Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 20:25

International

Saisie aux Emirats arabes unis d’un bateau chargé d’armes nord-coréennes pour l’Iran »

Saisie aux Emirats arabes unis d’un bateau chargé d’armes nord-coréennes pour l’Iran

Les Emirats arabes unis ont intercepté un navire chargé d'armes nord-coréennes à destination de l'Iran, dans une cache dissimulée....

août 29 2009 / Comments Off / Read More »

Chaine financière CNBC: « 1000 banques feront faillite au cours des deux prochaines années » : Selon le PDG d’une banque »

Chaine financière CNBC: « 1000 banques feront faillite au cours des deux prochaines années » : Selon le PDG d’une banque

Environ 1 000 institutions disparaîtront du système bancaire américain au cours des deux prochaines années, a déclaré John Kanas, dont la société de capital...

août 29 2009 / Comments Off / Read More »

Chuck Grassley (sénateur américain) met en garde contre une hyperinflation qui serait pire que celle des années 1980 »

Chuck Grassley (sénateur américain) met en garde contre une hyperinflation qui serait pire que celle des années 1980

« La Fed a la capacité de mettre de l´argent en circulation...si elle ne le fait pas , nous ferons face à une hyperinflation...

août 29 2009 / Comments Off / Read More »

Dick Cheney(vice président de Bush) juge “scandaleuse” l’enquête sur des agents de la CIA »

Dick Cheney(vice président de Bush) juge “scandaleuse” l’enquête sur des agents de la CIA

Dick Cheney qualifie de "mesure politique scandaleuse" la décision de l'administration Obama d'ouvrir une enquête sur les accusations de torture portées à l'encontre de...

août 29 2009 / Comments Off / Read More »

USA/Massachusetts: 1000$ d’amende par jour et 30 jours de prison pour toute personne qui refuserait le vaccin de la grippe porcine !!! »

USA/Massachusetts: 1000$ d’amende par jour et 30 jours de prison pour toute personne qui refuserait le vaccin de la grippe porcine !!!

Une nouvelle loi votée dans le Massachusetts impose une amende allant jusqu´à 1000 dollars par jour et jusqu´à 30 jours de prison pour...

août 29 2009 / Comments Off / Read More »

Banque privée Suisse Wegelin: « Les Etats-Unis surestime leur attraction en tant que centre financier »; cette banque conseille à ses clients de se débarrasser de tous les titres américains »

Banque privée Suisse Wegelin: « Les Etats-Unis surestime leur attraction en tant que centre financier »; cette banque conseille à ses clients de se débarrasser de tous les titres américains

La banque privée Suisse Wegelin a annoncé mardi qu´elle cesserait ses activités aux Etats-Unis. La banque pense que les Etats-Unis surestiment leur caractère...

août 29 2009 / Comments Off / Read More »

Parlement Mondial: Le Parlement Argentin se joint à l’appel pour une Assemblée Parlementaire de l’ONU ! »

Parlement Mondial: Le Parlement Argentin se joint à l’appel pour une Assemblée Parlementaire de l’ONU !

le Congres d’Argentine est maintenant le premier parlement national dans le monde à appeler inconditionnellement pour une Assemblée Parlementaire des Nations Unies. Le nouvel...

août 28 2009 / Comments Off / Read More »

Une grande psychose s’installe alors que la souche de la grippe porcine commence à toucher la volaille »

Une grande psychose s’installe alors que la souche de la grippe porcine commence à toucher la volaille

La combinaison génétique des deux virus « n´a pas été identifiée, mais ce serait un sujet de préoccupation en cas de co-infection de la...

août 28 2009 / Comments Off / Read More »

Bases US en Colombie: Fidel Castro: “Washington contrôlera l’Amérique latine” »

Bases US en Colombie: Fidel Castro: “Washington contrôlera l’Amérique latine”

Les Etats-Unis cherchent à "endiguer la révolution bolivarienne et à se rendre maîtres du pétrole et des autres ressources naturelles du Venezuela"....

août 28 2009 / Comments Off / Read More »


Nouvel Ordre Mondial

Parlement Mondial: Le Parlement Argentin se joint à l’appel pour une Assemblée Parlementaire de l’ONU !

Parlement Mondial: Le Parlement Argentin se joint à l’appel pour une Assemblée Parlementaire de l’ONU ! »

le Congres d’Argentine est maintenant le premier parlement national dans le monde à appeler inconditionnellement pour une Assemblée Parlementaire des Nations Unies. Le nouvel organe proposé est conçu comme un premier pas vers un parlement...

août 28 2009 / Comments Off / Read More »
« En Amérique, les sociétés n’ont pas la mainmise sur l’Etat. En Amérique, les sociétés sont l’Etat »

« En Amérique, les sociétés n’ont pas la mainmise sur l’Etat. En Amérique, les sociétés sont l’Etat » »

Wall Street, les méga-sociétés et les « super-riches » ont pris possession du gouvernement américain, que nous appelions autrefois notre gouvernement....

août 28 2009 / Comments Off / Read More »
Les agents à la solde de l’empire sont démasqués : La famille Krongard, le 11 septembre, et Blackwater/Irak

Les agents à la solde de l’empire sont démasqués : La famille Krongard, le 11 septembre, et Blackwater/Irak »

Tous les membres de la société Blackwater en passant par Bush, Cheney, Blair, et tous les membres du groupe Bilderberg, ont ouvertement commis des atrocités, sans précèdent...

août 28 2009 / Comments Off / Read More »
USA : Les camps de concentration destinés à accueillir les dissidents sont prêts !

USA : Les camps de concentration destinés à accueillir les dissidents sont prêts ! »

Il s´agit notamment du fait que des camps de détention ont été aménagés et sont prêts pour l´internement des citoyens en cas de troubles insurrectionnels de grande envergure. ...

août 25 2009 / Comments Off / Read More »
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 20:20
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 20:16
Mondialisation : que restera-t-il des Etats-nations ?



La mondialisation est généralement présentée par ses défenseurs comme une évolution inéluctable, une opportunité, soutiennent-ils, de généralisation du développement économique et humain à l’échelle planétaire. Ses détracteurs y pointent, au contraire, de nombreux dangers qui, au-delà des ajustements technico-réglementaires, nécessitent une remise en cause de ses modèles idéologique et politique. Opinion.


 

Petit rappel historique


La mondialisation actuelle découle d’un processus géo-historique qui a visé de tout temps à créer un espace mondial plus ou moins interdépendant. Vers le milieu du 19ème siècle, l’aboutissement du développement industriel en Europe amena, grâce aux chemins de fer et à de nouvelles liaisons maritimes, un début d’extension sans précédent de l’espace du commerce mondial. Quelques décades plus tard, le monde entra dans une nouvelle époque coloniale avant que la montée des nationalismes et le retour du protectionnisme, conséquences des grandes crises de l’entre-deux-guerres – années 1930 –, ne viennent mettre en veille cette mondialisation.

Après la seconde guerre, il fallut attendre 1970 pour que la part du commerce international dans la production mondiale retrouve le niveau qu’elle atteignit en 1913(*). L’abandon par les Etats-Unis des accords de Bretton Woods(*) en 1971 a consacré la suprématie mondiale du dollar. Trois ans plus tard, le décrochage de la sphère financière [1] par rapport à la sphère économique réelle, suite à la levée par les Etats-Unis des restrictions sur l’exportation de capitaux, marqua l’entrée de la mondialisation dans une nouvelle phase : la globalisation devient la réponse à une réalité idéologique dictée par l’indépendance du capital financier par rapport aux capitaux industriel et marchand.

Cette nouvelle mondialisation recouvre trois étapes selon l’OCDE :

<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->L’internationalisation à travers le développement des flux d’exportation ;

<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->La transnationalisation par le développement des flux d’investissement et les implantations à l’étranger ;

<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->La globalisation via la mise en place de réseaux mondiaux de production et d’information, au moyen notamment des nouvelles technologies d’information et de communication(NTIC).

Notons que les anglo-saxons parlent de globalisation et non de mondialisation (terme qui n’a pas son équivalent en anglais).

Selon Laurent Carroué [2], la mondialisation actuelle est "un processus de diffusion du système d’économie marchande dans l’espace mondial qui entraîne l’émergence d’économies-monde (au sens de Braudel, de Wallerstein ou de Bairoch). La logique du capitalisme marchand fait intervenir dans la mondialisation une logique de domination". Alors que le terme "globalisation", doit être réservé à "l’ensemble des phénomènes affectant l’ensemble de l’espace terrestre comme globe … qui sont à gérer à l’échelle du globe ".

Début des années 1990 : la nouvelle mondialisation prend son envol

Le formidable essor des NTIC ainsi que l’ouverture de la chine et l’échec du communisme Soviétique font entrer le processus de mondialisation dans une nouvelle phase accélérée de globalisation au début des années 1990. L’objectif des architectes de la mondialisation est de généraliser à l’échelle planétaire les interdépendances entre les Etats-nations, non seulement sur le plan commercial et financier mais aussi socio-économique, culturel, politique et écologique.

Libre marché, libre concurrence, compétitivité économique, placement du capital financier là où l’argent, suivi au jour le jour, rapporte le plus, délocalisation de la production là où elle coûte le moins cher, stimulation de la consommation et in fine de la croissance… deviennent les maîtres mots d’une mondialisation caractérisée par la banalisation de l’accès à l’information, l’avènement d’une nouvelle culture, celle du cyberspace, mais également par des crises financières à répétition.

L’ouverture des Etats-nations sur les marchés financiers internationaux avait en effet déjà provoqué des crises de plusieurs types : crash boursier ou crise de la dette étatique (bons du Trésor, obligations…) menant à une crise de liquidités, faillites bancaires dues à une crise de liquidités ou l’inverse et, enfin, crise de change qui survient lorsque une monnaie perd plus de 25% de sa valeur en un an par rapport à une monnaie de référence.

Ces crises deviendront plus régulières au cours des années 1990 touchant certains pays nouvellement ouverts sur la nouvelle économie dite mondiale : Mexique (1994), Asie du sud-est (1997), Russie (1998) et Brésil (1999). Outre les conséquences dévastatrices qu’elles ont occasionnées pour le système financier et l’économie réelle de ces pays, elles n’ont pas manqué de se propager à d’autres pays qui en étaient économiquement dépendants. C’est ainsi qu’en 2001, la crise financière frappe à son tour l’Argentine [3] sous l’effet, certes, d’une intégration précipitée des marchés de capitaux (90% des banques et 40% de l’industrie aux mains de capitaux internationaux), mais aussi de la crise Mexicaine, ayant entrainé une baisse notable des flux de capitaux dans cette région, et celle du Brésil, principale destination des exportations Argentines.

Ces crises ont en commun d’avoir, toutes, profité au Capital financier dans la mesure où ce dernier finit toujours par fructifier ses placements [4]. Les organisations internationales (FMI, BM…) interviennent toujours de la même manière : elles imposent, en contrepartie de leurs aides, des réductions draconiennes des dépenses étatiques (salaires, Education, Santé…) nécessaires pour le remboursement de la dette contractée à des taux intégrant une prime de risque-pays plus importante. Et pour certains de ces pays (cas de l’Argentine), ces aides sont conditionnées, en plus, par de nouvelles déréglementations touchant souvent des secteurs stratégiques à forte valeur ajoutée (énergie, mines, télécommunications…).

Une grosse crise en 2008 après 20 ans de crises financières à répétition

Au lendemain de la confirmation de la crise financière aux Etats-Unis, au lieu de la comparer aux crises financières récentes qui l’avaient précédée pour en tirer les enseignements, l’attention a été focalisée presque exclusivement sur la comparaison avec la crise de 1929 qui n’était pas de même nature. Voici ce qu’inspirait cette comparaison à l’économiste Olivier Pastré [5] en octobre 2008 :

"Ceux qui pensent que nous vivons une situation semblable à la crise de 1929 sont, dans le meilleur des cas, irresponsables. Il n’y a aucune comparaison à faire entre la situation actuelle et la crise de 1929. A cette époque, le ralentissement de l’économie avait précédé les faillites bancaires. Actuellement, la croissance reste dynamique, atteignant environ 4% au niveau mondial. Par ailleurs, en 1929, les banques centrales avaient fermé le robinet du crédit. Elles ont tiré l’enseignement de cette erreur, et elles ont donc favorisé la liquidité sur les marchés depuis plus d’un an."

Arrêter la comparaison à ce premier remède palliatif, qu’est la sur-injection de liquidités tous azimuts aux frais des contribuables, en dit long sur la gravité de la crise actuelle. Etant donné que les Etats-Unis dominent le monde sur les plans financier, économique et surtout monétaire, la crise n’a pas manqué de contaminer de manière décisive le système financier international et, par la récession qu’elle a induite, toute l’économie mondiale. La crise de 2008 et celles qui l’ont précédée appellent une réforme en profondeur du système financière international.

La mise en place d’une nouvelle architecture et d’une nouvelle réglementation, avec l’adoption d’une nouvelle monnaie de référence mondiale en lieu et place du dollar, devrait être précipitée par l’ampleur de la crise et les tensions actuelles sur ces questions entre les Etats-Unis, l’Europe, le Japon et les pays émergents dont essentiellement ceux du groupe BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine).

La question qui se pose alors avec acuité est de savoir si les Etats-nations réussiront, ensemble, cette réforme ou seront-ils confinés à terme par le capital financier dans leur rôle de gendarmes nationaux de la mondialisation actuelle ?

En réalité, au-delà de ses risques techniques, la mondialisation, par son idéologie excessivement libérale, comporte d’autres dangers qui s’imposent déjà aux Etats-nations.

Les dangers intrinsèquement liés au libéralisme excessif

L’aggravation des inégalités des revenus et de la pauvreté

"Le XXe siècle a été marqué par une croissance moyenne remarquable des revenus, mais qui, à l’évidence, a été inégalement répartie. L’écart entre les riches et les pauvres, qu’il s’agisse des pays ou des personnes, s’est creusé. Le PIB par habitant du quart le plus riche de la population mondiale a pour ainsi dire sextuplé, tandis que celui du quart le plus pauvre a moins que triplé. Les inégalités de revenu se sont manifestement aggravées".

Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette citation est tirée d’un rapport du FMI [6] datant de l’année 2000 et faisant référence à une étude de 42 pays représentant près de 90 % de la population mondiale. "La production par habitant a augmenté sensiblement mais la répartition du revenu entre les pays est plus inégale qu’au début du siècle", précise ledit rapport.

Cette répartition inégale entre pays s’explique par le fait que, dans un commerce international dopé par la mondialisation, la part des produits manufacturés fabriqués dans les pays avancés ou assemblés pour leur compte (grâce aux délocalisations) dans les pays émergents a enregistré l’augmentation la plus significative au détriment des produits de base (denrées, énergie) qui viennent souvent des pays pauvres.

Quant à la pauvreté, les chiffres officiels se font évidemment rares mais une analyse des impacts sur le marché du travail de l’idéologie libérale, qui domine la mondialisation, permet de dégager certaines tendances inquiétantes.

Le premier impact, bien connu, est celui des déréglementations qui suppriment en nombre les emplois étatiques selon la règle du capital privé qui veut que le maximum de profits soit obtenu avec les coûts les plus faibles possibles et donc le moins possible de masse salariale.

Le deuxième impact réside dans le fait que les nouveaux emplois générés grâce à la mondialisation sont, d’une part, soit limités en nombre (grâce aux progrès technologiques) ou à forte exigence de qualification (nouvelles technologies, services…) - et concernent donc plutôt les pays avancés ou les rares nouvelles économies industrialisées – soit, d’autre part, il s’agit d’emplois en masse, précaires et très faiblement rémunérés, dans les pays en développement qui s’adressent plutôt, en grande partie, aux travailleurs venant du milieu rural ou des pays pauvres.

Le troisième impact concerne les pays avancés dans lesquels la mondialisation finit par installer un chômage structurel. En effet, les mutations apportées dans le marché du travail de ces pays handicapent les travailleurs les moins qualifiés du fait du progrès technologique ou ceux exerçant dans les industries sur le déclin, à cause des avantages qu’offrent aux investisseurs les délocalisations dans les pays à bas salaires. Ces délocalisations ont commencé ces dernières années à porter sur certains emplois qualifiés (techniciens, programmeurs informaticiens…) du fait du développement croissant de la production industrielle et des services dans les pays émergents ou en développement.

Etant donné que les revenus sont inégalement répartis entre les riches et les pauvres, on peut ainsi affirmer que la mondialisation aggrave la pauvreté, non pas au sens où elle aggrave la situation de ceux qui sont déjà pauvres mais dans la mesure où globalement elle est propice à accroitre leurs nombres à travers le monde (nombres de nouveaux pauvres générés par la mondialisation vs nombres de pauvres intégrés dans la classe moyenne).

L’affaiblissement du rôle des Etats-Nations

Le Marché ayant toujours raison (!), les gouvernants sont appelés de plus en plus à se confiner dans un rôle de gestion technique ou managériale des impacts de la mondialisation, avec tout ce que cela impose comme banalisation de la vie politique dans les Etats-nations.

Les résultats des programmes des partis politiques, de droite comme de gauche, traditionnellement portés au pouvoir dans les pays démocratiques, ne sont-ils pas de moins en moins différenciés par les électeurs ?


Parmi ces impacts on peut citer :


<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->L’aggravation du chômage et de la pauvreté que les Etats-nations doivent traiter à travers la protection sociale, la réinsertion professionnelle et les mesures d’aides aux catégories les plus démunies. La généralisation de l’accès au crédit sert à contenir les fractures sociales au niveau de la classe moyenne.

<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->La problématique de l’endettement qui, faute de pouvoir augmenter la pression fiscale synonyme de fuites des capitaux, occasionne le plus souvent un traitement technique visant à renégocier et à rééchelonner à long terme la dette à des conditions souvent plus intéressantes pour les créanciers et ce, au détriment du développement socio-économique. Si elle n’est pas résolue structurellement, cette problématique pourrait même provoquer à terme la remise en cause des acquis en matière de protection sociale.

<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->L’affaiblissement de l’identité et des cultures nationales à cause de la prédominance du cyberspace ainsi que les menaces sécuritaires qui poussent les états-nations à une gestion plus vigoureuse des conflits et des troubles sociaux. Il convient de signaler également que les flux migratoires que provoque la mondialisation ainsi que les tensions sociales qu’exacerbent le chômage, la pauvreté et les guerres [7], font monter les communautarismes et le racisme.

<!--[if !supportLists]-->· <!--[endif]-->Les difficultés croissantes pour les pays en développement pour s’industrialiser, seule issue pou accélérer leur développement socio-économique, du fait de la forte compétitivité des produits manufacturés des pays avancés ou émergents et du difficile accès aux marchés d’exportation.

 

En conclusion, la mondialisation pourrait favoriser la paix et la coopération, par les interdépendances qu’elle crée entre les Etats-nations – notamment dans le cadre d’ensembles régionaux - et le rapprochement des hommes, des cultures et des distances qu’elle apporte par la banalisation de l’accès à l’information et aux moyens de communication et de transport. En revanche, l’idéologie libérale excessive et la logique de domination qui caractérisent la mondialisation actuelle constituent les principales menaces qu’elle fait planer sur les Etats-nations.

Un an après l’éclatement de la crise financière, il est fort probable qu’en attendant de se sortir de la crise économique qui s’en est suivie, les Etats-Unis tenteront d’obstruer ou de limiter la refonte du système financier international, à mois que ce pays n’implose de lui-même ou que la crise économique et la course au contrôle des réserves énergétiques ne précipitent un nouveau rapport des forces sur la scène mondiale.

Ben Khabou (29 août 2009).


Sources :

(*) WikPédia.

[1] http://www.dauphine.fr/siroen/colloqueehess.pdf

[2] http://www.ac-rouen.fr/hist_geo/doc/cfr/mond/mond.htm

[3] http://users.skynet.be/cadtm/pages/francais/criseargentinezac.htm

[4] http://www.oid-ido.org/article.php3?id_article=613

[5] http://marches.lefigaro.fr/stocks/actualites.html?ID_NOTATION=1544924&ID_NEWS=85659308&LANG=fr

[6] http://www.imf.org/external/np/exr/ib/2000/fra/041200f.htm#III

[7] http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/un-moyen-orient-nouveau-les-60392


http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/mondialisation-que-restera-t-il-60811

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 20:04


Développer le microcrédit : les promesses du peer-to-peer

Le microcrédit est un prêt de petit montant généralement attribué à des personnes exclues du système bancaire traditionnel. En France sont considérés comme exclues les personnes dont le compte en banque a été fermé mais aussi celles qui, ayant un compte, n’ont pas accès à tous les services de la banque (crédit, etc). Mais cette exclusion se manifeste surtout par la non-adaptation et donc la non-utilisation des services et produits bancaires par les ménages ayant de faibles ressources. On estime à environ 5 millions de personnes en France qui en sont exclues.

On peut distinguer deux types de microcrédit : le microcrédit social et le microcrédit entrepreneurial ou de projet.

 -Le microcrédit social est un crédit qui permet de financer un bien ou un service à très forte valeur ajoutée pour la personne concernée qui permettra une réinsertion sociale. Passer le permis de conduire pour trouver un travail, acheter une voiture pour aller travailler, payer une caution pour trouver un logement. Le microcrédit social n’est donc pas un crédit à la consommation pour des personnes fragiles financièrement mais bien un instrument financier au service de la réinsertion sociale. C’est donc un crédit productif et il peut être envisagé comme une forme d’investissement.

 -Le microcrédit entrepreneurial est un prêt de capital qui permet de financer un projet de création d’entreprise. 92% des entreprises qui se créent en France ont des besoins en capitaux inférieurs à 8000€. Les entreprises financées par le microcrédit ont des taux de viabilité à 5 ans égaux voire légèrement supérieurs aux entreprises créées sans l’appui de microcrédit.

Accéder au crédit et à l’emprunt devient avec la crise de plus en difficile et quasiment insurmontable pour le demandeur de microcrédit. En outre le coût d’une enquête permettant de vérifier la solvabilité d’un client est de l’ordre de 700 €. Ce qui explique que les banques soient peu enclines à développer cette activité.

Afin justement de pallier cet obstacle, le fonds de cohésion sociale a été mis en place pour faciliter l’accès au crédit des populations exclues désirant financer leurs projets de création d’emploi ou d’entreprise et aux entreprises insérant des personnes en difficulté.

Le Fonds apporte sa garantie aux établissements bancaires accordant des microcrédits pour financer le fonds de roulement ou d’investissement de ces entreprises. Pour cela, les créateurs doivent être accompagnés par des réseaux d’aide à la création d’entreprise.

Si ce fond est une très bonne initiative il ne permet toujours pas de sortir le microcrédit de son aspect confidentiel. L’Adie, premier acteur du microcrédit en France n’a financé qu’un peu plus de 12000 prêts en 2008 soit moins de 5% de la demande.

La crise financière en remettant en cause le système financier peut être une opportunité pour développer de nouveaux outils aux services du microcrédit.

Le peer-to-peer ou échange entre particuliers peut faire partie de ces outils. Internet est naturellement un lieu d’échange. Echange d’information, échanges de bien (ebay), échange de services, avec les réseaux sociaux de proximité. Pourquoi ne pas échanger des services financiers, ici en l’occurrence des microcrédits ? Pourquoi ne pas coupler les réseaux sociaux de proximité avec une plateforme de distribution de microcrédit ? Les prêteurs pourraient ainsi investir dans des projets concrets et de proximité, afin de remettre de l’humain et du concret dans ce qui a été jusqu’ici le pré carré des banques.



http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/developper-le-microcredit-les-55556
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 19:55


T’as la Malbouffe Indigeste mon Big-Mac !
... Et c’est mondial ! L’on finalement réussit, plus ou moins à standardiser la bouf ! Les chenapans de l’agro-obèse-alimentaire ; que ce soit à Rio, Paris, Tokyo ou chez moi en bas, les paninis farcies à la merde Herta, les pizzas Hutt avec trucs plastics congelés, les chaines qui déchainent les passions MC Do-malodorantes, les plats réchauffés droits sortis du congélo, les... Bref, vous avez capté je expère ?
 
 
 En plus ce qui est bien c’est que le « consommateur » (on ne dit plus l’acheteur ou le convive), trouve ça bien de bouloter la même merde (le produit qu’ils disent) jour après jour, et pas à prix cassés hein mon goret ! L’en redemande le gougnafier. Imaginons que je soite ? Tiens un mec qui arrive d’une autre planète, Mars ; et ben j’me dirais ; Bizarre ? Ceuxces qui se n’hommes humains bouffent la même chose que ceux qu’ils appellent bestiaux-animaux, le conditionnement change c’est tout, puis ; Puis ensuite ils les bouffent... On devrait faire comme dans le film Le Soleil Vert, transformer nos vieux en flocons pour breakfast, et les bouffer directo, comme ça les pauvres bêtes arrêteraient de souffrir ? Oui, mais vu comme ça c’est un peu à gerber, mais chers con-vives et foutez moi le pet. C’est ce que vous faites (quelle fête) à chaque « repas »- ou temps alimentaire, pris à fond la caisse, « parc’ que trop occupés » à quoi ? Ben à consommer, à quoi ? Ben à produire, ben à quoi ? A r’garder les pubs à tv, ben à quoi ? Ca donne faim les pubs... Sommes devenus des poulets en batteries, 9m2 chacun (pas pour tous suivez mon regard cap-Nègre). Un p’tit chez soi ; Micro-onde – décongélation – sauces Machin sucrées – avé siyou plait des frites produites par des patates venues d’ailleurs. D’ailleurs, s’avez-vous encore reconnaître un vrai fromage ? Vous savez ce truc qui coule et pue, 40% matières grasses, lait cru ? Non, le Clacos Président (tiens quesqu’il fout l’Sarko ?) version plâtre convient mieux à votre plumage ; ramage et à ces mots ne se sentant plus de joie le corbeau... Le blanc de poulet survitaminé aux hormones, antibiotiques qui se dégonfle dans la poêle à gratter ; le pain congelé-décongelé bien blanc (racistes va !) qui se mâche comme une éponge, ce qui d’ailleurs fait double usage – Pain-Tamponjex ça récure, ça dégraisse sans frotter ; des légumes congelés qui Vivagel-en tests aveugles ont le même pas-goût, de RIEN ! ET je pourrais, et je pourrais comme ça jusqu’à plus faim. La fin oui, de ce qui fut appelé la convivialité  ; Etre ensemble autour, parler avec les mômes, la grand-mère, ou le tonton facho, que tchi ! Congelés, près-prêts traités les aliments, tv, et oui aussi ça se consomme, rôts, pets, caca, dodo... On s’éclate, mais on s’éclate la panse qu’on en devient oh-Baise ! Mais on ne baise pas souvent avec toutes ces flatulences nauséeuses. Par contre quesqu’on est baisé chaque minute par ces margoulins vendeurs de mangeailles sous cellophanes-diaphanes empaquetées, étiquetées, code-barrisées, même ionisées à l’atome. Ce serait tellement simple de boycotter, d’aller au marcher, de respirer les fruits (5par jour mon œil), les légumes et épices, les saucisses fumées, les fromages à la tête du client... Vivre quoi ! Ben, non, sont conditionnés mes balourds d’mon temps à pousser l’caddy ; et ça a commencé ya ?
 
Des décennies on va dire. Je déteste le coté « dans l’temps bien plus mieux qu’maintenant », mais souvenez vous des « routiers », ces restaus bien franchouille où nos balaises gros-cubes-gros-culs se restauraient à prix dérisoires... Pourquoi sont plus là ? Les camions si, yen a de + en +, mais ces gargotes ? Ben, les costauds prennent l’autoroute, s’arrêtent dans des cafétérias, où là, avec la carte spéciale conducteur de poids lourds, peuvent enfourner plein de boustifailles informes, et en plus, le pinard est à volonté (c’est vrai c’que j’dis), partent panses pleines, bourrés – 18 morts sur la route du Soleil par un poids lourd sortant de sa file – Alors plus de « routiers », les roulantes avec cette cuisine familiale se sont fait la malle pour le plus grand bien de ces patrons de stations « services » à deux pleins sans plomb, mais avec beaucoup d’aplomb d’être des escrocs super-patentés.
 
Reste plus qu’à charger la glacière, de la bourrer raz la gueule, et en avant Germaine, « j’vous donnerai pas une thune ! » pour votre bouf infâme. Ouais, mais z’y ont pensés les malfrats de la pub ; De la pub avec des panneaux grands, mais GRANDS, pis en nombre hein ! Et tes mômes à l’arrière chaque fois qu’ils entraperçoivent une enseigne « faste mon Food », deviennent premiers de la classe, Ronald le clown leur parle si bien d’ailleurs, qu’au 3ème – parking, jeux pour enfants, bonus et cadeaux, milkshakes, frites, fromages, viandes, merdes - t’es obligé de stopper net la tuture, sinon c’est une version des révoltés du Bounty qui t’attend. Et toi, qui a perdu absolument tout control de la situasse, tu t’arrêtes, sous l’œil bouffi-énamouré de Madame qui « J’aurais pas pris quelques Kg tu trouves pas Chouchou ? ». C’est des Hectos que t’as pris dans le pif mabelle, et dit toi bien que pour tes zenfants ça va être pire encore ; La petiote qu’est bien belle va se transformer en cachalot survitaminé, hormones de croissance avec des épaules comme Rambo, des poils aux seins, une voix rauque... Bref, t’auras un fils et c’est marre ! Car toute cette dégueulasserie va « jouer » sur le long terme, obèses, diabétiques et fragiles qu’ils seront nos marmots. C’est con de ne pas être là vers 2080 ; j’veux voir les dégâts de notre (votre) ingénuité dévoreuse et frénésie consommatrice en paquets de crottes.
 
La solution ? Pas ! Trop tard, « ils » sont accros les molosses, ils n’ont plus de « palais », les papilles en tire bouchons, sur les 5 sens principaux répertoriés, la vue : oui la bouffe se regarde et devient belle si on sait y faire, l’odorat  : passez devant le rayon fromages d’un supermarché, sent rien, néant, le toucher : allez palper juste pour rire des tomates-Espagne-sous serres, ressemblent à des balles de tennis ; et enfin le gout, gout-unifier je dirais ; ils n’ont plus rien... Et ce rien je vous le laisse, foutez vous en jusqu’à là, moi j’en veux pas  ! 
 
Nous sommes donc ficelés dans nos paquets de viande à regarder cette révolution mal-bouffante, en se disant : merdealors, j’suis qu’un intestin, grêle ou gros c’est ma seule option !
Je ne veux pas vous assommer avec toutes ces statistiques que vous connaissez, elles parlent d’elles même : de plus en plus de gros-très GROS. Et je les plaints sincèrement, car être de taille monstrueuse n’apporte pas la félicité, mais plutôt un sentiment d’être une grosse merde déposée sur un trottoir un jour de juillet bien chaud, ça déborde et dégouline, ça embu la cervelle, quant à la libido mon labrador, peau d’balle, la zigounette en carafe. Et si part hasard ça donne naissance, et ben le chiard pèsera dans les 20kg, et partira à son tour dans le grand manège désenchanté de sa grossium incertitude de lendemain qui ne chantent pas, mais pétante, rotante et ballonnante... Si j’étais née gros, j’eusse fait un procès à mes parents pour non assistance à personne en devenir ! Donc, lorsque je croise un gros dans la rue, je ne change pas de trottoir, mais me dis « l’a pas de bol celui là, va en chier toute sa courte vie », car on ne vit pas longtemps avec toutes ces ronds-rondeurs, ce qui veut dire que les générations futures auront une espérance de vie bien plus courte que la notre... Messieurs les industriels de la malbouffe, Messieurs les responsables de santé public, Messieurs les « buffets à volonté », je vous crache dessus pour avoir détruit une des dimensions des plus belle à nous les humanoïdes : Manger, boire, respirer avec un plaisir renouvelé chaque jour jusqu’à la mort de rire rassasiée.
 
Chez moi à l’île de la Réunion, les fruits trainent par terre, mais personne ne se donne la peine de se baisser, bien trop occupés qu’ils sont à aller à Carrefour les samedis ; alors ici aussi, on sert une bouffe absolument dégueulasse particulièrement sur les côtes : en métropole vous avez des baraques à frites, ici des camions bar ; panini à la con, pizzas de mierda... Et le Réunionnais bien con s’empiffre, alors que cette île est couverte d’arbres fruitiers, de légumes frais (mais on les importe en masse, bien sur des trucs plastics, sans gout), de poissons délicieux juste sortis de l’océan Indien, pas très viande par ici... Pourquoi ? Parce que « la grande distribution » a mis l’île sous sa règle, les Leclerc, les Casinos, Les Carrefour et autres satrapes refilent leurs marchandises importées, ce qui contribue d’ailleurs avec les autres îles des DOM-TOM à améliorer la balance du commerce extérieur...Voilà, comment un petit paradis s’est transformé en cloaque d’hyperconsommation, des gouts qui disparaissent, connaissez vous des légumes comme la Songe, le Babafigue, le Chouchou, ou des fruits comme le Carambole, le Bibas... Juste avec des noms comme ça, commencez pas à saliver ?
 
En France pareille, ces noms ça vous dit ? : Le Topinambour, Bette, Blette Poirée, Céleri rave, Salsifis, Capucine tubéreuse, Amarante, Arroche, Chénopode "Bon Henri", Chervis, Epinard-fraise, Panais... Le Panais par exemple ; c’est un petit tubercule qui paye pas de mine (pour ça pas vendu, ça tape pas à l’œil dans un rayon d’hyper), et ben, bouilli 10 minutes, et vous avez en fait des cœurs d’artichauts, ça a le même gout en bien moins cher. Quant aux tomates[1] : Il existe environ 1800 variétés de tomates (sans compter les hybrides), les Marmandes, St Pierre, des Andes, Cœur de bœuf, Noire de Crimée, Rose de Berne, Mâtina (hâtive), Brandywine... Et j’en passe, et vous ? Ben deux ou 3 sortes de choses bien rouges, pleines d’eau, fades, merci qui ? La « Grande Distrib » ; j’leur ‘grande distribuerais’ bien mon pied au cul oui à ces assassins de mauvais gout du bon et vrai goût !
 
... De toute manière je perds mon temps sur cet article, car, ce n’est pas les « j’suis pressé, pas l’temps, ya l’programme qui commence ! » qui liront ma petite pro-prose, donc, pour l’instant j’écris, à, pour, des convaincus... J’ajoute que nous sommes tous des cons vaincus par ces lobbies méga-puissants que sont l’agro, la distrib, le business des régimes, le business de la « santé », les labos et la pilule magique pour maigrir « en douceur », les... etc. Même les pompes funèbres doivent faire leur beurre, car un mec de 200kg, son cercueil ? L’est pas plus grand non ?
 
Le père-Siffleur - GéZé/08/09 – Les Ediles c’est comme les Idoles... Ca va, ça vient ! (Confucius et moi) -
 
Merci Chimulus pour ton dessin
 
Sources pour cet article : aucune, juste avoir les boules !
 
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 19:48



-Margaret Chan, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estime que le fait "le plus préoccupant" de la grippe H1N1 est que "40% des décès concernent des jeunes adultes en bonne santé".

-Tout d'abord, ce virus voyage à une vitesse incroyable, inédite. En six semaines, il parcourt la même distance que d'autres virus en six mois !

-Les essais cliniques nous donneront des réponses sur les effets secondaires possibles de ces vaccins, mais il faut être clair : du fait du nombre limité de personnes testées, des effets secondaires extrêmement rares n'apparaissent pas toujours. Le syndrome de Guillain-Barré (une complication neurologique possible) survient à la fréquence d'un cas pour un million de personnes vaccinées.
Nous risquons donc d'en voir.Même avec les produits de qualité, il y a toujours des effets secondaires.

-En cas de pandémie de grippe A/H1N1 en France, un plan de vaccination doit être prêt à être activé à compter du 28 septembre, ont annoncé jeudi les ministères de la Santé et de l'Intérieur.

Une campagne de vaccination gratuite prévue pour durer quatre mois se tiendrait dans des centres créés à cet effet dans tous les départements, ces derniers en comptant chacun au moins trois.


http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5g10DXby9tyGNXQZ7mtdUqxwKf5oA

http://www.lemonde.fr/epidemie-grippe-a/article/2009/08/29/le-virus-h1n1-voyage-a-une-vitesse-incroyable_1233257_1225408.html

http://fr.news.yahoo.com/3/20090827/tfr-grippe-a-h1n1-france-vaccin-synthese-56633fe.html



Pour les anglophones, voici quelques interventions intéressantes (Economie)



http://www.youtube.com/watch?v=FFhWIUTF1IM

http://www.businessinsider.com/henry-blodget-were-going-right-back-into-the-tank-2009-8

http://www.youtube.com/watch?v=I9q1oeMcoL0
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 19:44



Christian Fecteau a envoyé un message aux membres de VACCIN OU ARME DE DESTRUCTION MASSIVE ?

--------------------
Objet : Conférence pour la Liberté de Choix en Santé - Quebec Health Freedom Conference

French and English event with simultaneous translation, also broadcasted live and archived on the internet for those who can't come to Montreal:
http://www.facebook.com/event.php?eid=123642371983

Événement bilingue avec interprétation simultanée, présenté sur Internet en direct et en différé pour celles et ceux qui ne pourront y assister sur place: http://www.facebook.com/event.php?eid=123642371983

====================

Conférence pour la Liberté de Choix en Santé - 12 septembre 2009
http://www.facebook.com/l/;www.tele-sante.com/conference_flcs_12sept09.html

Vous êtes conviés à participer à cet évènement national qui réunira quelques-uns des défenseurs les plus engagés pour le libre choix en matière de santé au Canada.

Parmi les objectifs de cette conférence: exposer l'imposture de la pseudo-pandémie de "grippe porcine" créée artificiellement par des organisations militaires et pharmaceutiques qui contrôlent l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et dont la propagande démesurée vise à imposer la vaccination obligatoire dès l'automne.

La "Fondation pour la Liberté de Choix en Santé" qui sera officiellement lancée à cette occasion offrira à ses membres une structure légale et politique permettant d'assurer la protection des droits humains fondamentaux et inaliénables. Nous comptons sur votre participation, car c'est l'affaire de toutes et tous.

Les conférenciers:
http://www.facebook.com/l/;www.tele-sante.com/conference_flcs_12sept09_conferenciers.html
Me Shawn Buckley
Dr Shiv Chopra
Trueman Tuck
Roland Lauzon, ND
Me Jean Dury
Jean-Jacques Crèvecoeur
Ghis
Dr Carol Vachon
Dr Andrew Moulden

L'évènement sera également présenté sur Internet en direct et en différé pour celles et ceux qui ne pourront y assister sur place:
http://www.facebook.com/l/;www.tele-sante.com/conference_flcs_12sept09_billets.html
Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 19:22

  



"Attendez vous à savoir", l'EDITO de Kelly-Eric Guillon du 29 août 2009


La rentrée s’annonce et avec elle débute cet exercice de style, périlleux, qu’est un édito de « l’hier – aujourd’hui – demain », tel que défini dans l’édito-préambule qui est apparu depuis une quinzaine de jours.

 

Avec la rentrée, attendez vous à apprendre que des intérêts divergents vont s’entrechoquer, ceux du Pouvoir et ceux du Peuple.

 

Outre les orientations prévues, voulues, orchestrées, décrétées, imposées par le pouvoir, il vous faudra compter et vous débattre avec ce catalogue non exhaustif, à la Prévert, où il vous sera loisible de faire votre marché, appelons le « l’inventaire du C.O.Q » :

 

  • la grippe H1N1 qui a  défaut d’avoir déjà fait couler le sang a fait couler beaucoup d’encre ou de lignes internet, torpillant d’avance et avant le début des hostilités, des petites entreprises – le seul véritable tissu économique Franco – Français
  • les risques de guerre (Iran et ou Russie) au nom d’un impérialisme qui n’est pas le nôtre mais celui otanien de nos cousins - « american way of life »
  • les bonus, mal usiens (ou usiers) et coutumiers scandaleux de nos chers banquiers qui semblent écraser leurs petits clients. Ne faudrait-il pas envisager de fermer vos comptes de petits clients, chez ces géants de la finance, pour les ouvrir dans des organismes « banques - citoyennes – solidaires », plus à taille humaine et donc de vous (n’oubliez jamais que ce sont les petits ruisseaux qui …..)
  • le sens éthiquement incorrect des augmentations de tarif EDF
  • les hausses attendues des carburants (on vous y prépare dès maintenant et depuis quelques mois, comme pour tout ce qui est désagréable et que l’on rend « acceptable » à petite dose)
  • la taxe - carbone (sans papier, afin qu’il n’en reste pas de double….).
  • La loi Hadopi II (hadopi hourra, pourrez-vous bientôt dire, lorsque vous serez « censurés – taxés » ou « taxés – censurés » selon votre choix)
  • Le travail dominical « volontaire – imposé sans compensation ». Heureux les juifs, musulmans et autres confessions dont le jour de leur seigneur ne tombe pas un Dimanche. On ne pouvait vous faire mieux en matière de « solidarité familiale », après la « solidarité nationale » et la suppression du « service National ».
  • Les tergiversations entre crise ou pas crise économique où les imprécisions (feintes ou réelles) dans nos « marocains » (ne gardez que la phonétique) frôlent la précision maximale d’incompétence de Peters
  • Les délits d’initiés, d’où vous êtes initialement exclus
  • Le « malaise » qui devient affaire d’état
  • Les logiciels espions, chevaux de Troie, du duel à deux « P »  de chez soi (Peuple – Police)
  • Une mort banale sur le tour de France des chiens écrasés, en matière événementielle, beaucoup moins importante qu’un vainqueur de la cagnotte du loto italien
  • Le mal-être des flics et autre supplétifs dans un état dichotomique
  • Notre président, ministre en Israël
  • L’emprunt d’état, dans tous ses états, un peu emprunté pour vous dire comment piquer votre fric et qui a coup de massacres répétitifs du taux « A »  va vous conduire au plan « B » (alias plan : « je vous b…. » et ce n’est pas les pieds, croyez moi !)
  • Le nouveau recul de la retraite…..
  • Les mesures impopulaires (encore, et encore ….) sur l’insécurité (sans définition de ce qu’est l’insécurité qu’ils décrètent). Frères et soeurs automobilistes, je prie pour vous… que St Christophe vous ait en sa bonne garde.
  • Les « dépenses-gaspillages », de votre argent, des ministères
  • Les « anti-cagoules » contre les « cagoulards »
  • Les hausses d’impôts inscrites dans les « promesses de non – hausse » pour les riches
  • Les heures sup en moins
  • Les mariages de déraison (périol – écureuil – populaire = PEP) avec 3éme larrons (en) teneurs de chandelle ou les mariages à troie (encore une histoire de virus et d’espionnage et de stratégie sournoise). Et cela n’a rien a voir avec le Plan d’Epargne Populaire, car, ici, aucun populaire ne sera épargné
  • Les hausses honnêtes du revenu (dont vous semblez déjà être revenu) du « petit big boss » (P.B.B) et de son train d’équipage
  • L’essai du nouveau référendum irlandais, vis à vis de leur « traité de Lisbonne aménagé sauce irlandaise », sera-t-il transformé ou plaqué ?
  • Quelle villa 2009 verra l’ire présidentielle en action ?
  • De l’utilité bénéfique d’un « bouclier fiscal » pour les pauvres riches
  • Les manques à gagner  compensés par des taxes et pénalités (EDF, Sécurité sociale, trous financiers, tabac, amendes, trou dans la couche d’ozone….) ou l’aléatoire certain.
  • La gauche qui gauchise la droite et la droite qui droitise la gauche. Et où se (re)trouve l’électeur dans tout cela ?
  • Les délocalisations localisées
  • La « solidarité familiale »  à géométrie variable et décrétée par le pouvoir
  • Les banquiers à l'Elysée pour la septième fois en un an. Pourquoi ou est-ce la limite d’un pouvoir, enfin atteinte ?
  • La « guerre du cyber-espace » ou la dernière guerre pour la Liberté

 

Et dans tout cela, un seul constat alarmant : « le Pouvoir pour l’Oppression du Peuple et le  Peuple pour la soumission au Pouvoir »  au grand chelem de la rentrée (POP – comme populaire - contre PSP).

Vivent les valeurs de 1789 qui ont engendré la suppression des privilèges des aristocrates pour en substituer d’autres plus dictatoriales et plus révolutionnaires au profit de petits « bourges ».

La Révolution promettait la Libération de l’Homme, par l’Homme.

Force vous est de constater qu’elle a réussi son pari….. !

Puisez dans cet inventaire le sujet qui vous intéresse et  vous saurez qui vous êtes.

Vous noterez qu’il n’y est pas fait mention du « pouvoir d’achat », afin d’éviter les sujets qui fâchent et ne pas, ainsi, gâcher votre rentrée.

 

Ces sujets seront évoqués et développés tout au long des articles de cet édito

« attendez vous à savoir…. », ils seront abordés dans l’ordre ou dans le désordre, par nos « grands qui nous gouvernent » au cours des mois à venir.

Vous saurez que les signes (C.O.Q – PEP – PBB – POP – PSP) réapparaîtront bientôt ….. **

 

Kelly-Eric Guillon

« sous-Pupille de la Nation de 4éme Catégorie de 39/45 », par décret, depuis 2000.

 

 

** pour ne pas « alourdir » ce texte, nous vous signalons que les explications de ces sigles vous serons, bien entendus, données, dans la mesure où cela vous intéresse effectivement (en faire la demande dans vos commentaires…. merci). Ou alors elles apparaîtront au fur et à mesure des exposés des événements qui y sont et seront liés

http://www.marcfievet.com/article-35414050.html

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 19:19

La Chronique Agora
Edition du week-end -- 29 août 2009
Paris
==============================



*** GRANDE NOUVELLE ET DOLLAR EN BERNE


** Avant toutes choses, une grande nouvelle : pour la rentrée 2009, la Chronique Agora fait peau neuve.

Vous nous retrouverez prochainement dans une formule entièrement remaniée. Notre but est de rendre la Chronique plus facile et plus agréable à lire, plus souple, plus claire... tout en gardant bien entendu les idées et l'esprit contrarien qui sont les nôtres depuis nos débuts. Rendez-vous bientôt pour cette nouvelle présentation, j'espère qu'elle vous conviendra !

** En attendant, concentrons-nous un peu sur celui qui risque de devenir la grande star de l'année... j'ai nommé : le dollar. Eh oui, il a beau s'être fait un peu oublier depuis sa flamboyante incursion au-dessus des 1,50/euro... le billet vert n'en demeure pas moins la menace numéro 1 pour l'économie mondiale -- et même Warren Buffett est de notre avis.

Cécile Chevré nous en disait un peu plus hier dans La Quotidienne de MoneyWeek : "à se répandre sur le monde, le dollar devient de moins en moins cher", expliquait-elle dans son article Le roi dollar menace le monde. "'Le dollar coûte moins cher à emprunter que le yen', nous apprend le Financial Times. Pour résumer, emprunter du dollar ne coûte plus rien ou presque. Imaginiez que vous vous rendiez au guichet de la Fed. Là Bernanke vous prête de 100 $ à taux zéro. En échange, vous promettez de le rembourser dans 10 ans".

"Que pouvez-vous faire de vos dollars très bon marché ? Plein de choses évidemment. Vous pouvez par exemple vous offrir quelques cm2 à Shanghai. Ou un petit bout de lithium, parce que vous savez que la demande pour ce métal va exploser dans les mois qui viennent, en particulier grâce à la demande de l'industrie automobile. Ou encore un petit morceau de forêts en Creuse"...

"Si vous achetez du terrain en Chine ou en France, vous vendez du dollar contre du yuan ou de l'euro. Et vous affaiblissez le dollar. C'est ce que les professionnels appellent dans leur jargon du carry trade. On emprunte dans une monnaie pour pas cher et on place dans une autre en cherchant un meilleur rendement. Entre ceux qui font comme vous -- qui achètent du dollar qui s'emprunte pour trois cacahouètes -- et ceux qui, comme la Chine, veulent se débarrasser de leur trop-plein de dollars, le dollar va finir par devenir une monnaie dévaluée".

** Nous vous avons déjà largement entretenu des conséquences qu'entraîneraient un effondrement du billet vert... alors pour aujourd'hui, concentrons-nous un peu sur ce qui nous semble être la principale -- voire la seule -- alternative réaliste à la devise de réserve mondiale... l'or.

Qui nous a gratifiés, comme le disait Simone Wapler dans Vos Finances - La Lettre du Patrimoine, d'un été particulièrement plat... du moins au premier regard :

"En grattant un peu", explique Simone, "il s'est passé trois événements importants qui ne se voient pas dans les cours :

- Le marché est toujours porté par la demande d'investissement.
- Les Banques centrales sont désormais acheteuses nettes.
- Les investisseurs préfèrent maintenant l'or 'alloué'."

"Ces trois événements illustrent une remonétisation psychologique de l'or. Celle-ci s'accélérera peut-être avec le coup de frein que la CFTC (commission de régulation américaine sur les contrats à terme de matières premières) veut donner à la spéculation sur le pétrole".

"Il est aujourd'hui difficile de prédire quand précisément l'or trouvera un nouveau grand élan haussier : la prochaine émission de bons du Trésor américains, une faillite retentissante, une nouvelle hausse du pétrole ?"

"Une chose est certaine : ce qui est bon pour les Banques centrales ne devrait pas être mauvais pour vous. Les Banques centrales augmentent leurs réserves d'or (enfin celles qui le peuvent). Faites comme elles, prévoyez 5% à 10% de vos actifs liquides".

Vous savez ce qu'il vous reste à faire, cher lecteur !

Meilleures salutations,

Françoise Garteiser
La Chronique Agora

-----------------------------
L'Investissement de la Semaine
-----------------------------

Une semaine sur les chapeaux de roue pour Marc Dagher et ses lecteurs !
Marc a dénoué pas moins de 5 positions gagnantes cette semaine  -- sur des gains de +30%, +35%, +55%, +65% et +61% respectivement...

Et il y a mieux : toutes ces plus-values ont été engrangées en moins de 10 jours.

Vous voulez savoir comment il a fait... et surtout comment l'imiter ? C'est simple, il suffit de suivre le guide...

----------------------------

Mettez la-chronique@publications-agora.fr dans votre carnet d'adresse pour éviter les filtres Spam qui en empêcheraient la réception.

------------
Si vous ne souhaitez plus recevoir la Chronique Agora, rendez-vous sur notre page de désinscription.


==========================================
(c) Les Publications Agora France, 2002-2009
--------------------------------------------------------
Nota bene : reproduction partielle ou totale de la présente Chronique STRICTEMENT INTERDITE sans accord écrit de la société éditrice.
==========================================


La Chronique Agora est une lettre électronique quotidienne gratuite distribuée par les services financiers des Publications Agora. Si vous désirez appliquer les conseils et évoqués dans cet e-mail, n'hésitez pas à vous abonner à l'une de nos lettres.

Pour plus d'informations :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

Partager cet article
Repost0
29 août 2009 6 29 /08 /août /2009 19:15
Samedi 29 août 2009
- Communauté : Syndicalisme

 
Travail non déclaré : 13% d’entreprises en fraude

Le ministère du Travail, confirme un article de « La Croix » et déclare que 13% des entreprises contrôlées en 2008, et davantage dans le gardiennage, la confection ou l’hôtellerie-restauration, étaient en infraction avec la législation du travail. En 2007, elles étaient 11,5%, chiffre stable par rapport à 2006 (10,7%).

La hausse de 2008 tient à l’optimisation des contrôles, désormais concentrés sur sept secteurs à risque.

Dans le gardiennage et le spectacle, plus de 20% des entreprises contrôlées étaient en fraude en 2008, autour de 20% dans la confection, autour de 16% dans l’hôtellerie-restauration, et entre 11% et 12% dans le bâtiment, l’agriculture et le déménagement, a précisé Mme Seiller responsable des études à la Direction générale du travail (DGT) citée par le quotidien chrétien.

Au premier rang des infractions constatées figure le travail dissimulé consistant à ne pas déclarer ou sous-déclarer une activité ou un salarié, ce qui représente 74% des fraudes relevées (+ 8 points par rapport à 2007).

Face à l’ampleur du phénomène, on ne compte que 480 inspecteurs du travail et 900 contrôleurs pour 16 millions de salariés.

Le préjudice pour la Sécurité sociale, qui finance les soins, médicaments, les retraites, les allocations familiales, a été évalué entre 6,2 et 12,4 milliards d’euros dans un rapport de mars 2007 du conseil des prélèvements obligatoires (CPO), auprès de la Cour des Comptes.

le 25 août 2009

source : « rebelles 


http://eldiablo.over-blog.org/article-35418338.html

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche