Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 15:24

 

congo-map.pngLa guerre dans les deux Kivu à l'Est du Congo a connu une recrudescence au cours des derniers mois.  Aux conflits liés à la présence de  les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), des hutus rwandais exilé au Congo  - par exemple dans la nuit du 13 au 14 mai dernier, dans un village du Sud-Kivu à l’est de la RDC, 32 personnes dont 6 enfants ont été sauvagement massacrés par les combattants d’une milice rebelle hutue - s'est ajoutée au Nord Kivu la guerre qui oppose depuis le début du printemps l’armée congolaise (FARDC) aux mutins du M23 (mouvement du 23 mars) dirigés par le colonel Sultani Makenga, ex numéro-deux du général Bosco Ntaganda (poursuivi par la Cour pénale internationale) et composée d'ex-rebelles tutsis du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda. Les combats ont provoqué le déplacement de milliers de population dans la région, avec le lot habituel de meurtre, viols, pillages, l'enrôlement d'enfants-soldats et les décès liés à l'appauvrissement des personnes déplacées (notamment les épidémies). De nouveaux affrontements ont notamment opposé jeudi 14 juin les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) au M23, dans cette province. Le M23 récemment créé revendique l'application des accords du 23 mars 2009 entre la rébellion du CNDP et les autorités congolaises qui prévoyaient notamment la transformation du CNDP en formation politique et l'intégration de ses éléments dans les institutions politiques locales et nationales, ainsi que dans l' armée.

 

On craint aussi une déstabilisation de la province Orientale voisine où une rebellion ituri pourrait se soulever sous les ordres de Bosco Ntaganda. Les mai-Mai Simba et l'Armée de résistance du seigneur y sévissent déjà.

 

Une fois de plus les ingérences étrangères ne sont pas absentes de ce conflit, et le président rwandais Paul Kagame, allié des Etats-Unis est pointé du doigt.

 

Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé le 16 juin une enquête sur les soutiens extérieurs dont bénéficient les groupes armés dans l’est de la République démocratique du Congo. Il soupçonne le Rwanda, sans le citer nommément, d’être impliqué dans le soutien aux groupes armés qui déstabilise le pays dans la région du Kivu. Le défenseur des droits de l’homme congolais, Dimas Kitenge, estime sur RFI que le Conseil de sécurité doit condamner clairement le Rwanda : « A partir du moment où nous avons de plus en plus de preuves que les soldats rwandais sont là, il est très important que la communauté internationale puisse avoir un langage clair et ferme vis-à-vis de tous ces pays, y compris le Rwanda qui veut encore troubler la paix. »

 

Selon Salem-News le président rwandais Kagame utilise l'Ouganda comme base arrière pour exfiltrer les criminels de guerre M23 et les mettre à l'abri d'enquêtes de l'ONU. Paul Kagame ancien ami de George  Bush jouit de soutiens importants aux Etats-Unis, où il est souvent invité pour recevoir diverses récompenses, ce qui suscite parfois une mobilisation de ses opposants pour empêcher les remises de prix (voir ici). En 2009 dans une tribune publiée en janvier 2009  dans «The New York Times», reprise dans la rubrique «Kiosque» de «Jeune Afrique» n°2502-2503, l’ancien secrétaire d’Etat adjoint chargé des Affaires africaines de George W Bush, Herman Cohen estimait que le rétablissement de l’autorité de Kinshasa au Nord et Sud Kivu équivaudrait pour le régime rwandais à «renoncer» à des «ressources» qui représentent une bonne part de son «produit intérieur brut». Selon lui, il importait de prendre en compte la «dimension économique» du conflit. D’où l’idée d’«un projet de Marché commun» incluant six pays de la sous-région dite des Grands Lacs. A savoir : le Burundi, la RD Congo (l’Est), le Kenya, l’Ouganda, Rwanda et la Tanzanie. De même le président français Sarkozy avait fermé les yeux sur les ambitions du Rwanda sur le Kivu en lançant une politique de rapprochement avec Kigali.

 

La journaliste belge Colette Braeckman épingle aussi le rôle des ONG qui en demandant l'inculpation de Bosco Ntaganda rallié à Kabila ont aussi contribué à enflammer la situation au Kivu

 

 


Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 03:17

 

  Je dédie cet article aux Contributeurs de Wikipedia,

qui s'occupent de ma fiche (méconnaissable) depuis le 14 mars 2012


Nous ne sommes pas des moutons!

 

Les moutons manipulés

Par eva R-sistons

 

 

Nous sommes des moutons ! Oui, nous sommes des moutons...

 

Shakespeare,

fin connaisseur de l'âme humaine,

le disait déjà, à sa manière :

 

"Des FOUS conduisent des AVEUGLES".

 

Les Médias nous conditionnent tous les jours.

Ils nous servent tous les jours des mensonges,

et nous les croyons !

Gare à ceux qui ouvrent les yeux,

et surtout gare à ceux qui veulent aider les aveugles à voir !

 

Ainsi, les Etats-Unis seraient

"la plus grande démocratie du monde",

alors qu'ils enferment maintenant leurs citoyens

sans justifier leur mesure d'internement en prison,

sans laisser la victime se défendre,

et la détention est illimitée, sans jugement.

Et le charmant Obama décide lui-même

qui doit être éliminé par drone, à l'étranger...

Mais qui le dit ? Personne...

Les Etats-Unis sont une "démocratie" !

 

La guerre contre la Syrie,

pour se débarrasser d'un Régime non aligné,

et pour saisir son gaz,

est une guerre "humanitaire".

Comme en Libye ! Aujourd'hui ruinée,

en proie au massacre des partisans de Kadhafi,

et au nettoyage ethnique...

Les guerres impérialistes, économiques, de prédation,

et avec les armes de destruction massive de l'Occident,

qui en parle ?

Elles se parent de toutes les vertus, nos jolies guerres,

et les moutons bêlent...

 

Car les moutons gobent tout !

Ils sont aveugles,

ils ne savent pas que des fous, au sommet, 

ont sur eux droit de vie et surtout de mort.

Qui sont ces fous ?

C'est l'oligarchie,

elle détient argent et pouvoir.

Des Rockefeller sont même en train

de s'emparer d'une partie des terres encore disponibles...

Hier encore, on parlait des "200 familles".

Ce sont elles, d'ailleurs, qui décident des guerres à mener,

même - et surtout - mondiales.

Aujourd'hui, pas de débats.

Les infâmes BHL ont remplacé les Sartre et les Aragon.

 

Il n'y a même plus d'intellectuels,

ou ils sont condamnés au silence.

Un BHL sort-il un navet,

que les médias aux ordres se précipitent pour encenser;

et tant pis pour ceux qui ont quelque chose à dire, eux...

Les moutons croient les faux philosophes,

et les Médias entretiennent la supercherie.

Le Cinéma, les Livres d'Histoire, Wikipedia... aussi.

Alors, elle est pas belle, la vie ?  

 

Gare aux chercheurs de vérité,

gare aux amoureux du Vrai, du Beau, du Bon,

les rôles sont inversés, on les prend pour des fous

ou pour des imbéciles ou pour des salauds.

Même sur un support chargé d'éclairer les consciences,

comme Wikipedia,

même dans les livres scolaires censés former,

la vérité est piétinée, tournée en dérision...

La Pensée Unique, mensongère, s'étale impunément.

Et les moutons font des petits moutons.

 

Mais des petits moutons qui n'ont plus d'emplois,

plus de toit, plus de sous, plus de perspectives, plus d'idéal,

et qui se vautrent devant la télé débile,

et qui se vautrent devant des jeux violents,

et qui boivent, qui boivent,

qui se droguent, qui se droguent,

qui se suicident, qui se suicident...


Mais les Médias disent que tout va bien,

que la crise est bientôt finie,

que Sarkozy est super Sarkozy,

Que BHL est un grand philosophe,

qu'Obama est un grand démocrate,

que les guerres sont jolies, démocratiques, humanitaires,

que la mondialisation est bienheureuse,

que l'avenir sera radieux,

et aussi que nous devons, avec Sarkozy ou BHL,

aspirer au Nouvel Ordre Mondial

qui "résoudra tous nos problèmes".

 

Et ceux qui ne sont pas dupes

sont traités de "conspirationnistes", de "bruns-rouges",

d'"antisémites", ou de je ne sais quoi encore...

 

Les Médias mentent, les livres d'Histoire sont partiaux,

Wikipedia ne comprend rien,

les amoureux de la vérité sont traînés dans la boue, 

les moutons ont leur bol de riz et leur match de foot,

et tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes.

 

  Vraiment ?

 

Eva R-sistons

 

.


http://zeguigui.blogspot.fr/2012/01/un-mouton-noir-labatoir.html 

 

.mouton-noir-intello-abattoir.jpg



Un peu d'actualité alternative ?

Moutons, s'abstenir !

 

Jamais les Grecs n’auront voté sous une telle pression internationale, qui tourne quasiment au chantage, accuse le quotidien de gauche To Ethnos. Car les partenaires d’Athènes ont choisi leur homme : le conservateur Antonis Samaras plutôt que le leader de gauche Alexis Tsipras.
http://www.presseurop.eu/fr/content/article/2184081-un-vote-sous-haute-surveillance

 

(Le Nouvel "Ordre" Mondial avance !).

 

PARIS (Reuters) - ... Lagarde souhaite qu'une nouvelle "étape forte" de la construction de la zone euro soit rapidement franchie, avec la mise en commun des politiques budgétaires et des mécan...Afficher la suite

 

 
www.bfmbusiness.com
www.telegraph.co.uk
Central bankers are preparing radical action to stem the turmoil if Sunday

 

Lisez les 3 premières pages (ou davantage si le cœur vous en dit) du superbe discours d'Amin Maalouf pour son élection à l'Académie Française au fauteuil laissé vacant par Claude Levi-Strauss. Ou la confirmation de l'analyse de FA sur l'alliance historique entre François Ier et Soliman le Magnifique.
http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20120614/1718788_57bc_af-discours-maalouf1406.pdf

Vous pouvez aussi lire le très beau discours de Jean-Christophe Rufin, désigné pour l'accueillir dans l'auguste institution.
http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/doc/20120614/1718796_94b4_af-discours-rufin1406.pdf

 

 

Interventions très intéressantes d'Olivier Berruyer ... où l'on voit que tout fédéraliste qu'il est, il partage le constat de l'impasse européenne actuelle, et pronostique explosion de l'union monétaire, et de l'UE tout court ....
 
www.youtube.com

Les complotistes à l’oeuvre…

boum0.jpg?w=645

ALERTE ROUGE : CA VA SECOUER DUR

Merkel ou Hollande ? Prolongation ou pas du Machin européen ?

_______________________________________________________________________

 

safe_image.php?d=AQB6OQus-MytW7V2&w=155&
 

 

 

safe_image.php?d=AQDUYFzJJRlOZ1FQ&w=155&
realinfos.wordpress.com

 

safe_image.php?d=AQCWVss0vXhH3LVe&w=155&
www.slate.fr
L’Espagne, le Portugal, la Grèce et les leçons du modèle argentin.
 
safe_image.php?d=AQCaonnSJlyZv8Sl&w=155&
www.romandie.com
Accord des pays de Schengen pour des contrôles aux frontières
safe_image.php?d=AQARGQw5F8aRJMI2&w=155&
www.radio-canada.ca
Un soldat américain s'est donné la mort pratiquement chaque jour depuis le début de
Pour toutes ces infos, lien ici :
.

.

Posté par : CercleDesVolontaires

Interview de Jean Bricmont par Raphaël Berland et Jonathan Moadab
Jean Bricmont : Guerre en Syrie ?

« On va vers une espèce de folie »

 

Jean Bricmont revient sur la fausse "bonne idée" de la guerre humanitaire. Il dénonce un conditionnement idéologique provenant des médias de masse, qui visent à rendre acceptable une intervention extérieure à la population.

 

Quelques citations :


"Toutes les guerres sont motivées par des motifs altruistes"

"La paix mondiale dépend d’un ordre international qui était construit après la guerre, qui est basé sur le respect de la souveraineté nationale de chaque pays pour éviter justement ce qui a mené à la Seconde guerre mondiale."

"On a toujours cette politique de grande puissance qui invoque toujours des mobiles nobles mais qui d’une certaine façon risque de nous mener vers une guerre sérieuse."

"Une politique de paix, ça serait une politique de coopération, de dialogue avec les autres pays y compris avec la Russie, la Chine, l’Iran, la Syrie évidemment. Et cette politique est impossible aujourd’hui. Même si François Hollande voulait une autre politique, ça serait impossible à cause des médias en France."

"On va armer les rebelles en Syrie de façon à créer le chaos dans ce pays"

 

"Mon opposition à l’intervention est basée sur des tonnes d’arguments qui n’ont rien à voir avec le régime d’Assad, je ne trouve même pas nécessaire d’avoir un débat sur ce régime."

"Il faut dire que [Pierre Piccinin] a été un peu téméraire d’aller dans un pays en guerre civile ou en guerre étrangère si elle n’est pas civile, et croire qu’il allait faire le tour de tous les mouvements de rébellion sans avoir d’ennui avec la police."

"La Syrie pourrait ne pas être en crise, tout ce que je dis ne serait pas changé à la virgule près."

"Je remarque que même dans ce qu’on pourrait appeler les "milieux de gauche", tout le monde se moque de BHL. Mais tout le monde partage ses idées. Quand il y a eu la guerre en Libye, presque l’entièreté de la classe politique et aussi les soi-disants radicaux genre NPA etc. étaient d’accord avec l’intervention. En fait, ils demandaient l’intervention. Et maintenant, pour la Syrie, on a le même scénario." (..)

 

Jean_Bricmont_5_logo.jpg Jean Bricmont est Docteur en Sciences et a travaillé comme chercheur à l’Université Rutgers puis a enseigné à l’Université de Princeton, situées toutes deux dans l’Etat du New Jersey (États-Unis). Il enseigne aujourd’hui la physique théorique en Belgique et est l’auteur de « Impérialisme humanitaire : Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ? »

 

 Jean Bricmont : Guerre en Syrie ? « On va vers une espèce de folie »

Voir aussi :

http://www.silviacattori.net/article3336.html

 

.

 

 

La note de la dette de la France est dégradée

francedegradation.jpg?w=645Jusqu’à hier soir, la note de la dette souveraine de la France était de A. Ce matin, l’agence de notation américaine Egan-Jones annonce qu’elle abaisse cette note à BBB+ du fait de « la pression croissante exercée sur le pays par la crise de la zone euro ». C’est une dégradation de deux crans et une perspective négative à la clé !

Extrait du commentaire joint à cette dégradation : “comme la France a tendance à soutenir ses banques, elle pourrait bientôt se trouver confrontée à d’importantes charges supplémentaires”. Pour la dette publique, Egan-Jones a constaté une “tendance désastreuse et le pire est encore à venir”. Le nouveau président va “se retrouver pressé de tenir ses promesses de campagne ce qui en fin de compte affectera la qualité de crédit” du pays, ajoute l’agence…


liesilogolettre.jpg?w=645

Numéro 256 -  15 Juin 2012       Recherche d’un chaos contrôlé de l’Europe – Organisation de la déconfiture européenne – Et maintenant ? L’UNION BANCAIRE – Prescience extraordinaire des employés bruxellois de la Synarchie – Importance du 17 juin 2012 ? – Organisation de la déconfiture américaine – Comité X / Bloc de commandement russe.

.

valmy
        Comité Valmy   info@comite-valmy.org    -   www.comite-valmy.org  


       
Après le 1er tour des législatives : Relever le drapeau de la souveraineté
         Les questions sociale et nationale sont indissociables ! Claude Beaulieu -
         http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2569  

        L’AVENIR DU PCF : CHANGER DE STRATÉGIE par André Gérin
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2576

        Paul Vaillant-Couturier (1936) : "NOUS CONTINUONS LA FRANCE"
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2502

        Les communistes français et la question nationale - Etienne Fajon
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2546

        L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication par Thierry Meyssan
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2564

        Coups d’état : annoncé en Syrie, tus en Italie - Giancarlo Scottuzzi*
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2571

        Syrie : le message d’un missile russe… Général Amin Hoteit
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2574

        De la guerre contre l’Espagne de 1898 à la guerre contre la Syrie. Le primat étasunien de la désinformation.
        Domenico Losurdo - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2573
       
        Drones sicaires pour la kill list - Manlio Dinucci - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2570

        Vers la fin d’un partenariat clanique à relent affairiste - René Naba
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2572

        Euro, terminus ? par Frédéric Lordon - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2563

        Syrie: Israël au service de l’opposition armée ? - Le Temps d’Algérie
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2568

        De Chirac à Sarkozy : L’acharnement colonial de la France contre la Côte d’Ivoire - Comaguer
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2567

        La Russie veut sauver le plan de Kofi Annan, l’Occident veut le saboter  Par Ghaleb Kandil
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2566

        ELECTIONS LEGISLATIVES : Premières réflexions sur les résultats du premier tour - Jean Lévy
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2565

        Georges CORM : « L’instrumentalisation du religieux, poison récurrent du Moyen-Orient »
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2562

        Journalistes envoyés à la mort en Syrie (ou de l’art consommé de la propagande) Mounadil al Djazaïri
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2560

        Les Etats-Unis à la Russie : Laissez tomber ou nagez dans une mer de sang syrien -Tony Cartalucci
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2557

        Liban: L’autre visage du complot - Soraya Hélou - http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2556

        Quelle issue politique face à l’effondrement de « l’Euroland » ? Collectif communiste Polex
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2553

        L’AMBIANCE EST GLAUQUE * De Guy Mollet à François Hollande : les harkis « socialistes » du gros                 Capital anglo saxon ? -  http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2536

        Le nœud coulant de l’illégitimité pour étrangler la démocratie - Pedro DA NOBREGA
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2552

        Les nouveaux serviteurs de la bourgeoisie - Mohamed Belaali
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2545

        CGT : la succession de Bernard Thibault analysée par le Front Syndical de Classe   
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2540

        La fausse solution des eurobonds par Frédéric Lordon
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2537

        Lavrov à Chine nouvelle : Les relations sino-russes au plus haut    
        http://www.comite-valmy.org/spip.php?article2541  
.

No Comments »


posté le 11 juin 2012 à 21 h 55 min in News by albator65

Une mairie de l’Isère, soutenue par la chambre régionale des comptes, a décidé ne plus rembourser les quelques 636.000 euros d’intérêts d’un « emprunt toxique » contracté auprès de la banque Dexia, selon l’avis de la juridiction consulté par l’AFP.

« Ils ont trompé notre confiance. C’est inacceptable que les contribuables payent pour des financiers qui nous ont menti », déclare à l’AFP le maire Nouveau centre de Sassenage, Christian Coigné. Depuis le 15 décembre 2011, la mairie a décidé de ne plus rembourser les intérêts d’un prêt, renégocié avec la banque Dexia en 2010, dont le montant est passé en un an de 170.000 euros à plus de 636.000 euros, selon le maire.

Les intérêts, qui sont indexés pour moitié sur le franc suisse, ont en effet subi la hausse vertigineuse de la devise. « Ils nous avaient sécurisés en nous disant que le franc suisse ne bougeait jamais. Au lieu de nous aider à baisser notre dette, ils l’ont augmentée volontairement », soutient le maire, qui a reçu dans sa démarche l’appui de la chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes.

Pour le maire, qui a assigné la banque devant le Tribunal de grande instance de Nanterre pour « abus de confiance » et « faux », cet avis est synonyme de sursis.
Une première audience est prévue en septembre.

 

 

Pour Max Keiser en traduction

 

.

http://www.platanas.be/images/michel-collon-investigaction.png

http://www.platanas.be/images/michel-collon-investigaction.png

.
Nouveau sur Investig'Action -
www.michelcollon.info

PRINTEMPS ERABLE
Le carré rouge flotte sur le Québec - Bruno Drweski
Quels sont les enjeux du mouvement populaire ?

Un étudiant québécois explique les raisons du mouvement - Anonyme
Vidéo claire et limpide : vous avez trois minutes pour tout comprendre.

Lettre ouverte au Premier ministre du Québec - Hervé Philippe
Un chercheur universitaire dévoile l'absurdité du système éducatif.

Charest veut transformer le Québec en « Right-to-study state » - Pierre Dubuc
Comment Charest calque sa politique sur les Etats esclavagistes du sud des Etats-Unis.

Répression au Québec : pour qui roule la police ? - John J. Charest
« Vous nous voulez civilisés, nous vous savons barbares »

APARTHEID ISRAELIEN
Revoir la question palestinienne : entretien avec Ilan Pappe - Paul Weinberg
C'est aux Palestiniens de reconnaitre le droit pour les Israéliens de vivre sur ces terres, pas l'inverse.

Pourquoi le Parlement européen doit déchirer les accords d'échanges avec Israël - David Cronin
Comment l'Union européenne cherche à intégrer un Etat d'apartheid.

Le boycott d'Israël est la bonne méthode - Ilan Pappe
Le célèbre historien israélien explique brillamment pourquoi il soutien la campagne BDS.

MOYEN-ORIENT
Les bombardements terroristes de Damas : du 'Made in USA' - Bill Van Auken
« Notre objectif est d'arriver à un point de basculement pour renverser le régime d'Assad »

Le chemin de Damas de Pierre Piccinin - Bahar Kimyongür
Celui qui dénonçait hier la propagande de guerre appelle à une intervention de l'Otan. Etonnant ?

« Le changement viendra au Bahreïn, mais quand ? » - Marc Botenga
Une activiste des droits de l'homme explique les enjeux de la révolution oubliée.

AFRIQUE
La guerre entre les deux Soudans - Galal Nasser
Pour les médias, c'est encore une histoire compliquée d'Africains qui s'entretuent. Vraiment ?

VALLS, SUPER FLIC
Vous avez aimé Claude Guéant ? Vous adorerez Manuel Valls - Alain Gresh
Au ministère de l'Intérieur, le changement n'est pas pour maintenant.

Alain Bauer, marchand de peur et gourou de Valls - Mathieu Rigouste
A quoi peut-on s'attendre avec Manuel Valls ? Quelques réponses...

ECONOMIE
Le chapeau de Bolívar. Les leçons d'économie de Chavez pour l'Europe - Richard Gott
Comment le Sud peut devenir un modèle pour le Nord.

L'AUTRE HISTOIRE
In memoriam - Jean Bricmont
Pourquoi on ne commèrera pas l'anniversaire de l'invasion US du Sud Vietnam.

Génocide et propagande : un guide vous permet de détecter les « bonnes » victimes - Dominique Arias
Un nouveau livre vous permet de déceler les ficelles de la propagande de guerre : salutaire !

CHACUN CHEZ SOI?
Note à l'attention des chefs d'Etat de l'UE : immigrer n'est pas un crime - David Cronin
Fuir la pauvreté et les persécutions n'est pas illégal. Violer les lois internationales par contre...

Combattre le FN, sans oublier de combattre ses idées... - Alain Batchy
Le racisme structurel, héritage du colonialisme, n'est pas l'apanage du FN.

L'islamophobie : un « viol d'identité collectif » - Fatma Kassoul
Les élections l'ont montré: le climat n'est pas bon en France. Entretien avec Abdelaziz Chaambi.

BELGIQUE
La longue marche de Houria, la femme d'Ali Aarrass - Luk Vervaet
Que feriez-vous si votre mari était victime d'une terrible erreur judiciaire ?

VIDEO
NATO : Flashmob for Peace - Intal
Les peuples du monde s'unissent contre l'armée des multinationales.
.
Crimes médiatiques ou les conséquences meurtrières de la désinformation
arton16970-903ed.jpg
Guillaume DE ROUVILLE
illustration : "TV kills the brain" par gianluca

Depuis la chute du mur de Berlin, l’emprise des médias atlantistes sur les opinions publiques occidentales, au lieu de décliner en raison de la disparition de la menace communiste, s’est développée au point de supprimer quasiment toutes les voix dissidentes des canaux d’information non marginaux ou alternatifs. En France, pays un peu plus rétif que ses voisins à la mainmise atlantiste, ce travail de nettoyage médiatique a été achevé par Nicolas Sarkozy avec l’aide de personnalités néoconservatrices comme Christine Ockrent ou Philippe Val (legs sur lequel le nouveau Président très atlantiste ne reviendra évidemment pas).

Il en résulte un unanimisme de l’information dont on pourrait s’accommoder en invoquant l’imperfection des Homo Sapiens s’il n’avait pour objectif principal de cacher des crimes de masses dont les élites dirigeantes des démocraties occidentales se rendent coupables avec une impunité déconcertante.

Les crimes médiatiques sont une composante à part entière des crimes politiques plus généraux qui ensanglantent la scène internationale où nos dirigeants déchaînent leur volonté de puissance. Sans une complicité active des médias atlantistes avec les élites occidentales les guerres en Irak et en Afghanistan, le dépeçage de la Libye et la descente aux enfers de la Syrie, n’auraient pas pu être réalisés aussi facilement.

Ainsi, il y a eu crime médiatique quand l’Otan a décidé d’attaquer l’Afghanistan dans la foulée des attentats du 11-Septembre parce que les médias ont refusé sciemment d’interroger les motivations de l’administration Bush dans cette guerre et de questionner la responsabilité directe des néoconservateurs dans ces attentats.

Il y a eu crime médiatique quand les États-Unis et leurs alliés ont envahi l’Irak en 2003 parce que les médias ont relayé volontairement de fausses informations sur la présence d’armes de destruction massive.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont inventé la fable du bombardement de Benghazi par Kadhafi pour envahir la Libye, quand ils ont laissé, sans broncher, les dirigeants occidentaux, avec la caution morale de quelques intellectuels atlantistes (dont J.B. Botul), donner le pouvoir à des milices wahhabites proches d’Al-Qaeda et créer une guerre civile afin d’accomplir des objectifs géostratégiques dont les peuples d’Occident et d’Orient ne verront jamais les bénéfices (moraux ou matériels).

Il y a crime médiatique quand les médias attribuent de manière opportune la paternité des massacres en Syrie (Houla) au clan au pouvoir pour faire tomber un régime qui ne répond plus à leurs objectifs dans la région ; il y a crime médiatique quand l’Occident peut, sans que les médias ne s’en émeuvent, armer des groupes terroristes, organiser des massacres de civils et apporter la guerre civile et religieuse dans un pays en paix.

Il y a eu crime médiatique quand les médias ont choisi de taire le soutien des États-Unis à un coup d’État au Honduras en 2009 et que ce silence couvre les cris des torturés et des suppliciés.

Il y a un crime médiatique quand les médias passent sous silence les implications pour les libertés fondamentales de la loi NDAA votée par l’administration Obama en décembre 2011 qui autorise les détentions arbitraires (des citoyens américains ou étrangers) comme au temps de l’absolutisme royal en France.

Il y a crime médiatique quand aucun grand média ne cherche à expliquer les raisons et les dessous de la guerre contre le terrorisme ni l’alliance des Occidentaux avec les défenseurs du terrorisme islamique (Arabie Saoudite et Qatar).

Il y a eu crime médiatique dans tous ces exemples parce que les médias mainstream ont délibérément choisi de se faire les porte-parole d’une élite à la quelle ils appartiennent ou à laquelle ils s’identifient, élite qui commet, de manière répétée, des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité contraires aux valeurs des Lumières.

L’incompétence n’est pas une excuse suffisante pour écarter la responsabilité directe des médias dans les crimes que nous avons mentionnés (d’autant que les médias alternatifs ont offert ou offrent des analyses précises et pertinentes sur l’ensemble de ces événements). L’incompétence ne peut pas être, en effet, à ce point partagée, voire unanime, tandis que la soumission volontaire à la parole officielle peut l’être en raison du commun dénominateur qui caractérise l’ensemble des médias qui comptent pour forger l’opinion des bourgeois cultivés : l’idéologie atlantiste. En effet, sans une idéologie commune et puissante capable de souder ensemble les intelligences humaines les plus diverses, autant d’erreurs et d’approximations dans l’information ne pourraient pas être commises de manière répétée et à propos de la plupart des événements cruciaux.

Nul besoin ici de mentionner tous les crimes médiatiques commis par les médias atlantistes tant la liste est longue et presque sans fin. Nous voulions juste rappeler l’évidence suivante au moment où le traitement médiatique du drame syrien semble atteindre en Occident un degré d’abjection rarement égalé : la désinformation tue des innocents.

Aux citoyens de rendre leurs journalistes comptables de celle-ci lorsque cette désinformation est manifestement volontaire, à défaut d’en accepter la part d’ombre pour soi-même et de démobiliser sa conscience face à la brutalité du monde. Aux citoyens de s’organiser pour faire tomber les tyrannies médiatiques qui dominent les opinions publiques occidentales. Pour que cessent les crimes des mass media.

Guillaume de Rouville

http://lidiotduvillage.org/2012/06/13/crimes-mediatiques-ou-...

URL de cet article 16970
http://www.legrandsoir.info/crimes-mediatiques-ou-les-consequences-meurtrieres-de-la-desinformation.html
.
par Tony Cartalucci
Les USA à la Russie
.: « Laissez tomber » ou nagez dans notre mer de sang syrien. Alors qu’il s’avère indubitable que la violence qui se déchaîne de plus en plus en Syrie a été préméditée par les planificateurs occidentaux plusieurs années avant que ne se déroule le printemps arabe, et alors que la façade des prétendues « aspirations démocratiques » s’effondre dans le bain de sang perpétré par les extrémistes sectaires qu’ils ont eux-mêmes armés, les officiels US et les gourous des think tanks politiques (...) lire la suite
.
par Caleb IRRI
Le premier tour est donc terminé. Les commentateurs reconnaissent assez largement une victoire de la gauche qui s’approche de la majorité absolue à l’Assemblée Nationale, tandis qu’ils soulignent, faussement étonnés, la percée du FN qui se maintient dans des triangulaires tout de même assez nombreuses : 32 en tout. Les projections en sièges à l’Assemblée estiment donc de 310 à 356 sièges pour la « gauche parlementaire », tandis que la « droite parlementaire en obtiendrait 224 à 261. Avec le Modem de 0 à 3 (...) lire la suite
par Éric TOUSSAINT, Damien MILLET
En accord avec les exigences du FMI, les gouvernements des pays européens ont fait le choix d’imposer à leurs peuples des politiques de stricte austérité, avec des coupes claires dans les dépenses publiques : licenciements dans la fonction publique, gel voire baisse des salaires des fonctionnaires, réduction de l’accès à certains services publics vitaux et de la protection sociale, recul de l’âge de l’accès à la retraite… Le coût des prestations des services publics augmente (transports, eau, santé, (...) lire la suite
par Ahmed BENSAADA
Dans le chic quartier de Zamalek, tout juste à coté de la pâtisserie Fauchon, « The Bakery Shop » (TBS) est le « temple » cairote du beigne nord-américain. Cette boutique, dans un élan d’engagement social et de ferveur démocratique, a décidé de se joindre à la grande kermesse des premières élections présidentielles libres du pays. Elle a promis d’offrir gracieusement des gâteaux aux personnes montrant « patte blanche », c’est-à-dire un doigt teinté d’encre indélébile, preuve irréfutable de la participation au (...) lire la suite
Le témoignage personnel d'un journaliste britannique
par Alex Thomson
Dans la guerre de propagande qui bat son plein sur la Syrie, la mort de journalistes peut-être une bonne affaire et les opposants armés au gouvernement syrien l’ont bien compris qui n’hésitent pas à conduire des journalistes européens vers ce qui aurait dû être leur mort assurée. C’est la mésaventure qui est effectivement arrivée à Alex Thomson, un journaliste de la chaîne de télévision anglaise Channel 4 et qu’il relate dans son blog. 9 JUIN 2012 - Debout devant l’hôtel Safir à Homs pendant que les 4X4 (...) lire la suite 

 

  Pour ceux qui ne veulent plus rester moutons

Pour les contributeurs wikipedia qui veulent cesser d'être aveugles,

ou qui veulent devenir intelligents,

un bon lien, un super site d'information :

Les moutons...

enragés !

 

 

 

http://lesmoutonsenrages.fr/

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 03:09

 

ALERTE ROUGE : CA VA SECOUER DUR

 

Par Menthalo – Nous avons eu une information par un “initié” hier mercredi en début d’après midi,  d’une imminente sortie de l’Espagne de l’Euro. Retour à la péséta avec dévaluation de 20% et Banking holidays espagnoles peut-être dés le vendredi pour empêcher les mouvements de capitaux vers l’étranger. Pour être très exact, cette source n’a pas donné le timing précis. Il n’a pas affirmé si c’était ce week-end ou le suivant ou… Il a dit ‘imminent’.

Cette confidence vient en confirmation de différentes analyses anticipant une sortie de l’Espagne de l’Eurozone avant la Grèce, comme ici sur Marketwatch il y a 15 jours.


Deuxième alerte rouge


Hier, en début de soirée, une nouvelle alerte était donnée par Steve Quayle, informé par une des sources au cœur du système bancaire international annonçant : “Fermeture imminente des banques espagnoles, qui va s’étendre à l’ensemble des PIIGS et même en France.” Son contact annonçant que “Morgan Stanley est le prochain Lehman Brothers” … “Sortez des marchés maintenant. NOW.” Le message de Steve Quayle a été viral sur le net, il a été repris notamment par silverdoctors, si vous voulez le lire in extenso. Je vous en ferai une traduction globale demain.


Troisième alerte rouge ce matin


La société OANDA a annoncé qu’elle bloquerait toutes les négociations de ses clients sur le Forex à partir de 6.00 dimanche 17 juin en raison d’un événement potentiel majeur sur les marchés  en dehors des heures d’ouverture des bourses. (publié cette nuit par Zerohedge )

Dés la première alerte hier, j’avais contacté par mail notre ami Pascal Roussel en poste à la BEI, en lui demandant quelles pourraient être les réactions de l’Euro-Dollar en cas d’une sortie de l’Espagne de la zone Euro. Cette phrase est parfaitement claire. C’est moi qui lui ai demandé les réactions des marchés au cas où cet événement arriverait. Il n’a en aucune manière indiqué que cet événement était possible, ni attendu, loin de là. Voilà ma question et sa réponse, que je cite avec son autorisation.

question de menthalo au financier : Que se passe t’il à ton avis sur l’Euro-Dollar … hausse-baisse  si  l’Espagne sort de l’Euro brutalement ? L’Euro peut-il remonter parce qu’il est soulagé d’un fardeau ? ou au contraire L’Euro chute parce que la sortie d’un seul de ses membres casse le mythe ?
ou bien le cours chute d’abord puis remonte fortement après ?  Pas facile…
Quid si la Grèce sort d’abord et que l’Espagne suit ?  Effondrement ? ou soulagement…

Réponse de Pascal (auteur de Divina Insidia – Le Piège Divin) :

Salut Cyrille


Deux questions faciles ! Je blague car c’est tout le contraire.  Sur le marché monétaire, le cours de change est fonction 
1) de positions spéculatives d’investisseurs qui parient à la baisse et à la hausse ;
2) d’investisseurs qui ont ou vont avoir besoin de changer une devise pour faire un paiement dans une autre devise. Ici je parle carry trade par exemple mais surtout des dérivés (genre cross currency swap)
Si l’Espagne sort de l’euro…
Dans un premier temps cette annonce va provoquer une panique et une incertitude que tu ne peux pas imaginer ; donc les cours vont partir dans tous les sens. Tous les robots vont s’affoler et amplifier les mouvements. Donc pour éviter cela imaginons une fermeture des bourses, congés bancaires, énorme restriction sur les marchés monétaires le temps que le monde digère. Puis la majorité dans le monde financier en dehors de l’Espagne qui attendait des cash-flows espagnols en euro va s’inquiéter de ne pas pouvoir recevoir ces cash-flows espagnols en euros (l’Espagne va se retrouver coupée de la source d’euros). Pour compenser ces cash flows manquants, il est possible que ce monde financier vende d’autres devises pour provisionner de l’euro afin de respecter les engagements en euros. D’autre part ce monde va devoir calculer les pertes probables suites à ces cash flows manquants et pour compenser ces pertes ils vont devoir vendre des actifs en euros.
Dans ce scénario nous avons un énorme crash boursier et une remontée de l’euro suivie d’un rééquilibrage avec un fort mouvement à la baisse. Mais comme le poids du point 2 est énorme et ici il peut donner lieu a des besoins brutaux et inattendus, il est très difficile de prévoir.
Ce qui est quasi certain, c’est que tu vas voir d’énormes fluctuations, amplifiées par les banques centrales qui vont essayer (en vain) de calmer le jeu.

Si la Grèce sort en premier, l’impact sera moindre mais au moins tout le monde de la finance commencera à faire des simulations sur une sortie d’un autre membre afin de mieux anticiper. Donc cela sera sans doute un peu moins fort mais cela ne changera pas grand-chose. Désolé de ne pas pouvoir être plus précis mais il ne faut pas raisonner en termes simples : “l’euro est soulagé d’un fardeau” ou “le mythe… etc”. La question est quels seront les besoins immédiats car les pures spéculateurs ne pèseront pas lourd, ils seront balayés par les oscillations énormes des cours.

——

Dans un article sur LIESI du 20 mai, alors que l’Euro était à 1,28  je citais Ambrose Evans Pritchard qui évoquait dans l’un de ses articles un scénario plus violent pour l’EURO.

L’éventuelle sortie de la Grèce de la zone Euro créerait une première phase de panique, envoyant l’Euro à 1,20  immédiatement suivie d’une phase d’euphorie remontant l’Euro à 1,40. Mais la sortie de l’Espagne de l’Euro est autrement plus importante que la sortie de la Grèce.

Je vous recommande de relire l’article publié par LIESI lundi 11 juin, où tout était dit:  SELL-OFF A VENIR.

Si Trader Noé et moi-même avons levé le pied, c’est que tout a été dit. Vous avez été prévenus à plusieurs reprises. Nous sommes donc dans l’attente de cet événement que j’anticipais pour la semaine du 18 juin.


citation:


SELL-OFF Boursier
En quelques minutes ou en quelques heures, dans quelques jours peut être (semaine du 18 ? avant ou après ?), la bourse pourrait s’effondrer de 25 ou 30%. Cela devrait être très très brutal. On vous racontera des salades comme d’habitude : un incendie dans la salle des ordinateurs comme au Crédit Agricole, un Kerviel ou un Moby Dick en folie, un coup d’état en Grèce ou en Espagne… Tout ça n’est que mensonges pour cacher la réalité, habiller les faits crus et concrets par une nouvelle virtualité. La faillite des banques et de l’ensemble du système fiduciaire EST la réalité.
Concrètement, que va t’il se passer ? Ceux qui vont vouloir jouer cette chute des marchés ont de fortes chances de ne pas en tirer profit. Les marchés resteront ils ouverts ? Les valeurs seront elles toujours cotées ? Les banques rachèteront-elles les warrants et autres turbos aux spéculateurs ? Je ne crois pas. Peu importe.
L’Euro a des chances réelles de s’effondrer brutalement, pour moi, la semaine du 18 juin vers 1,17, peut être même pour arriver à parité. Cela n’a aucune importance, le Dollar est condamné. Il ne terminera pas l’année ..
. (fin de citation)

Si vous n’êtes pas un professionnel, ne jouez pas contre les robots fous qui vont péter les plombs.
Ne croyez pas que vos placements en mines d’or ou d’argent ou vos juniors pétrolières vont être épargnées par ce sell-off. Cela va être 2008 en pire, avec krachs successifs en cascade.
Le seul moyen de passer les 6 ou 7 mois à venir sans trop de dégâts est d’être en métaux précieux et de s’abstenir de regarder les cours pendant 6 mois.

SI l’Espagne sort de l’Euro ce week-end ou le(s) week-end(s) suivant(s), il vaudrait mieux que vous ayez un peu de cash immédiatement disponible, le frigo et le réservoir plein.
La France va t’elle revenir au franc en dévaluant également ? Nous n’en savons rien. A priori, ceux qui nous lisent depuis assez longtemps sont mieux préparés que les autres. Tout le monde va perdre. Nous aussi. Il faut savoir faire la part du feu et rester philosophe. Souvenez-vous de ce qui se passe avec un tsunami : plus la mer se retirera loin, plus la vague sera haute. Faites un parallèle avec les métaux précieux.

 Le G20

Aviez-vous noté que ce week-end, il y a également un G20 ? Il se tiendra le 18 et le 19 juin à Los Cabos au Mexique.

Ce sommet intervient au moment où l’agence de notation S&P qui a donné une note BBB- à l’Inde, menace de passer l’économie indienne et la roupie à Junk. A juste titre le Premier Ministre indien considère que cette prise de position est politique. C’est une réponse de l’oligarchie financière américaine au fait que l’Inde a continué à acheter du gaz et du pétrole à l’Iran.

La Chine a, quant à elle, fermement affirmé sa position cette semaine, en annonçant qu’elle n’allait pas diminuer ses achats vis-à-vis de l’Iran. Alors que Hilary Clinton avait dispensé de sanctions 10 pays européens et qu’elle venait de rajouter à cette liste l’Inde, la Malaisie, la Corée du Sud, le Sri Lanka, la Turquie et Taïwan, Obama vient d’annoncer qu’il ne gracierait pas la Chine. De toute évidence, il y a de très grosses négociations sous la table sur le timing de la Réforme monétaire et sur les dévaluations monétaires. Ce sommet du G20 va encore être un ring de boxe.

Le prochain sommet de la Fed, les 19-20 juin, risque fort de se passer au cœur d’une grosse tourmente.

Le logo de ce sommet, image ci-dessous, est très intéressant. Il est formé non pas d’une pyramide avec un œil, mais de 4 pyramides, qui convergent vers la lumière et ensemble forment un carré, lui-même base d’une pyramide à degré en trois dimensions. Monolithisme des uns contre le monde multipolaire des autres. Tout est dit.

 

...

 

par Éric TOUSSAINT, Damien MILLET
En accord avec les exigences du FMI, les gouvernements des pays européens ont fait le choix d’imposer à leurs peuples des politiques de stricte austérité, avec des coupes claires dans les dépenses publiques : licenciements dans la fonction publique, gel voire baisse des salaires des fonctionnaires, réduction de l’accès à certains services publics vitaux et de la protection sociale, recul de l’âge de l’accès à la retraite… Le coût des prestations des services publics augmente (transports, eau, santé, (...) lire la suite
.
Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 03:06


 
POUR LES CINQ, CUBA DENONCE LE TERRORISME AMERICAIN

http://sinotables.skyrock.com/3028497330-POUR-LES-CINQ-CUBA-DENONCE-LE-TERRORISME-AMERICAIN.html

Les États-Unis offrent l’asile sur leur territoire à des dizaines de terroristes et de repris de justice

JEAN-GUY ALLARD

PROMOTEURS de la « liste des pays sponsors du terrorisme », dont le propos réel est de dénigrer des nations opposées à leur politique de domination, les États-Unis offrent l’asile à des dizaines de terroristes, de repris de justice en fuite et d’escrocs de toute espèce, réclamés par plusieurs gouvernements d’Amérique latine.

Le site web contrainjerencia.com a établi, depuis le début de l’année, une liste des fugitifs les plus notoires. Les délinquants identifiés comme fugitifs latino-américains résidant en territoire étasunien sont une soixantaine, et la plupart ont commis des actes de terrorisme.

Pour ce qui est de la communauté cubano-américaine de Miami, le « fichier » a dû se limiter à l’inventaire des noms les plus « illustres ». La chute du régime de Fulgencio Batista, soutenu par Washington, fit débarquer dans le sud de la Floride des milliers de complices de la dictature que la CIA recruta ensuite pour ses opérations terroristes exécutées secrètement contre la Révolution cubaine.

Plusieurs auteurs d’actes de terrorisme survenus ces dernières années au Venezuela ont aussi trouvé refuge aux États-Unis, de même que des participants à la conspiration criminelle de Santa Cruz, en Bolivie.

Parmi les individus qui ont promu le recours à la terreur dans plusieurs pays du continent et qui résident aujourd’hui aux États-Unis, avec l’approbation du département d’État, contrainjerencia.com relève les noms suivants :

- Alejandro Melgar, le meneur de la conspiration de Santa Cruz et homme d’affaires bolivien.

- Angel de Fana Serrano, qui participa en 1997, dans l’île Margarita, à un complot pour assassiner le leader cubain Fidel Castro à l’occasion d’un Sommet ibéro-américain. Très proche de Luis Posada Carriles, De Fana a également tenté d’assassiner le président Chavez.

- Armando Valladares, complice de la tentative d’assassinat du président Evo Morales à Santa Cruz, en Bolivie, et de plusieurs actes de terrorisme. Il fut arrêté à Cuba pour avoir posé des bombes dans des magasins et a repris son travail au service de la CIA depuis qu’il a quitté l’île.

- Carlos Alberto Montaner, qui vit depuis plusieurs dizaines d’années de ses « services » contre Cuba. Ayant posé des bombes dans des magasins et des salles de cinéma en 1960, il a échappé à la justice cubaine et a fait partie du réseau terroriste d’Orlando Bosch. Il a des propriétés aux États-Unis et en Espagne.

- Gaspar Jiménez, assassin du diplomate cubain Dartagnan Diaz Diaz, complice de Luis Posada Carriles et condamné pour terrorisme au Panama. Vit à Miami sous la protection du FBI.

- Guillermo Novo Sampoll, terroriste, complice de l’assassinat de l’ex-ministre chilien des Affaires étrangères Orlando Letelier, tortionnaire du Plan Condor, assassin de deux diplomates cubains en Argentine, complice de Luis Posada Carriles et condamné pour cause de terrorisme au Panama. Réside à Miami.

- Huber Matos, connu pour avoir dirigé des actes de terrorisme. Ses relations avec le monde du trafic de drogues en Amérique centrale sont aussi bien connues que celles de son fils, réfugié au Costa Rica. Réside à Miami.

- Hugo Acha Melgar, qui finance la bande de terroristes formée par des néonazis hongrois et croates qui ont tenté d’assassiner le président Evo Morales en 2009, lors du complot de Santa Cruz.

- Joaquim Chaffardet, ex-directeur de la police secrète vénézuélienne, étroitement lié au terroriste international Luis Posada Carriles. Il a été formé par les services de renseignements des États-Unis à l’École des Amériques.

- José Antonio Colina Pulido, responsable d’attentats à la bombe contre des bureaux diplomatiques d’Espagne et de Colombie à Caracas en 2003. Réside à Miami.

- Nelson Mezerhane, financier véreux et actionnaire de Globovision, figure parmi les principaux suspects de l’assassinat du procureur Danilo Anderson. A disparu de Caracas après avoir volé 7 millions de dollars.

- Patricia Poleo, complice de l’assassinat du procureur vénézuélien Danilo Anderson. A participé à plusieurs opérations menées par la CIA depuis l’ambassade des États-Unis à Caracas, contre la Révolution bolivarienne. Réside à Miami.

- Pedro Remon, homme de main de la CIA, assassin du diplomate cubain Félix Garcia Rodriguez et de l’émigré cubain Eulalio Negrin, à New York ; complice de Luis Posada Carriles, condamné pour terrorisme au Panama. Réside à Miami sous la protection du FBI.

- Luis Posada Carriles, agent de la CIA et terroriste international. Ses états de services constituent une liste interminable de crimes. Réclamé par le Venezuela pour les 73 homicides de l’avion cubain détruit en plein vol en 1976. Réside à Miami.

- Reinol Rodriguez, associé à Luis Posada Carriles : complice de l’assassinat à Porto Rico, du jeune Carlos Muñiz Varela. Actuel chef militaire de l’organisation terroriste Alpha 66, tolérée par le FBI. Réside à Miami.

- Roberto Martin Pérez, fils d’un des sbires de la dictature de Batista, ex-chef du comité paramilitaire de la Fondation nationale cubano-américaine (FNCA).

- Raul Diaz, condamné pour attaques aux explosifs C4 contre deux ambassades à Caracas, en 2003. Réside à Miami.

- Carlos Yacaman, Hondurien, assassin de l’ex-ministre du Logement du gouvernement de Manuel Zelaya, Roland Valenzuela. Vit à Miami.

- Branko Marinkovic, leader de l’opposition bolivienne de Santa Cruz, principal financier et complice de la bande terroriste désarticulée en 2009. A remis 200 000 dollars aux terroristes pour l’achat d’armes. Vit à Miami.

- José Guillermo Garcia, général salvadorien, ex-ministre de la Défense, tortionnaire et responsable de l’assassinat de quatre religieuses étasuniennes.

- Carlos Vides Casanova, ex-chef de la Garde nationale du Salvador, tortionnaire et responsable de l’assassinat de quatre religieuses étasuniennes.

- Michael Townley, officier de la police secrète de Pinochet, complice de l’assassinat d’Orlando Letelier. Vit à Miami.

- Santiago Alvarez Fernandez Magriña, terroriste et trafiquant d’armes cubano-américain, complice de Posada Carriles. Réside à Miami.

- Osvaldo Mitat, terroriste et trafiquant d’armes cubano-américain, complice de Posada Carriles. Réside à Miami.

- Hector Alfonso Ruiz alias Hector Fabian, terroriste cubain, a posé des bombes à des sièges diplomatiques en complicité avec Posada Cariles. Réside à Miami.

- Ramon Saul Sanchez, tueur à gages d’Omega 7, complice d’Eduardo Arocena et de Pedro Remon. Réside à Miami.

- Rodolfo Frometa, terroriste cubain, chef des commandos F4, a reconnu s’être livré à des actes de terrorisme contre Cuba. Réside à Miami.

- Roberto Guillermo Bravo, militaire argentin responsable du massacre de Trelew qui a coûté la vie à 16 jeunes révolutionnaires. Vit à Miami.

- Virgilio Paz Romero, complice de l’assassinat de l’ex-ministre chilien des Affaires étrangères Orlando Letelier et de sa collaboratrice Ronni Moffitt, gracié par George W. Bush. Réside à Miami.

- José Dionisio Suarez Esquivel, alias Charco de Sangre (Flaque de sang), complice de l’assassinat de l’ex-ministre chilien des Affaires étrangères Orlando Letelier et de sa collaboratrice Ronni Moffitt, libéré par George W. Bush. Réside à Miami.

- Félix Rodriguez Mendigutia, alias El Gato (Le Chat), agent CIA, a ordonné l’assassinat du commandant Ernesto Che Guevara, complice de Posada Carriles dans l’opération de trafic d’armes contre cocaïne à la base d’Ilopango, au Salvador. Réside à Miami.

- Salvador Romani, président de la Junte patriotique cubaine (terroriste) au Venezuela, auteur d’une attaque de l’ambassade cubaine à Caracas, complice de l’assassinat du procureur Anderson. Réside à Miami.

- Johan Peña, ex-commissaire de la DISIP vénézuelienne, a posé la bombe qui a tué le procureur Anderson. Vit à Miami.

- Jaime Garcia Covarrubias, ex-chef de la répression de Pinochet, accusé de torture et assassinat, aujourd’hui professeur dans une académie du Pentagone, à Washington.

- José Basulto, terroriste cubano-américain, agent de la CIA, chef de Frères à la Rescousse, et auteur de multiples provocations et assassinats. Vit à Miami.

- Inocente Orlando Montano, colonel salvadorien réclamé par la justice espagnole pour l’assassinat de jésuites.

- José Guevara, ex-agent de la DISIP vénézuélienne terroriste et trafiquant d’armes cubano-américain, complice de Posada Carriles. Réside à Miami. A participé depuis Miami au complot pour assassiner le procureur vénézuélien Danilo Anderson.

À Miami, des dizaines d’organisations cubano-américaines liées au terrorisme demeurent actives, et le FBI est parfaitement informé de leurs opérations violentes. Les groupes terroristes Alpha 66 et Commandos F4 prônent ouvertement le recours à la terreur contre Cuba.

Les activités de soutien aux actes de terrorisme menés par des chefs de la FNCA et du Cuban Liberty Council ont été dénoncées publiquement à plusieurs reprises.

Plus rien n’étonne personne en la matière dans le pays du représentant Connie Mack, qui a tout bonnement suggéré l’assassinat du président vénézuélien Hugo Chavez, et de sa collègue Ileana Ros-Lehtinen, qui a proposé quant à elle l’élimination physique du leader cubain Fidel Castro lors d’une interview concédée à la télévision britannique.

 

.

http://www.resistenciahonduras.net/index.php?option=com_content&view=article&id=4672:les-etats-unis-offrent-lasile-sur-leur-territoire-a-des-dizaines-de-terroristes-et-de-repris-de-justice&catid=108:actualites&Itemid=384

 

.Les États-Unis offrent l’asile sur leur territoire à des dizaines de terroristes et de repris de justice

Partager cet article
Repost0
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 03:03

 

Couple de paysans chemin du travail

http://www.painting-palace.com/fr/paintings/13604

 

La "fin" d'un paysan, c'est un peu la nôtre à tous...

 

Par eva R-sistons

 

"La fin d'un petit paysan", sur Fr2. Terrible document ! J'ai les larmes au yeux.... moi la fille de Normandie, née au milieu des pâturages...  Tandis qu'en 1944 mon père tentait de sauver son usine à Troyes, en plein bombardements ma mère trayait les vaches, elle s'occupait des poules, elle chérissait la terre, elle la choyait... parce qu'elle est si précieuse, la terre nourricière, la terre qui fait de la France ce qu'elle est,  la terre qui est l'Histoire de la France, pays rural et de traditions !

 

Blomaert : Paysage avec paysans au repos.
Paysage avec paysans au repos, par Abraham Blomaert.
http://www.cosmovisions.com/peinturePaysBasChrono.htm

 

La terre va-t-elle nous échapper ? Notre Histoire va-t-elle nous échapper ? Les petits paysans qui sont l'âme de notre pays, les gardiens de nos villages, les magiciens de la terre nourricière, eux qui pour pourvoir à notre alimentation se donnent à leur difficile tâche 365 jours par an du matin au soir, sont-ils une race en voie d'extinction ? Sont-ils en train de livrer leur dernière bataille ? Avec leur disparition, nos villages vont-ils mourir, devenir des déserts ? Leur détresse me touche, elle m'atteint en plein coeur. Elle nous concerne tous !


 

Peinture Travail Paysans

http://www.galerie-com.com/oeuvre/travail-paysans/109600/

 

En face d'eux, un mur contre lequel ils se fracassent : Bruxelles. Bruxelles et sa loi implacable. Bruxelles et les nouvelles normes européennes. Bruxelles et les plans de modernisation de l'élevage, Bruxelles et ses normes sanitaires environnementales. Alors, le petit paysan s'endette pour satisfaire les technocrates. Et il ne peut rembourser... La machine implacable se met en marche, qui va le broyer. La ferme, les installations, les bêtes, doivent être vendues aux enchères :  Les banques attendent, les fournisseurs attendent. Notre petit paysan, la rage au coeur, regarde son univers s'effondrer, tout un monde s'écrouler. Son couple se disloque.  Les enfants n'auront rien, ils n'hériteront pas du labeur d'une vie, ils n'hériteront pas du savoir-faire paternel. C'est fini, tout est fini. Il n'a plus rien à quoi se raccrocher. Il a envie de mourir. Et de plus en plus souvent, il en meurt...  Et nos villages voient partir ceux qui les ont nourris, le désert avance, la France perd son âme....

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://photoschineur33.blogspot.fr/2010/03/tableaux-paysans-animaux-et-cour-de.html

 

Le petit paysan n'a plus sa place, il a perdu la bataille, il a perdu sa dernière bataille. L'agriculture, maintenant, c'est une multinationale. Mais les villages ne se résignent pas. La France ne peut pas se résigner....

 

La fin d'un paysan, c'est un peu la nôtre, aussi !

 

eva R-sistons

 

 

 
 
 
  Les paysans au travail (cp).JPG

http://www.paulhannaux.com/Les%20Personnages/slides/Les%20paysans%20au%20travail%20%28cp%29.html

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 06:10

 

http://a2.idata.over-blog.com/300x226/2/10/81/76/images-de-mon-ordinateur/ordinateur/bras-de-fer.jpg
http://a2.idata.over-blog.com/300x226/2/10/81/76/images-de-mon-ordinateur/ordinateur/bras-de-fer.jpg

 

Non au Bi-Partisme !

Tour d'horizon des Partis.

Par eva R-sistons

 

 

Bonjour

 

Voici ci-dessous l'opinion de l'Administrateur du Blog Gaulliste libre, que je partage en partie.

 

Pour moi, le bipartisme à l'anglo-saxonne est une imposture, puisqu'il donne le choix entre 2 partis presque identiques, faisant pratiquement la même politique, à Droite en plus brutale, à Gauche en plus juste, moins dure (ce qui passez-moi l'expression, est "moins pire").

 

Personnellement, très écologiste j'avais un faible pour les Verts-Rouges, mais depuis que Cohn-Bendit (l'infiltré, l'assassin politique du Gl de Gaulle) s'en est mêlé, ce Parti a dérivé vers l'européisme (tremplin du Nouvel Ordre Mondial) et le fédéralisme le plus repoussant, tous deux  à combattre absolument.

 

Le Centre de Bayrou, vraiment centre car il penche à droite ou à gauche selon les circonstances, ne mène, lui, qu'aux mêmes impasses européistes et fédérales.

 

Quant au FN, ou à l'Extrême-Droite, on sait trop où cela nous conduit, à la gestion notamment clivante et violente des villes comme celle de Vitrolles, ou aux aventures nauséabondes des Partis totalitaires racistes, xénophobes, haineux... (pardonnez-moi de me répéter).

 

Le Front de Gauche de Mélenchon et de ses amis communistes, ou Debout la République de Dupont-Aignan, vont chacun à leur façon, de gauche ou de droite, dans la bonne direction, mais pas suffisamment.

 

Jusqu'à preuve du contraire, seul François Asselineau (au-dessus des Partis, venant de la Droite mais beaucoup soutenu par des militants de gauche) va jusqu'au bout de la logique du combat contre les ingrédients du Nouvel Ordre Mondial d'essence anglo-saxonne et totalitaire, en exigeant la sortie (sur des bases juridiques claires et possibles) de l'euro, de l'Europe fasciste, de l'OTAN, des Institutions internationales au service du Cartel bancaire et des guerres, bref du Nouvel Ordre Mondial en cours de réalisation... il suffit de voir la main-mise sur les Etats, la perte des souverainetés § et des libertés, pour comprendre que ce NOM est déjà bien avancé, et pas un plan (souhaité par les Sarkozy, DSK ou Attali) pour plus tard. Oui, nous y sommes, déjà !

 

Gardons notre appartenance politique, nos sensibilités - la mienne est Front de Gauche §2, j'ai toujours été le plus à gauche possible mais, pragmatique, pour une gauche de gouvernement - et engageons-nous AUSSI avec François Asselineau (UPR, §3) pour arriver, ensemble, à sortir la France de l'euro, de l'Europe, des l'OTAN, des Institutions internationales

 

eva R-sistons    ......

 

 

§1 : J'ai été scandalisée le 14 6 12 d'entendre sur Arte Infos, un Elu de Bruxelles dire : "En échange de la mutualisation de la dette, la France devra abandonner sa souveraineté " (Note d'eva: Mutualisation de la dette qui profitera aux banksters, et qui se fera sur le dos des citoyens sacrifiés, avec à la clef des politiques d'austérité, la fin des services publics et des protections sociales, l'emploi pour une minorité, etc. Adieu nos libertés, notre souveraineté, adieu la démocratie, etc. A quoi servira-t-il de voter ??? Le Nouvel Ordre Mondial se met progressivement en place, avec TOUTES ses caractéristiques effroyables)

§2 : Nous pouvons lire l'article de notre ami Bab,  §3 :

Front de Gauche et Europe : un manque d'audace, ou ?...

§3 : http://u-p-r.fr

Ici, des infos de premier choix : http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau

Tout ce qu'on ne vous a jamais dit sur l'Europe (vidéo passionnante)

.http://xerbias.blogmilitant.com/index.php?post/2007/03/17/bipartisme

 

 

 

 

 

 

 

2012, ou la victoire, temporaire, du bipartisme

Posted: 13 Jun 2012 11:55 PM PDT


Dimanche, la France devrait élire une Assemblée où seulement deux partis devraient très largement dominer l’hémicycle, comme jamais auparavant. Si le mode de scrutin porte une part de responsabilité, le cycle politique dans lequel nous nous trouvons est également en cause.

Quand l’UMP et le PS écrasent tout

Au second tour, les différentes projections n’accordent que moins de 10% sièges aux partis autres que le Parti Socialiste et l’UMP. Et encore, la plupart de ces circonscriptions devraient être gagnées par des partis qui ont un accord formel avec le PS, qui leur a réservé des sièges et leur a donné le précieux label majorité présidentielle tout en refusant d’investire un candidat socialiste : c’est ce qui va permettre aux écologistes, au PRG et au MRC d’avoir des élus le 17 juin.
Hormis ces trois partis, le Front de Gauche est le seul mouvement qui aura un nombre significatif d’élus. Et encore, il devrait perdre quelques sièges. Le Modem risque d’être totalement annihilé, à commencer par son chef. Le Front National pourrait avoir un ou deux élus, mais ce n’est pas encore fait. Seul Debout la République semble avoir l’assurance de retrouver son président à l’Assemblée Nationale, étant donné que Nicolas Dupont-Aignan a réuni 43% des suffrages dimanche.
Un tel résultat peut paraître surprenant tant les Français ont été déçus des précédents gouvernements UMP et PS. Néanmoins, après 10 ans d’opposition, les socialistes se sont refaits une forme de virginité politique qui peut expliquer que l’espoir de changement repose sur leurs épaules. Et cela s’explique aussi parce que le Modem a complètement échoué à se différencier solidement et que les autres grandes alternatives restent confinées aux marges de la vie politique.

Quelle alternative pour demain ?
 
Du coup, on peut avoir l’impression que le système politique de notre pays est totalement bouché et que rien ne pourra nous sortir de cette alternance illusoire entre PS et UMP, qui ne remettent pas du tout en cause le cadre européen et la mondialisation anarchique. Néanmoins, les choses devraient être différentes dans cinq ans (et même plus tôt) si le gouvernement actuel ne parvient pas à sortir notre pays de la crise économique dans laquelle il est enfermé depuis maintenant 4 ans.
Mais vers qui les Français pourront-ils se tourner ? Le Modem et les écologistes n’ont été que des étoiles filantes, réunissant plus de 15% des suffrages en 2007 et 2009 respectivement avant de revenir à la réalité en 2012. Il faut dire qu’ils proposent le même cadre européen, sans remettre en cause la libéralisation anarchique de l’économie. Du coup, les Français devraient se tourner vers un parti qui remet plus fondamentalement en cause les deux.
Le Front National pourrait sembler un candidat naturel à l’alternance, mais ses impasses font qu’il reste heureusement sous un plafond de verre extrêmement solide, comme l’illustrent le score de Marine Le Pen aux présidentielles, et plus encore celui du FN aux élections législatives. Dès lors, il restera deux alternatives pour notre pays : soit, comme en Grèce, la gauche radicale du Front de Gauche, malgré certaines incohérences, soit le projet gaulliste de Debout la République.
Bien sûr, une telle conclusion peut prêter à sourire. Mais tout indique qu’une immense majorité de Français ne veulent heureusement pas du FN au pouvoir. Dès lors, la véritable alternative ne pourra s’incarner que dans Jean-Luc Mélenchon ou Nicolas Dupont-Aignan.
.
Voir aussi :
Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 04:03

 

 

5 faits qui vous montrent comment l'arnaque de la dette se referme sur l'Espagne
L'arnaque planétaire de la dette continue son bonhomme de chemin. En consultant mes sources ce matin, je n'en croyais pas mes yeux. Notre système financier est bel et bien une chaîne de Ponzi géante qui écrase les peuples à grands coups de cavalerie (son produit phare). L'effondrement s'accélère à une vitesse folle: l'Espagne en ligne de mire et l'Italie dans son sillage



Jugez plutôt :

1- Bloomberg note :

"Les actions américaines ont reculé, l'optimisme sur le plan de sauvetage de l'Espagne a cédé la place au scepticisme qu'elle réussira à enrayer la crise de la dette. Dans une interview téléphonique, Matt McCormick a déclaré que:
"Beaucoup d'investisseurs ont affichés leur scepticisme. Le problème ne va pas être fixé avec ce montant. Ce n'est pas une solution, et les gens savent faire la différence. Attendez-vous à une plus grande volatilité"




 2- CNBC écrit :

"Beaucoup de gens sont préoccupés par la taille du plan de sauvetage. Nous nous attendions à quelque chose d'environ 150-200 milliards d'euros et nous n'avons eu que 100 milliards," a déclaré Phillip Streible, courtier en matières premières."
"Donc, une fois que les traders commencent à digérer les nouvelles, ils tirent profit immédiatement ou vendent massivement parce qu'ils pensent que dans 3 à 6 mois, l'Espagne va devoir revenir et demander de l'argent supplémentaire." 




3- Zéro Hedge écrit
Comme en témoigne la réaction  sur le plan de sauvetage, qui a eu une vie de 2 heures, et fut un échec complet en 6, le marché en apprend beaucoup, beaucoup plus vite que prévu. 
4- Le Prix ​​Nobel d'économie Joe Stiglitz souligne 
Les discussions de renflouements ressemblent à de la chaine de Ponzi !
Le plan européen qui consiste à prêter de l'argent à l'Espagne pour guérir certaines de ses banques ne peut pas fonctionner parce que le gouvernement et les prêteurs du pays sont interconnectés les uns aux autres.
"Le gouvernement espagnol renfloue les banques espagnoles, et les banques espagnoles renflouent le gouvernement espagnol."
Pas étonnant qu'en complément d'information, l'encyclopédie Wikipédia propose "Dette publique" à la définition du terme "Chaine de Ponzi". Si, si regardez tout en bas sur cette page !



5- William Porter du Crédit Suisse écrit
 "Le Portugal ne peut pas sauver la Grèce, l'Espagne ne peut pas sauver le Portugal, l'Italie ne peut pas sauver l'Espagne, La France ne peut pas sauver l'Italie, et l'Allemagne ne peut pas la France." 

Il affirme que la France, le FESF et le MES vont échouer dans les 2 mois.

Ce qui nous mène à la mi-Août... 
Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 03:23

 

 

  rural-paysage.jpg

 

 

Introduction :

 

Retour à la terre, à la simplicité de vie, à la sobriété, au troc des services et des biens, à la solidarité fraternelle, ou...  mourir !

 

Notre société va droit dans le mur; Elle est invivable !

 

Les mégapoles sont étouffantes. On nous y regroupe pour mieux nous contrôler, nous isoler les uns des autres, nous asphyxier. Elles seront bientôt un piège mortel. Sortons-en ! Pour les villages, ou mieux, pour la pleine campagne.

 

C'est ce que je m'apprête à faire. Cela se sait. Voici deux courriers reçus aujourd'hui même, cordialement, eva

 

NB : Bientôt, effondrement économique, bancaire..  les banques seront peut-être bientôt fermées, plus de salaire, plus de retraite, plus de transports, plus d'eau, plus d'électricité... sans parler de la guerre mondiale à l'horizon, via l'attaque de la Syrie puis de l'Iran ! Prenons toutes nos dispositions... D'ailleurs l'individu n'est pas fait pour vivre dans le béton, ni isolé et égoïstement !


 

Mails reçus ce 13 juin 2012

 

Bonjour

 

Marre de cette vie, envie de tout lâcher, envie de retour à la nature et de retour à la démocratie, on est beaucoup comme cela, pourquoi ne pas se rassembler et créer un genre d'auroville ou de marinaleda ici, en france, j'ai plein d'idées, on en a tous, internet regorge de solutions... et il parait que le changement c'est maintenant, pourquoi ne pas tenter ?


J'ai créé un fil ici http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/13152-creation-dune-commune-auto-geree/


Je compte faire un site regroupant les idées de chacun, mais je ne sais pas comment trouver les gens ayant la même philosophie, peut-être pourras tu m'aider, merci, Nicolas.

 

Bonjour,

Je ne pense pas être seul dans ce cas, au fil des jours passés sur la toile, j'ai l'impression que les gens commencent à comprendre ce qu'il leur faut vraiment (retour à la nature, retour de la démocratie, etc...). Alors voila,

J'ai décidé de m'investir dans un projet concrêt : construire en France ce qui s'est fait à Auroville en Inde ou en Andalousie, a Marinaleda. Il parrait que le changement c'est maintenant, autant en profiter. Pourquoi ne pas se rassembler, et reconstruire un village abandonné ou bien partir de zéro, il faudra bien sûr entammer beaucoup de démarches via les préfecture ou bien le ministère directement (j'ai lu par-ci par-la que l'on pouvait créer une fondation d'interet général exonéré d'impots par ex.).

Il faut du monde, de toute compétences, medecins juristes instits profs jardinier etc... Pour cela on peut faire tourner le message sur les médias alternatifs, je pense par exemple au blog d'eva. Pour ce qui est du fonctionnement de ce village auto-géré, c'est bien sûr des habitations écologiques et économes en energie (ex la maison autonome), un éducation différente développant l'esprit critique et non le par coeur(fresnel, lycee experimental etc...), une monnaie alternative (ex project SEL euro RES, mouvement colibri "bon pour une heure de travail" etc), il suffira de rassembler tout ce qui est proposé sur le net pour améliorer le système, les idées ne manquent pas (et inviter les auteurs à nous rejoindre etc...). Pour des transactions avec l'extérieur il y aura la culture biologique, et pourquoi pas ouvrir une usine de conditionnement comme a marinaleda.

J'ai plein d'idées, du courage, quelques fonds car j'ai décidé de tout lâcher. Des gens seraient-ils partants ?

En espérant vous lire bientôt, Nicolas

 

http://www.onpeutlefaire.com/forum/topic/13152-creation-dune-commune-auto-geree/

 

.

 

Ou ce même jour, reçu :

 
Le choix se porte d'abord sur un lieu où il est possible de loger les 10 à 20 personnes du démarrage du projet avant de pouvoir construire autre chose plus écolo.
De plus quand on voit les projets de lotissement pur comme à Verfeuil (ou d'autres) où après 6 ans ils n'ont pas obtenu encore les autorisations, c'est bien d'avoir des logements utilisables dès le départ.
Ces 2 châteaux sont des anciens centres de vacances, donc pour les mairies de faire des demandes pour augmenter les capacités d'accueil en construisant des chalets est bien vu et donc facilité. Ce qui ne sera pas toujours possible sur des fermes ou des terrains nus comme on le voit pour de nombreux projets.
Avez-vous fait des recherches pour nous proposer un lieu intéressant ? Merci de nous en informer.
Cela ne peut avancer que si chacun cherche de son côté !
Les projets ne peuvent se réaliser que si l'on tient compte des aspects géopolitiques et financiers du moment.
Faire des projets sans tenir compte des baisses de revenus (En Grèce on licencie les personnes à 1500 € pour les réembaucher ou les remplacer par des salariés à 500 € par mois. Les retraites sont réduites de moitié…) que vont nous imposer les gouvernements (la France est aussi endettée que l'Italie, la Grèce ou l'Espagne, donc ce qui se passe en Grèce se passera chez nous !).
Comme le disent les économistes Olivier Delamarche sur BFMbusiness ou Max Kaiser sur les télés américaines, les banques sont foutues ! Informez-vous !
Donc un investissement dans de la pierre et des terres permet de protéger son argent de la fermeture des banques (dans quelques semaines) et de vivre dans des lieux où on peut être autonome, ce qui permet de supporter plus facilement les baisses des revenus, des allocations et des pensions prévues.
Nous ne sommes pas à une période normale où nous avons du temps pour construire un projet "idéal", il faut tenir compte du contexte, qui est exceptionnel, où des événements imprévus peuvent arriver et où les personnes qui ne sont pas préparées vont beaucoup souffrir.
Si vous avez tissé un réseau relationnel de solidarité autour de vous, c'est bien !
Bonne continuation aussi, Philippe

 

 

§§§§

 

Et sur le retour aux villages, ma vidéo

 

 

 


.
Et voilà, je complète par l'article
approfondissant ce concept d'un genre nouveau :
.
.
http://c7.img.v4.skyrock.net/c76/francine909/pics/570182350_small.jpg
http://c7.img.v4.skyrock.net/c76/francine909/pics/570182350_small.jpg

Contre la désertification rurale,
la proposition d'eva R-sistons
pour revitaliser nos villages
.
Mort d'un village ! C'est le titre d'un article paru le 18 juillet 1982 dans le journal Le Monde. Extraits :

" Les cloches de l'église ne sonnent que pour les morts, jamais pour les naissances et pour les mariages. Il n'y a plus d'école ni de curé. Les maisons vétustes sont transformées une à une en résidences secondaires.

Dans ce village perché à 900 m d'altitude au coeur des Pyrénées, sur 300 habitants au siècle dernier, il en reste 30 aujourd'hui, pour des centaines d'hectares de forêts, de pics et d'herbages. (..) Les métiers à tisser ont été brûlés depuis longtemps, ils ne servaient plus à rien et prenaient trop de place. (..) Un a un, les vieux meurent, les jeunes sont partis à la ville depuis 30 ans, et le seul couple resté est sans enfants. Les célibataires en sabots tirant leur âne, harassés et épuisés, montent et descendent la montagne (..) Personne n'a voulu d'eux et de leur fumier collé aux sabots, personne ne voudra de leurs terres où aucune route ne mène. Les derniers habitants disent : "Bientôt les ours seront à notre porte..." (..) Personne ne cultive plus, les fours à pain tombent en ruine, dans ce village sans commerçant qui vivait encore en autarcie il y a cinquante ans.."

La lecture de cet article m'a fendu le coeur, moi qui aime tant l'odeur de la bonne terre, l'authenticité, le terroir, moi qui suis née à la limite de la Picardie et de la Normandie, au milieu des chevaux, des vaches, des poules en liberté... Je ne supporte pas de voir nos villages mourir, asphyxiés par Bruxelles et par le Nouvel Ordre Mondial et leurs réformes des Collectivités territoriales pour mieux nous étouffer.

Quoi, nos joyaux du terroir seront-ils un jour condamnés à n'être que des déserts, des hangars à machines, ou des lieux folkloriques qu'on visite, éventuellement, comme témoins d'un passé révolu ? Intolérable !

Il est temps de retrouver le goût de la bonne terre, il est temps de défendre un cadre de vie plus humain, plus solidaire, aussi. Le bonheur dépend de la qualité de vie et des relations sociales, pas de l'épaisseur du porte-monnaie. On veut tuer nos villages ? Rendons-les attractifs, vivants ! Et pour cela, nos zones rurales ont besoin d'initiatives. Substituons la logique humaine, créative, à la logique financière !

Imaginez : On ne parle même plus d'agriculteurs, aujourd'hui, on parle d'entrepreneurs, d'investisseurs avec nécessairement retours sur investissements ! Mais nos paysans sont l'âme du terroir, ils sont la providence nourricière, et on veut les sacrifier à la Loi impitoyable du Marché ? Insensé !

Le Nouvel Ordre Mondial a un projet : Nous détourner du terroir, nous inciter à nous agglutiner dans les grandes villes, dans les mégapoles monstrueuses, inhumaines, pour mieux nous y enfermer, nous y entasser, nous y étouffer, chacun dans notre coin, sans tisser des liens alentour puisqu'il n'y a que du béton ! Les grandes villes concentrent tous les grands problèmes de l'humanité. Alors il faut CONTRER ces projets malfaisants. La petite commune, le village, c'est un supplément d'âme ! Chacun doit redevenir acteur social... Et si l'on invente de nouvelles voies, si l'on met de l'ambiance, le lieu, la Maison du Village peut très vite devenir un espace incontournable (comme la Librairie le Bleuet à Banon, dans un coin perdu des Hautes Provence, on y accourt de partout !), un vrai phénomène de société, tout en étant la vitrine de la commune, tout en apportant un supplément d'âme, d'animation, de solidarité.

Alors, réapproprions-nous nos villages, nos espaces, notre vivre ensemble... Non à l'exode rural, non à la désertification, mettons l'imagination au pouvoir !

Et d'abord, trouvons un local, demandons à la commune de nous fournir un ancien fonds de commerce, rénovons-le dans l'esprit de la région, équipons-le, et proposons le lieu en gérance ! Mettons en valeur notre patrimoine, en nous basant sur une démarche solidaire et d'ouverture.

Voici mon idée, ma proposition :
Objectifs de cette Maison de Village :
- Etre une vitrine de la commune
- Etre un outil de dépannage
- Renforcer le lien social, la solidarité, le goût pour la culture
- Etre un lieu d'animation et de service public
- Etre un relais des talents locaux, des acteurs de proximité, des producteurs du terroir, des artistes en herbe ou de talent...
Et encore sans doute bien d'autres choses !

Et pour quelles activités ? Comme l'Auberge espagnole, chacun y apporte ce qu'il veut...

D'abord, cela devrait être un lieu de dépannage, si par exemple on s'aperçoit que la bouteille d'huile est vide. Produits de base, de dépannage, utiles, mais proposés pour leur qualité et si possible, leur authenticité (production locale). D'une façon générale, choisir un produit durable...

Ensuite, un lieu de dépôt-vente de la production locale, du terroir, avec vente directe du producteur au consommateur - les produits locaux doivent trouver des débouchés. C'est une nécessité absolue pour pérenniser notre patrimoine local !

Cet espace proposera une épicerie "intelligente", un mini bazar intelligent, offrant des produits d'utilité publique. Le profit n'y aura pas sa place, les prix seront serrés, pas question de faire du business, mais d'animer, d'être utile, et de créer, si possible, un ou plusieurs emplois. Un exemple de produits proposés ? Une lampe-radio solaire (coût une vingtaine d'euros, et c'est économique, c'est écologique, et ça évite le gaspillage).

Enfin, on pourra proposer le dépôt-vente de vieux objets, vêtements, petit mobilier etc, cela soulagera financièrement certaines familles et cela évitera le gaspillage... Un mini-Emmaüs, quoi !

On va plus loin. Pourquoi ne pas imaginer un véhicule, un "commerce" (épicerie-petit bazar-mercerie..) itinérant, proposant même du pain mais par exemple complet, bref pourquoi ne pas songer à des tournées au moins hebdomadaires pour visiter les villageois isolés, se déplaçant peu, âgés, etc. Ce petit commerce itinérant participerait du service public, il permettrait de rompre un peu la solitude des isolés, comme jadis le facteur. Et pourquoi ne pas imaginer d'utiliser le véhicule afin de  dépanner une personne ayant besoin de chercher ses médicaments, de faire ses courses, de transporter son animal chez le vétérinaire ? Et même lorsqu'il y a une animation, il est possible d'envisager de "cueillir" les personnes isolées, âgées, à leur domicile, pour les faire participer à la vie locale. Bref, un véhicule rendant de menus services, et faisant rayonner la chaleur humaine.

Et pourquoi, dans la foulée, ne pas imaginer le portage à domicile, au moins une fois par semaine, de repas préparés par un "cordon-bleu" local, par exemple une mère de famille ou une retraitée ayant besoin d'arrondir ses fins de mois ? Et cela permettrait de créer des liens, de re-créer du lien social...

Mais ce n'est pas fini ! Et le pôle d'animation, alors ?

D'abord, le local mettra à la disposition de la population locale un panneau d'affichage mettant en relation offres et services, proposant troc de biens, de services, etc, pour soulager, là encore, les bourses plates, créer du lien, et contrer la société capitaliste financière et marchande.

Ensuite, puisque nos bistrots disparaissent les uns après les autres, un distributeur de boissons sera proposé, il y aura une ou deux petites tables, on pourra venir jouer à la belote, discuter, lire le journal et le commenter avec ses pairs ou avec ses impairs, échanger, débattre - et pourquoi, avec quelques chaises, ne pas imaginer des soirées-débats, à thèmes ? J'en ai animé à la frontière franco-espagnole. Une mini-bibliothèque proposera quelques ouvrages, offerts par la population (au lieu d'être jetés), cela évitera le gaspillage, là encore, et puis cela favorisera la culture et les échanges. Le tout sera agrémenté d'un mini-coin Internet, pour dépanner, avec un volontaire pour former les non-initiés.

La décoration mettra en valeur les artistes locaux, qui pourront exposer leurs peintures, leurs contes, leur savoir-faire, bref remplir les murs de leurs talents. Petit lieu d'exposition, et de vente directe, là aussi, de l'artiste au public !

Et pourquoi, dans ce lieu évidemment charmant, un habitant ne viendrait-il pas apporter son accordéon, et le public esquisser trois pas de danse, comme dans les fêtes d'antan ? Ca me donne des ailes, j'adorerais animer un lieu comme ça, et bien sûr aussi (à 12 ans Serge Lifar me voulait à l'Opéra, maman a refusé) danser, évidemment.

Alors, elle serait pas belle, la Maison de Village ? Projet polyvalent, global, souple, ouvert, vitrine de la région, et revitalisant nos petites communes désertées. Alors, chiche ?
 
Proposez-moi un local dans le Sud, et j'y vais ! Et ça sera vivant, sûr !

Demandez l'aide de votre Municipalité, il y a bien quelque part un local désaffecté qui ne demandera qu'à revivre. Des aides financières pourront peut-être être apportées, aussi.

Et surtout, si vous habitez une micro-commune, sans commerce, alors contactez votre Elu local, et montrez-lui le projet !

En avant les vocations, en avant nos villages, en avant la ré-humanisation, en avant la vie et le partage, et foin du Nouvel Ordre Mondial, au diable la barbarie !
.
Votre eva R-sistons
.

 

 

TAGS: Nouvel Ordre Mondial, villages, ruralité, terroir, Banon, Haute Provence, Alpes, Emmaüs, local, Maires, culture, dépôt-vente, artisans, dépôt-vente, animation, bistrot..

 

 

.

http://imageshack.us/photo/my-images/213/grantwood.jpg/
.

 

Voir aussi,

Revitalisons nos villages (Eva R-sistons, Mandji). Consommer juste et local

 

Les sites et blogs de Mandji,

que je vous recommande chaudement

 

 

http://www.scoop.it/t/echange-local-monnaie-locale

 

link 

 

 

 

Mandji.fr | consommer juste et local

 
.
.

http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

http://www.protic.net/profs/menardl/agriculture/ruralite.gif

 

 

 

Commander l'ouvrage ici :

.

 

Guide du savoir vivre en autosuffisance, 16 euros

 

.Le Guide des Alternatives

Un Editeur à connaître : Eco-habitat, vacances écologiques, alternatives..

 

http://sos-crise.over-blog.com/article-crise-il-est-temps-d-organiser-de-preparer-votre-survie-avec-eva-r-sistons-89763287.html

 

 

 

Vers la sobriété heureuse, par Pierre Rabhi
http://www.voie-militante.com/divers/breves/de-bonnes-fetes-de-noel-a-toutes-et-a-tous/

 

 

Voir aussi :

 

Propositions pour un nouveau projet de vivre ensemble, utopie nécessaire

L’autonomie, une clé vers la sortie de crise

Un Editeur à connaître : Eco-habitat, vacances écologiques, alternatives..

Dans la Grèce rurale, la révolution des jardins

La révolution "peas & love" ou les "Incroyables comestibles" (+ vidéo)

Pierre Rabhi: "Si nous nous accrochons à notre modèle de société,c’est le dépôt de bilan planétaire"

Autonomie locale et Solidarité populaire

Découvrir mandji.Fr, produire et consommer juste et local, annonces etc

New-york, une ville… Ferme ?? - une ferme bio en plein new-york

Défis de demain: monnaie locale, poules urbaines, supermarché communautaire..

 

LIENS, suite ici :

 

Alternatives au Système (306)

 

 

 

Rouanie-un-coin-de-paradis.jpg.

 

Roumanie, peut-être un petit coin de paradis, la vie simple d'hier...

 

Reçu ce vendredi 15 juin 2012 :

 

Court-métrage mettant en évidence le travail totalement novateur d'auto-production de mentation locale des "Incroyables Comestibles de Todmorden (GB)" par la participation des habitants en coopération avec les forces économiques, associatives et politiques du territoire, rendant possible l'autonomie alimentaire de la population.
( On va y venir en France aussi puisque l’Unedic annonce 420 000 chômeurs de + d’ici fin 2013 !!!....)
.
Créons une commune auto-gérée
.
Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 03:02

 

Pourquoi ne peut-on pas sortir de l’euro sans sortir aussi de l’Union européenne ?

Pourquoi ne peut-on pas sortir de l euroUn certain nombre d’internautes, invoquant le fait que plusieurs États membres de l’Union européenne n’ont pas adopté l’euro, nous demandent si la France ne pourrait pas faire de même. L’idée sous-jacente, qui est notamment développée par le parti Debout la République (DLR), est qu’il serait possible de sortir de l’euro tout en restant dans l’Union européenne.

Rien n’est plus faux et voici pourquoi.


1) Les États qui sont dans l’UE et qui sont dans l’euro

 

Au moment où ces lignes sont écrites (en février 2011), 17 des 27 États membres de l’Union européenne ont adopté l’euro : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, Chypre, l’Espagne, l’Estonie, la Finlande, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, Malte, les Pays-Bas, le Portugal, la Slovaquie et la Slovénie.

Ces 17 États ont ratifié le traité de Maastricht sans formuler de réserve sur la monnaie unique et ont donc appliqué les engagements internationaux auxquels ils avaient souscrit.

(On peut noter, à titre de curiosité, que 5 micro-États qui ne sont pas membres de l’Union européenne – Monaco, Saint-Marin, le Vatican, Andorre et le Kosovo – ont néanmoins également officialisé l’utilisation de l’euro sur leur territoire, pour des raisons pratiques.)


2) Les États qui sont dans l’UE et qui ne sont pas dans l’euro

 

Il y a donc 10 des 27 États membres de l’UE qui ne sont pas dans l’euro. Ces dix États se classent en 3 groupes :

 

1er groupe : les États membres qui ont ratifié le traité de Maastricht avec une clause d’exemption de la monnaie unique

Ce groupe ne compte que 2 États sur 27 : le Royaume-Uni et le Danemark.

Ces 2 États ont suivi une procédure différente pour parvenir à ce même résultat :

 

1.1. – Le Royaume-Uni

En 1991, pendant les négociations qui devaient aboutir au traité de Maastricht, le gouvernement britannique imposa à ses partenaires une clause d’exemption capitale : le nouveau traité devrait lui reconnaître le droit de conserver sa monnaie nationale, la livre sterling, et cela sans limitation de durée. Le gouvernement de Londres, prenant appui sur l’hostilité farouche d’une écrasante majorité de Britanniques à l’abandon de la livre sterling, fit savoir que c’était à prendre ou à laisser.

Les autres États membres auraient théoriquement pu refuser cette exigence britannique. Il aurait d’ailleurs suffi d’une seule opposition – celle de la France par exemple – pour que la demande de Londres soit rejetée. Cela aurait alors signifié que le Royaume-Uni aurait quitté le processus de « construction européenne », ou du moins qu’il serait resté en dehors de l’Union européenne. Mais, pour les Américains qui pilotent l’ensemble du processus de la prétendue « construction européenne » en sous-main depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale, une telle éventualité était exclue car elle risquait de remettre en cause l’ensemble de leur stratégie d’asservissement du continent européen à leur profit.

Sous l’effet d’intenses pressions en coulisses, les autres États membres– y compris la France dirigée par François Mitterrand – cédèrent donc en acceptant que le Royaume-Uni entre dans l’UE sans adopter la monnaie unique. Cette exemption est appelée une « réserve » dans le droit des traités. Le Royaume-Uni a donc ratifié ensuite le traité de Maastricht avec cette réserve reconnue par tous les autres États membres. D’un point de vue juridique, le Royaume-Uni peut en conséquence rester dans l’Union européenne sans jamais participer à la monnaie unique.

1.2. – Le Danemark

Le Danemark n’avait pas procédé de la même façon puisque le gouvernement de Copenhague avait accepté, dans un premier temps, l’abandon de la couronne danoise et l’adhésion du royaume à la monnaie unique.

Cependant, la ratification du traité de Maastricht ainsi négocié, qu’il avait soumise par référendum, fut rejetée par le peuple danois le 2 juin 1992. Le Non recueillit 50,7 % et le Oui 49,3 %, avec un taux de participation très élevé de 83,1 % (cf. par exemple http://europa.eu/legislation_summaries/economic_and_monetary_affairs/institutional_and_economic_framework/l25061_fr.htm)

Ce référendum danois, intervenant au début du processus de ratification par les 15 États membres de la CEE de l’époque, sema la consternation dans les cercles dirigeants euro-atlantistes car il risquait de faire tache d’huile. Les Américains et les dirigeants européistes du continent firent donc des pressions considérables sur le gouvernement danois pour qu’il fasse revoter ses concitoyens.

Cependant, les gouvernements scandinaves ont conservé un respect de la démocratie plus important que dans d’autres États d’Europe. À la différence de la forfaiture opérée par le gouvernement français en 2008 (qui a osé faire ratifier par voie parlementaire le même texte, à quelques détails près, que la Constitution européenne rejetée par référendum en 2005), le gouvernement danois se livra, au cours du second semestre 1992, à une étude approfondie de la situation créée par le rejet populaire. Il parvint à la conclusion qu’il ne pourrait décemment proposer aux électeurs de les faire revoter qu’à la condition que le nouveau texte soit substantiellement différent du premier.

Le gouvernement danois estima que, pour satisfaire aux vœux d’une majorité de son peuple, le Danemark ne pourrait ratifier le traité de Maastricht que s’il obtenait, de la part de ses partenaires, quatre dérogations fondamentales :

1)       la non-adoption de la monnaie unique,

2)       le refus de participer à une défense européenne commune,

3)       le refus d’une coopération judiciaire européenne,

4)       et le refus du principe de la « citoyenneté européenne ».

Des négociations sur ces bases s’ouvrirent donc avec les 14 autres partenaires du Danemark (lequel était fortement soutenu, on s’en doute, par le Royaume-Uni). Ces négociations aboutirent à la « Déclaration d’Édimbourg », lors du Conseil européen tenu dans cette ville d’Écosse les 11 et 12 décembre 1992.

Dans cette Déclaration, le Conseil européen décida qu’il avait « arrêté des dispositions pour répondre aux préoccupations danoises qui s’appliqueront uniquement au Danemark et à aucun autre État membre, ni présent, ni futur. En ce qui concerne le passage à la troisième phase de l’UEM, la déclaration arrête la décision suivante :

  • conformément au protocole sur certaines dispositions relatives au Danemark, celui-ci a notifié qu’il ne participerait pas à la troisième phase de l’UEM. En conséquence, le Danemark ne participe pas à la monnaie unique ;
  • le Danemark n’est pas tenu par les règles concernant la politique économique qui s’appliquent aux États membres de l’UEM ;
  • le Danemark conserve ses compétences dans la politique monétaire conformément à ses lois nationales ;
  • le Danemark participe pleinement à la deuxième phase de l’UEM et continue de participer à la coopération en matière de taux de change dans le cadre du système monétaire européen (SME) ;
  • le Danemark conserve sa capacité de mener sa propre politique en matière de répartition des richesses et de prestations sociales. »

cf. http://europa.eu/legislation_summaries/economic_and_monetary_affairs/institutional_and_economic_framework/l25061_fr.htm

Suite à cette « Déclaration » – qui revenait donc d’un point de vue juridique à introduire des « réserves » au bénéfice du Danemark dans le traité de Maastricht -, le gouvernement danois procéda en effet à un deuxième référendum. Celui-ci eut lieu le 18 mai 1993 et se solda par une approbation du traité, avec 56,7 % de Oui contre 43,3 % de Non et une participation très forte de 86,5 %.

On doit souligner ici que cette procédure commit une forfaiture en termes juridiques vis-à-vis des autres États membres de l’Union européenne qui, tels la France, avaient déjà ratifié le traité de Maastricht. En effet, lorsque les Français se prononcèrent, avec une très faible majorité de 51 % des votants en faveur du traité de Maastricht le 20 septembre 1992, ils le firent sur la foi d’un texte qui n’incluait pas les « réserves » qui allaient ensuite être concédées au royaume de Danemark. En droit, il aurait donc fallu faire revoter les Français pour ratifier une nouvelle fois le traité ainsi modifié (de même que tous les autres États auraient dû le ratifier de nouveau en ces nouveaux termes).

On notera au passage que la victoire du Oui à ce deuxième référendum au Danemark suscita une vague d’émeutes très inhabituelles dans le pays, notamment dans les régions de Nørrebro et de Copenhague. Encerclée par la foule des manifestants qui estimaient qu’un deuxième vote était attentatoire au principe même de la démocratie, la police tira dans la foule et 11 personnes furent ensuite hospitalisées pour des blessures graves découlant de ces tirs à balles réelles.

On doit enfin noter que, suite au passage de 11 États membres à la monnaie unique sous forme d’échanges interbancaires 1er janvier 1999, le gouvernement danois, toujours sous la pression de ses pairs, a décidé d’organiser un troisième référendum sur l’entrée du Danemark dans la troisième phase de l’UEM, visant ainsi à mettre fin à la dérogation dont il bénéficie. Ce référendum s’est tenu le 28 septembre 2000 et a vu l’adoption de l’euro rejetée par 53,1 % des votants, avec une participation très forte de 86 % des électeurs.

2ème groupe : les États membres qui ont ratifié le traité de Maastricht sans clause d’exemption de la monnaie unique mais sous la réserve de son adoption par référendum ultérieur

Ce groupe ne compte qu’un seul État sur 27 : la Suède.

Lorsque la Suède est entrée dans l’Union européenne en 1995, le traité de Maastricht était déjà entré en vigueur depuis plus d’un an (le 1er novembre 1993). Dans ces conditions, elle n’était pas en position d’exiger une clause d’exemption de la monnaie unique à son profit, comme l‘avaient obtenue le Royaume-Uni et le Danemark, l’un et l’autre avant l’entrée en vigueur du traité de Maastricht. Du reste, et comme nous venons de le rappeler, la « Déclaration d’Édimbourg » du 12 décembre 1992 avait bien précisé que « les dispositions adoptées pour répondre aux préoccupations danoises s’appliqueront uniquement au Danemark et à aucun autre État membre, ni présent, ni futur ».

La Suède a donc ratifié le traité de Maastricht sans réserve. D’un point de vue strictement juridique, et à la différence du Royaume-Uni et du Danemark, la Suède s’est donc « définitivement » engagée, en 1995, à adopter la monnaie unique, tôt ou tard et quoi qu’il arrive.

Cependant, sachant pertinemment que de très nombreux Suédois, probablement majoritaires, étaient viscéralement hostiles à l’abandon de leur monnaie nationale, la couronne suédoise, le gouvernement de Stockholm fut contraint de faire un geste envers son opinion publique. Afin de calmer les tensions, il décida de ne pas faire partie des premiers États à adopter l’euro en 1999.  Après avoir obtenu l’accord des autres États membres de l’Union européenne sur ce qu’il leur présenta seulement comme une astuce de procédure, le gouvernement suédois annonça qu’il consulterait les électeurs pour cela par référendum plus tard, lorsque la monnaie unique européenne circulerait concrètement sous forme fiduciaire dans les pays l’ayant adoptée.

La formule bancale ainsi retenue était porteuse en germe d’un redoutable problème institutionnel : qu’arriverait-il si les Suédois refusaient ensuite par référendum cet euro que les élites du pays s’étaient imprudemment engagées à adopter, quoi qu’il arrive, au moment de la ratification du traité de Maastricht ?

La classe politique suédoise pro-européenne préféra ne pas regarder ce problème en face. Sous l’effet de la méthode Coué, elle s’était en effet persuadée que l’arrivée de pièces et de billets en euros chez les principaux partenaires de la Suède susciterait un enthousiasme tel dans toute l’Europe que les Suédois souhaiteraient rejoindre sans tarder « l’aventure » de la monnaie unique. Et que cet enthousiasme permettrait alors de remporter le référendum haut la main.

Or ce plan fut déjoué par les électeurs. En dépit d’une campagne d’intimidation psychologique intense que François Asselineau rappelle dans sa conférence « Faut-il avoir peur de sortir de l’euro ? », les Suédois refusèrent d’adopter la monnaie unique européenne lors du référendum du 14 septembre 2003 (par 57,3 % de Non et 81,2 % de participation).

Depuis lors, la Suède se trouve dans une situation contradictoire : d’une part elle est juridiquement tenue d’adopter la monnaie unique du fait de sa ratification du traité de Maastricht sans réserve ; mais d’autre part, le peuple souverain s’est exprimé et a rejeté cette adoption avec un score ne prêtant pas à discussion.

L’idée des responsables européistes, d’ailleurs explicitement annoncée en Suède et ailleurs, est de faire revoter les Suédois ultérieurement. Cependant, les résultats catastrophiques de la zone euro et l’amoncellement des problèmes posés par l’euro à partir de la crise grecque du printemps 2010 ont repoussé pour l’instant sine die une seconde consultation référendaire des Suédois. Dans les circonstances actuelles, le rejet de la monnaie unique serait plus cinglant encore qu’en 2003.

3ème groupe : les États membres qui ont ratifié le traité de Maastricht sans clause d’exemption de la monnaie unique mais qui ne remplissent pas encore les « critères de convergence » pour adopter l’euro

Les 7 États, non encore mentionnés précédemment parmi les 27 États, sont dans ce cas : la Bulgarie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la République tchèque et la Roumanie. Ils se sont engagés à adopter l’euro quoi qu’il arrive en ratifiant le traité de Maastricht en 2004, mais ils ne remplissent en théorie pas encore les contraintes techniques dites « critères de convergence » qui leur permettraient d’adopter l’euro.

Ce retard technique a parfois bon dos. Il semble en effet que quelques États – tout spécialement la République tchèque – remplissent d’ores et déjà les « critères de convergence » mais qu’ils tardent à adopter l’euro. Certains traînent les pieds pour des raisons économiques – au vu de la catastrophe ambiante dans la zone euro – et pour des raisons politiques : comme le prévoyaient ses détracteurs, la monnaie unique a bien pour effet de retirer de façon accélérée aux peuples tout leur pouvoir de choix en matière budgétaire, sociale, fiscale, etc.

Ainsi, la République tchèque, qui avait annoncé à l’origine qu’elle entrerait dans la zone euro en 2012, a suspendu cette perspective en 2007 et fait désormais savoir que cette adoption n’aura pas lieu avant 2015 au plus tôt… En fait, il existe une opposition écrasante de la population tchèque à l’adoption de l’euro et l’on peut se demander si, comme la Suède, la République tchèque n’a pas vocation à rester dans un imbroglio juridique.


Conclusion

Le cas de la France ne peut se comparer à aucun des États qui ne sont pas dans l’euro tout en étant dans l’UE :

- en droit international, les « réserves » à un traité doivent se faire AVANT la ratification. Une fois qu’un traité est ratifié, on ne peut plus revenir en arrière, sauf à dénoncer le traité. La France ne peut donc en aucun cas annoncer juridiquement qu’elle adopte, par exemple, la même position que le Royaume-Uni vis-à-vis de l’euro.

- en effet, à la différence du Royaume-Uni et du Danemark, la France n’a fait aucune réserve AVANT la ratification du traité de Maastricht en 1992. Elle a donc ratifié ce traité AVEC le principe de la monnaie unique et elle est donc tenue d’en respecter juridiquement les engagements internationaux, tout comme l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, le Portugal, les Pays-Bas, l’Autriche, la Grèce, la Belgique, etc. Du reste, la Déclaration d’Édimbourg du 12 décembre 1992 a bien précisé que les dérogations obtenues par le Danemark AVANT sa ratification « s’appliqueront uniquement au Danemark et à aucun autre État membre, ni présent, ni futur ». A fortiori ne peuvent-elles pas s’appliquer APRÈS.

- à la différence de la Suède et des 7 États de l’Est qui n’ont pas encore adopté l’euro, la France l’a bel et bien adopté, sous forme d’échanges interbancaires à partir de 1999 et sous forme fiduciaire à partir de 2002.

En conclusion, il importe de souligner que le traité de Maastricht ne prévoit aucune clause de sortie de l’euro. L’adoption de la monnaie unique y est même présentée comme « irrévocable » (l’article G du Titre II du traité de Maastricht mentionne en effet expressément « la fixation irrévocable des taux de change conduisant à l’instauration d’une monnaie unique »).

Dès lors, la seule voie de sortie juridique de l’euro pour la France réside dans la dénonciation de l’ensemble des traités européens, en vertu de l’article 50 du traité sur l’Union européenne (TUE), suite aux modifications introduites par le traité de Lisbonne.

 

C’est la seule position correcte du point de vue économique, monétaire et juridique.

Et c’est pour cela que c’est la position de l’Union Populaire Républicaine.

—-

POST SCRIPTUM

À titre de curiosité finale, on remarquera à quel point la position du parti politique Debout La République (DLR) est absurde sur cette question puisque ses responsables affirment vouloir faire sortir la France de l’euro, transformer celui-ci en une « monnaie commune » (c’est-à-dire un étalon de change entre monnaies nationales), le tout en restant dans l’Union européenne.

Une telle proposition est :

- impossible juridiquement puisque le TUE ne dispose d’aucune clause de sortie de l’euro ou de sa transformation en un simple étalon de change qualifié de « monnaie commune » : une telle proposition ne pourrait être viable juridiquement que si l’UNANIMITÉ des 27 États membres de l’UE convenaient de modifier de fond en comble les traités, puis de les ratifier à l’unanimité, le tout sous le regard bienveillant des États-Unis d’Amérique qui supervisent toute l’opération en sous-main. Autant dire que cette proposition est totalement inapplicable dans le cadre juridique existant.

- très dangereuse éthiquement et politiquement puisque cette proposition ne pourrait donc voir le jour que par un coup de force juridique, la France décidant de violer les traités européens qu’elle a ratifiés. Notre pays peut certes violer le droit international. Mais, outre l’image désastreuse qui en résulterait pour l’image mondiale de la France, cette option serait beaucoup plus hasardeuse et violente que la proposition de l’UPR qui entend, pour sa part, rester strictement dans le cadre de la légalité internationale, en faisant simplement jouer la clause de sortie de l’UE en vertu de l’article 50 du TUE. Qui est l’extrémiste : celui qui, comme DLR, compte violer le droit international ? ou l’UPR qui entend le respecter ?

- absurde logiquement : à supposer que la France décide de violer le traité de Maastricht en sortant unilatéralement de l’euro sans dénoncer auparavant les traités européens dans les formes juridiques, qui peut croire qu’elle pourrait continuer à rester membre de l’UE comme si de rien n’était ? Que vaudrait sa présence et comment nos partenaires la tolèreraient-ils au sein de l’UE alors même qu’elle viendrait d’en violer une disposition capitale tout en violant sa propre parole ? Qui peut imaginer que les 16 autres États qui ont adopté l’euro accepteraient de transformer celui-ci en un simple étalon de change et de recréer leur monnaie nationale pour complaire à la France qui viendrait de leur faire un bras d’honneur ?

Les propositions de Debout la République ne tiennent tout bonnement pas debout.

à lire également

 

.

Partager cet article
Repost0
14 juin 2012 4 14 /06 /juin /2012 00:36

 

 

 

 

Nos rêves ne logent pas dans vos urnes !

 

.
Lettre à Martine Aubry,

d'une ancienne militante du P.S.

Par Chantal Dupille

 

.

Bonjour Martine.

 

Le Parti Socialiste n'a plus rien de socialiste.

Le changement, ce n'est pas maintenant.

Si nous restons dans l'Europe,

nous aurons l'austérité et la faillite des Banques.

Si nous restons dans l'OTAN,

nous aurons les guerres et la pire de toute,

mondiale, totale, avec des armes de destruction massive.

 

J'allai voter contre le candidat UMP de ma circonscription,

contre le candidat anti-populaire

et anti-républicain car flirtant avec le FN,

puisque les 2 Partis ont subitement les "mêmes valeurs".

 

Mais maintenant, la coupe a débordé.

Laurent Fabius, mué il y a peu en candidat

le plus à gauche du PS,

a montré son vrai visage aujourd'hui :

Le même que celui de Nicolas Sarkozy,

fidèle exécutant des diktats israéliens.

Et donc, comme son Prédécesseur  il a dit aujourd'hui,

lors de sa Conférence de Presse :

"La France sera à la pointe du combat contre la Syrie".

Concrètement, cela veut dire qu'elle mentira,

qu'elle désinformera,

qu'elle fera tout pour faire chuter le Régime en Place

attaqué par les Anglo-Saxons, Israël, la France,

les Islamistes du Qatar et d'Arabie Saoudite.

Je ne suis pas dupe des mises en scène.

L'Occident meurtrit la Syrie pour son gaz,

pour sa position géo-stratégique,

pour ses bonnes relations avec la Russie,

et bien sûr à cause de son non-alignement.

 

Lorsque ce soir, au Zénith,

tu as justifié cette guerre en la présentant comme juste,

je savais que la politique militaire de la France continuerait

comme sous Sarkozy : Inféodée à Washington. 

Autrement dit, notre pays n'est plus libre,

et il sera prêt à plonger le monde

dans une guerre mondiale nucléaire.

Gageons que les peuples attaqués sauront se souvenir

de notre zèle scandaleux.

Et nous paierons cher le prix de notre impérialisme

aux ordres, criminel.

 

Pour la première fois, je voterai blanc,

moi la pragmatique.

Ce sera ma façon de dire à ton Parti:

Le PS a trahi ses promesses de changement,

il a trahi la France, il a trahi le désir de paix des citoyens !

 

Chantal

 

Vidéos insoutenables des meurtres de civils innocents commis par la CIA qui finance les rebelles.

 

L’OTAN prépare une vaste opération d’intoxication (Infos en Syrie via CIA)

 

Syrie, alerte ! Armes chimiques bientôt utilisées par l'Opposition. Bachar rendu responsable !

 

Machine de guerre civile de l'OTAN en Syrie - vers guerre mondiale

 

Syrie, Iran: Et Israël, dans tout ça ? Projets effroyables, semble-t-il..

 

 

Quant à Valérie, on t'aime...

Va-t-en ! Chantal

 

 

le n°52 d'Urtikan.net est en ligne

120613-valerie-trierweiler.jpg

 


la rochelle falorni royal trierweiler.jpg

 

 

 

Hollande10.jpg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche