Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 17:23

 

 

Je reçois ce mail :

 

GARDEZ ARNAUD ! VIREZ MANUEL !

Arnaud Montebourg a eu le courage de dire leur fait aux patrons. Il faut le garder. Quant à Manuel Valls, c'est un sous-marin de l'UMP au sein du P"S", il faut le virer !

Voilà comment un chef d'État digne de ce nom parle aux patrons :

http://mai68.org/spip/spip.php?article3993

(voir vidéo plus bas, extraite de mon post ici, 30.3.12 :

Comment Poutine parle aux patrons : Extraordinaire ! (Vidéo 2 mn)

http://sos-crise.over-blog.com/article-comment-poutine-parle-aux-patrons-extraordinaire-video-2-mn-102530116.html

 

De plus, Manuel Valls est ultra-sioniste et, dans sa ville, il a jusqu'à présent interdit toute réunion de solidarité avec les Palestiniens. Il a déclaré, le 21 mai 2012, qu'il n'accepterait pas la présence sur le territoire français de "soi-disant théologiens" prônant "la haine du Juif". Dans la bouche d'un sioniste comme lui, l'expression "haine du juif" peut signifier à peu près n'importe quoi. Par exemple, tout antisioniste est systématiquement classé "antisémite" par ce genre de personnage. Aussi, l'on peut légitimement se demander :

 

Manuel Valls veut-il interdire le sol français aux Juifs de Neturei Karta sous prétexte qu'ils souhaitent un démantellement pacifique de l'État d'Israël ?

Neturei karta : http://www.nkusa.org

(blog mai 68)

 

Miniature

 

http://www.youtube.com/user/MrAntisecte

 

 

 

 

 

http://www.youtube.com/watch?v=nURz5nK_r_I&list=UU21Yzpfj0tGFxNo3fos8Hdg&index=1&feature=plcp

 

(Vidéo + longue de 30 sec.
Elle montre, au début,
les circonstances de l'intervention de Poutine,
après avoir été pris à partie par des ouvrières !
A voir, 30 sec en plus !)
  
  
(Vidéo de deux minutes dix
avec Poutine en homme d'État exemplaire !)
.

 

Voilà comment il faut parler aux patrons !

Cliquer sur l’image pour voir la vidéo.

Extrait de Mister Vladimir Poutine,
Enregistré sur France 5 le 23 mars 2012 à 23h40

 

Comment s’étonner qu’il soit aussi brillamment réélu ! (64% des voix !)

 

.

 

Pourquoi Poutine est-il populaire en Russie ?


Parce qu’il a su affirmer un pouvoir d’État gardant autorité sur le pouvoir du capital, et non l’inverse comme dans les sociétés occidentales qui brandissent la démocratie comme mode de domination. Après l’effondrement de l’URSS, le déchaînement sauvage de l’accaparement des richesses par des oligarques mafieux du temps d’Eltsine a laissé de forts mauvais souvenirs. Poutine a été celui qui reprend les choses en main et assure l’autorité de l’État en arbitre des conflits de classe. On n’en est pas à la propriété collective des moyens de production, mais c’est quand même une situation plus favorable à la classe ouvrière qu’une gestion de l’État, comme en France ou aux États-Unis, aux ordres exclusifs du capital.


En voici une illustration en 1mn 45s de vidéo : c’est ce que le capital appelle « absence de démocratie » et « négation des droits de l’homme » !


DR

-------

 

Manuel Valls sur le Monde Diplomatique :

 

Vous avez aimé Claude Guéant ? Vous adorerez Manuel Valls
par Alain Gresh, Non, M. Manuel Valls, le nouveau ministre de l'intérieur, ne fera sans doute pas de déclaration sur l'inégalité entre les civilisations. Il ne faudrait donc pas lui faire de procès d'intention. Il faudrait se garder de toute caricature. Le problème est que Manuel Valls est sa propre caricature, même s'il s'abstiendra, du moins faut-il l'espérer, d'affirmer comme son prédécesseur qu'il y a trop de musulmans en France . (...) (lire la suite)
Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 15:40

 

Grèce : vers une révolution agricole alternative ?
21 mai 2012
Par

TutorPool, Boroume, la révolution des patates sont des exemples de ce que la société grecque à créé, contrainte de trouver des solutions alternatives face à la baisse des salaires et des retraites, conjuguée à des prix à la consommation souvent bien plus chers que dans d’autres pays européens. Avec un salaire minimum (quand celui ci est payé) à 445€ par mois et un loyer à Athènes de 300€ par mois, il devient évident que d’autres solutions sont nécessaires pour survivre, surtout quand on sait que le paiement des impôts commence dès 5000€ de salaire annuel. Une équation impossible à résoudre pour nombre de foyers grecs.

TutorPool est un site (créé avec des outils open source) qui permet à chacun de proposer d’aider bénévolement des élèves dans son domaine de compétence. Lors de sa création, le site a remporté un très vif succès, comme Boroume qui propose de récupérer des invendus dans les hôtels et restaurants pour les proposer aux citoyens les plus affaiblis par la crise. Un hôtel de la place Syntagma propose d’ailleurs dans ce cadre 40 repas par jours. Une solidarité en plein essor et très éloignée du nombrilisme d’avant la crise.

La dernière nouveauté grecque : une AMAP en ligne. Le même système qu’en France, mais déployé à grande échelle via une plateforme internet. Gine Agrotis (« Devient agriculteur ») propose une inscription pour les agriculteurs qui souhaitent vendre sans intermédiaire et un abonnement pour les consommateurs.

Gine Agiotis a un but simple :

Qui sommes nous ?

Le projet est une tentative de mise en réseau et de communication entre les agriculteurs grecs et les consommateurs ruraux et des centres urbains.

Nous avons commencé notre projet ambitieux de réorganisation, dans le but de renverser, de «casser» le marché et d’offrir un service innovant en créant un outil qui permet de mettre en contact direct. L’idée est venue de Dimitris Koutsolioutsos, qui a assemblé une équipe composée de personnes ayant une vision commune d’ »une meilleure qualité de vie dans le s centres urbains. »

Le Service proposé :

Le concept vise essentiellement à promouvoir le concept de « Farmer exclusive » à chaque famille.

Les jeunes agriculteurs, s’engagent au nom des consommateurs, à la culture et à la production de tous les légumes et les fruits de saison, selon les principes de l’agriculture biologique

Le projet est systématiquement contrôlée par les QWAYS  (www.qways.gr), qui a pris la décision de certifier progressivement toutes les cultures et la distribution des marchandises.

(…)

Les utilisateurs enregistrés peuvent adopter un olivier et profiter de toute la production annuelle de leur propre arbre. 

Chaque consommateur choisit son producteur en fonction de sa zone géographique et reçoit son panier chaque semaine.

Ce type de consommation alternative a de grandes chances d’avoir un succès très rapide en Grèce. Espérons le, car le pays, miné par la crise et régulièrement décrié par ses voisins, pourrait donner une vraie leçon de croissance verte et d’économie locale éthique.

L’autre intérêt de Gine Agrotis est de promouvoir l’agriculture biologique chez les jeunes, à l’heure où plus de 50% d’entre eux sont sans emploi. Une possibilité donc de développer l’agriculture biologique et de permettre aux jeunes de créer leur propre activité en limitant le risque de subir les prix des grossistes et des grandes surfaces !

Vers une révolution de l’agriculture biologique ? Espérons-le !

 

 

.http://www.okeanews.fr/grce-vers-une-rvolution-agricole-alternative/?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+Okeanews+%28OkeaNews%29


 

Dernières infos de ce site grec:

 

200 mots

Posted: 24 May 2012 12:00 AM PDT

Et tout le monde ne vit pas chaque point de ces échéances-là au même moment. Certains sont virés plus tard que d’autres. Certains trouvent des boulots de merde, d’autres n’en trouvent aucun. Certains partent s’installer chez leurs parents, d’autres se retrouvent à la rue. Certains ne peuvent plus se permettre d’avoir une voiture et d’autres ne peuvent plus se permettre de donner tous les jours quelque chose à manger à leurs enfants. Certains émigrent et d’autres se suicident. Au début, certains espéraient que l’échéance ne les atteindrait pas. Ils se contentaient d’attendre. Mais vint avec le temps la conscience que le temps, dans cette échéance, passe inexorablement, se rapproche d’eux, les menace, menace leur vie. Dans le même style : :

  1. Le modèle économique occidental en Grèce : une hérésie ?L’économie grecque est en berne, le mot est faible. C’est un constat que toute personne qui arpente les rues d’Athènes peut observer sans même chercher à le voir. En Grèce,...
  2. Μπορούμε (Boroumé) – « Nous Pouvons » : la solidarité en marche en Grèce(...)Et l'augmentation de la pauvreté a provoqué une autre solidarité. Le mouvement Boroumé ("Nous pouvons"), partie de l'idée simple que le pain jeté en fin de journée par les restaurants...
  3. LoukanikosEncore une fois. Encore un soir de gaz lacrymos et de combats. Chaque fois que la colère se montre, les citoyens grecs doivent être battus et « teargasés ». Et...

.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 15:34

 

La diplomatie secrète autour de la rencontre « Iran – les six »


Boris Pavlichtchev
Jeudi 24 Mai 2012


La diplomatie secrète autour de la rencontre « Iran – les six »

Les négociations entre les « six » (cinq membres permanents du CS de l’ONU et l’Allemagne) et l’Iran ont repris à Bagdad au sujet du problème nucléaire iranien.

Les « six » veulent obliger l’Iran à geler les travaux d’enrichissement d’uranium jusqu’à 20%. En effet, l’uranium enrichi à 20% pourrait servir à produire rapidement de l’uranium enrichi à 90% qui est la matièere première pour la fabrication de la bombe nucléaire.

Des avancées importantes ont précéde la rencontre de Bagdad. Yukia Amano, le directeur de l’AIEA qui a visité lundi Téhéran a dit que les résulats de son voyage allaient produitre un effet positif sur le round de Bagdad. Un jour plus tard, il a dévoilé le secret de son optimisme. C’est que l’AIEA allait prochainement signer avec l’Iran l’accord sur les inspections de ses sites nucléaires et l’accès à la documntation et aux savants atomistes.

Les sources israéliennes insistent sur  le fait que l’optimisme d’Amano s’explique également par les progrès dans la réalisation d’un accord secret bilatéral entre les États-Unis et l’Iran. L’Iran s’engagerait à suspendre les travaux d’enrichissement d’uranium jusqu’à 20% dans son usine de Fordo sans pour autant la fermer définitivement. Les stocks d’uranium enrichi à 20% seraient transformés en barres de combustible et retournés à l’Iran. L’Iran signerait également un avenant au Traité sur la non-dissémination des armes nucléaires en ce qui concerne les inspections suprises des sites nucléaires. Cependant, cet avenant ne concerne pas les sites iraniens secrets au sujet desquels les États-Unis et l’AIEA ne disposent que de rensignements sommaires.

En réponse les États-Unis et l’UE annuleront progressivement les sanctions introduites contre l’Iran et s’abstiendront notamment d’appliquer l’embargo pétrolier qui doit devenir effectif le premier juillet.

Si les renseignements israéliens sont exacts, c’est le point clé ele gel des travaux d’enrichisement qui était la principale revendication des « six ». Il semble être résolu de manière automatique. Quant à l’accord secret entre l’Iran et les États-Unis, elle est plus que parobable,  admet Vladimir Sotnikov, expert de l’Institut d’études d’Orient.

Tous ces points paraissent en effet très alléchants. Ce serait effectivement une grande avancée dans la situation autour du problèeme nucléaire iranien. Je n’exclus pas non plus qu’Amano pouvait discuter en dimplomate de cet accord secret. Les États-Unis ont tout intérêt à agir par le biais de l’AIEA tout en soulignant que les Iraniens sont en contact avec l’Agence et coopèrent avec cette institution de l’ONU.

En même temps, il était évident même sans diplomatie secrète que la situation se prête aux négociatioins actuells des « six » avec l’Iran, - poursuit le politologue Stanislav Tarassov.

Je suis rentré il y a quelques jours de Téhéran où nous nous sommes entretenus avec des diplomates iraniens. Ils disaient que l’Iran était prêt à accepter un compromis à  condition qu’il ne soit  pas unilatéral et que l’Occident et les « six » allait prendre une décision intermédaire visant à atténuer le régime des sanctions.

A la veille des négociations de l’Iran avec le groupe 5+1, les États-Unis se sont bornés à réagir d’une manière évasive aux information faisant état des progrès dans les rapports entre l’Iran et l’AIEA. « C’est un pas en avant mais nous jugeons le comportement de l’Iran d’après les actes et non pas d’après les paroles »,a dit le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney. – La pression sera maintenue tant qu’il n’y a pas de résultats » .

En effet, beintôt le round de Bagdad, s’il n’est pas empêché par une tempête de sable, va faire la lumière sur la crédibilité des renseignements en provenance de Jérusalem si on ne prend pas en considération le fait que cette fuite pouvait être délibérément faire dans l’intérêt d’Israël. Reste à savoir pourquoi à son retour de Téhéran Yukia Atano est resté, contrairement aux attentes, muet pendant une journée entière sur l’accord entre l’AIEA et l’Iran.

french.ruvr.ru

 

http://www.alterinfo.net/La-diplomatie-secrete-autour-de-la-rencontre-Iran-les-six_a76711.html

 

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 15:31

 

L’atout pour réussir

by Patrick Le Hyaric

Le 24 mai 2012 @10h30

Les premiers actes du nouveau gouvernement signifient clairement que nous sommes sortis du quinquennat sarkozyste. Le mépris, les syndicats et les corps intermédiaires bafoués, la justice instrumentalisée, niée jusqu'à l'insupportable « présomption de légitime défense »; l’installation partout d’un climat de tension, de division, de racisme ; l’argent et la concurrence de tous contre tous érigés en valeurs suprêmes, les principes démocratiques contredits par la toute puissance du Président et des conseillers ; la posture bushiste dans les relations internationales, jusqu’à réintégrer notre pays dans le commandement de l’OTAN et déclencher une guerre laissant la Libye désemparée: le sarkozysme étouffait le pays. Sa défaite est vécue comme une délivrance.

Le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, rajeuni, féminisé, métissé, signataire d'une charte déontologique, marque une rupture appréciée parce qu'attendue. Les déplacements internationaux de F. Hollande, sa nette réaffirmation d'une évacuation de nos troupes combattantes d'Afghanistan à la fin 2012, satisfont nos concitoyens. Chacun sait que les passages à l'acte vont maintenant nécessiter  beaucoup de détermination  et de persévérance tant la crise qui secoue la planète est profonde.

Sous l’impulsion du Front de Gauche et de Jean-Luc Mélenchon, l’enjeu d’une relance tournant le dos à l’austérité, ainsi que l’idée d’une « réorientation » de la construction européenne ont été repris par le candidat socialiste durant la campagne présidentielle et ont été défendus auprès de Mme Merkel comme de M. Obama. Leur concrétisation impose d'affronter le mur dressé par la haute finance contre les droits économiques, sociaux, démocratiques et culturels. Elle aura besoin de mobilisations populaires et d'un engagement de toutes les composantes de la gauche et de l'écologie politique car l’expérience nous enseigne que la gauche n’est efficace que quand sa pluralité est respectée, valorisée, avec un flanc gauche, aujourd'hui le Front de Gauche, puissant à l’Assemblée Nationale.

Depuis quelques jours, il est devenu l’adversaire privilégié des dirigeants de l'UMP qui ne rêvent que de revanche. Souvent ridicules dans leurs critiques systématiques et partisanes de ce qui change avec le nouveau pouvoir, ils ressortent les vieilles rengaines anticommunistes. Certes, elles peuvent contribuer à la remobilisation d'un électorat passablement sonné par la défaite mais, pour l'essentiel, elles tombent  à plat, tant une majorité de nos concitoyens, au premier rang desquels les jeunes, considèrent qu’ils ont écarté un cauchemar en même temps que M. Sarkozy.

Reste à franchir une étape importante, déterminante pour la nature, la qualité, le rythme du changement, celle d'une défaite nette, sans appel de   l'ancienne majorité de droite de l’Assemblée Nationale, avec zéro député du Front national. Empêcher l’extrême-droite de disposer de la tribune du Parlement pour répandre le poison de la haine, de la xénophobie et du racisme est une ambition de salubrité publique.

Il s'agit d'élire une nouvelle majorité parlementaire de gauche, une majorité suffisamment diverse et rassemblée pour accomplir la tâche immense confiée par les citoyens de réussir le changement, sans pour autant qu’un seul parti dispose à lui seul de la majorité absolue. En effet, la qualité, l'efficacité, la cohérence des lois ont besoin de débats contradictoires dans leur élaboration. Notre peuple est divers. Ses  aspirations, ses  urgences sociales, démocratiques, écologiques ne souffrent aucune hégémonie. L'Assemblée Nationale a vocation à refléter la réalité des confrontations d'idées et de points de vue qui, sur le terrain, traversent la société. En revaloriser le rôle, comme s'y est engagé F. Hollande, tourne le dos à une conception suiviste du rôle des députés. Responsables, constructifs, unitaires, animés par le seul objectif de faire entrer dans la vie les choix des électrices et des électeurs, les députés de gauche, tous les députés de gauche, se doivent de tirer les leçons des expériences précédentes qui peu à peu ont vu les déceptions prendre le dessus sur les espoirs.

Elles méritent d’être méditées avec nos concitoyens dans la campagne électorale et au delà. Ce n’est pas insulter les expériences de la gauche que de le dire. C’est tout simplement appeler, dans l’intérêt de toutes et de tous, dans l’intérêt de la gauche elle-même, à la vigilance, à l’expression la plus large de toutes les forces progressistes et à l’autonomie du mouvement social pour réussir. C’est d’autant plus vrai que nous ne sommes plus ni en 1981, ni en 1984, ni en 1988, ni en 1997. La situation est bien plus grave et préoccupante. Elle ne peut conduire à appliquer une austérité de gauche après les législatives, au nom de l’ampleur des déficits. On sait déjà ce que provoque un tel choix sans issue appliqué à nos voisins grecs, espagnols, italiens ou portugais. La gravité et l’ampleur de la crise appellent aujourd’hui  à inventer une culture qui associe au sérieux de la gestion des ruptures permettant la transformation sociale et écologique. C’est parce qu’il s’agit d’une crise globale, inédite du capitalisme contemporain qu’il est indispensable que la gauche se parle, débatte dans sa pluralité et diversité afin qu'émerge un nouveau projet économique, social, culturel, environnemental. Cela se fait pour une part importante au Parlement. Nos concitoyens doivent en avoir conscience au moment d’aller voter le 10 juin prochain.

Un Front de Gauche fort au Parlement, c’est toute la gauche qui est qualitativement plus à même de réussir. Les problèmes à résoudre sont immenses. Les forces de la réaction, des grandes puissances financières, soutenues par les institutions européennes sont arc-boutées contre le changement. Les affronter avec l’ambition de sortir de la crise, de tourner le dos à l’austérité et au chômage invite à renforcer le flanc gauche de la gauche, pour rendre plus efficace encore l’expression des quatre millions de voix qui se sont portées sur le nom de Jean-Luc Mélenchon à l’élection présidentielle. L'humain d'abord, le refus de la financiarisation de la société, une nouvelle répartition des richesses et l’engagement d’un processus pour les produire autrement seront défendus par un groupe Front de gauche le plus important possible. Il sera la meilleure caisse de résonnance dans l'hémicycle de ce qui monte parmi les populations, en France et sur tout le Continent, contre l’austérité et pour réorienter radicalement la construction européenne. Le meilleur interprète de toutes les actions sociales, syndicales, citoyennes, qui se développent en Europe, des votes, comme en Grèce, en faveur de  forces progressistes, au premier rang desquelles Syriza.

L’une des manifestations les plus importante de ce refus de l’austérité sera le rejet du pacte budgétaire, le traité Sarkozy-Merkel et la mise en débat d’un nouveau projet de développement humain, social et écologique.

Un Front de Gauche renforcé au Parlement c’est l’assurance de nouvelles avancées démocratiques en créant de nouvelles conditions pour que chacune et chacun se sente respecté, écouté et puisse participer aux décisions qui le concerne.

Répondre aux urgences sociales démocratiques, c’est la condition pour faire reculer durablement l’extrême-droite et du même coup une droite de plus en plus extrême qui a reprises les idées lepénistes.

La campagne des élections législatives est donc très importante pour la vie quotidienne et pour créer les conditions de la réussite du changement à gauche.

.

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 15:15

 

Amnesty fustige l'"impunité" de Bush et s'interroge sur la mort de Ben Laden

WASHINGTON (AFP) - 24.05.2012 12:54 - Par Chantal VALERY

Amnesty International s'est alarmée mercredi de "l'impunité" dont jouissent selon elle les anciens responsables de l'administration Bush en matière de violations des droits de l'homme et elle a regretté "l'absence de clarification" des Etats-Unis sur la mort de Ben Laden.

voir le zoom : L'ancien président américain George W. Bush à Washington le 15 mai 2012L'ancien président américain George W. Bush à Washington le 15 mai 2012
AFP/Archives - Saul Loeb
voir le zoom : La maison où se cachait Oussama ben Laden à Abbottabad au Pakistan, le 3 mai 2011La maison où se cachait Oussama ben Laden à Abbottabad au Pakistan, le 3 mai 2011
AFP/Archives - Aamir Qureshi
voir le zoom : Des menottes pour les chevilles dans la prison de Guantanamo, le 19 janvier 2012Des menottes pour les chevilles dans la prison de Guantanamo, le 19 janvier 2012
AFP/Archives - Jim Watson

Amnesty International s'est alarmée mercredi de "l'impunité" dont jouissent selon elle les anciens responsables de l'administration Bush en matière de violations des droits de l'homme et elle a regretté "l'absence de clarification" des Etats-Unis sur la mort de Ben Laden.

Dans son rapport annuel 2011, l'organisation fustige le gouvernement canadien pour son "incapacité à arrêter l'ancien président américain George W. Bush quand il était en visite en Colombie britannique, en dépit des preuves attestant de sa responsabilité dans des infractions au droit international, comme la torture".

"Personne n'a été reconnu responsable pour les violations des droits de l'homme commises sous l'administration Bush" dans le cadre du programme de la CIA de détention secrète, ajoute Amnesty, regrettant "l'impunité" dont bénéficient les dirigeants de l'ancienne administration républicaine.

En juin, le ministre américain de la Justice a annoncé, à deux exceptions près, l'arrêt des investigations dans ce domaine alors même que la torture faisait partie du programme de la CIA pour des détenus qui encourent aujourd'hui la peine de mort dans des "procès injustes", note Amnesty.

L'organisation dénonce aussi "l'usage excessif de la force" sur le territoire des Etats-Unis, mais aussi au Yémen ou au Pakistan dans la lutte antiterroriste américaine.

"exécutions extrajudiciaires" Elle demande que les autorités américaines s'expliquent sur la mort d'Oussama ben Laden, le 1er mai 2011 à Abbottabab au Pakistan

 

l'article complet, passionnant, ici :

 

Amnesty fustige l'"impunité" de Bush et s'interroge sur la mort de Ben Laden

 

 

sur ce site, lire aussi

 

 

Sur un autre site,

 

Des colons israéliens filmés en train de tirer sur des palestiniens

Lire la suite


Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 15:07

 

Un an après « le Printemps arabe », quels lendemains ? dans Europe - International carte_printemps_arabe1-300x175

http://moudenc.unblog.fr/2012/01/18/un-an-apres-%C2%AB-le-printemps-arabe-%C2%BB-quels-lendemains/

 

 

 

LE « PRINTEMPS ARABE » BILAN D’UN AVORTEMENT

 

robertbibeau@hotmail.com

 

23.05.2012

 

http://les7duquebec.com/2012/05/23/le-printemps-arabe-bilan-dun-avortement/

 

 

Peut-on tirer un bilan précis et concis de ce vaste mouvement populaire qui a nom le  « Printemps arabe »  (2011-2012) ?  Oui certainement. Philosophes, journalistes, politiciens de droite comme de gauche, experts de tout poil et analystes arabophiles comme arabophobes tous tentent de  présenter un bilan de ce mouvement diachronique. S’y essaient également les Partisans et alliés des peuples arabes résistants et outrageusement dupés, réprimés, assassinés dans une dizaine de pays qui ont connu des soulèvements d’intensité et de durée variables que les médias  mystifient à l’envi (1).

 

Il n’y a pas eu ‘un’ mais plusieurs « Printemps arabe », c’est-à-dire que le « Printemps arabe » s’est déroulé selon quelques scénarios différents, parfois issu de soulèvements spontanés, comme un cri de révolte d’un peuple pressuré, désœuvré, affamé. Parfois, le soulèvement fut téléguidé de l’extérieur par des puissances étrangères qui utilisaient la grogne populaire pour l’endiguer, l’orienter et se servir des révoltés comme chair à canon dans leurs desseins de soumission, de règlement de compte inter-impérialiste visant à changer la garde au pouvoir dans un pays ou dans un autre, les dirigeants en place étant trop discrédités pour donner le change et rassembler la population autour de leur projet compradore (Ben Ali, Moubarak, Saleh).

 

Dans le cas de la Libye, le soulèvement fomenté et dirigé de l’extérieur du pays a servi à arracher un pays des griffes d’une puissance impérialiste pour mieux le placer sous la coupe de ses nouveaux maîtres; le peuple libyen n’a  nullement bénéficié de ce vent de fronde et cette jacquerie manipulé et aujourd’hui il souffre sous la coupe de chefs de clans, de bandits, de mercenaires et d’affidés réactionnaires placés là par leurs maîtres dont l’un (Sarkozy) vient de recevoir son congé du peuple français déprimé.

 

BILAN PAR CLASSE SOCIALE

 

Chaque classe sociale établit son propre bilan de ce « Printemps arabe » aux multiples visages. La grande bourgeoise compradore à la solde de l’Alliance Atlantique (France, Royaume-Uni, Allemagne, États-Unis) ou à la solde de l’Alliance de Shanghai (Chine et Russie) s’essuie le front. Les capitalistes nationaux ont eu chaud, ces poltrons ; certains ont été tués, démis, emprisonnés, quelques-uns sont en exil ; d’autres ont dû abandonner les affaires et les derniers ont été forcés de se planquer en attendant une accalmie qui leur permettra de sortir de leur tanière pour rapatrier leurs « affaires » dans leur nouvelle patrie. Dans l’ensemble, la grande bourgeoise arabe compradore a partout conservé le pouvoir et ses avantages mais elle a dû se résigner à  effectuer un changement de la garde ou promettre quelques réformettes avant de revenir aux affaires de leur galère de misère.

 

D’autres ploutocrates, les plus nombreux finalement, sont restés dans les coulisses du pouvoir comptant se remettre en selle sous de nouveaux oripeaux tout neufs. Ce sont ceux-là que les partisans égyptiens dénoncent dans les rues du Caire depuis quelque temps. Ce sont ceux-là que les manifestants tunisiens ont boudés lors des dernières élections dans ce pays. Pareil au Yémen et au Bahreïn où le clan saoudien n’a pas permis à la jacquerie locale de déposer le Roi al-Khalifa (2).

 

Les jeunes étudiants et chômeurs militants, ceux qui ont amorcé le mouvement du « Printemps arabe », ont bien compris que, laissés à eux-mêmes sur les réseaux sociaux, sans orientation idéologique révolutionnaire, assujettis aux manipulations médiatiques de la grande bourgeoise nationale et internationale et de la moyenne bourgeoisie locale ils ne pouvaient aller très loin. Faut-il rappeler que c’est Hillary Clinton, Secrétaire d’État américaine, qui a annoncé au monde incrédule que l’objectif des soulèvements arabes était d’obtenir le privilège d’élections libres permettant à chacun de choisir sa marionnette nationale préférée, discours ensuite colporté par les « twitters » inconscients et tous les médias bourgeois de la Terre parfaitement conscients.

 

Assujettis aux manipulations de la petite bourgeoise paupérisée et de la gauche opportuniste, à l’affût et trop heureuse de s’emparer de la direction des mouvements pour les diriger vers le cul-de-sac électoral pseudo démocratique bourgeois, les jeunes et les moins jeunes ont vite perdu le contrôle de leurs soulèvements (3).

 

La grande bourgeoisie arabe a pu sauver sa mise – non sans peine toutefois. Monopolisant le pouvoir politique, judiciaire et militaire (le pouvoir économique demeurant dans les mains des puissances impérialistes  néocoloniales) elle était la seule classe qui pouvait perdre quoique ce soit dans l’échauffourée.

 

La petite bourgeoisie est la classe qui a temporairement amélioré sa condition sociale dans cette agitation nationale. Mais pour un temps seulement.  Attendez que les oligarques reprennent le contrôle de ces parlements et gouvernants à la solde – sachant que par ailleurs ils n’ont jamais perdu le contrôle de leurs armées.

 

La petite bourgeoisie, dont les filles et les fils diplômés sont au chômage, est une classe en cours d’appauvrissement. Frappée par les crises en rafale du système capitaliste mondial, la petite et la moyenne bourgeoise nationale arabe étaient au cœur de ces soulèvements. L’économie nationale des pays arabes étant dominée et spoliée par les pays impérialistes du Nord, cette classe sociale fragile et instable n’a pas accès aux prébendes, aux bakchichs, aux hauts postes administratifs, gouvernementaux, judiciaires et militaires  lucratifs, ni à la propriété foncière réservées aux compradores. La petite et la moyenne bourgeoise sont donc menacées d’éradication tout comme leurs cousins dans les pays du Nord.  Le « Printemps arabe » leur a permis de multiplier les partis politiques bourgeois et « d’assainir » les mœurs électorales locales, de les rendre presque conformes au modèle occidental. 

 

En Égypte, en Tunisie, au Yémen, en Libye, au Maroc, en Jordanie, suite aux réformes électorales promises, les multiples partis politiques de la petite et de la moyenne bourgeoise de droite comme de gauche espèrent avoir désormais accès à l’assiette au beurre, soit par le jeu d’alternance des partis au pouvoir, soit que les nouveaux chefs d’État devront pour gouverner s’appuyer sur des coalitions de partis où ils espèrent que leur poulain trouvera sa niche et ses bakchichs. 

 

LE CAS SYRIEN RETOURNEMENT HISTORIQUE

 

En Syrie, l’insurrection téléguidée depuis Paris, Londres, Berlin, Washington, Ryad et Doha  ayant échoué, la réforme annoncée ne permettra peut-être pas l’alternance tant souhaitée. L’assiette au beurre risque de demeurer entre les mains de la dynastie Assad ;  cela ne concerne que le peuple syrien et pas du tout les mercenaires payés par les royaumes du Qatar et d’Arabie Saoudite infiltrés dans le pays pour y fomenter agitation armée et assassinats, meurtres et crimes de guerre terroristes (4).

 

Ici, il faut comprendre que le « Printemps arabe syrien » marque un retournement historique d’importance. C’est la première fois que l’Alliance eurasiatique (Moscou), alliée de l’Alliance de Shanghai (Pékin), a affronté avec succès l’Alliance Atlantique dirigée par les États-Unis et ses alliés de l’Union européenne (Berlin-Paris-Londres). Précédemment, en Irak, en Afghanistan, au Soudan, en Côte d’Ivoire et en Libye, les alliances impérialistes des pays d’Asie avaient cédé et s’étaient laissé dépouiller des richesses des pays qui leur étaient assujettis. En Syrie, pour la première fois, les alliances concurrentes ont tenu tête à l’Alliance

Atlantique, ce qui reflète le déplacement déjà amorcé du pouvoir économique en faveur de la Chine, le créancier de l’Occident. Cela indique également que désormais Pékin et Moscou n’entendent plus se laisser dépouiller de leurs zones de domination. Dorénavant, les guerres de rapine inter-impérialistes risquent d’être de plus en plus âpres et meurtrières pour les peuples des pays convoités.

 

Experts et analystes en tout et en rien du tout, retenez cette leçon avant de colporter tous les ragots et agitations émanant de l’État-major israélien et du bouffon Netanyahu – l’excité – à propos de l’Iran que ce misérable nabot menace sans cesse d’attaquer pendant que la caravane iranienne passe son chemin, indifférente. La guerre d’Iran, si elle a lieu finalement, mettra aux prises le géant impérialiste militaire américain sur son déclin contre le géant chinois ascendant et son allié russe nucléarisé et en cours de reconstruction. L’histoire s’écrit devant vos yeux si vous osez regarder – mais il ne faut  pas regarder le sous-fifre à Jérusalem – mais à Washington, Pékin, Moscou et Berlin, les capitales impérialistes mondiales. Le monde change et le « Printemps arabe » s’inscrit dans cette mouvance.

 

LA CLASSE OUVRIÈRE ARABE

 


POUR  LIRE  LA  SUITE  DE  L'ÉDITORIAL  »»»»»»»»  http://les7duquebec.com/2012/05/23/le-printemps-arabe-bilan-dun-avortement/     

L'ensemble des carnets sur :

http://www.robertbibeau.ca/palestine.html

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:47

 

Les remèdes naturels que l'Union Européenne et
les multinationales pharmaceutiques veulent vous interdire


> http://institut-protection-sante-naturelle.eu/video/Petition1204/Petition1205.html
>
> http://institut-protection-sante-naturelle.eu/video/Petition1204/Petition1205.html

 

 

..
Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Les remèdes naturels que l'Union Européenne et
les multinationales pharmaceutiques
veulent vous interdire

 

 


Madame, Monsieur,

Imaginez que vous ayez un enfant ou un conjoint gravement malade...

Il existe un remède naturel sans danger ni effets secondaires, qui pourrait peut-être le guérir...

mais l'Union Européenne fait tout pour que vous n'en soyez pas informé.

Au contraire, les autorités vous incitent à lui administrer des médicaments chimiques aux effets secondaires potentiellement gravissimes.

Vous êtes entre leurs mains.

Ce cauchemar absurde, c'est une réalité imminente qui menace l'Europe et tous ses habitants, vous et moi y compris.

Après des années de lobbying, l'agro et la pharma-industrie sont en train de parvenir à leur but :

Un texte draconien de l'Union Européenne est sur le point de nous priver de milliers de produits de santé naturelle.

Au moment précis où se produit à l'échelle de notre continent une spectaculaire prise de conscience des ravages de la malbouffe, et de l'importance cruciale d'une alimentation riche en nutriments essentiels, pour prévenir et guérir les maladies,

Ce règlement européen, le 1924/2006/CE interdit aux fabricants de produits de santé naturelle d'informer le public des effets favorables possibles de leurs produits.

La conséquence sera non seulement que vous n'aurez plus l'information, mais ce règlement va détruire des milliers de petits producteurs, ce qui, selon toute probabilité, entraînera un effondrement de la qualité et de la diversité des produits de santé naturelle et surtout, une hausse dramatique des prix.

Les autorités chercheraient à nous maintenir dans un état de maladie – et de dépendance aux médicaments chimiques - elles ne s'y prendraient pas autrement.

Si le règlement 1924/2006/CE entre en application :

oligo-éléments, minéraux, vitamines, acides gras, acides aminés essentiels, deviendront hors de portée du plus grand nombre.

Des peines d'emprisonnement sont prévues pour les contrevenants.

C'est une offensive sans précédent contre notre droit de nous soigner librement.

Et le but est extrêmement clair :

Sécuriser des milliards d'euros de profits pour l'industrie pharmaceutique, pour les années à venir,

en obligeant les malades à recourir à leurs médicaments issus de la pétrochimie, faute d'alternative.

Mais il y a un espoir :

Depuis quelques semaines, la Commission européenne a ouvert la possibilité de remettre en cause ce règlement selon la procédure du référendum d'initiative populaire, prévue par l’article 11 du Traité de l’Union européenne, article introduit parle traité de Lisbonne.

Une coalition s'organise au niveau européen pour réunir ces signatures.

C'est un immense défi car, pour réussir, il faut en réunir un million.

Mais nous sommes 492 millions de citoyens européens et, si nous nous y mettons tous ensemble, nous pouvons y parvenir !! Aux Pays-Bas, déjà, une association a obtenu le soutien du gouvernement après avoir obtenu 25 000 signatures.

C'est pourquoi, je vous demande de signer au plus vite la pétition ci-dessous, organisée par l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle pour la France.

Nous nous mobilisons par ailleurs directement auprès de la Commission européenne pour lui faire entendre raison.

Mais sans la signature d'un million de citoyens européens, nous ne pourrons sans doute pas stopper la mise en application de ce règlement qui met gravement en péril notre santé, et celle des générations futures.

En quoi consiste exactement ce règlement 1924/2006/CE et pourquoi est-il si dangereux ?

Le règlement 1924/2006/CE impose une nouvelle procédure d'agrément pour les produits de santé naturelle portant des indications thérapeutiques (prévenir ou soigner des maladies) : oligo-éléments, minéraux, vitamines, acides gras, acides aminés essentiels, tous les nutriments dont notre corps a absolument besoin pour maintenir un bon état de santé sont visés.

Alors que tous ces produits étaient jusqu'à présent en vente libre, tant qu'ils ne présentaient aucun danger, l'Union Européenne a décidé d'interdire par principe toute forme d'information des consommateurs sur les bénéfices thérapeutiques à en attendre.

La seule exception concerne les indications thérapeutiques que les fonctionnaires de l'EFSA (European Food Safety Agency) auront décidé d'autoriser, de façon unilatérale et sans avoir à justifier de leurs décisions.

C'est comme si on interdisait aux vendeurs de voiture de vous dire quelle est la puissance, ou le nombre de places, des modèles qu'ils vendent. A la place, ce serait un fonctionnaire européen qui déciderait ce qu'ils ont le droit de vous dire.

Vous l'avez compris, ce nouveau règlement européen revient à mettre en les mains de quelques personnes bien placées à Bruxelles, une arme de destruction massive pour favoriser leurs « amis » de la grande industrie.

Grâce au règlement 1924/2006/CE, ce n'est plus les citoyens comme vous et moi, mais l’Union européenne qui décidera des acteurs économiques qui gagneront, grâce à des passe-droits qui leurs seront accordés, dans la plus totale opacité.

C'est le plus grand hold-up sur notre santé – et sur nos vies- qui ait jamais été réalisé.

Et pour éviter de provoquer une révolte de citoyens, l’Union Européenne agit de la façon la plus sournoise : au lieu d'interdire purement et simplement les petits producteurs, elle leur laisse la possibilité de monter des « dossiers de demandes d'allégation ».

Mais c'est encore pire : car on les oblige à

  • réunir des rapports d'experts, des études, des dossiers qui coûtent des dizaines de milliers d'euros, puis on

  • les fait attendre pendant des années (la commission spéciale met en moyenne 4 ans pour rendre ses avis), et enfin on

  • refuse 95 % des dossiers proposés, sans apporter la moindre justification, entraînant la faillite en masse des plus déterminés qui avaient décidé de jouer le jeu !

C'est bien simple, sur les 4640 dossiers déposés en 2008, seuls 222 ont été autorisés aujourd'hui !

L'EFSA a même interdit d'indiquer que les pruneaux ont un effet laxatif, exigeant que soient réalisés au préalable des essais cliniques impliquant des milliers de participants !!

Ce règlement revient de facto à euthanasier un des pans principaux, et des plus prometteurs, des médecines douces :

médecine cellulaire, médecine orthomoléculaire, nutrition et micro-nutrition, toutes ces nouvelles médecines fonctionnent en utilisant des nutriments ciblés.

Elles permettent de rétablir les grands équilibres de l'organisme, de façon naturelle et sans effets secondaires, contrairement aux médicaments chimiques.

Mais si nous ne réunissons pas un million de signatures en urgence, ce nouveau domaine de la médecine risque d'être tué dans l'œuf, scellant le destin des générations futures, et leur asservissement au « système de santé » officiel.

La députée européenne Michèle Rivasi a témoigné du désastre, dans les colonnes de Rue 89 :

« A ce jour, plus de 95% des dossiers d’allégations déposées pour des produits à base de plantes ont reçu un avis négatif de l’EFSA. Trop rigoureuse, calquée sur des procédures propres aux médicaments, l’EFSA prend sa décision sur très peu de données et rejette des allégations pourtant déjà autorisées dans plusieurs pays européens. »

Or, tous les produits naturels avec indications thérapeutiques qui n’auront pas l’agrément devront être retirés de la vente dès le mois de septembre 2012, dans toute l’Europe.

Le timing de ce règlement ne doit rien au hasard.

Il y a urgence en effet.

L'industrie pharmaceutique a besoin de cette directive pour conforter sa position dominante, à un moment où elle se trouve radicalement remise en cause.

Sa crédibilité a été fortement entamée par l'affaire du Vioxx, de l'Avandia, du Médiator et, maintenant du Buflomédil.

Des spécialistes parlent de dizaines, de centaines de médicaments toxiques qu'il faudrait interdire.

C'est pourquoi il est plus qu'urgent pour l'industrie pharmaceutique de nous couper toute alternative possible.

Et le nouveau règlement européen représente pour elle le Saint-Graal, qui lui garantira ses milliards de profits annuels, pour des dizaines d'années.

Indignez-vous ! Signez la pétition ci-dessous !

Ces nouvelles règles qu'ils veulent nous imposer reviennent à abolir un principe qui valait sur notre territoire depuis des siècles.

Depuis toujours, même, les aliments, les nutriments et les produits de santé naturelle pouvaient être présentés et consommés librement, sauf si bien sûr il y avait un risque qu'ils soient toxiques.

Les autorités assuraient le rôle légitime qui était le leur : protéger les consommateurs contre les éventuels dangers.

Mais l'Union Européenne prétend faire l'inverse : se servir de son pouvoir pour nous imposer les produits qu'elle veut que nous consommions.

Ce n'est pas de la paranoïa : le gouvernement du Canada, contre la volonté du peuple et du Parlement lui-même, a imposé en 2004 un système similaire à celui que l’Union européenne veut imposer.

En quelques mois, ce sont plus de 20 000 références de produits de santé naturelle qui ont disparu des rayons des boutiques bio. Le public a été obligé de se rabattre sur les quelques produits « aux normes » qui sont commercialisés, comme par hasard... par les grands groupes !

Aux Etats-Unis en revanche, les citoyens se sont massivement levés contre les abus du gouvernement, et ont obtenu en 2007 le vote de la DSHEA ( Dietary Supplement Health and Education Act )

Cette loi, qui garantit l'information transparente des consommateurs, a déclenché un bourgeonnement incroyable de l'offre de produits de santé naturelle, dont la qualité, la diversité et la disponibilité ont massivement augmenté,

tandis que les niveaux de prix baissaient de façon spectaculaire.

Prenons exemple sur les mouvements citoyens qui existent ailleurs et stoppons le règlement 1924/2006/CE.

Je vous l'ai dit : il existe une nouvelle procédure de pétition auprès du Parlement européen qui permet de faire adopter des textes sur les questions qui nous préoccupent. Cette procédure est entrée en vigueur à partir du mois d’avril 2012.

Il faut se jeter sur l'occasion.

Pour cela, nous devons réunir un million de signatures en provenance de 7 pays européens différents.

C’est pourquoi je vous demande de signer la pétition de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle.

Surtout envoyez ce mail à tous vos contacts dans tous les pays européens. Notre mobilisation doit être massive.

Il n'y a qu'en luttant activement pour nos droits que nous pouvons stopper l'initiative conjointe des multinationales pharmaceutiques et de l'Union européenne.

En politique, il y a un vieux dicton : « qui ne dit mot, consent ».

Si vous ne faites pas entendre votre voix en signant la pétition, les bureaucrates européens en déduiront que personne ne se soucie de leur nouveau règlement.

Ils penseront alors que cet énorme cadeau qu'ils font à l'industrie pharmaceutique n'a attiré l'attention, ni l'indignation, de personne.

Alors s'il vous plaît, exprimez-vous, car maintenant, c’est le moment de vérité.

Et après avoir signé votre pétition, transférez ce message à toutes les personnes que vous connaissez.

Dites-leur qu’il est temps d’agir.

Il n’y a vraiment pas de temps à perdre.

Un grand merci.

Nous vous tiendrons informé des suites de notre démarche.

Augustin de Livois
Président de l'Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Institut pour la Protection de la Santé Naturelle

Institut pour la Protection de la Santé Naturelle – 253A Chaussée de Wavre – 1050 Bruxelles

www.institut-protection-sante-naturelle.eu

Association sans but lucratif conforme à la loi du 27 juin 1921.

 

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:19

 

eldorado.jpg

http://ballendar.over-blog.com/article-l-euro-est-mort-ou-placer-ses-economies-90318642.html

 

 

Va-t-on vers un début de panique sur l’euro ?
LE DÉSÉQUILIBRE DES COMPTES INTRA-ZONE EURO A DÉPASSÉ 1.000 MILLIARDS D’EUROS

D’après nos informations venant de « milieux très bien renseignés », le montant total du déséquilibre dû à la « migration des comptes » interne à la zone euro a dépassé, début mai, la somme fantastique de 1.000 MILLIARDS d’EUROS pour la 1ère FOIS de la brève histoire de la monnaie commune européenne.

En clair, cela signifie que :
- plus de 300 milliards d’euros ont quitté l’Espagne,
- plus de 275 milliards d’euros ont quitté l’Italie,
- près de 100 milliards d’euros ont quitté la Grèce,
- près de 100 milliards d’euros ont quitté l’Irlande,
- près de 70 milliards d’euros ont quitté le Portugal,
- 40 milliards d’euros ont quitté l’Autriche,
- 34 milliards d’euros ont quitté la Belgique,
- 32 milliards d’euros ont quitté la France,
- 7 milliards d’euros ont quitté la Slovaquie,
- 7 milliards d’euros ont quitté Chypre,
- 5 milliards d’euros ont quitté la Slovénie,
et même 600 millions d’euros ont quitté la minuscule île de Malte…

Et ces sommes phénoménales sont ALLÉES SE RÉFUGIER VERS LES « EUROS-REFUGES » :

- près de 650 milliards d’euros sont allés se réfugier en Allemagne, pour y devenir des créances sur la Bundesbank,

- plus de 133 milliards d’euros sont allés se réfugier aux Pays-Bas, pour y devenir des créances sur la Banque centrale néerlandaise,

- près de 130 milliards d’euros sont allés se réfugier au Luxembourg, pour y devenir des créances sur la Banque centrale du Luxembourg,

Pour donner un ordre de grandeur du phénomène, cela signifie que le Luxembourg a désormais une créance sur la BCE, gagée sur des euros venus des pays du sud, égale à environ 2 fois et demi son PIB annuel !


UNE SITUATION DE BLOCAGE TOTAL DUE AU REFUS DE WASHINGTON D’ADMETTRE LA DÉSAGRÉGATION INÉLUCTABLE DE SON EMPIRE

L’information qui précède confirme que, loin d’être « derrière nous », la crise de l’euro est toujours bien devant nous, comme je ne cesse d’ailleurs de le dire depuis la création de l’UPR.

Contrairement à ce qu’affirment les médias, la Grèce n’est que la partie émergée de l’iceberg sur lequel le Titanic européen s’est fracassé depuis la création de l’euro. Car les situations de l’Espagne, de l’Italie, de l’Irlande, du Portugal, de Chypre, pour se limiter aux cas les plus criants, suscitent une inquiétude de plus en plus vive dans les allées du pouvoir européiste.

Or cette évolution fatale, qui ne laisse aucun doute sur l’issue de l’euro à plus ou moins long terme, se heurte frontalement au déni de la réalité venu des États-Unis.

Comme on a pu le voir dans tous les médias occidentaux, le président américain a en effet réuni ses vassaux au G8 de Camp David pour leur intimer l’ordre, sans ambages, de tout faire pour que la Grèce reste dans la monnaie commune européenne.

L’empereur Obama – qui n’est lui-même que le jouet de l’oligarchie atlantiste – est même allé jusqu’à proposer d’envoyer une équipe de conseillers techniques au sommet européen informel d’aujourd’hui à Bruxelles afin de sauver la présence de la Grèce dans l’euro (Source).

La preuve a ainsi été apportée, une nouvelle fois, que ce sont bien les Américains qui sont derrière l’euro, comme derrière la construction européenne. Mes lecteurs me rendront cette justice que je ne cesse pas de le dire, également depuis des années, et cela malgré les omissions ou les dénégations de TOUS les autres responsables politiques français.

Si les dirigeants de Washington sont si inquiets, ce n’est pas seulement par la perspective de voir la situation politique et sociale grecque exploser, conduire à la sortie de l’euro, et provoquer une nouvelle crise économique et financière dans le monde occidental.

Non. Ce qu’ils craignent par-dessus tout, c’est l’effet domino : que la sortie de la Grèce de l’euro ne conduise très vite à celle de l’Espagne, puis de l’Italie, et finalement à l’effondrement de tout l’édifice, dans une dynamique qui aurait de très fortes chances d’entraîner avec elle l’Union européenne elle-même et tous les « acquis » de la domestication atlantiste du continent depuis 60 ans.

Ce que craignent les États-Unis, c’est d’assister à un phénomène comparable à ce que vécut l’URSS en 1989-1991 : l’implosion de tout son glacis géopolitique européen, fruit des accords des conférences de Potsdam, Téhéran et Yalta.

C’est pourquoi nous sommes dans une situation de blocage total. Les pays d’Europe ne peuvent ni rester dans l’euro, ni en sortir :
=> politiquement, économiquement, socialement et financièrement, l’utopie européiste est à bout de souffle et l’euro est en survie artificielle.
=> mais l’empire américain ne peut pas davantage se résoudre à voir disparaître ces instruments de sa domination sur les peuples d’Europe que l’URSS d’Andropov et de Tchernenko ne pouvait se résoudre à voir s’effondrer le Rideau de Fer.


L’EURO EST EN CHUTE LIBRE SUR LES MARCHÉS FINANCIERS

Cette situation de blocage se voit de plus en plus nettement et a un impact croissant sur les marchés financiers du monde entier.

Les bourses font le yo-yo sur un fond tendanciel à la baisse : Paris est revenu aujourd’hui autour de 3.000 points après une chute de -2,62 % et la bourse de Milan, qui s’est effondrée de -3,68%, est ce soir au plus bas depuis 3 ans.
(source)

Quant à l’euro, il se déprécie fortement depuis plusieurs jours. Il est tombé ( à 17 h 45 le mercredi 23 mai 2012) à 1,2576 euro pour 1 dollar, ce qui est le plus bas cours depuis près de 2 ans, le 13 juillet 2010.
(source)

Notons que, pour les « chartistes », la tendance apparaît comme très baissière et l’euro pourrait rapidement tomber au prochain « seuil de résistance » à 1,19 pour 1 dollar.

Cette chute est la bienvenue pour notre économie car elle va redonner un peu d’oxygène à notre industrie gravement handicapée par le taux de change exorbitant de l’euro (qui était monté jusqu’à 1,5990 à la mi-2008).

Je rappelle cependant que, comme je l’indique dans mes conférences sur l’euro, le taux de change de l’euro convenant à la compétitivité intrinsèque de l’économie française se situe aux alentours de 1 euro pour 1 dollar. Même si son niveau actuel est plus raisonnable, il reste surévalué d’environ 20 à 25% pour notre économie.

Je souligne aussi que l’euro a perdu -21,39 % par rapport au dollar depuis son plus haut historique de 2008. Il est significatif que les partisans de l’euro, qui n’avaient pas de propos assez apocalyptiques pour prédire la future chute du franc nouveau sur les marchés des changes si la France sortait de l’euro, restent d’un silence éloquent face à cette chute de l’euro.

Notons au passage la conséquence de cette évolution sur une sortie de la France de l’euro : plus l’euro baisse face au dollar, et plus la décote éventuelle du franc nouveau face au dollar et à l’euro rémanent serait faible (et plus la surcote du nouveau deutsche mark serait forte).

L’évolution en cours ôte donc aux européistes l’un de leurs seuls arguments : celui qui consistait à faire planer la menace d’un renchérissement fantastique du coût de la dette exprimée en euros, en cas de retour aux monnaies nationales.

Outre que cet argument pouvait être facilement démonté (un État, c’est-à-dire un peuple, peut toujours imposer un remboursement décoté), la baisse très sensible de l’euro a pour conséquence que la décote éventuelle du franc nouveau serait de plus en plus limitée, si même elle avait lieu.

Quant à l’intérêt des Allemands à revenir au deutsche mark, il est … de plus en plus fort ! Là aussi, les européistes jugent plus prudent de n’en point parler.


L’ALLEMAGNE SUPERSTAR

Ce dernier point n’échappe cependant pas aux spécialistes des marchés financiers.

Alors que la Grèce et l’Espagne sont obligées de consentir des taux d’intérêt de plus en plus élevé pour placer leurs obligations d’État, nos voisins d’outre Rhin ont réussi aujourd’hui un prodige : l’Allemagne a emprunté GRATUITEMENT sur le marché obligataire avec un coupon zéro, c’est-à-dire qu’elle ne paiera pas d’intérêt sur cette dette.

La Bundesbank, chargée de l’opération, a indiqué avoir levé 4,55 milliards d’euros d’obligations à deux ans. La demande a été à peu près 2 fois plus forte que l’offre : plus de 7,74 milliards d’euros d’offres ont été reçues. Du coup, le taux de rendement moyen, qui résulte du rapport entre l’offre et la demande, est ressorti à un niveau quasi nul (0,07%), un nouveau plus bas historique pour des obligations allemandes de ce type.

Pourquoi cela ?

- parce que les investisseurs savent que les euros qu’ils prêtent à la Bundesbank se transformeraient ipso facto en deutsche mark si l’Allemagne décidait de quitter l’euro et de revenir au mark.

- parce qu’ils savent aussi que leur mark grimperait alors par rapport à l’euro rémanent ou au dollar.

- et comme ils sont tellement nombreux à anticiper que cette explosion de l’euro et ce retour de l’Allemagne au deutsche mark pourraient bien intervenir dans les deux ans, ils sont prêts pour cela à prêter de l’argent gratuitement à l’Allemagne sur des obligations de cette maturité.

Comme certains investisseurs seraient prêts à aller plus loin encore pour se procurer des euro-créances allemandes, l’Agence financière allemande a jugé nécessaire, dans un communiqué officiel, de préciser qu’elle n’a pas « pour l’instant » l’intention d’émettre des obligations à des coupons négatifs : ce qui reviendrait à rembourser moins aux prêteurs que ce qu’ils ont prêté !

« Un coupon de 0% reste pour l’instant la limite » a dit l’Agence financière allemande. Quelle classe !

Mais cette déclaration « classieuse » en dit long sur les forces telluriques qui se sont accumulées souterrainement et qui laissent augurer un tremblement de terre monétaire de force 9 sur l’échelle des marchés financiers.

François ASSELINEAU

Suivez nos analyses et participez aux débats
site internet : www.u-p-p.fr 
page Facebook http://www.facebook.com/# !/upr.francoisasselineau
Twitter : https://twitter.com/# !/UPR_Asselineau

 

http://www.agoravox.fr/actualites/europe/article/va-t-on-vers-un-debut-de-panique-117346

 

 

F. ASSELINEAU ; La zone euro de mal en pis, désarroi ds les instances europ, Espagne, Italie, Grece

EN GRÈCE

Alors que des rumeurs avaient circulé pendant le week-end sur un possible « gouvernement de technocrates » qui aurait permis de ne pas reconvoquer des élections, la Grèce n’est toujours pas parvenue, ce lundi, à se sortir du casse-tête politique, économique et social dans laquelle l’a plongée l’euro.

La probabilité que la toute nouvelle assemblée nationale soit dissoute dans l’espoir de voir émerger une coalition majoritaire s’est donc encore accrue.

Mais ce pourrait être un remède pire que le mal aux yeux des européistes, qui craignent que tout cela ne débouche sur une majorité plus écrasante encore en faveur d’un rejet des plans de destruction du pays concoctés par la Commission européenne, le FMI et les grands établissements bancaires.

DANS LES INSTANCES EUROPÉENNES

Cette perspective de plus en plus chaotique en Grèce a conduit l’inamovible président de « l’eurogroupe », le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, à se livrer à un exercice de « langue de bois » digne de la Haute Époque brejnévienne. D’un coup de menton, cet européiste caricatural a affirmé devant la presse que « les pays membres de la zone euro ont l’intention inébranlable de conserver la Grèce dans l’union monétaire ».

Pour qui connaît les allées du pouvoir européiste, cette déclaration signifie exactement le contraire. Car M. Juncker n’aurait jamais affirmé pareille certitude si le problème, justement, ne se posait pas.

Il l’a d’ailleurs puérilement avoué quelques instants après, en critiquant violemment la « propagande » [sic !] de ceux qui évoquent la possibilité qu’Athènes soit exclu de l’euro. Il a ainsi éructé : « Nous sommes 17 États membres copropriétaires de notre monnaie commune, je n’envisage pas une seconde que la Grèce quitte la zone euro, c’est du non-sens, c’est absurde, c’est de la propagande. »

Notons au passage, pour les amateurs de précision, que M. Juncker parle bien de « monnaie commune » et non pas de « monnaie unique ». Cela confirme ce que j’expose depuis des années dans mes interviews et dans mes conférences. Cela prouve aussi qu’à la différence de certaines de nos « vedettes » de l’élection présidentielle (qui croyaient malin de proposer de transformer l’euro en… une monnaie commune, ce qu’elle est déjà !!), M. Juncker sait au moins comment fonctionne l’euro.

EN ESPAGNE

Un malheur n’arrivant jamais seul, on a appris le même jour que l’Espagne peinait à emprunter les 3 milliards d’euros dont elle avait besoin. Elle est parvenue à lever tout juste 2,903 milliards d’euros à 12 et 18 mois et elle a dû concéder des taux en hausse sensible sur les deux échéances : à 2,985% pour les bons à 12 mois (contre 2,623% le 17 avril) et à 3,302% pour les bons à 18 mois, (contre 3,110% à la même date).

Cette dégradation des conditions d’emprunt signifie que les marchés financiers sont de nouveau inquiets sur l’Espagne, et en particulier sur son secteur bancaire, sur la crise de l’immobilier espagnol, et sur l’impact de tout cela sur la BCE et sur l’euro.

On a en effet appris que la dette des banques espagnoles envers la Banque centrale européenne a atteint en avril un record historique, à 263,5 milliards d’euros. Ce montant témoigne de la difficulté extrême des banques espagnoles à recourir au marché (au lieu de la BCE) pour se financer. Le recours des banques espagnoles à la BCE, qui avait grimpé jusqu’à 131,9 milliards d’euros en juillet 2010, avait depuis régulièrement baissé, descendant jusqu’à 42,2 milliards en avril 2011.

Avec 263,5 milliards d’euros, il a donc été multiplié par 6 en un an !
C’est dire à quel point le climat de défiance des marchés financiers est général vis-à-vis de l’Espagne.

Pour tenter d’y porter remède, le gouvernement de M. Rajoy vient d’obliger les banques à provisionner dans leurs comptes encore 30 milliards d’euros supplémentaires en 2012. Les quatre plus grands établissements financiers espagnols (Santander, BBVA, CaixaBank et Bankia en voie de nationalisation partielle), devront à elles seules passer plus d’un tiers de ce montant (11,3 milliards d’euros).

Cette nouvelle exigence s’ajoute aux précédentes mesures introduites en février, qui imposaient déjà 53,8 milliards d’euros de provisions de plus en 2012 aux banques.

C’est dire que le gouvernement espagnol estime qu’il y a au moins 83,8 milliards d’euros de créances immobilières pourries dans le système bancaire du pays… La spéculation immobilière place ainsi notre voisin ibérique de plus en plus près du gouffre.

EN ITALIE

Enfin, cerise sur le gâteau immangeable de l’euro, on a appris ce 14 mai au soir que l’agence de notation Moody’s a décidé d’abaisser immédiatement la note de crédit de long terme de… 26 banques italiennes.

Les abaissements vont d’un à quatre crans, avec un cran pour les deux plus grandes banques du pays UniCredit et Intesa Sanpaolo, toutes deux ramenées à A3.

Plus grandiose encore, la perspective est négative pour toutes les banques concernées. Ce qui signifie que Moody’s envisage d’abaisser encore ces notes, si les problèmes de financement s’aggravent, en cas de récession prolongée ou encore en cas d’abaissement de la note de l’État italien.

Les notes des banques italiennes font maintenant partie des plus basses chez les pays européens avancés.

 

CONCLUSION

L’enfoncement de la Grèce dans le chaos a fait plonger toutes les bourses mondiales (Paris a perdu -2,3 % et Wall Street près de – 1%) et a fait baisser l’euro par rapport au dollar.

On imagine à peine ce qu’il en serait si c’était ensuite au tour de l’Espagne et de l’Italie de sombrer à leur tour dans « l’euro-chaos ».

Dans ce contexte d’effondrement général, la seule chose qui grimpe, c’est… le nombre des adhérents de l’UPR. Le flux d’adhésions à notre mouvement se poursuit de plus belle ; nous aurons l’occasion de faire le point prochainement pour nos lecteurs.

à lire également

.

 

Voir aussi :

 

Euro : Nigel Farage dénonce le jusqu’au-boutisme des élites de l’UE

 

.

 

Ruée sur les banques en Grèce... et en Espagne


- A Pampelune, les Espagnols courent avec les taureaux. A Athènes, les Grecs courent vers les banques. Oui, cher lecteur, une bonne vieille ruée vers les guichets des banques a lieu en Grèce.

http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

 

.

Taxe sur les transactions financières : un premier pas (vidéo)

by Patrick Le Hyaric

 

 

Le Marché impose la tendance et les médias commentent comme ils peuvent…

Espagne : Bankia s'écroule en Bourse, les clients retirent en masse leur argent

.

 

Croissance, bank run : l’oubli des leçons des années 1930

 


Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 09:08

 

Un réseau pédophile démantelé

Attention, nous avons UN réseau pédophile de démantelé et un seul, rien de bien brillant, pas même une vraie victoire… Cela revient à se réjouir de voir une allumette s’éteindre alors qu’un brasier de plusieurs hectares sévit à deux pas de là! Car même si ce réseau est HS, même s’il est mis à mal, qu’en est-il du principal? Qu’en est-il de celui qui comprend des magistrats, des politiciens, des avocats et bien d’autres personnes importants qui sont irrémédiablement protégées? Quid du réseau qui se trouve derrière Dutroux? Et je ne parle pas uniquement de ces politiciens français qui sont mouillés jusqu’au coup et qui ont reconnu leur tendances pédophiles! Quand aux coupables, ils le sont tous, par leur inaction comme par leur peur, présidents, policiers, journalistes, et même les présidents qui se sont succédé à la tête du pays (pour ne parler que de la France…): François Mittérand, Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy, François Hollande, ayez des couilles messieurs, et des vraies!!! Osez mettre devant les tribunaux ceux qui sont responsables de ces abominations!!!


Une cinquantaine de pédophiles présumés ont été identifiés par Interpol et plusieurs arrêtés lors d’une vaste opération ciblant des groupes utilisant les réseaux sociaux pour s’échanger des images pédophiles, a annoncé  l’organisation policière internationale.


Lors de cette opération au nom de code « Laminar », lancée par Interpol en octobre 2010 à l’initiative de la Nouvelle-Zélande, 12 enfants de moins de 13 ans ont été identifiés et mis hors de danger, dont trois au Royaume-Uni et un en Nouvelle-Zélande, a souligné dans un communiqué l’organisation basée à Lyon. 55 personnes soupçonnées de pédophilie ont été identifiées mais Interpol n’a pas précisé le nombre exact d’interpellations, l’opération étant toujours en cours dans plusieurs pays.

Echange de photos sur Facebook


En octobre 2010, la Nouvelle-Zélande avait alerté la cellule d’Interpol spécialisée dans les crimes contre les enfants après avoir découvert qu’un grand nombre d’images pédophiles étaient échangées via les réseaux sociaux, notamment Facebook, Socialgo et grou.ps.
Cette vaste enquête coordonnée par Interpol, avec notamment l’aide des services américains de l’Immigration, a permis d’identifier près de 80 groupes s’échangeant des images et des vidéo, dont certaines inédites, mettant en scènes des actes de pédophilie sur des enfants de moins de 13 ans, accompagnés de commentaires et de récits détaillés. Des responsables de Facebook ont également apporté leur aide et leur soutien, a souligné Interpol.
« On dit qu’internet n’a pas de frontières mais cela ne signifie pas que la loi ne s’applique pas et que les personnes commettant des délits sur le net ne seront pas identifiées », a commenté Mick Moran, d’Interpol.  »Il n’y a pas d’environnement sûr ou de zones anonymes pour des individus qui pensent qu’ils peuvent faire commerce et publier des images pédophiles sur la toile et cette opération doit servir d’avertissements à d’autres », a-t-il ajouté.
Les 20 pays concernés sont l’Australie, la Bosnie, le Brésil, le Chili, le Costa Rica, l’Angleterre, la Finlande, la France, l’Allemagne, l’Indonésie, l’Italie, le Mexique, la Norvège, l’Arabie Saoudite, l’Afrique du Sud, les Pays-Bas, la Tunisie, la Turquie, les Etats-Unis et le Vénézuela.

Source: Lefigaro.fr
sur ce site,

..

Partager cet article
Repost0
24 mai 2012 4 24 /05 /mai /2012 06:42

 

Nicolas_Sarkozy : l’étau judiciaire se rapproche dangereusement

Publié le24 mai 2012

3

 

logo_thalys.jpg?w=594François Hollande, en prenant le train Thalis pour se rendre à Bruxelles hier après-midi, a encore tué le symbole bling bling de Nicolas Sarkozy. C’est une constance. Oui, pour faire 250 kilomètres, en juillet 2011, la délégation française conduite par Nicolas Sarkozy s’était rendue à Bruxelles avec pas moins de trois avions long-courriers pour faire le voyage jusqu’à la capitale belge.

Le voyage Paris-Bruxelles prend une heure vingt en train à grande vitesse et coûte au maximum 141 euros en 1er classe et les prix varient entre cette somme et 22 euros le prix de départ (voir tarifs 1er classe à partir de 12h en dessous). Et on estime que l’heure de vol de l’A330 présidentiel revient environ à 20 000 euros ; celle d’un Falcon 7X revient à 7 700 euros. Faites les comptes, c’est sans commentaire…

Prix 1er Classe
Départ 12h55 14h25 14h25 15h25 16h01 16h01 16h55
A partir de 129.00 € 141.00 € 129.00 € 141.00 € 129.00 € 141.00 € 141.00 €
Durée 01h22 01h20 01h20 01h20 01h22 01h22 01h22
Voyagez avec THALYS THALYS THALYS THALYS THALYS THALYS THALYS

 

Cette fois-ci, c’est fini, bel et bien fini pour Nicolas Sarkozy qui passait son temps à parler de sécurité du président. Mais, ce n’est pas tout. Quand on voit la passe d’arme qu’il y a eu hier entre l’ancien premier-ministre François Fillon et Jean-François Copé le secrétaire général de l’UMP, on peut affirmer sans doute que le nom Nicolas Sarkozy ne se conjugue lus qu’au passé. 


le-monde.jpg?w=594Dans son édition du jour, 24 mai, Le Monde a titré que l’enquête sur l’affaire Bettencourt se rapprochait à pas de géant vers le petit Nicolas Sarkozy. Le marocain va-t-il avoir le courage de revenir ? On peut douter tellement, l’étau judiciaire qui se resserre s’annonce très éprouvant pour lui et ses proches dès la fin de son immunité présidentielle. Elle s’achève le 15 juin prochain. Il y aura des cris et des pleurs. De l’Elysée à la Santé ? Ce serait le scénario que même les meilleurs n’auraient jamais imaginé mais, les dossiers sont “lourds”.

 

#Nicolas_Sarkozy : l’étau judiciaire se rapproche dangereusement

 

 

Voir aussi :

La piste Sarkozy se préciserait dans l'affaire Bettencourt

 

Le pétrole saoudien aux mains du High Tech israélien

images_458.jpg

C’est l’histoire d’une idylle économique qui scelle l’alliance entre l’or noir saoudien et la technologie de pointe israélienne, c’est une belle romance d’aujourd’hui, dont l’alchimie peut paraître contre nature, mais pas sur l’échiquier mondial des petits arrangements entre drôles d’ennemis…

 

lire la suite

 

 

 

TERABYTES
L'écoute systématique des téléphones, c'est pour demain
L'analyse massive des conversations téléphoniques à peu de frais est désormais envisageable. (...) [ 312 mots] 5€

 

 

RENSEIGNEMENT SPATIAL
Pékin, nouvel arbitre du marché
Très dépendant des commandes d'Etats, le marché de l'imagerie satellite commerciale est durement touché par les baisses de budget des services de renseignement américains, et c'est désormais la Chine qui apparaît comme le principal donneur d'ordres de ce secteur fragilisé. (...) [ 551 mots] 8€

 

 

Orion : l’Observatoire de la défense
logo-orion_medium.jpg

 

L’Observatoire de la défense crée au sein de la Fondation Jean-Jaurès a pour ambition de relancer le débat sur notre défense et la défense européenne dans la perspective de la prochaine campagne présidentielle. Cet observatoire s’appuie sur l’expertise du réseau Orion, créé en 2002 et présidé par Louis Gautier , qui réunit des responsables politiques, des fonctionnaires civils et militaires, des universitaires et des experts.

Orion : l’Observatoire de la défense a vocation à devenir, pour la gauche française, un laboratoire d’analyse et de propositions dans les domaines de la réflexion stratégique, de la gestion des crises internationales et de paix, et en matière de politique militaire et d’armement.

 

http://www.jean-jaures.org/Publications/Orion-Observatoire-de-la-defense/Orion-l-Observatoire-de-la-defense

 

 

 

Où est le prétendu attachement à la laïcité de Manuel Valls ? Il dérive dangereusement vers le communautarisme le plus intolérable dans notre République... (note d'eva)

.

 

Manuel Valls salue la "symbiose entre la République et le judaïsme français"

valls_crif.jpg

Communautarisme électoral. Lundi soir, Manuel Valls, nouveau ministre de l'Intérieur et candidat aux législatives, a participé au dîner du CRIF organisé par la communauté juive de Marseille. L'élu socialiste y a tenu un discours particulièrement chaleureux comme en témoigne une vidéo mise aujourd'hui en ligne.


lire la suite

 

.

Adresse au président Hollande

index_136.jpg

La «déconcertante alliance» du Hezbollah et du général Michel Aoun, pour reprendre l’expression des analystes occidentaux, apparaît ainsi comme la résultante et la réplique de la «déconcertante attitude» des Occidentaux à l’égard des aspirations du monde arabe, particulièrement en ce qui concerne la Palestine et les Chrétiens d’orient.

lire la suite

 

Extraits ici :

 

(..) la criminalisation de la négation du génocide arménien aurait été exonérée de tout soupçon électoraliste si elle ne s’était pas accompagnée de la prime à la forfaiture turque (Alexandrette), d’une coopération stratégique cinquantenaire franco-turque, y compris contre l’indépendance de l’Algérie et d’une hostilité résolue de la France à l’égard des deux grands protecteurs des Arméniens, l’Iran, voisin et allié de l’Arménie à travers les siècles, et la Syrie, qui abrite le grand mémorial des Arméniens à Deir Ez-Zor, le lieu de pèlerinage annuel de la diaspora, le 23 avril.

Protectrice des chrétiens d’Orient, elle a facilité l’accès de son territoire aux Libanais fuyant les ravages de la guerre civile (1975-1990), mais elle a, dans le temps institutionnalisé et instrumentalisé le confessionnalisme politique, au mépris du principe de la laïcité et de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, un des principes fondateurs de la République française. Le montage confessionnel français aura été le déclencheur de cette guerre fratricide qui gangrène la vie publique nationale depuis l’indépendance du Liban il y a soixante dix ans avec des conséquences désastreuses sur la chrétienté arabe, particulièrement les Maronites, les alliés privilégiés de la France dans la zone.

Dans une inversion de tendance sans doute irréversible, le nombre des locuteurs francophones au Liban connu une baisse drastique au bénéfice de l’anglais, passant de 67 pour cent dans la décennie 1960 à 27 pour cent au début du nouveau millénaire, alors que l’exode des chrétiens du Liban atteignait un taux alarmant: 40 % des chrétiens libanais auraient quitté le pays depuis le début de la guerre, en 1975, quand bien même la diaspora déployée en Amérique du Nord (Etats-Unis, Canada), en Amérique latine, en Australie et en Afrique, a gardé des liens puissants avec la mère patrie.

Dans le même ordre d’idée, la mise à l’index du président libanais Emile Lahoud, dans la foulée de l’assassinat du premier ministre Rafic Hariri, en février 2005, le milliardaire libano saoudien ami du président français Jacques Chirac, a abouti à ostraciser l’unique dirigeant chrétien du Monde arabe. Un précédent lourd de conséquences pour l’avenir de la chrétienté arabe.

 

La «déconcertante alliance» du Hezbollah et du général Michel Aoun, pour reprendre l’expression des analystes occidentaux, apparaît ainsi comme la résultante et la réplique de la «déconcertante attitude» des Occidentaux à l’égard des aspirations du monde arabe, particulièrement en ce qui concerne la Palestine et les Chrétiens d’orient. Une alliance d’autant plus impérieuse pour «préserver le caractère arabe» qu’elle a brisé stratégiquement le clivage confessionnel islamo chrétien de l’équation libanaise.

 

Sous Sarkozy,

un double camouflet retentissant à la Turquie


Barrer à la Turquie la voie de l’Europe au prétexte qu’elle n’est pas européenne gagnerait en crédibilité si cet argument fallacieux s’appliquait également à sa présence au sein de l’Otan, le pacte atlantique dont elle n’est nullement riveraine. Sceller une Union transméditerranéenne sur la base d’une division raciale du travail, «l’intelligence française et la main d’œuvre arabe», selon le schéma esquissé par Nicolas Sarkozy dans son discours de Tunis le 28 avril 2008, augurait mal de la viabilité d’un projet qui validait la permanence d’une posture raciste au sein de l’élite politico-médiatique française, une posture manifeste à travers les variations séculaires sur ce même thème opposant tantôt «la chair à canon» au «génie du commandement» forcément français lors de la première guerre Mondiale (1914-1918), tantôt «les idées» du génie français face au pétrole arabe» pour reprendre le slogan de la première crise pétrolière (1973): «Des idées, mais pas du pétrole».

 

Substituer de surcroît l’Iran à Israël comme le nouvel ennemi héréditaire des Arabes viserait à exonérer les Occidentaux de leur propre responsabilité dans la tragédie palestinienne, en banalisant la présence israélienne dans la zone au détriment du voisin millénaire des Arabes, l’Iran, dont le potentiel nucléaire est postérieur de soixante ans à la menace nucléaire israélienne et à la dépossession palestinienne.

 

 

L’Union pour la Méditerranée, mort née, est apparue comme un dérivatif, un leurre qui trahissait les véritables intentions des Occidentaux à l’égard d’un pays certes membre de l’alliance atlantique, mais musulman, en ce que les Européens voulaient bien de la Turquie en tant que force supplétive de l’Occident mais pas tant en tant que membre de plein droit de la famille européenne.


Au ban de l’Europe mais pas au banc de l’Europe quand bien même jamais aucune puissance militaire musulmane n’avait été aussi loin dans sa collaboration avec l’Occident, nouant un partenariat stratégique avec Israël dans une alliance contre-nature conclue entre le premier Etat «génocidaire» du XX me siècle et les rescapés du génocide hitlérien.

Au-delà des constructions théoriques, le choix atlantiste de la Turquie reposait sur un pacte tacite conclu avec le camp occidental, fondé sur l’occultation de la responsabilité de la Turquie dans le génocide arménien en contrepartie de l’implication de ce pays de culture musulmane non seulement dans la défense du «Monde libre» face à l‘Union soviétique, mais aussi dans une alliance stratégique avec Israël contre le Monde arabe.

L’effet second de son adhésion à l’Otan répondait au souci des Etats-Unis de placer le contentieux gréco-turc, le binôme Athènes Constantinople, au delà le contentieux Islam-Chrétienté sous contrôle de l’Occident, en ce qu’Athènes constituait le berceau de la civilisation occidentale et Constantinople-Ankara, l’ultime empire musulman. Le déploiement de la Turquie sur la scène régionale du Moyen orient sur la base d’une diplomatie néo-ottomane véhiculée par un islam teinté de modernisme, en concurrence directe avec les intérêts des anciennes puissances coloniales, a conduit la France à se draper de son ancienne posture.

A l’épreuve des faits, la politique arabe de la France, dogme sacré s’il en est, s’est révélée être une vaste mystification, un argument de vente du complexe militaro-industriel français. Alexandrette, Sétif mais aussi Suez: Dix ans après la fin de la 2me Guerre mondiale, en 1956, de concert avec Israël et la Grande Bretagne, la France se livrera à une «expédition punitive» contre le chef de file du nationalisme arabe, Nasser, coupable d’avoir voulu récupérer son unique richesse nationale «le Canal de Suez».

Curieux attelage d’ailleurs que cette «équipée de Suez» entre des rescapés du génocide hitlérien (les Israéliens) et l’un de leur ancien bourreau, la France, qui aura sabordé sa flotte et sera sous Vichy l’antichambre des camps de la mort? Curieux attelage pour quel combat? Contre qui? Des Arabes? Ceux-là mêmes qui furent abondamment sollicités durant la Deuxième Guerre Mondiale pour vaincre le régime nazi, c’est-à-dire l’occupant des Français et le bourreau des Israéliens.


Véritable «porte-avions» américains en Méditerranée orientale, la Turquie a loyalement servi l’Occident, y compris la France, allant même jusqu’à se prononcer contre l’indépendance de l’Algérie, déniant, contre toute évidence, au combat des nationalistes algériens, le caractère de guerre de libération, allant même jusqu’à mettre à disposition de l’aviation israélienne ses bases militaires et son espace aérien pour l’entraînement de ses chasseurs-bombardiers en opération contre le monde arabe.

La mise en route du projet de loi sur la criminalisation de la négation du génocide hitlérien, si elle a paru répondre au premier chef à des considérations électoralistes, a eu pour première conséquence la rupture de la coopération entre les deux parrains essentiels de l’opposition syrienne, plaçant les deux pays artisans du démembrement de la Syrie en position de guerre larvée. Curieux retournement de vieux complices.


Le déclassement de la France

dans la hiérarchie des puissances

 

Première puissance continentale de l’Europe, au début du XX me siècle, à un moment où l’Europe était le centre du monde, la France sera relégué au 9me rang des puissances mondiales à l’horizon de l’an 2017, dont la dégradation de sa notation économique de triple A à double A en est le signe précurseur.


Sans doute imputable à la montée en puissance des grands ensembles (Chine, Inde), à la perte de son empire, cette relégation est tout autant imputable aux déboires militaires français ininterrompus depuis plus d‘un siècle, de la défaite de Waterloo (1815) à la défaite de Fachoda, de l’expédition du Mexique (1861-1867) à l’expédition de Suez (1956), de la capitulation de Sedan (1870), à la capitulation de Montoire (1940à à la capitulation de Dien Bien Phu HU (1954), du coup de Trafalgar au sabordage de Toulon (1942), aux déboires économiques, du Crédit Lyonnais, d’Elf Aquitaine, à France Télécom, au Gan à Dexia, aux marchés d’Ile de France et aux frais de bouche, ainsi qu’à cette fameuse exception française qui fait qu’en un quart de siècles, la France aura perdu 40 pour cent de parts de marché au niveau du commerce mondial, entraînant la fermeture de 900 industries, une réduction drastique du nombre des ouvriers de 6 millions à 3,4 millions avec l’augmentation corrélative du nombre des chômeurs de l’ordre de 4 millions, l’un des plus élevés d’Europe. Sans la moindre remise en question, sans la moindre remise en cause.

Une décote qui sanctionne la perte de 40 pour cent de part de marchés en un quart de siècle et signe le déclassement de la France au rang des puissances moyennes, un niveau sensiblement équivalent à celui de la Turquie, nouvelle puissance régionale au Moyen Orient, en concurrence directe désormais avec la France. Un déclassement qui signe du même coup huit siècles après les capitulations de Soliman le Magnifique, la capitulation de la France dans la hiérarchie des puissances mondiales.

Sous la mandature Sarkozy, la France a ainsi asséné en moins d’une décennie à la Turquie deux camouflets majeurs: l’interdit européen et la criminalisation du génocide arménien. La Syrie, leur point de convergence et de connivence au XXème siècle, aura été leur point de percussion au XXIème siècle. Un résultat imputable à une politique de duplicité générée par une posture proto-fasciste inhérente à tout un pan de la société française, fondée, non sur une vision prospective, mais sur les présupposés idéologiques d’une classe politique compulsive animée d’une pensée convulsive.

L’Occident, particulièrement le bloc atlantique, est redevable d’une part de sa victoire sur l’Union soviétique au Monde arabe et musulman dont il aura soutenu toutes les équipées même les plus aberrantes, compromettant ses intérêts à long terme, que cela soit contre l’empire soviétique, hier, contre l’Iran, aujourd’hui, quand bien même cet Occident-là aura été l’adversaire le plus implacable des aspirations nationales du Monde arabe depuis près d’un siècle, à Mayssaloune-Alexandrette (Syrie), à Sétif (Algérie), à Suez (Egypte), à Bizerte (Tunisie) et naturellement la Palestine, la plus importante opération de délocalisation de l’antisémitisme institutionnelle européen en terre arabe.


A la tête d’un état dégradé, expurgé toutefois des transfuges malfaisants, le prochain président post sarkozyste de France se devra d’être le président de la solidarité nationale et de la réconciliation post coloniale. A Alger, à Dakar voire même à Damas, et non le président des stocks options et d’un atlantisme fébrile au service du sionisme…. au Kurdistan, au sud Soudan, en Libye et à Gaza.


Notes:

1-La documentation Française/ Monde arabe- Machreq Maghreb, revue trimestrielle N°152 (Avril-Juin 1996) «La politique musulmane de la France» sous la direction d’Henry Laurens.

2-«Du Bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français» René Naba Editions Harmattan. 2002.

3- Paris 2 novembre 1915 (Archives du ministère des affaires étrangères) Instructions d’Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères (1862-1932) à Georges Picot, consul de France à Beyrouth. Document publié dans «Atlas du Monde arabe géopolitique et société»

par Philippe Fargues et Rafic Boustany, préface de Maxime Rodinson (Editions Bordas)

.

L'Irlande sanctionne Israel

L'Irlande sanctionne Israel


IRIB-Le ministre irlandais des AE a promis de boycotter les produits made in Israel et d'empêcher l'entrée en eurozone des ressortisants israéliens impliqués dans des violences anti palestinienne au cours de sa présidence à la tête de l'UE.

Imon Guilmor a menacé de boycotter la vente des marchandises importés d'Israel dans tous les pays de la zone euro si l'entité sioniste ne changeait pas de manière concrète ses politiques.

unknown.gif http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/189687-l-irlande-sanctionne-israel

 

 

Lien : http://www.alterinfo.net/notes/L-Irlande-sanctionne-Israel_b4251592.html

 

 

 

 

Le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov
17:06 19/05/2012
MOSCOU, 19 mai - RIA Novosti

La Russie n'a pas besoin d'un désarmement qui pourrait affaiblir son potentiel militaire, a annoncé samedi le vice-ministre russe de la Défense Anatoli Antonov dans une interview à la radio Echo de Moscou.

"Le désarmement en tant que tel ne sert à rien. Nous n'avons pas besoin d'un désarmement qui affaiblirait notre pays. Nous avons besoin d'un désarmement qui renforcerait la sécurité nationale de la Russie", a-t-il déclaré.

D'après le vice-ministre, le concept de destruction mutuelle garantie constitue toujours un des éléments clés de la sécurité internationale. Selon ce concept, en l'absence de systèmes de défense antimissile, le pays qui utiliserait l'arme nucléaire en premier serait nécessairement anéanti par une frappe de rétorsion.

"Aussi terrible qu'il paraisse, ce concept permet de prévenir une guerre nucléaire. Or, dès que ce concept est abandonné, on commence à se faire une illusion en croyant qu'une guerre nucléaire pourrait être gagnée. C'est une illusion dangereuse, et le système de défense antimissile est susceptible de la créer. Et alors la stabilité stratégique serait rompue", a expliqué M. Antonov.

 

 

Lien : http://fr.rian.ru/defense/20120519/194766336.html

 

La Chine condamne les pays déployant le bouclier antimissile en tant qu'intimidation  23/05/2012

La Chine condamne les pays déployant le bouclier antimissile en tant qu'intimidation



La Chine n'accepte pas la position des pays qui déploient le système de défense antimissile pour intimider d'autres Etats, a déclaré le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Chen Gopin ayant ajouté que le président de Russie Vladimir Poutine et le président de Chine Hu Jintao discuteraient du bouclier antimissile en Europe lors de leur prochaine rencontre. « Les positions de la Chine et de la Russie là-dessus convergent entièrement », a-t-il ajouté.

Précédemment les militaires russes ont lancé depuis le cosmodrome de Plessetsk un nouveau missile balistique intercontinental capable de surmonter les systèmes de défense antimissile.

unknown.gif http://french.ruvr.ru/2012_05_23/Chine-bouclier-antimissiles/

 

Lien : http://www.alterinfo.net/notes/La-Chine-condamne-les-pays-deployant-le-bouclier-antimissile-en-tant-qu-intimidation_b4275914.html

 

.

 

favicon.ico
Total déstabilisé en Libye : Les Américains passent ils à l’offensive ? - Les américains passent-ils à l’offensive pour placer leurs multinationales pétrolières en pôle position en Libye. Les enquêtes déclenchées, récemment, par .
.

Portrait d’un « terroriste » algérien

par XXX, ami du blogue Dans le portrait qui suit, à quelques détails près, beaucoup se reconnaitront. Quand ils n’ont pas disparus. Avant d’être classé « terroriste », il avait été un enfant joyeux et un adolescent jovial, avec en permanence, [...]

Lire la suite

 

 

Mohamed Merah

images_459.jpg

Prenez un article du Monde en date du 16 mai dernier, qui semble, de prime abord, parfaitement objectif et purement informatif, et puis en y regardant de plus près, vous percevrez en filigrane l’expression d’une condescendance teintée de suspicion, qui projette la vision d’un néo-orientalisme aux effets insidieux.

lire la suite

Lire la suite

 

.

3f8d2ec3b6c88cfd29902e8f06e63315?s=50&d=

Golfe du Mexique : les photos que vous ne deviez pas voir..

by bodyspiritzen

14 mai 2012 Posté par voltigeur sous Écologie, environnement et animaux 4 commentaires On se doutait bien que les cachotteries seraient révélées! le massacre continue en silence, sans parler de complot, il est important pour nous, de savoir la vérité, mais ça ne ferait pas les affaires de ces assassins patentés de la nature avec la complicité [...]

Lire la suite.

Libye : Tentative d’assassinat de deux membres du CNT  

Libye : Tentative d’assassinat de deux membres du CNT

L’Observatoire libyen des droits de l’Homme a condamné lundi dernier la tentative d’assassinat de deux membres du Conseil national de transition (CNT) et souligné la nécessité de rejeter toutes les formes de violence et de respecter la légalité. Dans un communiqué publié à Benghazi, l’Observatoire a appelé tous les Bataillons armés à renoncer à la violence et se placer sous la bannière du ministère de la Défense pour construire une armée nationale libyenne.

Le journal ‘ Barniq’, paraissant à Benghazi, a révélé dans son édition hebdomadaire que deux membres du CNT, Fathi Al-Baaja et Khaled Al-Saeh ont été victimes à la veille du week-end dernier d’une tentative d’assassinat à l’aéroport de Benghazi perpétrée par un groupe armé qui les attendait. Le journal ajoute que cette tentative est survenue un jour après les coups de feu tirés contre la voiture du directeur de l’hôpital de Benghazi, Fathi Al-Jehani.

L’Observatoire libyen des droits de l’Homme a fait assumer aux ministères de l’Intérieur et de la Défense la responsabilité de fournir la protection nécessaire aux personnalités politiques de l’Etat. Les observateurs à Tripoli ont noté le début d’un grand déploiement des éléments de la sécurité nationale du ministère de l’Intérieur dans plusieurs points stratégiques dans les environs de la capitale Tripoli, avec l’approche de la date des premières élections démocratiques dans le pays qui se tiendront le 19 juin pour élire un Congrès national de 200 membres.

L’Observatoire estime que de telles opérations et l’escalade de la violence pourraient menacer le processus de transition démocratique et a appelé à la poursuite des auteurs de ces incidents et à leur demander de rendre compte. Des éléments armés non identifiés ont assassiné la semaine dernière Khaled Abu Khatoua, candidat de la ville Murzouk (sud) au Congrès national, quelques heures seulement après avoir déposé sa candidature à la circonscription d’inscription des électeurs de la ville, rappelle-t-on.

 

Le roi Abdallah au président Sleimane: je crains pour les Sunnites..!!  

Le roi Abdallah au président Sleimane: je crains pour les Sunnites..!!

Dans son message adressé au président libanais Michel Sleimane, le roi saoudien Abdallah bin Abdul Aziz a non seulement souligné la gravité de la situation au Liban, mais il a rappelé l’influence de l’extérieur sur sa composition fragile et sa volonté d'intervenir directement lorsque le besoin s'en fait ressentir afin de redéfinir les règles du jeu et délimiter des lignes rouges.

Selon le quotidien asSafir, il était clair que le roi a adopté un double langage à travers sa lettre : dans un premier temps et pour la première fois, l’Arabie saoudite adopte un ton sévère et ferme en exprimant « sa préoccupation que l’une des principales communautés qui composent le tissu social de la République libanaise soit visée» en allusion à la communauté sunnite.

« Un ton inhabituel dans le discours saoudien vis-à-vis du Liban, surtout qu’il suggère que l'une des communautés libanaises (sunnite) jouit de la protection du royaume face à toute menace (sans définir la nature de cette menace)" ! poursuit asSafir.

Cependant, après cette mise en garde du danger des conflits sectaires et de la menace d’une de guerre civile, le roi Abdallah adoucit le ton en exprimant sa confiance envers la sagesse du président Sleimane..

« Nous comptons sur la sagesse de Votre Excellence pour mettre fin à la crise et relancer le dialogue national libanais sous votre patronage, sans compter votre souci d'écarter la scène libanaise des conflits externes, en particulier de ce qui se passe chez votre voisin la Syrie », écrit le monarque saoudien.

Selon asSafir , on pourrait faire valoir que le roi de l’Arabie saoudite semble dans cette partie de son message en accord avec les trois dirigeants libanais : son soutien aussi bien à la reprise du dialogue qu'à la politique de distanciation adoptée par le gouvernement de Najib Mikati, ce qui semble une position en contradiction avec celle des alliés de Riyad, notamment le chef du courant du Futur Saad Hariri, qui non seulement refuse de reprendre le dialogue ou s’oppose à la politique libanaise de distanciation envers la Syrie, mais qui ne cesse d’exiger la démission de Mikati.

Toujours selon asSafir, l'ambassadeur saoudien à Beyrouth Ali Awad Assiri a rapporté au président Souleiman de la part de la direction saoudienne, son encouragement à la reprise du dialogue entre les parties libanaises. Selon des informations propres à asSafir, le Président de la République libanaise a discuté de sa prochaine visite à Riyad, suivi par probablement de la reprise du dialogue.

Source: asSafir
http://www2.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=65209&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=23&s1=1 http://www2.almanar.com.lb/french/adetails.php?eid=65209&cid=18&fromval=1&frid=18&seccatid=23&s1=1

.

JO-2012 et Danemark : Une gifle au Sionistan  

JO-2012 et Danemark : Une gifle au Sionistan

La cérémonie d'ouverture des jeux Olympiques de Londres ne sera pas ponctuée par une minute de silence commémorant la mort des 11 athlètes israéliens tués il y a 40 ans lors des JO de Munich, comme le réclamait l'entité sioniste.

Lors d’une déclaration faite mardi à Québec, une porte-parole du CIO qui indique que la décision avait été prise en concertation avec le Comité olympique israélien, ajoute que « ce n'est pas à proprement parler un refus d'organiser une minute de silence".

Réaction virulente du vice-ministre israélien des affaires étrangères Danny Ayalon , qui sur le site du ministère "cette réponse est inacceptable et contredit les principes de fraternité sur lesquels l'idéal olympique est censé reposer. Les assassinats terroristes des athlètes israéliens ne furent pas seulement une attaque envers des gens en raison de leur nationalité ou de leur religion, ce fut une attaque contre les jeux Olympiques et la communauté internationale", peut-on lire dans ce communiqué.

"Il est donc nécessaire pour les jeux Olympiques de commémorer cet événement lors de leur ouverture plutôt que dans une cérémonie marginale", poursuit le ministre qui avait réclamé fin avril au CIO d'inclure une minute de silence dans la cérémonie d'ouverture des JO de Londres. Il conclut en espérant que l'autorité olympique reviendra sur sa décision.

Pendant ce temps, plus aux nord, le Danemark vient d’annoncer que "le gouvernement est en train de préparer un système d'information basé sur la participation volontaire des commerçants répertoriant les produits alimentaires issus de colonies israéliennes".

Le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères danois précise que "c'est un pas qui montre clairement aux consommateurs que ces biens là sont produits dans des circonstances qu'un gouvernement danois, ainsi que d'autres gouvernements européens, refusent. Et il appartient ainsi aux consommateurs de décider s'ils veulent acheter ces biens ou pas".

"Je crois vraiment que ces indications auront un effet assez direct et important sur les importations mais dans quelle mesure précisément, il est impossible de le calculer", ajoute t-il.

Les modalités de ce projet ne sont pas encore décidées mais "le Danemark s'inspire de la Grande-Bretagne" qui a pris des mesures conseillant aux supermarchés du Royaume-Uni de faire la distinction entre les produits alimentaires qui viennent des colonies et les produits palestiniens, a informé Ellermann-Kingombe.

Notons que l’Afrique du sud a emboité le pas de la grande Bretagne en annonçant son souhait d’étiqueter le code de la Palestine pour les produits en provenance des colonies.

http://www2.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=19&frid=19&eid=65329 http://www2.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=19&frid=19&eid=65329


Projet de coup d'Etat, en Egypte?  

Selon certaines sources d'information, le triangle Qatar/GB/USA projette de perturber l'Ordre constitutionnel et de tourner l'issue des élections présidentielles à leur avantage.
Au terme des dizaines de rencontres entre les membres du Conseil militaire au pouvoir et les représentants du Qatar, de la GB et des Etats Unis, un projet de coup d'état a été peaufiné. au clair il s'agit de renverser via un putche militaire le président élu si celui ci est un Islamiste. Doha a accueili cette semaine une réunion où participaient le chef des services secrets egyptiens Mourad Movafi et les représentanst des pays précités. le scénario des fraudes éléctorales a toutefois la priorité et les comploteurs se passeraient bien d'un recours à la force.
 

Palestine : La prisonnière Jarboni transférée à l'hôpital

Cols bleus de Québec : la grève du zèle commencera jeudi

Grèce/Euro : risque de "contamination" (FMI)

Liebermann déclaré « personne non grata » en Grande Bretagne  

Liebermann déclaré « personne non grata » en Grande Bretagne
IRIB-Des association et célèbres personnalités pro-palestiniens ont protesté contre la visite du terroriste, ministre des affaires étrangères de l’ennemi occupant, Avigdor Lieberman en Grande Bretagne, connu pour son racisme et ses positions d’extrême droite, qui projette assister à une soirée au « Pillar Hotel », ..
..à Londres, organisée par le Fonds National Juif, principale organisation chargée d’organiser le vol des terres dans les territoires palestiniens occupés. Les militants pro-palestiniens et les associations britanniques ont appelé à rassemblement devant le Pillar Hotel, pour contester contre cette visite et dire non aux criminels de guerre dans leur pays et soulignent que Lieberman est celui qui a appelé au meurtre de masse des Palestiniens en les "noyant dans la mer rouge".
Pour noter que Lieberman est représente actuellement le parti d’extrême droite "Yisrael Beiteinu", ainsi qu’il faisait auparavant partie de l’organisation terroriste "Kach".
Le journaliste israélien Gideon Levy a dit de lui et de ses troupes qu’ils "surfaient sur les vagues de haine des Arabes, haine de la démocratie et du droit, ainsi que sur la puanteur du nationalisme, du racisme et de la soif de sang".
IRIB

 

 

Nouvelles armes russes livrées au Venezuela  23/05/2012


Nouvelles armes russes livrées au Venezuela
IRIB- Un nouveau lot d'armes russes armes arrivera prochainement au Venezuela, a déclaré mardi le président vénézuélien Hugo Chavez.
« Sans l'aide de la Russie, nous n'aurions pas cette puissance militaire dont nous disposons aujourd'hui », a indiqué M. Chavez à la télévision nationale. Il s'agit des livraisons dans le cadre du plan visant à renforcer l'armée vénézuélienne avec des armes modernes. M. Chavez a également souligné sa confiance dans le « soutien tous azimuts de la Russie et de la Chine ».
IRIB

 

Voir aussi :



L'amerique et ses bombes...

 

Lorsqu’ils ont bombardé la Corée, le Vietnam, le Laos, le Cambodge, El Salvador et le Nicaragua, je n’ai rien dit, je n’étais pas communiste.

Lorsqu’ils ont bombardé la Chine, le Guatemala, l’Indonésie, Cuba et le Congo, je n’ai rien dit, je n’étais pas au courant.

Lorsqu’ils ont bombardé le Liban et la Grenade, je n’ai rien dit, je n’y comprenais rien.

Lorsqu’ils ont bombardé le Panama, je n’ai rien dit, je n’étais pas un trafiquant de drogue.

Lorsqu’ils ont bombardé l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan, la Somalie et le Yémen, je n’ai rien dit, je n’étais pas un terroriste.

Lorsqu’ils ont bombardé la Yougoslavie et la Libye pour des raisons « humanitaires » je n’ai rien dit, cela avait l’air d’être une bonne raison.

Quand ils sont venus me bombarder, il n’y avait plus personne pour me défendre. Aucune importance, puisque j’étais mort.

C’est devenu un cliché que d’accuser les Etats-Unis de choisir comme cibles les gens de couleur, ceux du tiers-monde ou les musulmans. Mais il ne faut pas oublier qu’une des plus longues campagnes de bombardement américaines féroces des temps modernes – pendant 78 jours consécutifs – fut menée contre les habitants de l’ex-Yougoslavie : blancs, européens et chrétiens.

Les Etats-Unis sont pour l’égalité des chances, lorsqu’il s’agit de bombarder. Les seules conditions requises pour devenir une cible sont : a) constituer un obstacle – n’importe lequel – à la volonté de l’Empire Américain ; b) être virtuellement sans défense contre les bombardements aériens.

« Nous ne voyons jamais le feu et la fumée, nous ne sentons jamais l’odeur du sang, nous ne croisons jamais les regards terrorisés des enfants dont les cauchemars seront désormais hantés par des missiles hurlants tirés par les terroristes invisibles, connus sous le nom d’Américains »

La NASA a annoncé une nouvelle mission spectaculaire, le lancement d’une fusée qui voyagera pendant 4 ans pour se poser sur un astéroïde où elle prélèvera un peu de poussière de la surface et ramènera sa précieuse cargaison sur la Terre, où des scientifiques l’examineront pour trouver des indices sur les origines de la vie. Une véritable histoire de science-fiction. Cela dit, à titre personnel je considérerais comme une prouesse bien plus grande pour l’humanité la possibilité de mettre fin à tous les bombardement américains et à toutes leurs guerres, et inculquer un peu d’humilité à la Sainte Trinité – les Etats-Unis, l’Union Européenne et l’OTAN – qui ne reconnaissent aucun pouvoir supérieur et qui croient qu’ils ont littéralement le droit de faire partout dans le monde ce qu’ils veulent, à qui ils veulent, aussi longtemps qu’ils le veulent, et de qualifier leur action d’un nom choisi au hasard, « humanitaire » par exemple.

La chute de l’Empire Américain offrirait un nouveau départ pour le peuple américain et le monde qui souffrent depuis si longtemps

D'aprés un article de William BLUM

2ccr.unblog.fr/2012/05/18/lamerique-et-ses-bombes/">http://2ccr.unblog.fr/2012/05/18/lamerique-et-ses-bombes/

 

.

Le Marché impose la tendance et les médias commentent comme ils peuvent…

eurozone.jpg?w=645Jusqu’ici, à chaque fois que les marchés financiers européens et l’euro étaient chahutés, les moulins à propagande de la pensée unique expliquaient que le scénario du retrait de la Grèce de la zone euro devenait une rumeur persistante. Avant vendredi dernier, l’explication était toujours de mise pour justifier le nouveau plongeon de ces mêmes marchés d’actions et de l’euro, puis… renversement de tendance.

Pourtant, le commissaire au Commerce Karel De Gucht explique à un journaliste du quotidien belge De Standaard que «la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE) travaillent sur différents scénarios dans le cas où la Grèce devrait quitter la zone euro». Dans le même temps, une porte-parole du ministère allemand des Finances avouait que Berlin se préparait à toutes les éventualités. Mais le ministre des Finances allemands, probable successeur de J.C. Juncker, président de l’Eurogroupe, affirmait que tout irait bien mieux dans les deux prochaines années (!) et qu’il n’était pas question d’abandonner la Grèce…  Bref, les valeurs bancaires remontaient la pente et tiraient les indices vers l’équilibre. Qu’en conclure ? Difficile… Une certitude cependant : le Marché imprime une tendance et ensuite… les médias publient des ‘explications’ pour rendre le mouvement logique au quidam qui croit et ne jure que par ce qui est écrit dans le journal… Tout le monde sait bien qu’en dehors du grand journal, on risque de se faire embobiner par les thèses dites complotistes.

En attendant, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement se méfie de ses propres projections, avertissant que l’art de la prévision est devenu aléatoire. “Une récession de l’ensemble des pays de l’Europe centrale et orientale dans les douze prochains mois est possible si la crise en zone euro empire encore, ou si la région connaissait un choc pétrolier…”.

 

 

..

Normal_Brannerite_in_rock_with_pyrite_Titanium_uranium_thor.jpgUranium et Thorium, scandale en puissance chez les militaires 

(vidéo sur le site)


Voici un reportage nous montrant les dangers de l’uranium et du thorium à des fins militaires. Ceci se passe chez nous, en Europe avec des tirs d’entrainements; alors imaginez quelles sont les conséquences en Irak, au Liban et ailleurs où nous avons utilisés ces métaux lourds. Un véritable scandale que veulent éviter les militaires, les états et même l’OTAN.

 

Source; realinfos

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche