Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 05:29

 

 

usa1.png

Illustration de l'article Le néo-impérialisme made in USA à lire

.

 

Tentatives de déstabilisation de la Syrie,

déstabilisations réussies, l'OTAN, l'avenir de la Libye..

 

Mecanopolis avec Thierry Meyssan, 19.4.2012

 

 

En 10 ans, Thierry Meysan s’est imposé comme le chef de file naturel et incontestable du courant contre-mondialiste.  En ces temps pour le moins troublés – proche d’un basculement irréversible – ses analyses sur la situation au Moyen-Orient et l’impérialisme étasunien, d’une rigueur implacable, telle une dialectique agissante, sont appelées à donner un nouveau visage à l’avenir déjà, secrètement, en marche : un avenir débarrassé de l’ennemi ontologique, de ses agences de contrôle et de ses subalternes. Dans cet entretien, réalisé la nuit dernière, Thierry Meyssan nous livre son éclairage sur les tentatives de déstabilisation de la Syrie par l’OTAN et l’élection présidentielle en France.  Mecanopolis


Mecanopolis : Thierry Meyssan, vous observez la situation en Syrie depuis plusieurs mois pour le Réseau Voltaire. Que pouvez-vous nous dire des dernières évolutions sur le terrain ?


Thierry Meyssan : Durant un an, la Syrie a affronté une « guerre de basse intensité ». Des milliers de mercenaires, venant de toute la région et ayant une expérience du combat en Irak et en Libye, ont saboté les infrastructures énergétiques et de télécommunication. Puissamment armés par l’OTAN, disposant de renseignements satellitaires, encadrés par des instructeurs occidentaux, ils ont tenté de semer la terreur et le chaos en perpétrant des crimes d’une violence inouïe. Simultanément, les médias occidentaux ont inventé une histoire de révolution/répression que leurs lecteurs et spectateurs ont gobée par assimilation : le schéma tunisien se reproduirait dans tous les pays où les gens parlent arabe.


Il n’y a pas à ce jour de bilan clair des victimes. La seule source indépendante crédible à laquelle on peut se référer est la Mission d’observation de la Ligue arabe. Elle était majoritairement composée d’experts de haut niveau (officiers supérieurs et diplomates), de nationalités différentes, et a pu librement se déployer dans tout le pays. Selon elle, il n’y a jamais eu de manifestations de masse contre le régime et, partant de là, jamais de répression. Surtout, les groupes armés ont fait autant de victimes parmi les civils que parmi les forces de sécurité (armée et police). Ce constat, qui contredit les assertions des puissances occidentales et du Golfe, a été rejeté par elles, alors mêmes que ce sont elles qui avaient voulu et composé cette Mission d’observation.


La « guerre de basse intensité » a pris fin avec le retrait états-unien consécutif au double veto russo-chinois et au déploiement des armes anti-aériennes russes. L’OTAN, ayant été contrainte d’abandonner son projet de bombardement de la Syrie, n’avait plus de raison de poursuivre sa stratégie préparatoire au sol. Les derniers combattants se sont retranchés dans un quartier de Homs, où ils ont proclamé l’Emirat islamique de Baba Amr. Durant un mois, ils ont organisé un show télévisé mondial pour faire accroire que leur bastion était « pilloné » par les forces syriennes ; ce qui n’a jamais eu lieu et ne pouvait pas avoir lieu puisqu’un détachement syrien était lui-même prisonnier à l’intérieur de l’Emirat islamique. En définitive, à la suite d’un accord conclu entre Claude Guéant et le général Assef Chawkat, les instructeurs français ont quitté Baba Amr et la plupart des mercenaires se sont rendus.


Comme toujours lorsqu’une guerre est finie, il reste des individus et des groupuscules isolés, animés par un esprit de vengeance, qui causent encore des dommages à la population. Quoi qu’il en soit, progressivement tout revient à la normale. Dans quelques jours se tiendront des élections législatives pluralistes, les premières que le pays aura connues depuis un demi-siècle. Les nouveaux partis politiques découvrent la possibilité de s’exprimer à la télévision et d’animer des débats publics. En définitive, la Syrie sort de cette épreuve appauvrie, mais renforcée.


La Fédération de Russie a mis fin à la dominance aérienne des Etats-Unis et d’Israël au Proche-Orient.

Les efforts de l’OTAN pour faire tomber le régime de Bachar el-Assad ont jusqu’ici été mis en échec. Nous imaginons toutefois que cette coalition occidentale ne va pas abandonner ses projets. Quelles seront, selon vous, les prochaines actions de déstabilisation de la Syrie ?


En déployant en Syrie le système de défense anti-aérien le plus sophistiqué du monde, la Fédération de Russie a mis fin à la dominance aérienne des Etats-Unis et d’Israël au Proche-Orient. Or, la puissance des forces armées US repose principalement sur sa capacité de destruction aérienne, les forces au sol ayant montré leur incapacité à occuper un terrain. Washington n’a donc plus les moyens de sa politique.


La présence russe est massive. Il y a aujourd’hui plus de 100 000 ressortissants russes stationnés en Syrie et ce sont des militaires russes qui servent leur matériel de défense anti-aérienne.


L’équilibre stratégique s’est inversé en quelques années. Washington, qui n’avait pas réussi à entrer en guerre au Liban en 2005, y a livré une guerre par procuration en 2006, laquelle s’est soldée par la cuisante défaite d’Israël face au Hezbollah. Puis, le Pentagone a été contraint d’évacuer en 2011 les gigantesques bases militaires qu’il avait construites pour un siècle en Irak. L’OTAN vient de reculer en Syrie, et il n’est plus question d’attaquer l’Iran.

Bien plus que les Etats-Unis et Israël, ce sont les régimes arabes sionistes qui sont les grands perdants de cette nouvelle donne. Je pense particulièrement aux dictatures wahhabites d’Arabie saoudite et du Qatar. Je ne suis pas sûr qu’ils puissent survivre longtemps à leur défaite


L’OTAN n’a d’alliance défensive que le nom. En réalité, c’est une organisation de supplétifs des Etats-Unis, au service de leurs ambitions impériales.

Pouvez-vous nous expliquer en quelques mots quels sont les intérêts que servent l’OTAN dans la déstabilisation de la Syrie, et quel est leur but final ?


L’OTAN n’a d’alliance défensive que le nom. En réalité, c’est une organisation de supplétifs des Etats-Unis, au service de leurs ambitions impériales. La décision d’attaquer la Syrie a été prise lors d’une réunion au Camp David, le 15 septembre 2001, juste après les attentats de New York et Washington. Elle faisait partie d’une liste de 7 objectifs, après l’Afghanistan et l’Irak, il était prévu d’attaquer la Libye et la Syrie, puis la Somalie et le Soudan, et enfin l’Iran. Les préparatifs de la guerre contre la Syrie ont débuté après la chute de Bagdad, avec le vote du Syria Accountability Act, le 15 octobre 2003. Immédiatement, les premières sanctions ont été prises. Leur prétexte était que la Force de paix syrienne déployée au Liban pour mettre fin à la guerre civile s’y éternisait. Damas a retiré ses troupes, laissant le pays du cèdre à découvert face à l’ennemi israélien, mais les sanctions ont été maintenues.

 

Depuis, tout a été essayé pour provoquer le conflit. Souvenez-vous par exemple de la manière dont on a accusé, sur la base de faux témoignages aujourd’hui annués, le président Bachar el-Assad d’avoir commandité divers assassinats au Liban dont celui de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri. Pour juger el-Assad, les Etats de l’OTAN et du CCG ont alors financé un tribunal d’exception, dont les règles violent les principes les plus élémentaires de la Justice et du Droit international. Et ainsi de suite.


Fondamentalement, la coalition anti-syrienne unit quatre composantes.


- Les Etats-Unis veulent poursuivre le remodelage du « Moyen-Orient élargi ». Il s’agit pour eux de casser les grands Etats historiques et de leur substituer de petits Etats ethniquement homogènes, plus faciles à manipuler. Ils entendent amputer le Nord-Est de la Syrie en vue de la création d’un Kurdistan avec des éléments irakiens, turcs, voire iraniens. Et amputer la côte syrienne pour déplacer le Liban vers le Nord et offrir une partie de son territoire actuel à Israël.


- De son côté la colonie juive de Palestine vise à briser « l’Axe de la Résistance ». Il lui faut changer le régime, renverser Bachar el-Assad, au profit d’un fantoche, Burhan Galioun, dont le seul programme politique est de rompre l’alliance syrienne avec le Hezbollah et l’Iran, ainsi qu’il l’a lui-même expliqué au Wall Street Journal.


- En ce qui les concerne, les dictatures religieuses du Golfe ont, pour survivre, un besoin vital d’éliminer le modèle laïque syrien. Celui-ci est très différents de ce que nous connaissons sous le même vocable en Europe, particulièrement en France. La laïcité syrienne n’est pas une cohabitation, une tolérance, entre communautés religieuse —et encore moins un cache-nez du racisme comme elle tend à le devenir en Europe , mais une véritable coopération entre croyants pour garantir la liberté de chacun de s’épanouir spirituellement en suivant la foi de ses ancêtres.


- Enfin, les multinationales de l’énergie convoitent le gaz de la région. On a découvert des réserves considérables en Méditerranée sous la croute de sel, et dans le continent. Ces gisements sont partagés entre l’Egypte, la Palestine occupée, le Liban, la Syrie, la Turquie et Chypre, mais leur centre se trouve à Qârâ, non loin de Homs. Nous venons en fait d’assister à la première grande guerre du gaz qui préfigure de nouvelles règles géopolitiques bien différentes de celles du pétrole. C’est aussi la raison pour laquelle, les grandes puissances du gaz sont si impliquées : la Russie, l’Iran et le Qatar.


En embarquant la France dans cette aventure, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé ont cherché à satisfaire chacune des quatre composantes de la coalition ; Paris n’ayant aucun intérêt direct au conflit. La France a cru pouvoir jouer un rôle en tant qu’ancienne puissance mandataire, et monnayer ce rôle. Cependant, l’espoir de la victoire a laissé place à la réalité de la défaite et les Français vont être surpris de devoir payer la facture des crimes commis en leur nom.


Personne ne gouverne la Libye. Et personne ne pourra la gouverner avant longtemps.

Plusieurs mois après l’intervention de l’OTAN en Libye, pouvez-vous nous dire quelle est la situation dans ce pays, et qui le dirige ?


Personne ne gouverne la Libye. Et personne ne pourra la gouverner avant longtemps. J’avais expliqué lors de l’assassinat de Mouammar el-Khadafi, mort sous la torture un jour après l’attaque de son convoi par les Français, que la disparition du « Leader » marquait l’anéantissement de la notion d’autorité dans une société tribale. Le but recherché a été atteint : la société libyenne est détruite, comme on a détruit la société en Somalie et en Irak.

Les partisans du « remodelage » ont étendu leur stratégie à l’Afrique du Nord. La contagion gagne maintenant le Mali et menace l’Algérie.


Permettez-moi de répéter qu’il n’y a jamais eu de révolution anti-Kadhafi en Libye, qui était apprécié par son peuple et n’a jamais envisagé de le massacrer. Par contre, il y a eu une sécession de la Cyrénaïque à l’initiative de la France et du Royaume-Uni pour le compte des Etats-Unis et d’Israël. On se dirige maintenant vers une partition du pays : rétablissement de la monarchie Senussie en Cyrénaïque, installation des Frères musulmans en Tripolitaine, et repli des anti-impérialistes au Fezzam.


Le Front national a condamné les aventures militaires de Nicolas Sarkozy en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, en Libye et en Syrie, mais il entretient un flou artistique à propos des Etats-Unis et d’Israël.

(..) Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont auto désignés comme les candidats de l’antimondialiste. Pensez-vous qu’ils le soient réellement ?


Si nous abordons la question des programmes politiques, nous devons la penser en termes de partis, d’équipes, et pas de personnes. A l’inverse, si nous parlons des candidats, nous devons juger leur personnalité, leur compétence et leur vertu républicaine.


Je ne doute pas que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon soient antimondialistes, mais l’important est de savoir si leurs équipes le sont. Les positions du Front national et du Front de gauche sont généralement anti-mondialistes, mais souvent ambiguës et parfois contradictoires. Seul des deux, le Front national a condamné les aventures militaires de Nicolas Sarkozy en Afghanistan, en Côte d’Ivoire, en Libye et en Syrie, mais il entretient un flou artistique à propos des Etats-Unis et d’Israël. Il est clair pour moi que le Front de gauche, malgré les efforts de son candidat, n’est pas anti-mondialiste. Je suis par contre dubitatif quant au Front national qui a soigneusement évité de clarifier en son sein cette question centrale.

Je pense comme Pierre Hillard, et certainement de très nombreux Français, que notre République n’est plus laïque, n’est plus démocratique et n’est plus sociale. Mais si nous appelons à délégitimer les institutions, nous ne pouvons en rester là. Nous devons aller jusqu’au bout : la Révolution ! Sommes-nous prêts ? (Thierry Meyssan)

 

(..)


Entretien réalisé par Mecanopolis, le 18 avril 2012

 

Article placé le 19 avr 2012, par Mecanopolis

TM2.jpg.

 

 

Thierry Meyssan sur les tentatives de déstabilisation de la Syrie et sur l’élection présidentielle française

 

http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/08/index.html

LIBYA_imperialism.jpg


Opprimés du monde entier, la bataille a commencé. Ne perdez pas espoir, l’aide est forte. Est-ce que vous réalisez que c’est la nuit du pouvoir? Qu’est-ce que la nuit du pouvoir? C’est celle qui vaut plus que des milliers d’autres nuits, c’est le destin qui s’accomplit, c’est quand les cieux s’ouvrent pour recevoir vos milliers de prières serrées.

 


Libye_revolution.jpgRegardez ce qui se passe en ce moment en Amérique. Les avons-nous frappés avec nos missiles ? Non, ils sont venus et nous ont bombardés,
64 missiles sur Bab Al-Aziziya, qui est maintenant en ruines, et j’ai finalement été obligé de quitter ma maison, où ils ont tué bien des innocents. Mais je ne quitterai pas la Libye et cette bataille sera celle de la victoire ou la mort.

Vous autres aux USA, je ne suis pas votre dirigeant. Vous appartenez à un Etat en faillite que vous devriez vous préparer à quitter. Allez au Vénézuela. Si vous restez, vous devez suivre les traces de mon représentant, le guide spirituel Louis Farrakhan. Ecoutez-le. Il vous dira tout ce que vous avez besoin de savoir sur ce qui se déroule.

Vous les Européens, vous devriez aussi vous préparer à vous trouver noyés sous les évènements et les calomnies. Vous n’êtes pas assez nombreux à avoir relevé la tête. Vous aller devoir en subir les conséquences. Les bons éléments parmi vous devraient viser l’Afrique. Allez en Afrique de l’ouest. L’Afrique du nord n’est pas sûre maintenant que la région est devenue un champ de bataille. En Afrique de l’ouest vous trouverez des logements et du travail.

Vous qui êtes en Serbie, vrais amis de la Libye, vous êtes avec moi. Ne perdez pas espoir, le drapeau des rats flotte au-dessus d’une maison sur un million. Vous pouvez tous préparer vos drapeaux verts, rectangles de 1 x 2, c’est votre drapeau, le drapeau du pouvoir populaire, de l’espoir, de la vérité, de l’avenir.

Vous tous de par le monde qui défendez la vérité, la liberté, la Jamahiriya, accrochez-le sur des millions de maisons, de voitures. Le drapeau vert est à vous, et il appartient aux masses du monde entier. Avec l’aube de l’autorité populaire et la fin des gouvernements, nous avons choisi le drapeau vert et avons choisi une couleur et des dimensions pratiques pour tous. Choisissez n’importe quel vert. Que la hauteur mesure la moitié de la longueur, exactement, et emportez-le partout avec vous.

Bientôt le drapeau vert claquera partout dans le monde, et les gouvernements s’effondreront, ils ont failli envers leurs peuples, et à moi seul, j’ai fait plus qu’eux tous. Ils ont servi différents maîtres. Ils n’ont pas essayé de servir le peuple, jamais. Ils sont la propriété d’autres puissances. Ils ne font rien pour vous. Ignorez-les et ils disparaissent. Préparez-vous à former des comités, ouvertement ou en secret, bâtissez vos propres « mathaba », vos « centres pour l’anti-impérialisme » pour vous rencontrer et partager. Tracez votre chemin. Le drapeau vert appartient à tout le monde.

L’avenir, c’est la jamhiriya, partout. Des sociétés où les masses s’auto-gouvernent. Les congrès de base populaires, et les comités du peuple. Les comités verts pour guider, défendre, exposer, appeler, montrer le chemin vers la prise du pouvoir par le peuple. Tout cela se trouve dans le Livre Vert, lisez-le, recopiez-le, partagez-le. Utilisez vos systèmes de communication, ne vous reposez pas sur l’ennemi. Faites votre propre communication. Reprenez en mains vos ressources, n’ayez pas peur du pouvoir, il faut vous emparer du pouvoir. C’est votre pouvoir, votre richesse, vos armes que les gouvernements, les banques et les militaires vous ont volés.

Vous ne pouvez pas demander à d’autres de vous représenter. Vous ne pouvez pas faire confiance à ceux qui pillent votre richesse. Vous ne pouvez pas demander à d’autres de se battre et de mourir pour vous, pour vous défendre. C’est votre responsabilité humaine, et quand vous ferez cela, le monde sera libre, organisé, le système jamhiri s’implantera, avec la liberté, le bonheur, l’abondance de richesses pour tous.

L’ère des gouvernements touche à sa fin et ils livrent leur dernière bataille, ils sont à bout. C’est la banqueroute pour eux, et pas seulement en matière de finances, mais aussi quant à la morale, la religion, l’éducation, l’intelligence, les idées, ils n’ont pas d’issue. Ils sont sur la pente de l’effondrement. Cet effondrement est une bonne chose pour les peuples du monde qui souffrent parce qu’ils ne sont pas libres.

Vous tous les bonnes gens du monde entier, sachez que l’islam n’est pas ce que les ignorants qui font un grand étalage de prières en public vous montrent, parce qu’en fait ils servent le diable. [...]

Plus de quarante armées se sont jetées sur moi, seulement parce que je dis la vérité, parce que je ne laisserais pas les voleurs me faire passer en Afrique. J’ai promis à l’Afrique que je ne vous trahirai pas. J’ai promis au monde, à vous, aux millions de gens qui me portent dans leur cœur, que je me battrai jusqu’au bout.

N’écoutez pas leurs trompettes. Celui qui les écoute se trompe. Vous avez votre propre mathaba pour vous renseigner, débattre et vous rencontrer. Ne leur accordez aucune attention. Cela devrait être clair pour vous, à présent. Le feu est l’eau, l’eau est le feu. Sachez que l’avenir vous appartient, les gouvernements sont finis, une nouvelle ère des masses s’annonce, comme cela est prédit dans le Livre Vert..

Je vous entends. Beaucoup de vos messages parviennent jusqu’à moi. Je ne peux pas vous répondre individuellement, mais je ressens votre douleur. Certains d’entre vous ont été tellement affectés par les mensonges de ces jours derniers que vous avez même envisagé le suicide. Non! Non, jamais, le suicide n’est jamais une option, lorsque nous sommes aux portes d’une grande victoire. Les coûts seront élevés, mais nous ne devons pas flancher.

Je vous vois, vous les Africains de par le monde, jusqu’en Australie, vos images me parviennent. Je vous vois collecter de l’argent pour secourir l’Afrique de l’est. Ce sont les blancs qui ont amené ces problèmes et qui nous empêchent d’aider nos frères et nos sœurs. Merci pour vos prières. Mais gardez votre argent. Utilisez-le plutôt pour combattre ces agresseurs.

Formez des comités verts autour de vous, réunissez-vous en secret ou bien ouvertement. Proclamez votre allégeance à la charte verte. Etudiez le Livre Vert. Annoncez vos conférences populaires, encouragez d’autres personnes dans le monde entier, préparez le futur congrès mondial sur les crimes contre l’humanité, vous avez six mois pour vous préparer.

La marche de l’année prochaine peut être le plus grand congrès du peuple, vous pouvez faire que cela le devienne. Préparez-vous sans attendre. Créez un site web, vous devez le faire, pour notifier tous les crimes. Tandis que nous nous battons pour défendre notre nation, vous vous battez sur le champ de bataille de la vérité, parce que la plume est plus puissante que l’épée.

Certains d’entre vous sont arrivés jusqu’à notre frontière occidentale, mais ont dû repartir. Vous avez des familles dont il faut prendre soin. Maintenant le chemin à suivre est clair, mais l’OTAN ne laissera pas la paix revenir. Ils ont peur de l’exemple de la grande Jamahiriya. Ils peuvent détruire vos réussites physiques, mais ils ne peuvent pas venir à bout de la vérité. Plus ils essayent, et plus nous serons victorieux, la victoire est avec le peuple, jamais avec les oppresseurs.

Des milliers d’entre vous attendent en plusieurs points. Je vous vois en Tanzanie, au Congo, au Ghana, au Nigéria, et en bien d’autres point de l’Afrique. Comment allez-vous pouvoir traverser les déserts jusqu’en Libye? Regroupez-vous plutôt là où vous êtes. Si la bataille n’est pas gagnée en Libye, elle se déplacera jusqu’à vous. Préparez-vous. Préparez des pièges pour les envahisseurs. Vous devez défendre vos bases.

Les gouvernements africains ne sont pas forts. Ils contrôlent à peine quelques centre-villes. Souvent, ils n’assurent pas de services, et les gens se débrouillent sans eux. Ils ne vont pas être à vos côtés le moment venu. Ils sont pauvres. Ils ont été pillés par les racistes, les colonialistes, les pillards blancs du nord. Affrontez-lez seulement s’ils vous affrontent. Soyez prêts. Défendez votre continent.

Ils ne peuvent attaquer qu’avec leurs bombes, alors que nous nous défendons avec la vérité. Ils ne peuvent jamais se battre au corps à corps. Ce ne sont que des lâches, des déments qui se cachent derrière des machines, ils ne peuvent jamais faire face aux Africains d’homme à homme. Les enfants africains peuvent mettre en déroute n’importe quel mercenaire blanc, voilà pourquoi ils se cachent et détruisent avec haine, mais de loin.

Ne les laissez pas vous utiliser. Soyez unis. Edifiez vos défenses parce qu’ils arrivent s’ils arrivent à passer sur la Libye. S’ils détruisent la Libye, alors attaquez-les par derrière.

Evitez le combat si vous le pouvez. L’ennemi souhaite que nous soyons tous subordonnés à leur champ de bataille, ce qu’ils veulent c’est nous plonger tous dans la guerre. L’Afghanistan est maintenant avec nous, l’Irak est avec nous, le Vénézuela est avec nous. Nous voulons la paix. Nous voulons la justice. Travaillez à des conférences sur les crimes contre l’humanité, utilisez vos réseaux anti-impérialistes mathaba, car ce sont les
Q G des comités verts. Allez de l’avant, la victoire est à nous.

 

http://etoilenoire.hautetfort.com/archive/2011/08/index.html

 

RESISTANCE !

Libye2.jpg

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

.

forum

 

.

Elections, la grande duperie

 

 

Et sur Mecanopolis, Thierry Meyssan (comme d'ailleurs François Asselineau à l'UPR), démontre l'imposture des Partis tous plus ou moins inféodés à l'Oligarchie. Ici il étudie tout spécialement le FN, et au passage, il alerte sur le MES et sur le bloc euro-atlantique prévu pour 2015 (note d'eva)

 

.

(..) Les différents courants politiques rivalisent de promesses et d’affirmations incendiaires pour attirer la sympathie du peuple prétendu souverain. A les entendre, les « Goldman Sachs », les « instances oligarchiques européennes », le FMI, la Banque mondiale, les « Agences de notation » et autres grands financiers de la planète peuvent trembler… ; le peuple arrive et va remettre de l’ordre grâce à l’action énergique de ses représentants issus de l’onction démocratique. Il est malheureux de voir des millions de Français se faire gentiment berner par ces pharisiens qui ne sont que les employés au service d’une oligarchie planétaire affichant avec de moins en moins de discrétion son autorité et sa toute puissance. Peut-on croire qu’au lendemain du 2è tour, l’employé appelé à occuper l’Elysée sera en mesure de sabrer l’armée oligarchique à l’origine des mesures néolibérales dévastant les classes moyennes et détruisant les traditions propres à la civilisation de chaque pays ?


Il serait trop long d’énumérer les soutiens oligarchiques apportés aux politiciens. Contentons-nous de citer l’appui apporté par l’oligarque canadien Paul Desmarais à Nicolas Sarkozy dans sa conquête du pouvoir en 2007. Ce dernier sut lui exprimer ses remerciements en lui accordant la plus haute distinction, la « grand’croix » de la légion d’honneur[1]. Nous invitons le lecteur à s’intéresser à la toute puissance et influence de Paul Desmarais faiseur de rois en liaison avec les très élitistes instituts « Trilatérale » ou « CFR » et bien d’autres.


Peut-on dire que le Front National représente une exception ?

Le parti socialiste et l’UMP, c’est-à-dire l’UMPS, se conduisent comme les frères jumeaux de l’idéologie néolibérale. Au Parlement européen, courroie de transmission des ordres oligarchiques, leurs représentants votent comme un seul homme, sauf exception, les mesures promouvant le néo-libéralisme. Le Mécanisme Européen de Stabilité (MES) entrant en vigueur en juillet 2012, véritable machine oligarchique à vampiriser les Etats européens et disposant d’une immunité totale, est une étape décisive permettant l’emprise des dirigeants occupant le sommet de la pyramide sur le malheureux vulgum pecus. Les partis d’extrême-gauche (NPA ou lutte ouvrière) combattent le mondialisme libérale pour le remplacer par un autre mondialisme ou « altermondialisme » conduisant tout droit à la gouvernance mondiale. Cette fameuse « Internationale » est reprise sans vergogne par David Rockefeller qui, dans ses Mémoires au titre du chapitre 27 », affirme avec force sa joie d’être « Internationaliste et fier de l’être ». Cette tradition « internationaliste », nous la retrouvons chez Jean-Luc Mélenchon à la tête du « Parti de gauche » prônant un brassage et une naturalisation tous azimuts des populations de toute origine permettant une babélisation complète de la France. Il est vrai que son appartenance à la franc-maçonnerie favorisant l’instauration d’une « République universelle » (sous-entendu d’une gouvernance mondiale) et d’une humanité indifférenciée est dans la suite logique des choses. Peut-on dire que le Front National représente une exception ?


Sous la direction de Marine Le Pen, force est de constater que le Front National favorise apparemment de nombreuses mesures en faveur de la défense de la France, du peuple français et de ses traditions. Cependant, comme pour toute chose, il est nécessaire de gratter l’enduit afin de voir si des vices cachés n’existent pas. La psychologie est nécessaire pour capter l’attention des masses. Quand on ne peut pas détruire une menace, on la canalise. Il est toujours bon de donner de l’espoir. La réalité dérange et notre fabuliste national, Jean de la Fontaine, affirmait déjà à son époque que « L’homme est de feu au mensonge, mais de glace à la vérité ». Ce sont toujours les minorités qui imposent leurs vues face à des opinions publiques toujours impulsives et irréfléchies. Il est vrai que le « péché contre l’esprit » n’est pas donné à tout le monde. D’ailleurs à la lecture de cette formule, peu de personnes sont en mesure de comprendre cette expression et ses implications. L’esprit classique propre à « l’honnête homme » est une denrée quasi-disparue. Cependant, essayons de nous plier au réel et à un minimum de logique.


Adrien Abauzit persiste et signe en  rappelant que certains amendements en faveur du marché transatlantique ont été votés par les représentants du FN dont Marine le Pen.

Dans sa réponse à Bruno Gollnisch, Adrien Abauzit[2] persiste et signe en  rappelant que certains amendements en faveur du marché transatlantique ont été votés par les représentants du FN dont Marine le Pen. Sauf manipulations de la part du site internet (nécessitant dans ce cas des poursuites judiciaires) présentant les amendements et les votes en faveur du marché transatlantique, force est de constater qu’il y a quelque chose qui cloche. Les défenseurs de la cause nationale devraient systématiquement voter contre ces amendements. Pourquoi n’entend-on nous pas à la télévision, à la radio ou dans les meetings les dirigeants du FN rappeler systématiquement ce point essentiel (bien plus important que la suppression des radars automatiques) que la finalité de la construction européenne est la mise en place théoriquement pour 2015 d’un bloc euro-atlantique politique, économique et militaire. C’est la clef de voûte du système lui-même s’intégrant dans une gouvernance mondiale. Cet élément essentiel déterminera l’avenir de tous les Européens et Nord-américains jusque dans leur vie de tous les jours … excusez du peu. Tout le programme du grand marché transatlantique est sur le site de la Commission européenne[3]. Alors, je demande aux lecteurs, pourquoi le FN s’abstient d’en parler dans tous les médias en dehors du fait d’évoquer dans son programme sa volonté de s’extirper « de la logique euro-atlantique »[4] ; expression bien fade ne révélant pas le programme politique de grande envergure engagé de part et d’autre de l’Atlantique pour réussir l’instauration d’un G2 (Europe/Amérique) pour reprendre l’expression de la Fondation Bertelsmann.


Le FN s’enfonce dans son erreur en évoquant dans son programme l’instauration d’une alliance trilatérale « Paris-Berlin-Moscou » dans le cadre d’une « union paneuropéenne ».

Qui plus est, le FN s’enfonce dans son erreur en évoquant dans son programme l’instauration d’une alliance trilatérale « Paris-Berlin[5]-Moscou » dans le cadre d’une « union paneuropéenne (d’Etats souverains) ». Depuis des années, nous nous évertuons à dénoncer l’institut « Union paneuropéenne » qui est une des branches du mondialisme. L’Union paneuropéenne créée en 1921 par Richard de Coudenhove-Kalergi et bénéficiant de l’appui financier de la banque juive germano-américaine des Warburg milite pour une Europe unifiée s’intégrant dans une gouvernance mondiale comme le rappelait dès 1925 son fondateur dans un rapport adressé à la Société des Nations (SDN)[6]. Son programme proclame son attachement à un « patriotisme européen couronnement des identités nationales », sa volonté d’une « Europe forte politiquement unie », à « l’auto-détermination des peuples » et le droit des groupes ethniques au « développement culturel, économique et politique ». Comme nous avons pu le prouver dans nos ouvrages « Minorités et régionalismes » et « La décomposition des nations européennes », les présidents de la Paneurope Allemagne (Siegbert Alber[7] et Alfons Goppel[8]) ont joué un rôle déterminant dans l’élaboration de la charte des langues régionales et de la Convention-cadre pour la protection des minorités. L’application de ces documents en France conduirait à la dislocation du pays. Ajoutons à cela que les principes paneuropéens prônent dans le texte un œcuménisme où se mêle christianisme, judaïsme et Islam pour l’Europe. C’est par définition l’objectif même du mondialisme de créer une purée spirituelle digne de Vatican II qui n’est autre que 1789 (autre étape décisive du mondialisme) dans l’Eglise.


Après la mort d’Otto de Habsbourg en juillet 2011, président de la Paneurope, la mémoire de celui-ci a été saluée par des hommages appuyés de la part du FN, ce dont on ne peut que s’affliger.

Quand Marine le Pen condamne avec raison la loi Giscard-Pompidou de 1973 obligeant la France à s’adresser à des acteurs privés pour se financer moyennant des taux d’intérêts prohibitifs, nous rappelons que l’employé Georges Pompidou à la Banque Rothschild était le trésorier de… la Paneurope France dans les années 1960[9]. Que cette même Paneurope organisait en 1966 son Xè Congrès appelant à la mise en place d’une monnaie unique avec comme participant Valéry Giscard d’Estaing[10]. Alors, pourquoi s’entêter à vouloir créer une Union paneuropéenne qui n’est qu’une autre branche du mondialisme au même titre que le luthéranisme et le calvinisme sont des branches distinctes reposant sur un socle commun : le protestantisme. C’est soit de l’ignorance soit de la bêtise. Après la mort d’Otto de Habsbourg en juillet 2011, président de la Paneurope, la mémoire de celui-ci a été saluée par des hommages appuyés de la part du FN ce dont on ne peut que s’affliger[11]. Un véritable défenseur de la culture européenne ne peut pas se référer aux principes véhiculés par la Paneurope qui sont d’esprit messianique.

 

 

lepen1.png


Qu’attendent les dirigeants du Front National pour dénoncer la Fondation franco-américaine financée par les oligarques du monde entier ?

Qu’attendent les dirigeants du Front National pour dénoncer la Fondation franco-américaine (FAF, French-American Foundation)[12] financée par les oligarques du monde entier[13]. Recrutant après sélection des « Young Leaders » appelés à occuper des postes élevés, on trouve dans la liste des heureux élus français[14] : François Hollande, Arnaud Montebourg ou encore le porte-parole du parti socialiste Pierre Moscovici au même titre qu’on trouve sa consoeur Young Leader, Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole du candidat à la présidentielle Nicolas Sarkozy. Rappelons aussi la présence d’Emmanuelle Mignon au côté de Sarkozy membre de son équipe de campagne. Qu’attend le FN pour dénoncer l’UMPS où l’on retrouve ces atlantistes des deux côtés de la barrière ? Imaginez Marine le Pen dénonçant lors d’une émission de grande écoute la Fondation franco-américaine, ses buts (le grand marché transatlantique) et les personnes recrutées dans le cadre des Young Leaders. Cela serait une parfaite démonstration de la collusion entre ces deux partis et nous pouvons penser que des Français largement ignorants de ces faits commenceraient à se poser de légitimes questions. Pourquoi ne le fait-elle pas ?


Les dirigeants du Front National n’ont pas évoqué et condamné l’existence du parlement juif européen.

Le 16 février 2012, dans les locaux du Parlement européen, un grand événement a eu lieu : la création d’un Parlement juif européen[15]. A notre connaissance, les dirigeants du Front National n’ont pas évoqué et condamné l’existence de ce parlement[16]. Le FN toujours prompt à condamner le communautarisme musulman n’a rien dit au sujet du parlement juif européen qui est un magnifique exemple de communautarisme au profit d’une minorité de 3 millions de juifs européens. Comme le dit d’ailleurs avec clarté un des vice-présidents de ce parlement, Joël Rubinfeld, « Le Parlement juif européen a pour vocation de rassembler et coordonner les voix des communautés juives à travers le continent européen »[17]. Comme communautarisme, on ne fait pas mieux. Imaginez la création d’un Parlement musulman européen, nous aurions tous les dirigeants du FN à brailler avec raison leur indignation.


Dire que Marine le Pen est « la candidate la plus antimondialiste ou la moins mondialiste » n’a pas de sens. Au même titre qu’on a le Sida ou qu’on ne l’a pas, on est mondialiste ou on ne l’est pas.

Au vu de ces quelques exemples, on peut largement douter de la vocation du FN à défendre les intérêts nationaux et classiques de la France hérités du baptême de Clovis. Dire que Marine le Pen est « la candidate la plus antimondialiste ou la moins mondialiste » n’a pas de sens. Au même titre qu’on a le sida ou qu’on ne l’a pas, on est mondialiste ou on ne l’est pas. Le socle des références doit être sans taches. Qu’on soit obligé ensuite par habilité et/ou prudence de mesurer ses propos, cela se comprend. On appelle cela la tactique. Cependant, les référents de base doivent être du granit. Alors, face à la vacuité politique et aux mirages représentés par certaines personnalités, faisons la grève du vote afin de laisser tourner la machine électorale à vide. Le système qui se drape sous les faux oripeaux du peuple souverain, alors que le vrai pouvoir se situe au sein de l’oligarchie, se retrouverait nu incapable de se réfugier derrière le faux nez de la démocratie qu’il manipule sans vergogne. Pensons au film « Invasion à Los Angeles »[18] où le héros arrive à détraquer la machine imposée par le système. Il détruit l’appareil qui permettait de conserver les apparences humaines aux agents chargés de soumettre l’humanité. Sa destruction permet de voir la réalité et de distinguer les humains des monstres. Ne serait-il pas possible de détraquer le système en s’abstenant. Personne ne se présentant dans les isoloirs, l’artifice voulu par le système disparaîtrait et, dans ce cas, nous verrions le comportement de nos bourreaux obligés d’agir à découvert. Il va de soi qu’un peuple entier entrant en rébellion prêt à faire passer un très sale quart d’heure aux dirigeants suprêmes agirait véritablement au service de la salubrité publique.


Pierre Hillard, pour Mecanopolis


Pierre Hillard est docteur en science politique et essayiste français. Il a fait des études d’histoire, de sciences politiques et d’études stratégiques. Spécialiste du « mondialisme », il est notamment l’auteur de Minorités et régionalismes dans l’Europe fédérale des régions (2004), de La Décomposition des nations européennes : de l’union euro-atlantique à l’État mondial (2005), et de La Marche irrésistible du nouvel ordre mondial (2007).

 

 

rapport1.png

 


[1] http://www.rue89.com/rue-des-erables/sarkozy-decore-desmarais-son-riche-et-discret-ami-canadien

[2] http://www.mecanopolis.org/?p=25254

[3] http://eeas.europa.eu/us/index_fr.htm

[4] http://www.frontnational.com/le-projet-de-marine-le-pen/politique-etrangere/notre-politique-etrangere/

[5] Alliance dénoncée par l’Allemagne qui a conclu le 27 février 2004 « L’alliance germano-américaine pour le XXIè siècle : http://www.spiegel.de/politik/deutschland/0,1518,288388,00.html

[6] Voir l’excellent livre d’Anne-Marie Saint Gille « La Paneurope », Editions Presses de l’Université de Paris Sorbonne, 2003, page 128 et suivantes.

[7] http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2010/10/Discours-de-Siegber-Alber.pdf (voir aussi les autres pièces d’archives à partir de l’article publié sur Mecanopolis : http://www.mecanopolis.org/?tag=ethno-regionalisme

[8] http://de.paneuropa.org/index.php/pan/geschichte

[9] http://www.paneuropa.org/fr/intro.html

[10] La paneurope, op. cit, p. 366.

[11] http://www.nationspresse.info/?p=138044

[12] http://www.french-american.org/

[13] http://www.frenchamerican.org/current-supporters

[14] http://www.french-american.org/files/liste-yl-fr-81-10.pdf

[15] http://www.mecanopolis.org/?p=24996

[16] Si cela s’est fait … quelle discrétion.

[17] http://www.rubinfeld.be/publications/articles/269-cent-vingt-elus-au-premier-parlement-juif-europeen

[18] http://www.youtube.com/watch?v=ClyFbJmTwP8

.

Article placé le 18 avr 2012, par Pierre Hillard (Paris)

Election présidentielle : la grande duperie

.

Pour François Asselineau - et son parti l'UPR,

contre l'Oligarchie, les mondialistes, les Européistes, le Cartel bancaire,

(les Elus inféodés, aussi), donc contre l'euro, l'UE, l'OTAN,

les Organisations internationaules, c'est ici :

 

http://u-p-r.fr

.

 

Capture-d%E2%80%99e%CC%81cran-2012-04-23

.

.

Et sur Mecanopolis, je trouve cette évocation du Gl de Gaulle,

qui est une bonne conclusion,

avec l'article du philosophe M. de Dieguez,

sur la souveraineté des Etats (note d'eva, et montage de cette parution)

.

.

de gaulle


 

L'article ici,

 

Le retour du Général de Gaulle

Par Manuel de Diéguez

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 04:55

 

 

Joseph Vernet, Naufrage, 1759

La France de Sarkozy en lambeaux

 

C'est un libéral qui écrit cela, Michel de Poncins, note d'eva : (..) Enumérons quelques unes des manifestations de cette ruine sans ignorer qu’il en est bien d’autres : chômage récurrent en particulier des jeunes et des seniors, désindustrialisation, compétitivité en danger, impôts et charges insupportables, déficit chronique, justice en lambeaux, éducation nationale pratiquement détruite, grèves permanentes, retraites en déshérence, agriculture ruinée, endettement public en folie, faible durée du travail, salaires insuffisants, prospérité insolente des restos du cœur (..)

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/21/jean-marc-ayrault-la-ruine-annoncee/


 

Ce que voit Attali pour les mois à venir…

 

 

(Commentaire)

 

De toutes les forces de la France

J. attali

Au coeur de l’été, lorsque les cendres et les confettis électoraux seront retombés et auront été ramassés, le pays se trouvera dans une situation extrêmement périlleuse.

1. En France, les perspectives de chômage, de déficit budgétaire et de balance de paiement seront pires que n’avait voulu le faire croire la majorité sortante.

2. Les élections en Grèce auront sans doute amené un gouvernement hostile à l’accord de stabilité et sa sortie de l’euro sera imminente.

3. Au Portugal, le soutien de l’opinion à la politique d’austérité se sera effiloché.

4. En Italie, le gouvernement de Mario Monti aura perdu l’essentiel de son élan réformateur.

5. En Allemagne, l’union sacrée autour de la politique d’austérité aura disparu.

6. L’Espagne aura fait basculer sa dette privée sur sa dette publique, qui atteindra le niveau français et allemand, dans un contexte de chômage record.

7. Les banques européennes apparaitront comme durablement incapables, faute de fonds propres, de financer l’économie.

8. L’union européenne, empêtrée dans des querelles bureaucratiques et sans leadership sérieux, aura montré son impuissance.

Si ce scénario se réalise, la fin de l’euro et l’effondrement du niveau de vie de chacun des européens sera à portée de vue. Et pourtant, ceci n’est pas inévitable :

1. En France, des économies considérables sont possibles, en s’attaquant aux innombrables gaspillages de l’Etat, des collectivités locales et des administrations sociales, sans pour autant remettre en cause la justice sociale.

2. En France, des moyens considérables existent pour améliorer sa compétitivité en ouvrant les professions fermées, en taxant plus l’héritage et la fortune que les richesses créées, en organisant une dévaluation fiscale.

3. La France et l’Allemagne peuvent s’entendre pour définir un chemin commun vers une Europe de croissance.

4. La commission européenne dispose d’une cagnotte de 50 milliards d’euros, qu’elle ne peut utiliser, et qui, transférée comme capital à la Banque Européenne d’Investissement, peut permettre à cette banque publique, efficace et puissante, de financer plus de 500 milliards d’investissements nouveaux d’infrastructure d’énergie, de télécommunications et de soutien aux PME.

5. Le Fonds Européen de Stabilité Financière peut être transformé en banque et financer les urgentes augmentations de capital des banques de l’Union.

6. Tous les pays de l’eurozone pourraient définir en commun un agenda de réformes de compétitivité, applicables quelque soit les majorités au pouvoir dans les divers pays. Pas un document impraticable, comme l’agenda de Lisbonne, mais un vrai programme commun.

7. L’eurozone peut se doter d’une recette fiscale autonome, pour financer des eurobonds, qui mutualisererait les risques entre les pays de l’Eurozone.

8. Pour voter cet impôt, l’Eurozone peut se doter d’un parlement fédéral, qui pourrait être à Strasbourg quand celui de l’Union resterait à Bruxelles.

Tout cela ne pourra pas être mis en oeuvre en cas de cohabitation : le président a besoin d’une majorité pour gouverner. Mais cela ne pourra pas non plus être réalisé par la gauche seule. D’abord parce qu’il ne faut pas se priver d’excellentes idées de modernisation venues de droite et que Nicolas Sarkozy a eu le tort de ne pas appliquer. Ensuite parce qu’il faudra une véritable union nationale pour réussir à fonder la justice sociale sur la suppression des innombrables rentes qui paralysent le pays. Enfin parce qu’il faudra séduire, pour les garder, tous les créateurs, et unir toutes les forces de la France.

 

http://www.attali.com/actualite/blog/macro-economie/de-toutes-les-forces-de-la-france

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/05/21/jean-marc-ayrault-la-ruine-annoncee/

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 04:51

 

Lundi 21 mai 2012

On savait que l'ONU était le bras armé du terrorisme international. L'intervention militaire en Irak l'avait récemment démontré par l'arrogance des " pays civilisés" qui ont déclenché une guerre pour dépecer l'Irak et tuer son raïs Saddam Hussein.( Vidéos n°1 & 2)


On savait que l'ONU était un instrument politique au service des intérêts des puissances occidentales, d'où l'incapacité de la réformer et de rebattre les cartes en fonction des nouvelles réalités géopolitiques et de l'émergence de puissances non occidentales. En revanche, ce dont on ne pouvait pas se douter en raison de l'histoire de la diplomatie française, c'est que la France a pris le leadership de terrorisme mondial, passant du Gaullisme au Sarkozysme, idéologie théorisant du bien fondé de l'impérialisme occidental au nom des "valeurs civilisatrices"


Si la France s'était brillamment illustré par son refus de l'invasion irakienne de 2003, ce qui avait contribué à renforcer son prestige à travers le monde, force est de constater qu'elle s'est désormais convertie à la doctrine néoconservatrice sous la baguette de l'ancien chef d'orchestre de l'Elysée. Si l'Amérique de George W Bush présentait dans son bilan la fin du régime de Saddam Hussein, la France de Nicolas Sarkozy pourra revendiquer la chute du guide de la révolution libyenne.On savait que l'ancien " président" s'était dépensé sans compter pour déclencher une guerre en Libye au nom de la " protection des civils de Benghazi".( Vidéo n°3)


Sauf que derrière l'intervention " humanitaire" se cachait le projet criminel ayant conduit à l'assassinat de Mouammar Kadhafi en violation de la résolution de 1973. Pis, on découvre désormais que la France est devenue un Etat terroriste, qui piétine le droit international pour imposer sa LOI par les armes, la force, le sang et les menaces.( Vidéo n°4)

C'est ce que démontre le témoignage explosif de Kofi Yamgnane, ancien député-Maire en Bretagne dans le Finistère, qui a révélé sur le plateau de France24 que le président de la Guinée Équatoriale avait une solution négociée à propos de la Libye, mais Nicolas Sarkozy a menacé de flinguer l'avion de la délégation Africaine dès qu'il franchirait l'espace aérien, vidéo n°5. Ce qui rend cette révélation encore plus inquiétante, c'est que Nicolas Sarkozy parlait au nom du peuple français, sans que ça ne provoque un rejet en France. "Qui ne dit mot consent", dit l'adage populaire.


La France qui terrorise des " présidents" Africains sur leur sol, alors qu'ils tentaient par tous les moyens d'empêcher une guerre coloniale dont les conséquences sont désastreuses pour l'Afrique, voilà le pays du Général de Gaulle devenu le leader du terrorisme d'Etat ! Comment a t-on pu en arriver là ? ( Vidéos n°6 &7)

 

 

TOUTES LES VIDEOS ici :

LA FRANCE, LEADER DU TERRORISME INTERNATIONAL

.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 02:30

 

Lundi 21 mai 2012

Zbigniew WiktorUne fois n’est pas coutume, l’équipe rédactionnelle de Résistance se propose de relayer une pétition. En effet, nous assistons aujourd’hui avec inquiétude à la montée d’un anticommunisme européen qui prend de plus en plus une forme répressive. La finalité de cet anticommunisme est toujours la même : forclore la Révolution, diaboliser les luttes de classes et les grèves, faire croire qu’il n’y a pas d’alternative au capitalisme… et le cas échéant justifier la répression contre tous ceux qui contestent l’Europe de Maastricht, construite par le grand capital sur les ruines du socialisme. Nous ne pouvons que nous élever contre cet état de fait.

 

L’équipe rédactionnelle de Résistance. 


 

[calameo code=000726878e6c57a8de8b9 lang=fr width=100% height=500]
Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 02:18
Valérie, cette première dame qui bluffe l’Amérique

valerie-trierweiler-15-mai-investiture-francois-hollande-a-10697251gljil_2041.jpg

 


Les Américains n’ont peut être pas été d'emblée emballés par la victoire de François Hollande. Mais Valérie Trierweiler….Whaou ! Le premier moment de surprise passé, ils sont carrément en train d’en tomber amoureux. « La First lady sans titre (ni alliance) trace sa propre voie », titre le New York Times. « Valérie est parfaite. Elle est si Française,  insiste la rédactrice de mode Rebecca Voight citée  dans le Washington Post. Les françaises se reconnaissent en elle... Elle a gardé une distance respectueuse de Hollande durant la campagne, elle a sa propre carrière que les gens respectent ».

Ces diables d’Américains sont étonnants. Ils viennent de se déchirer pour savoir si, comme l’a répété Ann Romney, l’épouse du candidat républicain, le métier de maman est le plus beau et le plus difficile et si les femmes au foyer étaient suffisamment respectées dans le pays. Ils se sont insurgés quand une féministe, qui a d’ailleurs du s’excuser, a osé rappeler que Ann Romney n’avait jamais travaillé ne serait ce qu’un seul jour dans sa vie, et qu’elle n’était pas la plus compétente pour juger des difficultés des femmes. Pourtant, l’indépendance et la détermination de Valérie Trierweiler qui prétend continuer à travailler car elle ne veut pas que son compagnon l’entretienne les impressionne :   « Elle, au moins, est légitime pour  parler des mères qui travaillent et qui culpabilisent de travailler » souligne Katie Baker dans un article intitulée « pourquoi la first lady est carrément impressionnante », sur le site du féminin Jezebel. « Elle est méritante, ambitieuse. Elle est juste comme nous (ou du moins comme certaines d’entre nous). Et elle a le sens de la formule : "Je n’ai pas été élevée pour servir un mari » « J’ai construit toute ma vie sur l’idée de l’indépendance » : Préparez vous à voir  les Tee-shirts ! ».  Quant à l’histoire d’amour de « François et Valérie », c’est un bonheur pour les magazines féminins !

Alors que le tabloïd Britannique The Daily Mail vient de publier un article carrément insultant sur Valérie Trierweiler  et par extension sur toutes les femmes françaises décrites comme des salopes, ici, c’est plutôt l’admiration qui domine, avec presque une pointe d’envie. Il y a bien, de ci-de là, quelques petites réserves sur « ces français, qui ne voient pas de conflit d’intérêt entre journalisme et politique », mais elles sont discrètes.

Ah bien sur, certains ouvrent quand même des yeux ronds sur cette mère de famille deux fois mariée, deux fois divorcée, qui n’a même pas de bague au doigt : « A croire qu’une vie amoureuse compliquée est la condition pour devenir président de la République », note un journaliste.  « Imaginez que le président Hollande et Valérie Trierweiler soient américains. Regardons les choses en face : Leur relations ont commencé en 2006, quand Hollande vivait encore avec Ségolène Royal. Ils se sont séparés à cause de l’infidélité de Hollande. Trierweiler, divorcée deux fois,  a eu trois enfants avec son second mari écrit dans le Chicago Tribune Marvin Zonis, aussi stupéfait que s’il découvrait que le couple présidentiel français pratiquait des rites vaudous. Que Valérie Trierweiler et François Hollande ne veuillent pas se marier au nom du seul protocole, voilà qui lui semble proprement  insensé : «  Le protocole est en fait la seule raison valable de se marier pour des politiques ». Mais c’est l’étonnement qui domine, plutôt qu’un jugement de valeur. 

Une telle situation est-elle envisageable aux Etats-Unis ? La réponse est unanime : Certainement pas.  « En tout cas, pas tout de suite. L’obsession du mariage traditionnel montre combien nous sommes profondément hypocrites écrit Jen Doll dans « The Atlantic Wire » rappelant que Michael Bloomberg, le maire de New York et le gouverneur Andrew Cuomo, qui vivent tous deux en concubinage, ont été traités de « fornicateurs non mariés », par le sénateur Ruben Diaz. Et c’est sans doute pourquoi, d’une certaine façon,  la situation  les fascine : « Ces Français ont un siècle d’avance sur nous », écrit un lecteur sur  le site du New York Times « Cela devrait nous faire réflechir sur notre hypocrisie » :  « Mieux vaut, chez nous,  un homme politique ayant une maitresse qu’un homme non marié avec sa compagne à la Maison Blanche, poursuit Jen Doll. Mais dans la société Américaine, de moins en moins de gens sont mariés et de plus en plus de gens divorcent. Peut être les français ont-ils raison de ne pas se préoccuper de ces questions,  en tout cas pas suffisamment pour voter contre un homme politique à cause de cela.  Quoi qu’il en soit,  François Hollande et Valérie Trierweiler  apparaissent comme un couple plutôt adorable »…

Cerise sur le gâteau : d’après Pipper Weiss, sur Shine, Valérie serait parfaitement compatible avec Michelle : « La nouvelle First Lady Française a beaucoup plus de points communs avec notre First Lady que Carla. Ce sont deux femmes qui ont des carrières, qui ont fait des sacrifices pour les aspirations politiques de leur mari. Elles ont vaincu l’adversité et ne cherchent, ni l’une ni l’autre, à être au centre de l’attention. Cela pourrait être le début d’une belle amitié ». Eh bien!

 

http://criseamericainemidwest.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/05/17/t-valerie-cette-premiere-dame-qui-bluffe-l-amerique.html

 

Note d'eva : En tous cas, elle est très sobre et particulièrement élégante.

 

.

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:45

 

Nucléaire iranien : pourquoi des frappes seraient inefficaces

Alors que l'Iran et les grandes puissances s'apprêtent à reprendre des négociations, le service de recherche du Congrès (CRS) vient de remettre aux parlementaires américains un rapport intitulé « Israël : de possibles frappes militaires contre des sites nucléaires iraniens ».

 

Le texte (que l’on trouve ici en anglais) a immédiatement fuité.

 

L’essentiel des 52 pages est déjà connu. Il s’agit d’une synthèse des principales déclarations et des meilleurs articles américains et israéliens sur le sujet.

 

Mais, sur un sujet crucial, les auteurs du rapport apportent une information inédite. Il concerne la capacité de l’Iran de reconstruire des centrifugeuses après d’éventuelles frappes contre les sites nucléaires.


f15-israel.jpg

                                        (F-15 israéliens)

 

 

 

La question est fondamentale puisque que l’enrichissement de l’uranium (via des centrifugeuses) est l’étape majeure dans la fabrication d’une arme atomique.

 

Si la capacité d’enrichissement de l’Iran n’est pas détruite durablement par des frappes (qu’elles soient israéliennes ou américaines) celles-ci ne seront pas efficaces.

 

Or il semble que ni les Etats-Unis ni les Israéliens ne savent où se trouvent tous les ateliers de fabrication de centrifugeuses et que, même s’ils le savaient, les reconstruire ne prendrait que six mois.

 

Autrement dit, bombarder ne servirait à presque rien.

 

Voici ce que dit le rapport :

 

« Un officiel américain a déclaré au CRS qu’ « il pourrait y avoir beaucoup d’ateliers [de fabrication de centrifugeuses] » en Iran. »

« Un ancien officiel du gouvernement américain qui connaît le sujet [nous] a déclaré, le 27 février 2012, que la production de centrifugeuses en Iran était largement répartie et que le nombre d’ateliers a probablement été multiplié « plusieurs fois » depuis 2005 [année où l’Iran a interdit à l’Aiea la visite de tels ateliers]. »

« En faisant peut-être référence à ces ateliers, l’ancien directeur de la CIA et de la NSA Michael Hayden a déclaré en janvier 2012 que ni les Etats-Unis ni Israël ne savaient où se trouvaient tous les sites nucléaires iraniens importants. »

« Un officiel de l’exécutif a dit, le 27 février 2012 au CRS, que l’Iran n’avait pas assez d’éléments de centrifugeuses pour installer de nouvelles centrifugeuses immédiatement après une attaque. Cependant, il a ajouté que la plupart des ateliers de centrifugeuses pourraient probablement être reconstruits ou remontés en six mois. » 

 

http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/04/01/nucleaire-iranien-pourquoi-des-frappes-seraient-inefficaces.html

 

 

.

 

Hollande le Transatlantique :

 

obama,hollande

De Chicago,


C'est un exercice obligé pour tout président français, surtout en début de mandat : déclarer sa flamme à l'Amérique et louer le lien transatlantique. Tous l'ont fait, même De Gaulle et Mitterrand, surtout Mitterrand. En bon social-démocrate européen, François Hollande, qui tenait à prouver qu'il sera un allié indépendant mais fiable, n'a pas dérogé à la règle - bien au contraire.

 

Hier, après sa rencontre particulièrement longue avec Barack Obama dans le Bureau Ovale, le chef de l'Etat a été, lors de sa conférence de presse, très éloquent sur l'importance qu'il accordait à la relation entre la France et les Etats-Unis.

 

Sa conclusion dit tout de son état d'esprit "transatlantique" :

 

"Quand la France et les Etats-Unis sont ensemble sur une grande question, elle peut trouver sa solution. C'est cela qui fait que la relation entre la France et les Etats-Unis est si importante et si décisive."

 

Voici un extrait de son discours à la presse :

 

"Je connais les Etats-Unis depuis longtemps. La première fois que j'y suis venu, le président Obama a bien voulu le rappeler, c'était en 1974. Je faisais un voyage d'études sur les fast-foods qui n'étaient pas encore en France et qui existaient déjà aux Etats-Unis. Si j'avais voulu faire des affaires, voyez ce que j'aurai eu comme carrière. Donc, ce voyage d'études, de ce point de vue a été plus un voyage qu'une étude et m'a permis d'aimer les Etats-Unis. J'y suis revenu régulièrement. Récemment, j'étais à Détroit pour des raisons qui tenaient à l'implantation d'une entreprise américaine dans mon département de la Corrèze et c'était à un moment où l'industrie automobile était en pleine crise et où Détroit était frappé. (...)


Oui, j'ai un attachement [à l'Amérique] qui est multiple, qui est à la fois culturel, historique, personnel et donc je suis conscient que la relation entre la France et l'Amérique doit être une relation qui est à la fois une exigence parce que nous attendons des Etats-Unis à chaque fois qu'ils se placent sur les grandes causes, sur les grands sujets, la démocratie, les droits de l'homme, respect de la personne humaine et nous sommes à chaque fois déçu quand les Etats-Unis peuvent ne pas être sur cette ligne, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. (On voit tous les jours à quoi ressemble cette "démocratie" avec tous les pays destabilisés, attaqués, bombardés, etc, note d'eva)


De la même façon, je suis conscient que dans notre histoire, nous avons eu à la fois des solidarités très fortes et des moments où, en fonction des situations, il y a eu des conflits et des différends. Doit-on parler de ce qui s'était passé au moment de l'intervention en Irak ? Mais nous sommes sortis là aussi de ce temps-là. Et donc, je veux qu'entre la France et les Etats-Unis, il y ait à la fois cette amitié proclamée et cette franchise dans la relation. Et là, il se trouve que nous avons des convergences qui sont l'évidence sur la croissance, sur le rapport à la stabilité de la zone euro, sur la question de l'Iran, de la Syrie, sur même le développement, sur l'Afrique. (...)

Pour terminer, quand la France et les Etats-Unis sont ensemble sur une grande question, elle peut trouver sa solution. C'est cela qui fait que la relation entre la France et les Etats-Unis est si importante et si décisive."

 

http://globe.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/05/19/hollande-le-transaltlantique.html


 

-----

 

.

Photo
J.M. Bouguereau

 

 

L’essentiel : l’adoubement du nouveau président par ses pairs

 

A côté de ce point de convergence majeur, le reste peut paraître secondaire. Si sur l’Iran et la Syrie, il n’y a pas de divergences, reste le bouclier anti-missile qui, s'appuyant sur une technologie américaine, devrait être l'un des principaux axes de développement de l'Otan dans les prochaines années.

 

Hollande a toujours dit qu’il y était réticent à cause de contrôle quasi exclusif de Pentagone et de la menace indirecte sur la dissuasion nucléaire française. Aux dernières nouvelles, les équipes présidentielles qui rédigent le communiqué final butaient sur cet écueil. Mais l’essentiel ne sera pas là, mais dans l’adoubement du nouveau président par ses pairs, dans les premiers contacts qui diront si le courant passe, vu l’importance prise par les relations personnelles entre grands de ce monde

 

http://jeanmarcelbouguereau.blogs.nouvelobs.com/archive/2012/05/19/g8-otan-dans-la-cour-des-grands-francois-hollande-doit-depas.html

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:43

2.11.2010

La tragédie des Chrétiens d'Orient : La responsabilité de l’Occident

 

«Dites : Nous croyons en Dieu, à ce qui nous a été révélé, à ce qui a été révélé à Abraham, à Ismaël, à Isaac, à Jacob et aux tribus, à ce qui a été à Moïse et à Jésus, à ce qui a été donné aux prophètes de la part de leur Seigneur. Nous n’avons de préférence pour aucun d’entre eux. Et à Dieu nous sommes soumis».

Le Coran (Sourate II, la Vache; verset 136)

Le 31 octobre, l’église de Bagdad était attaquée en pleine messe. L’assaut de la police pour libérer les otages s’est soldée par un bain de sang ; il y eut une cinquantaine de morts, en grande majorité des Irakiens de confession chrétienne. Un autre attentat aurait fait six morts le 9 novembre à Bagdad . Trente-cinq Irakiens blessés dans l’attaque de la cathédrale syriaque catholique de Bagdad, menée le 31 octobre, sont arrivés par avion, lundi dernier à Paris pour y être soignés dans le cadre d’un rapatriement sanitaire organisé par la France. Alors que Paris a été vivement critiqué cet été pour les expulsions de Roms, M.Besson a estimé qu’ « il faut assumer les deux facettes : fermeté contre l’immigration irrégulière (...) et en même temps générosité, asile, c’est un tout ».

Cette « sollicitude » envers les Chrétiens, Arabes avant tout, est suspecte. Elle plonge ses racines dans la politique de l’Occident qui n’a eu de cesse de déstabiliser l’Empire ottoman. On sait que les rapports entre Islam et Christianisme ont été marqués en 1400 ans de coexistence par des liens complexes et des échanges souvent très riches. L’Empire ottoman a toujours été multiconfessionnel et la capitale Istanbul, pour ne citer qu’elle, a toujours vu, depuis sa conquête, coexister églises et mosquées. Les « gens du Livre » vivaient dans une paix relative en terre d’Islam. On ne peut que saluer la réaction des Egyptiens qui dénoncent ceux qui menacent les Coptes. « Les appels dénonçant les menaces d’Al Qaîda contre la communauté chrétienne copte se sont multipliés depuis deux jours en Egypte. La prestigieuse institution sunnite d’Al Azhar, proche du gouvernement, comme les Frères musulmans, première force d’opposition du pays, a dénoncé les menaces venues d’Irak. » (1)

« Le grand imam d’Al Azhar, a déclaré via son porte-parole que « l’Islam garantit la liberté de culte et interdit les agressions contre les églises ». Il a condamné « avec force ». les menaces proférées par une branche irakienne d’Al Qaîda, (...) « Les Frères musulmans avertissent tout le monde -et en premier lieu les musulmans - que la protection des lieux de culte de tous les enfants des religions monothéistes est la mission de la majorité musulmane », a affirmé sur son site Internet la confrérie, interdite mais tolérée dans les faits. (...) Dans la presse également, les prises de position en ce sens se sont multipliées, (...) « Les dernières menaces d’Al Qaîda visant les Coptes d’Egypte sont en fait une menace contre tous les Egyptiens » et « un prétexte pour détruire notre unité nationale », estime l’éditorialiste Emad Erian Al-Ahram.(1)

 

Compassion sélective

Devant le traitement médiatique exceptionnel de ces massacres inexcusables comme les milliers d’autres, deux jours après il y eut plus de deux cents morts sunnites et chiites dans la même ville et là, silence radio, aucune protestation, aucune compassion encore, moins de propositions de soigner les blessés en ces terres occidentales responsables de tous les malheurs du monde. Pour rappel, l’horreur est devenue quotidienne dans plusieurs pays musulmans que l’Occident veut démocratiser. Dans une des dernières contributions, nous écrivions :

« Irak ! Afghanistan ! Pakistan ! Ghaza ! Nous commençons à nous habituer à l’horreur des bilans macabres de dizaines de personnes journellement fauchées avec tout au plus une attention de quelques secondes. Sans tomber dans la concurrence victimaire, qu’on le veuille ou non, c’est la même humanité en Irak, en France, aux Etats-Unis ! En octobre 2006, la revue médicale The Lancet estimait le nombre de décès irakiens imputables à la guerre à 655.000. Pour la seule deuxième guerre du Golfe, l’Institut Opinion Research Business a estimé à plus de 1.000.000 le nombre de victimes irakiennes entre mars 2003 et août 2007. La guerre a provoqué l’exode d’au moins deux millions d’Irakiens. Ceci sans parler des dégâts occasionnés par le programme « pétrole contre nourriture » : plus de 500.000 enfants seraient morts de maladie et de malnutrition. »(2)

Hosham Dawod anthropologue au CNRS attire justement l’attention sur cette différence de traitement qui peut porter préjudice aux Irakiens chrétiens vus comme une cinquième colonne de l’Occident chrétien :

« (...) Force est de constater, écrit-il, que le dernier attentat meurtrier, revendiqué par Al Qaîda contre l’Eglise syriaque et chaldéenne de Baghdad, a provoqué légitimement un élan d’émotion à travers le monde, qui était plus fort encore en Irak. La question des minorités n’a jamais été simple, que ce soit en Orient ou en Occident, en terre d’Islam ou du christianisme, et moins encore en terre bouddhiste ou confucianiste. Les spécialistes savent que la plupart des Etats moyen-orientaux différencient leurs groupes ethniques par la religion et par la confession, ce qui les conduit logiquement à identifier toujours une population majoritaire (musulmane sunnite ou chiite, chrétienne, juive) et des minorités religieuses. (...) » (3)

« L’identité communautaire, parfois aidée par des soutiens extérieurs, s’est transformée en posture politico-culturelle, et plus seulement aux yeux des acteurs, mais aussi au regard des autorités politico-religieuses locales. Ce procès alimente la construction, à la hâte, d’une mémoire collective chez les populations majoritaires, cimentée par un imaginaire qui voudrait par exemple que des chrétiens vivant sur un territoire depuis des milliers d’années soient associés à une excroissance occidentale en Orient, et non pas parmi les véritables nations de l’Orient. Hélas, l’attitude de certains gouvernements occidentaux prête main forte à ce type de raccourci. Que l’on soit bien entendu : il faut aider les victimes d’attentats en Irak comme ailleurs, mais qu’elles soient chrétiennes ou musulmanes, kurdes ou arabes, mandéennes, Yazidis ou shabaks. Il peut paraître incompréhensible pour les Irakiens que, à l’heure des deuils et des enterrements, la France trie dans les victimes. (...) Désormais, il est à craindre que la minorité chrétienne soit une cible non seulement du fait de sa différence religieuse, mais aussi de son « assimilation » à l’Occident. » (4)

Qu’en est-il justement de ces Chrétiens d’Orient qui intéressent l’Occident ? L’historien Henri Laurens démontre qu’en Orient a eu lieu, notamment avec l’émergence du mouvement Jeune-Turc en 1908, un mouvement d’attraction vers la culture de l’Occident, en particulier vers la culture politique et administrative française. Mais les prétentions et rivalités franco-britanniques, puis les ambitions russes, allemandes et italiennes, engendreront des résistances, portées tant par le nationalisme arabe que par l’islamisme, lequel revendique aussi parfois son arabité.(4) Après avoir étudié les fondements du pouvoir ottoman, l’auteur aborde la période des Tanzimat (réformes) qui voit la naissance des idéologies modernes dans l’empire, la naissance de l’islamisme et celle du nationalisme. Les termes « islamisme » et « arabisme » sont d’usage relativement récents, le premier renvoyant à un usage politique de la religion, le second, dérivé de « panarabisme », correspondant à la volonté de rassemblement de tous les Arabes dans une même unité politique à partir d’une certaine vision de l’arabité. Cette dernière pourrait être définie par une communauté de langue, de culture et d’organisation sociale issue de la civilisation des premiers Arabes. La cohésion du groupe -la ’asabiyya d’Ibn Khaldoun -est une exigence de survie dans le milieu particulier qu’est le désert. L’organisation de base est la tribu, qui se reconnaît un ancêtre commun. Selon la logique ancienne, ce n’est pas la langue, mais l’origine, le nasab (généalogie -réelle ou fictive), qui fait l’arabité. (5)

L’historien fait remonter les interactions Orient-Occident principalement, à la prise de Constantinople en 1453. L’Empire ottoman n’est pas un empire turc. Il est composé avant tout de musulmans, et la base de la société est tribale et clanique. (...) Dans les provinces ottomanes, le système mamelouk se perpétue, le recrutement en restant servile jusqu’au XIXe siècle. Les kul sont des askers (soldats), dispensés de l’impôt, par opposition aux re’aya (sujets), composant la grande majorité de la population, astreinte à l’impôt et régie par la loi islamique et le qanun. Les non-musulmans ont, en général, le statut de protégé, dhimmi, à l’exception des chiites. Pour les désigner, on utilise les termes de taïfa (groupement humain) ou de Djemaât (communauté). C’est à la suite de la prise de Constantinople en 1453, lorsqu’avec Mehmet le conquérant, les Ottomans se constituent en empire que les communautés revendiquent une organisation formelle. Une particularité est à souligner : dès le XVIIe siècle, la monarchie française, alliée de l’Empire ottoman, a reçu le privilège de protéger l’ensemble des catholiques de l’empire, exerçant ce que l’on appellera le « protectorat religieux de la France » (6)

« Cela concerne aussi les Églises uniates et l’Église maronite. Un pacte de protection, la dhimma, relie les non-musulmans (chrétiens, juifs, toutes religions sauf le chiisme) au sultan. » Les malheurs de l’empire débutent avec l’expédition d’Egypte en 1798 « A partir de 1840, l’offensive commerciale européenne est complétée par une grande offensive missionnaire, marquée par la concurrence des différents pays occidentaux.(...) La Russie revendique un droit de protection des Grecs orthodoxes. Les communautés non musulmanes - appelées millet, ont une démographie qui croît plus vite que celle des musulmans. Leur niveau culturel, avec les missions, s’accroît. Le poids des hommes d’affaires est croissant. Au Mont-Liban, les tensions entre Druzes et Maronites sont instrumentalisées par les Anglais et les Français, en lutte d’influence dans la région. La création de l’Alliance juive universelle en 1860 par des personnalités françaises, place l’influence de la France sur les Juifs d’Orient au premier plan. » (7)

La tension entre puissances chrétiennes connaît son apogée autour des Lieux Saints de Jérusalem, la Russie se heurtant à la France et à la Grande-Bretagne sur la question de leur administration. L’empire se voit reconnaître une pleine égalité juridique avec les autres États européens lors du Traité de Paris en 1856. La contrepartie de cette égalité est le renforcement de l’émancipation des non-musulmans, qui se traduira par la promulgation du Hatti Humayoun, le 18 février 1856, édit impérial dont il est fait mention dans l’article 9 du Traité de Paris. Les Européens sont avant tout soucieux de la situation des millet chrétiens. Mais le Hatti s’applique également aux Juifs, et les non-musulmans se voient ainsi reconnaître plus de droits dans l’Empire ottoman que les non-chrétiens en Europe. (...) 8

« Français et Anglais continuent de s’interposer à travers leurs influences sur les Maronites et les Druzes. En 1860 se produit une révolte de paysans maronites contre la domination des notables.Cette révolte suscite en réaction le massacre de chrétiens par les musulmans. Les troubles s’étendront jusqu’à Damas, où ils seront arrêtés par l’intervention de l’Emir Abdelkader. Les massacres en Syrie indignent les Européens. Napoléon III envoie alors la première expédition armée à but humanitaire. Les travaux de la commission internationale aboutissent à l’établissement d’un règlement en 1861 qui prévoit que le Liban sera gouverné par un chrétien [Moutassarif, Ndlr], jusqu’en 1914. Au total, les Tanzimat se heurtent à trois obstacles de taille : la question confessionnelle, la transformation des autonomismes locaux en patriotismes et l’intervention omniprésente de l’Europe. En 1876, des insurrections ont lieu en Bosnie-Herzégovine sauvagement réprimées par la Porte. Les puissances « protestent ». En 1877, la Russie déclare la guerre aux Ottomans pour défendre les chrétiens des Balkans, et impose en 1878 un traité très défavorable aux Ottomans. » (9)

 

Chrétien et Arabe

Comment est perçue cette tentative récurrente d’ingérence caractérisée depuis près de deux siècles dans les affaires arabes ? A leur façon, deux Arabes chrétiens répondent : Hayat al Huwik Atia, journaliste libanaise de confession maronite interpellant le pape lors de son voyage en Israël :

« L’Eglise d’Orient refuse d’être entraînée dans le processus de judaïsation de l’Occident chrétien. (...) Nous, l’Orient arabe chrétien, nous ne voulons pas de ce néochristianisme judéo-chrétien et nous refusons que l’Occident chrétien utilise l’influence spirituelle occidentale des églises, catholiques et protestantes pour implanter en Orient et particulièrement dans le monde arabo-chrétien l’idée ou l’influence de judaïsation. Votre Sainteté le pape, sachez que je suis une chrétienne arabe ! (...) Par conséquent, cela ne m’empêche pas de vous rappeler ma fierté d’appartenir à cette terre arabe. Cette terre est le berceau de toutes les Religions et de toutes les Révélations monothéistes. (...) La deuxième raison, est que c’est l’Occident qui est le générateur historiquement du racisme et du sionisme avec tous les résultats connus et, notamment ceux que cet Occident exerce depuis des décades contre le Monde arabe pour saper cette cohésion sociale et religieuse dans le Monde arabe. (..) En conséquence, Votre Sainteté, sachez que nous - Arabes chrétiens - nous ne sommes une minorité en aucune façon, tout simplement parce que nous étions des Arabes chrétiens avant l’Islam, et que nous sommes toujours des Arabes chrétiens après l’Islam. La seule protection que nous cherchons est comment nous protéger du plan occidental qui vise à nous déraciner de nos terres et à nous envoyer mendier notre pain et notre dignité sur les trottoirs de l’Occident. » (...) (10)

Pour sa part, le docteur Rafiq Khoury, prêtre palestinien du Patriarcat latin de Jérusalem, écrit :

« (...) les Chrétiens font partie de l’identité de la terre et la terre fait partie de leur identité, avec leurs concitoyens musulmans. (...) L’arabité et la palestinité des chrétiens de Palestine sont des faits acquis, que nous recevons avec le lait de notre mère, comme on dit en arabe. Les relations islamo-chrétiennes en Orient en général et en Palestine en particulier, s’inscrivent dans une longue histoire, qui a à son actif treize siècles de communauté de vie, où nous avons partagé « le pain et le sel », comme on dit en arabe aussi. » (11)

Tout est dit, le sort des Chrétiens n’intéresse l’Occident que dans la mesure où il peut faire aboutir ses autres projets, à savoir la mainmise sur les ressources énergétiques mais aussi l’instauration d’une paix américaine qui ne se fera pas sans dégât durable. Les ingérences continuelles contribuent à créer cette tension permanente qui n’existait pas avant. Il est à craindre que cette boite de Pandore ouverte par un Occident dévastateur va détruire des "équilibres" culturels et religieux" que les sociétés du Moyen Orient ont mis des siècles à sédiementer. Pouvons nous rester indifférent à ce scandale d’une nouvelle fitna ( chaos) qui prolonge d’une certaine façon ,les guerres religieuses déclenchées par un certain Urbain II ? Nous devons témoigner et dire notre rejet de la violence d’où qu’elle vienne . Qu’on laisse ces sociétés "arabes harassées par tant de malheur retrouver dans les religions du Livre le secours spirituel qui manque de plus en plus à ces sociétés qui risquent une sécularisation au nom du « Money-théisme » seul Dieu qui s’impose par ces temps incertains.


Notes/références

1. Les soutiens aux Coptes égyptiens se multiplient. Le Monde 9.11.2010

2. Chems Eddine Chitour : Les massacres de masse en Irak : Mondialisation.ca 7.09.2010

3. Hosham Dawod : Chrétiens d’Irak : ne choisissons pas nos victimes ! Le Monde 09.11.10

4. Ibid.

5.Françoise Duthu : L’Orient arabe, de 1798 à 1945, Henry Laurens 29 octobre, 2010

6. Ibid.

7. Ibid.

8. Ibid.

9. Ibid.

10. Hayat al Huwik Atia : Lettre ouverte http://liberation-opprimes.net/ 24 mai 2009

11. Rafiq Khoury : Palestine http://www.gric.asso.fr/spip.php?ar ... 30.04.2009

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:34

 

L'Occident et la diabolisation : Pour un changement radical du discours global

 

JulesDufour_02[1].jpg_1.jpgLes valeurs promues par l'Occident depuis des siècles reposent sur les fondements d'une conquête brutale et meurtrière d'une grande partie de territoires profondément marqués depuis des millénaires par les cultures des peuples autochtones et ce, sous toutes les latitudes. Ces valeurs ont été forgées ensuite par la recherche effrénée et insatiable des ressources naturelles des espaces terrestres et marins, par le maintien, par la force et la violence armée, de la main mise de ces gîtes de richesses ainsi que du contrôle des infrastructures de production et des marchés de consommation rentables pour les intérêts des métropoles et des monopoles.

Les dommages causés à l'environnement mondial et à l'humanité par cette conquête n'ont jamais fait l'objet d'un bilan exhaustif, car l'histoire a surtout eu comme objet de louanger les prouesses des conquérants et diabolisé la résistance. Des vestiges archéologiques possèdent encore quelques traces de cet énorme génocide et du pillage éhonté des ressources rendues alors disponibles, mais elles ont été vite effacées de la mémoire des hommes. En ce début de troisième millénaire rien n'a vraiment changé. Les valeurs sont les mêmes, les processus sont semblables à ceux du passé, mais les capacités de conquête et de destruction sont maintenant infiniment plus grandes. Aujourd'hui, la souffrance, la maladie, la faim et la mort sont le lot de milliards d'habitants causées par ce processus, tandis que quelques individus accumulent des milliards de dollars pour leur permettre de poursuivre leurs oeuvres de destruction (Graphseobourse. 2010). Des populations entières sont marginalisées, humiliées, trompées, torturées et assassinées avec la complicité de gouvernements nationaux et la passivité des tenants de la gouvernance mondiale.

Avec les hommes qui meurent et les sociétés qui sont transformées par le commerce international injuste et le système financier foncièrement corrompu meurent aussi la vérité, la beauté ainsi que l'authenticité des biens et des cultures patrimoniales ainsi que la diversité biologique et humaine. Ce scénario est de plus en plus celui qui préside aux destinées de l'humanité. Les derniers rapports publiés par les Nations Unies sur l'état du monde évoquent de plus en plus ouvertement cette réalité d'aujourd'hui.


I. LES VALEURS DE L'AVOIR ILLUSOIRE

Les valeurs occidentales se développent dans un environnement qui détruit la pensée, car tout devient illusions, mirages, instants provisoires d'appropriations et déceptions pour la majorité. Le rêve de vivre heureux ensemble a été remplacé par celui de devenir riche seul et pour y parvenir des millions d'individus détruisent leur santé mentale et physique, ce qui les conduit inexorablement à une mort prématurée dans la plus grande indifférence. Il y a ceux que l'on abandonne et il y a ceux qui se transforment en prédateurs serviles à la merci des plus forts. Dans ce contexte, il n'y a que des perdants et c'est toute l'humanité qui en souffre.

Les concepts dits de développement promus en Occident sont encore officiellement ceux qui se rattachent à l'accomplissement personnel de l'individu. Réussir c'est dominer les autres, c'est savoir exploiter les vertus de la compétition, c'est sortir du lot, c'est être glorifié sur toutes les tribunes. Les concepts d'autonomie, d'entraide, de coopération et de solidarité sont viciés par des processus où l'appat du gain immédiat devient l'objectif prépondérant. Tout à ce moment-là n'est qu'illusions; des États soit-disant démocratiques et contrôlés par une minorité de privilégiés; des conflits armés de longue durée justifiés par des médiamensonges (Collon, M., 2008); un endettement faramineux des économies nationales et des individus pour financer les sorties de crises financières et économiques au profit de milliardaires véreux et sans scrupule.

II. LE MODUS OPERANDI SUPRÊME

Le discours global dominant de l'Occident, celui que l'on doit respecter de la naissance à la mort, agit en profondeur dans l'inconscient des sociétés et des individus, c'est celui qui dicte la conduite à suivre pour faire en sorte que les valeurs occidentales puissent continuer de triompher et de dominer la pensée collective.

Pour y arriver un certain nombre de conditions et de moyens sont mis en oeuvre, sont déployés à l'échelle planétaire et leurs coûts de mise en place et de fonctionnement sont assumés par les victimes elles-mêmes que l'on a eu l'habitude de désigner comme les consommateurs ou les contribuables. En fait, les bourreaux ne fournissent même pas aux condamnés la corde qui garantit leur pendaison. Ces moyens tendent à monopoliser tout l'espace public mondial et ce sont les agences de la presse internationale et les réclames publicitaires des grandes sociétés ou entreprises transnationalisées qui exercent les fonctions vitales. C'est alors l'entrée en scène de l'industrie du marketing trompeur et de la désinformation sans oublier l'influence, à l'intérieur de ce processus, des puissants lobbys du système financier international.

Le credo primordial que ne cessent de propager les puissances impériales c'est celui de la légitimité de leur existence en tant que pouvoir suprême sur la destinée de tous les habitants de cette planète ou de leurs droits d'intervention omniprésente et permanente pour assurer la survie des uns qui collaborent et la mort des autres qui manifestent leur insubordination. Ces règles ont été définies et précisées, au cours des dernières années, à l'intérieur du concept de la guerre mondiale contre la terreur (http://fr.wikipedia.org/wiki/Terreur ).

Les décisions que prennent les grandes puissances sont les bonnes pour l'environnement économique global et donc pour le bien-être de l'humanité. Pourtant, les efforts pour combattre la pauvreté et la misère, au cours des cinquante dernières années, se sont soldés par un échec retentissant (Dufour, J., 2008). Ainsi, l'illusion maintenue de l'atteinte des objectifs du Millénaire pour le développement en est la parfaite illustration. Ces décisions, comprendre ici ces ordres, sont exécutées par les États nationaux dits démocratiques et malheur à ceux qui oseraient les défier ou obtempérer aux visées des plus forts. C'est le régime de facto d'une dictature mondiale que le système onusien est bien incapable de neutraliser étant lui-même contraint de collaborer.

Nous avons donc, d'une part, un harcèlement médiatique incessant faisant l'éloge des bonnes oeuvres des puissances impérialistes et d'autre part une condamnation des résistants correspondant aux États de l'«Axe du Mal» ou aux organisations terroristes ou désignées comme telles.

Essayons de renverser cette vision unipolaire du monde et regarder l'Occident de l'extérieur. Quel panorama s'offre alors au regard de la majorité des habitants de cette Planète ?

- Les pays les plus puissants sur le plan militaire sont riches en concentrant au-delà de 80% de la richesse collective tout en constituant moins de 20% de la population mondiale. C'est la proportion qui nous est tradionnellement exposée pour comprendre l'ampleur du phénomène des inégalités. Pour assurer cette concentration de la richesse les pays les plus nantis peuvent compter sur 65000 entreprises multinationales et 850 000 filiales oeuvrant comme des tentacules dans l'ensemble utile planétaire. Ainsi, grâce à cet arsenal économique, selon Combat, 2% de la population mondiale détiendrait la moitié de la richesse mondiale (Combat, 2007).

- La puissance des pays riches a été édifiée au détriment des pays les plus pauvres par des guerres d'invasion et d'occupation qui ont causé, au vingtième siècle seulement, plus de 142 millions de morts et, pour la période comprise entre 1945 et 2000 un total de 41 millions de personnes tuées ou assassinées, la très grande majorité provenant des pays pauvres (Leitenberg, M., 2006). Ce qui confirme cette citation du philosophe Jean-Paul Sartre: «Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent» (http://www.yabiladi.com/forum/quand-riches-font-guerre-sont-1-2257764.html).

- Cette puissance se maintient par la pleine subordination des pays pauvres vis-à-vis des règles du commerce international dictées par les pays les plus riches et les plus puissants.

- L'accumulation de la richesse s'est faite au détriment de l'environnement global et par un gaspillage gigantesque des ressources vitales renouvelables et non renouvelables.

III. Les actions terroristes de l'Occident


Devant ces faits ne serait-il pas justifié et fort à propos de parler d'un SYSTÈME TERRORISTE MAJEUR ET SYSTÉMIQUE qui se traduit par des interventions visant à semer la division et la peur et à créer les conditions pour des actions armées qu'il serait bien difficile de ne pas considérer comme étant des actes terrorisants pour les populations civiles. Les nombreuses guerres fomentées, alimentées ou livrées directement par les forces impérialistes ont engendré un climat de terreur non seulement durant les opérations guerrières elles-mêmes, mais aussi au cours de longues périodes après la fin des hostilités. Des sociétés entières ont été traumatisées et les séquelles qu'elles ont subies sont profondes et durables. Les préparatifs de ces guerres, la production des armements et les décisions entourant leur déclenchement sont foncièrement des actions terroristes, car celles-ci ont pour objectif premier de tuer des êtres humains et on peut considérer que la mise à mort est l'acte le plus terrorisant qui puisse être. Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak peuvent être qualifiées comme étant la parfaite manifestation d’un terrorisme pratiqué à l’échelle mondiale (Dufour, J., 2008).

Dans ce contexte, les plus grands producteurs et exportateurs d'armements dans le monde pourraient être placés sur la liste officielle des États terroristes. On retrouve ainsi en premier lieu les États-Unis, la Russie, la France, le Royaume-Uni, la Chine et Israël et puis les autres pays qui collaborent à cette industrie de la mort. Ces pays seraient-ils alors les plus grands protagonistes de la terreur qui envahit des régions entières de la planète? C'est exactement ce sentiment qui anime les peuples pauvres, opprimés et frappés par la guerre quand ils s'arrêtent un instant pour essayer de comprendre les ravages de la géopolitique internationale. Une injustice globalisée par un capitalisme destructeur et sans conscience, des gouvernements nationaux soumis aux puissances impérialistes, des pseudo-démocraties légitimisées par des systèmes électoraux fonctionnant souvent dans un environnement dominé par les règles du plus fort et la détérioration et la destruction des zones de vie des pays pauvres par la déforestation abusive, l'érosion accélérée des sols, la désertification galopante et la surpêche industrielle.


IV. Le renversement des tendances lourdes du discours global


La pratique du terrorisme est surtout l’apanage des grandes puissances qui le développent en augmentant les tensions intra et interétatiques et en incitant les autres nations à pratiquer elles-mêmes le terrorisme d’état: atteintes aux droits humains, érosion des libertés fondamentales par l’adoption de lois antiterroristes, mesures répressives dans le maintien de l’ordre public, montages de scénarios d’attaques terroristes pour attiser la peur collective et ainsi justifier le renforcement des mesures de surveillance et de contrôle des éléments progressistes de la société civile.

Il faut crier haut et fort et répéter que la plus grande menace qui pèse sur l’avenir de l’humanité ce n’est pas l’Iran, la Corée du Nord, la Syrie ou le Venezuela, mais bien ce système global que représentent les grandes puissances et leurs alliés les plus fidèles. Ces entités n’hésitent pas à utiliser tous les subterfuges et à manipuler l’opinion publique mondiale pour arriver à leurs fins.

Si nous commençons tous à formuler un doute dans notre esprit sur la véracité ou l’exactitude des dépêches de la presse internationale et que nous apprenons à démasquer les nouvelles fallacieuses, il est permis de penser qu’il sera possible de «démoniser» ce système dominant et de mieux comprendre les intentions profondes du discours global pour ensuite apprendre à le remplacer par le discours de la coopération et de la solidarité entre les peuples. C’est dans le cadre des organismes de la société civile et dans des expériences de libération nationale que ce discours doit s’implanter pour ensuite se répandre dans toutes les sphères de l’activité humaine. C’est seulement à ce moment-là qu’il sera permis d’espérer des jours meilleurs pour l’humanité.


Conclusion

Il nous faut chercher le terrorisme là il est le plus menaçant et il n'y aucun doute qu'il réside dans la capacité destructrice considérable des puissances nucléarisées avec à leur tête les États-Unis d'Amérique, puis la Russie, la Chine, le Royaume Uni, la France et Israël. Tant que nous n’aurons pas compris cette réalité nous continuerons de vivre dans un climat de terreur.

Références

AXE DU MAL: http://fr.wikipedia.org/wiki/Axe_du_Mal

CHOSSUDOVSKY, Michel. 2007. La «diabolisation» des musulmans et la bataille pour le pétrole. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), le 7 janvier 2007. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

COLLON, Michel. 2008. Dix guerres, dix médiamensonges. Le 16 mai 2008. En ligne: http://anti-fr2-cdsl-air-etc.over-blog.com/article-196383...

COMBAT. 2007. 2 % de la population détient la moitié de la richesse mondiale. Le 3 juin 2007. En ligne: http://www.blogg.org/blog-58550-billet-2_et_de_la_populat...

CHE Guevara ONU 1964: http://www.youtube.com/watch?v=zRy2eBY-2hQ

DUFOUR, Jules. 2007. L'état de la pauvreté dans le monde: un bilan controversé. 50 ans de lutte contre la pauvreté dans le monde : Des efforts mitigés pour un échec retentissant. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 31 août 2007. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

DUFOUR, Jules. 2008. Les guerres d’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak. Un bilan horrifiant de portée mondiale. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation. Le 22 juillet 2008. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

DUFOUR, Jules. 2009. Le grand réarmement planétaire. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM), le 5 mai 2009. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

DUFOUR, Jules. 2009. Hugo Chavez et l'opinion publique mondiale : Manipulation et stratagèmes des grandes puissances. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 7 septembre 2009. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

DUFOUR, Jules. 2009. Les États-Unis : la «puissance intelligente » au service de la guerre. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 4 novembre 2009. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

GRAPHSEOBOURSE. 2010. Classement des milliardaires 2010. Le 23 septembre 2010. En ligne: http://www.graphseo.net/le-classement-des-milliardaires-2...

GUERRE CONTRE LE TERRORISME: http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_contre_le_terrorisme

LE COLLECTIF ÉCHEC À LA GUERRE. 2004. La guerre contre le terrorisme: une arme de destruction massive. Montréal. Mars 2004. 16 pages.

LEITENBERG, M. 2006. Deaths in Wars and Conflicts in the 20th Century. Cornell University, Peace Studies Program. Occasional Paper #29. 3nd ed. August 2006. 83 pages. En ligne: http://www.cissm.umd.edu/papers/files/deathswarsconflicts...

LEMOINE, Maurice. 2004. De la guerre coloniale au terrorisme d’État. Le Monde diplomatique. Novembre 2004. En ligne: http://www.monde-diplomatique.fr/2004/11/LEMOINE/11679

POLIQUIN, Carole. 1997. " TURBULENCES " ou « 24 heures dans le marché global « un film–documentaire de CAROLE POLIQUIN, cinéaste québecoise. Pourquoi les riches deviennent-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres?

SACRÉ, Pascal. 2010. L’hypocrisie des États Occidentaux face à l’Iran. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 11 octobre 2010. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...

TERREUR: http://fr.wikipedia.org/wiki/Terreur

VANHOVE, Daniel. 2010. EUROPE: Chercher, encore et encore, pour tenter de comprendre. Montréal, Centre de recherche sur la mondialisation (CRM). Le 28 octobre 2010. En ligne: http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid...



Jules Dufour, Ph.D., est président de l'Association canadienne pour les Nations Unies (ACNU) /Section Saguenay-Lac-Saint-Jean, professeur émérite à l'Université du Québec à Chicoutimi,   membre du cercle universel des Ambassadeurs de la Paix, membre chevalier de l'Ordre national du Québec. Il est associé de recherche au CRM (Centre de recherche sur la Mondialisation).

10:45 Publié dans Guerre et Paix : Géostratégie | Lien permanent | Commentaires (0) | Trackbacks (0) | Envoyer cette note | Tags : mondialisation, terrorisme d'état, neo colonialisme, geostrategie

 

.

http://robocup555.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/11/08/l-occident-et-la-diabolisation-pour-un-changement-radical-du.html

 

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:27

 

 

 

 

 

..

Vidéo d'une île déserte d'hommes en plein océan pacifique, à 200 kms des toutes côtes avec des oiseaux mourant d'ingestion de déchets plastiques.

http://www.midwayfilm.com/

.

*

*

Une fois n’est pas coutume, je ne vais pas parler d’hydrobiologie ce soir, mais d’hydroécologie au sens plus large.

Aujourd’hui j’ai fait la découverte du travail de Chris Jordan (merci à mon amie Aurélie, consultante en environnement). Chris Jordan est un photographe américain engagé, à l’origine d’un projet de communication sur l’environnement. Il montre, dans un documentaire vidéo et photographique, une facette insoupçonnée du devenir des déchets plastiques non recyclés (même si ils sont recyclables). Ainsi il nous emmène sur l’atoll des Midways, îles de l’océan pacifique nord, dépourvues de population humaine mais hébergeant une énorme colonie d’albatros. Cette atoll se situe donc à quelques battements d’ailes du paradisiaque archipel d’Hawaï.

De près, tout semble idyllique pour ces oiseaux. Pourtant, ils vivent au milieu d’une immense nappe de plastique que certains nomment “la soupe plastique” ou encore le “huitième continent”… Située sous la surface de l’eau, il semble qu’elle ne soit réellement visible que si on s’approche en bateau et soit d’une superficie proche de celle de la France ! Au delà de la dérive des déchets provenant des terres (pic-nique sur les plages, décharges et bien entendu l’augmentation des emballages faits de cette matière), il semble que les bateaux qui coulent avec leur cargaison en soit aussi la cause…

Et c’est ainsi que nos paisibles albatros, loin de toute population humaine, ingurgitent directement des bouts de plastique  ou indirectement (en mangeant des poissons en ayant eux-même gobé). Dans ce second cas, il s’agit clairement d’une illustration simple du principe de bioaccumulation le long de la chaîne alimentaire : un petit poisson aura mangé des particules de plastique, sera consommé par un gros poisson qui lui même gobera aussi directement des grosses particules de plastiques. Viennent ensuite les albatros qui mangent de nombreux poissons ayant chacun mangé au moins un détritus… Et voilà ce que l’on obtient, une fois l’albatros mort (parfois certainement pour cette raison) et en décomposition avancée…

chris-jordan-1.jpg

Albatros Chris Jordan 2

Rappelons que la durée de vie du plastique peut être de plusieurs centaines d’année. Ainsi, les îles Midway elles-mêmes,  deviennent au fur et à mesure de la mort des oiseaux une grande décharge de plastiques alors qu’aucun être humain n’y vit…

Le petit film documentaire de Chris Jordan,”Midway” est visible ici

Et le site officiel de l’artiste, avec l’ensemble des photos se trouve ici :

 

http://hydrobioloblog.blogvie.com/2012/05/15/midway-les-albatros-de-chris-jordan-au-milieu-du-paradis-en-plastique/

Partager cet article
Repost0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 01:12

 

Détricotage de la zone Euro: mode d'emploi grec

Posted: 21 May 2012 07:30 AM PDT

Ce que Dieu a uni que l'Homme ne le sépare pas. La zone monétaire de l'Union européenne n'est pas une création divine, les pays qui y adhérent peuvent donc la quitter ou provoquer le départ d'un ou de plusieurs de ses membres sans craindre les foudres du Tout-puissant.
Contrairement à ce qui est souvent dit et répété, la possibilité pour un pays de quitter la zone euro existe et a toujours existé grâce à de deux principes fondamentaux du droit international; le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et le droit pour tout Etat souverain de dénoncer un traité international. Ce n'est d'ailleurs que du sens; peut-on imaginer qu'un accord vous lie à vie sans possibilité d'en sortir?
Le traité de Lisbonne qui date de 2007 n'a fait qu'organiser et codifier cette possibilité pré-existante. Appartenance à l'UE et zone euro sont un package, en adhérant à l'UE un pays s'engage à adopter à terme la monnaie unique et un pays qui désire quitter la zone euro ne peut le faire qu'en quittant l'UE (deux pays ont négocié une exemption, Royaume-uni et Danemark, mais cette option est définitivement interdite à tous nouvel entrant).

L’objet de mon papier n'est pas de vous parlez de la probabilité, du bienfondé économique ou l'opportunité politique qu'un pays a d'abandonner la monnaie commune. Je me limiterais à sa faisabilité technique (le détricotage) en m'appuyant sur le pays qui, aujourd'hui, a le plus de chance qui quitter l'euro; la Grèce.

Les monnaies nationales n'ont pas complétement disparu

La monnaie s'exprime sous trois apparences physiques différentes; l'argent qui vous avez sur votre compte en banque, les pièces de monnaie (monnaie divisionnaire) et la plus emblématique, les billets de banque (monnaie de papier). Contrairement à ce qu'on pourrait penser l'euro est géré par chaque pays de l'Eurozone de manière relativement autonome mais sous le contrôle de la Banque Centrale Européenne (BCE) bien sûr, c'est même pour cela que les banque centrales nationales subsistent et que ce sont elles qui sont les actionnaires de la BCE et pas ses filiales.
Cette autonomie est visible et évidente concernant  les pièces de monnaies, si vous avez dans la poche une pièce de deux euros avec sur sa face une harpe celtique c'est surement pas la République slovène qui l'a fait frapper. Cette autonomie est toujours visible mais moins évidente quant il s'agit de bille de banque, seule la première lettre du numéro de série indique le pays qui a imprimé ou fait imprimer ce billet; la lettre Z désigne  la Belgique par exemple. Pièces et billets, les deux formes de monnaie fiduciaires, sont donc fabriqués par chaque Etat sous sa responsabilité mais en suivant les directives de la BCE.
La monnaie scripturale (chèques, virements, prélèvements etc.) c'est toujours et encore autonome mais ce n'est plus visible ni évident car ce sont les banques qui s'occupent de cette cuisine. La compensation des paiements se fait toujours au niveau national alors que les règlements des soldes de paiement en inter-Eurozone transitent par les banques centrales nationales via la BCE. Compliqué? Un exemple simple:

L'exemple du règlement en Euro d'un achat simple transfrontalier

Vous habitez en France et vous achetez un smartphone sur un site internet d'une société basée en Allemagne. Si vous réglez par virement bancaire l'argent quitte votre compte du Crédit agricole puis passe par la Banque de France qui verse les fonds à sa consœur allemande, la Bundesbank, part le truchement du système de règlement géré par la BCE. La Buba, à son tour, envoient les fonds sur le compte de voter fournisseur à la Commerzbank.
Evidemment l'exemple que j'ai pris est fictif car dans la réalité il y a toujours  un client allemand qui achète du pinard à un négociant bordelais et tout cela se termine par une simple compensation dans les livres de compte des deux banques. C'est "l'esprit" des flux financiers que j'ai voulu montrer avec cet exemple, plus un pays à des échanges déséquilibrés avec un autre pays plus il doit faire appel à des versement via banques centrales, puisqu'il ne peut compenser les sorties de capitaux avec des entrées.  L'exemple montre surtout qu'il y  des "sas de sécurité" activables à tout moment entre systèmes de règlement nationaux même entre pays ayant une monnaie commune. Aucune banque centrale d'un des pays membre de l'Eurozone ne peut créer de monnaie ex-nihilo, cela reste le privilège de l’institut d’émission; la BCE.

Le même système existe chez le grand frère américain

Ce système n'a rien d’extraordinaire ou de farfelue, le même système existe aux USA avec une différence mineure qui est que la frontière monétaire invisible ne correspond pas aux contours de chaque Etat fédéré mais à celui de douze districts (voir image ci-contre). La différence majeur est que le Dollar est la monnaie d'un Etat fédéral, pour l'heure l'Union Européenne est loin d'avoir atteint ce stade politique.
Pour la petite histoire, lors de la crise de 1929, la Federal Reserve Bank de Chicago refusa de venir au secours de sa consœur de  New York qui était en grande difficulté à cause des banques de Wall street qu'elle cherchait à soutenir (et oui, déjà à l’époque!). Ceux qui  réclament une solidarité accrue entre pays européens à l'image de ce qui se ferait aux USA devraient avoir cet exemple en tête qui est aussi applicable au niveau des relation fédérales; quand le Minnesota rencontre des problèmes budgétaires qui l'obligent à fermer ses parcs nationaux, ses musées et son zoo, ni la Californie ni l'Etat fédéral ne viennent les renflouer les yeux fermés.

Un scénario pour la Grèce

Puisqu'il existe autant de sous-zones monétaires dans l'Eurozone qu'il y a de pays adhérents avec des billets de banque et des pièces de monnaie identifiables selon leur émetteur et un système de pare-feu activable à tout moment permettant de mettre en quarantaine un pays dans un délais très court, l’expulsion des circuits de règlement d'un pays peut facilement se faire. Ceux qui ont conçu ce système avaient bien sûr cet objectif en tête; comment isoler et neutraliser un pays de la zone euro qui  se mettrait à faire n'importe quoi (faire tourner la planche à billet plus que de raison pas exemple) pour ne pas qu'il entraine ses partenaires dans l’abîme.
L'insularité monétaire de la Grèce (le pays n'a aucune frontière commune avec un autre membre de l'Eurozone) offre de surcroit un avantage important, assez peu de billets de banque imprimés par Athènes ne circulent à l’étranger. Pour autant le problème posés par des "billets de banque grecs" aussi marginal qu'il puisse être peut devenir un casse-tête et compromettre gravement la crédibilité de la monnaie unique auprès du grand public. faut-il que chaque pays accepte ces billets détenus par ses habitants? Dans quelle limite et pour quelle durée peut-il accepter de les convertir? Comment lutter contre le trafic de devises qui ne manquera pas d'apparaitre avec des "euro grecs" que des trafiquants chercheraient à faire quitter la Grèce? Comment ne pas paralyser le commerce de détail avec des caissières chargées de traquer  un billet hellène.

La sortie de la Grèce de la zone euro serait beaucoup mieux gérable en ce qui concerne les actifs et les contrats. L'épargnant grec qui détiendrait une action de  BMW de 10 euros nominal inscrit dans sa banque à Thessalonqiue détiendrait toujours le même montant en cas de retour à la Drachme (c'est d'ailleurs une des technique utilisée par beaucoup de Grecs pour protéger leur capital, enfin ce qui en ont les moyens bien sûr). les contrats commerciaux passeraient à la Drachme à partir du moment où ils ont été signé selon le droit grecs et les emprunts contractés auprès de banques locales seraient aussi convertis. Certains Grecs ont donc même intérêts à ce que leur pays quittent la zone euro et que la nouvelle devise dévalue fortement.

A propos, connaissez-vous le code grec d'identification des billets de banque en euro?

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche