Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 04:12

 

 

image posée par eva - http://fr.altermedia.info/atteinte-aux-libertes/lunion-europeenne-prepare-une-censure-globale-de-linternet_34910.html

L’Union Européenne en procès sur internet

Posted: 05 Jul 2012 11:55 PM PDT

 

Alors que les pays de l’Union Européenne persistent dans l’impasse dans laquelle ils se sont eux-même enfermés, la déconstruction de cette impasse continue dans la blogosphère, avec de nombreuses analyses solides rapportées par des personnes à suivre.
La critique des économistes
Roland Hureaux, blogueur et chroniqueur sur Marianne 2, a récemment publié un papier reprenant les dernières critiques formulées par Paul Krugman et Joseph Stiglitz, les deux « prix Nobel d’économie » progressistes. Le second affirme que « si l’euro survit, ce sera au prix d’un chômage élevé et d’une énorme souffrance, notamment dans les pays en crise ». Selon lui « l’obstination des dirigeants (européens) dans l’ignorance des leçons du passé est criminelle ».
Paul Krugman, qui tient un blog pour le New York Times, dans une interview au Spiegel, ridiculise le plan de croissance européen décidé il y a une semaine. Pour lui, « c’est un pistolet à eau contre un rhinocéros qui charge. Ce sont des choses ridicules et insignifiantes ». S’ils ne militent pas formellement contre l’euro, les deux s’en approchent de plus en plus. Et Krugman vient de lancer un manifeste contre la rigueur pour mener des politiques de relances’inspirant des années 1930.
Jacques Sapir dénonce un « sommet en trompe-l’œil ». Il juge le montant du pacte de croissance « parfaitement dérisoire ». Pour lui, il s’agit d’un « prétexte pour faire voter le pacte de stabilité exigé par l’Allemagne ». Sévère, il affirme que « François Hollande ne se contente pas de se parjurer, il se ridiculise » et dénonce ces « solutions provisoires à la crise de liquidité mais qui sont assorties de mesures d’austérité qui renforcent en réalité la crise de solvabilité des pays européens ».
La critique des blogueurs
 

Parmi les références dans la critique de cette UE antisociale et antidémocratique, Edgar, du blog La Lettre volée, occupe une place importante. J’en profite pour vous signaler des textes publiés récemment, tel « Après l’euro, par Keynes », un texte de politique fiction, qui reprend une analyse de 1931, après la sortie de la livre de l’étalon-or. Il a également chroniqué un papier récent de Martin Wolff, du Financial Times pour qui « l’adhésion à l’euro est la seule erreur grave qui empêche l’Espagne de se redresser. Avec l’euro, l’Espagne ne peut bénéficier, en temps de crise, d’un taux de change et de taux d’intérêts moins élevés », rejoignant les analyses publiées sur mon blog.

Aussi intéressant que tonique, je vous recommande également le blog Eco(dé)mystificateur, de l’ami RST, qui traite notamment des questions monétaires. Yann, du blog Le Bon dosage, a repris du service avec un texte critiquant lui aussi le plan de croissance européen.
Enfin, je tiens à signaler le très bon blog Contre la Cour, que j’ai ajouté dans ma blogroll, animée par Magali Pernin, qui permet de suivre l’actualité juridique monstrueuse de l’Union Européenne. Elle est récemment revenue sur le processus de ratification du TSCG, en cours de ratification et que François Hollande a accepté pour un plat de lentilles, alors même que des membres de Die Linke et de la CSU remettent en cause la ratification du MES auprès de la Cour de Karlsruhe.

Il est malheureux que le débat public ne se dégèle pas davantage devant la qualité des arguments apportés, à part dans quelques espaces de liberté comme Marianneet Marianne 2. A défaut, internet regorge d’analystes passionnés et passionnants qui permettent d’ouvrir les yeux.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 03:59

 

 

Démocratie : Réseaux ou partis?
Démocratie : Réseaux ou partis?

 

La démocratie a toujours été le camouflage du pouvoir d'une minorité, des propriétaires d'esclaves aux maîtres de la richesse. De nos jours, elle camoufle le monothéisme du marché, autrement dit le non-sens dans la vie et l'histoire des hommes.

Recréer un tissu social exige des communautés de base et la participation de chacun.

Il est urgent de remplacer la notion périmée de "partis" par celle de "réseaux" contre la nouvelle "occupation étrangère" des esprits comme de la société.


La bataille pour une économie à visage humain se perdra ou se gagnera sur le terrain des mentalités et de l'opinion. Au niveau de ce qui est le premier pouvoir: les "medias" [...]
Contre les monstres de l'information, des medias, de la télévision, faire pousser des milliers de feuilles sur l'arbre de la vie [...] Réfléchir sur le sens de ces informations pour faire naître des prises de position communes à partir du rappel des finalités sur les problèmes d'un peuple ou du monde.

Cette action première de dévoilement du non-sens, à partir de communautés de base, a besoin d'être coordonnée pour multiplier sa force par l'échange et l'action réciproque.
Pourquoi substituer la notion de réseau à la notion de parti ? La démocratie ne se fonde pas sur le pluralisme des partis mais sur la participation de la base à toutes les décisions dont dépend son destin.Le réseau est fondé non sur une direction, comme les partis, mais sur une coordination où aucun groupe n'a d'autre prééminence sur les autres que son pouvoir de proposition, d'initiative, dans la contribution au projet commun.
Ainsi, le réseau est l'inverse du parti. Le but commun étant fixé: se libérer des tyrannies de l'argent et du monothéisme du marché, chacun peut apporter sa pierre à la prise de conscience, à la "conscientisation", selon l'expression, en Amérique latine, des "communautés de base" et des théologiens de la libération.

Le rappel de finalités humaines contre la logique aveugle et mortelle du marché et du profit, permet la mise en oeuvre de nouvelles formes d'action.
Les initiatives de la base ont un rôle moteur. Mais il ne suffit pas de dénoncer et de refuser. De même que l'éclairage du quotidien à partir de finalités prépare des alternatives, de même l'action ne saurait être seulement négative mais orientée par les fins dernières, et traçant des perspectives d'avenir.

Telle pourrait être l'esquisse des formes d'organisation - le réseau et non plus le parti - et des formes d'action - non la seule négation des excès du système mais la reconversion, en fonction de finalités humaines, de l'ensemble des activités.
Il existe, en France et dans le monde, suffisamment de gens qui mettent en question les fins et le sens de l'ordre actuel et qui prennent conscience de sa perversité fondamentale et de ses périls, pour qu'une entreprise de "renaissance" devienne possible.

Ces réseaux peuvent naître dés demain, et partout, pour créer le tissu social nouveau, faire jaillir la petite étincelle qui deviendra brasier, comme autrefois une résistance lomgtemps obscure est devenue libération.
Cela exige un énorme effort, et d'abord sur soi-même, pour que chacun chasse les prétentions à la vérité absolue et à l'hégémonie de sa propre communauté, de son parti ou de sa chapelle.
Par quels moyens pratiques mettre en marche ce mouvement vital de reconversion matérielle et de conversion des consciences qui ne peuvent, sans illusion idéaliste ou mécanisme matérialiste, être dissociés ?
Il existe déjà sous forme embryonnaire...des institutions qui témoignent du besoin d'organismes échappant en principe aux tutelles politiques ou économiques, pour dire la vérité sur le fonctionnement du système. Un Conseil Constitutionnel, une Cour des comptes, un Comité d'éthique de la science, etc.

Les limites de telles institutions résident dans le fait qu'elles n'ont pas pour mission de changer le système, mais seulement d'en dévoiler quelques excès. Leur "indépendance" à l'égard du politique qui les institue et les nomme, des forces économiques et des lobbies qui s'efforcent d'en tirer parti, est loin d'être totale. Mais le besoin de telles instances est réel.
Il existe aussi, même dans le désarroi général, des hommes et des femmes qui, dans l'action et la pensée, font la preuve quotidienne que l'intérêt personnel ou de quelques-uns n'est pas leur seul moteur. Conscients de la misère de l'humanité et des dangers courus par la planète, des hommes et des femmes consacrent leur vie, sous les formes les plus diverses, à l'humain considéré dans son unité et sa totalité [...]

Au-delà du "valium" collectif des écrans, des catastrophes geignardes ou voyeuristes, des loteries de l'argent facile, il est possible d'inciter à la levée de milliers d'hommes et de femmes qui, dans tous les domaines, de l'agriculture aux arts, des énergies nouvelles aux machines simples ou complexes, constituent le gisement de la plus grande richesse: la création.
A partir de ces premières moissons peuvent se créer des centres d'échanges pour que personne ne s'enferme dans sa spécialité, et surtout prenne conscience de son insertion dans la totalité vivante de ceux qui aiment l'avenir, et ont conscience d'être responsables de son élaboration.
Une liaison étroite, dans la formation née de ces centres, entre les projets millénaires des hommes de toutes les civilisations et l'action quotidienne pour le service créateur de la communauté, ferait émerger des hommes "politiques" d'un type nouveau qui, dans la plus humble des tâches comme dans les plus hautes responsabilités, se poseraient la question du but final de la communauté.

Dans la si générale corruption du pouvoir et des puissants, je sais combien peut paraître aussi dérisoirement utopique, jusqu'à soulever le rire, d'exiger de quiconque brigue un mandat politique qu'il renonce à toute ressource supérieure à celle d'un cadre moyen de la fonction publique.A qui se moquera de la folle naïveté d'une telle suggestion, je ne répondrai pas par des exemples aussi exotiques ou historiquement lointains que ceux des ascètes et des sages de l'Inde védique, auxquels obéissaient les guerriers et les marchands, ou ceux du Coran où Dieu proclame:"Quand je veux détruire une cité, je donne le pouvoir aux riches", ou celui de moines chrétiens défricheurs ou savants. Je prendrai l'exemple le plus proche: celui de mon expérience personnelle d'un parti [le PCF, ndlr] dans lequel, à l'époque de sa grandeur, aucun député, aucun dirigeant ne recevait un salaire supérieur à celui d'un ouvrier qualifié de la région parisienne. Féconde expérience de vice-président de l'Assemblée nationale vivant quotidiennement les difficultés que connaît un ménage moyen pour élever une famille de trois enfants, exigeant que la mère travaille hors du foyer pour y parvenir.

Le résultat global est qu'aussi longtemps que la règle en est appliquée, aucun parlementaire ou dirigeant de ce parti n'est compromis dans aucune affaire de corruption.
Utopie ? Non: réalité quotidienne vécue pendant un tiers de siècle.
N'y aurait-il d'autre réalité que celle de la fange, et faudrait-il être un Don Quichotte pour s'efforcer d'en sortir ?

Ainsi seulement peut se former, puis se créer en tout un peuple, une "aristocratie" d'un type nouveau, non fondée sur le sang, la terre ou la richesse, mais sur le dépouillement. Cette aristocratie du renoncement est la condition d'une démocratie enfin véritable, où le pouvoir ne comporte plus des privilèges, mais des sacrifices.

source : http://rogergaraudy.blogspot.com/
-------------------------------------------------------
Commentaire de Omar Mazri :
la profondeur de ce texte bien entendu me rappelle la vie riche et talentueuse de Gauraudy au service de l'humanité dont l'incinéation de la dépouille mortelle ne peut effecer de notre mémoire ni de celle du temps et de l'espace. Elle me rappelle les anathèmes des incultes sur la démocratie jugé Kofr sans qu'ils n'apportent une preuve religieuse, rationelle ou politique de leur délire. Elle me rappelle les mimétistes arabes de l'Occident qui s'imagine que la démocratie peut être importée comme on importe un produit de consommation qu'on ne sait pas produire sur le territoire musulman, avec les idées, l' argent et les bras des Musulmans. Elle me rappelle ceux qui ont comploté pour assassiner Khadafi le traitant de mécréant et son livre vert de livre satanique sans jamais le lire ni tenter par curiosité intellectuelle de voir l'idée de la Jamajiriya en système de gouvernance, en réseaux solidaires citoyen pour une démocratie directe et participative plus proche de la Choura de  l'Islam et des coutumes africaines que de la polyarchie occidentale. Encore une fois le terme démocratie n'est pas pour nous le problème majeur mais son contenu, son exercice et son rapport à la souverainté d'un peuple croyant sur ses ressources nationales et la pratique autonomme de l'économie, de la politique, de l'éducation, de la justice et de l'information pour la prospérité des Musulmans qui sont condamnés à vivre en réseau de solidarité, de mutualité, de concertation et d'effort commun dans la fraternité sans l'esprit partisan et sectaire qui déchire l'unité et que condamne le Coran et le Prophète.

http://liberation-opprimes.net

 

http://www.alterinfo.net/Democratie-Reseaux-ou-partis_a78691.html

 

Roger Garaudy

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 03:51

 

 

isrealegypte.jpg

LA PAIX FROIDE AVEC L’EGYPTE EST ENTREE DANS UNE ZONE DE TURBULENCES AVEC LA VICTOIRE DE MORSI


Le régime sioniste se prépare à attaquer l’Egypte après la victoire des islamistes suite aux élections de ce pays. Selon Fars News citant Russia today, la victoire des islamistes et notamment les Frères musulmans en Egypte, met ce pays en situation de guerre potentielle avec le régime sioniste.

Selon cette source, les Etats-Unis cherchent à préserver les accords de paix entre l’Egypte et Israël, ce pays se prépare à se lancer dans la guerre contre son voisin et ce pour faire face aux Frères musulmans.

Les “Frères musulmans”, en tant que parti victorieux, lors des deux phases des élections législatives, en Egypte, ont affirmé que le prochain gouvernement ne mettra pas en application les plans des Etats-Unis et d’Israël.

L’ancien ministre israélien de la guerre conseille à l’armée de s’apprêter à faire la guerre avec l’Egypte. Au cours d’un entretien avec Haaretz Bejamin Ben Eleizer affirme que l’Egypte a depuis toujours joué un rôle clé dans les équations régionales.

C’est un pays dont dépend la stabilité de l’Arabie saoudite et des pays du golfe persique et sa perte est un coup irréparable pour Israël.

L’armée égyptienne s’affaiblit de jour en jour et perd de son influence sur les prises de décision et ceci est une mauvaise chose pour nous”.

Netanyahu :  “La terre contre la paix”
Le Premier Ministre Netanyahu a fièrement présenté lors d’un récent discours une des réalisations de son gouvernement, la haute clôture de sécurité le long des 220km de frontières avec l’Egypte.

«  Je l’ai dit depuis des années que notre stratégie défensive doit cesser de tabler sur des systèmes militaires défensifs. Arrêtons de dépenser de l’argent pour une défense statique.

(Se souvenir de la ligne Bar-Lev lors de la guerre de Kippour) a conseillé Netanyahu a ses ministres, avant d’ajouter « Nos ennemis préparent une manœuvre. Nous devrions adopter la seule doctrine militaire qui n’a jamais vraiment fonctionnée – l’anticipation en lançant la guerre sur leur territoire ».

« Il y a deux leçons évidentes à tirer de ce qui se passe en Egypte », a martelé  le premier ministre israélien. « Tout d’abord, la fameuse formule de “la terre contre la paix”, elle est devenue abracadabrantesque. Nous avons donné la terre pour la paix et maintenant ils ont décidé de détruire la paix, mais de garder la terre.

La deuxième leçon est bien sûr que tout l’enthousiasme des  Occidentaux, pour la «démocratie arabe» et particulièrement par les conservateurs qui ont un grand besoin de faire la guerre, d’une façon différente ressemble à une expérience rédemptrice ou quelque chose d’irresponsable au point d’en être malveillant. Nous vous avons prévenu maintes et maintes fois que cela finirait mal.

Mais vous avez dit que nous avions tort et, qu’en fait, c’était immoral en quelque sorte de préférer Moubarak au «peuple».

Les frères musulmans appellent déjà à la guerre
Les Frère musulmans n’auront pas tardé à contredire Elbaradeï qui s’évertuait à présenter le mouvement comme inoffensif et modéré.  Le groupe appelle déjà à la guerre contre Israël, ce qui ne manquerait pas d’enflammer toute la région.

Mohamed Ghanem, l’un des leaders des Frères musulmans en Egypte  qui a appelé à arrêter l’approvisionnement  en gaz à Israël et à préparer l’armée égyptienne pour une guerre avec son voisin. Parlant à la station de télévision iranienne Al-Alam, Mohamed Ghanem a accusé Israël de soutenir le régime de Hosni Moubarak.

Ghanem a également déclaré que la police égyptienne et l’armée ne seront pas en mesure d’arrêter le mouvement des Frères musulmans. Israël a rétrocédé le Sinaï à l’Egypte en 1982, en vertu du traité de paix conclu en 1979.

Trahison de la cause arabe
Le traité de paix entre Israël et l’Égypte, signé par Begin et Sadate en 1979 à la Maison-Blanche, n’a jamais été guère plus qu’une «paix froide» entre les deux voisins.

Outre la coopération sécuritaire, et quelques contrats tels que l’accord gazier, les deux pays n’ont jamais établi de réelles relations commerciales ou culturelles. Les frères musulmans, opposants historiques au régime Moubarak, n’ont cessé de dénoncer la normalisation des relations avec Israël comme une trahison de la cause arabe.

Aujourd’hui à la tête du pouvoir, les islamistes ont multiplié les assurances qu’ils ne remettraient pas en question la paix avec Israël, mais en les assortissant de déclarations ambiguës.

En coulisse, les Américains tentent de sauvegarder un traité qui a longtemps constitué un élément essentiel de leur politique au Moyen-Orient. Mais l’époque de l’étroite coopération entre le Mossad et les services de sécurité égyptiens est révolue, et les deux voisins se regardent désormais avec une méfiance accrue.

Les mises en garde de Suleiman contre une guerre
L’ancien chef des renseignements de l’Egypte a mis en garde contre une victoire des Frères Musulmans. L’ancien chef des services de renseignements, Omar Suleiman, qui avait été nommé par l’ex-président Hosni Moubarak comme vice-président dans les derniers jours de son administration, est l’un des dix candidats qui ont été empêchés de se présenter aux élections de mai  a exprimé sa crainte qu’Israël aura à envahir le Sinaï si les Frères Musulmans sortent victorieux des élections présidentielles.

Dans  une interview que Suleiman a donnée à un journal égyptien dans laquelle il dit : “je crains que des jugements erronés nous poussent dans des affrontements avec Israël. Le Sinaï peut devenir une zone d’où des roquettes sont tirées sur Israël, et les parties pourraient êtres entraînées dans la guerre.”

L’Egypte est un volcan, l’Occident fait la sieste
Dans un article publié  Par  le site Israël Flash , le journaliste  Barry Rubin écrit : Les frères musulmans  qui sont  au pouvoir en Egypte se considèrent comme étant en guerre avec Israël. Il importe relativement peu qu’il y ait encore un traité de paix. Au Caire, il n’y a pas de pensée pour la paix. Il s’agit de la plus grande catastrophe du deuxième « printemps arabe ».

La même chose s’applique à l’attitude du gouvernement égyptien envers les États-Unis. C’est la plus grande catastrophe. C’est une catastrophe que les décideurs américains n’ont même pas commencé à reconnaître, et ont encore moins contré. Voici  l’exemple.

Le Parlement égyptien a voté à l’unanimité l’expulsion de l’ambassadeur d’Israël et l’arrêt de toutes les exportations de gaz naturel vers Israël.

Le parlement des affaires arabes a publié un rapport qui a déclaré: « L’Egypte révolutionnaire ne sera jamais un ami, un partenaire ou un allié de l’entité sioniste (Israël), que nous considérons comme l’ennemi numéro 1 de l’Egypte et de la nation arabe.

Elle traitera cette entité comme un ennemi, et le gouvernement égyptien est appelé à examiner toutes ses relations et les accords avec l’ennemi». Dans ce rapport, Israël est considéré comme une « entité » et non comme un état avec lequel l’Egypte est en « paix » depuis trente ans après la « fin » du dernier conflit. Entité ; ce même terme est utilisé par l’Iran, le Hamas et le Hezbollah.

Le rapport approuve également la résistance palestinienne « dans tous les genres et  toutes les formes de « politiques agressives » contre Israël. C’est une approbation de la lutte  menée par le Hamas et du lancement de roquettes, de missiles et d’obus de mortier tirés depuis la bande de Gaza. Dans un sens, il s’agit d’une déclaration de guerre.

Cela signifie que l’Egypte fera presque n’importe quoi pour aider le Hamas à mener une guerre contre Israël depuis la bande de Gaza. Cela signifie la libre circulation de matériel militaire, de l’argent, et même des bénévoles égyptiens. Si les choses ne sont pas dites maintenant, elles ne le seront certainement dites dans un an.

Cela ne signifie pas que l’Egypte entrera en guerre et attaquera Israël par le biais de son armée.

Et l’Occident n’a pas la moindre idée qu’il y a un volcan qui jette de la vapeur et des pierres dans l’air, qui grondement, et s’apprête à exploser.

L’Election de  Morsi  a affaibli   Israël
Israël appréhendait une remise en cause du traité de paix avec l’Egypte, après l’élection à la présidence de l’islamiste Mohamed Morsi, mais s’inquiétait d’abord de la dégradation de la situation à la frontière.

M. Morsi, tout juste proclamé élu dimanche, a promis de respecter les traités internationaux, sans autre précision.

Quelques heures auparavant, il a déclaré à l’agence iranienne Fars que l’Egypte allait “réviser les accords de Camp David” qui ont établi la paix avec Israël. Interrogé par l’AFP, un haut responsable israélien a souligné sous condition d’anonymat que “la victoire des islamistes n’est pas de nature à rassurer Israël”, espérant une “attitude pragmatique” de leur part.

“Israël et l’Egypte sont soumis aux mêmes impératifs, la sécurité le long de leur frontière de 240 km, le règlement négocié du conflit israélo-palestinien, et des intérêts économiques”, a-t-il ajouté.

“Il y a désormais à la tête de l’Egypte un homme qui n’a jamais caché son hostilité à Israël”, a déclaré  un député israélien, ancien ministre de la Défense, et proche du président égyptien déchu Hosni Moubarak.

Le ministre de la Défense Ehud Barak a relevé dans un communiqué “les opportunités et les défis” que représente pour Israël cette nouvelle donne et assuré que son pays assumerait sa “responsabilité pour contribuer à la stabilité, au calme et à la paix dans la région”. Le haut responsable interrogé par l’AFP a évoqué l’aide annuelle d’1,5 milliard de dollars octroyée à l’Egypte par les Etats-Unis, garants du traité de paix, et les “zones industrielles qualifiées” (ZIQ), dont les produits sont détaxés sur le marché américain s’ils comportent au moins 11,2% de composants israéliens.

Israël a anticipé la victoire des Frères musulmans, affirme dans une tribune au quotidien Yediot Aharanot, Dov Weissglas, ancien conseiller de l’ex-Premier ministre Ariel Sharon.

Il relève la “faible riposte de l’armée israélienne” aux tirs de roquettes du Hamas la semaine dernière “par crainte d’enflammer la rue égyptienne et de conduire le gouvernement égyptien à réagir contre nous”.”C’est le prix qu’Israël commence à payer pour sa crainte d’une Egypte différente”, ajoute-t-il, appelant en conséquence à une reprise de “négociations de paix sérieuses” avec les Palestiniens.

Les relations se dégradent
La rupture du contrat gazier entre Israël et l’Égypte constitue une nouvelle étape dans la dégradation progressive des relations entre les deux pays depuis la révolution égyptienne de février 2011.

Un incident frontalier ayant occasionné la mort de plusieurs soldats égyptiens en août 2011, tués par l’armée israélienne lancée à la poursuite d’auteurs d’un attentat terroriste sur une route du sud d’Israël, avait déclenché de violentes manifestations, qui avaient culminé par le sac de l’ambassade israélienne au Caire en septembre.

Depuis, les diplomates israéliens n’assurent plus qu’une présence symbolique quatre jours par semaine dans la capitale égyptienne, où ils n’arrivent plus à trouver à louer de locaux. Israël a lancé au printemps dernier des travaux de construction d’une barrière de sécurité le long de sa frontière désertique avec le Sinaï.

La région sud, longtemps l’une des plus sûres d’Israël, connaît depuis plusieurs mois des états d’alerte réguliers. Les vacanciers israéliens, qui se rendaient régulièrement sur les plages du Sinaï égyptien, ont presque totalement déserté la péninsule, les autorités israéliennes déconseillant à présent formellement à leurs ressortissants de se rendre en Égypte.

 

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

 

http://www.algerie360.com/international/israel-se-prepare-a-la-guerre-avec-legypte/#.T_ZINOFfRV0.email

 

.

  .

Hamas/Frères musulmans: L'Egypte et Gaza prêts à s'allier

 
Jeudi, 05 Juillet 2012 18:54

  

Le chef du gouvernement Hamas de la bande de Gaza, Ismaël Haniyeh envisage de rencontrer prochainement le nouveau président égyptien Mohamed Morsi pour évoquer les perspectives de l'ouverture des frontières de l'enclave palestinienne. Le mouvement Hamas, au pouvoir à Gaza, se considère comme une branche de l'organisation égyptienne Frères musulmanes avec laquelle est lié le nouveau président égyptien. Hamas table sur l'aide de M.Morsi dans la levée du blocus économique.


Le chef du gouvernement Hamas de la bande de Gaza, Ismaël Haniyeh envisage de rencontrer prochainement le nouveau président égyptien Mohamed Morsi pour évoquer les perspectives de l'ouverture des frontières de l'enclave palestinienne, rapportent jeudi les médias locaux.

Auparavant, le vice-premier ministre du gouvernement de Gaza, Mohammed Aouad, cité par l'agence d'information palestinienne Ma'ad News, a déclaré que l'Égypte et l'Autorité palestinienne travaillaient de concert sur l'organisation d'une rencontre entre MM Morsi et Haniyeh au Caire.

M.Aouad a en outre fait remarquer que les leaders de la bande de Gaza voulaient atteindre des mesures concrètes en vue de lever l'embargo à l'encontre de l'enclave palestinienne, y compris la restauration du point de contrôle de Rafah sur la frontière entre l'Egypte et la bande de Gaza.

En 2007, l'Égypte a introduit conjointement avec Israël des sanctions contre Gaza suite au coup d'État islamiste. Ces dernières années, le blocus des frontières a été considérablement atténué, mais n'a pas encore été complètement levé.

Le mouvement Hamas, au pouvoir à Gaza, se considère comme une branche de l'organisation égyptienne Frères musulmanes avec laquelle est lié le nouveau président égyptien. Hamas table sur l'aide de M.Morsi dans la levée du blocus économique.


http://www.news26.tv/proche-orient/2120-hamasfreres-musulmans-legypte-et-gaza-prets-a-sallier.html

.

.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 03:47

 

La Finlande annonce officiellement qu'elle préfère sortir de l'euro plutôt que de payer les dettes des autres
La Finlande annonce officiellement qu’elle préfère sortir de l’euro plutôt que de payer les dettes des autres

NOUVEAU COUP DE THÉÂTRE SUR L’EURO-TITANIC !
Le bobard de « l’Apocalypse en cas de sortie de l’euro » s’effondre.



 

Mme Jutta Urpilainen, ministre finlandaise des finances

Par une déclaration fracassante – qui sera probablement cachée elle aussi à nos compatriotes par les médias à la botte des « euro-fascistes » -, la ministre finlandaise des Finances en personne, Mme Jutta Urpilainen, vient d’annoncer ce matin, dans le quotidien financier Kauppalehti, que :

« La Finlande ne s’accrochera pas à l’euro à n’importe quel prix et nous sommes prêts à tous les scénarios, y compris à abandonner la monnaie commune européenne ».

Et elle enfonce le clou :

« La responsabilité collective pour les dettes (…) et les risques d’autres pays n’est pas ce à quoi nous devons nous préparer. Nous sommes constructifs et nous voulons résoudre la crise, mais pas à n’importe quelles conditions ».

La Finlande, qui est l’un des derniers pays de la zone euro à bénéficier d’une note de crédit triple A, entend se battre pour la conserver.

À LA DIFFÉRENCE DU GOUVERNEMENT FRANÇAIS, LE GOUVERNEMENT FINLANDAIS DÉFEND LES INTÉRÊTS DU PEUPLE FINLANDAIS FACE AU DÉLIRE EUROPÉISTE

Ce n’est à vrai dire pas tout à fait nouveau de constater que le gouvernement finlandais a à cœur de défendre les intérêts… du peuple qui l’a élu !

Vu de France, cela paraît incroyable, non ?

Ce petit pays de 6 millions d’habitants ne possède guère de richesses naturelles, à part des milliers de km² de toundra et de lacs. Et le peuple finlandais ne voit pas pour quelles raisons il devrait se saigner aux quatre veines pour aller rembourser les dettes d’autres pays, dont le patrimoine national est bien plus important que le sien.

1°) L’obtention de gages de la Grèce pour s’assurer que le peuple finlandais ne serait pas spolié

Ainsi, le gouvernement d’Helsinki avait déjà exigé, et obtenu, lors du deuxième plan d’aide à la Grèce l’an dernier, de conclure un accord bilatéral avec Athènes lui garantissant de récupérer les sommes avancées.

Comment ? Eh bien tout simplement en prenant ce que tous les banquiers exigent eux-mêmes lorsqu’ils prêtent de grosses sommes d’argent et qu’ils appellent une « sûreté réelle » : c’est-à-dire une hypothèque sur un bien immobilier, un nantissement sur des créances ou un fonds de commerce, etc. Bref : un gage sur un actif réel, qui permet d’être sûr d’être remboursé si l’emprunteur fait défaut.

On remarquera que le gouvernement français, en refusant de faire la même demande d’obtention de gages que le gouvernement finlandais, a donc accepté le principe que ce soit les contribuables français qui soient les dindons de la farce si la Grèce faisait défaut. Ce qui sera d’ailleurs le cas avec plus de 90% de probabilité.

2°) La demande identique formulée par la Finlande à l’Espagne et à l’Italie au dernier sommet européen

Même si les médias français ont, là aussi, organisé l’omerta, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a mis les pieds dans le plat la semaine dernière, en demandant que l’Espagne et l’Italie émettent des « obligations sécurisées » plutôt que de demander aux autres peuples de payer à leur place.

Le Premier ministre finlandais savait particulièrement bien de quoi il parlait puisqu’il est lui-même ancien ministre des finances.

Et sa proposition obéissait à la même logique que celle que j’ai déjà décrite : pourquoi un peuple dont le patrimoine national est si modeste devrait-il payer les dettes de l’Italie, qui est un pays qui croule sous les richesses, notamment patrimoniales et artistiques ?

Pour bien comprendre la position d’Helsinki, il suffit d’imaginer un château, dont le châtelain, ayant perdu des sommes colossales au casino, demanderait au gardien de les rembourser à sa place, car il préfère quant à lui conserver ses tableaux de maîtres…

La Finlande est dans la situation du gardien : elles est d’accord pour prêter de l’argent au châtelain, mais à la condition que ces sommes soient gagées par le tableau de Titien ou de Claude Lorrain que celui-ci possède.

Bien entendu (et cela n’a pas été non plus porté à la connaissance des Français), le président du Conseil italien Mario Monti (et « Goldman Sachs boy ») a refusé immédiatement cette proposition finlandaise : le châtelain italien compte bien faire payer le gardien et garder ses œuvres d’art pour lui.

Est-il besoin de le préciser ? Notre « socialiste » François Hollande a volé au secours…. du châtelain.

http://www.romandie.com/news/n/_Zone_euro_Helsinki_propose_des_obligations_
securisees_pour_les_pays_fragiles96280620122005.asp

 


3°) La Finlande a annoncé qu’elle bloquera l’utilisation étendue du futur MES, qui avait été présentée comme un changement et un triomphe des « pays du sud » dernier sommet européen

Le Premier ministre finlandais a annoncé, voici quatre jours (le 2 juillet 2012), que la Finlande empêchera le Mécanisme européen de stabilité (MES) d’acheter des obligations sur le marché secondaire, ce qui bloquera la mesure très hypothétique annoncée comme un triomphe lors du dernier sommet européen.

Car une telle décision requiert l’unanimité des membres de la zone euro, ce qui ne sera pas le cas.

Rendant compte du sommet de Bruxelles la semaine dernière, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen a en effet lancé cette bombe au Parlement d’Helsinki (sans que les grands médias français, là encore, n’en parlent à nos compatriotes) :

« À l’avenir, l’unanimité est nécessaire pour décider de tels achats et il semble que cette unanimité ne soit pas possible en raison de l’opposition néerlandaise et finlandaise ».

Un porte-parole du chef du gouvernement finlandais, Pasi Rajala, a ensuite précisé à l’AFP qu’Helsinki considérait que « faire des achats sur le marché secondaire n’avait aucun sens ».

http://www.romandie.com/news/n/UEHelsinki_veut_empecher_le_MES_d_acheter_des
_bonds_sur_le_marche_secondaire79020720121601.asp

M. Jyrki Katainen, Premier ministre finlandais

4°) L’obtention de gages de l’Espagne pour s’assurer que le peuple finlandais ne serait pas spolié

Enfin, hier 5 juillet 2012, la Finlande a annoncé l’ouverture prochaine de négociations bilatérales avec l’Espagne pour l’obtention du même type de garanties qu’avec la Grèce en échange de sa participation au plan de sauvetage des banques ibériques.

Là encore, le gouvernement finlandais protège les intérêts du peuple finlandais, à la différence du gouvernement français, qui, se refusant de faire la même demande d’obtention de gages auprès de Madrid, accepte donc le principe que les contribuables payent des dizaines de milliards d’euros pour sauver les banques espagnoles !

LA MINISTRE FINLANDAISE DES FINANCES EST LA PRÉSIDENTE DU SDP, QUI EST UN PARTI FRÈRE DU PARTI SOCIALISTE FRANÇAIS PUISQU’ILS APPARTIENNENT TOUS DEUX AU PSE (PARTI SOCIALISTE EUROPÉEN)

Cette déclaration de la ministre finlandaise des finances est d’autant plus embarrassante pour nos médias à la botte que cette femme politique intègre ne rentre pas dans les clichés de la propagande des euro-fascistes qui terrorisent les peuples par l’intimidation constante et par la diabolisation de toute idée de sortir de l’UE et de l’euro.

Mme Jutta Urpilainen, qui est une jeune ministre (37 ans), à peine plus jeune que le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen (40 ans), n’est en effet :

- ni une « populiste »,
- ni une « souverainiste »,
- ni une folle,
- ni une raciste,
- ni une xénophobe,
- ni une antisémite,
- ni une nostalgique du IIIe Reich,
- ni une personnalité d’extrême-droite,
- etc.

Non. C’est la présidente du Parti social-démocrate de Finlande (SDP).

Lequel est membre du « Parti socialiste européen (PSE) », parti politique au Parlement européen regroupant les partis socialistes, sociaux-démocrates et travaillistes d’Europe, et notamment le Parti socialiste français. (Son groupe politique est le deuxième en taille au Parlement européen après les élections de 2004 et de 2009).

Par solidarité « socialiste » et parce qu’ils appartiennent au même parti européen PSE, le gouvernement socialiste français va-t-il approuver les déclarations de Mme Jutta Urpilainen ou la traîner dans la boue ?

Plus sûrement les instructions vont-elles être données pour organiser le verrouillage médiatique sur cette déclaration, afin que les Français soient tenus comme toujours dans l’ignorance de ce qui se passe.

CONCLUSION : UN GRAND PAS DE PLUS VERS LA DÉSINTÉGRATION DE LA MONNAIE EUROPÉENNE

La déclaration fracassante de la ministre finlandaise des Finances constitue un événement historique car c’est la toute première fois qu’un ministre des finances en exercice de la zone euro :

- annonce que son pays envisage de sortir de l’euro,
- et révèle que la sortie de l’euro est synonyme de sauvetage et non pas d’Apocalypse.

Ainsi, peu à peu, la vérité finit par s’imposer : ce sont les analyses de l’UPR, constamment identiques depuis la création de notre mouvement il y a 5 ans et 3 mois, qui sont les bonnes.

Tous nos adhérents peuvent ainsi se réjouir de constater qu’en dépit de tous les obstacles qui nous sont opposés par les européistes, les événements vont conduire de plus en plus, et inexorablement, notre mouvement sur le devant de la scène.


François ASSELINEAU


à lire également

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 03:42

 

 

Note d'eva : J'avais prévu de sortir un article sur la géopolitique du désastre, et la Conférence des Ennemis de la Syrie a changé la teneur de cette parution. Vous aurez la suite bientôt, à contre-courant, comme d'habitude, car je soutiens les Pays Non-Alignés dans leur lutte d'émancipation de la domination de l'Occident criminel. L'impérialisme, le colonialisme, l'ingérence dans les affaires des autres, les guerres de domination et de prédation, ça suffit ! Et l'hypocrisie de l'Occident dépasse l'entendement ! (eva)

 

BHL-Pensee-Unique-4.jpg

Couverture de mon ouvrage "Moi j'aime pas Giscard" détournée, à ma demande et selon mes souhaits. La Pensée Unique, je la combats, en bonne résistante aux "médiamensonges" (Michel Collon), en journaliste non-alignée sur la Pensée Officielle au service de la Haute Finance et des multinationales de guerre ! (note d'eva)

 

 

 

http://socio13.wordpress.com/ 

 

De la Conférence des ennemis de la Syrie

à la géopolitique du désastre

Par eva R-sistons

 

 

La Conférence des pseudos amis de la Syrie s'est réunie en France, avec un Hollande et un Fabius poursuivant l'oeuvre mortifère de Nicolas Sarkozy. Le changement promis n'a pas eu lieu, ni en matière d'Europe, ni en matière diplomatique. Nous sommes bernés en permanence ! Or donc, voici une 3e réunion pour aider Bachar-el-Assad à "sortir", autrement dit pour éliminer ce dirigeant gênant car dissident, non-aligné. Gare aux Etats indépendants !

 

Les faux amis de la Syrie accréditent l'idée dune guerre civile, de communautés, alors qu'il s'agit d'une guerre classique de l'OTAN (l'Organisation Terroriste Anti-Nations) pour dominer un  pays, le soumettre et le piller. L'OTAN veut d'ailleurs soumettre toute la région, et la planète entière, aussi. Son influence ne cesse de s'étendre, de gré ou de force ! Et les médias se gardent de dire la vérité...

 

Dans notre démocratie "irréprochable", jamais nous n'entendons le point de vue du camp adverse, jamais une interview des Représentants du régime syrien. Et en permanence nos Médias aux mains des Industriels de l'Armement alimentent la guerre, avec chaque jour de nouvelles images pour ne pas lasser l'Opinion, un fois on nous montre de jeunes victimes, le lendemain une icône est proposée, puis on nous propose des images de massacres ou des interviews de torturés, ou encore les souffrances de civils bombardés, et lorsqu'il ne se passe rien de nouveau, on évoque le père de Bachar-el-Assad et ses "exactions".

 

Car il faut bien voir que nos Médias n'informent pas, ils sont des acteurs essentiels de la guerre en propageant de fausses informations, en conditionnant, en dressant l'Opinion contre le pays attaqué.

 

Le règne de l'hypocrisie

 

Tout n'est qu'hypocrisie. A ce jeu, François Hollande excelle : "C'est une terrible situation humanitaire" s'émeut-il, en ajoutant qu'il faut encourager "l'ONU à prendre ses responsabilités le plus vite possible" !


Fabius, lui, déplore une situation "contraire aux exigences universelles humaines et du droit". Il demande que "les Syriens puissent choisir librement leur régime", oubliant que justement, ils ont déjà voté pour le maintien de celui-ci ! Et il assure agir "au nom du Droit des personnes, de la recherche de la paix, de l'ordre et de la sécurité, et de la lutte contre le terrorisme. Tout converge pour soutenir un autre Régime politique décidé librement par les Syriens. Rien, rien ne sera pire que Bachar-el-Assad, le désordre ne pourra être pire qu'aujourd'hui".  Est-ce tout ? Pas du tout ! Après la Syrie, il voit loin, le bonhomme ! Jusqu'en Iran, justement...: "L'Iran, c'est le prolongement de la Syrie. Parce que nous avons la volonté de travailler pour la paix, pour la sécurité, pour les Droits de l'Homme, nous ne pouvons pas accepter la menace nucléaire de l'Iran. Nous reconnaissons à l'Iran le droit de posséder le nucléaire civil. Mais pas le militaire ! C'est un risque pour la région...". Et le grand hypocrite continue : "Nous sommes très attachés à la sécurité mondiale ! La possession d'armes nucléaires par l'Iran serait une source de tensions internationales très grandes !". Et Israël, alors ? Il a des droits qu'on ne reconnaît qu'à lui dans la région ? Il ne menace personne ? Pourquoi ces  privilèges ? Au nom des camps de concentration ? Les autres victimes de génocides n'ont pas les mêmes droits, pourquoi donc ? 

 

En fait, l'Iran millénaire doit avoir sa dissuasion nucléaire : Ce serait sa meilleure protection, à lui qui n'a jamais attaqué personne, et qui est menacé d'être "rayé de la carte" par les "colombes" israéliennes ! 

 

Quant à la belliqueuse Mme Clinton, elle vitupère contre la Russie qui empêche l'Empire d'accomplir ses forfaits : "La Russie prend en otage le monde entier !", se lamente-t-elle. Vraiment, Madame ? Et vous, et vos zamis ?

 

Tout ce beau monde, les Fabius, les Hollande, les Clinton, les porcs du Qatar, sans compter les autoproclamés bienfaiteurs de l'humanité américains et israéliens ou les plus grands colons de la planète, anglais - tout ce beau monde, donc, se prétend obligé de fournir une aide "humanitaire" efficace aux pauvres syriens... attaqués par eux : Une aide amenée à évoluer en couloir humanitaire et en zone d'exclusion aérienne comme en Libye, donc bien armée, et porte ouverte, ensuite, à tous les abus avec les armes de destruction massive que les Irakiens n'ont jamais eues, mais que l'Occident, lui, se charge de moderniser sans cesse pour mieux trucider les populations au nom de la démocratie toujours plus irréprochable, cela va sans dire - et cela va mieux en le disant ! Plus les ficelles sont grosses, plus elles passent auprès des Veaux nourris au biberon des Médias collabos de la ploutocratie jamais repue. En tous cas, avec les corridors "humanitaires" en Syrie, gageons que le scénario libyen se répétera, avec les conséquences que l'on sait ! Alors, elle est pas belle, l'actualité, avec les toujours plus attentionnés Occidentaux ?   

 

Et tous ces amis de la Syrie sont "financés à coups de milliards de dollars par le Qatar" ! (Infos 19 h 30 FR3). Parmi eux, d'après le journaleux Christian Malard, "des Islamistes (très appréciés lorsqu'il s'agit d'attaquer Russes ou Syriens), des opposants en exil, et des libéraux". Des libéraux ? Comprenez, des atlantistes ou des sionistes grand teint ! Et à propos des Israéliens, j'admire leur capacité à être au premier rang de toutes les déstabilisations et de toutes les guerres impérialistes, sans jamais que leur nom ne soit mentionné. Il est vrai que ce sont leurs supportes qui orchestrent la désinformation !

 

Libérateurs à la sauce occidentale...

 

Et admirez aussi la jolie jolie synchronisation : En Libye, jadis si prospère sous Kadhafi et aujourd'hui via l'intervention de l'OTAN à moitié détruite, les partisans de Colonel sont torturés et tués un par un chez eux, et l'or comme le pétrole sont désormais gérés par les "démocrates" de l'Occident. Mais sur cette  terre "libérée" par les Multinationales de l'Armement, du Pétrole et de la Finance, on vote, justement, en pleine Conférence des bons zamis de la Syrie. Alors, elle est pas belle, la démocratie islamiste ? Les femmes émancipées du laïc Kadhafi  ont vu leurs hommes assassinés par les "libérateurs", et maintenant, un bonheur ne venant jamais seul, les voici découvrant les joies des lois salafistes... Vous voulez ça pour la Syrie ? Vous voyez la pimpante Mme Bachar-el-Assad avec un tchador ?  

 

Asma et Bachar el-Assad le 12 juillet 2008, crédits: Ammar Abd Rabbo

Asma et Bachar el-Assad le 12 juillet 2008, crédits: Ammar Abd Rabbo Flikr: cc - http://martiennes.wordpress.com/2011/08/01/entre-ombre-et-lumiere-les-femmes-el-assad/

 

Sur France24 (la Chaîne de Christine Ockrent au service de l'Info internationale, en réalité au service des néoconservateurs et de leurs guerres coloniales hégémoniques), une "amie" du peuple syrien est interrogée, une certaine Florence Ghoslan, au nom qui rappelle celui du Chef de l'Officine israélienne BNVCA. Parole neutre ? Vous plaisantez ! Juge et partie, c'est excellent pour l'info partisane, pour la désinformation, mais pas pour les citoyens en quête de vérité !   

 

Et toujours sur France24, M. Abou Diab, un politologue "sur mesure", commente la situation : "Il faut un vrai calendrier d'intervention, de vraies mesures de dissuasion... Comme en Yougoslavie et au Kosovo !" Et voilà, les Veaux sont avertis ! Une intervention comme en Yougoslavie... vous vous souvenez ? Le méchant Milosevic qui orchestre des massacres ethniques, et les pauvres Kosovars persécutés par l'ogre slave ! Oui, mais... les massacres sont mis en scène par l'Occident, comme en Irak hier ou en Syrie aujourd'hui, et le Kosovo est une terre mafieuse. Exit la puissante Fédération slave, l'alliance avec la Russie, et vive le morcellement assorti de la plus grande base américaine au Kosovo, juste aux portes de la Russie. Vive, aussi, les trafics juteux en tous genres !

 

L'Occident brûle de mettre la main sur la Syrie comme sur le Kosovo, pour s'en servir en tant que base arrière d'attaque de la prochaine cible... l'Iran ! Jolie cible... A l'avance, les magnats américains du Pétrole se réjouissent ! 

 

Et M. Abou Diab, au passage, s'en prend à la Russie, à la Chine et aux pays émergents (qui osent soutenir les rénégats syriens), tout en appelant à la constitution d'une large alliance des pays contre eux, en contournant l'ONU, s'il vous plaît ! "Nous sommes TOUS militants de la cause syrienne", renchérit le fervent ami d'Israël aux Affaires Etrangères, Laurent Fabius, qui comme DSK, sans doute, doit chaque jour se demander, en France, comment servir au mieux l'entité sioniste ! Euh, c'est ça qu'on appelle un conflit d'intérêts ?

 

En réalité, nos Médias ne sont pas des supports d'information, mais d'authentiques acteurs, d'authentiques instruments de guerre. Chaque jour, ils distillent le venin de la désinformation, la propagande de guerre qui doit nous conduire à accepter les intolérables guerres économiques et hégémoniques. Chaque jour, ils nous préparent à envoyer nos enfants, le moment venu, combattre les ennemis que l'Oligarchie aura choisi pour augmenter son influence et ses profits. Chacun son rôle : Les Elus aux ordres des ploutocrates, comme hier Sarkozy et aujourd'hui Hollande, "déplorent les bilans terribles pour la conscience humaine et la sécurité", et les médias relaient avec moult images-chocs, mises en scène impressionnantes, icônes bien choisies surtout très jeunes, commentaires émouvants, interviews pathétiques, analyses saignantes... La stratégie du choc, pour être acceptée, doit être précédée par la stratégie de la manipulation...

 

Et déjà, la baronne Ashton, Haut Représentant de l'UE pour les Affaires Etrangères (choisie par le groupe Bilderberg pour sa soumission, comme le terne Von Rumpuy), annonce devant les caméras que "nous allons CONTINUER dans TOUS les pays de la région" ! Voilà qui est clair, nous sommes prévenus... Et ne leur demandez pas pourquoi ils s'ingèrent ainsi dans les affaires des autres, la réponse fuse aussitôt : "S'ingérer dans les affaires intérieures d'un Etat est légitime dans ce moment où cette crise-là est devenue une menace pour la Sécurité internationale" !  C'est Sarkozy qui parle comme ça ? Non, c'est son clone, François Hollande. La démocratie occidentale nous permet de voter, mais seulement, à Droite comme à Gauche, pour ceux qui font la même politique... Et dire que c'est au nom de cette démocratie qu'on doit faire des guerres ! 


Ainsi, comme en Syrie l'Occident s'octroie le droit de décider du sort des pays contre la volonté de la majorité de la population, il s'octroie le droit d'intervenir partout où le Régime ne convient pas. C'est un changement majeur dans l'Histoire de l'humanité ! Toutes les règles du droit international sont bafouées, la souveraineté des Etats est piétinée, nous entrons dans une nouvelle phase, honteuse pour... la démocratie ! 

 

D'ailleurs, notre monde est en grande partie occupé par les puissances assassines de l'Occident. Rien n'échappe à leur contrôle : Médias, Sphères politiques, Cinéma, Livres d'Histoire, Facultés, tout est utilisé pour nous conditionner à accepter, plus que jamais, l'intolérable. Et l'hypocrisie de l'Occident ne connaît pas de limites : Il forme les adversaires de Bachar-el-Assad, il arme les opposants, il torture, tue, assassine, massacre, promeut les attentats terroristes, viole tous les droits humains, et crie au scandale lorsque le dirigeant syrien défend son peuple ! Et il proteste contre l'impunité de Bachar-el-Assad, alors que c'est lui, l'Occident, qui dévaste la planète en toute impunité et qui met en place des tribunaux à sa botte pour juger les crimes des autres tout en s'exonérant des siens, monstrueux !

 

L'Occident est bien la plus grande menace qui pèse sur l'humanité. Et l'influence de l'OTAN ne cesse de s'étendre, de gré ou de force ! L’OTAN Etend Son Réseau Militaire Sur Tous Les Continents

 

En tous cas, avec la Syrie, et en attendant la mise à mort de l'Iran, la 3e guerre mondiale a d'ores et déjà commencé... Aucun doute n'est plus permis !

 

eva R-sistons

 

http://r-sistons.over-blog.com

 

.

 

Et puisqu'on ne donne jamais la parole au Régime syrien,

moi je la donne (eva)

 

 

Syrie : Interview du Président Al-Assad
avec un représentant des Médias Turcs

par DR Bachar al-Assad
Le 4 juillet 2012

 

Le Quotidien turc « Cumhuriyet » a publié le 3 juillet 2012 une partie d’une interview  accordée  par le Président  Bachar al-Assad qui s’est exprimé sur les événements en Syrie et leurs développements régionaux et internationaux. D’après « Shukumaku », cinq quotidiens turcs… avaient sollicité cet entretien accepté par les autorités syriennes compétentes, mais quatre d’entre eux n’ont pas été en mesure de se rendre en Syrie pour y participer ; le Directeur du Bureau du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan leur ayant demandé de s’abstenir. D’après Syria-politic [1], la BBC serait pratiquement le seul média à ne pas avoir plus ou moins mésinterprété le sens des paroles du Président syrien en ce même jour [NdT].

Monsieur le Président, est-ce que les relations tendues entre la Syrie et la Turquie, notamment depuis qu’un avion turc a été abattu, pourraient mener à une « chaude » confrontation entre nos deux pays, comme semble le croire les dirigeants turcs ?

Nous vivons une étape que je considère historique. Une multitude d’événements et de développements sont en train de dessiner la carte de toute une région. À mon avis, cette étape est probablement comparable  à celle qui a eu lieu, il y a cent ans, lorsque l’Empire Ottoman a reculé et que le Khalifat est tombé, avec la discorde entre les Arabes et les Turcs qui a suivi. Ces douze dernières années, et depuis la première visite du Président Sezer en  Syrie, nous n’avons eu de cesse de changer cette image héritée du passé, et même de l’effacer totalement de l’esprit des Arabes. Nous avons toujours dit que l’époque de ces litiges révolus nous a beaucoup et utilement appris.

Les Arabes ont perdu…  les Turcs ont perdu… il n'est donc pas raisonnable que, tout d'un coup, nous reprenne l’envie de revenir à ce stade pour que vous et nous perdions de nouveau ! Depuis un an et 3 mois, autrement dit, depuis le début de la crise en Syrie, nous avons travaillé dans plusieurs directions à la fois… la première pour résoudre la crise et faire face aux terroristes ; la deuxième pour tenter de conserver la relation que nous avions réussi à construire avec la Turquie, alors que chacun des pas et des discours de l’actuel gouvernement turc s’évertuent visiblement à la saper… Je peux dire qu'ils sont arrivés à détruire la plus grande partie de l'édifice que nous avions bâti, mais les fondations sont restées, et ces fondations sont les relations entre les deux peuples.

C’est pourquoi et en réponse à votre question, je tiens à dire qu’en Syrie nous continuerons à travailler dur pour que les choses n’en arrivent pas à la confrontation, une confrontation perdante pour la Syrie, et pour la Turquie. Je vois bien que la Turquie se dirige dans le sens inverse, mais seulement au niveau de son gouvernement, non au niveau de son peuple. Le peuple turc est  conscient et  ne permettra pas, comme nous ne permettrons pas, d’en arriver là. Il sait que ce gouvernement veut l'entrainer vers la confrontation pour des intérêts particuliers et non pour des intérêts nationaux.  

Monsieur le Président, maintenant que vous avez dit que vous ne laisserez pas les choses aller dans le sens de la confrontation, quelle est la position syrienne sur l'avion turc abattu… et les déclarations du gouvernement et de l'Etat turcs disant qu’il l’a été délibérément et conformément aux instructions directes du Président Al-Assad ?

Étaient-ils en ma présence à ce moment précis ? C'est ridicule… il faut rester logique. Nous sommes face à deux versions : soit nous avons abattu cet avion  délibérément, comme ils le prétendent ; soit nous l’avons abattu  en dehors des eaux territoriales par erreur, si erreur il y a ! Si nous l’avions abattu par erreur en dehors de nos eaux territoriales, nous n’aurions pas de problème pour le reconnaître et présenter nos excuses officielles ; ce dont  le peuple turc sera juge. En revanche, si nous l’avions délibérément abattu, la question logique serait de savoir quel serait l’intérêt de la Syrie à ce faire. Détesterions-nous le peuple turc au point de lui adresser un message en ce sens ? Ce n'est pas vrai parce que, ces dernières années, ce peuple a répondu à notre amitié par autant d’amitié et que, dans sa grande majorité, il ne croit pas aux allégations avancées par le gouvernement Erdogan depuis le début de la crise… Avons-nous cherché à asséner un coup à l'armée turque ? Pourquoi faire, alors qu’elle n’a commis aucun acte d’agression à notre égard ?

En réalité, l’avion a été abattu par le plus petit des canons utilisés en défense anti-aérienne dont la portée est de 2,5 kms au maximum, et il est très difficile pour des canons anti-aériens d’abattre un avion de combat s'il ne vole pas très bas. Par conséquent, le fait que cet avion ait été abattu par une telle arme signifie qu’il se situait à moins de 2,5 kms des côtes et à basse altitude. En temps normal et en temps de paix,  lorsqu’un avion ami de n'importe quel pays du monde se pointe de la sorte vous ne le descendez pas, à plus forte raison s’il s’agit de l’avion d’un pays voisin comme la Turquie !  Mais nous sommes un pays en guerre et dans ces conditions lorsque vous ne pouvez identifier l’avion qui arrive, vous supposez qu’il s’agit d’un avion ennemi ; d’autant plus que lorsqu’il est descendu en altitude, il n’était pas visible sur les radars syriens.

Nous avons donc descendu un avion non identifié, et ce n’est que lorsque la Turquie a annoncé la disparition de l’un de ses avions que nous avons supposé qu’il pouvait s’agir d’un avion turc. Nous avons contacté le côté turc, alors qu’il ne s’est manifesté d’aucune façon et que les communications directes entre nos deux armées sont totalement interrompues sur décision des autorités turques. C’est donc le côté syrien qui a contacté  le ministère turc des Affaires étrangères, qui a mis  quelques heures  à répondre… Les bateaux de sauvetage ont été envoyés… Et bien sûr, une coopération syro-turque s’est établie pour porter secours aux pilotes… Cependant, ce qui n’a pas été dit, c’est que l’avion volait dans un couloir aérien emprunté maintes fois par l’aviation israélienne pour violer notre espace. Donc, en de pareilles circonstances et vu la vitesse, le trajet, et la basse altitude, tout militaire syrien pressent qu’il peut s’agir d’un avion ennemi et agit en conséquence.  Je répète et j’affirme que, du côté syrien, l’avion n’était pas identifié avant d’être abattu.

Monsieur le Président, pourquoi n’y a-t-il pas eu de sommation ?

Pour cela, il aurait fallu que l’avion apparaisse sur le radar, mais le soldat derrière son canon ne dispose pas de mécanismes d’alerte. Ses instructions sont telles qu’en pareil cas, il doit tirer. C’est la règle… il tire sans se référer à son commandement, car c’est une affaire de secondes.

À aucun moment, cet avion n’a été repéré par les radars syriens ?

Peut-être l’a-t-il été quand il se trouvait en haute altitude et à l'extérieur des eaux territoriales… Mais dans les eaux territoriales, la question est toute autre. Tout le monde sait que nous parlons ici d'une distance de 20 kms normalement parcourue  en une minute ou moins,  et qu’en basse altitude un avion échappe aux radars. La preuve en est que lorsque les avions israéliens ont pénétré notre espace pour nous bombarder en 2007, ils ont échappé à nos radars… Plus important encore, il n'y a pas de missiles de défense anti-aérienne pouvant atteindre les limites de nos eaux territoriales dans cette zone. Ce sont là des mensonges lancés par certains responsables turcs.

L'armée turque a parlé de communications entre responsables des radars syriens ayant trait à l’attaque de l’avion turc… Elle a appelé tous les États possédant des dispositifs d'écoute, des satellites, et des bases militaires dans la région, Chypre en particulier, à publier ce qu’ils auraient enregistré.

Qu’ils publient donc ! Mais ils mentent… Nous avons abattu un avion resté non identifié jusqu’à ce que la Turquie l’annonce, et je répète et insiste pour que ceux-là répondent à ma question : où est l’intérêt de la Syrie pour abattre un avion turc ?  Ils n’ont pas la réponse, alors que jusqu’ici nous avons refusé de traiter le sujet comme un avion destiné à violer notre espace aérien… en cet instant précis, nous voulons toujours en rester à une hypothèse de bonne foi … une erreur du pilote… peut-être… un accident !

Monsieur le Président, qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez été informé qu’un avion turc avait été abattu ?

Sur le plan psychologique, le peuple turc est un peuple ami et il est évident que vous ne pouvez pas être heureux d’avoir abattu un avion, à moins que ce ne soit celui d’un ennemi. Pour nous, l’ennemi est israélien…  En revanche, nous avons bien ressenti  que Mr Erdogan et son gouvernement voulaient exploiter la situation pour des bénéfices qu’ils n’ont pas été en mesure de récolter cette dernière année. En quinze mois, ils n’ont pas réussi à mobiliser le peuple turc contre nous… ils ont donc tenté d’utiliser ce sujet pour transférer l'hostilité entre deux gouvernements à deux peuples. C’est grave !

Monsieur le Président, vous venez d’expliquer à la rue  turque que cet avion n’a pas été abattu délibérément et que l’interprétation qui en a été donnée est différente. Mais deux jeunes pilotes sont morts et sont donc les victimes, qu’ils aient été envoyés délibérément ou non… que dites-vous aux familles de ces deux officiers, en sachant que l'un d'eux se préparait à rejoindre une mission dans l'espace ?

Abstraction faite des  politiques de Mr Erdogan qui n'a infligé au peuple syrien  que blessures et destructions, et abstraction faite de son gouvernement qui ne lui a  souhaité que la mort…  nous, nous ne souhaitons que le bien pour le peuple turc. C’est un peuple ami et, pour nous, la mort d’un citoyen turc signifie la mort d'un frère. Nous présentons nos sincères condoléances aux familles et exprimons notre estime à ce père du pilote que nous avons entendu dire à Erdogan : « c’est mon fils qui a été tué et nous ne voulons pas que sa mort soit exploitée pour aller à la guerre » !  C'est un comportement honorable qui mérite le respect… il est certain que nous partageons leur sentiment… et puisque nous sommes frères, nous ressentons la perte de n’importe quel turc comme la perte de n’importe quel syrien. Ceci, je le répète, abstraction faite des politiques de Mr Erdogan.

Auriez-vous souhaité qu’une telle chose ne soit pas arrivée ?

Nous ne souhaitons pas qu’une telle chose arrive à tout avion non hostile et non seulement à un avion turc. Ceci dit, n’importe quel avion et même un avion syrien serait considéré comme un avion ennemi dans les mêmes circonstances ! Ce ne sont pas là des règles politiques mais des règles militaires, et je pense qu’elles sont suivies dans la plupart des pays du monde.

Monsieur le Président, quel serait votre commentaire au fait que ces deux pilotes décédés ne faisaient partie ni du gouvernement ni de l'Etat turcs… malgré notre considération pour vos sentiments envers eux, leurs familles, et le peuple turc?

C’est normal…  mais ces deux pilotes font partie de l'armée, et ce que vous sous- entendez est censé passer par une relation directe entre nos deux institutions militaires, relation totalement interrompue alors qu’en l’occurrence, elles étaient censées communiquer directement. Ce ne fut pas le cas !

Relation interrompue dans ce seul cas ?

Non… la relation est interrompue depuis plus de six mois par décision du gouvernement turc et plus précisément depuis les modifications survenues au sein de l'armée turque.  Vous savez bien qu’entre pays voisins, certains événements semblables ou totalement différents nécessitent une coordination directe entre les forces armées. Or, nous ne disposons actuellement d’aucun annuaire à utiliser en cas d’urgence.  Quand nous avons soulevé la question auprès  de l’attaché militaire turc, il nous a été répondu que nous devrons le contacter par le biais du gouvernement. Ce n’est pas très pratique, mais c’est une décision prise du côté turc, non du côté syrien.

Monsieur le Président, le côté turc prétend que son point fort réside dans le fait que c’était un avion de reconnaissance ne disposant d’aucune arme ou protection… pourquoi a-t-il été abattu ?

Les règles militaires ne sont pas liées au type d’avion, à sa mission ou à son armement. Le guerrier ou le soldat derrière la DCA ne sait pas s’il s’agit d’un avion de reconnaissance ou de combat, équipé ou non de missiles… entré par erreur ou pour hostilité… Il ne peut apprécier, mais votre question en entraîne une autre : pourquoi ne nous ont-ils pas prévenu que leur avion allait s’approcher de l'espace aérien syrien ? S’il y avait eu coordination entre nos deux armées, nous aurions été au courant des exercices en cours et nous aurions plus facilement estimé la situation… Le côté turc doit dire publiquement  ce que faisait cet avion dans l’espace aérien syrien bien que nous ne l’exigions pas, considérant l’incident comme un accident !

Le gouvernement turc voit désormais le gouvernement et le régime syriens comme un ennemi et, suite à cette crise récente, il a commencé à masser ses troupes à la frontière syrienne, comment voyez-vous la Turquie et quelle est votre réponse à ces agissements ?

Les deux pires phases qui ont traversé l'Histoire des relations syro-turques ont eu lieu en 1998 lorsque la Turquie a massé son armée à nos frontières et dans les années cinquante, en 1955 je crois, au moment du « Pacte de Bagdad » ; cependant, nous n’avons pas vu  la Turquie comme un ennemi. Il est donc évident que nous ne la verrons pas comme un ennemi ni aujourd’hui, ni demain, même si nous sommes en désaccord entre gouvernements. Pour qu’il y ait hostilités entre la Syrie et la Turquie, il faudrait qu’il y ait hostilités entre les deux peuples…  L’hostilité entre les gouvernements n’est pas suffisante et c’est pourquoi il n’y a pas de troupes syriennes qui se dirigent vers la Turquie. 

En Turquie, il se dit que de nouvelles règles d’affrontement feraient  que n'importe quel avion ou tank syriens qui s’approcheraient de la frontière turque seraient attaqués… Qu’en dites-vous ?

Aucun État n’a le droit de tirer que s’il y a violation de son territoire par un autre État.

Supposons qu'il y ait ciblage d’un tank ou d’un avion syriens…

C'est une question hypothétique. Nous ne voulons pas que les choses aillent dans ce sens entre la Syrie et la Turquie… Et,  s’ils ciblent  n'importe quel engin à l’intérieur des frontières syriennes, ce sera une agression contre la Syrie.

Comment évaluez-vous la Conférence de Genève… et, en particulier, les points soulignés par Mr Kofi Annan ?

Nous n’en avons pas encore discuté directement  avec Mr Kofi Annan ou avec le côté russe. Néanmoins, certains points nous ont semblé très clairs dans les déclarations de Mr Annan et du ministre russe des Affaires étrangères, Mr Lavrov. Le premier : c’est au peuple syrien de décider et c’est la position syrienne … Le deuxième : il faut commencer par l’arrêt des violences et c’est la position syrienne … Le troisième : il faut désarmer les bandes armées et c’est la position syrienne… Comme l’a dit Mr Annan,  les mains tâchées du sang syrien ne se trouvent pas seulement en Syrie mais aussi à l'étranger, ce qui confirme le rôle d’autres pays qui sont impliqués… Ces points sont essentiels pour nous, le plus important et celui sur lequel nous ne céderons pas est que toute prise de décision émane de l’intérieur de la Syrie, non de l’extérieur !

Y a t-il des paroles qui vous auraient déplu dans les déclarations de Mr Annan à Genève ?

Tant qu’il n’y a pas atteinte à la souveraineté syrienne, tout le reste est discutable… Tout ce qui porte atteinte à cette souveraineté nous déplait… Hier, Mr Annan a dit que tout relève du peuple syrien et cela nous satisfait.

Monsieur le Président, je ne sais si vous avez suivi la conférence de presse de Mme Clinton qui a dit avoir compris des déclarations de Mr Annan que le président Assad devait s’en aller… Comment comprenez-vous ces mots ?

Tout d'abord, pour nous les paroles des responsables étatsuniens ne sont généralement d’aucune  crédibilité ; ensuite, les prises de position des États-Unis sont fondamentalement hostiles à la Syrie depuis le début de la crise dont ils sont partie prenante, en plus de leur soutien évident aux terroristes. C’est pourquoi, nous ne nous sentons nullement concernés par les déclarations  de tel ou tel responsable étatsunien au cours de cette crise.

Ce qui nous importe c’est comment vous comprenez ce qu’a dit Mr Annan, non ce qu’a dit Mme Clinton ou Mr Lavrov… comment vous comprenez la conclusion de la Conférence de Genève ?

Nous, ce qui nous importe principalement est que la décision revienne au peuple syrien. C’est ce qu’il nous importe de comprendre et ce qui nous intéresse… le respect de notre souveraineté et la non-ingérence dans nos affaires intérieures.  

À cette Conférence ont été abordées les questions de la transition du pouvoir avec ou sans le Président Al-Assad et celles des exigences régionales et internationales pour achever le processus de réforme… quelle est votre position à ce sujet ?

Les réformes n’ont rien à voir avec le régional ou l’international.  Nous n'acceptons aucun diktat imposé de l'extérieur et tout se décide en interne. Si j’avais été personnellement intéressé  par un poste, j’aurais exécuté les diktats des Etats-Unis et les exigences des pétrodollars… j’aurais vendu mes positions et mes principes au  pétro-dollar…  et surtout,  j’aurais accepté la mise en place d’un bouclier anti-missiles en Syrie.

Si les circonstances exigeaient que vous abandonniez votre poste pour sauver votre peuple et la Syrie… le feriez-vous ?

Si le départ d’un Président réalise l'intérêt de son pays, il est naturel qu’il parte… c’est évident. Il n’est pas concevable de rester un seul jour de plus si telle n’est pas la volonté du peuple et c’est les élections qui en décident.

Devons-nous comprendre que vous ne pensez pas rester en poste ad vitam aeternam ?

Je vous ai déjà dit que ce qui m’intéresse est ce que je construis, non le poste que j’occupe. Pour moi, l’important est de construire !

 

Dr Bachar al-Assad

Président de la République Arabe Syrienne

03/07/2012 

 

Article original : Shukumaku  
http://www.shukumaku.com/Content.php?id=48985    

Article traduit de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal pour Mondialisation.c

 

 


 

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=31690 

 

Ce que la Syrie veut dire pour la Russie
Première partie : un « message » balistique Topol-M
par Fida Dakroub

 


Partager cet article
Repost0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 03:32

 

jeudi 5 juillet 2012

Lettre ouverte de Jacob Cohen à Manuel Valls

http://jacobdemeknes.blogspot.fr/2012/07/lettre-ouverte-de-jacob-cohen-manuel.html


http://info-palestine.net/article.php3?id_article=9047

 

 

Jacob Cohen agressé par la LDJ

 

Jacob Cohen

Paris, le 5 juillet 2012


Lettre ouverte à M. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur



Monsieur,


Ce qui se passe en ce moment en France vous déshonore. Je vous dénie le titre de Républicain.


Le 12 mars 2012, j’ai été agressé, en tant qu’écrivain juif antisioniste, par la Ligue de défense juive, qui a filmé et posté l’agression. Vos services n’ont pas levé le petit doigt pour les arrêter.


Se sentant dans une totale impunité, et bénéficiant des protections dues aux judéo-sionistes, la LDJ a récidivé aujourd’hui. Plainte a été déposée au commissariat du 4e. Mais je ne me fais aucune illusion sur la suite.
Vous avez de tout temps, comme toutes les autorités de la République, et en premier lieu le Président, affirmé votre soutien indéfectible au CRIF et à son bras armé, la LDJ, aux méthodes fascistes.


Cette soumission aveugle est révoltante. Je vous laisse imaginer si j’avais été un écrivain sioniste membre du CRIF agressé par des islamistes. Le tollé que cela aurait provoqué.


Vous n’avez ni le sens de la justice ni la volonté de mener une politique équilibrée. L’Histoire vous jugera.

 

Le dernier roman de jacob Cohen :

LE PRINTEMPS DES SAYANIM


Les sayanim – informateurs en hébreu – sont des Juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence. Leur nombre en France se situerait, selon les auteurs, autour de trois mille. Ils se recrutent principalement au sein du Bnaï Brit (franc-maçonnerie juive internationale) et autres organisations juives nationales.

Mêlant réalité et fiction, le récit explore cette nébuleuse à Paris, aux ramifications étendues et insoupçonnées.

Youssef El Kouhen en fera l’amère expérience. Fils d’immigrés marocains, professeur d’histoire, il espère parfaire son intégration républicaine en adhérant au Grand Orient de France. Mais son engagement pour la Palestine provoquera les représailles des sayanim, infiltrés dans les hautes sphères de l’obédience maçonnique.

Même mésaventure pour sa compagne. Ayant rejoint une petite association pro-palestinienne dont le nom « dérange », Florence Meyer découvrira, la mort dans l’âme, les moyens mis en œuvre, et les complicités diverses, pour la mettre hors jeu.

Il en ira ainsi de quelques autres épisodes, impliquant des sayanim français dans la guerre psychologique que mène le Mossad pour défendre la sacralité d’Israël.

 

.

 


Partager cet article
Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 04:05

 

Le premier ministre portugais conseille aux jeunes de partir
Par Fabrice Nodé-Langlois Mis à jour le 04/07/2012 à 19:22 | publié le 04/07/2012 à 17:57 Réactions (208)
Pedro Passos Coelho, le premier ministre portugais.
Pedro Passos Coelho, le premier ministre portugais. Crédits photo : Francisco Seco/AP

Au Portugal, la crise s'accentue. Le premier ministre, Pedro Passos Coelho, en est venu à appeler ses compatriotes à chercher du travail ailleurs. L'an dernier, plus 120.000 Portugais auraient choisi le chemin de l'émigration.

La crise au Portugal s'accentue à tel point que le premier ministre, Pedro Passos Coelho, en est venu à appeler ses compatriotes à émigrer! Ils devraient «faire preuve de plus d'effort», «laisser leur zone de confort» en cherchant du travail ailleurs, a-t-il déclaré. Les enseignants incapables de trouver du travail au pays devraient ainsi songer à émigrer en Angola ou au Brésil, les anciennes colonies.

Partir? Carlos, 48 ans, enseignant vacataire à temps partiel depuis plus de vingt ans, y songe tous les jours. «Si vous me trouvez un travail, en France ou en Angola, je pars demain», dit-il dans son excellent français. Carlos a donné rendez-vous dans un café de la plage de Baleal, à côté de Peniche, un port de pêche situé à 100 km au nord de Lisbonne.

Sur les longues plages de sable fin de Peniche, les estivants arrivent en nombre. Ici, dans la capitale portugaise du surf, qui dispute le titre européen à Biarritz-Hossegor, le recul de plus de 3% du PIB annoncé pour cette année semble irréel. «Ici, c'est un petit paradis, concède Carlos en buvant un cafezinho face aux rouleaux. C'est moins sinistré que dans les régions agricoles et industrielles au centre du pays ou au sud de Lisbonne.»

Et pourtant. À entendre le maire, Antonio Correia, le chômage local, à 14 %, n'est pas loin des 15,2 % nationaux. À Peniche, à la crise de la pêche s'est ajouté l'assèchement du crédit bancaire. L'immobilier est aux premières loges des secteurs affectés. Les chantiers sont gelés. Les affiches «à vendre» et «à louer» fleurissent dans la petite cité balnéaire.

Plus d'un jeune sur trois au chômage

Les mesures draconiennes d'assainissement des finances publiques - baisse des salaires, des pensions et des allocations - affectent toute la société. Dans une ruelle du vieux bourg, le propriétaire de la petite boutique Baixa Mar (marée basse) d'articles de pêche a fini par craquer. Il a affiché en vitrine le nom de tous les clients qui lui doivent de l'argent. En pure perte.

Carlos, qui complète son salaire d'enseignant comme correspondant du journal local Gazeta das Caldas, a publié le mois dernier une double page illustrée de photos en petit format de devantures de boutiques fermées. Il en a compté plus de 300 dans la ville de Caldas da Rainha. Crise oblige, son salaire de journaliste a été brutalement coupé, de 800 à 600 euros mensuels.

Carlos, comme Fernando, chauffeur de taxi qui songe sérieusement à rejoindre l'un de ses fils exilé à Londres, ressent comme une impression de retour en arrière. Un retour à la génération de leurs parents partis en masse en France.


L'an dernier, plus 120.000 Portugais auraient choisi le chemin de l'émigration, notamment vers les ex-colonies à la croissance dopée par les hydrocarbures. Dans ce pays de la Vieille Europe de 10 millions d'habitants, plus d'un jeune sur trois est au chômage. À 16 ans, le fils de Carlos ne se voit pas d'avenir au pays et n'a pas attendu, lui non plus, l'exhortation désespérée du premier ministre pour rêver d'ailleurs.

 

LIRE AUSSI:

» L'Espagne et le Portugal choisissent l'austérité

» Portugal: Bruxelles envisage déjà un second sauvetage

» Quitter l'Europe en crise pour trouver un emploi

 

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2012/07/04/20002-20120704ARTFIG00611-le-premier-ministre-portugais-conseille-aux-jeunes-de-partir.php

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 02:54

 

Résumé essentiel des décisions du dernier sommet européen

sommet290612.jpg?w=645Selon le contenu des décisions annoncées lors du dernier sommet européen de fin juin, « les dirigeants des pays membres de l’Union européenne ont convenu d’élargir les fonctions des fonds européens de stabilisation. L’argent dont disposent le Mécanisme européen de stabilité (MES) et le Fonds européen de stabilisation financière (FESF) permet désormais d’acheter des obligations d’Etat pour réduire les coûts d’emprunt des pays en difficulté. De plus, cet argent pourra être directement alloué aux banques en difficulté, et ce sans attendre leur demande d’aide. Auparavant, les sommes destinées à aider les banques en difficulté étaient mises à disposition des gouvernements, qui décidaient eux-mêmes comment aider le secteur banquier. Par conséquent, la dette publique augmentait. Un autre inconvénient de l’aide indirecte aux banques est la perte de confiance des investisseurs envers les gouvernements. Ils pourraient les considérer comme des emprunteurs peu fiables et acheter leurs obligations à des taux d’intérêt plus élevés.

dupont.jpg?w=645Pendant le sommet de l’UE, les dirigeants se sont également mis d’accord pour charger une seule institution financière du contrôle global de toutes les banques européennes. Il s’agira très probablement de la Banque centrale européenne (BCE). A l’heure actuelle, l’activité des banques est supervisée par des agences gouvernementales, dont certaines, pour diverses raisons, ne s’empressent pas de reconnaître l’existence de problèmes, ce qui ne fait qu’aggraver la situation. L’organisme superviseur pourrait recevoir le droit de fermer les banques les plus en difficulté, même si les régulateurs nationaux s’y opposaient.

L’UE prévoit également d’instaurer une garantie paneuropéenne des dépôts. Rappelons qu’actuellement, cette garantie est prise en charge par les gouvernements des pays où se trouvent les banques. Les dirigeants de l’UE ont confirmé leur engagement à poursuivre le rapprochement des membres de l’Union, aussi bien dans le secteur économique que politique, mais ils se sont limités à une déclaration d’intention commune. De toute évidence, les membres de l’UE devront céder une partie de leur souveraineté en matière de politique fiscale et de dépenses ».

Le problème de la mise en œuvre des réformes

« Le manque d’argent des fonds pourrait devenir le principal obstacle. Après avoir aidé les banques espagnoles, l’argent restant pourrait être insuffisant pour régler toutes les tâches prévues ». (Source : Novye Izvestia)

 
17 Comments

Publié par liesiletter le 5 juillet 2012 dans Non classé

 

Les perles des cancres… Episode 1

Voici quelques perles retrouvées dans des copies de futurs bacheliers.

diplomebac.jpg?w=645

GUERRE

- Les soldats se cachaient pour éviter l’éclatation des obus.

- Les avions lançaient des espadrilles contre l’ennemi.

- A la fin, les hommes commençaient à en avoir marre d’être tués.

- Après la défaite, les Français prirent comme chef, le maréchal Pétrin.

- Le 11 novembre, tous les morts de la guerre fêtent la victoire.

- Sur les champs de bataille, on voit les tombes de ceux qui sont tombés, c’est pourquoi on les appelle des pierres tombales.

MOYEN AGE

- Les paysans étaient obligés de jeûner à chaque repas.

- La famine était un grave problème pour ceux qui n’avaient rien à manger.

- Au Moyen Age, la bonne santé n’avait pas encore été inventée.

- Les Moyenâgeux avaient les dents pourries comme Jacquouilles .

- La mortalité infantile était très élevée sauf chez les vieillards.

JEANNE D’ARC

- Son nom vient du fait qu’elle tirait à l’arc plus vite que son ombre.

- On l’appelait “La Pucelle” car elle était vierge depuis son enfance.

- Jeanne détestait les Anglais à qui elle reprochait de l’avoir brûlée vive.

 
30 Comments

Publié par liesiletter le 5 juillet 2012 dans Non classé

 

Citoyens: on veut vos sous pour payer les intérêts des dettes aux banquiers

courdescomptes.jpg?w=645Le 26 juin, après le rapport publié par la Cour des comptes, Jérôme Cahuzac, ministre du budget, a décrété le gel de 1 milliard d’euros de dépenses prévues par les ministères d’ici à la fin 2012. Les Sages réclamaient le double car il faut s’attendre, selon eux, à des dérapages de l’Etat français, pris entre l’enclume du monstre bruxellois et la recherche de la paix sociale ! Car il faut bien penser à l’acheter cette paix sociale. Son prix va faire comme celui des métaux précieux : une seule direction… la hausse.

La Cour des comptes avertit cependant le gouvernement que la très faible croissance risque de le contraindre à trouver, fin décembre 2012, quelques 6 à 10 milliards d’euros… Conséquence, si Paris veut satisfaire le calendrier de Bruxelles et paraître un bon élève, il faudra des “mesures fiscales nouvelles rapides et d’un montant significatif”.

Et que se passera t-il après le vote du MES ? Il faudra encore d’autres sous au nom de la solidarité européenne… Le sujet est pour le moment tabou et politiquement non correct…

Bien évidemment, faut-il que les Allemands consentent encore à accepter juridiquement ce MES. On marche beaucoup au bluff actuellement, partant du principe que les Allemands sont à la botte de Washington. L’avenir dira si c’est vrai. Mais une petite information intéressante au passage : les échanges commerciaux entre l’Allemagne et la Russie ont atteint en 2011 le volume record de 70 milliards d’euros…

 
39 Comments

Publié par liesiletter le 5 juillet 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 5 juillet 2012

trader255.jpg?w=645L’EURUSD reste toujours dans sa tendance baissière. Nous surveillerons le point pivot des 1.25. Sa rupture fragiliserait le cours vers d’autres supports à 1.245-1.24 puis 1.21-1.19.
En revanche, si le cours repassait au-dessus des 1.255-1.2560 la résistance des 1.27 est toujours d’actualité.
Tant que le cours évolue au-dessus des 1.18-1.19 il n’y a pas d’inquiétude à avoir. En revanche, la rupture de ce seuil fragiliserait le cours vers le support phare des 0.9. La situation deviendrait délicate si ce seuil était cassé (probablement courant 2013). Dans ce cas, le cours pourrait glisser vers 0.7-0.6.

Dans notre grille de lecture, nous constatons que les choses sont parfaitement maitrisées.

De même, pour l’indice CAC 40, tant que le cours évolue au-dessus des 2350 points il n’y a de scénario catastrophe à attendre.

Même si nous avions des signaux baissiers (comme ceux anticipés en mai-juin 2011 ou à la mi mars 2012) dans les prochains jours ou semaines, la chute ne serait pas catastrophique (pas encore la VRAIE CRISE), juste une correction vers 2700-2500 probablement, soit une correction de 17 % – 25% de baisse en moyenne. Histoire de gagner du temps, de dégrader encore les pays de la zone euro pour les préparer à une bonne crise économique et sociale.

En attendant, le but est de valider le MES. Peu importe la manière, ceux qui freinent aujourd’hui seront probablement contraints de l’accepter demain. Ils n’auront plus le choix.

Entre temps, les livraisons d’OR devront se faire en échange de papier. Ensuite, tous les coups seront permis et tout pourra s’écrouler comme un château de cartes.

 
32 Comments

Publié par liesiletter le 5 juillet 2012 dans Non classé

 

Les JO de Londres vont-ils cacher quelque chose ?

Plusieurs cadres de banques ont signalé que leur direction avait demandé qu’ils soient facilement joignables au cours de l’été au cas où…

Cette courte allocution de Nigel Farage donne des éléments intéressants… même s’il ne faut rien prendre pour argent comptant.

 

 
113 Comments

Publié par liesiletter le 4 juillet 2012 dans Non classé

 

Rendre le mensonge crédible pour valider un paradigme sans avenir

 

La version officielle sur les événements du 11-Septembre a été martelée si souvent par les médias appartenant à des groupes qui ont financièrement grassement profité de ce drame, que plus personne n’ose la remettre en question sans être écarté comme des pestiférés par les tenants du politiquement correct. Ces événements et la manière dont il fallait les interpréter font penser à ce que disait Abraham Lincoln :

« On peut tromper une partie du monde tout le temps, et tout le monde une partie du temps, mais on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ».

youngleaders0.jpg?w=645Il en va de même avec la crise de la zone euro. Voir un complot des tenants du mondialisme dans cette affaire, s’intéresser aux forces qui ont parachuté un Van Rompuy de nulle part, ou s’interroger sur les idées masquées d’un Barroso qui ne fait pas de différence entre communisme et mondialisme, relève de la folie douce, d’un terrible mal… le “complotisme”.

L’Italie doit participer au sauvetage des banques espagnoles en prêtant à un taux inférieur à celui qu’elle doit elle-même payer sur les marchés financiers… Nous sommes dans l’absurde, mais nos têtes bruxelloises n’y voient que du feu ! Des Young Leaders de l’UMP à ceux du PS, c’est la même politique de suicide nationale qui se poursuit. Ces gens-là sont enfermés dans un système de pensée de l’absurde. Ils sont incompétents, déconnectés du monde réel et surtout du sens de l’Histoire… ils sont surtout dangereux pour l’avenir de notre jeunesse. Leur seule parade ? Ceux qui disent la vérité sont complotistes.

ordoabchao1.jpg?w=645Bref, chacun peut constater que plus rien ne va. Les agences de notation continuent de dégrader (2 à 4 crans parfois), les nouvelles économiques sont de plus en plus mauvaises, les plans de relance sont annoncées à la condition que l’Allemagne paie, etc., il n’y a aucune logique constructive. Et pourtant nous assistons à un « CHAOS CONTRUCTIF ».

Tandis que tout plonge, sauf le chômage, les analystes des médias en valeur montent au créneau pour nous servir une analyse consensuelle : « Si les dirigeants ne réalisent pas une nouvelle union autour du projet européen, toutes les initiatives économiques vont se figer, aboutissant à une croissance nulle voire une déflation ; ce sont d’ailleurs les attentes implicites du marché obligataire », écrit par exemple, Louis Bert, président de Dorval Finance.

Le problème n’est-il pas justement le projet européen des synarchistes ? Pour les synarchistes, leurs écoles de pensée et leurs élèves: la crise, le chômage, l’absence de croissance sont la cause d’un trop grand attachement à la souveraineté nationale. Il faudrait diluer le pouvoir des Etats dans un grand machin qui décide de tout. Tout sacrifier pour plus de « sécurité » ? On nous l’a déjà fait par le passé avec Maastricht… Beaux résultats. Belle illusion.

 
72 Comments

Publié par liesiletter le 4 juillet 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 4 juillet 2012

trader23.jpg?w=645Après avoir franchi la résistance intermédiaire des 1355 puis 1363, l’indice E-mini SP 500 est venu tester la résistance des 1370 sans parvenir à la franchir.
Il semblerait que celle-ci présente un premier frein important. Si elle était franchie à son tour, l’indice pourrait poursuivre son rebond vers les plus hauts de février-mars vers 1420-1425 points.
Nous pensons que la rupture du support des 1366-1363 permettra de marquer une petite pause sur la dernière reprise technique. (Prise de bénéfice à prévoir dans ce cas).

Pour l’instant, l’indice Future CAC 40 a atteint également son seuil de résistance sur les 3275-3280 proposé hier.
En fonction du E-mini SP 500, l’indice pourrait aussi corriger ou au contraire se diriger vers 3400 points si la résistance des 3280 points était vraiment cassée, accompagnée par la croissance du E-mini SP 500 vers 1420-1425 points.

Ceci est peu probable mais avec la planche à billets tout reste possible. Un peu comme “paic citron”, quand il n’y en a plus il y en a encore. Quelques milliards suffisent !

La résistance des 3280 pourrait peut être faire le cou du lapin !

Nous surveillerons très attentivement BANKIA qui évolue toujours sous sa résistance des 0.95 et la rupture du support phare des 0.8 euro pourrait faire de nouvelles vagues.

Pour le BRENT, le support des 89-90 aura bien fonctionné (+10 % environ). Désormais il faudra peut être penser aux prises de bénéfice sur la résistance importante des 102-103 qui n’est pas franchie. Le non franchissement suivi d’un retour à 90-89, suivi à son tour d’une rupture pourrait accentuer la correction du pétrole vers 78-79 dollars.

 
24 Comments

Publié par liesiletter le 4 juillet 2012 dans Non classé

 

Le bug informatique de RBS

rbs.jpg?w=645Ce qui s’est passé avec le groupe bancaire britannique Royal Bank of Scotland (RBS) est-il un coup d’essai ? Un test pouvant être joué par la suite dans un contexte de crise plus large et impliquant plusieurs banques ? Les méchants pirates informatiques pourraient-ils un jour justifier la fermeture de plusieurs banques durant quelques jours, bloquant à tous les épargnants l’accès à leurs comptes ? Car on ne peut pas nier leur existence.

Selon une étude publiée par deux sociétés spécialisées dans la cybersécurité, les auteurs d’une vague de cyberattaques contre des banques américaines, européennes et latino-américaines,  auraient obtenu 80 millions de dollars. Plus de soixante banques dans le monde furent visées par cette opération appelée “l’opération flambeur”.

Aux Etats-Unis, la presse fait savoir que les autorités fédérales sont parvenues à mettre en échec une organisation de pirates informatiques qui dérobaient des identités en ligne et trafiquaient des numéros de cartes de crédit.

Pour Royal Bank of Scotland (RBS), déjà sauvée en 2008 grâce au contribuable, cette bonne vache à lait des gouvernements, le désordre n’a duré que quelques jours, mais on a pu mesurer les conséquences avec l’effet domino sur l’économie. Même les virements furent bloqués… et cela ne concernait que 15 millions de citoyens… Les coûts financiers devraient se monter en dizaines de millions de livres.

En attendant, le sauvetage de cette banque s’est soldé par la suppression de 30 000 emplois, tandis que le scandale des émoluments de ses dirigeants n’est toujours pas étouffé.

 
24 Comments

Publié par liesiletter le 3 juillet 2012 dans Non classé

 

De la dévaluation à venir

avatar-menthalo5.jpg?w=645Par Menthalo -

Je vous rappelle ce graphique de l’Or en Euro qui confirme nos informations.

Notre monnaie pourrait perdre au minimum 25% de son pouvoir d’achat avant la fin de l’été, probablement 30%. Vous ne pourrez probablement bientôt acheter que 7 napoléons au lieu de 10… et ce ne sera pas fini pour autant.

20120703gold-euro-devaluation.jpg?w=645&

Pour ceux qui ne comprennent rien aux graphiques:

En 1999, avec 2500 Euros vous pouviez acheter 50 pièces de 20Frs Or, les fameux Napoléons.

De 2006 à 2008, la même somme vous permettait d’acheter que 25 pièces.

En 2011-2012, vos 2.500 Euros n’achètent plus que 10 pièces…. et bientôt que 7.

En 12 ans, le pouvoir d’achat de l’Euro a été divisé par CINQ.

Si cela ne se voit pas “trop” au niveau du lait, du blé, des œufs ou du poulet, c’est qu’on étrangle les agriculteurs, qui ont des niveaux de vie misérables. On met en concurrence le lait fermier de Normandie avec la poudre de lait de Nouvelle Zélande, la volaille de Bresse avec le nugget de poulet élevé en batterie par millions d’unités dans les Andes.

L’Euro d’aujourd’hui vous permet de bouffer de l’ersatz, de la merde en barre. Demain, vous serez en plus rationné.

20120703cours_napoleon_or_paris.png?w=64

Lors d’une interview avec Hera Research au sujet de l’or, l’argent et de la crise de la dette européenne, John Embry, directeur chez Sprott Asset Management, évoque la correction sur l’or et l’argent, ses prévisions pour les 6 prochains mois et la fin du système fiduciaire.

embry.jpeg?w=645“Avant que tout cela soit terminé, nous aurons un nouveau système monétaire, probablement garanti par l’or.”

“Le niveau de vie de la plupart des gens dans le monde, mais particulièrement en Occident, va baisser précipitamment. La Fed a rapporté que le revenu de la famille américaine moyenne a chuté de près de 40% depuis 2007 en tenant compte de l’inflation. Lorsque tout cela aura été joué, ce pourcentage sera beaucoup plus important.”

A court terme, la baisse des matières premières va être stoppée par une dévaluation monétaire.”

Sa recommandation, qui vous rappellera probablement un discours que nous tenons depuis longtemps:

“Je me soucie plus de savoir combien d’onces je détiens, plutôt que de m’inquiéter de combien de dollars, je pourrais obtenir en les revendant.”

Embry parle évidemment des monnaies canadienne et américaine, qui devraient dévaluer en léger décalage, probablement à la fin de l’été ou au début de l’automne.

 
94 Comments

Publié par liesiletter le 3 juillet 2012 dans Non classé

 

De la bien mauvaise pub pour BARCLAYS

bob-diamond.jpg?w=645On apprend la démission de Bob Diamond, patron de Barclays.

Avec Marcus Agius, ils avaient payé la bagatelle de 453 millions de dollars (358,5 millions d’euros) aux autorités britanniques et américaines afin qu’elles abandonnent les poursuites judiciaires à leur encontre pour avoir tout simplement cherché à manipuler les cours du taux Libor.

NB. Le Libor étant une série de taux de référence du marché monétaire de plusieurs devises.

 
55 Comments

Publié par liesiletter le 3 juillet 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 3 juillet 2012

trader251.jpg?w=645L’indice E-mini SP 500 comme l’indice Future CAC 40 semblent bloqués sur les premières résistances.
L’effet lapin proposé depuis jeudi nous a permis d’atteindre les premiers objectifs.

Pour l’indice E-mini SP 500 la zone de résistance est à 1355-1360 points et pour le Future CAC 40 la résistance est à 3255-3270 points.

Hier nous avions précisé que l’échec sur les 1355 freinerait la poursuite de la hausse. Désormais, la rupture des 1353.5-1350 devrait déclencher une correction baissière. Peut être un retour vers 1290-1265. Il sera nécessaire de casser ces supports phares pour poursuive la baisse enclenchée à la mi mars.
En revanche, la rupture des résistances 1360-1362 sur le E-mini SP 500 favoriserait la poursuite haussière.

Ceci ne change en rien l’ARC sur les deux prochaines années.

Nous sommes dans la même configuration que Crédit Agricole et Dexia mais dans la globalité du marché.
Des valeurs dont nous avions annoncées le scénario en mai 2011.

 
15 Comments

Publié par liesiletter le 3 juillet 2012 dans Non classé

 

Publication du numéro 257 – 30 juin 2012

liesilogolettre.jpg?w=645

 

Numéro 257                        30 juin 2012     La BCE connaîtra-t-elle le sort du Titanic ? – Une crise bancaire inéluctable – Une solution est en discussion – L’Elite a besoin de temps et d’une bonne crise européenne – La Russie de Poutine et la guerre de l’énergie – Qui contrôlera la Syrie contrôlera tout le Moyen-Orient – Proche-Orient : la stratégie du chaos.

ABONNEMENT OU ACHAT AU NUMERO

 

 

titanic0.jpg?w=645Dans le Guardian du 21 mai 2012, le patron de la Banque centrale européenne fit une confidence : en octobre 2011, la quasi-totalité des banques européennes était en faillite. A ce moment-là, l’ensemble du système a frôlé la panique. Les réunions d’urgence qui se sont alors succédées avec célérité ont abouti à une intervention massive de la banque centrale européenne (BCE). Face à l’extrême urgence de la situation, les Allemands n’ont pas eu d’autre choix que celui de déroger à la règle interdisant à la BCE de pratiquer, comme les Etats-Unis, un plan massif d’injections monétaires. Les médias, eux, se sont bien gardés de donner cette précieuse information.

 

En février 2012, la situation n’était guère brillante puisqu’un autre plan d’injection a eu lieu. Puis les Allemands ont catégoriquement refusé de poursuivre dans cette voie… ce qui a provoqué une nouvelle chute des bourses européennes et un effondrement supplémentaire de 40 à 60 % des actions bancaires !

 

Et maintenant ?

 

 

Nous ne revenons pas sur la manœuvre ourdie par le Comité X et développée dans le précédent numéro. Pour résumer : les financiers de Wall Street attaquent la zone euro et le tandem Russie/Chine descend les fleurons de Wall Street. L’objectif recherché en haut lieu étant de faire accepter (aux différents centres de pouvoir financier de la planète) une nouvelle architecture financière sur les cendres des États nations et de leurs banques… en faillite.

 

Concrètement, l’objectif consiste non seulement à réduire les États à la faillite par le biais de la dette souveraine, mais il y a également une volonté de ruiner quelques banques nationales. Cette faillite généralisée (conséquence de l’effondrement des États les plus faibles) doit aboutir à l’acceptation (tant par les centres de pouvoir que par les populations) d’une ENTITÉ SUPRANATIONALE qui superviserait la nouvelle ARCHITECTURE FINANCIÈRE mondiale. [...]


 
102 Comments

Publié par liesiletter le 2 juillet 2012 dans Non classé

 

‘Un complot des anti euro ?’

Curieuse analyse de l’ancien président français Valéry Giscard d’Estaing à propos de la crise de l’euro. Dans un article intitulé  Il faut créer une organisation de coordination de la zone euro, et vite ! ce politicien devenu âgé et qui fut un élément déterminant de la loi Pompidou de 1973, évoque un complot des anti-euro. Une manière habile de ne pas exposer certaines forces financières du cartel bancaire. En voici quelques extraits.

vge.jpg?w=645« Pour être précis, ce n’est pas une crise monétaire, car l’euro est une monnaie dont aucun usager ne cherche à se défaire, et qui est bien gérée par la Banque centrale européenne (BCE). C’est une crise liée à l’évolution spéculative du système bancaire libéré de toute réglementation sous la pression de l’administration de Bill Clinton et de Robert Rubin, secrétaire au Trésor américain de 1995 à 1999, et aggravée par la gestion budgétaire irresponsable de plusieurs Etats de la zone euro, qui se croyaient protégés par la nouvelle monnaie.

L’agitation désordonnée et quotidienne des intervenants, dont la plupart appartiennent aux lobbies anti-euro et qui sont assoiffés des profits que leur procurerait la dislocation de la zone euro, trouble les esprits et rend difficile le retour à une situation apaisée. A peine la crise bancaire espagnole est-elle traitée qu’on se tourne aussitôt vers l’endettement italien !

Face à cette offensive, la défense a du mal à se faire entendre, et son silence s’explique par une lacune évidente : la zone euro ne dispose d’aucune organisation qui puisse la défendre, et coordonner les réactions de ses membres ». Voilà LE MESSAGE.

 
10 Comments

Publié par liesiletter le 2 juillet 2012 dans Non classé

 

Par Menthalo – Euphorie, Aveuglement et folie collective

cycles2.jpg?w=645Article de Ria Novosti

La ratification du pacte budgétaire européen et du mécanisme européen de stabilité (MES) par l’Allemagne a été ajournée sur fond de protestations de l’opposition, rapportent les agences occidentales.
Vendredi, le parlement allemand a approuvé à une large majorité le pacte budgétaire et le MES. Cependant, l’opposition a saisi la Cour constitutionnelle du pays en exigeant de les qualifier d’illégaux. En attendant la décision de la Cour, le président allemand Joachim Gauck a officiellement ajourné la signature des documents.

Le recours a été signé par près de 12.000 personnes. D’après ses initiateurs, l’approbation du pacte viole les principes de la démocratie et son sort doit être soumis à un référendum.
La signature d’un traité de stabilité renforçant la discipline budgétaire a été proposée lors d’un sommet qui s’est déroulé en décembre 2011. L’initiative a été soutenue le 30 janvier à Bruxelles par 25 des 27 membres de l’Union européenne. Londres et Prague ont refusé d’adhérer au pacte.

 

Der Spiegel confirme cette plainte déposée par 12.000 personnes auprès de la Cour Constitutionnelle et annonce des semaines très agitées entre l’Allemagne et la France. (source )

Voir aussi les commentaires de l’UPR


Le CAC continue sa hausse comme si de rien n’était, tiré par les financières Crédit Avicole en tête, qui espère pouvoir se débarrasser de sa filiale grecque.

Il a retracé ce matin 50% de la baisse depuis 3600 (à 10 points près) et pourrait rechuter depuis cette base (2). Si les tireurs de ficelles, voulaient aller plus haut, le retracement suivant (de 62%) est à 3260  et le maximum de cette hausse serait 3.400 pts.

On est très clairement dans la manipulation d’opinion qui agit comme un shoot d’héroïne, après l’aveuglement du flash et la phase d’euphorie… viendra l’anxiété et le stress de la descente. Economiquement, on est proche du délirium tremens, si on ouvre les yeux un tant soit peu.

20120702cac-ete.jpg?w=645&h=425

L’Euro est au milieu de son canal baissier. Il pourrait monter à 1,297… comme rechuter à 1,16… Il s’accroche actuellement à son axe médian depuis 8 ans à 1,26.

 
39 Comments

Publié par liesiletter le 2 juillet 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 2 juillet 2012

Jeudi dernier nous avions annoncé un lapin. C’était un gros lapin !
Nous avions précisé que pour valider la poursuite de la baisse il fallait casser le support phare des 1300 et surtout 1285 environ.

Dans le cas contraire, nous avions précisé que la rupture des 1315 puis 1330 nous emmènerait à 1355 points.
Ce qui a été fait dans la phénoménale remontée de vendredi. L’indice E-mini SP 500 a bien atteint les 1355 points.

trader2513.jpg?w=645Désormais si les 1355 sont cassés prochainement pour le SP500, la hausse pourrait se poursuivre vers 1385 voir 1415 points.

Le non franchissement des 1355 rendrait le dernier sommet incertain et la consolidation pourrait se faire entre les points précédents 1290-1355. De toutes les façons, tant que les 1285 ne sont pas cassés il ne se passera rien d’intéressant !

Il semblerait (peut être) que le scénario proposé la semaine dernière se mette en place.
Le marché pourrait poursuivre sa hausse, le temps que les agences de notation dégradent massivement l’Espagne, l’Italie, le Portugal.

Entre le foot, les JO, les marchés montent pour bien dissimuler le cheval de Troie.

Les dégradations de l’Allemagne et de la France pourraient accentuer la crise.

D’ailleurs, l’agence Egan Jones a dernièrement dégradé l’Allemagne.

Plus qu’à attendre afin d’y voir plus clair.

 
13 Comments

Publié par liesiletter le 2 juillet 2012 dans Non classé

 

La guerre de la propagande

 
68 Comments

Publié par liesiletter le 1 juillet 2012 dans Non classé

 

Gonflant le ballon !

menthalo3.jpg?w=645Par Menthalo – Avant de partir, Sarkozy et ses potes ont fait des petits cadeaux aux copains. Là, ils ont poussé le ballon un peu loin.
A dater d’aujourd’hui, vous avez l’obligation d’avoir 2 éthylotests dans votre boite à gants, même si vous ne buvez pas. L’Amende à partir de novembre sera de 11 euros.

Antoine Marin et Eric Condesse ont repris la société Contralco en 2006, petite société de niche spécialisée dans les éthylotests, quasi seule à avoir la norme NF et détenant 90% du marché français.
Le cadeau de Claude Guéant à Contralco est un marché de 36 Millions d’Euros tous les 2 ans, sur la base de 36 millions d’automobilistes devant acheter 1 éthylotest à 1€ pour leur voiture. L’ethylotest a une date de péremption entre 18 et 24 mois.

ethylotest1.jpg?w=645De surcroît, il ne supporte pas 45° l’été et les grands froid d’hiver. Un marché extrêmement juteux pour une petite entreprise qui en 2011 n’a fabriqué que 12 millions d’unités et qui soudain voit son chiffre d’affaires multiplié par 6 en un an.

On connait déjà l’histoire de cette obscure association, créée pour l’occasion, qui réussit la gageure de faire passer une loi en quelques mois, loi qui profite à l’entreprise dont l’un des chargés de mission n’est autre que le président de l’Association.
+ 300% “ma petite entreprise ne connait pas la crise !” parce que moi, j’ai des relations avec les ripoux de la politique.
Maintenant… qui mettra sur la place publique les liens entre les actionnaires Antoine Marin, Eric Condesse et Claude Guéant ou ses pairs de l’UMP ?
La chasse est ouverte.

 
61 Comments

Publié par liesiletter le 1 juillet 2012 dans Non classé

 

Menthalo – Cycles (juste une image qui parle d’elle même)

cycles.jpg?w=645&h=566

 
74 Comments

Publié par liesiletter le 30 juin 2012 dans Non classé

 

Sommes-nous à la veille du grand plongeon ?

menthalo3.jpg?w=645Par Menthalo – A l’issue du sommet européen, où les Allemands ont interdit les Eurobonds, qui semblaient pourtant indispensables à tous les PIGFS la veille et l’avant-veille, les marchés se sont focalisés sur le MES.

C’est quoi ce MES ? Une autorisation de piocher dans la caisse commune pour les banquiers, caisse commune remplie et garantie par les contribuables européens. Un scandale de plus de ces politiques supposés défendre nos intérêts.

Pourquoi le pétrole s’emballerait-il à la hausse sachant cela ? Pourquoi la bourse de NY monte furieusement en entendant que la planche à billets va tourner en Europe ? Parce qu’ils sont soulagés ? Ils avaient peur que la Grèce, l’Espagne et l’Italie s’effondrent, entrainant un cataclysme bancaire chez eux ? Peut être …

Mais pour moi, rien n’a été résolu… et les promesses lancées par les politiques au sommet de Bruxelles, seront elles tenues ? L’Allemagne va t’elle accepter d’end

etter ses contribuables pour couvrir les gabegies grecques, espagnoles, italiennes, chypriotes ou françaises ? Pourquoi signeront ils demain ce qu’ils ont refusé de signer pendant des mois ?  La Chambre basse a entériné le MES, la Chambre haute l’entérinera t’elle aussi ? La Cour constitutionnelle validera t’elle leur choix ? Sa dernière décision en la matière, en février, a interdit que les aides dispensées par le fonds de sauvetage FESF soient soumises en Allemagne seulement à un petit comité de neuf parlementaires, exigeant que les 620 membres du Bundestag soient consultés. Je reste persuadé que les allemands vont sortir de l’Euro.

Je ne crois pas à la pérennité de cette hausse.

Pétrole

Samedi dernier, le samedi 23 juin, j’ai publié cette analyse :

“Le Brent a cassé son support à 99$ en début se semaine. Il vient de chuter dans la semaine de 99,5 à 88,4$, invalidant une figure en “tasse avec anse”, qui devait amener le pétrole à 250$.  La chute du Brent s’est brièvement arrêtée sur un support intermédiaire à 89$-85$. Le prochain support intermédiaire est à 78$ puis 68$. Cette forte chute constatée cette semaine sans la moindre respiration, devrait nécessiter techniquement un retracement. Le strict minimum ramènerait les cours à 91$ (23,6%), mais un pull-back vers le support à 98,6 serait la norme dans un marché “normal”. Ce pull-back correspondrait en même temps à un retracement de 23,6% de Fibonacci de la profonde chute du Brent depuis 128$, au début du mois d’avril.”

brent-22-061.jpg?w=645&h=424

Le reste de l’article de la semaine dernière est toujours valable:

En 2008, Le Cartel avait fait chuter le pétrole d’une seule traite de 99,5 à 73,4 en 2 semaines, avant de faire une consolidation à minima à 23,6%. En 10 semaines, ils avaient fait chuter les prix de 99,5 à 39,35$ pour essayer de tordre le bras à l’OPEP et surtout à la Russie, premier producteur mondial de Pétrole et de Gaz, dans les négociations au plus haut niveau sur le NWO.
Sur le graphe ci-dessus, …. En pointillés verts puis en Rouge foncé, un pull-back avant Sell-Off. Les mouvements sur le pétrole vont impacter fortement les bourses.

DOW JONES

djia-double-top.jpg?w=645&h=490

S&P
20120629sp-double-top.jpg?w=645&h=506
 CAC

J’ai déjà posté mon analyse sur le CAC. Mes objectifs ont été atteints vendredi dans la journée. Pour moi ma figure graphique est finie. Elle peut être prolongée de quelques heures ou de quelques jours, mais elle peut être arrêtée à tout instant..

Pourquoi pas, lundi ? mardi ou le 4 juillet pour avoir un beau feu d’artifice pour la fête américaine ?

 
46 Comments

Publié par liesiletter le 30 juin 2012 dans Non classé

 

Le message de Maître Monti

maitremonti.jpg?w=645Mario Monti (69 ans) préside le conseil des ministres italien depuis le 16 novembre 2011.

Il est présenté comme un économiste et universitaire mais il n’appartient à aucun parti politique… sinon il a fréquenté des clubs oligarchiques comme la Commission trilatérale dont l’existence confirme que les gouvernements ne sont pas au centre des décisions nationales pour certains sujets majeurs. C’est un MONDIALISTE.

Quel message doit donc faire passer le mondialiste Mario Monti à travers cette crise européenne ?

« Deux objectifs sont indispensables. Premièrement : renforcer à moyen terme l’intégration… Deuxièmement : prendre un ensemble de mesures réalisables en l’état actuel des traités européens et des institutions pour donner une stabilité financière à la zone euro. Cela passe par des progrès concernant la supervision intégrée, et si possible unitaire, des banques, afin de bâtir une véritable union bancaire.

Cela passe aussi par la mise en place d’un dispositif européen de garantie des dépôts. Cela passe encore par l’activation de mécanismes de soutien qui soient en mesure de protéger les pays qui font de sérieux efforts en matière de discipline budgétaire et de réformes structurelles… ». « Il y a dix jours pour sauver l’Europe. En cas d’échec, il y aurait des attaques spéculatives toujours plus fortes sur tous les pays et un acharnement particulier non seulement sur ceux qui ne se sont pas encore conformés aux paramètres, mais également à l’encontre de ceux qui, comme l’Italie et malgré leurs efforts, conservent une dette importante héritée du passé. La majeure partie de l’Europe devrait continuer de supporter des taux d’intérêt très élevés qui pèseraient ensuite sur les entreprises. La frustration des citoyens à l’égard de l’Europe grandirait encore. Paradoxe : alors qu’il faut davantage d’intégration pour sortir de la crise, des gouvernements, des parlements et des opinions publiques rejettent cette solution indispensable. Le Conseil européen doit agir vite. D’un point de vue financier, économique et politique. L’éloge de la lenteur qui a parfois inspiré l’Europe n’a plus cours ».

 
42 Comments

Publié par liesiletter le 29 juin 2012 dans Non classé

 

L’Echec total du sommet de la dernière chance

menthalo2.jpg?w=645Par Menthalo – Un accord a été trouvé à Bruxelles, scandent les médias aux ordres. Les banques ayant besoin d’une perfusion, pourront utiliser le MES  (MESS en anglais veut dire foutoir, pour ne pas dire bordel).

Tiens, je m’étonne. Je croyais que l’accord que l’on cherchait à obtenir lors de cette réunion de la dernière chance pour l’Euro, était la mutualisation des dettes par la création des Eurobonds. Je me trompe, peut être ?

Mais Angéla a dit NON, NEIN, NO, NIET … car, Angéla est polyglotte. Cet accord n’a pas été obtenu de l’Allemagne, qui est restée ferme sur ses positions.

Ciao Arrivederci Monti ! Alors Signore Monti ? N’aviez vous pas menacé de quitter le pouvoir, si vous n’obteniez pas satisfaction sur les Eurobonds ? Alors ?

Cette demande était aussi “la demande majeure de la France“, nous dit Juppé…. et de l’Espagne, si ma mémoire est bonne. Ce succès médiatique serait il en réalité un échec flagrant politique et monétaire ?

“L’Union bancaire n’a pas non plus été ratifiée par la France”, qui est également restée en réserve sur le “traité de stabilité, la coordination et la gouvernance” révèle encore Juppé.

Mais où est le succès de ce sommet ? Même l’accord sur la perfusion des banques est soumis à l’agrément du Parlement allemand. Il n’y a donc eu aucun accord sur rien. Une fois encore, les médias vous racontent n’importe quoi et vous prennent pour des niais, des benêts, des crétins. En réalité, le divorce est consommé.

Auf Wiedersehn Angela !

Ce sommet a été une parfaite réussite, la preuve la bourse monte.

En fait, cela évoque un peu pour moi le dernier petit plaisir du pauvre bougre au bout de sa corde.

Cette analyse risque d’être une répétition de la précédente, qui s’appelait “piège mortel”. Rien n’a changé. Depuis 6 semaines, le CAC fluctue dans un canal étroit. Après en avoir testé la limite basse en début de semaine, il vient en tester la limite haute aujourd’hui. Comme précédemment, le CAC a passé les résistances en “gap” à l’ouverture sur des rumeurs totalement fallacieuses. Le Hoax du succès de ce sommet de la dernière chance. Ce n’est ni le premier, ni le dernier, car s’ils veulent faire monter le CAC vers les objectifs théoriques, que nous montrent les graphes ( 3176 – 3196 ou 3261 ), politiques et journalistes auront bientôt un nez, que dis-je, un pic, un cap, une péninsule …

Sur le graphique en quotidien, je vois toujours une E.T.E inversée dont la base est vers 3.200

.

gold-euro1.jpg?w=645&h=418

Si on regarde le graphique Hebsomadaire, le mouvement semble encore plus clair.

Il y a une possibilité que l’Épaule aille chercher la résistance horizontale à 3400… mais cette probabilité est faible.cac-h.jpg?w=645&h=431

En théorie, et en théorie seulement, le CAC est supposé refléter la santé de l’économie et ses perspectives à MT.

Si la bourse devait anticiper la consommation des ménages en 2013 et 2014 avec la hausse de toutes les taxes attendue, le CAC devrait être vers 1.500 pts. Et sauf erreur de ma part, la consommation tire la production… L’adage boursier de base est “quand l’immobilier va, tout va !”. Ca fait un bail, que les médias ne l’ont pas cité et pour cause ! Il y a eu une surproduction immobilière partout dans le monde et l’immobilier est au plus mal. Donc la bourse devrait être au plus mal.

Les banquiers, qui voulaient tordre le bras à l’Allemagne pour la contraindre à accepter une politique d’hyperinflation, et qui menaçaient de faire s’effondrer les bourses pour arriver à leurs fins, n’ont pas réussi leur petit chantage. Vont-ils mettre leurs menaces à exécution ? Vont-ils appuyer sur le bouton du Sell-Off ? Et si oui, à quel moment ? Le suspense continue …

mais pour moi, très clairement, cette jambe de hausse est un redoutable Bull-Trap.

 
119 Comments

Publié par liesiletter le 29 juin 2012 dans Non classé

 

Presse-citron, presse-purée et autres joyeusetés

menthalo1.jpg?w=645Italie

Il comunismo dal volto umano

Quelques nouvelles de nos voisins italiens, qui expriment avec quelques semaines d’avance, ce que nous allons vivre dans les mois qui viennent.

En Italie, si vous voulez retirer 3.000€  au guichet, on vous dit “No Signore !”  2000€ ?   “No Signore !”

Vous ne pouvez pas obtenir plus de 1000€ au guichet. C’est comme ça et pas autrement.

Vous voulez faire un chèque, un virement ou un paiement par carte bancaire de plus de 3.000€ ?

On vous demandera alors de justifier la raison de ce virement et on vérifiera si vos revenus officiels vous permettent de telles dépenses. Le fisc italien va être évidemment débordé. Monsieur Monti va-t-il être obligé de renforcer le nombre de fonctionnaires du fisc italien pour fliquer la population ? Probable.

Rassurez vous ! Bientôt les puces peRFIDes feront ce calcul automatiquement et vous interdiront d’acheter si votre solde bancaire n’est pas positif et si vous avez du retard dans certaines de vos factures.

Les italiens ont l’impression de ne plus pouvoir respirer, pris dans une chape de plomb. C’est loin d’être fini puisque la TVA augmentera en octobre pour passer à 23%

Résultat des courses … ou plutôt de cette paralysie des courses et des achats impulsifs, le luxe italien est au point mort. Personne n’achète. Il est vrai que la péninsule est réputée avoir une large portion de son activité économique au noir, peut être que ce gouvernement vertueux va enfin réussir à taxer le trafic de drogue, la prostitution, les pots de vin et toutes les activités parallèles, qui font vivre si confortablement les politiques, les banquiers et tous les autres mafieux du système ? Là comme ailleurs.

Pour Monti, Draghi et l’extraterrestre von Rompuy  et autres communistes honteux mais néanmoins notoires qui ont pris en main le destin de l’Europe, la mort de l’Industrie du luxe italien  n’est pas un problème majeur. Bientôt tout le monde sera en uniforme noir, façon vietcong.

En italien, on parle de “il comunismo dal volto umano”,  le communisme à visage humain.

 

En Espagne, on presse le peuple comme des olives à froid.

Actuellement, c’est la valse des taux de TVA. Alors que Rajoy fustigeait ses adversaires durant la campagne électorale en leur reprochant d’avoir fait passer la TVA de 16 à 18%, il est en train “d’étudier” une nouvelle hausse ciblée. Certains articles taxés au taux réduit de 8% passeraient directement à 18%  et ceux taxés à 4% passeront à 8%, avant d’augmenter le taux général de 18%, qui pourrait rattraper celui de ses voisins européens.

Voilà qui va certainement encourager la consommation des ménages ! La fin de l’année va être difficile pour tout le monde entre déflation laval, dévaluation et augmentation des taxes …

Tout ça pour sauver l’écu dont personne n’a jamais voulu et le cul de quelques banquiers, qu’on préfèrerait voir empaler.

 

 

.

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 02:16


 

jeu-novembre-2010-web.jpg

http://crayonvengeur.skynetblogs.be/archive/2010/11/22/ces-centenaires-quelle-sante.html

.

 

En 2012, on dénombre en France 17 000 centenaires (c'est cinq fois plus qu'il y a vingt ans) et les démographes prévoient qu'il y en aura 200 000 dans cinquante ans !

Nous vivons beaucoup plus longtemps de nos jours, mais vivons-nous bien ? Notre programme génétique est théoriquement conçu pour nous emmener jusqu’à 120 ou 140 ans, et tous les efforts de la médecine vont en ce sens, il est donc vraiment nécessaire de se préoccuper au plus tôt de sa vieillesse pour qu’elle ne devienne pas un sujet de préoccupation, voire un calvaire.

Cette semaine, Dominique Vialard se projette dans dans un futur proche et explique en fin d'article comment donner de la vie aux années qui nous restent.

Michel Dogna, dont l'article débute notre newsletter, s'intéresse, lui, à notre présent et dénonce l'omniprésence de la gélatine de porc dans notre consommation quotidienne.

Je vous souhaite une bonne lecture. À jeudi prochain. 

Alexandre Imbert

 

- Les dessous de la gélatine par Michel Dogna
- Tous centenaires, mais dans quel état ? par Dominique Vialard
              

 

 

Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" cliquez ici

----------------------------------------------------------

LES DESSOUS DE LA GÉLATINE

Comment donner une texture onctueuse à des glaces, des yaourts et des crèmes dessert ? Avec quoi fabrique-t-on les produits « light » ? 
C’est à Villeword, à quelques kilomètres de Bruxelles, que nous avons trouvé les réponses. On y trouve une usine très discrète, filiale d’un des plus grands groupes chimiques européens. Et c’est là que l’on fabrique l’un des additifs les plus utilisé dans l’industrie, le E 441, plus couramment appelé « gélatine ».
Avec cette gélatine, toute une panoplie de produits super connus de l’industrie vont pouvoir être élaborés : D’abord évidemment tous les produits gélifiés, les bonbons, les gélules pharmaceutiques, les pellicules photos et même des shampoings. Le marché est gigantesque, et c’est pour cela que l’usine fonctionne à plein régime.
Tout au bout de la chaîne, on peut voir la fameuse gélatine qui sort en rang verticaux serrés de longs spaghettis collants. Il a fallu 3 à 4 jours de transformations pour arriver à ce stade final. Des immenses cuves d’eau bouillante et d’acides font régner dans l’usine une moiteur tropicale. Et au milieu de toute cette moiteur étouffante, un détail qui frappe le visiteur et qui pénètre partout, c’est une odeur âcre d’acide et de graisse brûlée, qui flotte dans tous les recoins du site, jusqu’à l’extérieur de l’usine. La raison de cette odeur, c’est la matière première avec laquelle on fabrique la gélatine : la peau de porcs. Elle arrive par palettes entières dans l’usine. Une matière première qui ne coûte presque rien, et venant de toute l’Europe. Tous les jours, près de 150 tonnes de couennes de porcs attendent dans un hangar d’être dévorées par un monstre d’acier, au nom évocateur de Dynosaurus.
Grâce à cette matière première très bon marché, la gélatine peut être vendue à moins de 5€ le kilo. Un prix défiant toute concurrence, qui lui ouvre sans cesse de nouveaux marchés ; et celui qui marche le mieux en ce moment, c’est justement le marché des produits « lights ».
Exemples : Beurre allégé à 40%, Fromage frais à 0% de matières grasses, Taillefine Danone,
Mousse liégeoise, mousse de La Laitière, Produits Weight Watchers... Sur les étiquettes il est bien spécifié  « gélatine »,…. mais on oublie soigneusement d’en préciser l’origine !
Alors se pose le problème de tous ceux qui n’ont pas envie de consommer des résidus de peau de cochon, soit par éthique (végétariens) soit par religion (juifs et musulmans) soit tout simplement par dignité. La solution est simple : lire soigneusement les étiquettes avant tout achat – quitte à se munir d’une loupe pour faire ses courses.
En ce qui concerne les gélules de médicaments, il y en a de deux sortes, celles à la gélatine dont nous venons de parler, et celles d’origine végétale qui sont au départ plus séduisantes. Hélas, on tombe de Charybde en Scylla, car ces dernières ayant subi des traitements chimiques très durs à la soude et aux acides sont très agressives au niveau de l’estomac. La meilleure solution est donc d’ouvrir les gélules dans un demi-verre d’eau quel qu’en soit leur type. Et tant pis si ce n’est pas très bon au goût.
Michel Dogna

- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" cliquez ici

---------------------------------------------------

QUAND VOUS AUREZ CENT ANS, DANS QUEL ÉTAT SEREZ-VOUS ? 

On nous annonce en permanence de nouvelles révolutions médicales, mais on ne voit jamais leur application pratique et l'on reste sidéré que la médecine moderne soit si archaïque dès qu'on y est confronté physiquement.
Pourtant, il faut bien constater que la chirurgie moderne permet de s’offrir un nouveau cœur,  un nouveau foie (qui n’a pas suivi la story du footballeur Eric Abidal ?) ou un nouveau visage.  
On sait créer des cellules de peau ou d’autres tissus, recréer des cellules souches à partir de cellules normales et on peut ainsi développer un pancréas à partir de cellules de peau. On peut rendre la vue à des aveugles, au moins partiellement, en leur installant un nerf optique artificiel. On invente déjà des nano-médicaments qui vont cibler pile l’endroit où l’on veut qu’ils tapent, contre le cancer notamment.
On sait élever des bactéries et leur demander de produire tel ou tel matériau ou carburant. Et on a même commencé à inventer des nano-robots, qui seront peut-être capables, demain, de nettoyer nos artères comme un aspirateur à piscine automatique…
Alors, l'homme bionique (celui "qui valait trois milliards") sera peut-être bientôt notre voisin, notre conjoint, ou nous-mêmes.
Bientôt les transhumains ?
C'est en tout cas ce qu'annonce un petit groupe de chercheurs de haute volée. Ils se sont rassemblés au sein d'un mouvement, dit « transhumaniste », qui nous prédit, pour bientôt, un nouveau "bond pour l’humanité" et une espérance de vie moyenne d'environ 150 ans !
Ce surplus de vie nous sera apporté, expliquent les chercheurs, par la convergence des nanotechnologies, des biotechnologies, de l’informatique et des sciences cognitives.
L’un des chantres du transhumanisme, Ray Kurzweil, est l’un des informaticiens les plus primés des Etats-Unis, auteur de Humanité 2.0, la bible du changement, (un ouvrage qui a eu tellement de retentissement qu'il est aujourd'hui épuisé). Le mouvement est financé avec de gros moyens par le gouvernement fédéral américain.
"Des nano-robots, explique-t-il, circuleront dans notre sang et notre cerveau pour éliminer les agents pathogènes et les toxines, corriger les erreurs de notre ADN, pour améliorer notre bien-être physique aussi… Grâce à ces technologies intégrées, on pourra réparer le corps humain comme une machine, remplacer telle ou telle partie abîmée par un organe, un tissu ou un circuit artificiel".
 
Faut-il y croire ?
 
On arrivera sûrement, en renouvelant les différentes parties du corps humain, et par une connaissance plus aboutie du cerveau, à le garder viable plus longtemps, un peu comme on sait le faire en mécanique avec une vieille voiture.
On a changé le pot d’échappement, on change la batterie tous les trois ans, les pneus dix fois… De temps en temps on fait le joint de culasse et, bon an mal an, on arrive encore à avancer. Comme les Africains qui savent encore rouler dans des Mercedes affichant 500 000 kilomètres bien tapés au compteur !
Qui sont les centenaires d'aujourd'hui ?
 
Beaucoup d’études ont tenté, en vain, d’expliquer ce qui faisait une longévité exceptionnelle. L'une d'entre elles, cependant, mérite le détour. Il s’agit de l’enquête menée par les laboratoires IPSEN[i] pendant 10 ans : de 1990 à 2000, les chercheurs ont suivi 910 centenaires vivant en France. A la fin de l’étude, il n’en restait plus qu’un, qui avait 110 ans. Si cette étude n’a pas non plus donné d’explication univoque à leur longévité exceptionnelle, elle a cependant réussi, à partir des nombreux renseignements recueillis auprès de chaque centenaire, à identifier un dénominateur commun. Car tous ces centenaires avaient en commun des dispositions psychologiques particulières.
Ainsi, un portrait-robot a pu être établi, qui résume ce mental singulier. Extraits :
 
" L’image type du centenaire - en fait UNE centenaire - est la suivante :
- elle dit avoir travaillé toute sa vie,
- elle est plutôt gaie, optimiste, confiante dans l’avenir, ouverte sur le monde.
- elle a du caractère, voire « un sacré caractère ».
- elle est autoritaire, voire tyrannique, traitant parfois ses enfants comme de jeunes enfants (bien qu’ils soient septuagénaires ou même octogénaires).
- elle est peu encline à se plaindre, elle aime bien que l’on s’intéresse à elle. Cherchant encore à plaire et à séduire, aimant la vie.
- elle vit sans excès mais sans privation ; ce n’est pas une adepte de l’ascèse"
Un mauvais caractère, mais encore ?
 
Les centenaires, on l’aura compris, ne sont pas des gens faciles à vivre. Mais c'est parce qu'ils ont développé deux dispositions psychologiques particulière : la résilience et la conation.
La résilience des centenaires est caractérisée par une faculté particulière à encaisser les événements de vie défavorables. C’est grâce à elle qu’ils supportent la solitude, le prix à payer pour leur longévité exceptionnelle, les décès des proches, des enfants souvent, etc. Cette disposition les aide à ne pas se laisser abattre, mais au contraire à rebondir.
La conation, du latin conatio signifiant « effort », « entreprise », est l’aptitude à entreprendre une action tout en lui donnant un sens. C’est grâce à elle que nous nous levons de bonne heure le dimanche matin pour aller courir… La plupart des centenaires, ainsi, font encore du sport ou de la gymnastique. C’est la conation qui nous rend curieux du futur et stimule notre vitalité. Intimement liée au désir, elle est le garant de notre élan vital.
Au final, on retiendra que pour vivre centenaire, il est impératif d’aimer fortement la vie, d’avoir des buts et de conserver jusqu’au bout la combativité nécessaire pour s’accrocher à l’existence. 
 
L’exemple d’Artur Rubinstein
Il est tout aussi important de s’adapter en vieillissant, et c’est sans doute le plus difficile car quand on a de la combattivité, c'est souvent au prix d'une certaine raideur.
En fait la capacité d'adaptation tient en trois mots : sélectionner, compenser et optimiser.
Arthur Rubinstein, qui jouait du piano à 80 ans passés (et qui est mort à l’âge respectable de 95 ans), illustre cela très bien. Dans une de ses dernières interviews télévisées, le virtuose expliqua comment il réussissait à se produire en concert en dépit de son grand âge.
-       D’abord, il réduisait son répertoire en jouant moins de morceaux (sélection).
-       Ensuite il les interprétait très souvent (optimisation).
-       Enfin, avant un mouvement rapide, il jouait toujours plus lentement afin de produire un contraste qui augmentait l’impression de célérité des allégros (compensation).
 
Demain, 200 000 centenaires, mais dans quel état ?
 
Qu’on le veuille ou non, nous sommes tous  « condamnés » à vivre longtemps si l’on en croit les chiffres officiels. La société s’occupe de tout…
Faut-il s’en réjouir ? Rien n’est moins sûr car vivre sous assistance médicale 24h sur 24 n’est pas forcément la vie dont on peut rêver. Pour quelques centenaires épatants, combien d’octogénaires, de nonagénaires et d’autres centenaires reclus dans leur solitude, condamnés à passer leurs derniers jours dans un fauteuil, à attendre la visite hebdomadaire du médecin ?
Il y a cependant des moyens simples d'éviter ce naufrage.
Entretenir son organisme comme une voiture
 
Reprenons l'exemple de la voiture. Chacun sait qu'un véhicule bien entretenu fait plus de kilomètres et dure plus longtemps. Pour nous, c'est la même chose.
Plutôt que d'aller acheter de la peau ou un rein... prenons plutôt soin de nos propres organes.
Comment ?
Voici votre "Carnet d'entretien".
  • Mettre de l'eau dans le radiateur / Entretenir la sphère rénale
S’il y a bien un grand système physiologique à entretenir et à surveiller pour ralentir les effets du vieillissement, c’est celui de la sphère rénale. Reins et surrénales jouent un rôle majeur à tous les âges de la vie et particulièrement chez le sujet âgé.
Avec les années qui passent, les reins distillent moins, et moins bien, les liquides du corps. La régulation hydrique se fait mal, la peau se dessèche et tous les organes pâtissent de cette carence en élément liquide pourtant indispensable à tout l’organisme. Les graisses s’accumulent, la circulation sanguine est de moins bonne qualité. Le sel n’est plus évacué comme il faudrait.
Le rôle anti-âge des surrénales est surtout lié à leur capacité à aider l’organisme à gérer les situations de stress. Le stress, ou plutôt les stress, sont des facteurs majeurs de vieillissement interne.
Comment faire  ? Les plantes adaptogènes conviennent aux situations de stress et sont aussi d’un précieux secours en agissant sur la sphère rénale pour ralentir le vieillissement interne.
L’éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus) est le plus complet. Cette plante exerce une action régulatrice non spécifique sur de nombreux organes (reins, cœur, foie) ou fonctions physiologiques (circulation sanguine, sphère rénale). L’éleuthérocoque renferme des éleuthérosides. C’est un fortifiant qui agit comme stimulant des surrénales pour les aider à maintenir leur rôle. Dans ce cas, on l’utilisera à des doses modérées, à raison d’une ou deux gélules le matin sur une période de trois semaines par mois. 
Mais il y a des plantes plus ou moins adaptées à chaque cas. La schizandra (Schizandra chinensis), par exemple, augmente l'endurance. Le ginseng rouge de Corée (Panax ginseng) est également connu pour son effet de stimulant général et son action sur la virilité. Dépourvu de toxicité à des doses modérées, on peut sans crainte prendre deux ou trois gélules de ginseng, blanc ou rouge, chaque matin sur une période de 20 jours par mois. Encore mieux : prendre 1 petite cuillère (livrée généralement avec le pot) d'extrait pur de ginseng rouge de Corée.
  • Mettre de l'huile / Faciliter le travail cardio-vasculaire
Le premier grand système organique, et le plus fondamental, à souffrir des effets du vieillissement est le système cardio-vasculaire.
Plus les artères et les veines sont souples, plus les fluides les parcourent aisément.
Pour maintenir la souplesse du réseau artériel ou veineux, prenez de l'huile de bourrache (Borago officinalis)
Elle est riche en acides gras essentiels (AGE), notamment en acide gamma-linolénique et en acide linoléique. Elle favorise une régénération ou une reconstruction des parois cellulaires et augmente de ce fait la régénération de la peau, des muqueuses, des phanères.
Le système circulatoire bénéficiera ainsi d’un effet régénérant sur les tuniques internes des vaisseaux capillaires et des veines, de vraies peaux intérieures dans notre corps, tout comme les parois des cavités naturelles (bouche, nez, oreille, tube digestif…).
  • Protéger de la rouille / Faire la guerre aux radicaux libres
C’est l’un des paradoxes de la vie. Il faut respirer pour vivre, mais l’oxygène absorbé est en partie responsable de l’oxydation des cellules et donc de leur détérioration et de leur mort. C'est le phénomène de la rouille.
Contre les radicaux libres, il n'y a qu'une seule parade : les antioxydants.
Les sources d’antioxydants sont, pour une part, les fruits et légumes, riches en vitamines A, C et E. D’autres substances fournies par une alimentation équilibrée jouent ce rôle : les oligo-proanthocyanides (OPC) présents dans les pépins de raisin, les lycopènes de la tomate, les anthocyanides des baies de myrtille, les flavonoïdes du thé, noir, vert ou… rouge.
En complément alimentaire, ces principes actifs sont bien évidemment, nettement plus concentrés, et simplifient la tâche aux personnes qui, avançant en âge, perdent l'appétit.
 
On a quand même le droit de mourir. Non ?
 
Si une très longue vie, soutenue à la fois par les nano-bio-technologies, l’informatique et les sciences cognitives est donc envisageable, en sens inverse se développe un autre mouvement : pour le droit à la mort. Il est grand temps de porter le débat, certes délicat, du droit à mourir dignement sur la place publique et de faire des choix autant de société qu’individuels. Je gage que cela ne saurait tarder.
Je m’imagine au volant de ma « Mercedes », dans 70 ans, avec ses 500 000 bornes. Je pourrai encore rouler, mais je ne pourrai plus vraiment entreprendre quoi que ce soit. Je ne pourrai pas me lancer dans un grand voyage de peur de péter une durite au milieu de la pampa. 
Le docteur aura beau me dire que je peux vivre jusqu’à 150 ans, j’en aurai peut-être assez de passer toutes les semaines au garage (entendez l’hôpital) pour me faire nettoyer les durites et changer de pot d’échappement, assez de garder les yeux rivés sur mon tableau de bord, assez des court-circuits électroniques et des erreurs "système"… autant accepter d’arriver à destination, le plus vite possible…
 
30 ans de plus, et c’est toute la société qu’il faut changer !
 
Ce n’est qu’une réflexion toute personnelle mais nous serons un jour amenés à nous poser la question. Car nous ne sommes pas nés pour vivre autant d’années. Dans trois ou quatre générations, lorsque tout le monde sera habitué à vivre jusqu’à 130 ans, peut-être que les choses auront changé. Nous aurons réorganisé la vie active autrement, la retraite aussi, et peut-être qu’avoir 100 ans paraîtra même jeune… En attendant, il faudra bien se poser les vraies questions philosophiques.
Au-delà d’un certain âge, science ou pas, nous perdrons tous cette vitalité qui donne un sens à la vie… 
 
En attendant, nous avons vraiment intérêt à cultiver notre mental et notre spiritualité si nous voulons faire « notre temps » sur cette terre, et dans les meilleures conditions !
 
Prenez soin de vous,
 
Dominique Vialard
- Pour être assuré de recevoir, chaque jeudi, la newsletter "Alternative Santé" cliquez ici
.
Santé, lire aussi :
Partager cet article
Repost0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 01:49



Modern Warfare ça rapporte
http://www.cowcotland.com/news/31753/call-of-duty-modern-warfare-salaires.html
Intérêts financiers, crises économiques et guerres, un rapport?

Nous sommes témoins aujourd’hui d’une dégradation de la situation en Syrie (nouvelobs.com, 26/05/2012) et en Iran (lepoint.fr, 25/05/2012) et nous sentons l’arrivée d’une intervention militaire de l’OTAN. En même temps, nous sommes aussi témoins d’une crise financière sans précédent en Europe (liberation.fr, 25/05/2012) qui met en danger l’économie des États-Unis (entre autres) qui se trouve déjà dans une situation critique. Pouvons-nous faire un lien entre la crise financière qui s’approche à toute allure et les mauvaises nouvelles qui arrivent un peu par tous sur la Syrie et l’Iran?


Une chose est sûre, la guerre présente certains avantages d’un point de vue économique. Si scandaleux que ça puisse paraître, c’est la triste vérité.


La guerre a besoin d’armes et la vente des armes rapporte. En termes d’exportations d’armes (ou pourquoi ne pas dire « vente d’armes »?) la France avec 7,7 % de parts de marché se situe en quatrième position après les États-Unis (52,3 %), la Russie (8,2 %) et le Royaume-Uni (13,7 %). En voyant ces statistiques, nous pouvons commencer à avoir certains doutes sur les véritables raisons pour lesquels les États-Unis, seuls ou avec l’aide de l’OTAN ou encore sous la forme de l’ONU, jouent le rôle du justicier de notre planète.


La guerre ouvre les portes à des ressources naturelles que nous ne possédons pas. La guerre de golfe a ouvert en grand les portes (déjà ouvertes) aux États-Unis et ça leur a permis d’installer des bases militaires à des points stratégiques pour maintenir en sécurité leur accès au petrol de l’Arabie Saoudite et du Koweït. L’intervention militaire contre Mouammar Kadhafi a couté aux Libyens 50 ans de leur pétrole. Les pipelines afghans ne sont qu’un pas dans le jeu politique des États-Unis vers une influence dominante dans les républiques soviétiques d’antan, riches en pétrole et gaz. Il est impossible de ne pas faire le lien également entre les reserves de petrol irakien et la guerre contre Saddam Hussein en 2003.


Les médias de masses sont les grands complices de ces guerres car ils sont majoritairement financés en partie par l’industrie de l’armement ou des personnes qui sont en étroite collaboration avec le commerce des armes. Toujours avant une intervention des États-Unis, de l’OTAN ou de l’ONU, une sorte de propagande se met en place pour influencer l’opinion public et justifier la guerre et les médias de masse jouent un rôle primordial dans cette mise enscène. Les termes « mort des enfants », « mort de civils innocents », « oppression du peuple », « violences sans précédant », « armes de destruction massive » etc sont utilisés pour choquer et rendre la guerre légitime aux yeux du public.

 

Voici quelques exemples:

 

Vidéos sur le site

 


En ce qui concerne le 11 septembre et la guerre en Afghanistan, nous abordons le sujet diffament car nous frôlons   « le conspirationnisme » avec notre article. Cette vidéo exprime bien notre point de vue sur ces événements tragiques qui ont couté la vie à environ 3000 civiles américains et environ 300 000 civiles afghanes et irakiens dans la guerre contre le terrorisme qui a vu le jour après ces tristement célèbres attentats.


Personne ne souhaite la guerre. Comment arrivons-nous alors à se trouver dans une situation ou nos amis, nos frères, nos compagnons ou nos enfants se trouvent avec une arme dans la main face à des parfaits inconnus, amis, frères, compagnons ou enfants de quelqu’un d’autre? Comme disait Paul Valéry, « Les guerres, ce sont des gens qui ne se connaissent pas et qui s’entretuent parce que d’autres gens qui se connaissent très bien ne parviennent pas à se mettre d’accord. » Quelle sera votre position si vous entendez qu’une intervention militaire en Syrie ou en Iran aura lieu? Allez vous croire encore leurs fausses vérités manipulatrices qui finiront par être démasquées tôt où tard? Nous vous recommandons simplement d’être prudents et ne pas croire tout et n’importe quoi car l’histoire a donné souvent tort à ceux qui ont cru « la version officielle »…

 

VIDEOS sur le site :

 

 

http://jaiundoute.com/actualites/actualite-politique/05/2012/interets-financiers-crises-economiques-et-guerres-un-rapport/

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche