Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 01:12

meddecin-dessin.jpg


Lettre ouverte à Nicolas Sarkozy

 

Souffrez mon diagnostic, celui d’un médecin du travail débordé par les conséquences de la politique que vous incarnez, d’un médecin expérimenté qui affirme que le monde judiciaire est le plus border-line qu’il a observé, bien plus nocif qu’un virus de maladie bénigne
par le Docteur Pascal Dazin

 Docteur Pascal Dazin Médecin du travail Président de l’ »Alphabet du Respect des Enfants », La Hulotte 22940 PLAINTEL

3 janvier 2010



Monsieur Nicolas Sarkozy

Chef de l’identité française

Monsieur le chef de l’Etat français

Je vous fais une lettre que vous lirez peut-être, mais que je vous soupçonne de ne pouvoir ni comprendre ni admettre.

Je vous la fais un jour avant le cinquantième anniversaire de la mort d’Albert Camus, celui qui écrivit "je déteste moins la violence que les institutions violentes", et qu’il serait donc insensé qu’il soit "panthéonisé" sous votre autorité.

Je viens d’apprendre que vous souhaitez que j’entre en guerre contre la gripette à la mode.

Je n’ai pas le temps.

J’ai vu mourir des hommes, des femmes et des enfants, vous en ai informé sans suite, et pour des raisons bien plus graves qu’une épidémie virale.

Je ne suis pas sur terre pour vendre des vaccins contre une maladie très bénigne sauf accident rarissime, et du tamiflu, médicament dont je me demande pourquoi il serait remboursé par la sécurité sociale, puisque tant d’autres médicaments sont critiqués, à juste titre, pour la relativité de leur efficacité.

Trente personnes succombent chaque jour en France, par suicide, et dans une proportion trop importante par suite de violences institutionnelles, judiciaires, policières. Cela fait quarante années que la montée en puissance des violences institutionnelles est banalisée par les profiteurs professionnels se posant en responsables politiques.

Des centaines de gens commettent des centaines de meurtres chaque année par suite de cette même violence d’état, symbolisée par l’ajustice familiale. On les dit « forcenés » ou « malades ».

J’ai vu souffrir des femmes et des hommes au travail, et surtout au chômage, amputés de leur identité professionnelle. Ce qu’ils deviennent après exclusion regarde les pyschiatres libéraux, mais pas les hommes et femmes politiques…

Je connais des gens victimes de maladies très graves qui auraient pu être mieux prévenues si la politique sociale française était digne de nos idéaux républicains. J’en ai vu également partir prématurément des centaines, qui pourraient être encore de ce monde ou être disparus de mort naturelle si les services publics, neutres et bienveillants, étaient encore valorisés au détriment des intérêts financiers des profiteurs libéraux psycho-judiciaires du « suffering business ».

Le matraquage organisé en France sous votre autorité abusive contre la gripette est indécent. Il résume le tirage politicien contemporain vers le bas.

Certes, chaque maladie virale contagieuse entraîne des situations médicales tragiques. Mais nous mourrons plus de tétanos que de gripette, et personne ne valorise dans les rangs politiciens de tout bord le vaccin antitétanique, absolument efficace.

Si vos armées politiciennes étaient dignes de confiance, elles s’investiraient contre le SIDA en parlant plus de préservatifs que de masques, et sauveraient ainsi bien plus de vies.

Le paludisme tue cent mille fois plus que la gripette. Vos armées de ministres sont donc des combattants de la dix huitième heure (l’identité française ne consiste donc plus à se préoccuper de nos frères étrangers dans la misère ? Les droits de l’Homme seraient-ils plus profitables dans les cabinets d’avocats que chez nos frères humains ?)

En France, le suicide (ou le meurtre) au sortir d’un tribunal, d’un contrôle de police, d’une discrimination normalisée, d’un rejet administratif, tue mille fois plus que la gripette. Reconnu « grande cause nationale » depuis plus de dix ans, ce fléau est méprisé, lequel est pourtant bien plus tragique que les conséquences de la grippe A, moins sérieuse que la grippe saisonnière, qui ne mobilise apparemment pas votre ministre de la santé.

Le tabac, l’alcool, et les drogues douces ou dures, tuent mille fois plus que la gripette. Vous mobilisez les médecins des armées et demandez de vacciner plus pour paraître plus ? Souffrez alors mon diagnostic, celui d’un médecin du travail débordé par les conséquences de la politique que vous incarnez, d’un médecin expérimenté qui affirme que le monde judiciaire est le plus border-line qu’il a observé, bien plus nocif qu’un virus de maladie bénigne : vous vous comportez typiquement comme un Maître, un chef d’état en dérive judiciaire, et non plus comme un Président de la République.

Attendant bien sûr votre réaction citoyenne, je vous prie d’agréer, Monsieur le Chef d’Etat, mes salutations civilisées et résistantes.

Docteur Pascal Dazin

(article paru sur le blog du journal Ouest-France)



D'un autre médecin, lire :



 


Médecin de campagne et de famille:
"J'ai écrit un livre "journal d'un médecin généraliste" aux éditions du cherche-midi où je dénonce au quotidien le "tout médicament" et je détaille certaines méthodes des délégués médicaux pour vendre plus leur soupe"
http://madamemedecine.blogspot.com/

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2010 7 24 /01 /janvier /2010 00:54

la-tite-fleuriste 

  • : Femme

 

 

 

  • : fleuriste artisan depuis cinq, j'aimerais faire partager mes joies et mes pleurs d'avoir une petite boutique en pleine crise dans un centre ville qui se désertifie comment en être arrivé là, comment s'en sortir ?



http://la-tite-fleuriste.over-blog.com/

derniers articles :

liste complète 


Un blog à découvrir par tous ceux qui, comme moi, défendent les petits contre les gros, les boutiques contre les grandes surfaces...  eva r-sistons

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 21:34
esclavage ogres

Tremblement de terre à Haïti :
Un laboratoire et une " formidable opportunité "
pour un Kossovo des Caraïbes.


dimanche 17 janvier 2010, par Comité Valmy


Face aux drames humains les plus affreux , et alors que les mediats appellent à notre " coeur " , il faut savoir garder un regard froid et je l’avoue cynique sur l’actualité .

Cela a été toujours ma démarche . Cette actualité met en avant le déploiement d’une force de près de 10 000 militaires Etasuniens pour faire face au chaos provoqué par le tremblement de terre qui a frappé Haïti et surtout sa capitale Port-au-Prince .

Haïti va donc devenir un laboratoire , à grande échelle cette fois ci , celui de la militarisation des activités civiles et para-militaires de l’assistance aux personnes et des secours d’urgence . Une " formidable opportunité " pour reprendre les propos de Miss Condoleza Rice lors du Tsunami de 2004 pour l’OTAN et les forces armées Américaines qui ne cessent , dans l’arctique par exemple , d’invoquer les questions de secours aux personnes et aux biens pour s’imiscer dans les dossiers et les régions les plus diverses .[ 1 ]

Il y est même question de " nation (re-)building " , c’est à dire la mise sous-tutelle de Haïti sous prétexte d’y récréer un état .Une vieille antienne des Globalistes et des Mondialistes .

C’est , volens nolens , l’aveu de l’échec de la présence de la " communauté internationale " ces dernières années dans cette île et son incapacité à y bâtir un état suffisament résilient à ce genre de catastrophes .

On peut , à l’image ce cet éditorial de Louis Prefontaine [ 2 ] , - Haïti : la « malédiction » n’existe pas - se poser la question du caractère délibéré d’une politique depuis plus d’un siècle de la part de certaines nations à maintenir le statu-quo et l’ingouvernabilté de l’île .Bref à y créer ces fameuses " zones grises " qui deviennent pretexte aux interventions les plus variées .

Un contre-exemple est celui de la France et de la Russie . La France possède la Sécurité Civile et la Russie le Ministère des Situations d’Urgences .

En France comme en Russie ces structures qui ne dépendent pas d’un commandement militaire mais d’un commandement civil possédent les spécialistes les plus qualifiés au monde pour faire face à ce genre de catastrophes et plus particulièrement des équipes cynophiles spécialisées dans la recherche des personnes ensevelies sous les décombres et des équipes de psychologues chargés de gérer le stress post-traumatique constaté après ces grandes catastrophes . La France et la Russie ont su " démilitariser " ces activités même si ces structures font appel à des moyens techniques généralement employé par des militaires y compris en Russie des transports de troupe chenillés .

La France a choisi aussi d’envoyer des Gendarmes pour assurer la sécurité dans la capitale Haïtienne , un personnel géré desormais par le Ministère de l’Intérieur .

Sur le plan de la géopolitique locale, cette intervention militaire va permettre de " redorer le blason " , ou du moins essayer de le faire , d’une administration qui malgrés son discours d’ouverture a apporté son soutien tacite au coup d’état au Guatemala .

Cette intervention va aussi à coup sûr essayer de justifier le déploiement orchestré contre le Venezuela de la Quatrième Flotte . Aprés le " terrorisme " et les " activités illégales " , voilà une " excellente opportunité " pour justifier l’existence de ce corps expéditionnaire [ 3 ] , celui du " secours apporté aux biens et aux personnes " . Tout un symbole , le Porte-Avions deployé aux larges des côtes Haïtiennes , l’ " Uss Carl Vinson " , a été baptisé du nom du représentant Démocrate qui des le début des années 20 a relancé la course aux armements navals dans le monde , attribuée aux " militaristes Japonais " et aux Nazis , avec le programme " Big Navy " de 1931 ! Espérons seulement pour les Haïtiens que la prise de contrôle de l’aéroport de Port-au-Prince par l’Armée Américaine ne vas pas amener des situations ou celle ci va " filtrer " l’aide internationale à l’aune de la politique extérieure Etasunienne comme cela fut observé lors du Tsunami de 2005 avec l’aide Iranienne à l’Indonésie .

L’Iran a expédié 30 tonnes de denrées et de médicaments à destination des sinistrés Haïtiens , c’est ce qu’a annoncé, le président de l’Organisation des secours du Croissant rouge de la République Islamique d’Iran, Ahmad Esfandiari. Selon une depêche de l’AP , Le secrétaire d’Etat français chargé de la Coopération Alain Joyandet s’est plaint à la suite du refus d’autoriser deux avions français à se poser sur l’aéroport [ controlé par l’Armée Américaine - NDLR ] . Il a déclaré à l’AP que l’un d’eux transportait un hôpital de campagne et que l’autre avait été envoyé pour évacuer des ressortissants Français.

S’exprimant de manière toute diplomatique , il émploie les termes " d’arbitrages " et de " discernement " :

"Je crois qu’il faut remercier nos amis américains d’avoir pris en charge cet équipement, sans quoi il n’était plus possible d’atterrir du tout". "Ceci étant dit, comme il y a une arrivée qui s’intensifie, il faut qu’avec eux, on puisse déterminer quelles sont les priorités. Peut-être qu’il y a un manque d’arbitrage ou de discernement, mais en tout cas, il n’est pas normal qu’un avion qui contienne un hôpital de campagne ne puisse pas atterrir", a-t-il ajouté.

Le Brésil lui aussi est un des pays visés par la présence militaire Etasunienne à Haïti que l’on peut désormais envisager à long terme . En y déployant un fort contignent de Casques-Bleus , le Brésil comptait ainsi valider sa politique du " Caraîbisation " , c’est à dire d’amplifier sa prèsence dans les Caraïbes et y créer un débouché pour ses régions du Nord via le Venezuela en direction de l’Europe .

Or , depuis que le Brésil mène une politique extérieure de plus en plus autonome vis à vis des Etats-Unis tant sur le plan des contrats energetiques avec la Chine que sur la question du nucléaire Iranien , cette projection de puissance militaire Brésilienne [ Les forces Bresiliennes ne faisaient pas de la " figuration " ] à Haïti était de plus en plus mal perçue par la diplomatie Etasunienne qui avait pourtant favorisé sa présence , .........sous Clinton ( Bill ) ! [ 7 ]

Les mediats internationaux ont aussi mis en avant la présence rapide sur place d’unités de l’Armée Israélienne .[ 4 ]

Une fois de plus , il faut analyser cette présence à l’aune de la situation géopolitique locale : Les milieux Israéliens , des oligarques juifs , ont été très compromis dans le coup d’état au Guatemala . Israél mène une politique active contre le gouvernement d’Hugo Chavez au Venezuela en raison de ses liens avec le gouvernement Iranien .[ 5 ] Aprés la Colombie et la présence de conseillers militaires , le Guatemala et des oligarques complices , Haïti risque fort de devenir un centre d’activités subversives Israéliennes contre le Venezuela et un nouveau " pied à terre " de la présence militaire Israélienne dans les Caraïbes .

Il ne s’agit pas de la première fois que la diplomatie Israélienne utilise le prétexte de l’aide humanitaire pour faire avancer ses pions , ce fut le cas par exemple de la participation d’unités de Tsahal aux secours lors des tremblements de terre en Turquie . Cette participation a marqué le début du réchauffement des relations Israélo-Turques aux début des années 90 , aujourd’hui dans une phase de regel .

Sur le plan de la politique intérieure Etasunienne la présence de militaires Americains sert aussi à empêcher l’arrivée d’une nouvelle vague de réfugiés qui deferle sur le territoire Americain aprés chaque catastrophe qui frappe l’île .

" Obama le métis " ne pouvait faire moins pour " Haïti la Noire " . Un discours qui contraste notons le avec celui du Canada , dont la gouverneure générale Michaelle Jean est d’ascendance Haïtienne , qui prône une ouverture accrue à l’immigration en provenance de Haïti aprés cette catastrophe .

Mais là aussi la démarche des autorités Canadiennes n’est pas purement philantropique . Il s’agit de favoriser une immigration Francophone mais Anglophile au Québec afin d’y diminuer la part de la population " de souche " favorable à l’autonomie ou à l’indépendance de la Belle Province . [ 6 ]

Le drame Haïtien devient pour les chefs politiques Canadiens une " excellente opportunité " d’amplifier un basculement de populations déja en cours .

Un peu de cynisme , celui dont font preuve les chefs politiques et militaires Etasuniens et Canadiens , ne nuit pas pour éclairer certains aspects des drames humains les plus terribles . Prions pour Haïti et et les Haïtiens auxquels j’exprime ma plus profonde compassion .

http://www.comite-valmy.org/spip.php?article486


___________________________________________________________________________________________________



Sur mon blog désinformation :

Haïti: expulsion de journalistes étrangers
par les GI's (médias)


Jeudi 21 Janvier 2010

Haïti: expulsion de journalistes étrangers par les GI's (médias)
Les militaires américains ont exigé, sans fournir d'explications, que tous les journalistes étrangers couvrant les événements en Haïti quittent jeudi l'aéroport de Port-au-Prince avant 8h00 heure locale (13 h00 GMT), rapportent les médias européens.

L'aéroport de la capitale haïtienne, complètement détruite par un séisme dévastateur, abrite un groupe international de journalistes et de militants d'organisations humanitaires.

L'aéroport, dont une seule piste d'envol et d'atterrissage est actuellement en service, est entièrement contrôlé par les forces aériennes des Etats-Unis.

Le quotidien britannique Telegraph a annoncé mercredi que les militaires américains ne laissaient pas passer l'aide humanitaire envoyée par les pays étrangers aux sinistrés haïtiens.

L'ONG internationale "Les médecins sans frontières" a pour sa part déclaré que les Américains avaient empêché l'atterrissage d'un avion transportant un hôpital mobile. Les pilotes ont été obligés de se poser en République dominicaine, ce qui a retardé de près de 24 heures l'arrivée de la cargaison sur place.

Après que les militaires américains eurent interdit l'atterrissage d'un avion français avec une cargaison humanitaire à bord, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner a émis des critiques au sujet du comportement des Etats-Unis en Haïti. Evoquant le rôle de Washington dans ce pays meurtri, le secrétaire d'Etat français à la coopération Alain Joyandet a martelé: "Il s'agit d'aider Haïti, pas d'occuper Haïti".

Près de 12.000 militaires américains ont été déployés sur l'île depuis le séisme. Selon les médias, d'ici la fin de la semaine, leur nombre sera porté à 16.000 personnes. Le Pentagone explique cette décision par la situation en Haïti.

L'augmentation de la présence américaine dans la région ne manque pas d'inquiéter les Etats d'Amérique latine qui considèrent cette tendance comme une menace à leur sécurité nationale.

Le président bolivien Evo Morales a déclaré mercredi que son gouvernement exigerait la convocation d'une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité de l'ONU afin de dénoncer "l'occupation militaire d'Haïti par les Etats-Unis".

"La situation est très dangereuse: on trouve des bases militaires des Etats-Unis en Colombie, on constate leur présence militaire au Pérou et désormais en Haïti où ils augmentent leur contingent, sans aider les victimes ni sauver les malades et les blessés", a fait remarquer le vice-président bolivien Alvaro Garcia Linera, cité par l'agence espagnole EFE.

Les gouvernements brésilien, vénézuélien, nicaraguayen et uruguayen ont également exprimé leur inquiétude au sujet des démarches de Washington.


http://fr.rian.ru/

http://www.alterinfo.net/Haiti-expulsion-de-journalistes-etrangers-par-les-GI-s-medias_a41698.html


Reçu ce courriel :

Bonjour Eva,

  Je reviens vers toi suite à ton article : Haïti: Honneur aux Haïtiens, honte à l'Occident prédateur et menteur !

  As-tu regardé le JT de 13 h hier sur TF1. Si non voici le lien : http://videos.tf1.fr/jt-13h/le-13-heures-du-18-janvier-2010-5644051.html

  Les reporters sur place ne font que des éloges sur l’armée américaine, à un tel point que c’est à vomir ! Par contre on ne parle pas de l’armée française ! Il faudrait leur rappeler que la meilleure armée du monde, c’est la Légion Etrangère , celle-là même qui entraînait les GI américains en Guyane.  G. Bush père avait même déclaré, qu’il cessait toute collaboration avec la Légion Etrangère , parce que l’entraînement était trop dur pour ces GI !!! A part leurs gros sabots et leurs Mc Do, ils sont bon à rien !

  Pour en revenir à cette vidéo, lorsque l’on voit les moyens techniques, matériels et financiers mis en œuvre, il est sur que cela n’est pas innocent ! C’est très en harmonie avec ce que tu dis sur ton article !

  Voilà, petite parenthèse dans ce monde de dingues !

  Cordialement,

  Michel



haarp_dees.jpg
Technique Haarp: Provoquer le tremblement de terre à des fins impériales ?

Scandaleuse couverture d'Haïti
par les Médias !

Lisez la presse alternative,

les liens ici :

http://r-sistons.over-blog.com,
http://alterinfo.net ,
http://sergeadam.blogspot.com/
http://panier-de-crabes.over-blog.com/articles-blog.html

Haïti: Un des pays les plus pauvres de la planète,
et pourtant un des plus riches sur le plan des ressources minières, pétrolières,
qui ne profiteront pas à son peuple,
mais à l'homme blanc américain voleur, menteur, hypocrite, assassin, criminel,
et c'est pour cela que les USA occupent le pays, à nouveau, après l'avoir pillé, meurtri, appauvri....

Les gouvernements latino-américains dénoncent aussi la menace états-unienne à leurs portes.

Les USA sont le cancer de l'humanité

eva r-sistons à l'intolérable

NB: Avez-vous vu Envoyé Spécial FR2 Haïti ? On y parle de la catastrophe sans jamais analyser les causes, les conséquences, sans dire la vérité de l'occupation... Partout, on braque les projecteurs sur les "sauveurs" américains, voire israéliens, toute la réalité est cachée ou falsifiée... Pure propagande en faveur de "l'ami" américain,  justifier son installation, un scandale !

_______________________________________________________________________________


haarp_dees.jpg

Dignité haïtienne,
abominations occidentales,
par Eva R-sistons


Mes amis,

Après le choc du voile, voici le choc de l'indécence. Le monde baigne dans l'abominable et l'hypocrisie. On croit avoir atteint un sommet, mais non, le pire est derrière. Quand les peuples du monde entier exigeront-ils ensemble que les diables américains et leurs laquais infects, dans les gouvernements comme dans les Médias, soient traduits en justice ? Il est clair que les Yankees et leurs alliés exploitent la souffrance des Haïtiens, pire encore, je suis persuadée qu'ils l'ont provoquée.

Honneur aux Haïtiens !

Court rappel historique :
Haïti devint en 1804 la première république indépendante de population majoritairement noire, suite à une révolution d'esclaves. Puis l'Amérique occupa Haïti, appuya le dictateur Duvalier, et s'employa à destabiliser le pays lorsque celui-ci se rebella contre l'oppression et même élut Aristide, prêtre adepte de la Théologie de la Libération - la doctrine haïe par le Vatican lui-même, en tant que christianisme marxisant. Deux coups d'Etat, déportation d'Aristide, "interdiction" de son parti, on reconnaît la griffe des Américains, ces ardents défenseurs de la démocratie quand elle est favorable à leurs intérêts. Or, il semblerait que les réserves pétrolières d'Haïti n'auraient rien à envier à celles du Vénézuela. Et que les Haïtiens auraient une histoire riche en insurrections...

Jean-Bertrand Aristide rencontre Bill Clinton dans le bureau ovale, 14 octobre 1994.
Wikipedia.org, Aristide et Clinton  

Pétrole, et fortes têtes noires. Deux bonnes raisons pour que Washington veille ! En stigmatisant, de surcroît, la misère haïtenne...

Aujourd'hui, à nouveau le malheur frappe les Haïtiens. Comment se comportent-ils ? Face à l'adversité, ils nous donnent une belle leçon de dignité ! Démunis de tout, seuls à affronter l'horreur, ils déblaient, cherchent les survivants, et même reconstruisent à mains nues. Joli travail ! Mieux encore, ils improvisent un semblant d'organisation, se répartissant les tâches, mettant en commun les sous qui leur restent pour acheter de quoi calmer leur faim, improvisant des dortoirs, et même veillant à leur propre sécurité. Avec détermination et courage, humblement mais presque joyeusement, et en remerciant Dieu de les avoir épargnés. Ici, une messe est chantée, là un Haïtien sort son accordéon, et tout cela au milieu des cadavres qui ne peuvent encore être évacués, ou des blessés qui ne peuvent encore être soignés. Les pauvres du monde entier savent donner des leçons de vie aux opulents Occidentaux !

Abominations américaines:
Haarp, guerres "furtives", encerclement de Chavez...

L'Histoire d'Haïti est jalonnée de prédations, celles de l'"ami" américain, bien évidemment, ponctuées de coups d'Etat, d'oppressions, de répressions. Et voici que l'armada yankee débarque sur l'île, s'empare de l'aéroport, contrôle tout, réglemente tout, même l'aide humanitaire étrangère, n'hésitant pas à bloquer les secours pour permettre aux soldats d'assurer la sécurité. La leur, et celle des futurs investisseurs, de la Banque ou du Pétrole.

Alléchés par l'odeur des gisements, les requins s'installent, les Français sont malmenés, et les bénévoles étrangers sont priés d'attendre. Inutile d'insister, vous avez compris: Voici encore et toujours l'horreur américaine, cupide, hypocrite, dominatrice, prédatrice, sans scrupules. Profiter d'une crise pour réoccuper une île convoitée, s'emparer ensuite des ressources et des leviers politiques, installer une marionnette dévouée, le scénario est connu; Il a fait ses preuves, tant pis si les peuples sont sacrifiés. Profiter de la catastrophe ? Ou l'avoir provoquée ? C'est la question du jour !

Ici (
http://r-sistons.over-blog.com/article-douleurs-haitiennes-douleurs-palestiniennes-douleurs-juives-assez--43082055-comments.html), je reçois ce commentaire : "Et si les catastrophes naturelles avaient une autre origine, la machine à séisme existe, elle avait été conçue par les soviétiques pour créer de micro-séismes, afin de contrôler d'éventuels vrai tremblements de terre. A l'issue de la guerre froide, les américains ont achetés cette machine, qu'en ont ils fait ? (voir vidéo) Etrange coincidence, un des rares batiments à être resté debout est l'ambassade américaine, construite au norme antisismique pour résiser à tous les séismes . Pourquoi les américains profitent-ils de cette catastrophe pour envoyer des parachutistes et des marines, si ce n'est pour occuper le pays, des unités du génie ou des unités sanitaires auraient été plus utiles ?" Voir la vidéo: http://www.dailymotion.com/video/xbw0pn_la-machine-a-seisme_tech 


HAARP: Il faut se méfier des expérimentations de guerre climatique réalisées par l'armée des États-Unis
http://www.alterinfo.net/HAARP-Il-faut-se-mefier-des-experimentations-de-guerre-climatique-realisees-par-l-armee-des-Etats-Unis_a14598.html


Je relève ces deux commentaires (lien sous la photo) :

" La technologie pour créer des séismes existe depuis des décennies, elle est maîtrisée par les USA, la Russie, et peut-être par Israël.
On appelle cela les Armes Tesla. Le principe est de créer, sur une faille géologique, des vibrations harmoniques qui entrent en résonance, et donc s'amplifient : on crée ainsi un séisme.

En zone terrestre, tremblement de terre; en zone océanique, un Tsunami (comme celui de 2004).

Haïti 12/1/2010 : épicentre très près de la capitale; pas de Tsunami, et le pays voisin frontalier : la Rép Dominicaine, est épargnée. Bizarre, non ?

L'opération permet à l'US Navy de contrôler Haïti et sa Banque Centrale, laquelle sert de plateforme de blanchiment d'argent sale. Or les projets secrets de la Cabale nécessitent de disposer d'un énorme trésor occulte à l'abri des regards indiscrets des autorités de contrôle.

Voire, de pouvoir créer en toute discrétion, de l'argent virtuel pour gonfler la bulle jusqu'à éclatement, ruinant ainsi définitivement le système financier mondial, ce qui ouvre le champ à la monnaie mondiale et au pouvoir tout puissant du FMI, organe financier du futur NWO " (envoyé par Naullay)

" Ce qui se passe en Haiti est très grave, et je ne parle pas seulement de la situation humanitaire qui préexistait déjà au séisme. Bien que celui-ci l'ai fortement aggravé.

Les américains ont déclenché ce séisme avec leurs terrifiantes armes météorologiques sur lesquelles ils travaillent depuis des décennies et qui sont d'une puissance folle et dévastatrice comme les armes Tesla. Zbigniew Brzezinsky, ancien conseiller aux Affaires Etrangères du président Jimmy Carter et aujourd’hui conseiller d’Obama, n‘a apparemment aucun complexe à la définir comme une arme de déstabilisation pour les pays non-alignés à Washington: « la technologie mettra à la disposition des grandes nations des procédés qui leur permettront de mener des guerres furtives, dont seule une infime partie des forces de sécurité auront connaissance. Nous disposons de méthodes capables de provoquer des changements climatiques, de créer des sécheresses et des tempêtes, ce qui peut affaiblir les capacités d'un ennemi potentiel et le pousser à accepter nos conditions. »

Les américains sont en train de profiter de la situation et du chaos qu’ils ont créé pour militariser l’île d’Haïti. 3500 soldats américains devraient prendre possession de l’île d’Haiti dans les jours à venir pour officiellement venir en aide aux sinistrés. Officieusement, il y a un autre objectif : encercler le Vénézuela d’Hugo Chavez.

Et préparer à l'aide de certains pays occidentaux dont les intérets pétrolifères sont menacés par la nationalisation des champs de pétrole par Hugo Chavez, une guerre de grande ampleur!

Les américains placent leur pions sous couvert d’une aide humanitaire. Curieux ce soudain regain d’altruisme et de solidarité de ceux qui ont laissé crever dans une indifférence générale leurs propres citoyens lors de l’ouragan Katrina en 2005 à la Nouvelle Orléans ! Les associations humanitaires vous demandent de l'argent pour financer cette guerre car les états n'ont plus de fric, c'est pour cela que les associations ne veulent ni conserves, ni vêtements, mais de l'argent!
 
Ouvrons les yeux, c'est urgent! Ne finançons pas cette guerre, d'autant que les Haitiens ne verront pas une miette de pain!
 
Je ne fais plus confiance à ces associations humanitaires qui sont en réalité des banques qui financent tout net les projets de ces maitres du monde! " (Lilo)

Médias complices des plans machiavéliques

Non contents de préparer des opérations néo-coloniales mystificatrices, les Occidentaux ont mis en marche l'importante armada des Médias serviles, et la propagande bat son plein ! Morceaux choisis, sur FR2 la télé occupée par les champions de cette société militaro-financière, néo-sionistes :

" L'impressionnante machine américaine s'est mise en route, cela ressemble à la guerre, mais ils sont là pour une mission de paix, pour sécuriser le ravitaillement; ils sont perçus comme des dieux, accueillis à bras ouverts; un sauveteur bolivien, admiratif, déclare qu'ils sont "les meilleurs" pour ce genre de missions. On entend dire que le tremblement de terre aurait été provoqué par les Etats-Unis pour reprendre le contrôle de l'île, mais c'est pur phantasme, pures rumeurs, les sauveteurs américains sont accueillis à bras ouverts par la population". 

Quand une équipe parvient à sauver une personne des décombres, son origine n'est pas mentionnée, sauf s'il s'agit d'Américains, et....

Bravo Israël !!!

Même plus besoin de messages subliminaux ! La technique de persuasion mentale est si efficace, qu'elle suffit à elle seule. Et voici la perle, toujours sur FR2, la Chaîne occupée par les plus ardents soutiens d'Israël, au prix même de l'éjection de l'excellent Charles Enderdin et sans doute aussi de Thierry Thuilet, pour ne citer que ces noms. Cette perle, on l'a entendue dimanche 17 janvier dernier, au Journal de 20 heures. Regardez bien, on atteint un sommet de propagande néo-sioniste au service des intérêts de l'Etat criminel Israël :  La caméra est braquée sur une équipe de secouristes israéliens, dont on acclame l'origine; en effet, les Haïtiens applaudissent en scandant...." BON BOULOT, ISRAEL, BON BOULOT, ISRAEL ! " Deux fois, au cas où nous n'aurions pas entendu ! On voudrait faire la propagande d'Israël en France, qu'on ne s'y prendrait pas mieux !!! Bienfaisant Israël, tant de peuples de la planète ont l'occasion d'applaudire les actions de ce pays, en effet ! Qu'en pensent les innombrables victimes des attentats ciblés, des opérations de destabilisation, de divisions, de guerres ? Reconnaissants pour les membres amputés, les chairs meurtries, les amis ensevelis, les proches disparus ? 

Et ça s'appelle du journalisme !!! Les veaux seront-ils longtemps dupes des conditionnements des uns, des machinations des autres ?

Et moi Eva, je dis: Bon boulot, les Haïtiens ! Bravo, et vite, débarrassez-vous de toute cette vermine crapuleuse ! Reprenez le contrôle de vos terres, boutez dehors les occupants, renouez avec vos traditions révolutionnaires, ne vous laissez pas abuser par les sirènes trompeuses des menteurs et des assassins, en avant, amis noirs, ne retombez pas dans l'esclavage !

Eva r-sistons à l'intolérable 

esclavage ogres
www.Lesogres.info

Un sismologue haïtien accuse :
«On savait que ça arriverait» 

  

Alors qu'Haïti continue à enterrer ses morts après le séisme de mardi dernier, la polémique commence à monter autour de la prévention de la catastrophe et du rôle des Etats-Unis dans les opérations de secours. Un spécialiste en sismologie haïtien, le docteur Daniel Mathurin, accuse le de son pays de ne pas avoir pris en compte les mises en garde répétées sur un risque de tremblement de terre en 2010.

«On savait que ça devait arriver», a-t-il asséné lundi matin sur Europe 1. Le chercheur, qui avait lui même prédit de forts risques sismiques pour cette année, assure que des universitaires américains avaient placé des capteurs tout au long de la ligne de faille et qu'ils auraient averti les autorités dominicaines et haitiennes des risques. «En République dominicaine, ils ont pris 20 des 22 dispositions préconisées : informer la population, renforcer les bâtiments.... Il n'y a eu aucun
, indique le scientifique. Haïti n'a pris aucune de ces dispositions. Ils n'ont rien fait»

Réserves en hydrocarbures

Cela fait vingt ans que Daniel avertit les autorités du risque sismique en Haïti, des dangers posés par les constructions anarchique et par la déforestation.

Avec sa femme Ginette, il a également étudié les gisements en hydrocarbures et en combustibles fossibles du sous-sol haïtien. «Nous avons relevé 20 sites pétrolifères», expliquait-il en 2008, assurant que les réserves pétrolifères d’Haïti étaient plus importantes que celles du Vénézuela. Une richesse qui augmente l'intérêt stratégique du pays. Pourquoi, dans ce cas, ces réserves ne sont-elles pas exploitées ? Pour Ginette Mathurin, «ces gisements sont déclarés réserves stratégiques des Etats-Unis d’Amérique».

L'aide américaine en question

Bien que saluée, l'aide massive des Américains envers Haïti - où la secrétaire d'Etat Hillary Clinton s'est rendue samedi - a suscité de nombreuses questions. Lundi, Alain Joyandet a demandé à ce que le rôle des Etats-Unis soit précisé par l'ONU. «Il s'agit d'aider d'Haïti, il ne s'agit pas d'occuper Haïti, il s'agit de faire en sorte qu'Haïti puisse reprendre vie», a estimé le secrétaire d'Etat à la coopération sur Europe 1. De son côté, le président sandiniste du Nicaragua Daniel Ortega, connu pour ses positions anti-américaines, n'a pas hésité à déclarer : «On est en train de profiter d'un drame pour installer en Haïti des troupes américaines qui ont déjà pris le contrôle militaire de l'aéroport».

Les Etats-Unis assument de facto la coordination des secours sur place et contrôlent l'aéroport de Port-au-Prince. Ils ont déployé une aide massive après le séisme : 48 millions de dollars apportés au fonds du Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU, un projet de pont aérien entre Haïti et les Etats-Unis et des centaines de spécialistes sur le terrain. Un navire commercial est attendu lundi au port des Cayes avec une cargaison de farine et d'huile végétale susceptible de nourrir 130.000 personnes pendant 30 jours. Enfin, le porte-avions nucléaire Carl Vinson, avec 19 hélicoptères à bord, et plusieurs autres navires militaires amarrés à proximité de Port-au-Prince, servent de base logistique.

 


www.leparisien.fr


http://www.leparisien.fr/seisme-haiti/un-sismologue-haitien-accuse-on-savait-que-ca-arriverait-18-01-2010-782185.php?xtor=EREC-109




Haïti et les Etats-Unis, liés par l' Histoire

Dans sa déclaration sur le tremblement de terre d’Haïti, le président américain Barak Obama a parlé de la « longue histoire qui lie [nos deux pays] ». Ni lui ni les médias américains ne se sont cependant montrés très enclins à regarder de près l’histoire de ces relations et son influence sur la catastrophe que doit actuellement affronter le peuple haïtien.
On présente comme une situation naturelle et même comme la faute des Haïtiens eux-mêmes l’état d’arriération et de pauvreté du pays ayant joué un rôle si important dans la multiplication des victimes. Celles-ci se comptent en dizaines et peut-être même en centaines de milliers. Les Etats-Unis sont présentés comme des bienfaiteurs, prêts à venir en aide à Haïti avec des dons, des équipes de secours, des navires de guerre et des Marines.
Un éditorial cynique et malhonnête du New York Times de jeudi commence ainsi : « Une fois de plus le monde pleure avec Haïti » ; ce pays est ensuite décrit comme étant caractérisé par « la pauvreté, le désespoir et le dysfonctionnement qui seraient un désastre partout ailleurs mais qui, à Haïti, sont la norme. »
Et l’éditorial de poursuivre : « Regardez Haïti et vous verrez ce que des générations de mauvais gouvernement et de conflit politique font à un pays. »
Dans un article destiné à montrer les dessous du désastre haïtien, le New York Times dit encore que ce pays « est connu pour ses nombreux malheurs qui sont le produit de l’homme – sa grande misère, ses conflits politiques internes et sa propension à l’insurrection ».
(..) Ce qu’on cache délibérément à l’aide de cette comparaison c’est le rapport véritable qui s’est établi en plus d’un siècle entre la « création de richesse » aux Etats-Unis et la pauvreté d’Haïti. C’est là un rapport basé sur l’usage de la force à la poursuite des intérêts prédateurs de l’impérialisme américain dans un pays opprimé au cours de l’histoire.
Si l’administration Obama et le Pentagone réalisent les plans rapportés dans la presse de déployer un corps expéditionnaire de Marines à Haïti, ce sera la quatrième fois en quatre-vingt quinze ans que les forces armées américaines auront occupé cette nation appauvrie des Caraïbes. Cette fois-ci encore, l’objectif principal d’une telle opération militaire sera de défendre les intérêts des Etats-Unis et de se prémunir contre ce que le Times appelle la « propension à l’insurrection », plutôt que d’aider le peuple Haïtien.
La nature de ces relations remonte à la naissance d’Haïti en tant que première république noire indépendante en 1804 et qui fut le résultat d’une révolution d’esclaves dirigée par Toussaint Louverture et de la défaite ensuite d’une armée française envoyée par Napoléon.
Les classes dirigeantes du monde n’ont jamais pardonné à Haïti sa victoire révolutionnaire. Haïti fut soumise à un embargo international dirigé par les Etats-Unis qui craignaient que l’exemple haïtien n’aille inspirer une révolte similaire dans les Etats esclavagistes du Sud. Ce ne fut qu’avec la sécession du Sud et la Guerre civile que le Nord reconnut Haïti – quelque 60 ans après son indépendance.
Au début du vingtième siècle, Haïti passa sous la domination des Etats-Unis et des banques américaines, dont les intérêts furent défendus par l’envoi des Marines et une occupation de plus de 20 ans, maintenue au moyen d’une répression sanglante de la résistance haïtienne.
Les Marines ne quittèrent l’île qu’après avoir réalisé une « haïtianisation » -- comme le New York Times l’appela à l’époque – de la guerre contre le peuple haïtien en construisant une armée vouée à la répression interne.
Par la suite, Washington appuya la dictature des Duvalier qui dura trente ans et commença avec l’arrivée au pouvoir de Papa Doc en 1957. Des milliers d’Haïtiens moururent aux mains de l’armée et des redoutés Tontons macoute mais l’impérialisme américain considérait cette dictature meurtrière comme un rempart contre le communisme et la révolution dans les Caraïbes.
Depuis les soulèvements de masse qui ont entraîné la chute des Duvalier en 1986, des gouvernements américains successifs, républicains comme démocrates, ont cherché à reconstituer un Etat satellite fiable et capable de défendre les marchés et les investissements de sociétés américaines, attirées par des salaires de famine, et la propriété et la richesse de l’élite dirigeante haïtienne. Cela voulait dire empêcher tout défi lancé à un ordre socio-économique maintenant 80 pour cent de la population dans une pauvreté extrême.
Cet effort continue à ce jour sous la tutelle de Bill et Hillary Clinton – respectivement représentant spécial des Nations Unies pour Haïti et secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères des Etats-Unis – et qui ont tous deux du sang haïtien sur les mains.
Washington a appuyé deux coups d’Etat et a par deux fois envoyé des troupes en Haïti ces vingt dernières années. Les deux coups d’Etat furent montés pour renverser Jean-Bertrand Aristide, le premier président haïtien à être élu par un vote populaire et sans l’approbation de Washington. Les coups d’Etat de 1994 et 2004 ont fait 13.000 victimes haïtiennes. Lors du renversement du gouvernement en 2004, Aristide fut transporté de force hors du pays par des agents américains.
Parce qu’ils avaient besoin des troupes en Irak, les Etats-Unis les ont retirées en 2004, déléguant le travail de répression à une force de maintien de la paix des Nations unies, forte de 9.000 soldats et placée sous la direction de l’armée brésilienne.
Malgré la capitulation d’Aristide aux demandes du Fonds monétaire international et malgré sa disposition à faire des compromis avec Washington, le soutien de masse qu’il mobilisa avec son discours anti-impérialiste en firent une abomination pour les élites dirigeantes tant à Washington qu’à Port-au-Prince. Sur les ordres de l’administration Obama on lui a interdit de retourner en Haïti et son parti politique, Fanmi Lavalas, demeure en réalité hors la loi.
C’est là l’histoire réelle et continue qui « lie », selon la formule d’Obama, Haïti à l’impérialisme US et qui est principalement responsable des conditions terribles ayant fortement aggravé l’hécatombe due au tremblement de terre.
Mais il existe aussi d’autres liens, profondément ressentis devant le déroulement de cette tragédie. Il y a officiellement plus d’un demi million d’Haïtiens résidant aux Etats-Unis et sans aucun doute des centaines de milliers d’autres qui n’y ont pas d’existence officielle. Leur présence est la manifestation des intérêts de classe et de la solidarité qui unissent les travailleurs haïtiens et américains. Leur tâche est d’éliminer ensemble les conditions de pauvreté et de ruine existant dans les deux pays et le système de profit capitaliste qui les a créées.

http://www.wsws.org  

L’histoire qui « lie » les Etats-Unis à Haïti

http://www.alterinfo.net/L-histoire-qui-lie-les-Etats-Unis-a-Haiti_a41564.html



Pourquoi la France aurait intérêt à aider Aristide à rentrer chez lui
http://www.alterinfo.net/Pourquoi-la-France-aurait-interet-a-aider-Aristide-a-rentrer-chez-lui_a41558.html


Séisme d'Haïti : Provoqué ?
(Soit un "12" comme pour la Chine, ou à l'anglais : 1/12 = 112 = n° des secours en Europe, 911 aux USA...).

Ce tremblement est soit naturel (+ que crédible), soit provoqué (cette faille "devait" bouger, on le savait, mais elle aurait pu bouger dans 50 ans..., et les armes climatiques et sismiques sont opérationnelles depuis longtemps et leur sophistication ne fait aucun doute, comme être capable de déguiser par exemple une attaque en "presque vrai séisme" avec toutes les correspondances scientifiques nécessaires, réplique, épicentre, faille etc... La question des intérêts et de savoir à qui et à quoi profite le crime, ne se pose pas sérieusement... Le cas de la Chine juste avant les JO nous avait déjà laissés perplexes, après d'autres comme les tempêtes de 99 en France, le cyclone Katrina et le Tsunami d'Indonésie*... Sans parler de l'eurodéputé** président de la commission chargée de sommer les USA de s'expliquer sur HAARP, et qui s'est retrouvé avec une cassette porno gay et du cannabis dans son bagage, lors d'un passage en douane en 1999 (aéroport de Londres)... Bref, on va s'employer dorénavant à tout vérifier dans le mesure de nos capacités d'investigation. Nous adorons les hasards et les synchronicités probantes... il suffit donc de les collectionner pour ensuite faire une rapide appréciation statistique et voir ce qui semble impossible ou plausible, probable ou indéniable.
Si seconde hypothèse, 2 possibilités :
1) C'est du 1er degré (Haïti était bien l'objectif)
2) C'est une démonstration, en guise d'avertissement pour remettre au pas un pays "ami".
3) Diversion en prévision d'un "cataclysme" d'un autre genre.
Il faut aussi noter dès à présent les coïncidences troublantes et les faits concordants :
- Le président d'Haïti est sorti du palais avec sa femme avant le séisme...
- Les USA arrivent avec 13.500 soldats et des bateaux de guerre, dont au moins 1 porte-avions
- La prise de contrôle de l'aéroport et de l'espace aérien, donc du pays, avec blocage des appareils de secours, notamment pour un hôpital de campagne, comme si sauver des vies n'était pas la priorité...
- Dans le chaos de Port-au-Prince, des policiers ont ouvert le feu dimanche sur des pillards dans un marché, tuant au moins l'un d'entre eux, a constaté l'AFP.
- « Nous avons relevé 20 sites pétrolifères », expliquait Daniel Mathurin, sismologue haïtien en 2008, assurant que les réserves pétrolifères d’Haïti étaient plus importantes que celles du Vénézuela. Une richesse qui augmente l'intérêt stratégique du pays. Pourquoi, dans ce cas, ces réserves ne sont-elles pas exploitées ?
Pour Ginette Mathurin, son épouse, « ces gisements sont déclarés "réserves stratégiques des Etats-Unis d’Amérique" ».
 
*La base militaire US de Diego Garcia n'a pas été touchée par le tremblement de terre du 26 décembre 2004 et des tsunamis qui ont suivi, malgré sa distance d'environ 3200 km à l'ouest de l'épicentre du séisme de Sumatra et malgré son altitude de 8 mètres...
 
Nous ne disons pas qu'il y a eu action "humaine", nous disons qu'il faut aussi chercher dans ce sens, quitte à "prouver" que c'est faux...
A suivre...
 
**Tom Spencer


"Le récent tremblement de terre en Haïti a été causé par une machine utilisant une technologie développée par Nicola Tesla, selon le MI6.

La machine séisme n'est pas HAARP comme je l'ai déjà suggéré, mais plutôt une sorte de dispositif nucléaire, selon cette source et une source de la CIA.".
Et
Plus ce complément :
http://www.dailymotion.com/video/xsd71_nikola-tesla-les-archives-oubliees_tech 

Tout ici : http://r-sistons.over-blog.com/article-haiti-honneur-aux-haitiens-honte-a-l-occident-predateur-et-menteur--43212776.html

_________________________________________________________________________________



13janvier


Haïti: Témoignage de deux rescapés



Je m’impatiente de ne pas voir Rolphe rentrer. Je sors de la maison. Il fait beau, le ciel est bleu. Rolphe est dans la rue à deux mètres de moi. Soudain, je perds l’équilibre, il me rattrape. Un bruit soudain nous terrorise. Je lève les yeux et je ne comprends pas. Mon mari lui, sait de quoi il s’agit dès les premières secondes. Il est à son sixième tremblement de terre. Il en a déjà vécu 2 au Mexique et 3 en Haïti, comme si le destin avait voulu le préparer à surmonter un jour cette épreuve. Il me serre contre lui et m’entraîne vers le milieu de la rue. Il garde les yeux vers le ciel et s’assure que rien ne tombe sur nous. Je suis tétanisée, incapable de réagir. Je suis dans ses bras comme pour danser. Cette valse macabre semble durer une éternité. « Résiste, résiste » me crie-t-il. Il tremble de tout son être et malgré la panique que je lis dans son regard, il reste vigilant. Je me sens prot
égée. Puis le silence, un silence effrayant, comme si on attendait le coup de grâce; ensuite un nuage de poussière s’empare de la rue et nous brûle les yeux. Nous perdons toute visibilité. Je prends peur. Allons-nous rester dans le noir pour toujours ? Une maison du voisinage vient de s’écrouler. A coté de nous, une galerie de béton s’effondre sur notre Jeep. Un peu plus loin, une station de gaz propane explose. Les voisins sont asphyxiés et l’explosion entraîne un incendie qui consume sur place 5 véhicules. Les flammes noirâtres lèchent le ciel.


Les gens courent dans tous les sens pour rejoindre leur domicile et s’assurer que leurs « Love ones » sont sains et saufs. Certains pleurent déjà leurs morts; d’autres lèvent les bras vers le ciel pour implorer sa clémence. La fin du monde ?


Tout le quartier est dans la rue. Au moment où Rolphe s’apprête à rentrer dans la maison fissurée pour récupérer nos pièces d’identité, la terre tremble à nouveau, nous sommes effrayés. La terre aura tremblé plus d’une vingtaine de fois cette nuit là. Nous décidons de rester au même endroit, au milieu de la rue, le plus loin possible de tout ce qui pourrait nous tomber dessus. Tout le monde s’installe dans la rue. Certains pleurent, certains chantent à tue tête, d’autres sont là, figés, assommés. Nous nous installons sur le capot d’une voiture. Nous y passerons la nuit. Nous cherchons à appeler les nôtres pour les rassurer mais le téléphone ne fonctionne pas. Nous avons la chance de trouver un drap, du pain et des petits sachets d’eau pure. La nuit est longue. Vers 23h quelqu’un réalise que le réseau Haitel fonctionne. Une personne nous passe aimablement son téléphone. Rolphe peut joindre un proche qui nous avise que CNN a annoncé 12 répliques. Cette information nous est précieuse car elle nous permet de ne pas trop paniquer alors que, régulièrement, tout au long de la nuit, la terre tremble.

A chaque fois, les cris de peur, les chants, les implorations reprennent. « Nan kisa nou ye la ? *». Toute la nuit, les femmes chantent en tendant leurs mains vers le ciel. Leurs chants expriment à la fois leur détresse et leur foi. «  Jezi Nazaret se ou menm map cheche, Jezi Nazaret se ou menm map rele, ou pa wè, m santi m an danje. **»


Le lendemain à l’aube, nous décidons de faire un tour de reconnaissance. A Lalue, la situation est terrible : maisons écroulées, voitures écrasées, morts et mourants agonisants dans la rue. Une situation indescriptible. Une femme en pleurs nous supplie de l’aider  à dégager sa fille morte coincée sous les décombres.


Rolphe reçoit miraculeusement un appel, le seul que nous aurons. L’appel vient de Corail, sa ville natale où tout va bien. Ils savent donc que nous avons été épargnés mais ne réalisent pas encore la gravité de la situation à Port-au-Prince.


Nous sommes paniqués : « Où trouver refuge ? » Le Canapé Vert est tout aussi effrayant. Un père serrant compulsivement le corps en habit d’écolier de son fils mort s’exclame : « Je ne l’avais pas serré dans mes bras lorsqu’il est parti à l’école hier, alors je le serre maintenant.» Des blessés et des morts partout. La librairie où j’étais la veille est fortement touchée. Ma stupéfaction est totale lorsque nous arrivons devant le Collège Canapé Vert complètement détruit. Je visitais un ami dans cette école 24h plus tôt. Nous angoissons à l’idée qu’il est peut être là, devant nous, sous les décombres. Notre impuissance est insupportable. Aucun policier, aucun secouriste, aucune autorité dans la rue. La Minustah compte quatorze mille membres en Haïti, coûtant 600 millions de dollars par an. Je n’ai pas vu un seul casque bleu à l’œuvre. La population est livrée à elle-même. Le président ne s’est toujours pas adressé à la nation. Rolphe s’indigne. Il dira plus tard : « Notre double malheur vient du fait que la plus grosse catastrophe de notre Histoire ait lieu sous la présidence la plus médiocre de notre Histoire.»


Nous marchons en constatant à chaque instant l’ampleur des dégâts. Les dalles de béton des immeubles se superposent comme des couches de fromage dans un sandwich. En dessous, des survivants lancent désespérément des appels aux secours aux passants impuissants. Certains interviennent à mains nues ou avec des outils de fortune.


Nous atteignons enfin le quartier de Pacot. En montant la rue, nous constatons que ce quartier a résisté et les dégâts sont minimes. Cela nous donne l’espoir de trouver notre amie Michelle en vie et éventuellement refuge chez elle. Ca y est, elle est là devant nous. Quel soulagement ! Nous sommes immédiatement confrontés à un problème d’eau, de vivres et de carburant. Rolphe reprend la rue à la recherche de nourriture. Aucun magasin n’est ouvert, aucune pharmacie, aucune pompe à essence… nous redoutons les jours à venir. Une Epicerie de quartier entrouvre ses portes. Rolphe s’empresse d’acheter un petit sac de riz, un sachet de spaghetti et un gallon d’huile, de quoi tenir quelques jours.

A peine soulagés, nous nous retrouvons face  à un autre dilemme, éthique cette fois. Comment traverser la rue avec tant de provisions devant tant de gens affamés et complètement démunis ?

Dans l’après midi, Rolphe part avec Michelle vers le bas de la ville. Elle s’informe des siens. On vient de dégager un de ses amis qui était coincé sous les décombres dans le bureau du Ministre de la Justice. Micha Gaillard est là devant lui, encore vivant sous les décombres. On attend une pelle mécanique pour le sortir de là. Le lendemain, on apprendra que l’opération a échoué. Presque tous les collègues de notre amie sont morts sur leur lieu de travail. Le bilan s’alourdit d’heure en heure. Les bonnes nouvelles sont rares.


Nos seules sources d’information sont la chaine de télévision française « I télévision » et CNN qui répètent en boucle le peu d’informations qu’ils ont.

24h après le séisme, nous ne trouvons t

oujours pas les moyens de rassurer nos proches à l’étranger, et nous sommes sans aucune nouvelles de nos amis sur place. Dans la soirée, notre hôte nous informe que nous pouvons aviser nos parents chez un voisin via une connexion internet par satellite. Quel soulagement !


Chaque jour la tension augmente. Il ne suffit pas d’avoir survécu, il faut encore survivre et il faut aussi que le voisin ait été épargné sinon l’odeur de son cadavre vous obligera à partir. Dans la rue, un homme résigné exprime son soulagement : « On vient de partir avec le corps de mon frère. Je sais que son âme sera sauvée, il vient tout juste de se convertir au protestantisme ». Plus loin, un enfant crie « au secours, au secours » à deux hélicoptères lointains.


L’approvisionnement en vivres, en eau et en carburant est difficile.


Dans les Hôpitaux improvisés, les médecins opèrent héroïquement sans anesthésie et à la lampe de poche. Ils amputent avec des scies à métaux et désinfectent avec du clairin ou de la vodka.


Le besoin de se protéger est aussi fort que celui de venir en aide aux autres mais comment aider avec les mains nues ? Notre dé
cision est prise : Il faut quitter Port-au-Prince par tous les moyens et vers n’importe quelle destination. Lorsque le Vendredi 15 au matin, un ami nous confirme qu’il part vers la République Dominicaine pour évacuer sa fille de 10 ans, nous décidons de traverser la frontière avec lui.
 

evacuation15janvier


Nous avons trouvé place dans la benne d’un pick up, nous sommes 14 au total. Nous traversons la ville jonchée de cadavres en putréfaction avec des mouchoirs trempés d’alcool devant notre visage.

      
Le sentiment d’impuissance et la situation dramatique que nous quittons nous laissent sans voix. « Ayiti cheri, mwen renmen w. Ayiti, kote ou ye ?*** »


Témoignage de Geneviève Piron et Rolphe Papillon

Sur un de mes blogs préférés, que je vous recommande:

http://alainindependant.canalblog.com/archives/2010/01/22/16614289.html

 

Je viens d'écrire ce texte sur mon blog d'écrivain. Le voici :

Haïti :

Jours de tristesse. Jours de deuil. Nos amis haïtiens jadis victimes de leurs voisins américains, qui soutiennent leurs dictateurs et renvoient leurs héros, puis défaisant leurs chaînes comme les Français en 1789, mais voici que le sort sacharne à nouveau sur eux. La terre gronde. Toute seule, ou un peu aidée par ceux qui maîtrisent si bien la technique et convoitent des terres prometteuses ? Car si les Haïtiens sont pauvres, leurs terres sont riches. Trop riches. Et Wall Street a flairé le bon coup. Vous savez, les financiers n'ont pas leur pareil pour trouver les bons filons, et s'arranger pour les exploiter. Hier en provoquant des guerres, aujourd'hui en jouant les sauveurs.

Une guerre coûte cher, et n'est pas populaire. Il y a mieux: Destabiliser le pays. Révolutions oranges, ou bleues, peu importe la couleur, l'essentiel est de convaincre les jeunes têtes que l'Occident apporte le bonheur, qu'il est le paradis, qu'il comble tous les gourmands, tous ceux qui ont des envies de consommation. Les jeunes sont plus malléables. Et voici les étudiants de Georgie, d'Ukraine, ou maintenant d'Iran, qui veulent leur part du gâteau occidental.  Peu importe s'il ne s'agit que d'un mirage. Les lumières sont belles, les marques sont grandes, la fête, de loin, est tentation.

Mais tout se sait. Sur Internet, les Révolutions oranges montrent leur vraie couleur, et on ne les désire plus. On les dénonce, même. 

Guerres impopulaires, révolutions de couleurs de plus en plus ternes, une autre voie est possible - après tout, la technique a réponse à tout. Et voilà que Chavez, ce trouble-fête, prétendrait qu'à Haïti le tremblement de terre est moins naturel qu'il n'y paraît, et comme si cela ne suffisait pas, les Russes donnent de la voix. Et alors, ces Américains qui veulent rafler les richesses en passant maintenant pour des bienfaiteurs, seraient-ils en train d'expérimenter de nouvelles méthodes pour s'approprier des terres trop convoitables ? Joli travail ! On s'empare, et on passe pour des bienfaiteurs. Les Médias savent mettre en valeur les exploits de leurs maîtres ! Tant pis si les coulisses sont moins reluisants. Les peuples ont juste besoin de savoir que l'armée est morale, que les sauveteurs sont américains, qu'ils nous veulent du bien, et qu'ils savent faire, vraiment bien faire quand ils interviennent. La preuve ! Les aéroports sont fermés aux humanitaires trop pressés. Il faut d'abord sécuriser, bien sûr. Et puis, il ne faut pas que nos braves Haïtiens déambulent au milieu des cadavres. Alors, on interrompt les recherches. Tant pis si, en-dessous, les encore vivants implorent un secours, ou si on aperçoit une jambe. Vite, vite, arrêtons les frais ! Qu'on reconstruise. Justement, il y a des spécialistes pour cela. Et dans leurs bagages, ils emmènent les industriels, les businessmen, les financiers, les actionnaires, tous ceux qui cherchent les terres encore vierges, bien fertiles, tous ceux qui veulent aller plus vite que les Chinois, aussi...

Pendant ce temps, les Haïtiens déblaient à mains nues, se contentent d'un biscuit, s'il y en a encore, pleurent leurs morts, et remercient Dieu de les avoir laissés en vie. Ensemble, en chantant. Joie confiante du pauvre, détresse sublimée. Dieu les aime, lui...   

Alors voilà, rideau. Nous savons, nous télespectateurs, que les Américains sont vraiment les amis de l'humanité, qu'ils accourent dès qu'il y a une catastrophe (pas chez eux, on a vu ça avec Katrina, mais à l'étranger, là où il y a beaucoup beaucoup à faire).   Nous savons qu'ils sont les meilleurs, les mieux organisés, et les mieux relayés par les Médias. Nous savons que le monde n'est rien sans eux. Et tant pis pour les rabats-joie sur Internet, ils doivent se tromper, puisque les journalistes le disent sur les journaux de 20 heures. 

Demain sera comme hier. Pour les "valeureux" Américains, pour les pauvres Haïtiens, et pour les télespectateurs du 20 heures.

(Eva R-sistons)

http://r-sistons.over-blog.com/article-haiti-les-coulisses-interventions-interessees-temoignage-de-rescapes-43467897.html

Le devoir particulier de la France envers Haïti    


A  lire :


Haïti est convoitée depuis longtemps

Selon les armées russes, les Etats-Unis ont provoqué les tremblement de terre à Haïti

Chavez accuse les USA d'avoir provoqué le séisme d'Haïti à l'aide d'armes nouvelles.

Chavez: l'armée US va occuper Haïti, sous couvert d'aide




obama1.jpg
L'Amérique au secours d'Haïti
http://laplote.blogs.courrierinternational.com/


A lire aussi :

Une priorité pour Haïti : l'annulation totale et immédiate de sa dette
Haïti : des questions…
Ils ''veulent unifier l'île d'haïti'' (a lire absolument cet article de
Haïti : naomi klein, les arrêter avant
Ce qu’on ne vous n’entendez pas sur haïti (mais que vous devriez
Haiti, des réserves pétrolifères plus importantes qu'au vénézuela  
Haïti : une occupation us pour le pétrole ?
Haïti, guerre aux pauvres, information enterrée !
Comment ils ont ruiné haïti
Haïti : Exécution sommaire par la police pour le vol d'un sac de riz


Adoptions: L'opinion du Professeur Rita Pitton :
Hier, 33  enfants haitiens  provenant d'une crèche pour adoption sont venus rejoindre leurs parents adoptifs français,  car la procédure d'adoption était terminée . Ce ne sont pas tous des orphelins ; certains ont au moins un parent, mais qui n'a pas les moyens de les élever !!
Et les directrices des crèches veulent envoyer tous les enfants qui s'y trouvent : des centaines !! voilà que certains sur les forums publics parlent de batardisation de la France !!!
Moi je pense qu'on devrait parrainer ces enfants là en Haiti ce qui les aiderait à rester avec leur parent qui pourrait ainsi les élever sur place au lieu de pleurer  leur départ  .
Ce serait moins égoiste je pense ...


Partager cet article
Repost0
23 janvier 2010 6 23 /01 /janvier /2010 21:25
       Spécial Yemen: Le dossier
       L'analyse d'Eva R-sistons
http://r-sistons.over-blog.com/article-dossier-special-yemen-nouvelle-guerre-imperiale-qui-ne-dit-pas-son-nom-42283523.html


250px-Slaves_Zadib_Yemen_13th_century_BN



Spécial Yemen


Voici ce que j'écrivais:

L'imposture des Médias :
Une guerre se prépare contre le Yemen,
et vous n'en verrez pas les images,
contrairement à la guerre en Irak.
Afghanistan, Pakistan, Yemen...
partout des bombardements,
des envois de drones, des attentats ciblés,
des victimes civiles, des millions de réfugiés,
de futures malformations...
Silence Médias : Honteux !

Sur le même post, j'ajoutais cet extrait :

http://r-sistons.over-blog.com/article-lettre-a-mes-fideles-lecteurs-informer-pour-desamorcer-les-mediamensonges-42220565.html

Le 17 décembre dernier, l'aviation des États-Unis a effectué des bombardements à l'aide de missiles sur le territoire du Yémen pour soutenir la guerre entreprise par le dictateur local, homme de paille des USA, contre une partie de ses opposants. Cette intervention aérienne étant épaulée au sol par les trop célèbres « instructeurs » de l'armée américaine.

C'est donc très récemment que les citoyens des États-Unis ont appris que le gouvernement Obama était engagé dans une nouvelle guerre au Yémen, sans que leur président, le tout nouveau prix Nobel de la paix, ait éprouvé le besoin de les en informer au préalable. (..)

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9679


J'avais décidé d'écrire un article sur le Yemen. En attendant, j'ai publié à nouveau mon article (voir précédent post) sur les médias et la guerre, très exactement sur le thème suivant: "La guerre n'existe plus, les Médias l'ont tuée".

Pour commencer, j'ai regardé ce qu'il y avait sur wikipedia (Yemen, guerre civile). Voici, entre autres:


Au début du XXIe siècle, le gouvernement doit faire face à des mouvements rebelles islamistes, en particulier des Jeunes Croyants. En 2004, les affrontements près de la frontière avec l'Arabie saoudite ont fait environ 400 morts. Depuis 2004, le Yémen est aussi confronté à une rébellion armée de la minorité chiite zaïdite dans la province de Sa'dah (nord-ouest), qui ne reconnait pas le régime du président Ali Abdullah Saleh, au pouvoir depuis 1990.

Au début du mois d'avril 2005, les forces du gouvernement ont attaqué la position des rebelles islamistes dans les montagnes du nord-ouest du pays ; trois semaines de combats dans la province de Sa'dah ont provoqué la mort d'environ 200 personnes. En 2009, la guerre civile continue toujours et l'ONU compte 150 000 déplacés [1] . Depuis le 4 novembre 2009, l'Arabie saoudite intervient militairement contre la rébellion [2].


Malgré un ancrage officiel dans le camp occidental et une coopération pour le contrôle de ses côtes, le pays reste un foyer d'instabilité.



Yemen

















sur http://www.dazibaoueb.fr/


L'insurrection au Sa'dah est une guerre civile au Yémen se déroulant dans cette zone montagneuse et pauvre au nord-ouest du pays, le gouvernorat de Sa'dah. Aussi appelée rébellion houthiste, du nom de ses dirigeants, Hussein al-Houthi et ses frères, elle a débuté en juin 2004 lorsque des rebelles zaïdistes ont lancé une insurrection contre le gouvernement yéménite


Les Houthistes se plaignent d’avoir été marginalisés par le gouvernement sur le plan politique, économique et religieux, et demandent le rétablissement du statut d’autonomie dont ils bénéficiaient avant 1962.

Ils sont issus du courant religieux chiite zaydite[5].

Présents sur les hauts plateaux yéménites et notamment la province de Saada, ils présentent de nombreuses différences au niveau du dogme par rapport aux Chiites duodécimains iraniens[5]. De plus, ils partagent de nombreuses interpétations religieuses avec la majorité sunniste chaféite[5].


Au cours de la guerre civile des années 1960, la province a largement soutenu les royalistes[5]. Après la défaite de ceux-ci, elle a donc très peu profité des différentes politiques de développement économique[5]. La région a ensuite vu l'irruption de nouveaux courants religieux sunnistes très rigoristes comme le salafisme et le wahhabisme[5]. Cela va entraîner un regain du zaydisme à partir des années 1980 dans son berceau traditionnel de la province de Saada[5].


Ainsi, les Zaydites se retrouvent à rebours du reste de la population qui voit ses rites unifiés sous l'impulsion du gouvernement central[5]. Malgré l'implication des Zaydites au niveau du pouvoir central yéménite, le président Ali Abdallah Saleh étant lui-même de cette confession, ils sont progressivement stigmatisés, notamment par les Salafistes[5].

Pour faire face à ce qui est ressenti contre un ensemble de discriminations, les Houthistes demandent donc une autonomie accrue[6]. Ils représentent, en 2007, un 30 % environ des 22,2 millions de Yéménites qui sont en majorité sunnites.


Selon Samy Dorlian, enseignant à l'Institut d'études politiques d'Aix-en-Provence, l'origine du soulèvement remonte au 17 janvier 2002 lorsque dans la province de Sa'dah, Hussein al-Houthi, député de 1993 à 1997 du Hizb el-Haq, la principale expression organisationnelle du renouveau zaïdite, donne une conférence dans laquelle il incite ses compatriotes à combattre l'hégémonie américaine sur le monde arabe et musulman.

Les autorités yéménites, engagées depuis le 11 septembre 2001 dans le partenariat de lutte anti-terroriste avec les États-Unis, ont récusé cette démarche et en conséquence, procédé à des centaines d'arrestations[7].


Les rebelles affirment être victimes de discrimination religieuse de la part d'intégristes sunnites qui ont gagné en influence en raison des liens entretenus par le président Ali Abdullah Saleh avec l'Arabie saoudite[8]tandis que le gouvernement déclare que ceux veulent établir un État religieux chiite.


Selon le Département d'État des États-Unis, le gouvernement du Yémen, dans un effort pour freiner l'extrémisme et accroître la tolérance, surveille les prêches incendiaires des mosquées et les déclarations menaçantes politiques et utilise la police et les agences de renseignement pour surveiller les activités des organisations islamiques liée à des organisations internationales[9].


Ce pays est confronté régulièrement à des vagues de violence politique depuis l'indépendance de la République démocratique populaire du Yémen et de la République arabe du Yémen dans les années 1960, ces États étant unifiés depuis le 22 mai 1990 dans l'actuel Yémen mais des mouvements séparatistes sont toujours présents tandis l'organisation terroriste Al-Qaïda est active dans l'est du pays visant entre autres les touristes étrangers[10].


L'Iran voit dans ce conflit une « attaque des Arabes contre les chiites »[12] et son chef d'état-major parle de terrorisme d'État[13].


Le gouvernement central de Sanaa et l'Arabie saoudite tient à présenter la rébellion comme un groupe soutenu par l'Iran, un peu au même titre que le Hezbollah libanais[5],[6]. Il les accuse aussi de vouloir restaurer l'immamat zaydite disparu en 1962[5],[6]. Cela a pour but de chercher à obtenir le soutien de l'Arabie saoudite[5],[11] via un trafic d'arme par l'Érythrée soutenu par l'Iran.


De nombreux intérêts économiques ou politiques se superposent désormais au conflit.

Tout d'abord, le commerce des armes et du carburant est devenu particulièrement lucratif dans une région connectée à la Corne de l'Afrique[5]. Les armes destinées à l'armée sont ainsi régulièrement détournées par les officiers et illégalement exportées[5]. Une partie termine même entre les mains de la rébellion[5].


Politiquement, le conflit attise aussi les luttes de succession entre le fils du président et différents militaires de premier plan[5]. Différents clans cherchent donc à s'emparer des ressources économiques du nord du pays ou à montrer leur force[5].


Enfin, le conflit se superpose aux conflits tribaux du nord du pays depuis que le gouvernement a cherché à recruter des alliés parmi les tribus locales[5]. Ces solidarités tribales contribue à entretenir le conflit via des cycles de violences et de vengeances[5]. Ainsi, les deux principales confédérations tribales ont plus ou moins choisi un camp et soutiennent soit le gouvernement (plutôt le cas des Hached) soit les rebelles (plutôt le cas des Bakil)[5]. Ces luttes tribales tendent à se développer dans tout le nord du pays[5].


http://fr.wikipedia.org/wiki/Y%C3%A9men
http://fr.wikipedia.org/wiki/Insurrection_au_Sa%27dah


250px-Sa%27dah_01.jpg


Depuis, j'ai repéré ces articles :

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont fermé ce dimanche leurs ambassades au Yemen, en raison de menaces de la branche locale d'Al Qaïda. Barack Obama a mis en cause l'organisation dans la tentative d'attentat à bord d'un vol Amsterdam-Detroit, et présente désormais la lutte contre Al Qaïda au Yemen comme une de ses priorités. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont décidé de renforcer leur coopération avec le pays, notamment en finançant une unité anti-terroriste.

A lire sur AP via NouvelObs.com

 Et voilà. Maintenant que leurs ressortissants officiels sont partis, les assassins US et British vont pouvoir attaquer un pauvre Yemen sans défense. Horrible. C'est l'Irak qui recommence : vive le Prix Nobel de la Paix !

http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=9706


200px-Bab_Al_Yemen_Sanaa_Yemen.jpg



Trouvé ceci, dans la droite ligne des méthodes utilisées par l'Empire :

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-les-etats-unis-intensifient-les-attaques-par-drones-et-les-assassinats-dans-l-escalade-de-la-guerre-afpak-42282833.html

Attaques par drones, une spécialité américaine, quant aux attentats ciblés, on a reconnu la griffe d'Israël qui expérimente ses méthodes sur des cobayes vivants - les Palestiniens. Une honte pour un pays qui sans cesse demande de commémorer ses propres persécutions !!  .


Guerre contre le terrorisme
ou contre la population yéménite ?

arton9733-ae248.jpg
Ron JACOBS


Comme si les interventions US en Irak et en Afghanistan n’étaient pas suffisantes pour étancher la soif de sang de l’Empire, les appels en faveur d’une guerre ouverte contre le Yémen se multiplient. La raison invoquée pour cette intervention est que l’homme qui a apparemment voulu faire exploser un avion de ligne le jour de Noël 2009 a séjourné un temps dans ce pays et qu’il aurait pu y recevoir des instructions.
 

Tout comme l’occupation de plus en plus sanglante de l’Afghanistan, Washington veut faire croire au monde que le fait d’attaquer un pays qui héberge des organisations déterminées à résister à la domination US fera en quelque sorte disparaître ces organisations et rendra le monde plus sûr. Ce raisonnement plutôt simpliste ignore quelques faits évidents.


Plus de huit ans de guerre et d’occupation en l’Afghanistan n’ont pas entamé la volonté des individus aux motivations politiques ou religieuses à faire sauter un avion de ligne ou d’autres structures dans leur guerre contre l’impérialisme culturel et économique des Etats-Unis. Pas plus qu’ils n’ont brisé les groupes en Afghanistan qui s’opposent aussi à l’intervention US dans leur pays. En fait, s’il faut en croire les rapports de différents services de renseignement US, ces groupes non seulement continuent d’exister mais ont opéré une mutation politique et sont au moins aussi puissants qu’avant l’invasion US en 2001.
 

Au cours des derniers mois, des zones du Yémen ont été attaquées par des forces soutenues par l’Arabie Saoudite alliée au gouvernement en place. Au cours des dernières semaines, les Saoudiens ont été soutenus par l’armée US.

Il est certain qu’il y a plus en jeu derrière l’escalade de l’intervention militaire US au Yémen que la simple visite de l’aspirant kamikaze M. Abdulmutallab.


L’Arabie Saoudite et le Yémen du Nord se sont livrés une guerre en 1934 lorsqu’un prince allié à Ibn Saud a changé de camp pour prêter allégeance au prince yéménite Yahya. Bien que Riyad ait soutenu les prédécesseurs de la monarchie Zaydi (Zaydi Imams) face au rebelles Houthi lors de la révolution républicaine au Yémen du Nord, l’Arabie Saoudite soutient désormais les successeurs de ceux qu’elle combattait en 1962 (le régime Saleh).


Divisions entre Musulmans attisées par l'Etranger (Eva)

Ce soutien est motivé par des aspects religieux et géographiques, parce que le gouvernement Saleh est principalement sunnite (avec un penchant wahhabite) et l’opposition est chiite. Le fait que le conflit se déroule principalement dans une province frontalière de l’Arabie Saoudite explique aussi les préoccupations de Riyad. La victoire des forces du Yémen du Nord s’est accompagnée d’une augmentation de la répression des opposants à Saleh. Les organisations de défense des droits de l’homme signalent des tortures, des déplacements forcés et des assassinats extra judiciaires. Depuis la défaite de Zaydi Imams en 1962 par les prédécesseurs de l’actuel gouvernement yéménite, la province de Sa’adah au nord-ouest a été ignorée par le régime yéménite et laissée dans un état d’abandon économique. Au cours des années, un sentiment de colère a naturellement germé. En 2004, une insurrection ouverte à Sa’adah a rappelé la province aux souvenirs de l’armée yéménite. Cette rébellion est connue comme l’insurrection Houthi, du nom de son dirigeant le religieux dissident Hussein Badreddin al-Houthi (qui, selon certaines rumeurs, aurait été tué lors de frappes aériennes US et Saoudiennes en novembre 2009).


Le Yémen du Sud était une colonie britannique jusqu’à son indépendance en 1967 après un combat mené par des révolutionnaires socialistes. Après la réunification du Yémen du Nord et du Yémen du Sud en 1990, Saleh a refusé d’accorder du pouvoir aux anciens membres de la République Démocratique du Sud Yémen en échange de leur soutien. Ceci, ainsi que la volonté des anciens dirigeants du Yémen du Sud pour une politique plus progressiste, déboucha sur une guerre civile en 1994.

Le gouvernement de Saleh était militairement soutenu par l’Arabie Saoudite. En 2009, une nouvelle résistance au régime yéménite a vu le jour dans le sud, dirigée par des forces de gauche. L’armée yéménite a riposté à ce soulèvement populaire par une répression ouverte et souvent violente.


En plus de tout ceci, il faut ajouter un groupe qui se nomme Al Qaeda du Yémen (AQY). Il parait peu probable que ce groupe (s’il s’agit réellement d’un groupe terroriste et non d’une opération de manipulation psychologue) prenne ses ordres de Ben Laden ou d’un des dizaines de chefs présumés d’Al Qaeda, mais il semble raisonnable d’affirmer que ses membres sont inspirés par la philosophie et les actions de groupes connus sous le nom d’Al Qaeda.

Cependant, pour les esprits à Washington et dans le reste de l’occident, et en ce qui concerne le régime yéménite, l’existence d’un tel groupe au Yémen est tout à fait utile.

Après tout, si le Pentagone est prêt à escalader sa guerre de basse intensité vers une guerre ouverte au nom du combat contre le terrorisme, alors Saleh et son armée peuvent y trouver un intérêt dés lors qu’ils ont affaire à deux insurrections actuellement en cours contre le régime. En affirmant que les terroristes sont alliés d’une ou des deux insurrections, ou au moins qu’ils sont présents dans les territoires contrôlés par elles, le régime de Saleh peut orienter les frappes aériennes US vers ces zones là. Ce qui provoquera non seulement la désorganisation d’éventuelles cellules terroristes, mais aussi celle des insurrections. Si les frappes sont menées par les forces aériennes yéménites, ce sont bien des armes US qui seront bientôt employées. De plus, la probabilité d’attaques contre les insurrections augmentera si le gouvernement du Yémen réussit à convaincre les Etats-Unis de lui laisser la direction les opérations (sous une supervision des Etats-Unis). Naturellement, une intervention militaire à une telle échelle fera des victimes parmi la population civile, augmentant ainsi la probabilité d’alliances entre les deux insurrections et l’AQY, créant ainsi un lien bien commode entre les trois et garantissant la survie du régime de Saleh.

Cette histoire me rappelle l’utilisation par Israël des armes et financements US pour écraser les Palestiniens et le marché conclu entre Washington et Musharraf du Pakistan au lendemain du 11 Septembre.
 

Comme l’Afghanistan, le Yémen est un pays pauvre. C’est aussi un pays politiquement instable, comme expliqué ci-dessus. Sa proximité avec l’Arabie Saoudite préoccupe Washington principalement à cause des idées que les insurrections pourraient inspirer aux masses déshéritées de l’Arabie Saoudite et déstabiliser le robinet de pétrole dont les Etats-Unis dépendent. Et comme pour l’Afghanistan, on peut dire que la meilleure chance de stabilité et de vie décente pour ses citoyens était sous le régime à tendance socialiste – un régime déstabilisé grâce à une aide considérable fournie par les Etats-Unis.


Ron Jacobs

article original http://counterpunch.org/jacobs12312009.html

Traduction le Grand Soir

URL de cet article
http://www.legrandsoir.info/Interventions-Co-Counterpunch.html

http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-guerre-contre-le-terrorisme-ou-guerre-contre-la-population-yemenite-mecontente--42282640.html 

Lire aussi :
http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-le-yemen-dans-nos-medias-42277903.html


200px-Old_Town_Aden_Yemen.jpg


L' analyse d' Eva R-sistons :

Du Yemen à la conquête de la planète.
En toute discrétion !


Ce nouveau conflit est très grave: Pour plusieurs raisons. Mais avant de détailler, j'aimerais résumer la situation telle que je la vois. Au départ, il s'agit d'un foyer d'instabilité, mettant aux prises des courants de l'Islam différents (cf Wikipedia : "L’islam se répartit en plusieurs courants, notamment le
sunnisme, qui représente entre 80 et 85 % des musulmans, et le chiisme rencontré principalement en Irak et en Iran. Ces deux courants se combattent depuis leur origine")

Ces différences sont exploitées, attisées par l'Etranger. L'Occident divise pour régner, c'est machiavélique. Ensuite, le Yemen  occupe une position stratégique, dans la Mer Rouge, et donc convoitable, d'autant que les rivaux russes, chinois, ou d'autres, peuvent être tentés de s'implanter là où il n'y a pas encore de bases anglo-saxonnes. De surcroît, chaque parcelle de sol peut recéler des ressources que l'Amérique, toujours à l'affût d'espace vital, veut utiliser elle-même pour maintenir son niveau de vie, assurer sa prééminence, continuer à dominer le monde.

Les USA tentent par tous les moyens de perpétuer leur hégémonie, comme toujours par la force puisqu'ils la préfèrent au Droit. Mais il y a plus: Cette zone, en partie sous influence Chiite, intéresse l'Iran, et donc les USA bien décidés à affaiblir l'ennemi qu'ils se sont choisi. Dans ce cadre, on situe mieux la tentative avortée d'attentat, parfaitement grotesque d'ailleurs, du pseudo terroriste d'Al Quaïda, et les inutiles alertes du père à la CIA; je rappelle qu'il existe aux USA des agences chargées d'élaborer les scénarios, plus ou moins crédibles, pour les futures opérations du Pentagone, afin de les vendre au public, via les Médias aux ordres. Nous avons vu cela pour l'Irak (couveuses, armes de destruction massive..), pour la Yougoslavie (la mise en scène des massacres ethniques), pour le Caucase etc etc. Bref, nous avons à nouveau un (projet d') attentat sous fausse bannière, sans doute moins d'Al Quaïda que des services secrets occidentaux, ou au mieux, nous avons un simple prétexte pour justifier ce qui est programmé de longue date. 


Yemen, prémices d'une tactique planétaire ?

Donc, nouveau terrain d'opération pour les USA. Et c'est très grave. Non seulement parce que les populations, évidemment, commencent à souffrir ( raids aériens, drones, meurtres ciblés...), mais parce que ces choix illustrent parfaitement les objectifs réels du Prix Nobel de la Paix, nouveau visage d'une politique qui ne varie pas, furieusement néo-coloniale, impériale, hors-la-loi, comme du temps de Bush. Pour moi, nous assistons aux prémices d'une tactique planétaire: Prendre prétexte d'un fait plus ou moins mis en scène, et complaisamment relayé par une presse servile, pour s'implanter sur toujours plus de territoires: Mise en place de bases militaires et de marionnettes dévouées aux ordres de Washington, pillage des ressources, contrôle des populations et des zones, voire des routes pétrolières, signaux lancés aux rivaux, supplantation des Chinois ou des Russes, etc. A ce tragique jeu, qui commence par des opérations de basse intensité et se termine par la sanglante mise à sac de tout le territoire convoité, les Occidentaux sont passés maîtres. Ils avancent pas à pas, mais tout, au final, tombe dans leur escarcelle... 

Tout cela est d'autant plus grave que les nouvelles guerres de conquête ne disent pas leur nom. Officiellemment, il n'y a pas de guerre. Les erreurs du Vietnam ou d'Irak appartiennent au passé. Désormais, la guerre est silencieuse... Pas de pages spéciales dans les Médias comme pour l'Irak, pas de publicité, tout se déroule dans les coulisses, il n'y a plus de comptes à rendre, la liberté est totale, l'ONU est contourné, les citoyens ne sont plus informés, on ne demande même plus d'autorisation aux Elus des Nations. Tout se fait discrètement, en petit comité, entre dirigeants du complexe militaro-industriel, entre amis, entre futurs bénéficiaires, ou comme dirait notre cher Sarkozy, tout, vraiment tout, est désormais possible. Et tant pis si un peu partout les peuples en font les frais, tant pis s'ils sont massacrés, bombardés, terrorisés, mutilés, blessés, meurtris, démunis, ruinés, dressés les uns contre les autres, anéantis, exterminés, c'est du grand art, disons-le: Du grand terrorisme, du terrorisme absolu, celui d'Etat. Toutes les lois humaines, de guerre, internationales, sont violées, le champ est libre: on convoite, on s'empare... vols, mensonges, crimes, tout est permis.... Le cynisme est total: Liberté absolue, mensonges absolus, crimes parfaits, tout cela au nom de la démocratie, du Bien, de la Paix, de Dieu, même... Quel Dieu, au fait ? Celui de la Bible judéo-chrétienne précise qu'il ne faut ni convoiter, ni voler, ni mentir, ni tuer, ni être orgueilleux, ni préférer Mâmon à Dieu... mais aimer son prochain, le servir, donner sa vie pour lui, etc. Quelle cohérence ?

Ecoutez les Médias, Arte par exemple, ce 3 janvier 2010 : "L'Administration Obama est décidée à éliminer les bases d'Al Quaïda...". Ou sur FR2 : " Il ne faut pas seulement observer, il FAUT intervenir, il faut renforcer la lutte anti-terroriste ! " Que ces choses-là sont bien dites ! Certes, il y aura des victimes civiles (c'est flou - et les millions de réfugiés, par exemple ???), MAIS il s'agit de "frapper les groupes islamiques". Eh oui, il faut s'habituer, maintenant qu'on a jugulé le "péril communiste", il faut réduire à néant le "péril islamiste". Et après ??? On chuchote qu'il y aura toujours un prétexte, parce que le complexe militaro-industriel a besoin de vendre ses armes... Et les journalistes gobent tout ? Et les Elus, quand ils sont consultés, donnent les feux verts, ou les crédits, à ces politiques mortifères, criminelles, réellement terroristes ??? Quelle responsabilité devant leur conscience, devant l'Histoire, devant les peuples, et s'ils se prétendent chrétiens, devant Dieu !


Avec la complicité des Médias...

Voilà, on est passé de la Yougoslavie à l'Irak, de Gaza au Liban, de l'Afghanistan au Pakistan, de la Somalie au Yemen... A qui le tour ? L'Iran, la Syrie, le Vénézuela, la Russie, la Chine ? Le business d'abord... quel que soit le prix à payer par les populations, par... nous ! Car on nous demandera de faire les guerres par procuration... avec Zorro-Sarkozy, on sera d'ailleurs au premier rang, et bonjour les conséquences bactériologiques ou chimiques ! Elle est pas belle, la vie ? J'ouvre Télé-Matin de FR2, hi hi, on rit, on plaisante, on minaude !!!

Demain, entre deux faits divers et deux potins, on nous dira qu'on a réussi à éradiquer un nouveau réseau ou groupe terroriste, et puis service minimum pour les dommages collatéraux, sauf peut-être si une bombe atterrit en pleine noce... Et hop ! On repassera à la santé de Johnny ou aux pitreries de BHL, sans oublier les soldes, ça c'est important, ou les pauvres victimes des grèves ...

Les Nobel ont eu du flair. Obama n'a rien à voir avec son prédécesseur: Effectivement, il est pire ! Même l'Amérique Latine est sur la sellette...

Les dirigeants sont les plus grands terroristes de la planète. Sous de faux prétextes, ils renforcent le contrôle de chaque citoyen, et ils mettent le monde à feu et à sang. Joli bilan. J'en connais qui vont en prison pour beaucoup moins !

Quand on est un veau, on sait où on va : Direction l'abattoir. Pas d'alternative !

Eva R-sistons 

Article plus complet, et avec liens, ici : http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=16801

A lire absolument : Guerre de l'information: Officiellement, il n'y a plus de guerre... Comment les citoyens sont bernés - par Eva R-sistons - 2009-10-25

 


Le faux attentat de Noël
(vol Amsterdam-Detroit)
a été organisé par la CIA

Les buts étaient d'imposer les si indiscrets scanners corporels, qui dévoilent l'anatomie des passagers ; d'augmenter le contrôle des déplacements des citoyens (restriction des libertés) ; de surveiller leurs fréquentations ; et possiblement, d'intervenir au Yémen pour contrôler cette zone stratégique, notamment en cas d'attaque de l'Iran.
Rappelons que le propre père du jeune manipulé, avait prévenu la CIA, et que le gouvernement du Niger avait indiqué à la CIA qu'un attentat était en préparation.
Ce jeune, sans passeport n'aurait jamais pu embarquer à Amsterdam dans le vol 253, sans l'intervention insistante d'un membre de la CIA de type indien !
Précisons que la sécurité à Amsterdam incombe à la filiale d'ICTS, société qui était chargée de la sécurité de Twin Towers (WTC) à l'époque du 11/09/2001...
Quant à l'intervention tardive d'Obama, elle serait due à sa réticence à cautionner cette nouvelle imposture, et sa menace permanente de destitution* aurait encore fait revenir dans le "droit chemin" ce pantin aux mains des grands manipulateurs de l'histoire.
Rappelons encore qu'Al-Qaïda n'existe pas, ce n'est qu'une chimère inventée par la CIA.

Selon Me Berg, M. Obama est en réalité né au Kenya et a acquis la nationalité indonésienne lors du remariage de sa mère. De ce double fait, il n’était pas éligible à la présidence des États-Unis.
Alors que les grands médias ont longtemps ignoré cette affaire, l’opinion publique commence à s’y intéresser depuis la parution d’un appel (publié au tarif publicitaire) dans le Washington Times du 17 novembre 2008.
L’évêque anabaptiste Ron McRae a piégé la grand-mère de Barack Obama en l’interviewant par téléphone pour une émission de radio.
Cette dame, qui n’a jamais quitté le Kenya, a déclaré avoir assisté à la naissance d’Obama. (Source: Artemisia College)



200px-Yemen_carte.png


Sites où vous pourrez poursuivre la réflexion:

www.michelcollon.info
par ex:
Yémen: Ce n'est pas Al-Qaïda que les USA combattent, mais la démocratie
http://panier-de-crabes.over-blog.com/
http://www.voltairenet.org/fr
www.alterinfonet.org
http://www.dazibaoueb.fr
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2010 2 05 /01 /janvier /2010 04:12


Luttons ensemble contre les abus bancaires... 
05.01.2010

ABUS BANCAIRES... LES FRAIS CACHES DES BANQUES...

Banques : attention aux frais cachés !

Savez-vous combien vous coûte exactement votre banque chaque année ? Pour le savoir, encore faut-il pouvoir additionner tous les frais qui vous sont facturés... parfois à votre insu ! Revue de détail, à partir de l’enquête annuelle de la CLCV, association de défense des consommateurs.

Gare aux appels surtaxés

Toutes les banques proposent l’accès à un serveur vocal pour connaître l’état de son compte. Présenté comme gratuit, ce service a cependant un coût : celui de la communication téléphonique. En effet, les numéros sont en général surtaxés. Ils sont facturés à l’appel (forfait) ou à la durée (de 0,12 €/minute à 0,34 €/minute).
L'association CLCV (Consommation, logement et cadre de vie) a calculé que la note à payer pouvait s’élever jusqu’à 37,80 € pour 60 minutes de communication par an. Qu’en est-il pour vous ? Faites le calcul grâce à vos relevés téléphoniques.
Un conseil : abandonnez l’usage de ces serveurs vocaux pour leur préférer une consultation de vos comptes sur Internet (gratuite, ou en tout cas moins chère !).

Retraits : pas toujours gratuits

Aujourd’hui, les banques facturent (souvent au-delà d’un certain nombre, 5 par mois, par exemple) les retraits d’argent aux distributeurs de billets (DAB) effectués en-dehors de leur propre réseau d’agences. Généralement, le prix à payer s’élève à 1 € par retrait. Si vous avez l’habitude d’effectuer de multiples petits retraits au gré de vos déplacements, sans vous soucier de l’enseigne bancaire, la note à payer finira par être élevée.
Sachez également que si vous souhaitez retirer du liquide au guichet de votre banque (sans utiliser votre carte), cette prestation aura souvent un coût (de 5 à 7 €).

A l'étranger, des coûts en cascade

Si vous voyagez dans un pays de la zone euro, pas de problème. Vos paiements par carte, ainsi que vos retraits, seront taxés de la même manière qu’en France. En revanche, si vous partez dans un pays disposant d’une autre monnaie, attention aux frais en cascade.
Sur chaque opération effectuée avec votre carte internationale sera prélevée une commission (un pourcentage de la somme à payer, auquel peut s’ajouter une partie fixe). En général, les paiements par carte sont toutefois moins coûteux que les retraits, taxés par exemple 2,90 % + 3 € ! Il faut donc éviter de multiplier ces derniers. Dans tous les cas, renseignez-vous sur les tarifs pratiqués par votre banque avant de partir.

Virements, prélèvements : attention

De nombreuses banques facturent la mise en place d’un prélèvement automatique, avec cependant quelques cas d’exonération en fonction du destinataire du paiement. Vérifiez si c’est le cas de la vôtre. Par ailleurs, si vous souhaitez mettre fin à ce mode de paiement, il est également possible que des frais vous soient réclamés à cette occasion.
Même chose du côté des virements bancaires, ils sont généralement facturés (sauf parfois entre banques d’un même réseau). Ce n’est donc pas forcément une bonne idée de virer de l’argent sur le compte de votre fils, s’il n’est pas dans la même banque que vous. Et, si le virement a lieu vers une banque étrangère, les frais sont alors souvent très élevés.

Incidents de paiement

Un prélèvement automatique a été rejeté faute de provision sur votre compte ? Il peut vous en coûter de 8 à 35 €, selon l’enquête de la CLCV. Et si, par inadvertance, vous avez fait un chèque en bois, les frais vont s’accumuler. Si le montant de ce chèque est inférieur à 50 €, ils ne peuvent excéder 30 €. Mais au-delà, les tarifs sont libres. Un décret attendu pour l’automne 2007 devrait toutefois modifier ce point.
En attendant, toujours selon l’enquête de la CLCV, le rejet d’un chèque d’un montant de 80 € peut entraîner des frais variant de 30 à 80 € ! Il faut savoir que certaines banques facturent (de 10 à 20 €) le courrier envoyé pour demander au client de régulariser au plus vite sa situation.

Vivre à découvert coûte cher

Les banques proposent en général des découverts autorisés, avec un plafond fixé en fonction des ressources du client (par exemple : 500 €). Mais cette facilité de trésorerie à un coût. Vous devrez en effet payer des agios (en général, le taux varie entre 12 et 17 %). Si vous êtes fréquemment dans le rouge (même pour quelques jours), l’addition sera salée sur l’année.
Sachez toutefois que la souscription à certains packages bancaires donne droit à des taux moins élevés, voire à une absence d’agios sur des petites sommes.

Packages bancaires : au prix fort !

Toutes les banques incitent leurs clients à prendre des services groupés (les packages) plutôt que des services à la carte. Ces offres sont différentes d’une banque à l’autre, mais toutes comprennent en général : une carte de paiement, une assurance perte et vol. Ensuite s’ajoutent des prestations dont vous n’avez pas forcément besoin : plafond de découvert plus élevé avec agios moins élevés, un chèque de banque gratuit, des points de fidélité…
Le coût du pack est souvent débité chaque mois (il paraît ainsi peu élevé), mais rapporté à l’année, faites vos comptes ! Si vous avez besoin simplement d’une carte bancaire et d’une assurance perte et vol des moyens de paiement, il peut être intéressant de payer ces services isolément.

Frais annexes : non négligeables

Vous avez perdu votre carte bancaire ou votre chéquier ? Vous devrez faire opposition, et cela a un coût (entre 10 et 18 €). La banque vous facturera aussi la confection d’une nouvelle carte. Pour un chèque de banque (souvent exigé pour l’achat d’une voiture ou d’un logement), vous devrez débourser de 10 à 15 €.
Toutefois, ces prestations sont parfois "offertes" avec certains packages.
C’est une lecture attentive de la grille tarifaire de votre banque qui permet de vous éclairer sur la multitude de frais auxquels vous pouvez être exposé.

Crédit revolving : gare aux intérêts !

Les banques proposent volontiers à leurs clients un crédit revolving (ou crédit renouvelable). Il s’agit d’une réserve d’argent disponible à tout moment. Son montant est évalué en fonction des besoins du détenteur du compte et de ses capacités de remboursement.
Cette formule peut paraître intéressante pour faire face à des à-coups de dépenses : vacances, Noël… Mais attention au coût des intérêts : ils peuvent atteindre des sommets (par exemple : 17 %) ! A chaque fois que vous avez l’intention d’utiliser votre réserve d’argent, appelez votre banque pour savoir le coût total de ce crédit

Des tarifs à étudier de près

Les banques communiquent peu sur leurs tarifs. C’est à vous de vous montrer curieux. Si vous n’avez pas gardé la grille envoyée par votre banquier, vous pouvez en principe consulter cette liste sur le site Internet de votre banque.
N’hésitez pas à décrocher votre téléphone si l’information vous paraît peu claire. Sachez que vous ne pouvez pas refuser de payer des frais prévus par votre convention de compte. Mais rien ne vous interdit, si vous êtes un bon client, de tenter d’obtenir ponctuellement certains avantages à titre de geste commercial (par exemple : absence de frais d’opposition sur un chèque).

Pour en savoir plus sur l’enquête de la CLCV : www.clcv.org

 http://mouriroudevenirsdf.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/01/05/abus-bancaires-les-frais-caches-des-banques.html


Partager cet article
Repost0
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 18:08
Laurent Pinsolle - Blogueur associé | Mardi 21 Décembre 2010
Et si le franc, le mark et la lire faisaient un jour leur grand retour… Revenir aux monnaies nationales serait un véritable jeu d'enfant, beaucoup plus facile que le passage à l'euro. Un choix qui serait loin d'être un dangereux saut dans l'inconnu, pour Laurent Pinsolle qui se charge de mettre en pièce les objections portées par les adeptes de la monnaie unique.
Non seulement l’euro n’a pas amené la croissance et les emplois promis. Mais on constate tous les jours à quel point il pénalise la croissance des pays qui l’ont adopté comme monnaie unique. Cependant, pour convaincre d’en sortir, il faut aussi proposer une alternative et répondre aux interrogations.

Comment peut-on revenir au franc concrètement ?
La première chose qu’il faut noter est que le retour aux monnaies nationales est un exercice plus facile que le lancement de l’euro puisqu’il s’agit de revenir à la situation d’il y a une dizaine d’années. En outre, il y a des précédents, en Tchécoslovaquie ou dans l’ancienne URSS qui montrent tous que la chose est à la fois relativement simple et peu coûteuse selon les mots même de partisans de l’intégration européenne. Nous sommes loin des tableaux apocalyptiques présentés par certains.

Le jour J de l’annonce (après concertation avec nos partenaires), les marchés devront être fermés pour une à deux semaines pour permettre la réintroduction du franc dans les systèmes informatiques. Il faudra également instaurer un contrôle des changes et restreindre les mouvements de capitaux pour limiter la spéculation. La dette publique pourrait être convertie en francs au taux de « un euro égale un nouveau franc », mais ce ne serait pas forcément utile étant donné que la parité du franc avec l’euro serait stable.

Puisqu’il faudra jusqu’à six mois pour imprimer les nouveaux billets et battre les nouvelles pièces, nous aurons une période de transition. Comme en 1958, lors du passage au nouveau franc, et comme ce qui a été fait en Tchécoslovaquie en 1993, les billets en euro seront marqués en nouveaux francs et, au bout de quelques jours, seuls les billets marqués en nouveaux francs pourront être utilisés. Pour les pièces, nous pourrons utiliser celles avec une face française.

Naturellement, les marchés réagiraient négativement dans un premier temps et les taux longs montraient, renchérissant théoriquement le coût de la dette. Mais la nouvelle autonomie de la politique monétaire française permettra, en abrogeant la loi de 1973, à la Banque de France de financer le Trésor Public, comme aux États-Unis, en Grande-Bretagne ou au Japon, nous protégeant alors des humeurs du marché.

L’alternative de la monnaie commune
Le retour des monnaies nationales ne signifie pas une fin de toute politique monétaire européenne. Nous aurions intérêt à conserver l’euro comme une monnaie commune de réserve. Elle serait, comme avant 1999, une unité de compte composée de fractions des monnaies nationales. Ainsi, elle faciliterait le travail des entreprises du continent, d’autant plus qu’elle pourrait dépasser le cadre étroit de la zone euro.

En outre, le nouvel euro pourrait être un rival international du dollar comme monnaie de réserve. La France devrait proposer de reconstituer un Système Monétaire Européen, où les parités monétaires seraient fixes mais ajustables. De manière à respecter les souverainetés nationales, il conviendrait de laisser le dernier mot aux États pour dévaluer ou réévaluer leur monnaie, mais on pourrait imaginer un système de concertation de manière à favoriser la coopération entre les pays membres.

Pour les pays qui répondent à des critères objectifs (déficit commercial, monnaie surévaluée), la procédure de concertation serait accélérée. Pour les États dont la situation justifierait moins un changement de taux de change, la procédure de concertation pourrait être un peu plus contraignante, même s’il convient de laisser le dernier mot aux pays pour ne pas rentrer de nouveau dans les travers d’une construction supranationale.

L’Europe pourrait également mettre en place une Zone Européenne Financière (ZEF), en rétablissant un contrôle des changes pour mieux réglementer la finance. Ainsi, nous pourrions mieux nous protéger des crises financières venues d’ailleurs. Nous pourrions également instaurer une mise au banc des paradis fiscaux ou mettre en place une taxation sur les transactions financières dont les profits pourraient être partagés entre pays acceptant une fiscalité minimum, de manière à éviter la course au moins-disant fiscal.

Réponse aux objections
Sortir de l'euro : plus facile qu'on ne le croit
Malgré tout, beaucoup de questions vont subsister car les défenseurs de l’euro recourent aujourd’hui à la peur pour essayer de convaincre que le retour aux monnaies nationales serait un dangereux saut dans le passé ou l’inconnu, dont les conséquences seraient dramatiques.

L’objection des dévaluations compétitives

Cette objection est parfaitement légitime puisque le retour aux monnaies nationales permettrait notamment de revoir les parités entre monnaies européennes, et de dévaluer le franc par rapport au mark. Mais, tout d’abord, les dévaluations et les réévaluations au sein du SME dans les années 1970 et 1980 n’ont pas apporté la désolation, loin de là, puisque la croissance y était beaucoup plus forte qu’aujourd’hui.

Selon les chiffres de l’OCDE, la croissance annuelle de la France était de 2,3% dans les années 80, contre 1,5% dans les années 2000 (2,6 et 0,5% pour l’Italie, 2 et 0,8% pour l’Allemagne). Bref, que ce soit pour les pays qui dévaluaient comme pour ceux qui réévaluaient, cela ne semblait pas avoir d’effet négatif pour la croissance... D’ailleurs, beaucoup de pays ont recours à la dévaluation pour relancer leur économie.

En outre, alors qu’un régime de monnaie unique pousse à la compression des salaires, on peut argumenter que des changes ajustables sont plus favorables aux hausses de salaire. En effet, un pays dont les salaires progressent plus vite que ses voisins peut ajuster son taux de change pour regagner en compétitivité. En fait, la possibilité d’ajustement monétaire peut favoriser la progression des salaires (même s’il faut reconnaître que les dévaluations n’ont pas que des avantages).

Enfin, les mouvements monétaires resteraient limités, surtout pour la France, puisque si le franc perdrait de la valeur par rapport au mark, il en gagnerait  par rapport à la peseta ou à la lire. On peut parfaitement imaginer que le nouveau franc conserverait sa parité avec l’euro, le mark passant à 1,1 ou 1,15 euros mais la peseta et la lire tombant à 0,85 ou 0,9 euros. Bref, ce ne serait pas la révolution ou le chaos que certains décrivent, juste des ajustements bienvenus vu l’évolution des coûts salariaux.

L’objection de l’inflation
Certains agitent le spectre d’un retour de l’inflation. Mais si le prix des produits allemands augmenterait, celui des produits italiens, espagnols, portugais ou grecs baisserait. Et même si le franc baissait par rapport au dollar, le regain d’inflation serait tout de même assez limité car plus de la moitié de notre commerce est réalisé en Europe, où le franc serait globalement stable.

L’objection du financement de la dette
Voici une autre objection forte. Même si à long terme, un retour aux monnaies nationales, en favorisant la croissance, devrait rassurer les marchés, il est probable que dans un premier temps, leur réaction soit très négative et qu’ils sanctionnent notre décision de sortir de l’euro, surtout si nous décidons de convertir notre dette publique autoritairement en franc pour éviter toute augmentation suite aux fluctuations monétaires.

Mais en quittant l’euro, nous retrouverons notre indépendance monétaire et il sera possible pour la Banque de France d’acheter les bons du Trésor pour éviter de payer des taux d’intérêt prohibitifs. C’est la politique que suivent les États-Unis, la Grande-Bretagne ou le Japon depuis des décennies. En outre, cela pourrait en partie compenser les pressions déflationnistes de notre économie.

Peut-on en sortir ?
La dernière question que l’on se pose est la possibilité légale de le faire puisque rien n’est prévu dans les traités européens, qui indiquent même que les pays qui n’en font pas partie sont destinés à le rejoindre un jour. Déjà, il faut souligner que la Grande-Bretagne, la Suède ou le Danemark ne semblent pas pressés de rejoindre la monnaie unique européenne, signe assez évident de ses limites.

Car bien au contraire, ces pays ont profité de leur indépendance pour laisser leur monnaie se déprécier afin de relancer la croissance. La Suède enregistre ainsi une croissance de 4% en 2010 et le Danemark de 2,2%, bien au-delà des 1,6% d’une zone euro tirée par la croissance des exportations allemandes qui s’explique par le krach de 2009... La dépréciation de la livre a permis à la Grande-Bretagne d’amortir une crise qui aurait du être beaucoup plus sévère que sur le continent.

Et malgré les traités européens, la France peut de toutes les façons utiliser la convention de Vienne pour quitter l’euro. Nous aurions alors le même statut que les pays qui n’en sont pas membre. A ceux qui soutiennent qu’il vaut mieux affronter la mondialisation avec une grande monnaie européenne, on pourra rétorquer que la Suède s’en passe très bien, tout comme la Corée du Sud. Il n’a jamais été démontré qu’il fallait avoir une monnaie dépassant le cadre national pour croître.

Bref, le retour aux monnaies nationales ne serait pas si compliqué que cela et les plus sombres des objections ne résistent pas à l’analyse. Si tout ne serait pas simple, les bénéfices économiques feraient rapidement oublier cette parenthèse hasardeuse qu’aura été la monnaie unique.

Retrouvez les articles de Laurent Pinsolle sur son blog
 
Partager cet article
Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 06:21
Faire son pain







Faire son pain :

Quelle idée de vouloir faire son propre pain alors qu'on peut tout simplement aller l'acheter dans la boulangerie du coin ? Il y a pourtant plein de bonnes raisons à vouloir faire son pain soi-même ! On peut décider de faire son propre pain par soucis d'économie, pour faire exactement la quantité dont on a besoin, pour choisir des
ingrédients de qualité, par amour du fait-maison, parce que la boulangerie la plus proche est trop éloignée, ...

 

Vous trouverez sur Faire son Pain de nombreuses recettes et de nombreuses conseils pour vous aider à réaliser vous-mêmes votre propre pain, vous aider à choisir une machine à pain, faire votre propre levain, etc ...


Recettes :

Une sélection de recettes toutes testées plusieurs fois !

Recette de pain aux noix
Un pain parfumé qui accompagne parfaitement un plateau de fromage.
Recette de pain complet
Un pain complet basique, agréable à manger.
Recette de baguettines au beurre d’amande
Recette de baguette rustique
Une baguette traditionnelle comme on peut en trouver dans les boulangeries françaises de bonne qualité.
Recette de pain blanc
Le pain blanc est le pain le plus basique, mais également le plus facile à fabriquer.

Voir toutes les recettes



Comment faire ?

  • La grigne
    Marque de fabrique du boulanger, la grigne permet au pain de lever harmonieusement dans le four.
  • Comment conserver du pain ?
    Le pain maison se conserve en général un peu plus longtemps. Voici quelques conseils et astuces pour éviter qu’il ne rassisse trop vite.
  • La cuisson du pain
    Dernière étape de la fabrication du pain, elle est déterminante dans l’aspect doré qu’aura la croûte.

http://www.faire-son-pain.com/





Comment faire son pain :

Tout ce que vous avez jamais voulu savoir sur la machine à pain ! Laquelle choisir, comment l’utiliser, comment adapter des recettes : plein de conseils pour profiter au maximum de votre machine.

Il existe plusieurs types de levain.

Tout savoir sur la fabrication du pain à la main chez vous : le pétrissage, les levées, le façonnage, la cuisson. Plus rien n’aura de secrets pour vous !

Quelques trucs et astuces pour rendre la fabrication de votre pain maison encore plus facile, ainsi que répondre à des questions telles que comment conserver son pain et que faire avec du pain rassis.

http://www.faire-son-pain.com/-Comment-faire-



Recettes :

Une grande sélection de recettes de pain, brioches ou autres spécialités boulangères, avec ou sans machine à pain.

Un pain délicieux pour le petit déjeuner, recouvert d’une mince couche de beurre. Hummmmm !

Une baguette traditionnelle comme on peut en trouver dans les boulangeries françaises de bonne qualité.

Un pain parfumé qui accompagne parfaitement un plateau de fromage.

Un pain à la farine d’épeautre, plus moelleux qu’au blé normal.

Un pain original, robuste et croustillant, parsemé d’une multitude de graines différentes.

Un pain complet basique, agréable à manger.

Le pain blanc est le pain le plus basique, mais également le plus facile à fabriquer.

http://www.faire-son-pain.com/-Recettes-


Ingrédients:

Quels ingrédients choisir pour fabriquer son pain ? Y a-t-il des pièges à eviter ? Quels sont les différents types de farine ? Vous trouverez ici les réponses à ces questions.

Levure de boulanger fraîche ou déshydratée, levain naturel ou levain fermentescible ? Un peu d’aide pour s’y retrouver...

Il existe de nombreux types de farine, différent par leur degré de raffinage et par le grain utilisé pour leur fabrication. Petit récapitulatif.

Elément essentiel dans le pain, la qualité du sel a son importance.

Quelle est la meilleure eau à utiliser pour faire un bon pain ?

http://www.faire-son-pain.com/-Ingredients-


Il existe un nombre important de livres sur la fabrication du pain maison. Voici une petite sélection de beaux et bons livres, détaillés et illustrés comme il se doit.

Sur Internet, on trouve de nombreux sites dédiés au pain, certains plus complets et utiles que d’autres. Voici la sélection de Faire son Pain.

http://www.faire-son-pain.com/



Voir aussi : http://www.terrevivante.org/78-faire-son-pain.htm


Faire son pain :

Une bonne croute, baguette légère, une bonne odeur de froment. A l’intérieur, on doit avoir une mie bien alvéolée. Le pain, ce n’est que de la farine, de l’eau, du sel et de la levure… Ca parait simple, et pourtant, lier ces quatre ingrédients c’est de la chimie à l’état pure et une précision d’horloger dans leur manipulation.

Première étape : faire entrer l’air dans la pate avec un pétrin qui imite les bras de l’homme. Ce geste sert à souffler la pate pour incorporer de l’air pendant le pétrissage.

Seconde étape, la plus importante de toutes, la fermentation. La pate va reposer 20 heures dans un frigo à 5 degrés. On peut voir les bulles qui sont à l’intérieur, tout le gaz carbonique qui s’est formé pendant la nuit. Le gout du pain, il est là, dans ces bulles de gaz carbonique, résultat des attaques de la farine par la levure.

3ème étape, après avoir façonné la baguette, Anis la scarifie. Car les dessins que vous voyez sur votre pain, ce n’est pas juste pour faire joli. Si on ne le fait pas, la baguette va se tordre dans tous les sens parce que les gaz vont chercher à s’échapper d’un peu n’importe où alors que là, ça lui laisse une belle forme à la fin. 250 degrés pendant 10 minutes, c’est très chaud, là aussi, une astuce chimique vient à la rescousse. Là on injecte en fait de l’eau dans le four, ça fait une pellicule de protection pour que le pain ne soit pas attaqué par la chaleur du four. Le temps qu’elle s’évapore, le pain fini de fermenter et prend sa forme finale.

Alors, peut-on reproduire soi-même toutes ces étapes à la maison ?

La famille dans cette vidéo a testé la solution de faire son pain avec une machine à pain. Nous allons voir si la machine arrive à la hauteur du boulanger.

Recette du pain en machine à pain :

27 cl d’eau du robinet, 5 cl d’huile de colza, olive tournesol qu’importe, celle que vous préférez. Ajoutez 500 grammes de farine, une cuiller et demi de sel et un sachet de levure de boulanger, mais attention à ne pas les mettre l’un à côté de l’autre, le sel tue la levure et empêche donc le pain de lever et voilà ; en 3 minutes et très facilement la pâte est prête. La machine va maintenant tout faire toute seule : pétrir, laisser lever, puis repétrir et cuire. Verdict à peine 2 heures plus tard : ce pain aura coûté 2 à 3 fois moins cher qu’en boulangerie et vous en aura contrôlé les ingrédients utilisés. Le résultat ressemble plutôt à un pain de mie, c’est vraiment différent d’une cuisson au four où il y a vraiment une belle croûte croustillante, là c’est un peu plus moelleux. Le goût est effectivement un peu décevant, la mie n’a pas trop de saveur et la croûte est absente.

Faire sa baguette de tradition comme un boulanger

Alors autant apprendre à faire son pain tout seul et au four comme un boulanger. Première règle : bien choisir sa farine. Pour faire une baguette de tradition, on peut mélanger une farine type 65 que l’on trouve facilement en commerce avec une farine bio. Plus le type de la farine est élevé, plus elle est complète ; c’est-à-dire qu’elle comporte une partie de l’écorce du grain de blé. C’est bon pour la santé, mais inutile de s’astreindre à ne manger que ça. Tous les pains frais, même blancs, sont diététiques.

Pour façonner une baguette de tradition, il faut faire un pli pour enlever juste ce qu’il faut des gaz créés par la levure puis souder, faire un deuxième pli, souder, un troisième qu’il faut ramener dans le milieu pour emprisonner ce qu’il reste à l’intérieur pour conserver le goût puis une soudure finale des deux bords. Rouler pour façonner les pointes spécifiques de la baguette tradition, tremper légèrement dans la farine et poser. Il ne vous reste plus qu’à reproduire chez vous ces astuces pour faire une vraie baguette de boulanger.

Recette du pain :

250 g de farine type 65 et un sachet de levure de boulanger, un peu de sel et vous pouvez ajouter des herbes de Provence et de l’ail à la recette pour former une fougasse.

Pétrir en incorporant l’eau petit à petit jusqu’à obtenir une pâte homogène. Laissez reposer environ 2 heures sous un torchon humide dans le frigo.

Repétrir pour chasser les gaz et donnez la forme que vous voulez. Faire des incisions pour que le gaz s’échappe pendant la cuisson, laissez lever pendant 40 minutes pendant que le four préchauffe, puis utilisez l’astuce du boulanger, la vapeur d’eau pour protéger le pain. Laissez une coupelle d’eau pendant toute la cuisson et enfournez. 20 minutes plus tard, le tour est joué.

Ensuite, toutes les fantaisies sont permises : pain aux noisettes, pain au lardon, fougasse, vous allez vous régaler !

http://www.belle-belle-belle.com/video-faire-du-pain-boulanger.html



Faire son pain maison, c'est facile !

Comment faire un bon pain maison en machine ou à l’ancienne ? Quels ingrédients utiliser ? Quels sont les bons gestes à faire ? Retrouvez astuces, conseils, recettes et vidéo dans notre dossier spécial pain. 
 





 


30 recettes de pains maison

Au seigle, aux céréales, au kamut ou au lait, découvrez nos plus belles recettes de pain maison, à faire à la main ou en machine. Voir

 

 

La machine à pain en vidéo

Vous avez entendu parler des machines à pain. Comment fonctionnent-elles ? Voir

Bien utiliser sa machine à pain

Vous avez investi dans une machine à pain ? Suivez nos conseils pour l'utiliser au mieux. Lire

   

Les ingrédients pour un bon pain

Eau, farines variées, sel, levure... De quoi est composé un pain ? Lire

Les techniques pour faire du pain

Découvrez les gestes de base à connaître quand on commence à faire son pain soi-même. Lire

   

Vos trucs et astuces autour du pain

Voici les meilleures astuces de lecteurs sur le forum. Lire







http://www.linternaute.com/femmes/cuisine/magazine/dossier/faire-pain-maison/index.shtml
 

Vous avez une machine à pain ? Racontez-nous !

Pains, baguettes et brioches n'ont plus de secret pour vous ? Témoigner


Partager cet article
Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 06:14

Aventure et surviePetit manuel à l'usage de ceux qui vivent retirés du monde



Vivre en pleine nature : Le guide de la survie douceGuide des plantes sauvages comestibles et toxiques



La nature nous sauvera : Réponses préhistoriques aux problèmes d'aujourd'huiReconnaître facilement les plantes : Identifier, toucher, sentir, goûter



Herbier GourmandBonnes mauvaises herbes



Sans viande et très heureux : Mieux vivre en devenant végétarienLes meilleures recettes végétariennes du monde entier



Ma cuisine végétarienne pour tous les jours Recettes végétariennes


Recettes détoxRecettes bien-être



L'Herbier à croquerGuide de survie en territoire zombie : (Ce livre peut vous sauver la vie)


Petit guide de survie : Conseils, Solutions, Astuces... Face aux situations critiquesRupture : petit guide de survie



Guide de survie pour parents débordésGuide de survie nature : Avec une boussole de survie !


Latitude zéro : 40 000 Km pour partir à la rencontre du mondeProtegor - Guide pratique de sécurité personnelle, self-défense et survie urbaine


Manuel de survie face aux attentats et catastrophes naturelles ou industriellesManuel de survie


Scénario catastrophe ! Manuel de survie : En voyageScénario catastrophe ! Manuel de survie : Avec les enfants


Survivre : comment vaincre en milieu hostileGuide pratique de survie en forêt


Revivre à la campagneLa révolution d'un seul brin de paille : Une introduction à l'agriculture sauvage


L'agriculture naturelle : theorie et pratique pour une philosophie verteLa voie du retour à la nature : Théorie et pratique pour une philosophie verte



                                     http://www.amazon.fr/Aventure-survie 

                                  
http://www.amazon.fr/Guide-survie-nature-

                  tp://www.amazon.fr/voie-retour-nature-pratique-philosophie/





Survie - Elever des poules :
 
De plus en plus, nous avons besoin d’être rassurés par rapport à notre alimentation, et nous remarquons actuellement un véritable retour aux valeurs du terroir…Alors si nous souhaitons avoir des œufs frais à la maison, autant avoir des poules…c’est un peu bobo, d’accord, mais on n’élève pas des poules n’importe comment !

 

C’est pour cette raison que nous avons accueilli sur notre plateau Yann Deroincé, éleveur de poules.


Alors évidemment, élever quelques poules afin d'avoir des œufs frais quotidiennement est à la portée de tous, à condition d'avoir un minimum de terrain à leur offrir : 5 à 10 m² par animal minimum. L'idéal est de diviser un grand terrain en deux et d'y alterner la présence des poules afin de permettre à la végétation de repousser. En dehors des aliments que vous leur donnez quotidiennement, les poules mangent tout ce qu'elles  trouvent : herbes, fleurs, fruits, insectes, serpents, lézards et même parfois un oisillon ou un petit rongeur si ce dernier n'est pas assez rapide pour leur échapper !


Comment nourrir ses poules pondeuses :


Pour nourrir ses poules de manière raisonnable (c'est-à-dire sans entrer dans une logique de productivité), un mélange de céréales suffit (blé, maïs, riz).


Si vos poules ont la possibilité d'aller picorer dans les champs, les prés et/ou les bois aux alentours de leur domaine, il est tout à fait envisageable de ne leur donner que du maïs afin que les œufs aient un beau jaune. En Aquitaine ainsi que dans certaines régions côtières, il est coutume de déverser dans la basse-cour des coquilles d'huîtres ou d'autres coquillages que les poules picorent, ce qui rend la coquille des œufs bien solide.


Soins à apporter aux poules :


Les poules ont besoin de prendre des bains de poussière afin de se débarrasser des parasites. Pour cela, elles se débrouillent très bien toutes seules. Cependant, pendant les périodes pluvieuses, il peut être utile d'aménager une caisse à l'abri dans le poulailler remplie de terre sablonneuse (ou de sable), de cendres (en petite quantité) et d'un peu de poudre de pyrèthre.


N’oubliez pas de contrôler les rats qui volent des œufs mais aussi des poussins si vous faites de la reproduction.


Pour lutter contre les coccidioses sans avoir recours aux produits vétérinaires, ajouter régulièrement du vinaigre de cidre à l'eau de boisson (quantité et fréquence à définir).
Toujours permettre aux poules de pouvoir trouver de la terre et du gravier (indispensable pour un bon fonctionnement du système digestif) : un élevage familial n'a aucun intérêt à ressembler à un élevage industriel.


Encore et toujours, la meilleure solution est d'avoir un maximum d'espace à leur offrir. Plus il y a de l'espace et moins il y a de travail pour l'éleveur.


Un bon poulailler pour de bons œufs !


Tout d'abord, pas besoin de se prendre la tête, les volailles ont besoin d'être au sec et à l'abri des courants d'air. A partir de là, un simple appentis adossé à la maison peut suffire. .


Les règles de bases : 


• Compter 2 m² pour 5 poules.
• Compter 40 cm de perchoir par poule.
• Compter 3 pondoirs pour 5 pondeuses.
• Il faut isoler le sol afin d’éviter les remontées d’humidité et de fraîcheur, un plancher surélevé à base de palettes suffit (attention, il faudra changer les palettes régulièrement), ou un bon lit de paille sur une surface béton convient également (à changer relativement souvent en fonction des dégradations).
• La surface située sous les perchoirs doit être facilement nettoyable (impératif 1 fois par semaine + désinfection 1 fois tous les mois de l’ensemble du local).
• Eviter les perchoirs trop cylindriques, des tasseaux 40x20 dont on aura rayonné les angles seront parfaits.
• Hauteur maxi des perchoirs : 1,60 m pour le plus haut.
• Hauteur des pondoirs : 40 à 50 cm. (La paille des pondoirs devra être changée au moment de la désinfection).


Les races rustiques de poules :


Il existe trois grandes familles de poules, les légères, mixtes et lourdes (ou encore pondeuses, mixtes et à viande). Laquelle choisir ? Réponse de Normand : ça dépend. Les néophytes choisissent en général une race mixte plutôt rustique type Sussex ou Bresses.


Les races pondeuses :


Leghorn, Wyandotte, Rhodes Island, Bourbonnaise, Orpington, Marans. 


Les races mixtes :


Sussex, Orpington, Bresse, Bleue de hollande, Gâtinaise, Cou-nu, New hampsire.


Les races à viande :


Faverolles, Orpington, Houdan.


Démarrer un élevage :


Pour démarrer un élevage, trois possibilités s'offrent au nouvel aviculteur amateur :


• Bien s'équiper (couveuse, éleveuse, etc. ...) et récupérer des œufs fécondés.
• Ne rien acheter et acheter des poules prêtent à pondre ou des poulets démarrés (en fonction de la destination).
• Acheter des poussins d'un jour. (0,80 euros)


Sites internet :

Sources : www.ekopedia.org

Pour acheter le poulailler que nous avons montré : www.Omlet.fr 

 

Livres :

 

L'élevage des poules de Alain Fournier (Broché)
Poules et poulets  Guide de l'éleveur amateur de B. Peittz
L'univers des Poules de Christophe Rosson


http://limousin-poitou-charentes.france3.fr/emissions/c-est-mieux-le-matin/rubriques/conseils/47047877-fr.php



Survie - Jardiner partout 


    Il n’est pas besoin d’avoir 1000 m2 de terrain pour jardiner, on peut pratiquer cette activité à partir du moment où on possède une terrasse, un balcon, on prend des bacs (ou jardinière) et on se lance !
    Il y a plusieurs possibilités : auprès de pépiniéristes ou horticulteurs de grands magasins de jardinage : le personnel est formé pour ça, il se tient à votre disposition pour vous donner tous les conseils : quelle terre ou terreau prendre pour quelle plante, à quelle saison.
    Il existe également des stages d’initiation à la botanique qui sont organisés par des associations ou des boutiques dont l’objectif est de faire découvrir la nature. (Nature et Découvertes)

    Vous pouvez vous rendre dans des bourses aux plantes ou expositions florales : ex  les 12 et 13 mai, en Charente, au Domaine d’Echoisy (2 km de Mansle), le Syndicat de pays ruffécois organise sa 16ème exposition florale : le thème cette année « Le petit monde du jardin »
C’est l’occasion de rencontrer des pépiniéristes, horticulteurs, paysagistes, collectionneurs divers et de leur poser toutes les questions que vous souhaitez.

    Il y a également de nombreux sites internet qui vous donnent des astuces, vous trouverez toutes les coordonnées sur notre site france3.fr


Livres :
Le Manuel du Jardinage pour tous de Annie Lagueyrie-Kraps (Rustica Edition)
Savoir tout faire au jardin, Sélection du Reader’s digest
Jardins de poche de Philippe Bonduel, coll. Plaisirs nature Edit : Solar

Sites internet :
www.gerbeaud.com
www.natureetdecouvertes.com
www.flnjfrance.com

http://limousin-poitou-charentes.france3.fr/emissions/c-est-mieux-le-matin/rubriques/conseils/30953512-fr.php



Survie - La pêche

Vous souhaitez partir à la pêche ? Mais,  vous n’y connaissez rien.

En eau douce…

    Alors sachez qu’il existe des guides de pêche, qui sont là, pour vous initier, vous informer, répondre à toutes vos questions.Pour être éduquer à la pêche il suffit de vous renseigner auprès de la fédération de pêche et de protection du milieu aquatique de votre département.

    Il faut savoir également que cette fédération de pêche intervient en milieu scolaire puisque parmi ses missions, on compte l’initiation à la pêche et la sensibilisation à la protection des milieux aquatiques. En primaire, les enfants apprennent le cycle de l’eau, le poisson, son déplacement et sa reproduction, la chaîne alimentaire….et évidemment, la pratique accompagne la théorie…avec des sorties découvertes.

    La pêche, c’est donc l’occasion de mieux connaître la nature, c’est un loisir, mais aussi un véritable sport très technique.

Il existe des guide de pêche, qui non seulement vous font découvrir nos régions et toutes les techniques.

Par exemple :
Plusieurs formules vous sont proposées :
·  Initiation Mouche et Ultra-léger, salmonidés, carnassiers.
·  Stages de perfectionnement pour les plus forts
·  et le mieux c’est peut-être le guidage accompagnement...

Vous pouvez découvrir les  différents types de matériel (soies, cannes, bas de lignes, moulinets).

Différentes mouches (sèches, nymphes, émergentes etc).
    Pratique sur cour d'eau et plan d'eau (réservoir). ( ex d’un stage de 3 jours : tout le matériel est fourni pour débuter dans de bonnes conditions.(TARIF: 450€  sans compter la carte de pêche ,l'hébergement et déplacements sur les différents parcours.)


Contacter la fédération de pêche du département de votre choix

Sites Internet :
www.unpf.fr (fédération nationale pour la pêche)
www.ffpml.com (fédération de pêche à la mouche)
www.pecheur.com (guide de pêche)

Pour acheter sa carte de pêche :
Fédération départementale de la pêche et la protection des milieux aquatiques ou dans les magasins de pêche ou magasins de sports (Décathlon).



http://limousin-poitou-charentes.france3.fr/emissions/c-est-mieux-le-matin/rubriques/conseils/29292109-fr.php

Partager cet article
Repost0
3 janvier 2010 7 03 /01 /janvier /2010 06:04


http://fr.wikipedia.org/wiki/Taxe_carbone

Anticonstitutionnalité
de la « contribution carbone ».
Décision n° 2009-599 DC du 29 déc. 2009
 

Les cadeaux du Conseil Constitutionnel pour 2010 (II)

Inconstitutionnalité de la « contribution carbone ». Décision n° 2009-599 DC du 29 décembre 2009



Le Conseil Constitutionnel, dont l'activité est amenée à augmenter considérablement à partir de 2010, en raison de la saisine judiciaire, offre en guise de cadeau à la France quelques décisions d'inconstitutionnalité partielle intéressantes.


oOo


Le Conseil Constitutionnel censure dans la Loi de Finances pour 2010 les dispositions relatives à la contribution carbone.

L'intérêt de cette décision n'est pas « politique » comme d'aucuns l'avancent. Il est essentiellement technique. Le Conseil Constitutionnel censure en effet plus le contenu technique des exonérations prévues par la loi et le défaut d'égalité devant la loi qui en résulte que le principe lui-même.


Exposé des griefs :

L'article 7 de la loi de finances pour 2010 institue au profit du budget de l'État une contribution carbone levée sur certains produits énergétiques mis en vente, utilisés ou destinés à être utilisés comme carburant ou combustible ;

L'article 9 institue un crédit d'impôt en faveur des personnes physiques afin de leur rétrocéder de façon forfaitaire la contribution carbone qu'elles ont acquittée ainsi que la taxe sur la valeur ajoutée qui lui est afférente ;

L'article 10 dispose que la consommation de fioul domestique, de fioul lourd et de divers autres produits énergétiques par les agriculteurs fait l'objet d'un remboursement des trois quarts de la contribution carbone ;


L'article 7 fixe le tarif de la contribution sur la base de 17 euros la tonne de dioxyde de carbone émis ;


Des aménagements sont prévus aux articles 7 & 10, qui instaurent, outre des exonérations, des réductions, remboursements partiels et des taux spécifiques.


Certaines émissions sont totalement exonérées de contribution carbone. Notamment celles :

  • des centrales thermiques produisant de l'électricité,
  • des mille dix-huit sites industriels les plus polluants, tels que raffineries, cimenteries, cokeries et verreries,
  • des secteurs de l'industrie chimique utilisant de manière intensive de l'énergie, les émissions des produits destinés à un double usage,
  • des produits énergétiques utilisés en autoconsommation d'électricité,
  • du transport aérien et du transport public routier de voyageurs ;

  • D'autres émissions sont taxées à taux réduit, et notamment :

    - les émissions dues aux activités agricoles ou de pêche, au transport routier de marchandises et au transport maritime ;


    Or, la Charte de l'Environnement (CdE), texte à valeur constitutionnelle, dispose :

    Art. 2 CdE : " Toute personne a le devoir de prendre part à la préservation et à l'amélioration de l'environnement " ;

    Art. 3 CdE : " Toute personne doit, dans les conditions définies par la loi, prévenir les atteintes qu'elle est susceptible de porter à l'environnement ou, à défaut, en limiter les conséquences " ;

    Art. 4 CdE : " ...Toute personne doit contribuer à la réparation des dommages qu'elle cause à l'environnement, dans les conditions définies par la loi " ;


    Les députés et sénateurs à l'initiative de la saisine ont considéré que l'application de ce texte nouveau interdisait au Législateur d'instaurer des exonérations de cette contribution carbone, et qu'il y aurait au regard de la Charte de l'Environnement et des obligations y-instaurées (principe du pollueur-payeur) une rupture de l'égalité devant les charges publiques.


    Décision :


    Le Conseil Constitutionnel rappelle en premier lieu que, conformément à l'article 34 de la Constitution, le législateur est compétent pour de déterminer, les règles selon lesquelles doivent être assujettis les contribuables. Il rappelle également que le principe d'égalité ne fait pas obstacle à ce que soient établies des impositions spécifiques ayant pour objet d'inciter les redevables à adopter des comportements conformes à des objectifs d'intérêt général, pourvu que les règles fixées à cet effet soient justifiées au regard des objectifs poursuivis.


    Puis le Conseil Constitutionnel se réfère renvoie expressément aux des travaux parlementaires pour affirmer que l'objectif de la contribution carbone est de " mettre en place des instruments permettant de réduire significativement les émissions " de gaz à effet de serre afin de lutter contre le réchauffement de la planète. La taxe additionnelle sur la consommation des énergies fossiles est donc soumise au contrôle constitutionnel pour voir si son fonctionnement est incitatif à la réduction des émissions des émissions de GES et si ce fonctionnement se fait en adéquation avec les objectifs incitatifs exposés.


    Le Conseil Constitutionnel rappelle que des réductions de taux (de contribution carbone) ou des tarifications spécifiques peuvent être justifiées par la poursuite d'un intérêt général. Principe largement reconnu, mais qui devait être rappelé. Il donne d'ailleurs quelques exemples d'application de cet intérêt général, dont « la sauvegarde de la compétitivité de secteurs économiques exposés à la concurrence internationale »


    Le Conseil Constitutionnel valide implicitement le principe de l'exemption totale de cette contribution, pourtant en opposition apparente avec la lettre de la Charte de l'Environnement, en créant le test du contrôle de la redondance des dispositifs incitatifs. En effet, pour le Conseil Constitutionnel, l'exemption totale de la contribution ne peut être justifiée qu'à la condition que les secteurs économiques considérés soient spécifiquement mis à contribution par un dispositif autonome ;


    Or, le Conseil retient que si certaines des entreprises exemptées du paiement de la contribution carbone sont soumises au système d'échange de quotas d'émission de gaz à effet de serre dans l'Union européenne, le coût de cet échange est modéré à nul pour les entreprises concernées pendant toute la période 2010/2027, période d'entrée en vigueur progressive de ces quotas. Le Conseil Constitutionnel évalue même à 93 % le pourcentage des émissions de dioxyde de carbone d'origine industrielle, hors carburant, qui seront totalement exonérées de contribution carbone.


    Précisément, les activités assujetties à la contribution carbone (toutes causes confondues) représenteront moins de la moitié de la totalité des émissions de gaz à effet de serre ;


    Ainsi, le Conseil Constitutionnel relève que la contribution carbone portera essentiellement sur les carburants et les produits de chauffage qui ne sont que l'une des sources d'émission de dioxyde de carbone – et certainement pas la plus importante.


    En conséquence, le Conseil juge que, par leur importance, les régimes d'exemption totale institués par l'article 7 de la loi déférée sont contraires à l'objectif de lutte contre le réchauffement climatique et créent une rupture caractérisée de l'égalité devant les charges publiques, et censure le dispositif, (hormis l'exonération temporaire dans les Départements d'Outre Mer)


    Analyse :


    Cette interprétation, téléologique, semble venir en contradiction avec la Charte de l'Environnement, qui précise spécifiquement que « tous » les opérateurs doivent être soumis à cette contribution. Cependant, le test de la redondance donne une solution intellectuelle satisfaisante, même si la logique aurait voulu qu'on mette en oeuvre un système de compensation équivalent à celui existant pour la lutte contre les doubles-impositions en droit international.


    Ce test est intéressant à retenir et mériterait de s'appliquer à d'autres domaines des prélèvements obligatoires.



    L'annonce, politique celle-ci, par le Président N. Sarkozy, de ce que le dispositif Carbone serait re-rédigé à la rentrée de janvier 2010 n'écarte en rien l'intérêt de la décision du Conseil Constitutionnel. Ne serait-ce que parce que le nouveau dispositif devra présenter une imposition minimale pour les secteurs qui étaient jusqu'à là épargnés.


    C'est également l'occasion pour les lobbys professionnels de faire valoir leurs intérêts. On pense notamment à la distorsion de concurrence existant entre le transport aérien et terrestre et celui maritime.


    Ariel DAHAN

    Avocat au barreau de Paris

    DESS de Droit Européen des Affaires 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2009 7 20 /12 /décembre /2009 20:53

Comment limiter facilement
sa consommation d’énergie
pendant l’hiver ?


Posté par
David Naulin

Alors que les premiers grands froids de l’hiver sont arrivés ce week-end, l’ADEME rappelle les gestes malins à adopter pour limiter ses dépenses énergétiques et donc économiser de l’argent, tout en restant au chaud ! En effet, en période de grand froid, la consommation électrique des ménages français atteint des niveaux très élevés. De fortes consommations sur des périodes prolongées peuvent aboutir à des coupures ponctuelles de courant dans les zones les plus fragilisées. Pour répondre à cette forte demande, des moyens complémentaires de production d’électricité (centrales thermiques utilisant des énergies fossiles) peuvent être activés par les différents producteurs français. Ces moyens de pointe sont le plus souvent fortement émetteurs de CO2 ; il est donc indispensable de modérer avec encore plus d’attention notre consommation d’énergie durant ces périodes.


Au quotidien


- Garder un œil sur la température intérieure : 19°C dans les pièces à vivre, 16°C à 17°C dans les chambres, c’est bon pour la santé, le porte-monnaie et l’environnement. Passer de 20°C à 19°C, c’est réduire sa consommation d’énergie de 7%. Et en cas d’absence prolongée, mais aussi lorsque l’on est absent dans la journée, il est important de baisser le chauffage. Il est inutile de pousser les convecteurs électriques au maximum lors de l’allumage : ils ne chaufferont pas la pièce plus vite.


- Empêcher la chaleur de s’échapper : Fermer les volets la nuit et le matin avant de partir de chez soi empêche le froid d’entrer et permet ainsi de réduire sa consommation de chauffage. Il est toutefois indispensable d’aérer son logement : il suffit pour cela d’ouvrir les fenêtres 5 minutes par jour et de penser à éteindre les radiateurs à ces moments-là.


- Limiter sa consommation d’électricité : Pour limiter sa consommation d’énergie, il faut également penser à la consommation des appareils électriques : l’utilisation des lave-linge, sèche-linge et lave-vaisselle en dehors des périodes de pics de consommation, l’extinction des lumières inutiles ou encore la mise hors tension plutôt qu’en veille des équipements (Hi-Fi, ordinateurs…) permettent de faire des économies non négligeables. Le widget de l’ADEME rappelle au quotidien les gestes et astuces pour économiser l’énergie et maîtriser ses dépenses. Exemple de conseil : « Pour éviter les pertes d’énergie, réglez la flamme de votre brûleur à gaz pour qu’elle ne dépasse pas de la casserole ». Le widget est téléchargeable sur
www.faisonsvite.fr/Widget.


En plus des petits gestes quotidiens, il est possible d’agir à plus long terme pour limiter sa consommation d’énergie.


- Bien isoler son logement : Pour limiter ses dépenses énergétiques, il est avant tout important de conserver la chaleur à l’intérieur du bâtiment, grâce à l’isolation. En isolant le toit ou les murs (10 à 20 % d’énergie épargnée), les planchers bas (5 à 10 %), en optant pour des fenêtres à double vitrage (un double vitrage à isolation renforcée améliore votre confort et permet des économies de chauffage de l’ordre de 10 %) et en veillant à l’étanchéité du bâti.


- Entretenir son chauffage, la clé pour maîtriser sa consommation d’énergie. Une chaudière régulièrement entretenue permet de réduire sa consommation énergétique de 8 à 12%. L’entretien, obligatoire tous les ans, est également indispensable pour la sécurité des habitants et permet de réduire le risque de panne et d’accroître la durée de vie du matériel. Si la chaudière a plus de 20 ans, le plus écologique et économique est de la remplacer ! En changeant son ancienne chaudière par un modèle « basse température », on économise de 25 % à 34% de consommation et si on opte pour une chaudière à condensation, on peut gagner de 30 à 40%.


- Réguler son chauffage. Pour maintenir une température constante dans une pièce, on peut poser un robinet thermostatique sur les radiateurs ou un installer un système de régulation (qui commande le chauffage en fonction d’une température choisie) ou une horloge de programmation (qui réduit automatiquement la température la nuit ou quand la maison est vide). On peut ainsi réduire sa consommation d’énergie jusqu’à 10% !


- 
Plus d’astuces pour économiser l’énergie


http://www.cdurable.info/Comment-limiter-facilement-sa-consommation-d-energie-pendant-l-hiver,2213.html






Une nouvelle maison pour transformer ma vie (construire écolo)
Lire l'article entier



20 initiatives pour construire demain
Lire l'article entier





 




Pour la Grippe A (neutraliser vaccin imposé, par ex),
actions en justice, etc :
http://r-sistons.over-blog.com


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche