?

Par Sophie Chapelle (10 février 2010)

Prévu pour remplacer nos bons vieux compteurs électriques d’ici 2017, le compteur dit « intelligent » - nommé linky - sème le trouble au niveau européen. Cette nouvelle technologie devrait faciliter les économies d’énergie et donc lutter contre le réchauffement climatique. Mais derrière ce boîtier numérique jaune se profilent des enjeux financiers colossaux et de possibles régressions sociales.


« Il fait peur aux techniciens, vous savez ». « Il  » c’est le « linky », un nouveau compteur qui pourrait remplacer d’ici 2017 les 35 millions de compteurs électriques actuellement en fonctionnement dans l’hexagone. Le linky – également appelé compteur « intelligent » - est un appareil électronique théoriquement capable de transmettre en temps réel au fournisseur d’énergie des informations sur la consommation du client. Les données transitent du compteur installé chez les clients vers des concentrateurs qui centralisent les données, grâce aux câbles électriques [
1] avant d’être transmises au fournisseur d’énergie. Ce dernier peut donc relever à distance, automatiquement et en temps réel la consommation d’énergie sans recourir au déplacement d’un agent. ERDF, la filiale d’EDF pour la distribution d’électricité, se réjouit de cette future « révolution technologique ». Les syndicats ne partagent pas cet enthousiasme. La CGT évoque « une catastrophe économique » : la disparition programmée des techniciens EDF. « Ce compteur va aussi remplacer l’intervention clientèle, alerte Guy Habai, de la CGT Mines Énergie d’Annecy. Avec les départs à la retraite non remplacés, nous descendrons à moins de 1200 techniciens d’ici 2020. Aujourd’hui, nous sommes six fois plus ! » Outre ses conséquences sociales, la généralisation du « compteur intelligent » soulève d’autres questions.

L’Italie, talonnée par la Suède, est un pays pilote en Europe avec 85 % de foyers équipés. En France, l’heure est à l’expérimentation : ERDF teste depuis avril 2009 la pose de 300 000 compteurs et de 5 000 concentrateurs en Touraine et dans la région lyonnaise. Ces expériences pourraient valider en 2012 la généralisation du linky sur le territoire national. L’adoption par la Commission européenne le 9 octobre 2009 d’une recommandation pour accroître l’utilisation de « technologies intelligentes » dans la lutte contre le réchauffement climatique accélèrera l’arrivée du linky. Convaincue qu’avec cette technologie « certains consommateurs pourraient réduire leur consommation d’énergie de 10 % », la Commission invite les Etats-membres à adopter au plus tard fin 2012 « un calendrier de déploiement des compteurs intelligents dans les ménages européens ».




La main invisible d’un lobby

Convaincue oui, mais par qui ? Un lobby répondant au nom sans ambiguïté de Groupe industriel européen des compteurs intelligents rôde dans les couloirs des institutions de l’Union européenne. Parmi les 23 membres de ce groupe, on retrouve les fournisseurs de modules comme Sagem communications et des fabricants de compteurs tels que Siemens. Le remplacement du parc de compteurs au niveau européen représente un énorme enjeu financier et stratégique dans le secteur de l’informatique, des télécommunications et de l’énergie. Dans une directive adoptée en juillet 2009, le Parlement prévoit qu’ « au moins 80 % des clients seront équipés de systèmes intelligents de mesure d’ici à 2020 » sous réserve d’une « évaluation économique à long terme de l’ensemble des coûts et des bénéfices pour le marché et pour le consommateur, pris individuellement ».


Les promoteurs du linky mettent en évidence « 
une maitrise de la consommation d’énergie facilitée » pour le consommateur. A l’aide d’une clé USB glissée dans le compteur, le client aura la possibilité de charger des informations sur sa consommation, repérer les postes qui lui coûtent le plus cher et ainsi faire la chasse au gaspi. « On a maintenant une économie de 500 euros à l’année » témoigne ainsi un père de famille allemand dans une vidéo réalisée par EDF. Dans les faits, aucune étude indépendante n’a à ce jour été réalisée pour appuyer l’influence réelle des compteurs sur la consommation des ménages. « Imagine t-on que chaque ménage descendra quotidiennement dans sa cave pour examiner sa consommation d’énergie du jour ? » interroge le Collectif Solidarité Contre l’Exclusion. « Ce n’est pas de nouveaux compteurs dont les ménages ont besoin pour améliorer l’isolation de leur logement, mais de moyens de réaliser les investissements utiles ». Pour les locataires d’un appartement très mal isolé, savoir que leurs convecteurs consomment beaucoup trop d’électricité en hiver pour maintenir une température à 19°C ne leur sera pas d’une grande utilité.


Une atteinte à la vie privée ?

Plusieurs journaux ont également dénoncé l’intrusion dans la vie privée permise par ce compteur, après la tenue à Madrid en novembre 2009 de la 31ème Conférence internationale de protection des données et de la vie privée. A cette occasion, Elias Quinn du Centre pour la sécurité énergétique et environnementale de l’Université du Colorado, a pointé le risque d’une tentation par les compagnies électriques de vendre les données collectées par les compteurs intelligents. «  La vision instantanée de la consommation électrique s’apparente à une fenêtre ouverte sur le mode de vie de son utilisateur, constate t-il. Ne peut-on imaginer que des fabricants de somnifères soient intéressés par des clients allumant souvent leur lumière au milieu de la nuit ? » Le chercheur préconise donc « un strict encadrement juridique ».



Surtout, pour les ménages ayant des difficultés à payer leur facture, la sanction sera désormais instantanée. « Avec le linky, ce sera la coupure ferme et immédiate pour le client qui n’aura pas payé sa facture », prévient le syndicaliste Guy Habai. En permettant l’ouverture et la fermeture de l’alimentation à distance, les fournisseurs pourront d’un simple clic couper ou limiter l’accès à l’énergie de toute personne en défaut de paiement, voire l’obliger à prépayer sa consommation. « Nous, les techniciens, avons du mal à arriver chez le client et à lui couper l’électricité. Nous avons la possibilité de le mettre en consommation restreinte en posant des fusibles avec moins d’ampères, témoigne le syndicaliste. Dans plus de 80 % des cas, après avoir discuté avec le client qui a des difficultés de paiement, l’agent repart avec un chèque ou la preuve que ça a été payé la veille.


Augmentation du prix de l’électricité en perspective ?

Les détracteurs du linky pointent également du doigt la facturation basée sur la consommation réelle mensuelle : les montants seraient très élevés en hiver et très faibles en été. Sans estimations de factures, la possibilité pour les ménages les moins argentés de lisser sur l’année le surcoût hivernal disparaît. FO Énergie et Mines dénonce également le coût prévisionnel de l’opération qui s’élèverait à 4 milliards d’euros. « Qui va payer la note ? interroge le syndicat. La Commission de régulation de l’énergie ? L’entreprise et par voie de conséquence le client ?  » En Belgique, l’installation de ces compteurs représenterait un surcoût annuel de 25 à 50 euros pour les consommateurs.


Au niveau européen, les réactions divergent. Stockholm s’est lancée dans l’installation d’un réseau de distribution électrique « intelligent » à grande échelle dans un nouveau quartier. La Belgique, elle, reste divisée en l’absence d’évaluation. Si la Flandre s’engage pleinement dans le processus,
la Commission wallonne pour l’énergie met la pédale douce estimant qu’ « un examen scrupuleux » est nécessaire avant tout investissement. Le débat fait également rage aux Pays-Bas depuis plusieurs mois. Un projet de loi organisant la mise en place du compteur intelligent prévoyait rien de moins qu’une amende de 17 000 euros et 6 mois de prison pour ceux qui s’opposeraient à cette installation. Les mobilisations citoyennes ont conduit le Sénat hollandais à refuser d’adopter le projet de loi en avril dernier. « En France, la fédération CGT discute avec les collectivités de l’arrivée du compteur, explique Guy Habai. Et avec la libéralisation totale des prix de l’énergie à partir du 1er juillet 2010, les maires et les élus de la région ont tendance à être sur la réserve. »

Sophie Chapelle

Notes

[1] Grâce à la technologie du « courant porteur de ligne » qui permet de faire passer des informations numériques sur le réseau électrique, un peu comme l’ADSL via les lignes téléphoniques.


http://www.bastamag.net/article890.html


Débat sur les nouveaux compteurs avec relevés à distance

Dans le cadre de la délégation du service public, VEOLIA va procéder au remplacement de tous les compteurs d'eau.

Les nouveaux compteurs seront équipés d'un système de télérelevé.

Il en est de même avec ERDF, pour l'électricité.

 

Nous en avons déjà parlé dans Floraison n°62*, en relatant l'avis de Marie-Pierre, de Next-up, ONG spécialisée dans les émissions polluantes :

page d'accueil de leur site http://www.next-up.org/intro3.php et plus spécialement http://next-up.org/Newsoftheworld/CPL.php#1

En fait, il faut craindre la mise devant le fait accompli, et donc de se retrouver avec un combat d'arrière-garde.

Il faut se mobiliser et informer sur tous les fronts en même temps... pas facile...

Voici ce que nous avons sur le compteur "Linky" d'ERDF (voir le fichier joint).

 

*Extrait de Floraison n°62 : Ce procédé a de multiples inconvénients, pour la santé et les libertés.             

Pour la santé, car cette technique utilise (notamment) les ELF (extremely low frequency), fréquences ultrabasses, analogues à celles émises par le cerveau.

Pour les libertés, car cette liaison vers l'extérieur par les fils électriques, peut permettre des intrusions dans la vie privée (surveillance), et dans les ordinateurs.

En Suède, l'inquiétude est grande après l'imposition de ces transmetteurs, dont les fréquences GSM et 3G internet sont combinées, ce qui les rend bien puissants pour une simple transmission de comptage électrique.

Nous avons questionné Next-up à ce sujet, voici leur réponse :

« Bonjour, merci de votre message. Nous avons connaissance de ces informations, un dossier est même ouvert, néanmoins nous posons la question : qui est apte à recevoir ce type d’info, lorsque nous constatons qu’actuellement 99 % des gens n’ont toujours pas compris ce que sont les rayonnements micro-ondes et leur effets sur le métabolisme ? Nous avons déjà réalisé une approche directe et EXPLICITE sur une variante de cette affaire avec le projet en cours d’EDF en France, qui est similaire dans sa finalité cachée. A ce jour, mis a part le réseau des radios amateurs (donc ceux qui sont informés), elle n’a pas eu l’écho escompté. Nous allons voir ce que nous pouvons réaliser comme extériorisation sur ce dossier, mais je pense que ce n’est pas pour l’immédiat. Bien à vous, Marie-Pierre ».

Plus d'infos sur :
artemisia-college.org



L' OMS se penche sur les impacts de l'électromagnétisme
Pour la 1e fois, il recommande la précaution pour réduire l'exposition aux champs électromagnétiques
(CEM) 
http://www.next-up.org/pdf/LeJournalDelHabitationOMSsePencheSurLesImpactsDelElectromagnetisme30012008.pdf


 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche