Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 08:08

 

La lettre d'actualité de service-public.fr  n° 588 du 23 février 2012
Focus sur

 ©herreneck-Fotolia.com
Règles d'urbanisme
Permis de construire et autres autorisations : mise en ligne des nouveaux formulaires valables à partir 1er mars 2012 - 17.02.2012
Permis de construire, déclaration préalable, permis d'aménager... A partir du 1er mars 2012, les formulaires des demandes d'autorisations d'urbanisme changent. Ces nouveaux formulaires sont dès à présent accessibles en ligne sur www.service-public.fr.
Dernières informations
Bison Futé
Logos et labels
Terminologie
Frais réels
Prise en charge
Dossier social étudiant
Zoom
Autorité de la qualité de service des transports
Sinistre
Vie-publique.fr
L'administration à votre service
08 Victimes
Victime : être écouté au 08 842 846 37 - 22.02.2012
Agressions, vols, escroqueries, accidents de la route... Dans le cadre de la journée européenne des victimes du 22 février 2012, le ministère de la justice et des libertés rappelle l'existence du 08 Victimes, numéro de téléphone joignable 7 jours sur 7, de 9h à 21h. (Lire la suite)
Dernières informations
Pour les professionnels
Focus sur...

février, ne pas oublier !
Insee
Rentrée universitaire 2012
Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 07:48

http://a7.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/417279_372438782766558_240723235938114_1430279_1942390766_n.jpg%0A

http://www.israel-flash.com/wp-content/uploads/2012/02/Parlement-Juif-Europ%C3%A9en-2.jpg

 

 


Je vous contacte après avoir découvert votre site sos-crise.over-blog.com sur lequel vous abordez les excès de la société de consommation et ses alternatives :
http://sos-crise.over-blog.com/article-la-societe-de-consommation-nous-aliene-et-ne-nous-rend-pas-heureux-60019857.html

Je me présente :  Je travaille dans le secteur associatif en tant que salarié et indépendant, où je conçois des sites Web.

Je partage vos motivations pour sensibiliser les citoyens et mettre en place des solutions innovantes pour que les citoyens se réapproprient le contrôle sur leur environnement et ne soient pas uniquement des consommateurs.

 

Une des pistes qui paraît essentielle, c'est de lutter contre l'obsolescence programmée et donc de prolonger la durée de vie des objets du quotidien.

A ma (petite) échelle, j'ai décidé d'agir en créant un site, www.commentreparer.com, dédié à la réparation de biens (électroménager, matériels audiovisuels ou informatiques, etc.). Celui-ci propose à la fois un moyen de lutter contre l'obsolescence programmée et une manière alternative de réduire les déchets - à la source.

Ce site créé en mai 2011 a déjà accueilli 70000 visiteurs. Il s’enrichit de jour en jour grâce aux conseils des internautes.

Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir proposer un lien vers mon site dans un court article, dans vos liens ou dans une rubrique qui vous semblerait plus appropriée.

L’intitulé : CommentReparer.com : ne jetez plus, réparez
L'adresse : http://www.commentreparer.com

Je vous joins le lien vers l'affiche de "publicité" détournée que je viens de réaliser :
http://a7.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/417279_372438782766558_240723235938114_1430279_1942390766_n.jpg

 

 

.

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 07:11

http://www.israel-flash.com/wp-content/uploads/2012/02/Parlement-Juif-Europ%C3%A9en-2.jpg

http://www.israel-flash.com/wp-content/uploads/2012/02/Parlement-Juif-Europ%C3%A9en-2.jpg

 

  

 La séance inaugurale des 120 membres élus du premier Parlement Juif Européen, un nouveau forum innovateur où s’exprimeront les idées et les préoccupations des Juifs européens, s’est tenue jeudi 16 février dans le bâtiment du Parlement Européen à Bruxelles.


  Pourquoi pas un Parlement chrétien, puis musulman ? Qu’est-ce que çà signifie ? !


  “Notre époque ressemble étrangement à ce qu’écrivait Baruch Levy à Karl Marx (imprimé dans La Revue de Paris, p. 574, Juin 1, 1928) :

  

Le peuple juif dans son ensemble va devenir son propre Messie. Il atteindra la domination du monde par la dissolution des autres races, par l’abolition des frontières, l’anéantissement de la monarchie et par l’établissement d’une république mondiale dans lequel les Juifs exerceront partout le privilège de la citoyenneté. 


Dans ce nouvel ordre mondial, les enfants d’Israël fourniront tous les dirigeants, sans rencontrer d’opposition.


 Les gouvernements des différents peuples formant la république mondiale tombera sans difficulté dans les mains des Juifs. Il sera alors possible pour les dirigeants juifs d’ abolir la propriété privée et partout de faire usage des ressources de l’État.


Ainsi les promesses du Talmud sera remplies, dans lequel il est dit que lorsque le temps messianique sera arrivé, les Juifs auront tous les biens du monde entier dans leurs mains. “


  Source: Realinfo Tiré d’un commentaire chez LIESI


 En savoir plus sur WikiStrike sur ce parlement juf


  

La séance inaugurale


 La séance inaugurale des 120 membres élus du premier Parlement Juif Européen, un nouveau forum innovateur où s'exprimeront les idées et les préoccupations des Juifs européens, s'est tenue jeudi 16 février dans le bâtiment du Parlement Européen à Bruxelles.


VIDEO DE LA SEANCE : http://www.wikistrike.com/article-la-curieuse-inauguration-d-un-parlement-juif-europeen-en-toute-discretion-99983540.html

Source
http://fr.ejpress.org/ImageGallery/32e4197d-5b4c-47cb-acaa-2eeceaceecc2.jpg
http://fr.ejpress.org/ImageGallery/32e4197d-5b4c-47cb-acaa-2eeceaceecc2.jpg
 
Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:53

 

 

 

 

 

Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:45

Qui est vraiment le futur adversaire de Chavez ?
Michel Collon

 

20 février 2012

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

L’opposition vénézuélienne vient d’organiser des primaires pour désigner un candidat unique qui essaiera de vaincre Hugo Chavez aux prochaines élections présidentielles (octobre 2012). Qui est Henrique Capriles, sorti vainqueur de ces primaires, et quels intérêts représente-t-il ? Quel rôle les Etats-Unis jouent-ils dans ces élections ? Investig’Action a interrogé Jean Araud, un Français qui vit à Caracas depuis quarante ans…

 
INTERVIEW : MICHEL COLLON
 
1. En Europe, on présente Capriles comme un "centre gauche" qui approuve et maintiendrait les réformes sociales de Chavez. C'est sincère ou c'est une tactique ?
Henrique Capriles Radonsky est tout sauf de “centre gauche”. Il n´a jamais approuvé la gestion sociale de Chavez, sauf très récemment avec des messages ambigus. Pur produit de l’élite, il a été mis en selle par le grand capital dès le début de son parcours politique. Il a été un des principaux acteurs du coup d´Etat manqué en avril 2002 contre Chavez.
Dès qu’il a occupé le poste de gouverneur de l´Etat de Miranda, il a tenté de supprimer les centres de soins de santé Bario Adentro et d’autres missions sociales. Il a aussi tenté d´expulser les médecins cubains.
Alors, pourquoi cette tactique ? Simplement pour tenter d´obtenir des votes du peuple, car celui-ci sait bien qu´un personnage comme lui au pouvoir, ce serait la perte de tous les progrès sociaux de ces dernières années. C’est donc une tactique pour gommer son image de marque.


2. Les Etats-Unis ont-ils joué un rôle dans sa désignation ? Peut-on prévoir quelle sera leur attitude durant cette élection présidentielle ?
Les Etats-Unis jouent, ont joué et continueront à jouer un rôle omniprésent dans la politique vénézuélienne. Avec un seul but : éliminer Chavez et le remplacer par un gouvernement aligné sur les intérêts de Washington. Ils ne tentent même plus de dissimuler leur puissant appui économique à l’opposition.
Leur attitude est très facile à prévoir. Dès le lendemain de l´élection de Capriles aux primaires, le porte-parole du Département d´Etat a immédiatement déclaré : “Avec ces primaires, le Venezuela s´oriente vers la démocratie”.


3. Peut-il l'emporter face à Hugo Chavez ? Quelle est l'ambiance dans l'électorat ?
Capriles n’a absolument aucune chance de gagner dans les urnes face à Chavez. Aux prochaines élections, Capriles sera une simple image. Le véritable adversaire de Chavez, c’est Washington et les pays alignés sur Washington.
Donc, les élections se joueront sur des manipulations médiatiques ou même sur des actions de déstabilisation directe qui ont déjà commencé. Là est le danger. Mais le peuple mesure bien l’enjeu et le risque de retourner vers le passé : une minorité qui se remplit les poches tandis que la population subit la pauvreté.
 
 
Source : michelcollon.info
.

Lire aussi :

Venezuela : Capriles, le candidat de droite face à Chávez - Jean-Guy Allard
Les médias nous le présenteront comme l'espoir de la démocratie... en taisant son passé. 
Sur ce site,
Nouveau sur Investig'Action -www.michelcollon.info
.
MISES AU POINT
Lettre à une journaliste - Jean Bricmont
« Soutien aux dictatures » ? « Liens avec l'extrême-droite » ? Bricmont répond. Cinglant et convaincant.

Les mouvements « islamistes » vivent une grave crise - Yamin Makri
« Notre monde a radicalement changé, mais la pensée réformiste n'a pas évolué. »

CAPRILES CONTRE CHAVEZ
Qui est vraiment l'adversaire de Chavez ? - Michel Collon
Quels enjeux derrière la désignation de Capriles ? Jean Araud répond.

Venezuela : Capriles, le candidat de droite face à Chávez - Jean-Guy Allard
Les médias nous le présenteront comme l'espoir de la démocratie... en taisant son passé.

PALESTINE
"Bienvenue en Palestine": un bien triste accueil - Mouâd Salhi
Deux Belges portent plainte contre des dirigeants israéliens. Investig'Action a rencontré leur avocat.

De Bouazizi à Adnan, oppresseurs, vos jours sont comptés ! - Middle East Monitor
« Vulnérable, mais indestructible : Adnan, c'est l'histoire du peuple palestinien. »

« Vaincre la dépendance, créer une économie de résistance » - Tartir, Bahour, Abdelnour
La Cisjordanie affiche une croissance économique de 9%. Tout va bien ?

NEOLIBERALISME EN CRISE
Roumanie : manifestations (gouvernementales!) contre les privatisations - Capitaine Martin
Un autre peuple se soulève contre les diktats du FMI.

Déclaration d'intellectuels et artistes sur la rébellion au Nord du Mali - Collectif
Impossible de comprendre la rébellion armée si on s'en tient au schéma du conflit ethnique.

IMPERIALISME EN AFRIQUE : (IN)GRATITUDE
Sénégal : Abdoulaye Wade lâché par ses parrains français et US - Demba Moussa Dembélé
L'impérialisme pille, opprime et tue... Et en plus il est ingrat !

Ouattara à la tête des Etats d'Afrique de l'Ouest. Merci qui ? - Guy Labertit
Perfusion économique, tutelle politique : la Côte d'Ivoire, un modèle pour la région ?

VIDEOS
La loi ACTA pour les nuls - Mac Coy
Une vidéo simple pour comprendre les dangers de la loi sur la contrefaçon.

Mouseland - Tommy Douglas
Imaginez un pays peuplé de rats, mais gouvernés par des chats...

Investig'Action - www.michelcollon.info ne peut exister que grâce à vos dons et commandes de livres


Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:39

LA CRISE ÉCONOMIQUE – LA CHINE – L’AFRIQUE ET L’EUROPE

 

La semaine dernière nous avons entrepris la publication de cette étude d’économie politique en quatre volets portant sur la crise économique permanente qui frappe le monde contemporain. Nous partons d’une observation élémentaire : en synchronie, il y a d’un côté une nation prospère qui s’enrichit en nouvelle Arcadie (la Chine) ; un peuple qui vit dans un pays qui fait crédit et investit. De ce côté-ci une puissance ascendante qui étend son influence avec patience et consistance ; exporte ses marchandises et importe des matières premières qu’elle transforme en plus-value et qu’elle revend aux plus offrants.

De l’autre côté on observe une panoplie de puissances déclinantes, hargneuses et impatientes, qui importent tout ce dont elles ont besoin (ou presque) ; qui réempruntent pour payer l’intérêt de leurs dettes ; qui ne produisent presque plus rien ; des pays soumis à l’inflation lancinante, au chômage endémique, au crime social dépravant, à la révolte véhémente des ouvriers face à la méchanceté vindicative des affidés voués aux gémonies. De ce côté-là manifestation, imprécation et répression des soulèvements populaires contre la vie chère et la misère.

Y a-t-il un rapport entre ces deux mondes en synchronie et quel est-il, voilà notre problématique. Cette semaine nous allons examiner pourquoi des relocalisations industrielles similaires produisent des résultats opposés selon qu’elles sévissent en Chine ou en Afrique et quel est le rôle des pays impérialistes en déclin (États-Unis – Europe) dans tout ceci ?


LE MODÈLE ÉCONOMIQUE CAPITALISTE COMPRADORE (AFRIQUE)


La semaine dernière nous avons présenté la montée en puissance de la République populaire de Chine à partir des premiers actes de son industrialisation foudroyante jusqu’à son émergence sur la scène internationale (1). La Chine n’est pas une force latente, elle est déjà la première puissance industrielle – le premier pouvoir de l’économie réelle – et en passe de devenir la première puissance de l’économie marchande, spéculative et ‘capitalisante’, qui devrait déloger sa dernière concurrente de sa fragile estrade où sa flotte de guerre, son armée de terre et ses dépenses militaires somptuaires la maintiennent encore…précaire (l’Amérique en faillite effectue la moitié des dépenses militaires sur Terre avec de l’argent inexistant, grâce à sa planche à billets inflationniste). La folie guerrière américaine déchainée sous Reagan, amplifiée sous Bush et maintenue sous Obama, tire à sa fin. Un pays capitaliste n’est jamais longtemps plus puissant que son industrie le prétend, comme le Japon et l’Allemagne l’ont appris à leur dépend.

Quand les impérialistes américains et européens – trusts industriels, multinationales manufacturières et consortiums financiers – ont commencé à délocaliser leurs usines d’Occident pour s’installer dans des pays de pauvretés aux salaires de misère, sans bénéfices marginaux, sans sécurité sociale, sans charges fiscales, sans normes environnementales, sans sécurité d’emploi et sans sécurité sur les chantiers et en ateliers – autant de contingences qui ont un coût qui se répercute sur la valeur de la force de travail, sur le prix de revient des produits finis et sur les taux de profit en définitive –. Les commis voyageurs de la relocalisation et de la sous-traitance industrielle ont parcouru le Bengladesh, la Corée, le Viet Nam, la Thaïlande, l’Indonésie, Taiwan, le Pakistan, le Sri Lanka, la Chine ainsi que certains pays d’Afrique. Tous ces pays ont « bénéficiés » des investissements « bienfaisants » de l’Occident. Pourquoi ces investissements n’ont-ils laissés que misère dans nombres d’aires d’Orient et d’Afrique et pourquoi ces placements ont-ils permis à la Chine d’amorcer son « Take off » (décollage) industriel et économique ?

C’est que dans plusieurs de ces pays investis par l’impérialisme occidental la bourgeoisie nationale s’est transformée en bourgeoisie capitaliste compradore chargée :

A) d’administrer les usines ; de recruter la main d’œuvre à exploiter dans les « sweat-chop » locales ; de construire les infrastructures portuaires et de transport pour faire sortir soit la matière première brute soit les produits ouvrés à faible composition organique en capital (marchandises exigeant un fort apport en capital variable – beaucoup de force de travail – et un faible intrant en capital constant – peu de machinerie) (2). B) d’assurer le maintien de l’ordre – la paix sociale – et réprimer dans le sang toute résistance du prolétariat local et des travailleurs en général, qui se rebellent parfois contre leurs conditions d’exploitation infernales.

Parfois, les différentes puissances impérialistes occidentales se disputent le contrôle d’une faction ou d’une autre parmi cette bourgeoisie compradore d’où les incessantes révoltes - « révolutions », guerres carnassières, soulèvements régaliens, tueries tribales (Gbagbo – Ouattara, Kadhafi – CNT, al-Assad – CNS, Kabila-Tshisekedi, Wade et opposants) jusqu’à ce que le potentat local gagnant soit celui adouber, qui par la France, qui par le Royaume-Uni, qui par les États-Unis, qui par la Russie, qui par la Chine, qui par l’Iran, etc. (3).

Pour ces multiples services rendus aux puissances étrangères la bourgeoisie mercenaire, larbins politiques et thuriféraires financiers, empochent prébendes, petits bénéfices, commissions illicites et valises de devises… Ces miettes tirées de la plus-value ouvrière extraite en néo-colonie ne sont jamais suffisantes pour construire une industrie lourde et une industrie des machines-outils conséquentes, ce que la métropole coloniale n’accepterait pas de toute manière. Si bien que plus de vingt ans après le début des transferts, ces pays ateliers sont toujours aussi déprimés. Pires, les salaires de famine, qui suffisent à peine à subvenir aux besoins élémentaires des familles indigentes, ne permettent même pas de constituer un marché national consistant qui pourrait permettre le développement d’une économie marchande importante sur laquelle les bourgeoises africaines pourraient s’appuyer pour prendre leur décollage économique national. La situation est différente en Amérique du Sud où une puissance impérialiste régionale – le Brésil – est parvenue à amorcer son « démarrage » et aujourd’hui le prolétariat brésilien a l’insigne honneur d’être exploité par la bourgeoisie brésilienne, parlant portugais, et faisant affaire dans le tiers-monde – pauvre parmi les pauvres (4).

Au début de ce processus de relocalisation (1989) et de sous-traitance industrielle de grande ampleur, les usines occidentales, relocalisées au Sénégal par exemple, rapatriaient en métropole l’ensemble de la plus-value spoliée aux ouvriers sénégalais sous-payés, car en métropole les rendements sur les placements boursiers, sur les prêts aux particuliers, sur les bons du trésor gouvernemental étaient alléchants et donnaient de bons rendement sans risque ni faux fuyant. Nous vivons sous le règne du capital financier, il ne faut pas l’oublier, et le capital de risque est sans cesse sollicité pour envahir le champ de la production industrielle, ou alors le champ de la spéculation foncière (construction domiciliaire, industrielle, commerciale, gouvernementale et d’affaires) ou encore le champ de la spéculation boursière, du crédit à la consommation et autres formes d’exploitation usuraire. Le rendement le plus intéressant attire l’investissement (5).

Le « Take off » sénégalais fut donc remis sine die et la bourgeoisie sénégalaise compradore, spoliée de « sa » plus-value ouvrière, demeura enchaînée à « ses » ouvriers trop pauvres pour acheter les produits bon marché fabriqués sur place dans les « sweat chop nationaux ». Impossible dans ces conditions de développer un marché régional pour absorber une production nationale quelconque. Il en est de même pour un pays comme la République du Congo qui voit partir ses métaux précieux non transformés, donc très peu porteurs de plus-value ouvrière et sans grande valeur marchande (6). Impossible dans ces conditions de développer une industrie lourde congolaise à l’abri de barrières tarifaires protectrices. Nous reviendrons plus loin sur ces notions de barrières tarifaires et d’économie post-industrielle (7).


LE MODÈLE D’ÉCONOMIE CAPITALISTE CHINOIS


La République populaire de Chine en décida autrement et la bourgeoisie nationaliste chinoise, s’appuyant sur le plein contrôle de son appareil d’État, imposa cinq règles de base aux capitalistes occidentaux, japonais, taiwanais et coréens qui souhaitaient relocaliser leurs usines en Chine (8). Ces cinq règles visent toutes à conserver sur place le « patrimoine de plus-value nationale ».

Premièrement, la plupart des entreprise étrangères souhaitant se relocaliser ou sous-traiter en Chine doivent établir un partenariat avec une firme chinoise qui règle générale possède la majorité du capital-actions de l’entreprise en copropriété. Ceci assure que la majorité de la plus-value absolue produite dans cette entreprise restera propriété des chinois, base de leur capitalisation et du développement des grands conglomérats qui aujourd’hui menacent les entreprises occidentales.

Deuxièmement, une entreprise qui s’installe en Chine doit assurer un transfert technologique source de plus-value relative (gain de productivité).

Troisièmement, une entreprise est invitée à introduire en Chine ses ingénieurs et ses ouvriers spécialisés mais elle doit aussi embaucher des ingénieurs et des ouvriers spécialisés chinois. La société Bombardier a décroché un contrat de fabrication de fuselage d’avion en Chine. Aujourd’hui, la société chinoise COMAC produit et commercialise l’aéronef ARJ-21 concurrent de la série C de Bombardier, présentant un merveilleux fuselage très aérodynamique. Voilà comment la Chine récupère la plus-value relative (ingénierie) produite par « son » prolétariat national.

Quatrièmement, certains secteurs industriels sont exclus des investissements étrangers importants. Ce sont les secteurs des ressources naturelles (mines, forêts, agriculture, pêches et énergie) ; la Chine ne souhaite pas devenir un fournisseur de matières premières non ouvrées – comme les pays dépendants d’Afrique le sont devenus – et voir la plus-value absolue de « ses » ouvriers s’envoler vers les paradis fiscaux « Off –shore ». Les secteurs de l’armement militaire et de l’aérospatial sont exclus des investissements étrangers pour des raisons évidentes. Les secteurs de l’industrie lourde tels fonderies, aciéries, alumineries, chantiers navals, base stratégique du développement économique en régime capitaliste ne sont pas ouverts au partenariat. Ce ne sont pas les services, l’« industrie du savoir » (sic), la consommation et le commerce, la finance et la bourse qui assurent le développement d’une économie impérialiste comme l’a prouvé le développement américain le siècle précédent et comme le prouve le développement chinois présent ; ce sont l’industrie lourde et l’industrie des machines-outils (production des moyens de production). C’est d’ailleurs ce qui explique la puissance industrielle, économique et financière exceptionnelle de l’Allemagne dans l’Union européenne. La Chine le sait et elle se réserve ces secteurs industriels.

Cinquièmement, toute entreprise implantée en Chine doit payer taxes, impôts et redevances selon les lois en vigueur dans le pays ce qui assure une source d’accumulation de plus-value que l’État capitaliste monopoliste chinois utilise ensuite pour assurer la construction des infrastructures d’exploitation (routes, ports, barrages, canaux, aéroports, etc.).

Enfin, la hausse régulière du salaire minimum et le rehaussement contrôlé de la valeur du Yuan (monnaie nationale) assurent la croissance du marché national, assise définitive du développement impérialiste chinois qui tente présentement de se libérer de sa dépendance vis-à-vis des marchés extérieurs états-unien et européen.

La Chine utilise sa monnaie (le yuan) comme entrave à l’importation – barrière tarifaire et mur anti-dumping qui ne dit pas son nom –. La valeur du Yuan est maintenue artificiellement basse ce qui rend les produits importés très coûteux pour les chinois continentaux et décourage leur commercialisation. Cette politique protectionniste a un coût cependant : 1) le niveau de vie des chinois est maintenu artificiellement bas et ; 2) les prix des matières premières importées dont est si gourmande l’industrie chinoise sont élevés. Enfin, dernière conséquence de cette politique volontariste c’est que la valeur du yuan ne peut que s’élever avec le temps, si bien que chaque épargnant chinois – et ils sont nombreux parait-il – verra ses économies s’apprécier avec les années. Achetez du yuan si vous le pouvez.


LIBRE-ÉCHANGE ET ÉCONOMIE DE SERVICES « POST-INDUSTRIEL »


Des tas d’économistes vulgaires, engoncés dans leur science économique pré scientifique, nous songeons à l’ex-premier ministre Bernard Landry et ses forfanteries, à Jacques Delors ex-ministre des finances de France, à Jacques Attali qui prédit tout et sa contre-partie, à Michel Rocard, chantre de l’Euro, et à DSK, économiste sans pantalon de triste renom, tous ces laudataires battent la chamade pour expliquer aux prolétaires que l’avenir appartient au libre-échange, à l’« industrie du savoir » (sic), à l’économie des services post-industriels, à la spéculation boursière et aux banques ; que s’endetter c’est s’enrichir ; que les barrières tarifaires entravent le commerce et la richesse… Fadaises redondantes que certains colportaient dans les colloques jusqu’à ce jour du 21 janvier 2008, jour où leur univers « post-industriel » s’écroula ; s’effondra la vacuité de ces billevesées pseudos scientifiques et ne demeura qu’un vaste gouffre financier où disparurent des milliards de chiffons – des actions, des obligations, des hypothèques et des produits dérivés, du papier sans valeur en définitive. Ne subsistèrent que des usines vidées – des forces productives industrielles sous utilisées et des ouvriers, l’armée de réserve des chômeurs et des assistés désœuvrés – inutilisée et sans valeur marchande.

Les ouvriers savent déjà que plus ils s’endettent moins ils sont riches et que plus ils travaillent moins ils gagnent et que plus se déprécie leur valeur d’échange et plus s’affaisse le prix de leur survie. Mais ils n’ont aucune prise sur le monde de la finance, ni sur les mécanismes de l’échange, ni sur la propriété privée des moyens de production source de toutes leurs souffrances. Les travailleurs savent, ces damnés de la terre qui vitupèrent, que la démocratie des riches n’est qu’éphémère panacée manigancée par ceux qui ont le fric pour diriger le baudrier électoral.


QU’EN EST-IL DE CETTE CRISE INTERMINABLE ?


Le modèle d’exploitation impérialiste du tiers-monde fonctionnait pourtant, et l’accaparement de la plus-value métropolitaine, et la récupération de la plus-value lointaine (néocoloniale) permettaient de compenser les pertes d’emplois productifs suite aux délocalisations industrielles. En « mère-patrie » les emplois se multipliaient dans le tertiaire prometteur, ingénieur, administrateur, superviseur, vendeur, revendeur, grossiste, détaillant, décorateur, dessinateur, informaticien, designer, publicitaire, styliste, modiste, photographe, bookmaker, artiste, infirmière, enseignant, serveur, maître d’hôtel, femme de chambre, plongeur et tutti quanti, des milliers de métiers différents laissant subodorer que les bases de l’économie capitaliste avaient changé et que maintenant il n’était plus nécessaire de produire des biens tangibles, des produits, des marchandises sonnantes et trébuchantes mais qu’il suffisait de les vendre, de les « monnayer » sur les marchés et de faire du profit avec du vent, en spéculant.

En pays impérialistes comme le Canada, la France, les États-Unis, entre 75 % et 78 % de la main d’œuvre active s’active dans le tertiaire et le quaternaire parasitaire à des métiers variés mais qui ne produisent aucune plus-value. Ces gens dépensent la plus-value produite par les 25 pour cent restants de la main d’œuvre œuvrant dans les usines du secteur secondaire et dans les mines, la forêt, la mer et la terre du secteur primaire les bases fondamentales de la richesse sociale.

« La plus-value produite par la classe ouvrière ne reste pas tout entière entre les mains des capitalistes exploitant directement les ouvriers dans le procès de production : une partie de cette plus-value passe aux commerçants sous forme de profit commercial, une autre passe aux banquiers sous forme d’intérêts, une autre va dans la poche des propriétaires fonciers sous forme de rente foncière (loyer et hypothèque NDLR) et le reste constitue le profit de l’industriel. La plus-value se divise en plusieurs parties et affecte plusieurs formes : profit (industriel et commercial.) intérêts et rentes. » (9).

L’investissement en capital ce n’est finalement que de la plus-value ouvrière spoliée et cristallisée, morte, que le travail ouvrier fait revivre pour produire de la nouvelle plus-value vivante à spolier à nouveau, et à redistribuer à nouveau dans les différentes branches de l’économie.


LE CRASH BOURSIER DE JANVIER 2008


Revenons au crash boursier survenu en janvier 2008. Tant que les cartels internationaux rapatriaient leurs dividendes (plus-value cristallisée) en métropole (France, États-Unis, Allemagne, Italie, Canada, etc.), l’afflux de capitaux – taxes et impôts sur les bénéfices aidant ; emplois tertiaires étant – l’économie-de-service-et-du-savoir-post-industrielle donnait l’impression de fonctionner normalement, les milliardaires étaient toujours plus milliardaires et toute une couche de petit-bourgeois vivait de la plus-value redistribuée.

Un jour vint toutefois où de plus en plus d’entreprises impérialistes occidentales détournèrent une large partie de leurs bénéfices provenant d’outre-mer vers des paradis fiscaux « Off-shore » sans droits ni lois. La moitié des flux financiers internationaux transitent ainsi par ces paradis fiscaux non assujettis aux lois ni au fisc. C’est que pour le capitaliste il n’est plus financièrement intéressant de ramener la plus-value (sous forme de capital financier) dans les pays endettés d’Europe et d’Amérique et de convertir leurs deniers en dollars ou en euros dévalués. Un premier ministre canadien, donnant l’exemple à ses concitoyens, avait inscrit sa flotte de transport maritime à ce régime fiscal amaigrissant aux Iles Caïmans.

Qui plus est, les capitalistes commencèrent à rechigner à payer taxes, droits, redevances et impôts sur l’autre moitié de la plus-value non encore détournée. Qu’à cela ne tienne, Ronald Reagan, Margaret Thatcher, Bush, Sarkozy et Harper, suivis de tous les politiciens poltrons des environs firent amende honorable, et s’amorça une vague de cadeaux fiscaux pour riches aigris sous prétexte de libérer le crédit afin de créer des emplois, que l’on cherche encore de surcroit.

Les emplois industriels producteurs de plus-value continuent d’être délocalisés vers les pays de misère et les travailleurs des pays impérialistes en déclin continuent d’aller grossir les rangs de l’armée de réserve des chômeurs et des assistés, si bien qu’au lieu de rapporter des impôts et des taxes ces ex-travailleurs coûtent à la collectivité alors que les riches menacent de fuir le pays si on leur retire le pont d’or fiscal qu’ils se sont octroyé. C’est ainsi que l’on construit des budgets toujours plus profondément déficitaires.

L’État d’une puissance en déclin est confronté à un dilemme cornélien : les riches ne veulent pas payer ; les ouvriers ne peuvent pas payer ; la plus-value importée s’est éclipsée ; les dépenses gouvernementales sont incontrôlées ; les dépenses militaires se font somptuaires pour réprimer ; les emprunts pharaoniques sont contractés à des taux léonins et l’usurier financier attend sa proie dans l’antichambre de l’Élysée, de la Maison Blanche et du 10 Downing Street muni d’une offre que le politicien bourgeois ne peut refuser, comment échapper à sa destinée ?

Comme si ce drame épique d’un monde en déclin ne suffisait pas, voici s’avancer la super puissance industrielle et commerciale des Hans, d’une ampleur et d’une vigueur que vous ne pouvez soupçonner. Un milliard d’ouvriers à exploiter grâce aux technologies les plus sophistiquées jamais imaginées. « Quand la Chine s’éveillera le monde tremblera » écrivait le romancier. Le dragon est déjà éveillé et il brasse les cartes et refait la donne sur l’ensemble de l’échiquier. Ce n’est pas l’incident du onze septembre 2001 qui a chamboulé le monde c’est le rugissement du dragon qui redéfinit l’équilibre industriel, économique, politique et financier.

Le diable de la finance, à qui l’État capitaliste a vendu son âme, attend à la porte du parlement, de la Chambre des représentants le kilogramme de chair qu’on lui a promis contre un instant de de survie… l’heure avance et il s’impatiente…

LA SEMAINE PROCHAINE : PEUT-ON RÉINDUSTRIALISER L’AMÉRIQUE ET L’EUROPE !


(1) http://www.legrandsoir.info/la-chin...

(2) Le capital constant est représenté par la valeur des moyens de production (bâtiments, machines, matières premières, énergie, etc.) qui n’est que de la plus-value cristallisée et réinjectée dans le processus de production de plus-value. Le capital variable est la valeur de la force de travail engagée dans une usine (que les économistes bourgeois appellent le salaire et les bénéfices marginaux) mise en jeu dans la production de la plus-value élargie de cette entreprise. La composition organique du capital est le rapport entre ces deux composantes. Une manufacture fabriquant des chemises nécessitera beaucoup de main d’œuvre (capital variable) et produira beaucoup de plus-value absolue alors qu’une aluminerie entièrement mécanisée (à fort capital constant - ces machines-outils coûtant très cher) produira plus de plus-value relative et aura une forte composition organique en capital. http://fr.wikipedia.org/wiki/Plus-v...

(3) La plupart des bourgeoisies compradores africaines n’ont jamais véritablement contrôlé l’appareil d’État, ni les leviers financiers fondamentaux. Qu’il suffise de rappeler que quatorze pays de la zone Francafrique utilisent le Franc CFA, assujettis à l’Euro, une monnaie gérée, administrée et contrôlée par la Banque de France. Des bases militaires étrangères quadrillent toute l’Afrique. Aucune base militaire étrangère n’occupe le sol de la Chine continentale. http://www.oulala.net/Portail/spip....

(4) Quelques états comme Taiwan, la Corée du Sud et la République Sud-africaine sont parvenues à tirer leur épingle du jeu.

(5) La démonstration vaut pour la France, le Royaume-Uni, le Canada, l’Allemagne ou pour d’autres pays impérialistes.

(6) « Quelle est l’origine de cette plus-value ? Elle ne peut ni venir du fait que l’acheteur a acheté les marchandises au-dessous de la valeur, ni du fait que le vendeur les a revendues au-dessus de la valeur. Car, dans les deux cas, les gains et les pertes de chaque individu se compensent, puisque chacun est tour à tour acheteur et vendeur. Elle ne peut provenir non plus du vol, puisque le vol peut sans doute enrichir l’un aux dépens de l’autre, mais il ne peut pas augmenter la somme totale possédée par l’un et l’autre, non plus, par conséquent, que la somme des valeurs circulantes en général. » http://fr.wikipedia.org/wiki/Plus-v...

(7) http://www.agoravox.fr/tribune-libr...

(8) Vincent Gouysse. Le réveil du dragon. Septembre 2010. www.marxisme.fr

(9) L. Ségal. Principes d’économie politique. Éditions sociales internationales. 1936. P. 54. http://www.marxisme.fr

 

 

Sur ce blog,

 

LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES : Une bataille perdue par l’Algérie

« Gouverner c’est prévoir. » Émile de Girardin Cette boutade d’Emile de Girardin est à méditer car elle explique dans un certaine mesure, ce qui s’est passé pendant cet épisode de froid qui a bouleversé la vie des (...)

En savoir plus »

 

 

La loi du 3 Janvier 1973, qui ruina la France.

La France souffre d’une dette d’État insupportable de 1 800 milliards d’Euros qui s’est accumulée au fil des ans, le tiers étant imputable au candidat Sarkozy pendant son quinquennat. Le poids de cette dette (...)

En savoir plus »

 

Politique internationale : l’obsession du monopole de la violence…

Pour les empires, la violence est valeur de construction de soi. C’est là, une redondance de l’histoire ! Quand une civilisation régnante, a acquis et maintient sa prééminence par toutes les sortes possibles de violence à travers (...) Lire la suite »

An Unspeakable Act

Sur les sites de plusieurs journaux britanniques, a été publié un article sur un jugement rendu dans une affaire de viol. Et après les avoir lus, et relus, j’espère encore avoir mal compris... Deux jeunes hommes de 21 ans ont violé une (...) Lire la suite »
Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:22

Les mouvements « islamistes » vivent une grave crise
Yamin Makri

  Michel Collon infos 


21 février 2012

Ce culte du profit, cette injonction de la « croissance infinie » sont devenus le paradigme déifié auquel tout se soumet. C’est aujourd’hui le nouvel et redoutable ennemi, qui n’a que faire des nations, des cultures ou des religions.

 
Cela peut paraître paradoxal d’affirmer cela aujourd’hui alors que, du Maroc à l’Égypte, ces mouvements n’ont jamais été autant sollicités par les régimes arabes afin de participer à la gestion des affaires publiques de leurs pays.
 
En 2005, dans notre article Les notables de la république, mous mettions en évidence le rôle crucial qu’allaient certainement jouer ces mouvements dits « islamistes ». Il était dit :
 
« Un siècle de lutte et de résistance a conféré au mouvement réformiste islamique une légitimité historique, et ce, pour plusieurs raisons : ces mouvements ont fermement combattu le colonialisme (…), ils ont participé à la “réislamisation” des peuples musulmans (…), et ils ont été les rares voix à dénoncer les dictatures arabes à la solde d’un Occident complice. »
 
Mais, il était dit aussi que ces mouvements étaient en train de vivre une crise qui ne lui permettrait pas de faire face à l’ampleur des enjeux à venir. Ainsi, il était annoncé que, malgré sa force populaire et ses nombreuses institutions, il n’y avait pas de programme et l’ambition de ces organisations se réduisait :
 
« A s’intégrer au jeu politicien et à trouver des arrangements avec les pouvoirs en place… À accepter, de manière fataliste, une mondialisation ultralibérale… Et à se limiter aux développements d’institutions caritatives, humanitaires et éducatives privées. »
 
Sept années plus tard, le printemps arabe est passé par là. Ces révoltes populaires, manipulées ou non par les officines occidentales, ont obligé les organisations « islamistes » à s’exprimer publiquement. Le « bricolage » dans les prises de position publiques et la confusion régnant à l’intérieur de ces organisations ont bien mis en évidence l’ampleur du désarroi des militants engagés. Ces derniers ne comprennent plus les compromis de leurs dirigeants, préférant négocier que renverser les dictatures affaiblies ou faisant le choix de se mettre sous protection occidentale pour renverser leur régime.
 
Ces évènements ont ainsi révélé cette triste réalité : lorsque nous ne prenons pas le temps pour réfléchir à un projet en adéquation avec nos réalités et lorsque l’Histoire nous oblige à assumer notre responsabilité, on ne peut que « bricoler ».
 
Cela n’a pas toujours été le cas. Au xixe siècle, ce qui a fait la force de ce mouvement et lui a conféré son élan, fut le refus du taqlîd, ce refus de suivre aveuglément les avis religieux d’un autre siècle. Devant le démembrement de la oumma et face à l’avancée technologique et intellectuelle d’un Occident conquérant, il n’était plus possible de continuer à baser des actions sur des commentaires de Textes religieux datant du xe siècle.
 
Ce mouvement de renouveau préconisait la diffusion d'une pensée islamique adaptée à son contexte particulier : c’est-à-dire des sociétés musulmanes sclérosées et teintées de superstitions d’une part, et un colonialisme et un sionisme en plein essor d’autre part.Ces penseurs réformistes ont alors développé une pensée de l’action et ont structuré un mouvement de résistance et d’éducation populaire avec un discours adressé aussi bien à leur peuple qu’à l'Occident, qui se résumait ainsi :
 
1/ Les esprits et les cœurs musulmans doivent être libérés de leur admiration béate envers un Occident idéalisé et les peuples doivent reprendre confiance en leurs valeurs islamiques.
 
2/ Les terres musulmanes doivent être libérées de toutes présences étrangères.
 
Ces mouvements n’ont jamais eu pour objectif premier la prise du pouvoir. D’ailleurs Ibn Badîs, le célèbre réformiste algérien, considérait que le départ du colon français n’était même pas la priorité et que la conscientisation et l’éducation des masses algériennes musulmanes passaient bien avant.
 
Un siècle plus tard, certains prétendront que les réformistes ont, en grande partie, atteint leurs deux objectifs. Effectivement, formellement (au moins et mise à part la Palestine) les colonies occidentales ne sont plus. Et aujourd'hui aucune structure sociale et/ou politique issue d’un pays arabo-musulman n’est crédible si elle tourne le dos publiquement aux valeurs de l’Islam ; malgré le kémalisme turc ou le bourguibisme tunisien, aucune nation musulmane ne conçoit son avenir sans cette forte référence à son identité islamique. Les mouvements de révolte dans les pays arabes et les quelques élections libres qui ont pu avoir lieu le prouvent clairement.
 
Aujourd’hui, notre monde a radicalement changé, mais la pensée réformiste n’a pas évolué. Certes, ni le colonialisme, ni les régimes dictatoriaux n’ont permis l’évolution de cette pensée. Les conséquences sont d’ailleurs dramatiques car les leaders « islamistes » persistent à adopter une vision et une pensée de l’action élaborées il y a plus d’un siècle pour l’appliquer à un xxie siècle totalement différent.
 
C’est ce qu’on appelle le taqlîd al-mujaddidîn, c’est-à-dire l’imitation aveugle d’une vieille pensée sans que celle-ci soit réinterrogée au regard des nouvelles réalités. Triste sort de la grande majorité de ces organisations qui reproduisent, aujourd’hui et à leur tour, le comportement des « traditionnalistes aveugles » du xixe siècle. Ce comportement que les pères fondateurs de cette pensée décriaient à l’époque.
 
Actuellement, cela a des conséquences très concrètes sur les deux thèmes majeurs (identité et colonialisme) du réformisme du siècle dernier :
 
1/ Ils se satisfont de la disparition du colonialisme mais ils ne comprennent pas que la colonisation des esprits a pris une autre forme. Notamment à travers un mode de vie consumériste et plus généralement par le biais d’une soumission à un modèle économique inique.
 
2/ Ils se satisfont aussi de « l’étiquette islamique » qui traduit la reconnaissance formelle de leur identité (économie « islamique », habit « islamique », état « islamique », école « islamique », banque « islamique » etc.) mais qui ne se soucie pas du sens et de l’éthique, pourtant fondamental dans la spiritualité musulmane. Ils se limitent ainsi à cette simple reconnaissance, sans pouvoir élaborer un projet global et alternatif qui dépasse la critique moralisatrice d’un Occident perçu comme dépravé.
 
Devant un ordre libéral mondialisé où la logique du profit est première, la reconnaissance formelle des identités n’a jamais été un souci pour les dominants. La société de la « croissance » n’a que faire des apparences, ce qui lui importe c’est de donner l’orientation. Ainsi, pour cet ordre capitaliste, par exemple, le foulard porté sur la tête est un simple détail ; par contre, les idées consuméristes développées à l’intérieur des têtes « enfoulardées » sont capitales pour nourrir le système et les y soumettre.
 
Suite au printemps arabe, l’arrivée au pouvoir des partis politiques dits « islamistes » risque d’accentuer l’aveuglement de leurs leaders. Rappelons que tous les États arabo-musulmans sont totalement intégrés et dépendants de l’ordre économique capitaliste. Et ces pays, bientôt gérés par les « islamo-nationalistes », devront continuer à répondre aux injonctions de la Banque mondiale et du FMI. Après l’illusion d’une victoire à la Pyrrhus, les « islamistes » devront apprendre à gérer l’ingérable.
 
Car dans l’ordre capitaliste mondial, le culte du profit financier et la notion de « croissance économique » ne sont pas seulement des concepts économiques ; ils sont devenus aujourd’hui de nouvelles divinités auxquelles on nous apprend à nous soumettre.
 
Divinité dans le sens islamique du terme. C’est-à-dire un postulat qui se justifie par lui-même, qui ne peut s’égaler et qui ne peut pas se remettre en cause ni se discuter ; un postulat qui soumet tout et auquel il est du devoir de tous de se soumettre. Ce postulat définit, qu’on le veuille ou non, aujourd’hui toute notre manière d’être, de produire et de consommer et même de concevoir notre vie ici-bas.
 
Toutes ces prérogatives, en Islam, n’appartiennent normalement qu’à Dieu Seul. Ce concept est donc un véritable affront au concept islamique du tawhîd. Les succès électoralistes en Tunisie ou économiques en Turquie ou alors la manne pétrolière dans les pays du Golfe ne feront pas longtemps illusion. Les savants de l’Islam, les leaders des organisations et mouvements réformistes islamiques d’aujourd’hui devront répondre à cet affront, car remettre en question le tawhîd ou lui associer un autre concept, c’est vouloir détruire l’Islam en s’attaquant à son pilier premier.
 
Ce culte du profit, cette injonction de la « croissance infinie » sont devenus le paradigme déifié auquel tout se soumet. C’est aujourd’hui le nouvel et redoutable ennemi, qui n’a que faire des nations, des cultures ou des religions. C’est une véritable religion sans Dieu et ses adeptes sont tout aussi présents à New York qu’à La Mecque. Elle n’a que faire de la couleur de peau, car elle s’attaque à l’essence (le tawhîd) et délaisse les apparences. Elle emprisonne le cœur dans la seule course à la satisfaction illusoire des besoins du corps, générant ainsi frustrations et mal de vivre.
 
Si nous désirons revivifier l’élan réformiste islamique, il faut d’abord comprendre et cerner cette nouvelle religion sans-dieu. Si elle a pris naissance en Occident, elle s’est vite répandue sur toute notre planète. Elle est le sous-produit de la philosophie européenne des Lumières qui a voulu déloger l’obscurantisme clérical et mettre l’homme et la raison au centre de tout. Mais en délogeant l'Église, ils ne se sont pas privés d’exclure Dieu par la même occasion ; c’était pour permettre l’émancipation de l’Homme, nous ont dit les humanistes, les laïcs, les féministes et les promoteurs de l’idéal démocratique.
 
C’était vrai un temps… seulement un temps :
 
– Aujourd’hui, la réalité est que ceux qui défendent l’humanisme dans le Nord sont aussi ceux qui protègent un système injuste qui produit 2 milliards d’êtres humains sous-alimentés dans le Sud.
 
– Aujourd'hui, la laïcité instituée pour ramener la paix sociale s’apparente dorénavant à un ordre islamophobe guerrier.
 
– Aujourd’hui, l’idéal démocratique qui devait être le garant de l’émancipation des peuples ne fait plus le poids face aux puissants de la finance. Les agences de notation et les « marchés » décident de la politique des États et mettent au pas les « représentants du peuple ».
 
– Aujourd’hui, les revendications féministes sont détournées et confortent le patriarcat de nos sociétés capitalistes, réduisant la femme à une main-d’œuvre d’appoint et/ou de séduction. On propose la parité dans les instances politiques alors qu’il est acquis que le vrai pouvoir s’est désormais déplacé dans les conseils d’administration des multinationales.
 
En fait, toutes ces belles idéologies européennes passent vite au second plan quand le dieu-croissance parle et impose sa norme. Alors, pour préserver les apparences, on fait semblant, on trompe et on ment aux peuples. Devant le peuple, on fait semblant d’être démocratique mais on décide réellement avec les banquiers. Devant les musulmans, on fait semblant d’être laïc, mais on adopte des comportements fascisants.
 
Devant les médias, on fait semblant d’être humaniste, mais on laisse le SIDA se répandre en Afrique et les gens mourir de faim par manque de moyens, dit-on ; ces mêmes moyens qu’on trouve très vite lorsqu’il s’agit de sauver les banques.
 
Pour soumettre les populations, un nouveau clergé est alors apparu. Il ne défend pas une Église mais l’ordre capitaliste. Il ne s’active pas pour un Dieu mais pour la Sainte-Croissance. Il n’est pas animé par une foi transcendante mais par sa « raison » toute subjective et le dogme de la rentabilité financière. Il ne professe pas l’espoir d’un au-delà, mais la libre satisfaction de tous les plaisirs de ce bas monde.
 
Ce clergé est, en particulier, composé d’économistes, de financiers et de publicitaires. Ce sont les nouveaux gardiens du Temple. Comme l’ordre clérical de l’époque médiévale, ils profitent grassement du système et abusent de la crédulité des gens. Au Moyen-âge, le clergé préservait jalousement le monopole de l’éducation et de l’instruction à travers le contrôle de l’imprimerie, du livre, de la connaissance de la langue latine ou arabe. C’était l’assurance de l’assujettissement des masses et le contrôle exclusif des savoirs.
 
Le modèle est le même dans notre monde moderne. Mais l’arme nouvelle est la pub, elle est l’outil de l’abêtissement des masses, l’outil de la diffusion du nouveau dogme et aussi le moyen de contrôle de tous les médias, supposés réveiller les consciences. Quel média peut encore vivre aujourd’hui sans le financement de la pub ?
 
Pour comprendre le crédo et les cinq piliers (sic !) de cette foi areligieuse, ce n’est pas difficile. Il est martelé à longueur de journée. Il suffit d’écouter ou d’ouvrir les yeux ; à la maison devant votre écran, dans votre automobile en écoutant la radio, ou devant les immenses panneaux publicitaires dans votre station métro. La pub est omniprésente ; comme jadis, elle emprisonne les cœurs et les consciences et proclament ses « invocations » à travers le culte des marques :
 
1/ C’est le culte de la toute-puissance : « La victoire est en nous » (Adidas), « Just do it » (Nike), « Gagner le cœur du monde » (Air France)
 
2/ C’est le culte de l'égo : « Parce que je le vaux bien » (L’Oréal), « C’est tout ce que j’aime » (Mc Donald).
 
3/ C’est le culte des plaisirs : « Plus t’en mets, plus t’en as ! » (Axe), « Cette sensation s’appelle Coke » (Coca-Cola), « Le plaisir de conduire » (BMW).
 
4/ C’est le culte du bonheur sur terre : « 360° de bonheur » (Babybel), « Chaque jour c’est du bonheur » (Nutella).
 
5/ C’est le culte de l’immortalité : « Être mieux chaque jour » (Danone), « Déclaré source de jeunesse » (Evian).
 
Les exemples sont innombrables mais le message est le même. Tout est organisé pour rendre optimal la production et la consommation. Pas pour seulement satisfaire nos besoins élémentaires, mais pour permettre l’enrichissement et la domination d’une petite minorité.
 
Dès la production, les ingénieurs et les designers construisent leurs produits sur la base du concept de « l’obsolescence programmée » afin de limiter la durée de vie des objets. Dans nos sociétés modernes, la panne n’est plus un accident, elle est organisée et programmée. On institutionnalise le gaspillage pour produire encore plus. Le Coran dit que « les gaspilleurs sont les frères des diables. » (Coran 17/27) Que dire d’une société qui fait du gaspillage un système ?
 
Afin d’encourager la consommation, on encourage aussi le crédit (riba). En effet, toutes ces choses produites en masse doivent trouver des acquéreurs qui doivent pouvoir les payer. Les salaires ne suffisent plus pour assouvir ce besoin de posséder plus. Ainsi l’endettement, jadis simple accident de la vie, est devenu un mode de vie. Le prêt à intérêt, institué en règle de vie, appauvrit les plus démunis et concentre les richesses aux mains de quelques-uns. Dieu dit : « Ceux qui pratiquent le riba se présenteront, le Jour de la Résurrection, comme des aliénés possédés par le démon… » (Coran 2/275)
 
Car effectivement l’endettement d’un pays, d’un État ou d’une personne représente l’aliénation par excellence (dans ce monde et dans l’autre), le nouvel esclavage des temps modernes.
 
La pub qui promeut les egos et les passions les plus viles, un système de production qui détruit notre écosystème et fait du gaspillage une valeur, un consumérisme basé sur l’endettement (riba) et donc notre aliénation, voici ce que produit la société du culte de la « croissance ». Cette société ne peut être que la société du déséquilibre, de l’inégalité, de la spoliation où l’homme n’est plus qu’un outil au service des plus puissants.
 
Dans la phraséologie « islamiste » souvent binaire (eux et nous), les radicaux décrivaient l’ennemi occidental comme « judéo-croisé », les piétistes dénonçaient « l’immoralité occidentale » et les plus intellectuels critiquaient les travers idéologiques de la démocratie, de la laïcité ou du féminisme. Mais rares sont ceux qui, en France ou dans le monde arabe, comprennent que le péril est bien plus grave et qu’il se situe dans les fondements diaboliques d’un système mondialisé, apatride, areligieux et qui met en péril dans notre quotidien la notion même du tawhîd.
 
Cette méconnaissance des réalités du monde génère un discours « islamiste » devenu schizophrène et anachronique. Quand il veut dénoncer l’ennemi occidental, il dénonce un matérialisme qui dorénavant a envahi son propre quotidien, Quand il dénonce l’égoïsme des « mécréants », il diffère peu de celui qu’il pourrait observer chez ses propres enfants. Il ne comprend plus…
 
En fait, il ne comprend plus un monde qui a changé trop vite. Son discours, élaboré le siècle dernier, a été conçu pour dénoncer un ennemi qui envahissait son espace (colonialisme, sionisme), ou pour s’opposer au prosélytisme d’une foi concurrente, ou alors pour condamner l’immoralité de personnes (toujours) influencées par la culture « étrangère ».
 
Dans tous les cas, l’ennemi était physiquement circonscrit, la cible était évidente. Mais aujourd’hui ce sont des paradigmes, des concepts et un système diffus qu’il faut combattre, aussi bien présent dans son propre foyer que dans les foyers de l’Occident honni. Aujourd’hui, sept années plus tard, après le texte écrit en 2005, la crise financière préfigure la fin de ce système diabolique. Car ce n’est pas une crise que nous vivons mais bien la fin d’un monde. Personne ne sait ce qui supplantera ce système.
 
Les révolutions arabes, les catastrophes écologiques inédites dans l’histoire de l’humanité (Fukushima, réchauffement planétaire…), le déclin d’un Occident vieillissant, les limitations physiques dans l’exploitation des ressources (eau, hydrocarbures, minerais), les mouvements des indignés, des 99 %, des Anonymous et autres annoncent quelque chose de radicalement nouveau.
 
Et, dans cette situation, devant les contradictions de ce monde qui ont produit le meilleur comme le pire, en tant que musulmans, rien ne pourra se construire sans remettre Dieu au centre de nos préoccupations.
 
Le tawhîd sauvera le monde ; on peut le dire aussi sûrement que l’absence de tawhid est aujourd’hui en train de l’anéantir. Les sept années passées ne seront en rien comparables aux sept à venir. Si Dieu nous permet encore de vivre, nous assisterons à un véritable basculement du monde. Espérons que cela se fera pour le bien de la race humaine et donc dans le cadre du tawhîd.
 
 
 
Yamin Makri est père de 4 enfants. Né en France, c’est en France qu’il fait toute sa scolarité. Il conclut son parcours universitaire en 1987 par un diplôme de chirurgien dentiste, puis par un Master en informatique de gestion.
 
Repost 0
24 février 2012 5 24 /02 /février /2012 06:09

 

La mondialisation criminelle

par eva R-sistons

 

Misère et famine en Grèce

 

L'appel de Mikis Théodorakis

 

Vidéos MES, UE et la guerre, Mondialisation américaine 

 

Sarkozy fait de la propagande de guerre


pieuvre.jpg

 

.

La mondialisation criminelle

par eva R-sistons


 

Le monde dérive lentement... Les Elus corrompus et vendus sont les ennemis des peuples, ils ne les représentent pas, ils trahissent leur mandat. Mais il y a pire maintenant, dans l'UE dessinée par les Américains pour l'asservir, la piller et l'utiliser pour leurs  guerres comme avec Sarkozy de plus en plus : Afghanistan, Côte d'Ivoire, Libye, Syrie, mais aussi Somalie, Mali etc sans parler des actions de déstabilisation un peu partout pour aligner le monde sur les visées diaboliques des Anglo-Saxons.

.

Et le pire dans cette Europe "tremplin du Nouvel Ordre Mondial" (comme je l'écrivais prophétiquement voici 2 ans environ), ce sont les banquiers Non-Elus qui dessinent maintenant ses contours, en s'appropriant sans vergogne les richesses des peuples, leur travail, leurs biens publics, leurs économies, leurs maisons, leur dignité, tout... Leur vie, aussi. On commence à mourir de faim en Grèce, labo de ce qui se prépare. Aussi l'Appel de Mikis Théodorakis nous concerne-t-il tous.

.

Parmi les atrocités décrétées par l'UE anglo-saxonne au service des banksters psychopathes (horreurs non relayées par des Médias infâmes, ou bien édulcorées ou présentées sous leur meilleur jour), il y a l'Eurocorps, le MES, le racket planétaire et les guerres de l'OTAN...

.

L'Europe, c'est... la guerre !!! Via l'OTAN dont il faut impérativement sortir...

 

 


 

 

.

La Haute Finance a pris le contrôle de l'UE, d'abord en Grèce et en Italie, ou sous vernis démocratique avec des dirigeants sans scrupules comme Merckel ou Sarkozy, et elle impose peu à peu, pas après pas (en tuant les Etats souverains), un racket planétaire de tout, comme je l'ai analysé sur mon blog R-sistons voici un certain temps : Entreprises ou services publics, protections sociales, salaires et droits (réduits), taxes supplémentaires, biens des personnes et des Etats, patrimoines etc, tout y passe.

.

Les Banksters vampires sucent le sang des peuples comme en Grèce martyrisée laboratoire de ce qui nous attend. Et les dirigeants sont au service de ces criminels : Qu'attend-on pour les traduire en Justice ? Ils trahissent leur mandat...  grâce à la propagande éhontée, mensongère, des Médias au service de l'Oligarchie militaire et financière. Tout se tient.

 

http://fonzibrain.files.wordpress.com/2009/10/bankster-chess.jpg

http://fonzibrain.files.wordpress.com/2009/10/bankster-chess.jpg

.

En gros, comme en Grèce, les recettes publiques sont injectées non dans l'Economie réelle créatrice d'emplois, mais dans des "intérêts privés" ainsi que consentent à le dire certains Médias plus honnêtes. Comprenez : Dans les coffre-forts des crapules du Cartel bancaire. En fait, peu à peu, tout sur terre passe dans leur escarcelle; en clair, les peuples sont sacrifiés aux intérêts de quelques-uns ! C'est tout simplement MONSTRUEUX ! Car ces gens-là, comme ceux qui les servent dans les Institutions internationales (voyez le rôle de DSK en Grèce, par exemple) ou au sommet des Etats ou encore dans les Médias aux ordres, sont si corrompus, si sans scrupules, qu'ils n'ont plus rien d'humain, ce sont des monstres qui relèvent d'un tribunal international pour crimes contre les peuples. Et que dire de leurs bras armés, dans l'industrie militaire, à l'OTAN ? La tête des dirigeants des Etats, des multinationales de l'armement, des grands groupes bancaires ou médiatiques, etc, devrait être exigée par les peuples comme une mesure d'intérêt public, afin de les empêcher de nuire - et avant que ces fous, ces monstres, ne déclenchent l'apocalypse nucléaire planétaire. Stratégie du Choc, du Chaos, mise en place par des criminels de haut vol, indifférents au sort des populations...

.

  La mondialisation ? L'américanisation du monde !

 

 

.

Encore un exemple ? Pour servir le Dieu-Marché de la mondialisation (comprenez "l'américanisation du monde" à marche forcée, voir la vidéo de François Asselineau), ceux qui auront la chance d'avoir encore un emploi seront désormais taillables et corvéables à merci: Salaires en berne pour réduire le coût du travail - un jour, on viendra au 1euro/heure, vous verrez; en Grèce, c'est déjà 4,80 euros -, flexibilité totale (être prêt à aller n'importe où, à travailler n'importe quand - même le dimanche ! Bref, famille disloquée, projet immobilier impossible), licenciements toujours plus faciles avec toujours moins d'indemnités, etc. Monti le pieux catholique ne dit-il pas avec cynisme : "Un job pour la vie, c'est trop ennuyeux !"  ? C'est ce qui s'appelle sortir des rigidités, ou encore, je déteste ce mot, "moderniser". Et les Médias prostitués nous font croire qu'il n'y a pas d'alternative à ce monde infâme !

.

 

.

 

 

 

 

Une machine implacable


Ces déchets humains osent parler de "démocratie", alors qu'ils ne cessent de la piétiner. L'UE a été imposée aux peuples alors qu'ils n'en voulaient pas. Et maintenant, tant qu'à faire, "démocratie irréprochable" exige, ils ne sont même plus consultés: On impose les bandits du Cartel bancaire à la tête des Etats, carrément, et puis on oblige ceux-ci à accepter un carcan abominable, un pseudo Mécanisme européen de stabilité, dont les effrayantes caractéristiques sont les suivantes :

.

- Opacité totale, mise en place sans concertation des peuples ni information des Médias collabos.

- Les Etats perdent leur souveraineté.

- Les Etats doivent se plier à toutes les demandes du Cartel bancaire, même les plus folles, même les plus indues. A tous leurs diktats ! Le MES, c'est la dictature des Grandes banques. Elles ont des problèmes de trésorerie notamment suite à leurs spéculations insensées (sur le dos des peuples, d'ailleurs, sur le dos des biens vitaux de l'humanité, même alimentaires, créant de la famine partout avec l'augmentation du prix des denrées), eh bien les Etats, ou ce qu'il en reste, doivent passer à la caisse, comme lors de la crise des subprimes. Pour payer, les dirigeants, ou ce qu'il en reste - réduits à l'état de marionnettes -, doivent imposer l'austérité pour tous. En clair, les peuples doivent toujours plus se serrer la ceinture, gagner moins - quand ils ont la chance d'avoir un emploi -, payer plus, renoncer à leurs conquêtes sociales acquises de haute lutte par leurs aïeux (souvent au prix de leur vie), renoncer à leurs services publics, à leur or, à leur patrimoine etc... jusqu'à ce qu'ils n'aient plus rien à donner : Travail, logement (comme aux USA ou en Grèce maintenant), économies, écoles, hôpitaux (privatisés eux aussi), biens communs etc. Un Fonds sera dévolu aux caprices des banksters: Dès qu'ils auront un besoin, un problème, ils savent que le MES le satisfera; Ils veulent des sous, les peuples passeront à la caisse jusqu'à ce qu'ils n'aient plus rien à donner. Si, ils pourront encore servir de chair à canons pour les guerres de prédation et de domination des Sarkozy (le Bush français) ou des Cameron. 

- Le MES pourra décider du montant des contributions de chaque Etat. Les dirigeants, dans cette optique, seront de simples exécutants. Et ils feront tirer sur tous ceux qui refusent de se laisser plumer (voyez par ex ici : http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fillon-autorise-le-tir-a-balle-98955. Je rappelle d'ailleurs que le Traité de Lisbonne refusé par les peules, a rétabli subrepticement la peine de mort pour les insurgés, c'est-à-dire pour ceux qui s'insurgeraient contre leur mort programmée !).

- Immunité totale pour les Décideurs.

- Les Etats seront engagés de manière irrévocable et inconditionnelle. Vous comprenez pourquoi, dans notre pays, on s'est empressé d'accélérer les choses, avant les Elections, pour être sûrs, avec Sarkozy qui "aime" tant la France, que le processus de destruction de notre pays soit irrévocable ! Il faut noter les noms des Elus qui ont accepté ce forfait, et réclamer leur traduction en justice pour haute trahison !

- Le MES s'impose donc. Les peuples deviendront alors la propriété des banksters, qui pourront en faire ce qu'ils veulent (comme en Grèce), les racketter, les piller, les voler, les réduire à la misère, à la famine... en toute impunité ! Jusqu'à ce qu'ils règnent sur un monde dévasté !

 

http://19.img.v4.skyrock.net/194/bettembourg/pics/3068264351_1_3_7PndQqXV.jpghttp://19.img.v4.skyrock.net/194/bettembourg/pics/3068264351_1_3_7PndQqXV.jpg*

.

Savez-vous que le fonctionnement du MES est totalement contraire à l'Article XIV de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen ?

.

En d'autres termes, devons-nous tout accepter, même d'être sacrifiés aux appétits monstrueux de l'OIigarchie et de ses laquais à la tête des Etats, des Institutions internationales, ou des Grands Médias ? Les prophètes de notre temps ont disparu. De Gaulle ou l'Abbé Pierre, Philippe Séguin ou Harold Pinter ne sont plus là pour tonner. Mais il nous reste un Stéphane Hessel, toujours indigné, ou... Mikis Théodorakis qui appelle à la résistance. Ecoutons cette voix forte, et comme lui, levons-nous ! Dans le monde entier, tous en même temps, pour former un rempart planétaire à l'horreur mondialement programmée par les tenants du NOM assassin !

.

Eva R-sistons

.

http://r-sistons.over-blog.com

 .  

Parution complète ici :

 

Misère et famine en Grèce

 

L'appel de Mikis Théodorakis

 

Vidéos MES, UE et la guerre, Mondialisation américaine 

 

Sarkozy fait de la propagande de guerre

NOM, Grèce, Troïka, MES: Comment on tue un peuple (labo) pas son esprit de résistance

(cliquer sur le lien)

 

austerite

 

._________________________________________________________________________________________

 

 


Grèce, UE, Nigel Farage, voir ici aussi  :

Nigel Farage + La corruption du système bancaire

La partie est terminée pour l'euro ! Mais pour qui vous prenez-vous ?

Nigel Farage : « Les Gouvernements fantoches installés en Grèce et en Italie »

 

Nigel Farage : Les Grecs sont ruinés par l’UE


Olivier Delamarche - Grèce et Europe ou bord du gouffre avec la collaboration de Mario Draghi

 

http://soleilvert1.blogspot.com/

 

 

Sauvons le peuple grec de ses sauveurs ! (Libération)

Posted: 22 Feb 2012 09:03 AM PST

 

Nous sommes au point de non-retour. Il est urgent de mener la bataille des chiffres et la guerre des mots pour contrer la rhétorique ultralibérale de la peur et de la désinformation. Il est urgent de déconstruire les leçons de morale qui occultent le processus réel à l’œuvre dans la société. Il devient plus qu’urgent de démystifier l’insistance raciste sur la «spécificité grecque», qui prétend faire du caractère national supposé d’un peuple (paresse et roublardise à volonté) la cause première d’une crise en réalité mondiale. Ce qui compte aujourd’hui ne sont pas les particularités, réelles ou imaginaires, mais les communs : le sort d’un peuple qui affectera tous les autres.

[Live !] Grèce – Manifestations anti-austérité – 22 février 2012 – 22fgr

Posted: 22 Feb 2012 07:34 AM PST

A protester holds up a Greek flag during an anti-austerity demonstration in front of the parliament in Athens February 22, 2012. Photograph: Yannis Behrakis/Reuters
22fgr. Après les manifestations de vendredi 10 , samedi 11, dimanche 12, celle d’hier en solidarité avec le peuple grec et celle du 19 février dernier, la population revient à Syntagma aujourd’hui, ainsi que nos amis anglais à Londres. Comme toujours, OkeaNews répond à l’appel de l’information citoyenne et partage les évènements. Je vous invite à relire ce billet, ce cours de Moutza, ainsi qu'un cours de grec bien d'actualité.

Olivier Delamarche : « Une minute de silence pour la Grèce »

Posted: 22 Feb 2012 02:21 AM PST

Olivier Delamarche
Je vous laisser découvrir cette intervention d'Olivier Delamarche sur BFMTV et chez Radio Courtoisie. La clarté du discours rejoint les craintes de beaucoup d'entre nous. On y parle de défaut, de dettes, de monnaie locale.

You are subscribed to email updates fro

.

Repost 0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 21:01

Encore un édulcorant autorisé :

le Néotame (
E961) encore plus toxique que l’aspartame!


http://www.zone-ufo.com/wp-content/uploads/2012/02/dd395-Asp-s.jpg

http://www.zone-ufo.com/wp-content/uploads/2012/02/dd395-Asp-s.jpg


Malgré les alertes, les études, et les mises en garde, l’Aspartame a été dédouané par l’EFSA et donc autorisé. Avec tout les “light” en circulation, autant dire qu’il y en a partout. E951 c’est son nom dans l’interminable liste des additifs alimentaires. Il y a aussi le Néotame E961 qui a un pouvoir sucrant de 40 à 60 fois celui de l’Aspartame, si je vous dit que c’est l’empoisonneur public number one Monsanto qui l’a développé…………

Développé par Monsanto, le Néotame vient de se voir délivrer l’autorisation finale pour être employé comme édulcorant en Europe (Directive 2009/163/UE) sous le n°E 961

Ce bon vieux Monsanto ! Une de mes sociétés préférées… NON ! Quel est donc leur dernier poison ? Il est appelé « Néotame » et il s’avère être plus toxique que l’aspartame! Malgré le fait que vous n’ayez probablement jamais entendu parler de Néotame, il a été effectivement approuvé par la FDA en 2002, juste au moment où le brevet Monsanto sur l’aspartame était sur le point d’expirer. Et juste au cas où l’aspartame n’aurait pas été assez toxique, NutraSweet (une filiale de Monsanto, au moment de l’approbation du Néotame) a ajouté du 3-diméthylbutyl (un produit chimique classé comme dangereux par l’EPA : http://iaspub.epa.gov/sor_internet/registry/substreg/searchandretrieve/searchbylist/search.do), ce qui rend le Néotame encore plus doux et plus toxique.

La controverse a fait rage autour de l’aspartame (alias AminoSweet) depuis son approbation par la FDA en 1982. Presque toutes les entreprises qui ont parrainé des études scientifiques, ont montré que l’aspartame est parfaitement sûre. Toutefois, la quasi-totalité des études indépendantes ont montré exactement le contraire. En laboratoire, l’aspartame a été démontrée pour causer des tumeurs au cerveau, des lésions cérébrales, les tumeurs du pancréas, les tumeurs du sein et des tumeurs utérines. L’aspartame et le Néotame contiennent des substances (comme le méthanol) qui sont métabolisées en formaldéhyde (c.-à-d. du fluide d’embaumement) et en un acide aminé excitotoxique qui excite littéralement les cellules de votre cerveau jusqu’à provoquer la mort !

Dans des recherches effectuées par PubMed (la Bibliothèque Nationale Américaine de Medecine) qui dispose de plus de 19 millions de références médicales, le Néotame n’est crédité que de zéro études scientifiques en double aveugle, sur la toxicité chez l’homme ou chez l’animal. Si le Néotame est aussi sûr, et complètement sans risque à ingérer, on pourrait penser que l’entreprise NutraSweet aurait publié au moins une étude de sécurité faite en double aveugle dans le domaine public ? Ils ne l’ont pas fait. Vous devez maintenant vous poser la question : ‘‘Pourquoi ne l’ont-ils pas effectuée ?’’ Je pense que nous connaissons tous la réponse, n’est-ce pas ?

Les faux sucres (comme l’aspartame et le Néotame) donnent aux ‘‘dépendants alimentaires’’ et aux ‘‘fanatiques de la remise en forme’’ de faux espoir, dans le sens qu’ils peuvent ‘‘avoir le beurre et l’argent du beurre’’. Ce n’est pas vrai. Une des plus grandes tactiques de marketing et de relations publiques pour les édulcorants chimiques artificiels, a été l’affirmation, selon laquelle ils aident dans la lutte contre l’obésité. Ils n’agissent pas ainsi. Ils n’ont jamais fait et ils ne le feront jamais. À vrai dire, la recherche indique que les édulcorants artificiels vous faire réellement gagner du poids.

Selon le Dr. Joseph Mercola, ‘‘Une des raisons pour lesquelles l’aspartame et le néotame ont le potentiel pour causer un gain de poids, c’est parce que l’acide aspartique et la phénylalanine – les deux acides aminés qui composent 90 pour cent de l’aspartame, et qui sont également présents dans le néotame – sont connus pour stimuler rapidement la libération de l’insuline et de la leptine ; deux hormones qui sont étroitement impliquées dans la satiété et dans le stockage des graisses. L’insuline et la leptine sont aussi les hormones primaires qui régulent votre métabolisme. Donc, même si vous n’ingérez pas de calories sous forme de sucre, l’aspartame et le néotame peuvent encore augmenter vos niveaux d’insuline et de leptine. Les niveaux élevés d’insuline et de leptine, à leur tour, sont deux des forces motrices de l’obésité, du diabète, et d’un certain nombre de nos épidémies actuelles, en ce qui concerne les maladies chroniques. Au fil du temps, si votre corps est trop exposé à la leptine, il deviendra résistant à cette dernière, de même que votre corps peut devenir résistant à l’insuline, et une fois que cela se produit, votre corps ne peut plus «entendre» les messages hormonaux demandant à votre corps d’arrêter de manger, de brûler les graisses, et de maintenir une bonne sensibilité au goût sucré dans vos papilles. Qu’est-ce qui se passe alors ? Vous avez encore faim ; vous avez envie d’aliments sucrés, et votre corps stocke davantage de graisse. La résistance à la leptine entraîne également une augmentation de la graisse viscérale, vous envoie sur un cycle vicieux de la faim, sur le stockage des graisses, et vers un risque accru de maladie cardiaque, de diabète, de syndrome métabolique, et plus encore’’. (LIEN): http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2011/02/08/neotame-receives-fda-approval-but-is-not-widely-used-yet.aspx

Jusqu’à maintenant, Néotame n’a pas encore été vendu au public, mais cela n’est pas nécessaire. Il a été largement utilisé dans les aliments préparés. Donc, moins la sensibilisation du public a été faite, moins il est probable que les gens vont essayer de l’éviter. Mais ce produit serait sûrement étiqueté ! NON NON !! Permettez-moi de rendre cela parfaitement clair. Néotame n’a pas à être inclus dans une liste d’ingrédients ! Donc, si vous achetez des aliments transformés, même si l’USDA a certifié le plat, bio ou pas, l’aliment sera encore plus susceptible de contenir du néotame, parce que cela est rentable, et parce qu’on ne sait pas qu’il est présent, il n’y aura pas de réaction du public.

Aimez-vous le steak ? Je sais que je l‘aime. Eh bien, sauf s’il s’agit d’une vache nourrie à l’herbe, ce steak pourra probablement provenir d’une vache nourrie avec des aliments contenant … .. vous l’aurez deviné … .. du néotame ! Vous voyez, Néotame est actuellement commercialisé comme ‘‘édulcorant’’ dans le cadre d’une utilisation dans l’alimentation du bétail. La mélasse a été utilisée afin d’amener les vaches à manger des aliments dotés d’un goût fort désagréable du fait de la présence des additifs chimiques. Néotame est à la fois moins coûteux que les mélasses et soumis à moins de réglementation. Qu’est-ce que vous pensez de cela ? Une nourriture naturelle comme la mélasse est réglementée plus sévèrement qu’un agent chimique considéré comme dangereux par l’EPA !

Ma recommandation en ce qui concerne Néotame est la même que celle à propos de l’aspartame, qui est : évitez les comme la peste !

Références : http://articles.mercola.com/sites/articles/archive/2011/02/08/neotame-receives-fda-approval-but-is-not-widely-used-yet.aspx

Source: cancersortezdelaboite.com – lesmoutonsenrages.wordpress.com

http://www.zone-ufo.com/12466/encore-un-edulcorant-autorise-le-neotame-encore-plus-toxique-que-laspartame/

 

 

_________________________________________________________________________________________

 

..

Incompétence scientifique flagrante de l'ONE:

sa direction médicale doit démissionner!


Le 9 février dernier, l'ONE publiait un nouveau mensonge sur son site internet, affirmant ainsi que "jamais les vaccins n'entraînent les complications de la maladie contre laquelle ils protègent.",…


Pour lire la suite cliquez ici

.

 

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Santé
commenter cet article
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 20:54

 

Jeudi 23 février 2012 4 23 /02 /Fév /2012 15:22

 


  pederastie-grecque.jpg Une info incroyable, certains grecs peuvent avoir un salaire négatif, c’est à dire de payer de leur poche, le privilège de continuer à être esclave des banquiers.


De même, que les prêteurs pourront saisir les réserves d’or de la Banque de Grèce, selon les termes du new deal.


  http://www.zerohedge.com/news/negative-salaries-negative-bailout-and-now-negative-gold-greece-just-became-banksters-paradise


  L’objectif des crapules est bien de saisir l’or des nations avant l’écroulement de la monnaie papier remplacée par une monnaie soutenue par l’or.


Tout est prêt pour le même scénario en France.


 Source: commentaire Liesi

 

____________

 

 

Les Anonymous au secours des citoyens grecs ?

Les politicards grecs, comme leurs homologues français jouant du clientélisme, ont créé une fonction publique pléthorique. Les 800.000 fonctionnaires grecs représentent 20% de la population active contre 22% en France. Ils sont presque moitié moins en pourcentage en Allemagne.

«Personne, pas même le Premier ministre, ne peut dire avec certitude le nombre réel de fonctionnaires», a récemment affirmé Constantinos Michalos, le président de la Chambre de commerce et d’industrie d’Athènes. Sur une population active de 4,9 millions de personnes (contre 28 millions en France), «nous avons évalué le nombre de fonctionnaires à 1,2 million de personnes incluant les employés contractuels, la Fédération des fonctionnaires le porte à 700.000 et le ministère des Finances parle de 800.000 personnes».

Sous la pression de la Troïka, le gouvernement grec s’était déjà engagé à diminuer les salaires des fonctionnaires de 20% et s’était donné 3 ans pour faire dégonfler les effectifs de 20%.  Mais sur quelles bases ? Celles du Ministère des Finances ou celles de la CCI ? 800.000 ou 1,2 M ?

Le 13éme et le 14ieme mois avaient été théoriquement supprimé lors des négociations de mai 2010… Certains fonctionnaires touchaient alors 16 mois de salaire par an.
Dans une première phase, 30.000 fonctionnaires devaient être mis au chômage technique pendant un an, avec seulement 60% de leur salaire. Le salaire de base moyen du fonctionnaire est de 800 euros, qu’il peut gonfler à 1.350 euros grâce à de multiples primes. Si la troïka avait été accommodante, les 60% de salaire auraient représenté 780€ … mais ces fonctionnaires ne palperont que 60% du salaire hors primes, soit 480 €, le cas échéant c’est 63% de leur pouvoir d’achat qui est détruit.

Le SMIC grec a été raboté de 22% passant à 580€ brut… Pensions et retraites sont diminuées d’autant.

Le Gouvernement grec a dévoilé le dernier plan de rigueur.
La Loi sur les diminutions de salaires serait rétroactive à novembre 2011.
Autrement dit, un travailleur qui a touché son salaire plein et ses primes de novembre, décembre, janvier, plus les primes de fin d’année, verra son salaire de février amputé du trop perçu. Il devra même rembourser l’Etat si son salaire de février ne couvre pas le montant trop perçu.

Pour ceux qui n’ont aucune notion de droit, il faut savoir que le principe de non-rétroactivité constitue un principe important du droit commun. Il est réaffirmé par l’article 2 du Code Civil  en ces termes : «La loi ne dispose que pour l’avenir ; elle n’a point d’effet rétroactif». En droit civil, on considère également que les situations contractuelles sont régies par la loi en vigueur le jour de la conclusion du contrat. Une telle disposition du gouvernement grec serait en France parfaitement anticonstitutionnelle. Comme le droit grec est inspiré du Code Napoléon, il y a de fortes probabilités que le Gouvernement grec soit en pleine illégalité.

Les Anonymous ont attaqué le site du Ministère de la Justice grecque pour les punir d’avoir arrêté les mauvaises personnes, comprenez de pauvres citoyens au lieu des politiciens véreux et des banquiers crapuleux. Ils se sont engagés à effacer les dettes de tous les Grecs si le FMI ne se retire pas et si le gouvernement ne donne pas sa démission.

A vrai dire, j’aimerais bien les voir à l’œuvre…

Avis à tous les fonctionnaires français

Ce qui arrive en Grèce aujourd’hui va vous arriver demain  de manière certaine. Les Banksters sont en train de roder la technique. Quand la France sera sur la sellette, ils seront extrêmement performants pour “dégraisser le mammouth”. Vous avez intérêt à mettre de l’argent de côté parce que quand cela arrivera, adieu les primes et les 13ième mois.  Descendre dans la rue n’attendrira pas les banquiers. Vous pouvez virer l’UMPS, les Banksters sont également les financiers des autres petits partis de Mélanchon à Marine Le Pen.

Face tu perds, Pile ils gagnent.

 
42 Comments

Publié par le 23 février 2012 dans Non classé

 

Gold – un jour très SPECIAL

Par Menthalo – Il y a quelques jours, j’évoquais ici même  la théorie des “trois pics et de la maison avec dôme”.

Mes “aficionados”, qui ayant acheté mon dossier sur “l’Argent et les Réformes monétaires”  reçoivent en sus toutes mes analyses par mail, savent que j’attends un tel mouvement depuis début septembre.

Le graphe ci-dessous n’est pas celui de 2012, mais celui de 1979 et comme vous pouvez le constater, nous somme en train de faire un copié-collé.

A vrai dire, j’ai été très surpris de voir hier soir l’or faire “une sortie de triangle par le haut”, les cours allant chercher la cible haute en rush. Surpris, qu’un tel mouvement intervienne la veille du jour d’expiration des options Gold et Silver sur le Comex.

Nous allons voir comment va se dérouler cette journée et celles qui vont suivre, … je prends évidemment un gros risque en me mouillant … Pour moi cette dernière hausse doit s’arrêter à 1.800 $ (1816 intraday) et doit être suivie d’une consolidation à 1650…

De mémoire, j’attendais une consolidation entre 1.650 et 1.641$.

Comme vous le voyez sur ce deuxième graphe, le mouvement vers le point “28″ n’a rien d’effrayant. C’est un simple retracement de la hausse, suivi d’une consolidation à plat….

————————–

Supposons que les faits aujourd’hui contredisent cette analyse :

Supposons que les cours s’emballent au-delà de 1.800$ et que l’or galope vers 1.920$  sans cette consolidation attendue. Les cours très logiquement, ayant fini une figure de “tasse avec anse“, développerons la cuillère de la tasse vers 2.250$. Le cas échéant, il se pourrait alors que ce soit le signe qu’Israël s’apprête à attaquer l’Iran… et les cours s’envoleraient en quelques semaines de 2.250 à 3.500$.

Le cas échéant le pétrole s’envolerait à 240$ et l’Argent à 90$.

Ne souhaitons pas un tel événement, qui ne promet que du sang et des larmes. Puisse l’or se calmer quelque temps et les hommes faire preuve d’un peu de sagesse.

Tout cela pourrait se dessiner dans les cours aujourd’hui même.

J’espère que cette journée est un énorme Bull-Trap

Carpe Diem

 
19 Comments

Publié par le 23 février 2012 dans Non classé

 

Trader Noé – Analyse du 23 février 2012

Le titre Air France évolue toujours sur le point pivot des 4.5 euros. Depuis notre alerte, le cours a reculé de 15% et on peut être inquiet. La rupture des 4.5 euros déclencherait une nouvelle accélération vers 3.8 et 3.4 euros. Si le cours venait à casser le support majeur des 3.4 euros, alors le cours pourrait se rapprocher d’un support phare à 2.7 euros.
Espérons que le cours pourra casser la résistance des 5 euros correspondant à un canal descendant depuis le 4 février.

Concernant le Brent, le cours a progressé de 20 % depuis notre article de décembre. Désormais, le cours pourrait se rapprocher des résistances 125-128 et 135. Au delà, le cours pourrait progresser davantage. Depuis décembre nous vivons une belle confirmation en arc. Celle-ci est en train de s’affiner et les évènements géopolitiques pourraient suivre.
Une simple erreur de manœuvre militaire entrainerait de lourdes conséquences.
Exemple: Un missile qui décolle par erreur, etc…

Ce qui est quand même incroyable, c’est l’aide apporté à la Grèce et Fitch qui dégrade sa note le lendemain de CCC à c, indiquant qu’un défaut de paiement est fortement probable.
Cette aide vient d’alourdir de 50 milliards la dette de la France. Ce pays pourrait connaître probablement la même situation que la Grèce entre fin 2012, début 2013.
Il faudra donc un capitaine qui puisse tenir la barre du navire et résister au tsunami financier qui arrive.
Y a t’ il un président pour sauver la France ?

Le Gold Spot se rapproche des 1800 dollars l’once. Au-dessus de ce niveau, le cours pourrait se rapprocher des 1860-1920 et +

La BCE devrait effectuer les apports de liquidités dans quelques jours. Tant que les cours fluctuent au-dessus des support proposés hier, il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

 
35 Comments

Publié par le 23 février 2012 dans Non classé

 

Jacques Attali : pour Hollande, rien n’est acquis

Curieuse déclaration de Jacques Attali qui, comme de bien entendu, vient d’annoncer qu’il soutiendrait le candidat socialiste : “Cela correspond surtout à ma trajectoire personnelle, je n’ai jamais autrement voté qu’à gauche”.

Pour quelle raison ?

“J’estime que dans la conjoncture actuelle de la société française, l’important est de réduire de façon juste les déficits, c’est de créer une espérance européenne et de donner une priorité à la jeunesse”, a-t-il dit. On est sceptique !

Enfin, ce petit commentaire significatif sur Europe I : Jacques Attali reste cependant prudent quant aux chances de François Hollande d’être élu : “Je pense que son élection est loin d’être faite et que Nicolas Sarkozy a de grandes chances d’être élu, a-t-il assuré.

 

 
37 Comments

 

 

.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche