Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:31

 

L'euro est mort

 

Je lisais hier soir un article du grand Soir, intitulé La Grèce ne peut plus différer sa sortie de la zone euro et tiré d'un billet du périodique allemand Der Spiegel.
On pourrait presque dire que ce (long) article en raconte plus sur le Spiegel et les autres journaux "officiels", que sur la Grèce elle-même. Considérer comme catastrophique que la libéralisation des emplois ne fonctionne pas dénote clairement combien ces périodiques sont obnubilés par le TINA : les exemples ne manquent pourtant pas, ils abondent, des effets ultra-pervers de cette option. Qu’une réorganisation soit nécessaire en Grèce, chacun peut en convenir. Que celle-ci passe en fait par la libéralisation, soit l’institution même de la pagaïe, dénote un lamentable exemple d’humour totalement involontaire.
Une reprise en main socialiste (dans le vrai sens du mot socialiste) intelligente peut fort bien sauver une situation que l’Europe bruxelloise et francfortaise rend de jour en jour plus difficile. Il suffit d’un homme à poigne qui emploie de force les pléthoriques hauts fonctionnaires à se rendre sur le terrain pour recenser gens, possessions et entreprises sous peine de leur couper les salaires.
J’imagine assez la tête d’Angela Merkel, si de telles mesures voient le jour. "Oh, shocking !" comme déploreraient les compassés habitués de la City of London...
Quant à l'euro...
A mon avis, les autorités US ont intérêt à un euro fort : cela leur permet d'écouler leur camelote à des prix plus compétitifs (comme leurs avions théoriquement, comme leurs armes aussi). C'est une stratégie similaire à celle de la Chine qui s'accroche pour garder un yuan faible (avec de plus en plus de difficulté d'ailleurs).
Un rouage grince : j'ai lu récemment que loin de tout fabriquer, la Chine assemble beaucoup de pièces conçues et fabriquées ailleurs, y compris en Allemagne. Cela amène les produits finis avec un coût dont la part de marge chinoise devient de plus en plus ténue. Comme la part du marché intérieur augmente, les rentrées de devises se raréfient à moins de trouver de nouveaux débouchés. De plus en plus difficile, là aussi.
Comme tout est lié (imprudemment) sur cette planète, il est assez clair que tout le monde fonce dans le mur, y compris l'Allemagne, y compris la Chine. Le Grand Marché Global se prépare à être un désastre. Merkel en est-elle consciente ? Les pontes de Bruxelles, Van Rompuy, Barroso, l'ont-ils mieux compris ?
L'euro peut rester, par commodité, la monnaie commune. En revanche, il ne peut plus prétendre à garder son statut de monnaie unique. Le "gardien du temple" à Francfort ne défend plus qu'un système condamné. Se contenter de bloquer l'inflation est ridiculement insuffisant. La FED a une stratégie plus souple, s'appuyant sur une politique unique loin des énormes disparités européennes. L'euro tel qu'il a été institué est déjà mort. Qui osera l'annoncer ?
C'est pourquoi il importe peu que la Grèce conserve l'euro. Ce qui importe, c'est la façon dont celui-ci va évoluer, ou pas, dans sa zone de référence.  S'il reste avec ses spécificités actuelles, il va éclater sous peu au grand jour. Il a déjà rendu le dernier souffle.
.
.

Crise en Grèce, censure sur Arte ? (lettre ouverte de Vicky Skoumbi)

Posted: 22 May 2012 12:42 AM PDT

Arte pris en flagrand délit de censure ! (Note d'eva)

"Je viens de visionner l’émission telle qu’elle a été diffusée et j’en crois pas à mes yeux : le passage où je disais que l’aide accordée à la Grèce a été en réalité une aide aux créanciers du pays, et que les plans de sauvetage successives ont été conçus pour protéger les créanciers d’un défaut éventuel de la Grèce, tout en plongeant le pays à une récession de l’ordre de 20% et en le menant tout droit à la faillite, a tout simplement disparu ! Si vous regardez attentivement, vous constaterez les traces de coupure par des enchaînements assez abrupts et la non fluidité de la parole après la première intervention de Benjamin Coriat." Dans le même style : :
  1. Lettre de l’union des photo-journalistes grecs [traduction] L'Union des photo-journalistes de Grèce accuse la nouvelle attaque barbare et non provoquée de la MAT (1) contre les collègues qui ont couvert la manifestation d'hier et d'aujourd'hui à la...
  2. Lacrymos, chômage et bakchichs… La vie dans la Grèce en crise (Depuis Athènes) Depuis des mois, la population grecque manifeste. Elle s'organise. Elle s'informe. Elle enchaîne les grèves. Depuis des mois, chaque manifestation se termine par un tir massif de gaz...
  3. Comment les multinationales ont exploité la Grèce [Lettre de Georges Floras] [traduction] Entre 2000 et 2010, la Grèce a, en effet, dépensé plus que ce qu'elle a produit. Malheureusement, les grandes multinationales ont profité de cela pour faire un profit facile sur...

Conférence de presse d’Alexis Tsipras avec le Front de Gauche

Posted: 22 May 2012 12:27 AM PDT

Alexis Tsipras était en France hier pour rencontrer le Front de gauche. Il sera aujourd'hui en Allemagne pour rencontrer les cadres de "Die Linke". A la recherche d'appuis en Europe, Alexis Tsipras est dans une volonté d'expliquer le réel programme du Syriza, bien loin des mythes (encore !) qui ont circulé un peu partout. Dans le même style : :
  1. Nouvelles agressions violentes et délibérées contre la presse [RSF] « L’accalmie aura donc été de courte durée. La police anti-émeutes, sur la sellette depuis les exactions de l’été et de l’automne dernier, semble avoir retrouvé ses réflexes répressifs. Le...
  2. [Flash] Nouveau sondage en Grèce : Syriza toujours en tête, l’Aube dorée recule Nouveau sondage en Grèce : SYRIZA : 20,2% Nouvelle Démocratie : 17,3% PASOK : 11,6% Grecs indépendants : 8,4% Gauche démocratique : 4,3% ΚΚΕ : 4,2% Aube dorée : 3,7%...
  3. [Live] – Grèce : vers un nouveau gouvernement de technocrates ? La rumeur court depuis ce matin. La rencontre entre le président Karolos Papoulias les leaders des trois premiers partis, Venizelos, Samaras et Tsipras s'est terminée et aucun des trois n'a...

Pari gagné sur les obligations grecques pour un “Fond Vautour”

Posted: 21 May 2012 12:33 PM PDT

Lorsque la Grèce a annoncé mardi qu’elle exécuterait le paiement de 436 millions € aux investisseurs qui avaient refusé l’accord historique de restructuration volontaire de la dette du pays en mars, la décision ne suscita aucune surprise. Après tout, avec un gouvernement en pleine débandade et des investisseurs méfiants envers tout ce qui touche à la Grèce, il aurait été malvenu de choisir ce moment précis pour encore empirer les choses en faisant défaut sur le paiement de ces obligations. Ce qui est nouveau, c’est la destination de la quasi-totalité de cet argent. Presque 90% sont allés directement dans les coffres de Dart Management, un fond d’investissement très discret basé aux îles Caïman, selon des personnes qui ont connaissance de la transaction de manière directe. Dans le même style : :
  1. Samos : la débrouille acharnée dans les îles Grecques Aujourd’hui, traduction d’un texte de Chris Jones, co-auteur de Voix de la Cisjordanie, qui témoigne de la vie actuelle à Samos, petite île de la mer Egée, toute proche de la Turquie....
  2. Olivier Delamarche : « Une minute de silence pour la Grèce » Je vous laisser découvrir cette intervention d'Olivier Delamarche sur BFMTV et chez Radio Courtoisie. La clarté du discours rejoint les craintes de beaucoup d'entre nous. On y parle de défaut,...
  3. Campagne de solidarité pour soutenir le peuple de la Grèce "Mikis Theodorakis, célèbre compositeur grec de la danse de Zorba, et Glezos Manolis, combattant de la résistance contre le vétéran de l'occupation nazie, ont lancé un appel pour un front...

Grèce : vers une révolution agricole alternative ?

Posted: 21 May 2012 04:11 AM PDT

Gine Agrotis
La dernière nouveauté grecque : une AMAP en ligne. Le même système qu'en France, mais déployé à grande échelle via une plateforme internet. Gine Agrotis propose un abonnement pour les agriculteurs qui souhaitent vendre sans intermédiaire et un abonnement pour les futurs clients.
..

Quand va-t-on admettre que la Grèce est dans une impasse ?

Posted: 21 May 2012 11:55 PM PDT


Un taux de chômage qui approche les 22% (et 50% chez les jeunes), des salaires en baisse de 15 à 40%, un PIB qui aura baissé de près de 20%, la fuite d’un tiers des capitaux. Malgré tout, nos dirigeants veulent que la Grèce reste dans l’euro, malgré les avertissements...
L’impasse européenne
On sous-estime terriblement les souffrances qui sont imposées au peuple grec, la somme d’humiliation de personnes qui perdent leur emploi, doivent quitter leur logement, partir habiter chez leurs parents, ces personnes, qui brutalement, perdent leur pouvoir d’achat et sombrent dans la pauvreté. La cure d’austérité que la Grèce s’inflige sur les conseils de l’Europe et du FMIest absolument monstrueuse et représente une honte qui pèsera longtemps sur l’image de l’Europe à Athènes.
Il ne faut pas oublier que l’ajustement budgétaire réalisé depuis trois ans équivaut à près de 8% du PIB, une somme colossale qui montre que si tout ne fonctionne pas bien en Grèce, le pays a fait des efforts considérables qu’il ne faudrait pas oublier. Malheureusement, cette austérité sauvage a bien logiquement provoqué un effondrement économique qui détruit une partie des efforts en baissant les recettes fiscales et alourdit la dette par rapport à un PIB réduit.
Le pire est que nous étions un certain nombre à prévenir du risque d’un tel scénario il y a plus de deux ans. Jacques Sapir le disait. Nicolas Dupont-Aignan l’a expliqué à l’Assemblée Nationale. C’est malheureux, mais nous avons eu raison. Il n’y a aucune joie ou satisfaction là-dedans, juste le sentiment d’un immense gâchis et la volonté de peser pour éviter que de nouvelles mauvaises décisions ne soient prises dans les semaines qui viennent, ce qui est encore parfaitement possible.
Quelle issue pour Athènes ?
 
Aujourd’hui, la situation de la Grèce est compliquée car le peuple ne veut plus de cette austérité inhumaine mais ne veut pas (encore ?) sortir de l’euro. La situation pour les législatives est très incertaine puisque Nouvelle Démocratie et Syriza semble au coude à coude. ND joue sur la peur de la sortie de l’euro pour essayer d’obtenir une majorité en faveur des plans européens et Syriza affirme qu’il ne souhaite pas sortir de l’euro mais propose un programme a priori incompatible.
La peur du retour à la drachme peut encore permettre aux vieux partis de l’emporter mais cette voie est sans issue, même si les plans d’austérité sont assouplis. Car même si les baisses de salaires et les baisses de dépenses publiques sont moins violentes, cela ne fera que ralentir la récession, pas l’arrêter. En outre, comment arrêter le bank run qui s’accélère et qui fait que 30% des capitaux ont fui le pays en deux ans et demi, rendant difficile le financement de l’économie…
Des transferts plus importants permettraient bien sûr d’adoucir la crise et résoudraient la crise de liquidité. Mais ce dont la Grèce a le plus besoin, c’est de faire redémarrer sa production. La dévaluation, si elle a des inconvénients, a démontré historiquement qu’elle permet de faire repartir l’économie, comme l’ont démontré Patrick Artus, Nouriel Roubini ou Jonathan Tepper, contrairement aux balivernes du Monde. Bien sûr, il y aurait défaut mais qui croît que la Grèce remboursera sa dette ?
Il est proprement effarant que tant de personnes balaient d’un revers de main la solution d’une sortie de l’eurodevant la qualité des études réalisées par des économistes sérieux (qui avaient en plus souvent prévu ce qui se passe aujourd’hui). La Grèce n’a pas d’avenir si elle reste dans l’euro.
.
Approfondir :
Censure Arte
par Henri Maler, le 22 mai 2012


Sous ce titre de notre choix,, nous publions avec l’autorisation de son auteure, une lettre de Vicky Skoumbi, rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια (Acrimed)

Chères amies, chers amis,

Le jeudi 16 mai, j’ai participé à l’émission d’Arte 28 minutes sur le thème : La Grèce, talon d’Achille de l’Europe ?
 
Je viens de visionner l’émission telle qu’elle a été diffusée et j’en crois pas à mes yeux : le passage où je disais que l’aide accordée à la Grèce a été en réalité une aide aux créanciers du pays, et que les plans de sauvetage successives ont été conçus pour protéger les créanciers d’un défaut éventuel de la Grèce, tout en plongeant le pays à une récession de l’ordre de 20% et en le menant tout droit à la faillite, a tout simplement disparu ! Si vous regardez attentivement, vous constaterez les traces de coupure par des enchaînements assez abrupts et la non fluidité de la parole après la première intervention de Benjamin Coriat.

De même est passé à la trappe, un passage vers la fin où j’avais évoqué une confrontation qui ne ’est pas de nature nationale entre Grecs et Allemands, mais bel et bien entre deux camps transnationaux, c’est-à-dire entre ceux qui, en marchant littéralement sur des cadavres, défendent les intérêts du secteur financier d’une part, et, d’autre part, ceux qui défendent les droits démocratiques et sociaux et en fin de compte le droit à une vie digne de ce nom. Je prends à témoin Benjamin Coriat qui participait à l’émission et qui pourrait certifier que j’ai bien tenu ces propos dont la trace disparaît sous les ciseaux du censeur.

Car, cela relève tout simplement de la CENSURE. Une question s’impose : Qui donc contrôle Arte et qui filtre les infos ainsi ?

Je l’avoue, je n’en reviens pas. L’émission a été enregistrée ’dans les conditions du direct’ deux heures et demi avant sa diffusion et que je sache cette formule veut dire qu’on ne coupe pas, à la limite on refait une prise si on a un souci, ce qui a été le cas pour les présentations. Et même si la pratique établie est de couper un peu les longueurs, comment se fait-il que les deux coupes principales portent, comme par hasard, sur des propos concernant les vrais bénéficiaires de l’aide à la Grèce, c’est à dire les banques, ainsi que sur le caractère fallacieux de la supposée confrontation gréco-allemande ?

Comme vous pouvez d’ailleurs sans doute le constater vous-même, mon temps de parole correspond à un tiers - peut-être même moins- de celui de Monsieur Prévelakis. Celui-ci , avec sa proposition d’un médiateur, sous la tutelle duquel devrait se mettre la Grèce, proposait rien de moins que de suspendre les procédures démocratiques en Grèce et de placer Sarkozy (!) à la position d’un tuteur du peuple grec qui ne saurait être représenté par ses élus, surtout si ceux-là appartiennent par malheur au Syriza. J’ai bondi mais on ne m’a pas laissé le temps de réagir en coupant là l’émission.

Conclure l’émission sur ce propos est absolument scandaleux. Cela n’honore pas, loin de là, Arte qui se revendique d’une sensibilité démocratique. D’ailleurs, si vous regardez un peu attentivement le déroulement juste avant la fin, vous verrez que la dernière question s’adresse à moi, Mme Quin se tourne bien vers moi et non pas vers M. Prévélakis. Et ma réponse concernant les deux Europe qui s’affrontent et qui précédait la conclusion de Georges Prévélakis, est passée complètement à la trappe.

Bref, les coupures, la répartition inégale du temps de parole, la conclusion sur un appel à suspendre la démocratie en Grèce, tout cela, si n’est pas de la manipulation de l’information, c’est quoi au juste ?

Voilà bien des questions sur le traitement de l’information par une chaîne européenne qui se veut indépendante.

Merci de diffuser ce message le plus largement possible et de l’afficher sur les réseaux, si vous voulez bien.

Vicky Skoumbi
Rédactrice en chef de la revue grecque αληthεια

http://www.acrimed.org/article3829.html

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 08:05

 

La médecine conventionnelle & la chasse aux sorcières

La machine inquisitoriale s’est mise en branle, d’ailleurs elle n’a jamais été au repos. Au nom de la Science et des patients, cette machine a déjà broyé bien des destins qui voulaient simplement exercer leur profession selon leur conscience, leur sensibilité, leur approche, leurs connaissances, leurs compétences. Mais l’inquisition ne tolère aucune déviation, aucune “brebis galeuse” n’est autorisée à venir brouter l’herbe des pâturages gardés.


En une seule semaine deux médecins sont mis à l’index, l’un est le docteur Didier Moulinier, cancérologue menacé d’être rayé de l’Ordre national des médecins qui lui reproche de ne pas « appliquer strictement les dogmes » prescrits par l’Ordre dans l’exercice de son métier, autrement dit il risque d’être interdit d’exercer son métier, et l’autre le Docteur Dukan qui a fait l’objet d’une campagne de dénigrement, on lui reproche de « faire du commerce » avec la médecine. « Ce que ses nobles confrères lui reprochent, c’est d’avoir vendu un trop grand nombre d’exemplaires de son livre Je ne sais pas maigrir (plus de 4 millions d’exemplaires en France, traduit dans plus de 14 langues) », d’après Jean-Marc Dupuis, animateur et responsable du site Santé – Nature – Innovation, et celui-ci de poursuivre : « Il ne fait pour moi aucun doute que c’est la jalousie, dans ce qu’elle a de plus vil et méprisable, qui est le principal mobile derrière les attaques dont est victime le Docteur Dukan. Certains médecins ne supportent pas de voir un de leurs confrères devenu une célébrité mondiale, et être écouté par des millions de personnes. Et évidemment, l’argent qu’il a gagné en vendant ses livres en rend certains verts de jalousie. »

Voilà le tableau !

En consultant le Bulletin d’information de l’Ordre national des médecins , n° 21 (jan-fev 2012), dont le dossier est consacré « aux dérives sectaires« , on peut être sûr que la chasse aux sorcières est annoncée en grande pompe par cet Ordre qui regroupe la majorité des pratiquants de la médecine conventionnelle. Quand on découvre que cet Ordre s’est associé avec un organisme intergouvernemental piloté par l’UNADFI (mais celle-ci restée dans l’ombre), il y a de quoi se poser bien des questions. L’ADFI est l’Association de défense de la famille et de l’individu, d’obédience catholique à sa création mais qui s’est fait par la suite doubler par des francs-maçons, la pourchasseuse de petites « sectes » sans défense. Les ADFI sont à leur tour regroupées au sein de l’Union nationale des Associations de défense de la famille et de l’individu (UNADFI) qui joue le rôle de conseil auprès de la MIVILUDES (Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires, créée en 2002). À en croire une enquête indépendante, l’UNADFI n’est pas au-dessus de tout soupçon  [1], notamment en matière d’argent. Ceux qui souhaitent en savoir un peu plus sur cette association qui veut se faire passer pour vertueuse aux yeux du public peuvent aussi consulter le dossier la concernant rassemblé par le CICNS, ils sauront à qui ils ont affaire.

 

Dans le dossier consacré « aux dérives sectaires » du Bulletin d’information de l’Ordre national des médecins cité plus haut, on commence par faire peur avec l’image véhiculée sur les sectes par les médias dominants en évoquant un événement dont l’horreur dépasse un peu l’imagination d’un être sain : « Le drame de l’Ordre du temple solaire (OTS) est resté dans toutes les mémoires : entre 1994 et 1997, 74 personnes tombées sous l’emprise de ce mouvement ont péri en France, en Suisse et au Canada. » Ce que l’Ordre national des médecins a oublié c’est la vérité sur ces événements dont les tenants et aboutissants ne sont pas aussi simples qu’on a laissé entendre. Il suffit d’écouter l’interview de l’avocat Jean-Pierre Joseph, pour se rendre compte que ce qu’on nous racontait sur l’OTS reste à prouver, pour ne pas dire que ce sont de purs bobards. On nous a expliqué que les membres de cette secte se sont « suicidés », mais on a oublié de donner des détails qui fâchent : chacun a reçu plusieurs balles dans le dos, puis a été grillé au lance-flamme. L’ouvrage de Christian Cotten et Alejandro Jodorowsky intitulé Mafia et démocratie, publié aux Éditions Louise Courteau en 2003 peut aussi apporter un éclairage saisissant sur cette affaire impliquant le monde politique et le trafic d’armes, camouflée en drame résultant des agissements d’une secte.

Utiliser un événement dramatique dont la véracité est sujette à caution pour faire peur est un procédé monstrueux, cela relève de la manipulation, de la désinformation, mais visiblement le Cnom n’en a cure. Quelle crédibilité peut-on alors accorder à ses sirènes annonçant des catastrophes, ou à ses conseils de sauveurs de l’humanité ?

Cette collaboration entre une association pourchasseuse de « sectes » dont la réputation sur le plan efficacité, utilité, méthode et objectivité reste à prouver pour ne pas dire plus, et un ordre professionnel dont la mission consiste à veiller « au maintien des principes de moralité, de probité, de compétence et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine, et à l’observation, par tous ses membres, des devoirs professionnels, ainsi que des règles édictées par le code de déontologie prévu à l’article L. 4127-1. », a de quoi inquiéter tous les esprits libres et lucides, car, si le sabre et le goupillon peuvent faire bon ménage, c’est aux dépens des autres.


D’après le Centre d’Information et de Conseil des Nouvelles Spiritualités (CICNS), cette dérive totalitaire n’a cependant suscité aucune réaction publique à part la sienne. Dans le dossier consacré aux « dérives sectaires » de ce numéro du Bulletin d’information de l’Ordre national des médecins, toutes les pratiques thérapeutiques non conventionnelles, autrement hors de contrôle de l’Ordre, sont visées. L’approche de la médecine chinoise est particulièrement mise à l’index, nous semble-t-il, car c’est l’Ordre qui a lui-même signalé ce qui lui semble douteux : « …nous avons pu constater des actions de la Fédération de médecine chinoise dans toute la France, que nous avons signalées à la Miviludes . Et un conseil a été mis en exergue dans le même encadré qui donne le point de vue de l’Ordre à travers le président de la section Santé publique et Démographie médicale du Cnom, le Dr. Patrick Romestaing :« Au moindre doute, alertez votre conseil départemental » (p. 23).

 
Si on regarde de plus près le signalement de sectes

élaboré par l’UNADFI, voici les perles rares :

 

« COMMENT RECONNAITRE UNE PERSONNE EN DANGER ?”

Il se peut que, dans votre ENTOURAGE (votre famille ou vos amis), vous connaissiez une personne VICTIME, malgré elle, d’un groupe dont les intentions vous semblent suspectes. L’ADFI, pour vous aider dans son diagnostic, a dressé une liste de SYMPTOMES qui confirmeront, peut-être, vos doutes :

  •  
  • Modification du comportement, de la tenue vestimentaire, du vocabulaire, des centres d’intérêt
  • Citations répétitives et inhabituelles
  • Discours appris …ou effet de magnétophone
  • Désinvestissement de la vie familiale, affective, professionnelle ou scolaire, des loisirs.
  • Multiplication des réunions en semaine, le week-end …
  • Déplacement en France ou à l’étranger.
  • Nombreux appels téléphoniques
  • Courrier abondant
  • Long temps de lecture ou de méditation
  • Régime alimentaire
  • Changement d’accent (voix monocorde)
  • Agressivité ou indifférence
  • Repli sur soi ou exaltation pour une cause nouvelle
  • Importantes dépenses financières : emprunts bancaires, tournée des grands-parents, des frères, sœurs, amis. [2]

Si l’on se fie à cette description de symptômes manifestés chez les embrigadés des sectes, cette fiche signalétique est un véritable manuel d’inquisition à l’usage de la chasse aux sorcières qui laisserait peu de gens y échapper. Des indices définis en termes aussi vagues qu’infondés, c’est la porte ouverte à toutes les dérives et tous les abus imaginables. Quand ce manuel est dans les mains des gens dont l’intention saine reste à prouver, on peut s’attendre à justement des dérives sectaires de la part de ceux qui proclament haut et fort combattre ces mêmes dérives. Pour ne pas citer les pourfendeurs de cette association qui a pignon sur rue, prenons simplement par exemple le témoignage de son ancienne présidente Janine Tavernier pour se faire une idée de cette association chasseuse de sectes.

 

Cette femme courageuse a fini par quitter l’association suite à des dérives sectaires : elle parle de « climat de peur« , de « drogue psychique« , de « viol psychique » ou d’ »infection sectaire« , de « pieuvre« , de « localiser les proies« , d’ »objectifs subversifs« , de « rapt psychologique« , de « contamination sectaire« , de « mutilés de l’entendement« , de « sida spirituel« , etc. Avec une telle publicité, si l’État continue à lui renouveler sa confiance, c’est que l’État est soit bien myope soit complice de ces dérives.


L’UNADFI est une association privée reconnue d’utilité publique ce qui lui permet de toucher des subventions de la part de l’État ou d’autres collectivités. Chaque année elle reçoit 600.000 € de subventions [3] pour un résultat presque insignifiant. À elle seule avec 290 membres actifs déclarés, elle reçoit beaucoup plus que la Fondation de l’abbé Pierre dont la réputation n’est plus à faire, laquelle perçoit 437.000 € de subventions d’État et diverses collectivités, pour 10 972 membres actifs [4]. Ces deux chiffres mis côte-à-côte révèlent, sans entrer dans les détails, déjà un certain favoritisme dans la pratique d’aide aux associations de la part des organismes d’État. Qu’est-ce qui justifie ce parti pris ? Les intéressés doivent bien connaître la réponse. Par ailleurs les fonds publics reçus par l’UNADFI ne font l’objet d’aucune redistribution vers ses antennes départementales, bien nombreuses d’après les données affichées sur son site web. Une situation pour le moins bizarre de la part d’une association qui entend lutter contre le phénomène des sectes sur l’ensemble du territoire.

 

Mais ces chiffres nous plongent aussi dans une réalité en complète contradiction avec la loi de séparation de l’Église et de l’État, autrement dit la laïcité : voici l’État français qui finance presque entièrement (97%) une association privée qui pourchasse les petites minorités spirituelles appelées pour la circonstance les « sectes », ce qui arrange tout le monde. En outre cette situation plus qu’ambiguë qu’on doit garder à l’esprit, c’est qu’elle contrevient à la liberté de croyance garantie par la République et la Constitution.

Sur le terrain, à en croire l’UNADFI, le nombre de mouvements sectaires n’arrête pas de progresser d’année en année en France et de plus en plus de monde est touché [173 mouvements sectaires recensés pour l'année 1995, 600 en 2004, 782 en 2006] [5]. Le gonflement de ces chiffres ne cherche-t-il pas tout simplement à justifier l’utilité de l’UNADFI, de continuer à toucher des subventions publiques ? Si cette organisation chasseuse de « sectes » fait feu de tout bois pour se faire mousser dans les médias et particulièrement à la télévision, il n’existe toujours pas sur le plan juridique une définition précise d’une secte, par ailleurs tout ce qui touche à la religion, aux croyances relève de la sphère privée. Faut-il rappeler aussi que d’après la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions même religieuses pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi ». Si on prend en compte toutes ces considérations, l’UNADFI a-t-elle encore une raison d’être ? Mais tant que l’État ne révise pas ses engagements, cette situation peut encore perdurer, puisque « la main qui donne est au-dessus de la main qui reçoit » nous avait fait remarquer Napoléon.

Le Cnom qui représente le respect et le dévouement auprès du grand public n’est pas censé ignorer tout cela, s’il collabore avec l’UNADFI c’est en toute connaissance de cause. Cette démarche maladive et malsaine qui consiste à éliminer toute voix discordante en se camouflant sous la bannière de lutte contre des phénomènes sectaires n’est certes pas entreprise pour assainir la situation, puisqu’elle cherche tout simplement à écraser, éliminer, faire taire, toute autre personne qui conteste l’approche de la médecine conventionnelle, pour ne pas dire tout autre concurrent. Ceux qui sont visés par cette déclaration de guerre sont des professionnels de la santé qui ont choisi d’autres approches moins brutales, plus globales et plus respectueuses du corps humain, qui n’est pas une simple association d’organes inertes comme des pièces mécaniques d’une voiture [6] qu’on remplace ou qu’on jette comme un gobelet en plastique ayant servi.


Puisqu’on est aussi dans une économie de marché dont le but est de gagner de l’argent (aux dépens des autres qu’on ignore royalement), toute personne qui propose des soins alternatifs est considéré comme un concurrent dangereux qui vient arracher une part du gâteau protégé par l’Ordre, mais cela ne se dit pas, quelle horreur, alors on argumente au nom des patients à qui personne n’a demandé leur avis.

C’est aussi prendre le problème à l’envers, et on peut se demander si les responsables du Cnom n’ont pas agi en toute connaissance de cause parce qu’ils ont pris le parti de défendre l’Ordre contre vents et marées, car, au lieu de se poser des questions, de faire un état des lieux, et pourquoi ne pas organiser les États généraux de la médecine conventionnelle, de faire une recherche pour connaître les raisons qui ont amené des patients à se tourner vers des thérapies alternatives en en payant le prix car les consultations ou les soins ne sont pas remboursés par la Sécu, pour connaître le bilan des traitements à base de chimiothérapie en matière de cancer, l’efficacité d’autres soins alternatifs, etc. etc., au lieu de cela on sort la massue pour écraser une mouche, on accuse tel chien d’être atteint de la rage pour mieux le noyer publiquement. C’est une véritable méthode dictatoriale puisqu’elle ne laisse aucun espace à la discussion, à la recherche, à la compréhension de l’autre. Venant de la part des personnes instruites, cultivées, puisqu’il s’agit des médecins, cette méthode a de quoi indigner plus d’un. Mais nous en sommes là. La pensée unique est à l’œuvre !


D’après les chiffres fournis par la Miviludes « quatre Français sur dix ont recours aux médecines dites complémentaires (dont 60 % parmi les malades du cancer), et 3.000 médecins seraient en lien avec la mouvance sectaire » [7], cela fait tout de même un joli paquet de déviants aussi bien chez les patients que chez les médecins-traitants conventionnels. Ce serait sans fondement d’accuser aujourd’hui les patients atteints d’obscurantisme médical en prêtant l’oreille aux premiers charlatans venus. Une enquête faite par Olivier Schmitz, sociologue et anthropologue, chargé de cours à l’Université Charles de Gaulle de Lille-III, met les points sur les i : «  Contrairement à une idée fort répandue, le recours à des pratiques « magiques » n’est pas l’apanage de paysans dont les conditions de vie feraient obstacle à la « rationalisation » des pratiques et des croyances. L’urbanisation des campagnes et l’évolution du monde rural ont rendu caduque l’opposition entre zones rurales et espaces urbains. Aujourd’hui, nombreux sont les citadins à consulter les guérisseurs et on trouve de nombreux guérisseurs exerçant en ville. D’autre part, la clientèle se compose aussi bien d’ouvriers que d’employés, d’enseignants, de cadres, de professions libérales, etc.« . [8]


 

 

Si cet Ordre se penche un peu plus sur la formation des médecins et leurs rapports avec des firmes pharmaceutiques, sur l’efficacité des comprimés prescrits, sur la consommation élevée et inquiétante de somnifères et autres psychotropes, etc. etc., au lieu de braquer les projecteurs sur des confrères plus originaux, on aurait plus de respect et de considération pour lui. D’un autre côté, si on est acculé à sortir l’argument de choc qui consiste à accuser le concurrent de faire partie d’une secte c’est qu’on n’a plus grand-chose comme argument scientifique ou médical valable, pour le vaincre et convaincre, alors, on s’appuie sur le pouvoir puisqu’on tient le bon côté du couteau, le manche, et puisqu’on a le pouvoir, qu’on est du côté du pouvoir. Ceux qui gagnent par la force sont-ils respectables ? Les lois sont certes légales (par leur nature) mais elles ne sont pas toutes morales ni justes puisqu’elles sont l’instrument de pouvoir pour ceux qui ont le pouvoir et le manipulent. Le pouvoir peut faire peur, mais il n’inspire en aucun cas le respect. Il y a plus de deux mille ans, un philosophe politique des contrées lointaines qui ont légué à l’humanité des méthodes de soins inappréciables mais décriées aujourd’hui par les tenants de l’ordre établi, disait déjà : « Si le prince conduit le peuple au moyen des lois et le retient dans l’unité au moyen des châtiments, le peuple s’abstient de faire le mal, mais il ne connaît aucune honte. Si le prince dirige le peuple par la vertu et fait régner l’union grâce aux rites, le peuple a honte de faire le mal [...]« . Ces paroles vont sans doute glisser sur l’oreille des membres du Cnom comme l’eau sur la tête du canard, « des chinoiseries », pourrait-on dire, mais peu importe, car on n’entend que ce qu’on a envie d’entendre.

Peut-on espérer que le Cnom retrouve sa sérénité, sa lucidité, sa largesse d’esprit au lieu de s’enfermer dans des rhétoriques belliqueuses ? Au su des actions engagées par le Cnom, on est tenté de répondre par la négation. Il appartient donc au Cnom de prouver la supériorité et l’efficacité des méthodes de soins promulgués par la médecine conventionnelle par rapport aux autres approches alternatives. Chacun d’entre nous connaît dans son entourage des exemples d’individu atteint qui du diabète, qui du cancer, qui d’autre chose, à qui des médecins conventionnels travaillant dans des hôpitaux ont fini par dire qu’il n’y a plus rien à faire avant de le renvoyer dans sa famille. Mais la famille ne baisse pas les bras : en cherchant, elle a fini par trouver un thérapeute non conventionnel, certains sont domiciliés hors de France puisque celle-ci ne les accueille pas comme thérapeutes, qui veut bien s’occuper du diabétique dont la médecine conventionnelle ne veut plus. Au bout de 6 mois de soins et de suivis par un acupuncteur, le malade a retrouvé sa santé, il continue à marcher, sauter sur ses jambes comme à l’époque de ses vingt ans, alors que ses membres étaient paralysés. On pourra aligner des exemples comme celui-ci qui, au lieu d’intéresser les médecins traitants conventionnels, ce qui est dans l’ordre des choses, du bon sens, normal dans une démarche scientifique qui consiste d’abord à comprendre les choses, est rejeté : on se métamorphose en autruche en ignorant le problème. Et si problème il y a cela ne peut venir que du côté des charlatans. Voilà où nous en sommes.

Il ne nous vient pas à l’esprit de nier l’existence de charlatans, cependant les charlatans existent dans tous les camps aussi bien chez les conventionnels que les autres. Prendre un cas particulier pour en faire une généralité, voilà une autre erreur pour ne pas dire faute professionnelle de la part de l’ordre établi. Chez beaucoup de peuples pour ne pas dire des minorités ethniques, celui qui est en charge de guérir les autres est considéré comme irréprochable, autrement dit, il doit être bon (cela ne veut pas dire encore une fois qu’il n’y existe pas de charlatans chez eux). Combien de médecins parmi les adhérents au Cnom peuvent-ils s’affirmer bons moralement ? Combien d’entre eux peuvent affirmer sans mauvaise foi qu’en tant médecin, il n’y a que l’attention portée au malade, la volonté de guérir son patient qui le guident sans autres considérations, soient-elles pécuniaires, de prestige, de privilège, de carrière, etc. ? Combien peuvent-ils dire, sans mauvaise foi que leur boussole reste la morale ?

 

 

On peut aussi nourrir ce débat avec quelques chiffres qui ne proviennent pas du camp des charlatans puisqu’il s’agit du rapport de la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée en conclusion des travaux de la mission sur le Médiator et la pharmacovigilance, d’après le député Roland Muzeau : «On estime dans notre pays à 150 000 le nombre d’hospitalisations annuelles liées à des accidents médicamenteux et de 13 à 18 000 le nombre de morts provoquées par des médicaments » [9]. 13 à 18.000 morts liés à la prise des médicaments prescrits par des médecins conventionnels sans que cela les pousse à réfléchir, à se remettre en question, en cause ! 150.000 hospitalisations, cela représente quel prix que la communauté doit payer annuellement par la faute des autres ? Est-ce qu’on est entré dans la logique du Dr Knock ? Les esprits lucides et sains ne peuvent pas ne pas s’indigner par ces gâchis alors qu’on aurait pu faire autrement au moindre coût et sauver plus de vies humaines. Face à cela le Cnom brandit la menace à l’adresse des pratiquants de thérapies alternatives avec l’aide de l’Unadfi. La technique d’amalgame est mise en œuvre, on associe tout pratiquant de médecine non conventionnelle à l’appartenance à une secte ! La honte, on ne sait plus ce que cela veut dire. On peut toujours fustiger la Chine comme cela arrange certains, mais là-bas deux médecines (la médecine occidentale et celle issue des traditions pluri-millénaires) coexistent et non sans règlementations pour le bien de tout le monde, patients compris. Alors la liberté dont on se réclame à tort et à travers, elle est où dans ce cas qui nous concerne, en Chine ou en France ? Bien sûr le Cnom réclame pour lui la liberté d’écraser les autres. Ça aussi est une forme de liberté sélective qui ne peut aboutir qu’au monopole. On tombe ainsi sur le domaine de l’économie, pardi. L’argent n’a rien à voir avec tout cela, vont sans doute proclamer haut et fort certains, alors jetons-le par la fenêtre ! On verra bien qui franchira le pas.

La tradition populaire dit sans équivoque : à quelque chose malheur est bon. Les fabricants de médicaments chimiques ne chôment pas, leurs chiffres d’affaires montent en flèche, leur secteur se consolide même en temps de crise. Non, les firmes pharmaceutiques ne vivent pas des malheurs des autres, elles trouvent tout le temps de nouveaux médicaments pour venir soulager les patients, n’est-ce pas ? Pour terminer on peut aussi poser quelques questions à ceux qui détiennent le pouvoir de défaire, d’éliminer, casser les autres. Qu’ont-ils à répondre à des données chiffrées fournies non pas par des charlatans mais par leurs confrères australiens, et aux auteurs mentionnés ci-dessous pour ne citer que les plus connus :


Trois médecins australiens: Graeme Morgan, Robyn Ward & Michael Baton notent au bout de 20 ans de recherche, qu’en Australie, sur les 10.661 personnes qui avaient un cancer du sein seulement 164 personnes ont survécu pendant cinq ans en raison de la chimiothérapie. Ce chiffre équivaut à 1,5% de contribution de la chimiothérapie à la survie. Dans leur article, ils ont conclu que la « contribution globale de la chimiothérapie adjuvante à curatifs et survie à cinq ans chez l’adulte était estimée à 2,3% en Australie et 2,1% aux USA. » [10]

  •  
  • Peter H. Duesberg, L’invention du virus du SIDA, Éd. Marco Pietteur, Collection Résurgence, EMBOURG (Belgique), 640 p. ;
  • Dr Étienne de Harven& J-C Roussez, Les 10 plus gros mensonges sur le SIDA, Éd. Dangles, 2005, 253 p.
  • Sylvie Simon, Les 10 plus gros mensonges sur les vaccins, Éd. Dangles, 2005, 221 p.
  • Nicole Delpine, La face cachée des médicaments, Éd. Michalon, 2011, 299 p.
  • Marc Girard, Médicaments dangereux : A qui la faute ? Éd. Dangles, 2011, 128 p.

De deux choses l’une soit ces auteurs ont raison et qu’attend le Cnom pour se mettre au travail afin d’examiner les questions épineuses et changer éventuellement d’approche pour le bien des patients et leur propre bien, ou bien s’ils écrivent tous des âneries dans ce cas, il faut les dénoncer avec des arguments scientifiques et des expériences prouvées à l’appui et non avec des accusations gratuites sans fondements. Où en est le Cnom dans toutes les graves questions touchant la société dans sa totalité ? Quel est le véritable enjeu ? L’efficacité des approches ou la carrière personnelle des hommes de pouvoir ? La santé publique ou le chiffre d’affaire des firmes pharmaceutiques ?

 

CICP (Collectif d’Initiative Citoyenne Pyrénées)

* * * * *

Notes :
[1]. Les fonds publics sont-ils utilisés dans l’intérêt général ?, p. 13 (Brochure publiée par la CAP LC (Coordination des Associations et Particuliers pour la Liberté de Conscience)
[2]. http://membres.multimania.fr/jausiers/
[3]. Les fonds publics, op. cit.
[4]. Les fonds publics… op.cit.
[5]. Les fonds publics… op.cit.
[6]. Voir le témoignage de l’actrice Charlotte Valandrey, De cœur inconnu, Le Cherche Midi, 2011.
[7]. http://www.unadfi.org/guide-miviludes-sante-et-derives.html
[8]. Schmitz O., Soigner par l’invisible. Enquête sur les guérisseurs aujourd’hui, Ed. Imago, 2006, p. 10.
[9]. http://www.ouvertures.net/portail/l_id.asp?doc_id=562
[10]. « The contribution of Cytotoxic Chemotherapy to 5-year Survival in Adult Malignancies » in Clinical Oncology, 2004 Dec;16(8):549-60.

* * * * *

Crédits photos :

 

.

 

Lire aussi:

 

Nanotechnologies : l’évaluation des risques confiée aux… multinationales

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/21/nanotechnologies-levaluation-des-risques-confiee-aux-multinationales/#more-25892


 

et aussi :


http://www.alterinfo.net/Tout-nouveau-document-du-Dr-Jean-Pilette-sur-l-obligation-vaccinale_a76

 

 

.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 07:48

 

Mehenni Ferhat, le président du Gouvernement Provisoire Kabyle, en Israël

mehenni ferhat

 

Le président du Gouvernement Provisoire Kabyle, Mehenni Ferhat, accompagné du Ministre des Relations Internationales, M. Lyazid ABID effectuent depuis dimanche 20/05/2012 une visite officielle en Israël.


Un agenda très chargé en rencontres politiques et diplomatiques est en voie de réalisation.

Dès son arrivée à Jérusalem le marathon de la délégation kabyle a commencé en cette fête de la ville sainte avec son accueil par l’ex ambassadeur d’Israël en Mauritanie, M. Yigal Carmon, au siège de MEMRI (Middle East Media Research Institute).

Le matin, la délégation a été reçue à la Knesset par son Vice-président M. Danny Danon avec lequel elle a eu une entrevue sur la situation en Kabylie et le sort fait au peuple kabyle par le régime  d’Alger.

 

 

Communiqué de Makhlouf Idri, Porte-parole de l’Anavad - Mardi 22 mai 2012.

 
 
 
Le président du Gouvernement Provisoire Kabyle, Mehenni Ferhat, accompagné du Ministre des Relations Internationales, M. Lyazid ABID effectuent depuis dimanche 20/05/2012 une visite officielle en Israël.

Un agenda très chargé en rencontres politiques et diplomatiques est en voie de réalisation. 
Dès son arrivée à Jérusalem le marathon de la délégation kabyle a commencé en cette fête de la ville sainte avec son accueil par l’ex ambassadeur d’Israël en Mauritanie, M. Yigal Carmon, au siège de MEMRI (Middle East Media Research Institute).

Ce matin, la délégation a été reçue à la Knesset par son Vice-président M. Danny Danon avec lequel elle a eu une entrevue sur la situation en Kabylie et le sort fait au peuple kabyle par le régime raciste d’Alger.

La réaction du Porte-parole du Ministère des Affaires Etrangères algérien cache mal le déni d’existence opposé par le régime algérien à la nation kabyle qui aspire à la maitrise de son destin par lui-même et à sa liberté.

L’agenda en Israël continuera à être honoré par les deux personnalités de premier rang de la Kabylie jusqu’à jeudi 24/05/2012 au soir.
 
(1)            « Guysen International News » est une agence de presse israélienne, basée à Jérusalem et principalement francophone.
 
(2)            Juif.org est un média consacré à Israël et au monde Juif. 
 
 
 
Mon opinion sur le rapprochement entre
« Gouvernement Provisoire Kabyle » et Israël
 
Ce que je comprends à travers ce voyage de Ferhat Mehenni en Israël  c'est que bientôt il y aura une base militaire israélienne en Kabylie, si jamais cette région arrivait à obtenir son détachement de l'Algérie. Il faut bien admettre que ce « gouvernement kabyle » de Mehenni ne disposera pas des moyens financiers de son ambition : gérer la Kabylie en tant qu’état indépendant. Il aura besoin du soutien financier d’un pays tiers classé comme ennemi de l’Algérie : ISRAEL. Ce faisant, il faudra bien que Mehenni accorde une contrepartie à Israël : implantation d’une base militaire israélienne aux portes d’Alger. Et dans la foulée, Ferhat Mehenni pourra compter aussi sur les forces israéliennes pour mater tout mouvement de révolte qui se produirait en Kabylie parce qu’il sait très bien que la majorité des Kabyles sont des nationalistes enragés, qui luttent certes pour faire valoir leur identité amazigh, mais jamais au prix de la trahison du siècle.

A mon avis, les israéliens feraient mieux de ne pas trop s’approcher des portes d’Alger, ce serait déclencher une déflagration générale conduisant les peuples maghrébins à s’unir en mettant de côté leurs divergences. Autrement dit, Israël risquerait de creuser sa propre tombe !
Abdelkrim Badjadja, un algérien qui assume son identité dans ses trois dimensions : musulman, amazigh, arabe.

 
Abdelkrim BADJADJA 
Consultant en Archivistique 
 
 Lire cet article sur le MAK publié le mois d'avril 2012 

Liens:
 
http://allainjules.com/2012/04/07/algerie-le-mak-instrument-franco-sioniste-de-destabilisation-et-de-reserve/

http://www.alterinfo.net/Le-MAK-instrument-franco-sioniste-de-destabilisation-de-reserve_a74211.html?com



Par Nasser

Le MAK, instrument franco-sioniste,
de déstabilisation, de réserve.

Le MAK n’est qu’un autre instrument de propagande de l’Empire visant à tromper, par les siens, les peuples retenus dans la stratégie hégémonique. Il n’est donc pas surprenant de voir ce mouvement reprendre les mêmes thèmes subversifs et divisionnistes, qui ont échoué, du colonialisme Français en Algérie tel « Le MAK dénonce le négationnisme subit par les peuples amazighs de l’Afrique du nord » estimant que « En Algérie, en Libye, au Maroc, au Mali, de même qu’aux Iles Canaries, ils sont spoliés de leurs droits élémentaires et sont soumis à des politiques très actives de dépersonnalisation avec des crises de folies meurtrières ». Ce MAK affirme que l’Algérie pratique une « politique d’impérialisme » - à l’égard des Kabyles, des Mozabites et des Touaregs – car en optant pour la « reconnaissance fictive de Tamazight » elle espère « tromper l’opinion nord-africaine et internationale tout en confisquant par la "nationalisation ", l’identité et la langue amazighe ». 
Le Makistes, après avoir soutenu l’agression américano-arabo-sioniste de la Libye aidés par un « CNT » composés de renégats dont la plupart ont émargé à la NED/CIA – et maintenant le même complot contre la Syrie - les voilà nos apprentis traitres, futures CNA , adopter la même démarche et tactique en usant par tromperie du faux alibi « identitaire » comme moyen de subversion , en exécution des directives de leurs maitres, pour semer le chaos et la division, pousser au soulèvement et au désordre la catégorie la plus patriote de la population. Ce qu’un pays puissant membre de l’Otan, aidé par des dizaines de milliers de supplétifs / harki, n’a pas réussi en 132 ans, cette poignée de félons, de frustrés, de ratés et de paresseux et de corrompus, prennent le relai pour continuer l’œuvre de leur ex maitre et de leurs ascendants.
Pour le cas de la Libye, le mouvement pour l’autonomie de la Kabylie, a dénoncé l’ostracisme dont seraient victimes les Amazighs de Libye qui auraient contribué « à soustraire leurs pays à la dictature de "l’infâme Kadhafi" ». « La langue et l’identité amazighes ne sont pas reconnus et une fois la guerre finie, ils ont été sans complexe aucun, complètement ‘écartés’ du CNT présidé par l’islamo-baathiste Abdeljalil, ancien ministre de la justice du criminel Kadhafi », est-il écrit dans le communiqué. Le Mak a appelé le peuple Amazigh de Libye à « ne pas céder d’un iota sur leur droits légitimes en tant que peuple premier et légitime de Libye. » Plus hypocrite et opportuniste que cela tu meurs !
Les Kabyles de services à qui la presse sioniste ou pro sioniste tend la main nous les connaissons ; même très bien ! Ils sont membres du MAK. Quand vous les contredisez dans leurs sites ils vous taxent immédiatement, en se relayant, de membre de la DRS, ou dépêché par la SM, de vendu, du système, les formules habituelles. La plupart de leurs membres sont des ignares ou des paumés. Ils singent les comportements des Européens dans les choses sales pour faire croire qu’ils sont « démocrates » « intelligents » et « intégrables » alors qu’ils sont de vulgaires arrivistes sans foi ni principes. Nous avons vu des réactions plutôt de mépris à leur endroit en Europe pour leurs singeries. Ils prônent le séparatisme par mission, ils sont racistes par complexe d’infériorité et faussement arrogant par faiblesse d’esprit. Leur langage est bien particulier et étrange. Ils disent par exemple « la Kabylie est le reste du monde arabe » pour désigner le reste de l’Algérie. Ils ne se déclarent ni musulman ni non musulman. Leur chef, Mehenni, qui crèche en France et/ou à Montréal, soutenu par des lobbies sionistes, nous avons lu ses interviews et surtout ses inepties dans la presse sionistes qui lui ouvre ses colonnes. Le MAK fait croire qu’il est implanté dans toute la Kabylie. Rien n’est vrai. Nous connaissons des régions entières qui ne connaissent même pas ces initiales. Et la majorité de ceux qui les connaissent est foncièrement contre ce mouvement pro français par allégeance et pro sioniste par intérêts. La dignité kabyle a été salie par ces énergumènes opportunistes et perfides. Un défi ! Que ce mouvement condamne solennellement et clairement le sionisme et Israël. Ou moins que cela ; soutienne les palestiniens dans leur lutte. Chiche ! Il ne le fera jamais, car il se retrouvera nu et le c… en l’air ! Le Mak vit au dépend du sionisme. Les Makistes soutiennent les traitres du CNT libyen car ils leurs ressemblent. Le MAK est pro sioniste par intérêt mais aussi par conviction pour certains dirigeants et par ignorance pour les suivistes.
Comme les sionistes qui se disent juifs et parlent au nom des juifs, nos Makistes se disent Kabyles et parlent au nom des Kabyles. La différence entre ces deux entités est que les 1er ont une idéologie claire et des objectifs déclarés alors que les second n’ont rien que du bavardage et la soumission à leur maitre français de préférence juif/sioniste. Un comportement lâche, sans repères ni racines, souvent soulard et surtout exécutant en abrutis la stratégie de leurs maitres. Beaucoup des membres de ce mouvement ne savent pas pour qui ils roulent ou ne sont pas assez perspicaces ou éveillés pour comprendre l’endoctrinement et la manipulation.

Les Kabyles, les authentiques, déplorent que ce mouvement parle en leur nom et place. Le chef Ferhat Mehenni est bien un maillon anti arabe de la stratégie sioniste qui consiste à diviser les États, à susciter les rebellions. Le MAK est bien un instrument franco-sioniste, de déstabilisation, réservé le moment venu...en tant que futurs harkis. 

Marches Yennayer MAK

marche_yennayer_2960-mak_vgayet

 

 

.

Comment Israël cherche à briser l'unité nationale en Algérie
 

Israël a toujours su jouer sur les antagonismes culturels et religieux de ses voisins arabes pour mieux consolider sa supériorité  stratégique  dans la région. Le Liban constitue à ce titre l'exemple parfait. Des projets de déstabilisation interne de certains pays, comme l'Algérie par exemple, qui refuse toute normalisation de ses relations avec Israël, peuvent  également être menés. Dans cette optique, l'Etat hébreu dispose  d'un vrai relais via le Mouvement de l'Autonomie de la Kabylie ( Le Mak), dont une délégation  est en visite officielle en Israël  depuis le 20 mai et pour une durée de 4 jours. Un déplacement  qui  suscite une vive indignation des milieux politiques et médiatiques  en Algérie. Le porte-parole des Affaires étrangères algériennes , Amar Belani a évoqué "une  feuille de route  qui consiste à se mettre au service du plus offrant dans des projets scélérats visant à attenter à l'Unité Nationale ».

Un communiqué du Mouvement de l’Autonymie de la Kabylie  décrit "l'agenda chargée de cette visite en Israël dont la   délégation a été reçue à la Knesset par son Vice-président M. Danny Danon avec lequel elle a eu une entrevue sur la situation en Kabylie et le sort fait au peuple kabyle par le régime raciste d’Alger."  

Ce même communiqué souligne  que le leader du MAK,  Ferhat Mehenni "a toujours été d'avis que la Kabylie et  d'autres nations berbères n'ont rien à voir dans le conflit israélo-arabe. Il a constamment exprimé son intérêt pour Israël comme un pays libre et démocratique".  En 2009, le quotidien arabophone algérien Ennahar, généralement bien informé avait évoqué dans un article une réunion à  l'ambassade d'Israël en France "en présence de Ferhat Mehenni, des  agents du Mossad et des services secrets américains. "

Même si le MAK demeure minoritaire en Kabylie, Israël qui est  parfaitement rompu aux techniques de manipulation des masses,  compte tirer profit du contexte social explosif qui règne en Algérie afin de renverser le rapport de force politique au profit des autonomistes kabyles déterminés à faire éclater l'unité algérienne.

 

http://oumma.com/12871/israel-cherche-a-briser-lunite-nationale-algerie?utm_source=Oumma+Media&utm_campaign=bd03bda6e1-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 07:38
Jean-Marc Ayrault, Premier ministre : ce que j'ai appris en rédigeant sa biographie

Par Alain Besson
Biographe de Jean-Marc Ayrault

LE PLUS. Jean-Marc Ayrault a été nommé Premier ministre ce mardi. Alain Besson a rédigé en 2004 une biographie très sourcée du président sortant du groupe socialiste à l'Assemblée, intitulée "Jean-Marc Ayrault, une ambition nantaise" (éd. Coiffard) – elle sera rééditée en juin. Proche du maire de Nantes, il explique pourquoi celui-ci fera un très bon Premier ministre aux côtés de François Hollande (qu'il avait interviewé à ce sujet en 2002).

François Hollande et Jean-Marc Ayrault le 19 janvier 2012 à Nantes (P.KOVARIK/AFP)

François Hollande et Jean-Marc Ayrault le 19 janvier 2012 à Nantes (P.KOVARIK/AFP)

 

Journaliste à Nantes, je connais Jean-Marc Ayrault depuis 1990. Sans complaisance, je pense qu’il fera un bon Premier ministre. Certes, il n’a pas été ministre, mais il a largement participé au fonctionnement de l’appareil d’Etat grâce à son mandat de président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale. Avec François Hollande, ils participaient très régulièrement aux petits-déjeuners du mardi à Matignon lorsque Lionel Jospin y était en 1997 et 2002. Il a étudié tous les grands dossiers, il a ainsi une expérience certaine de la chose publique. Réélu deux fois à ce poste, il a une très bonne connaissance de l’Assemblée nationale.

 

Autoritaire et fédérateur

 

Parmi ses autres qualités, c’est un enfant d’Epinay, il sait tout du Parti socialiste, il y milite depuis 40 ans. Il a commencé à militer à la gauche du parti. Si l'on examine son parcours sur le long terme, il est d'une parfaite cohérence. Très proche de Jean Poperen pendant une vingtaine d'années, il évolue ensuite vers la social-démocratie.

 

Aujourd'hui, il préconise "un compromis historique entre l'Etat et le monde du travail", il me l’a affirmé ce dimanche au téléphone. Cette évolution, au sein du PS, est parfaitement cohérente sur la durée. 

 

Jean-Marc Ayrault est tout à fait symbolique de l’histoire du Parti socialiste d’Epinay. Il a les qualités pour être un bon Premier ministre : il a de l’autorité, peut-être un peu trop parfois. Mais cette autorité est tempérée par un sens de la conciliation et un sens fédérateur assez poussé.

 

À Nantes, il a réussi à faire travailler ensemble des politiques et des responsables économiques qui n’étaient pas forcément destinés à le faire. Fédérateur, il l’est aussi au sein du groupe socialiste à l’Assemblée : on ne dirige pas un groupe aussi compliqué avec ses courants et sous-courants pendant quinze ans sans avoir de l’autorité et le sens du compromis.

 

François Hollande m’avait accordé un entretien le 24 octobre 2002 lorsque j’ai rédigé une première biographie de Jean-Marc Ayrault. Il est amusant de la relire aujourd’hui. Cet entretien réalisé après la défaite de Lionel Jospin est étonnant d’actualité, François Hollande évoquait ainsi sa parfaite entente avec le maire de Nantes. Ils ne sont pas amis intimes, mais il y a beaucoup de camaraderie entre eux. Ils ont une vision politique commune de longue date : ils sont tous les deux fondamentalement réformistes et sociaux-démocrates.

 

"Socio-démocrate allemand"

 

Hollande le qualifiait avec humour de "social-démocrate allemand". Le mot allemand est de l’ordre de l’humour mais traduisait aussi la parfaite connaissance qu’il a de l’Allemagne et du SPD. Il apportera beaucoup à François Hollande parce qu’ils s’entendent parfaitement bien. François Hollande me disait qu’ils avaient eu des divergences d’analyse mais aucun "conflit entre nous" confiait-il. Cela sera utile au président étant donné la présente conjoncture.

 

Il a une connaissance très poussée de l’Allemagne et il parle parfaitement allemand, l’un de ses camarades de classe m’avait confié qu’il discutait déjà couramment avec ses professeurs en classe de première. Etre germanophile sera très utile, on s’en doute, au cours de ce quinquennat à venir. Enfin, il connaît par cœur le PS comme Hollande, mais celui-ci aura une plus grande distance maintenant qu’il est à l’Elysée. Il sait faire des compromis entre les différentes composantes du parti et entre les différents leaders. Ce sens fédérateur a fait ses preuves à Nantes et sera une force au sommet de l’Etat.

 

Cela fait vingt ans que les médias, ses proches, les Nantais le disent "ministrable". Dans une carrière politique de 40 ans, cela semble s’inscrire dans une logique politique cohérente, c’est une chose à laquelle il était préparé mais ce n’est pas une obsession. Ce n’est pas chez lui une ambition qu’il a toujours eue. Pendant les années où Jospin était à Matignon il a dû y penser, cela va de soi, mais je crois qu’il a la passion de sa ville, il est membre du bureau national du PS depuis 1981 (congrès de Valence). Sa proximité avec Lionel Jospin et François Hollande, ses 15 années à la présidence du groupe socialiste à l'Assemblée valent, largement, à mes yeux, un ministère.

 

Pas l'homme des petites phrases

 

Le maire de Nantes a une réputation de sévérité et d’austérité, ce n’est pas faux. Il distingue bien sa vie privée de son travail politique. Il aime cependant jouer du piano, chanter, danser avec sa femme. Du point de vue de sa personnalité publique, ce n’est pas l’homme des petites phrases, il ne fait pas beaucoup de confidences aux journalistes. Il est dépourvu de toute théâtralité dans ses réactions, mais il était le 6 mai à la Bastille au premier rang, à la gauche de François Hollande. Il a un équilibre psychologique très fort, c’est un homme solide dans sa tête, ce n’est pas l’homme des états d’âme.

 

Plus jeune conseiller général de France élu à 26 ans, sa carrière n’est pas ordinaire ou "normale". François Mitterrand l’avait alors reçu à son domicile rue de Bièvre et lui avait demandé comment il avait réussi à se faire élire. Six mandats de maire, de nombreux de mandats de député, la présidence du groupe socialiste pendant 15 ans ne font pas de lui à mes yeux un monsieur-tout-le-monde.

 

Cependant, on ne sait pas de lui qu’il est un bon vivant, il est beaucoup dépeint comme "Ayrault, l’anti-héros", ou "héraut ordinaire pour président normal". François Hollande, m’en parlant, m’a dit que c’était un bosseur qui connaissait ses dossiers, mais il le présente aussi comme un bon vivant, comme quelqu’un sachant rire, lisant des romans de Frédéric Dard par exemple. Surtout, selon Hollande, il ne se vante pas et évoquait rarement ce qu’il faisait dans sa ville. Ce n’est pas l’image que les journalistes parisiens et nantais ont forcément de Jean-Marc Ayrault.

 

Alain Besson est l'auteur de la biographie "Jean-Marc Ayrault, une ambition nantaise" publiée aux éditions Coiffard.

 

Propos recueillis par Mélissa Bounoua

 

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/551337-jean-marc-ayrault-premier-ministre-ce-que-j-ai-appris-en-redigeant-sa-biographie.html#xtor=EPR-126-[NLPresid2012]-20120522

 

.

 

.

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 07:20

.

Vidéo Reprenons le pouvoir

..

 

..
Gold-up pose 5 questions vitales
au nouveau Président


Cette compilation vidéo de Étienne Chouard fait un état des lieux et donne des pistes de travail intéressantes. C'est un excellent moyen de faire connaître la réalité de notre système économique et politique aux plus sceptiques... A la fin de cet article, je vous donne la solution pour le faire connaître à 65 millions de français !
5 questions que Gold-up aimerait poser au nouveau Président
1- Comment la monnaie est-elle créée ?
2- Pourquoi la dette est-elle aussi importante ?
3- Quelle banque dirige le Président français ? 
4- Pourquoi nos lois sont-elles votées par les mêmes personnes qui possèdent l'économie ?
5- Pourquoi votre programme n'aborde pas les 4 questions précédentes ?



3 étapes pour diffuser l'information à 65 millions de français

- Diffusez maintenant cette page à 3 personnes,
- Demandez à ces 3 personnes de faire la même chose avec 3 personnes
- Dans 1 mois, 65 millions de français l'auront visionné...

http://gold-up.blogspot.fr/2012/05/gold-up-pose-5-questions-au-nouveau.html

sur ce blog,
Pourquoi la parodie du G8 est un film écrit et réalisé par Francis Weber


Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 06:25

 

Nouveau Gouvernement,

mais têtes pas si nouvelles que ça ! 

 

             Sur les huit socialistes sélectionnés comme Young Leaders depuis François Hollande en 1996, six rentrent dans son gouvernement cette semaine.

 

Washington sur Seine ?
Ces ministres de François Hollande
qui ont été formés
par les Américains

 

La French American Fondation est connue pour sa formation, les "Young Leaders", réservée à une dizaine de jeunes surdiplômés chaque année. Sur les huit socialistes sélectionnés comme Young Leaders depuis François Hollande en 1996, six rentrent dans son gouvernement cette semaine. Le plus "atlantiste" n'est pas toujours celui qu'on croit...


Exit Alain Juppé, Valérie Pécresse, Nathalie Kosciusko-Morizet, Laurent Wauquiez, Jeannette Bougrab... Place à François Hollande, Pierre Moscovici, Arnaud Montebourg, Marisol Touraine, Najat Vallaud-Belkacem, Aquilino Morelle (plume du Président), etc.


« Enfin des têtes nouvelles ! » entend-t-on ici ou là. Nouvelles ? Tout est relatif, quand on sait décrypter la liste ci-dessus : en fait, tous ces « Young Leaders »  de l’UMP ont laissé la place à des « Young Leaders » du Parti socialiste. Car François Hollande et Pierre Moscovici depuis 1996, Marisol Touraine et Aquilino Morelle depuis 1998, Arnaud Montebourg depuis 2000 et Najat Vallaud-Belkacem depuis 2006, sont tous des « Young Leaders ». Tous ont été minutieusement sélectionnés et « formés » par ce très élitiste réseau Franco-Américain, inconnu du grand public, sponsorisé entre autres par la banque Lazard. En d’autres termes, ils ont tous postulé et se sont fait parrainer pour être admis à suivre ce programme phare mis en place par la FAF, la French American Fondation. La FAF est elle-même un organisme à cheval sur Paris et New-York, créée en 1976 conjointement par les présidents Ford et Giscard d’Estaing. A noter qu’entre 1997 et 2001, John Negroponte présida la FAF, avant de devenir entre 2005 et 2007, sous Georges Bush, le premier directeur coordonnant tous les services secrets américains (DNI), dirigeant l’US States Intelligence Community (qui regroupe une quinzaine de membres, dont le FBI et la CIA).


Crée en 1981, ce programme Young Leaders permet de développer « des liens durables entre des jeunes professionnels français et américains talentueux et pressentis pour occuper des postes clefs dans l’un ou l’autre pays ». Pressentis par qui ? Par un très strict comité de sélection, composé majoritairement d’anciens Young Leaders, qui ne retient qu’une dizaine d’admis par an. Seuls 13 hommes ou femmes politiques ont été admis depuis 1995, soit moins d’un politique par an en moyenne. Ces heureux « élus » sont choisis comme d’habitude parmi l’élite française : seuls 4% des Young Leaders français ne sont pas diplômés de l’ENA ou pas titulaires d’au moins un diplôme Bac+5, les trois quarts sont des hommes, à 80 % Parisiens... Autant dire qu’on reste en famille avec ce gratin issu de nos grandes écoles. Une spécificité française, qui, comme le souligne un rapport de la FAF, assure « une fonction de "reproduction sociale" de la "classe dominante " […] dans un pays où la simple notion de leadership renvoie aux "diplômes" et non aux qualités intrinsèques de la personne comme c’est souvent le cas outre-Atlantique ». Bref, notre nouveau président et ses nouveaux ministres cités ici sont de purs produits de nos grandes écoles, « ces acteurs influents (qui) personnifient la "pensée dominante" depuis de nombreuses décennies » selon la FAF.


Dès que l’on parle de réseaux d’influence, certains de leurs membres crient aux « obsédés du complot » et s’empressent généralement de préciser que le rôle de telles organisations est marginal et informel. Pour ce qui est de l’efficacité des « Young Leaders », les chiffres parlent plus que tous les longs discours : sur les 8 socialistes sélectionnés comme Young Leaders depuis François Hollande en 1996, 6 rentrent dans son gouvernement cette semaine. (Ne restent sur la touche, pour le moment, que Bruno Le Roux, qualifié par beaucoup de « ministrable », et Olivier Ferrand, l’ambitieux président du think-tank Terra Nova ayant permis l’élection de François Hollande aux élections primaires ; deux candidats impatients de rejoindre leurs camarades Young Leaders au gouvernement). Beau tir groupé, comme s’en enorgueillit à juste titre le site américain («The French-American Foundation is proud to have five Young Leader in the cabinet of President François Hollande, himself a Young Leader in 1996”), tandis que le site français n’en dit pas un mot. Il  est vrai que, depuis l’affaire DSK, chacun aura compris que les deux pays n’ont pas la même culture de la transparence… Benjamin Dormann http://www.atlantico.fr/decryptage/gouvernement-hollande-formation-plus-atlantiste-qu-on-pourrait-croire-benjamin-dormann-366638.html?page=0,0

Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 06:07

 

Fukushima: Comment le nucléaire va rayer un pays de la carte du monde.

Fukushima n’en finit pas de se transformer en véritable catastrophe apocalyptique due au nucléaire…civil! Ceci devrait ouvrir les yeux à nombre de dirigeants sur la terre qui jure encore par le nucléaire et ce qui explique aussi que nos médias occidentaux passent totalement à côté de cette catastrophe humanitaire.


 

 

Une catastrophe apocalyptique!


 

Le nucléaire est une énergie dangereuse et il faut le dire! Non seulement sa manipulation mais ses déchets et même son approvisionnement en uranium qui nécessite comme pour le pétrole des guerres énergétiques. Que fait la France au Niger si ce n’est protéger sa mine d’uranium qu’elle a soudoyé au dirigeant corrompu en échange d’une protection militaire. Comment croyez-vous que fonctionne la françafrique, la chinafrique, l’américafrique, la pompe à fric…

Lire cet éditorial engagé et documenté contre les catastrophes nucléaires, du bénin: Lire ici (voir plus bas)


Ce qui se passe à Fukushima au japon va bien au-delà de Tchernobyl, on parle carrément de la disparition d’un pays et d’un déplacement massif de population. Les autorités japonaises sont en pourparlers avec la Russie pour déménager sur un territoire: Lire ICI (voir plus bas)


Il y en à marre de courir après l’énergie fossile alors qu’il existe d’autres possibilités énergétiques plus respectueuses de l’environnement et plus accessibles à l’ensemble de la planète! Oui mais voilà la maîtrise de l’énergie c’est le pouvoir c’est la puissance. On fait des guerres pour cela, on détruit des populations entières, on expérimente les armes les plus démentes…Il y en à même qui envisagent à l’heure d’aujourd’hui d’aller bombarder nucléairement un pays pour l’empêcher d’accéder à l’énergie nucléaire! On marche sur la tête là non? Ce monde est dingue et il est gouverné par des gens qui font passer l’intérêt privé avant l’intérêt collectif, on ne s’en sortira pas sur ce chemin. Il serait temps qu’on rase tout ça et qu’on recommence. Qu’est-ce qu’on a à perdre? Il y a combien de riches qui nous snobent sur cette terre? 1%? Et alors ils vont nous emmerder encore combien de temps!?

 

Retrouvez toutes les infos engagées dans ce flux actualisé: ICI

 

http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2012/05/23/fukushima-comment-le-nucleaire-va-rayer-un-pays-de-la-carte-du-monde/

 

.

OPINION ÉNERGIE NUCLÉAIRE... L'HORREUR DANS TOUTE SA SPLENDEUR.

NON AU BENIN!


Écrit par redaction   

Mardi, 13 Septembre 2011 09:11

 

C'est en écoutant la radio Tokpa sur internet ce Jeudi 8 septembre 2011, que j'apprends la nouvelle.
Heureusement. DIEU m'a ainsi permis de bondir et de réagir rapidement.
Lors de la livraison de 13 heures, j'apprends que l'AIEA (Agence Internationale de l'Énergie Atomique) avait tenu le Mercredi 7 septembre 2011 une conférence au grand amphithéâtre de l'institut des sciences biométriques appliquées (ISBA) au Bénin (C'est à Cotonou ou Calavi).
Cette conférence a porté sur le thème: "Nécessité d'un cadre législatif et réglementaire pour la protection des personnes et de l'environnement contre les rayonnements ionisants". 
Comprenez...après une catastrophe nucléaire au Bénin... comment le Bénin va gérer les choses ? Héé lou nou yé
Tout ceci dans le but d'installer des centrales nucléaires au Bénin.
J'ai alors immédiatement bondi. Tous les Béninois où qu'ils se trouvent doivent contribuer à faire évoluer notre Cher et Beau Pays.
Ne plus JAMAIS JAMAIS permettre à ces occidentaux, qui ont achevé leur sale besogne en occident de venir nous irradier et détruire nos beaux paysages en Afrique en général et au Bénin en Particulier.
J'ai immédiatement appelé radio Tokpa. Et le rédacteur en Chef m'a confirmé l'information.
L'énergie nucléaire, est l'une des pires choses que l'Homme a inventées sur cette terre.
Mis à part l'énergie fournie, c'est une technologie, que même les occidentaux ne maîtrisent pas. Les fuites radioactives sont régulières dans les centrales occidentales. Les problèmes liés à ces accidents sont des cancers (plusieurs différents types de cancers) incurables, des malformations congénitales...et les maladies orphelines.
Ces personnes de l'AIEA qui sont passées au Bénin, prétendent être des experts. C'est toujours ainsi qu'elles opèrent. C'est toujours la même stratégie. Vous amadouer et vous faire miroiter l'énergie, et vous dire que cela va résoudre le problème de délestage...
Dans une relative précipitation, elles amènent les parlementaires à signer des documents les autorisant à installer les centrales nucléaires.
Mais ce sont des MINABLES. Ce sont des DIABLES VIVANTS. Une seule chose les intéresse vous vendre ce marché de la MORT ! Sans jamais vous dire ce qu'il en est. Sans jamais vous dire... prenez plutôt les panneaux solaires pour résoudre vos problèmes énergétiques.
Les accidents ? Ils sont multiples et multiformes. Ces soit disant spécialistes de l'AIEA qui se présentent au Bénin aujourd'hui, où sont ils passés pendant la dernière catastrophe de FUKUSHIMA au Japon (2011)? 
Cet accident à fait au bas mot: 7.653 Morts et celui des personnes portées disparues 11.746, soit un total de 19.399:
Source de l'information: http://www.liberation.fr/monde/01012326497-direct-japon-radioactivite-reacteur-electricite-fukushima 
En lisant cette source vous vous rendez-compte que depuis le Japon, le nuage se dirige vers la France. C'est dire qu’un accident nucléaire au Bénin causera non seulement des gros dommages au Bénin, mais aussi dans toute la sous-région. Ces autorités qui autorisent ces types de conférences au Bénin, voient-elles le soleil qui brille au dessus de leur tête ? Ou bien elles sont aveugles? 
Après la catastrophe de Tchernobyl, savez-vous ce qu'avaient dit les autorités françaises à leur population?
Elles sont venues à la télé dire que les nuages radioactifs se sont arrêtés à la Frontière de la France. Vous-vous rendez compte de comment même en France ces personnes que nous appelons autorités dans les mains desquelles repose toute notre confiance, scellent nos sorts et mentent à la nation ????
Le nombre de Cancer dans le nord de la France après cet accident est plus de 2000 Cancers chez les enfants:
"Nombre d'enfants atteints, estimée à 2 000 cas. "
Source de l'information:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Conséquences_de_la_catastrophe_de_Tchernobyl_en_France
Alors en cas d'accident, des populations comme au Bénin, qui n'en savent rien ne recevront même aucune information. Nos parents, frères, sœurs, tantes, amis... vont mourir comme des mouches. Et ces experts de l'AIEA, vous ne les verrez plus jamais !
Même ici en France, dans la région où je suis actuellement, plusieurs appareils publics (délivreurs de ticket pour parking..., certains véhicules... fonctionnent avec un panneau solaire. Et tenez vous bien, cela marche même en PLEIN HIVER !)
Donc au Bénin, rien qu'avec le soleil, on peut rouler en voiture comme beaucoup de véhicules électriques ici, on peut préparer avec l'énergie solaire... On peut tout faire. Et surtout cette énergie est gratuite !
Seulement parce que des Lobbies y voient une certaine indépendance Béninoise ou Africaine qui se profile à l'horizon, alors ils se précipitent pour nous corrompre tous et installer des Tombes et des Poisons sous nos pieds. 
Voici les accidents nucléaires enregistrés à ce jour: Attention La liste est longue: 
http://www.astrosurf.com/luxorion/nucleaire-liste-incident-accident-delits.htm
Un des plus marquants est par exemple l'accident de Tchernobyl.
Une reconstitution de l'accident a été réalisée par la chaîne Canal + de France voici le lien: C'est en Trois Parties:
1ère partie:
http://www.dailymotion.com/video/x8mgfp_reconstitution-explosion-nucleaire_news
2ème Partie: 
http://www.dailymotion.com/video/x8mgpf_reconstitution-explosion-nucleaire_news
3ème Partie:
http://www.dailymotion.com/video/x8mh4x_reconstitution-explosion-nucleaire_news
L'accident de Tchernobyl a fait :
Tchernobyl, 25 ans après, c'est pour les «liquidateurs» de 25 000 à 125 000 morts et plus de 200 000 invalides, et pour les populations exposées à la contamination un bilan qui sera selon les estimations de 14 000 à plus de 985 000 morts à travers le monde. 
Source : http://www.dissident-media.org/infonucleaire/estimations.html
Note: On appelle "Liquidateurs" des personnes payées pour ça et qui descendent dans le cœur du réacteur nucléaire en cas d'accident pour couler du béton à la va vite dans le cœur ou qui se précipitent pour refermer le couvercle où se passe la fission nucléaire. Afin de limiter les dégâts.
Souvent... il ne reste à ces personnes que quelques heures ou jours à vivre après une telle exposition à l'irradiation.
Lire ici une source : http://www.lepays.fr/actualite/2011/05/05/les-liquidateurs-de-tchernobyl-interpellent-les-bisontins 
> Au delà de tout ceci s'ajoute les déchets. Cela constitue un casse-tête aux occidentaux aujourd'hui.
En France, ils procèdent à la vitrification des déchets. C’est à dire ils mettent les déchets dans une sorte de vitre qu'ils ferment. Ensuite toute la vitre contenant les déchets est enterrée à plusieurs kilomètres sous le sol. Car il faut environ un minimum de 1600 ans 
pour que le déchet se désintègre. C'est à dire disparaisse.
Certains mettent 75.000 ans ! Vous vous rendez compte de ce que prennent comme décision certaines de nos autorités ?
Voir : 
Thorium 230 (75 000 ans), du Radium 226 (1 600 ans) et du Protactinium 231 (32 700 ans). 
Source Wikipédia : 
http://fr.wikipedia.org/wiki/Déchet_radioactif
Des associations comme : 
> Greenpeace (http://www.greenpeace.org/france/fr/)
> Ecologie - Les Verts (http://lesverts.fr/) 
> Nucléaire Non Merci (http://nucleaire-nonmerci.net/) et bien d'autres luttent pour la sortie du Nucléaire.
Au lendemain de l'accident de FUKUSHIMA, l'ALEMAGNE via Angela Merkel a décidé de sortir du nucléaire.
Imaginez-vous un pays froid comme l'Allemagne trouve des solutions énergétiques écologiques: telles: Eolienne - Géothermie - Biomasse - marées - SOLEIL ...
Source : http://www.lexpress.fr/actualites/2/monde/angela-merkel-favorable-a-une-sortie-du-nucleaire-d-ici-2022_995261.html
Pourquoi dans ce monde, certains Hommes choisissent-ils délibérément le MAL ???????? 
Mon DIEU !!!
Faites savoir ceci à tout Béninois.
S'il est normalement constitué et non CORROMPU, il devrait aisément comprendre qu'il ne FAUT JAMAIS LE NUCLÉAIRE CHEZ NOUS AU BENIN !
Merci de faire véhiculer l'information.
Criez HÉÉÉÉÉÉÉÉÉ LOU pour ceux qui laissent se tenir une telle conférence au Bénin. CE SONT DES DIABLES VIVANTS OU DES IGNORANTS. Mais Lorsqu'on ignore quelque chose, on demande. On dit souvent au Bénin : (Quand on connaît, on connaît, quand on ne connaît pas on demande.) 
L'IGNORANCE TUE ! MAIS LE BÉNINOIS EST TRÈS INTELLIGENT ET NE LAISSERA PAS CELA SE FAIRE.
HÉÉÉÉÉÉÉÉÉ LOU NOU YÉ !!! 
Nous allons ici en France mener des actions devant le Consulat/Ambassade du Bénin en France et réveiller les cellules compétentes partout dans le monde où se trouvent les Béninois. 
Que Radio Tokpa réalise rapidement une émission sur le terme. Nous allons appeler pour contribuer.
Nous gardons le contact.
Merci pour tout ce que vous faites pour le Bénin. DIEU vous le rendra au centuple.
HÉÉÉÉÉÉÉÉÉ LOU NOU YÉ !!!
 
Je reste en contact avec vous.
Voici mon contact téléphonique: 00336.20.72.14.31
Bien cordialement
A bientôt.
Luttons  Luttons ! JAMAIS CETTE ÉNERGIE CHEZ NOUS. AVEC LE SOLEIL ET LES PANNEAUX SOLAIRES, ON PEUT TOUT FAIRE
 
http://gerard.gandji.free.fr/ 
Ingénieur en Mathématiques Appliquées - Informatique Décisionnelle.
Réalisateur de Projets Informatiques
-----------------------------------------------------
" Errare humanum est, perseverare diabolicum " L'erreur est humaine; persévérer dans  l'erreur est diabolique

 

 

40 millions de japonais en extrême danger par empoisonnement aux radiations, évacuations de masse probables

Des officiels japonais sont actuellement engagés dans des pourparlers avec des diplomates russes sur la possible délocalisation de dizaines de millions de japonais dans le cas très probable d’un effondrement total de l’unité 4 de Fukushima Daiichi. Selon un rapport récent de EUTimes,net, les autorités japonaises ont indiqué qu’au moins 40 millions de japonais sont en  »extrême danger » d’empoisonnement radioactif, et que de nombreuses villes de l’est, y compris Tokyo, peuvent devoir être évacuées dans les prochaines semaines ou mois pour éviter un empoisonnement à des radiations extrêmes.
Comme nous continuons de le rapporter, la situation à Fukushima est désespérée, c’est peu de le dire. Le réacteur 4 est sur le point de s’effondrer complètement, ce qui enverrait dans l’atmosphère du combustible provenant de milliers de barres. Ces barres, après tout, sont déjà exposées à l’air libre, mais la libération de leur combustible causerait non seulement une catastrophe régionale, mais aussi un holocauste mondial.
Le Mainichi Daily a récemment rapporté :  »Un rapport publié en février par la commission indépendante d’investigation sur l’accident a déclaré que la piscine de stockage du réacteur 4 était le maillon faible dans les crises de réaction en chaîne de la catastrophe nucléaire ».
 »Le scénario du pire établi par le gouvernement inclut non seulement l’effondrement de la piscine du réacteur 4, mais aussi la désintégration des barres de combustible de tous les autres réacteurs de la centrale. Si ceci devait arriver, les habitants de la zone métropolitaine de Tokyo seraient obligés d’évacuer. »
Pour mettre en place des solutions pour les japonais les plus proches du danger, les autorités envisagent de reloger des dizaines de millions de japonais dans les îles Kouriles, situées dans la région de Sakhaline, ou même en Chine, où des centaines d’habitations de villes fantômes non utilisées pourraient abriter au moins 64 millions de réfugiés. Si cette délocalisation devait se produire, le Japon deviendrait en grande partie une friche stérile.
Une  »vague » de déchets hautement radioactifs se dirigerait vers la côte ouest des US.
Pour les japonais, la catastrophe de Fukushima représente une disparition complète de leur nation, alors que pratiquement rien n’est fait pour contenir les milliers de barres de combustible exposées qui pourraient exploser avec la chute du réacteur 4. Mais les conséquences de tout ceci ne sont pas limitées seulement au Japon, car le reste du monde, y compris les US, supporteront le poids de cette bombe nucléaire aussi. Nous souffrons déjà, en fait, des conséquences de cette guerre nucléaire qui n’est pas une guerre.
À la fin de l’année dernière, par exemple, il a été rapporté que des officiels américains ont ordonné à TEPCO de relâcher 10 millions de litres de déchets radioactifs dans l’océan Pacifique. Aujourd’hui, selon The Intel Hub, ces déchets arriveront bientôt sur les grèves de la côte ouest, à l’insu de millions d’américains vivant dans cette région, qui y seront exposés.
Cette nouvelle  »vague » de radiations est, bien sûr, en supplément de vagues plus anciennes qui ont déjà tué des milliers de gens, beaucoup d’entre eux étant des enfants, et provoqué une augmentation considérable de cas de cancers. Et avec le temps de plus en plus de gens vivant en Amérique vont commencer à développer des maladies chroniques en résultat d’un empoisonnement perpétuel par Fukushima et beaucoup mourront, alors que les médias de masse restent volontairement silencieux sur le problème.
Et le gouvernement fédéral a toujours su que la catastrophe devenait la plus mondialement sévère de l’histoire, comme il l’a été prouvé par la récente demande d’une loi sur la liberté de l’information. Non seulement les autorités fédérales sont conscientes des extrêmes dangers venant de Fukushima depuis les premiers jours, mais elles ont aussi orchestré des campagnes de désinformation pour garder les américains et le reste du monde dans l’obscurité au sujet de la vérité.
Comme ni les US ni les gouvernements japonais semblent vouloir vraiment gérer Fukushima, et en particulier la condition du réacteur 4, NaturalNews en appelle aux Nations-Unies pour mener une action rapide. Une nouvelle pétition presse les NU d’organiser un sommet sur la sécurité nucléaire pour s’occuper du problème du réacteur 4, et établir aussi une équipe indépendante d’évaluation pour le stabiliser et empêcher son combustible de détruire potentiellement toute vie sur terre.
Traduction par Chantalouette et Hélios du Bistro Bar Blog
Pour compléter, lire cet excellent article très complet d’Olivier Cabanel sur AGORAVOX:
C’est ce qu’on appelle avoir une épée de Damoclès en dessus de la tête…Et ils attendent les bras croisés que ça nous explose en pleine figure…un autre séisme majeur dans cette région, ce qui est fort probable, et s’en est fait d’une partie de l’humanité.
Partager cet article
Repost0
23 mai 2012 3 23 /05 /mai /2012 06:06
Mardi 22 mai 2012

Cheikh Hassan NasrallahC’est une rencontre importante qui est intervenue ce mercredi au Liban, même si la presse française est plutôt discrète à ce sujet : une délégation du Hamas palestinien a été reçue par cheikh Sayed Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah libanais. La délégation du Hamas comprenait le vice-président du bureau politique Moussa Abou Marzouk.

 

Selon le quotidien libanais (pro-syrien) As Safir, les deux parties ont discuté des développements dans la région notamment à Gaza et en Syrie. Et c’est bien là l’intérêt particulier de cette rencontre. Hamas et Hezbollah sont deux tendances importantes de l’Islam politique au Proche-Orient, deux acteurs majeurs du conflit israélo-arabe. Dont l’un, le Hamas, est sunnite, tandis que le Hezbollah est chiite. Jusqu’il y a peu, les deux forces politiques étaient réunies par l’ennemi commun, l’Etat hébreu et Tsahal. La différence d’obédience religieuse ne pesait pas face à l’esprit de résistance arabe.

 

De la prise de distance au reniement

 

Mais le printemps arabe et la crise syrienne ont modifié la donne : le Qatar et l’Arabie Saoudite ont fait pression sur le Hamas, traditionnellement allié au régime syrien, pour qu’il prenne ses distances d’avec Damas. Et puis il y a eu ce dynamisme électoral des mouvements islamistes sunnites, Frères musulmans en Egypte et en Jordanie, Ennahda en Tunisie, sans parler de l’arrivée au pouvoir en Libye de radicaux sunnites eux aussi liés à la confrérie. Le Hamas lui-même peut être considéré comme une branche palestinienne des Frères musulmans.

 

Face à une telle pression politique, le Hamas, coincé à Gaza entre une Egypte massivement acquise aux Frères musulmans et aux salafistes et Israël plus intransigeant que jamais, avait une marge d’autonomie réduite. Les promesses et les largesses des pétromonarchies ont fait le reste : la nouvelle tombait, en janvier, que le Hamas fermait son bureau politique à Damas, officiellement pour raisons de sécurité. Mais, amis ou ennemis de la Syrie telle qu’elle est, personne n’était dupe. On apprenait à un peu plus tard, début février, le déménagement au Qatar, non seulement du chef en exil (jusque-là syrien) du mouvement, Khaled Mechaal - qui niait encore à Noël tout départ de Damas de son mouvement et toute installation personnelle à Doha -, mais encore du siège politique de l’organisation. Le Hamas, aspiré comme malgré lui par la vague du radicalisme sunnite, avait été sommé de s’aligner sur l’opposition syrienne type CNS, dominée comme on sait par les Frères musulmans, ou au moins de rompre ses liens anciens et solides avec Bachar al-Assad. C’était chose faite officiellement avec éclat le 24 février dernier, le Premier ministre du gouvernement Hamas de la bande de Gaza, Ismaël Haniyé, déclarant, depuis Le Caire, son soutien au peuple syrien dans sa lutte « pour la liberté et la démocratie ». Ces mots avaient été évidemment soufflés à Haniyé par la direction de la Ligue arabe, sous emprise qatarie. Ils résonnaient d’autant plus fort qu’ils avaient été prononcés lors d’un rassemblement, au Caire, de soutien aux Arabes de Jérusalem et… au peuple syrien, comme si les deux peuples se trouvaient dans la même situation d’oppression et d’occupation étrangère. Et Haniyé avait écouté sans broncher les très explicites slogans scandés par la foule après sa péroraison : « Ni Iran, ni Hezbollah, Syrie islamique ! Dégage Bachar, espèce de boucher ! ».

 

Le chef du gouvernement Hamas de Gaza savait pourtant mieux que quiconque que le « boucher » al-Assad avait toujours soutenu la résistance palestinienne et le Hamas en particulier, dont plusieurs responsables, dont Khaled Mechaal, étaient résidents quasi-permanents de Damas, avant de déménager, ces dernières semaines au Caire. De même, Ismaël Haniyé ne pouvait ignorer que la Syrie accueillait sur son sol des centaines de milliers de Palestiniens, réfugiés de 67 et de 73 et leurs descendants. Quant au Hezbollah, il demeurait le mouvement frère – ou cousin très proche – du Hamas, au sein de cette famille « recomposée » de la résistance arabe anti-israélienne, un mouvement auréolé dans tout le monde arabo-musulman de sa résistance victorieuse à Tsahal au sud Liban en 2006. Enfin l’Iran était un soutien financier et politique important du Hamas.

 

Bref, ce discours du vendredi au Caire apparaissait bien comme un reniement, certes motivé peut-être par de hautes considérations politiques, mais néanmoins choquant, même au regard des traditions de retournement d’alliance qui ponctuent l’histoire des nations arabes. Et, de fait, tout le monde n’était pas d’accord, à la direction du Hamas, pour avaliser ce virage à 180 degrés, dicté voire payé par des monarchies arabes, nettement moins en pointe dans le soutien aux Palestiniens que la Syrie et le Liban, pays de la ligne de front.

 

Le poids de réalités récentes

 

Ce sont peut-être ces dissensions, ces hésitations qui expliquent la rencontre, trois semaines après la tonitruante sortie de Haniyé au Caire, des dirigeants du Hamas avec Nasrallah, ferme allié, lui, de Damas dans la tourmente, et principal artisan de la neutralité « amicale » du Liban avec la Syrie. Tout chiite qu’il soit, cheikh Hassan Nasrallah jouit, on l’a dit, d’un grand prestige dans tout le monde musulman, tout comme le Hezbollah, puissante force politico-religieuse, et militaire, une des rares forces à avoir fait plier l’armée israélienne.

En délicatesse avec le gouvernement syrien – bien que conservant encore un certain nombre de locaux à Damas – la direction du Hamas ne souhaite pas pour autant rompre les ponts, ni avec le Hezbollah ni avec l’Iran : Ismaël Haniyé s’est d’ailleurs rendu début février à Téhéran pour « négocier son virage » politique, voyage au résultat encore incertain.

 

Au fait, que se sont dit Moussa Abou Marzouk et Sayed Hassan Nasrallah ce mercredi à Beyrouth ? Eh bien, selon des sources citées par le quotidien As Safir, « les deux parties sont convenues que la crise syrienne ne serait pas résolue par les voies militaires, soulignant la nécessité d’une solution politique, conformément à l’initiative russe soutenue par la Chine et l’Iran ». Voilà qui sonne plutôt comme un recentrage du Hamas par rapport au récent discours de son Premier ministre. Concernant Sayed Nasrallah, il aurait informé la délégation du Hamas que les « autorités syriennes se sont engagées à s’ouvrir sur les différentes compositions de l’opposition nationale, si ces dernières sont prêtes à une solution politique et refusent de parier sur l’étranger », Nasrallah insistant sur « la nécessité d’élaborer un accord politique semblable à l’accord libanais de Taëf (qui a mis fin à la guerre civile libanaise) ».

 

Hamas et Hezbollah ont également discuté, selon As Safir, du développement des relations entre les Frères musulmans et le Hezbollah et l’Iran, « à la lumière des tentatives occidentales et arabes d’encercler les mouvements islamiques et de mettre à échec leur expérience au pouvoir ». Une telle formulation suggère là encore un rapprochement du Hamas avec ses fondamentaux géopolitiques, sinon avec Damas. Mais qui croire ? Mechaal est toujours hôte du Qatar, et Marzouk du Caire, semble-t-il.

 

Peut-être ce voyage libanais d’une partie de la direction du Hama s’explique-t-il par la récente évolution des rapports de force, en Syrie et dans la région : en Syrie, Bachar a pris l’ascendant sur la révolte armée, et contenu l’agitation plus politique ; il n’a perdu aucun de ses alliés arabes, russes et chinois et s’efforce avec succès de reprendre l’initiative politique vis-à-vis de son opinion. Dans le même temps, l’opposition radicale et exilée se déchire, et peine à dégager un leader, une coalition et un programme crédibles. Par ailleurs le Qatar pourrait perdre un peu de son influence sur la région, avec sa perte, d’ici la fin de ce mois, de la présidence de la Ligue arabe. Et puis le Hamas, engagé ces derniers jours dans une énième confrontation armée avec Israël, a besoin d’alliés lui aussi, des alliés plus présents que l’émir du Qatar et le roi d’Arabie Saoudite. Enfin Khaled Mechaal, chef historique du mouvement, a annoncé fin janvier sa volonté de ne pas être candidat à la direction du mouvement, déclenchant une ébullition de tendances et de personnalités. Là encore, la rencontre Hamas - Hezbollah s’inscrit sans doute dans cette ébullition.

 

Il est bien trop tôt et il serait imprudent de dire ce qui va sortir de tout ça : le Hamas semble en tous cas concentrer en lui toutes les contradictions et incertitudes d’une région durablement déstabilisée par les révoltes arabes, le conflit israélo-palestinien, la rivalité entre l’Iran et le Golfe, la montée du radicalisme sunnite sans oublier les manœuvres et manipulations des Occidentaux. Puisse-t-il toutefois se rappeler que, malgré ses fautes, le régime syrien n’est pas, loin s’en faut, l’ennemi public n°1 de la cause palestinienne, et que le Qatar n’est pas le pire ennemi d’Israël.

 

Louis Denghien, le 14 mars 2012 

Source : agence de réinformation sur la Syrie

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 07:20

 

Libye : naissance d’un mouvement pour la restauration de la Libye (MPNL).

Publié le22 mai 2012

 

TRIPOLI – Un mouvement de résistance mais pacifique est né. Il s’agit du Mouvement populaire national libyen ( en arabe :  الحركة الوطنية الشعبية الليبية et en abrégé MPNL). C’est un  mouvement politique  créé par d’anciens  patriotes de la Grande Jamahiriya arabe libyenne et socialiste. Son secrétaire général  est  le major-général  Al-Hamidi Khuwaildi , un ancien membre de la  Conseil de commandement révolutionnaire libyen . 

Dès l’annonce de la création du mouvement, le CNT s’est insurgé. Mais, les responsables du mouvement ont annoncé  qu’ils ne procéderont pas par la lutte armée mais en usant exclusivement de manière pacifiques pour atteindre leurs objectifs. Ils ont condamné la répression qui continue, les meurtres, la torture et des déplacements forcés des populations, qui, pour eux, conduira à plus de violence et de haine. Mais, ils ont averti: si le CNT nous cherche, nous n’hésiteront pas  à engager le djihad et la lutte armée pour la défense de la Libye et de ses citoyens. 

Le MPNL dont le logo a une colombe, a déclaré dans son programme ceci:

  • Maintenir l’ intégrité territoriale  de la Libye, rétablir la sécurité de ses frontières et celle de ses habitants.
  • Travailler sur la libération de tous les prisonniers sans exception, y compris  Saif al-Islam Kadhafi  
  • Le traitement et l’indemnisation de toutes les victimes de la guerre, sans exception.
  • Créer les conditions nécessaires pour le retour des personnes déplacées de force, des villes et des villages.
  • Construire  un vrai pouvoir législatif ,  exécutif  et  judiciaire pour  des institutions forte de l’Etat libyen, sur une base pacifique,  démocratique,  fondée sur  la citoyenneté , sans discrimination ethnique  ni  sectarisme  ni régionale.
  • Restauration de la souveraineté libyenne, en mettant fin à l’ingérence étrangère et établir un mécanisme d’indépendance  de la politique étrangère .
  • Rejetant les politiques d’exclusion et de marginalisation, qui différencient entre les composantes du peuple libyen.
  • Dissolution des milices armées, d’aider les anciens membres de retourner à leurs emplois précédents.
  • Lancement d’un processus de reconstruction de biens publics et privés détruits pendant la guerre, sans discrimination.
  • Enquêter sur  les crimes de guerre  et  crimes contre l’humanité commis pendant la guerre, en formant des tribunaux dont les normes seront internationales
  • Assurer la pleine participation des citoyens libyens, dans l’exercice de leur droit et la prise de décision politique, de choix de ses dirigeants, dans un système politique démocratique, en vertu d’une Constitution approuvée par le peuple libyen, sans aucune tutelle.
  • Le  Saint Coran  et la  Sunna  seront les références de la législation mais, en refusant l’extrémisme et le fanatisme.
  • Exhortez les organisations internationales et régionales,  dont l’OTAN  et les pays membres qui l’ont soutenu dans l’agression contre la Libye, de prendre la pleine responsabilité dans la situation qui y prévaut maintenant. Il y a eu violation dans la décision du  Conseil de sécurité.

Nous leur souhaitons bonne chance !

 

.

http://allainjules.com/2012/05/22/libye-naissance-dun-mouvement-pour-la-restauration-de-la-libye-mpnl/

 


Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 06:58

 

L'ancien président de la BCE estime que l'Union européenne doit pouvoir prendre en charge le budget d'un Etat membre en cas d'impasse.

.

Reuters
Reuters

Jean-Claude Trichet a proposé jeudi que l'Union européenne soit habilitée à prendre en charge le budget d'un Etat membre s'il constate son incapacité à mettre de l'ordre dans ses finances, dans le cadre de mesures pour préserver l'euro des conséquences de la crise grecque.


L'ancien président de la Banque centrale européenne, dont le mandat s'est terminé en novembre, préconise, en l'absence d'une union fédérale politiquement difficile à appliquer, l'activation d'un mécanisme fédéral exceptionnel, quand la politique budgétaire d'un pays menace l'ensemble de l'union monétaire.


« Le fédéralisme d'exception me semble non seulement nécessaire pour garantir une solide union économique et monétaire, mais il pourrait aussi s'adapter à la véritable nature de l'Europe sur le long terme. Je ne crois pas que nous aurons un grand budget (centralisé) de l'UE », a-t-il déclaré dans un discours devant l'institut Peterson d'économie internationale à Washington.


Jean-Claude Trichet a noté que les éléments de ce mécanisme étaient déjà en place, les pays membres ayant accepté, dans le pacte budgétaire européen, de surveiller leurs budgets respectifs et de sanctionner les déficits excessifs.


La prochaine étape, selon l'ex-patron de la BCE, serait de placer un pays sous administration européenne quand son gouvernement ou son parlement ne sont pas en mesure d'appliquer des politiques budgétaires approuvées par l'UE.


La mesure devrait être approuvée par le conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement et par le Parlement européen, afin de maintenir un droit de regard des électeurs sur la décision.

LES ECHOS AVEC AGENCES

http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202068917762-jean-claude-trichet-a-un-plan-pour-sauver-l-euro-324689.php?xtor=RSS-2059

 

http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau?sk=wall&filter=2

 

.


 

Trichet.jpg .

http://www.tunisie-news.com/business/dossier_48_discours+jean-claude+trichet+enseignements+crise.html

 

 

 

Sur ce site,

 

Par Anne Bauer | 22/05 | 07:00

 

 

Par Anne Bauer | 22/05 | 07:00

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche