Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 08:10

 

http://storage.canalblog.com/74/08/237369/48914972.jpg

http://storage.canalblog.com/74/08/237369/48914972.jpg

 

La Grèce nous montre comment protester contre un système en panne

 

[Traduction, The Guardian]

 

Posted: 17 Feb 2012 08:55 AM PST

 

Cette recherche d' un monde différent n'est pas seulement une question de rage, bien que la rage en fasse partie. Cela implique nécessairement la construction patiente d'une manière différente de faire les choses, la création de différentes formes de cohésion sociale et de soutien mutuel.

 

Derrière le spectacle des banques qui brûlent en Grèce, il y a processus plus profond, un mouvement plus calme de personnes qui refusent de payer les tickets de bus, les factures d'électricité, les péages autoroutiers, les dettes bancaires, un mouvement, né de la nécessité et de convictions, de personnes organisant leur vie d'un manière différente, en créant des communautés de réseaux de soutien et en partageant de la nourriture, occupant des bâtiments vides et des terres, créant des jardins communautaires, retournant à la campagne, en tournant le dos aux politiciens (qui ont maintenant peur de se montrer dans les rues) et créant des formules de démocratie directe pour prendre des décisions sociales.

 

C'est peut-être encore insuffisant, encore au stade expérimental, mais c'est crucial. Derrière les flammes spectaculaires, c'est cette recherche et cette création d'une autre façon de vivre qui va déterminer l'avenir de la Grèce, et du monde.

 

 

En plein chaos, des Grecs s'organisent pour vivre autrement (qualitatif, créativité, partage, solidarité), une espérance pour tous ! eva

http://blog.ccfd-terresolidaire.org/mpr/public/terre_solidaire.mvc.jpg

http://blog.ccfd-terresolidaire.org/mpr/public/terre_solidaire.mvc.jpg

 

.

 

L'article complet :

Photograph: Orestis Panagiotou/EPA

Traduction [imparfaite, sans doute] d’un article de John Holloway (The guardian) d’aujourd’hui, qui explique pourquoi la Grèce nous montre comment protester contre un système en panne (article disponible ici : « Greece shows us how to protest against a failed system« .

Je n’aime pas la violence. Je ne pense pas que beaucoup de choses peuvent être acquises en incendiant des banques et en brisant des vitrines. Et pourtant je ressens une sorte de plaisir quand je vois la réaction à Athènes et dans les autres villes de Grèce suite à l’acceptation par le parlement grec des mesures imposées par l’Union européenne. Mieux : s’il n’y avait pas eu une explosion de colère, je me serais senti à la dérive dans une mer de dépression.


Ma joie est une joie de voir que les opprimés battus se vengent, qu’une situation soit en passe de s’inverser. La joie de voir ceux dont les joues ont été giflées mille fois rendre la gifle. Comment pouvons-nous demander aux gens d’accepter docilement les coupures féroces dans leur niveau de vie que les mesures d’austérité imposent ? Pouvons attendre d’eux qu’ils soient d’accord pour que l’énorme potentiel créatif de tant de jeunes soit juste éliminé, que leurs talents soient pris au piège dans une vie de chômage de longue durée ? Et tout çela pour que les banques puissent être remboursées, et que les riches deviennent plus riches ? Et tout cela, juste pour maintenir un système capitaliste qui a depuis longtemps dépassé sa date de péremption et qui n’offre désormais plus rien au monde, si ce n’est sa destruction. Pour que les Grecs acceptent docilement les mesures, il consisterait à rajouter de la dépression à la dépression, la dépression d’un système qui a échoué, aggravée par la dépression de la dignité perdue.


La violence de la réaction de la Grèce est un cri vers le monde. Combien de temps allons-nous rester en place et voir le monde déchiré par ces barbares, ces riches, ces banques ? Combien de temps allons-nous rester là à regarder l’augmentation des injustices, consultez le démantèlement des services de santé, une éducation réduit à un non-sens, les ressources en eau du monde privatisées, des communautés anéanties et la terre déchirée par les bénéfices des sociétés minières?


L’attaque qui est si aiguë en Grèce se déroule dans le monde entier. Partout l’argent a soumis l’homme et la vie non humaine à sa logique, la logique du profit. Ce n’est pas nouveau, mais l’intensité et l’ampleur de l’attaque est nouvelle, et la prise de conscience générale que la dynamique actuelle est un processus dynamique vers la mort est nouvelle également , qu’il est probable que nous soyons tous en direction de l’anéantissement de la vie humaine sur terre . Lorsque les savants commentateurs expliquent les détails des dernières négociations entre les gouvernements sur l’ avenir de la zone euro , ils oublient de mentionner que ce qui est en cours de négociation est clairement l’avenir de l’humanité.


Nous sommes tous des Grecs. Nous sommes tous les sujets, dont la subjectivité est simplement écrasée par le rouleau compresseur d’une histoire déterminée par le mouvement des marchés monétaires. Des millions d’Italiens ont protesté à maintes reprises contre Silvio Berlusconi, mais ce sont les marchés monétaires qui l’ont amené vers le bas. La même chose en Grèce : manifestation après manifestation contre George Papandreou, ce sont les marchés monétaires qui l’ont licencié. Dans les deux cas, les serviteurs loyaux et éprouvés de l’argent ont été nommés pour prendre la place des politiciens déchus, sans même un semblant de consultation populaire. Cette histoire n’est même pas construite par les riches et les puissants, mais ils en tirent certainement du profit : cette histoire est faite par une dynamique que personne ne contrôle, une dynamique qui est de détruire le monde, si nous le lui permettons.


Les flammes d’Athènes sont celles de la colère, et nous nous en réjouissons. Et pourtant, la rage est dangereuse. Si elle est retournée contre des personnalisés ou des groupes particuliers de personnes ( les Allemands, dans ce cas ), elle peut facilement devenir purement destructrice. Ce n’est pas un hasard que le premier ministre à démissionner en signe de protestation contre la dernière série de mesures d’austérité en Grèce soit un chef de file du parti d’extrême droite, le Laos. La rage peut facilement devenir un nationalisme, un fascisme, même ; une rage qui ne fait rien pour rendre le monde meilleur. Il est important, alors, qu’il soit clair que notre rage n’est pas une rage contre les Allemands, pas même une rage contre Angela Merkel ou David Cameron ou Nicolas Sarkozy. Ces politiciens sont des symboles simplement arrogants et pitoyables de l’objet réel de notre colère – la règle de l’argent, la soumission de toute la vie à la logique du profit.


L’amour et la rage, la rage et l’amour. L’amour a été un thème important dans les luttes qui ont redéfini le sens de la politique au cours de la dernière année, un thème constant des mouvements « occupy », un sentiment profond, même au cœur des affrontements violents dans de nombreuses régions du monde. Mais l’amour se promène main dans la main avec la rage, la rage de «comment osent-ils nous prendre nos vies, comment osent-ils nous traiter comme des objets ». La rage d’un monde différent qui force son chemin à travers l’obscénité du monde actuel. Peut-être.


Cette recherche d’un monde différent n’est pas seulement une question de rage, bien que la rage en fasse partie. Cela implique nécessairement la construction patiente d’une manière différente de faire les choses, la création de différentes formes de cohésion sociale et de soutien mutuel. Derrière le spectacle des banques qui brûlent en Grèce, il y a un processus plus profond, un mouvement plus calme de personnes qui refusent de payer les tickets de bus, les factures d’électricité, les péages autoroutiers, les dettes bancaires ; un mouvement, né de la nécessité et de convictions, de personnes organisant leur vie d’un manière différente, en créant des communautés de réseaux de soutien et en partageant de la nourriture, occupant des bâtiments vides et des terres, créant des jardins communautaires, retournant à la campagne, en tournant le dos aux politiciens (qui ont maintenant peur de se montrer dans les rues) et créant des formules de démocratie directe pour prendre des décisions sociales. C’est peut-être encore insuffisant, encore au stade expérimental, mais c’est crucial. Derrière les flammes spectaculaires, c’est cette recherche et cette création d’une autre façon de vivre qui va déterminer l’avenir de la Grèce, et du monde.


Ces actions de samedi prochain à travers le monde ont pour but d’appuyer la révolte en Grèce. Nous sommes tous des Grecs.

.

 

 

Theodorakis publie une nouvelle lettre ouverte : « La vérité sur la Grèce »

Les événements des derniers jours en Grèce montrent qu’une résistance de plus en plus déterminée est en train d’émerger dans la population, tandis que le gouvernement grec n’hésite pas un instant à s’agenouiller devant le nouvel « empire européen » cher à Jose Manuel Barroso.

Cet esprit de résistance a été galvanisé par des anciens résistants contre le nazisme, tels Mikis Theodorakis, aujourd’hui âgé de 87 ans, et Manolis Glezos, 90 ans. Tous deux ont été la cible des forces de l’ordre lors des manifestations du 12 février dernier, lorsque des flacons de gaz lacrymogène ont été lancés directement à leurs pieds.

Juste avant ces manifestations, Theodorakis avait publié une « Lettre ouverte à l’opinion publique internationale », où il écrit : « Il existe une conspiration globale en vue de la destruction de mon pays. Elle a débuté en 1975, visant la culture grecque moderne, puis en déformant l’histoire récente de notre pays et notre identité nationale, et aujourd’hui en cherchant à nous détruire physiquement par le chômage, la faim et la misère. Si le peuple grec ne montre pas la volonté de se lever et d’arrêter ces gens, il y a un réel risque de voir s’éteindre la Grèce. Je crois que ceci va arriver d’ici dix ans. De nous tous, les Grecs, ne subsistera que la mémoire de notre civilisation et de nos combats dans l’histoire pour la liberté. »

La lettre appelle également à former un « Front de résistance et de solidarité » de toutes les forces politiques afin « d’expulser la Troïka », les forces d’occupation constituées par le Fond monétaire international (FMI), la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE), et accuse les banques européennes et cette Troïka d’avoir détruit le vie des gens tout en cherchant maintenant à précipiter la Grèce vers « un âge des ténèbres » comparable à l’occupation nazie.

La lettre rappelle que 300 000 Grecs sont morts de famine lors de l’occupation allemande. « Le fantôme de la faim est de retour dans notre pauvre pays calomnié », écrit-il. « Ils menacent de nous expulser hors de l’Europe. Si l’Europe ne veut pas de nous 1 fois, nous ne voulons pas de cette Europe “Merkel-Sarkozy” 10 fois ! (…) Pourquoi ? A cause du chantage du FMI et de l’Eurogroupe. (…) Ces cercles économiques nous détestent (…) et portent la seule responsabilité de notre situation dramatique. (…) Il y a une autre solution ! Nous devons changer radicalement notre parcours et nous tourner vers la Russie pour une coopération économique et créer un partenariat qui nous aidera à retrouver la croissance de la richesse naturelle de notre pays, dans des termes respectant notre intérêt national. »

Theodorakis termine sa lettre en ces termes : « Je m’engage pleinement en vue de cet objectif et je crois que les événements montreront qui j’ai finalement eu raison. J’ai combattu, prenant les armes contre l’occupation hitlérienne. J’ai passé du temps dans les prisons de la Gestapo. J’ai été condamné à mort par les Allemands et j’ai miraculeusement survécu. En 1967, j’ai fondé le Front national contre la dictature (NAF), le premier mouvement de résistance contre la junte militaire grecque. J’ai combattu dans la clandestinité. J’ai été pris et emprisonné dans l’“abattoir” du Comité de sécurité de la junte. Et j’ai survécu à nouveau.

« Aujourd’hui, j’ai 87 ans et très probablement je ne verrai pas le salut de mon pays bien-aimé. Mais je mourrai la conscience tranquille, car je crois être encore en train de faire mon devoir envers les idéaux de liberté et de respect de la Loi, jusqu’à la fin ! »

http://www.solidariteetprogres.org/Theodorakis-publie-une-nouvelle-lettre-ouverte-La-verite-sur-la-Grece_08595



Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Alternatives au Système
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 08:06

 

 

La Grèce corrompue par l'Europe


PDF Imprimer Envoyer

Jeudi, 16 Février 2012 13:04

 

La Grèce est la mauvaise élève de l'Europe chacun le répète sur tous les tons et un mauvais élève doit être puni. Mais qu'a-t-elle vraiment fait de mal? L’UE, si prompte à donner des leçons de démocratie ne parle jamais de la corruption qui gangrène les échanges entre pays membres et les grands marchés publics. La corruption des élites des pays clients par les gros industriels des pays industriels, le tout au détriment des contribuables est la face cachée du « libre échange » européen.

 

par Aldous

Beaucoup d’idées reçues circulent sur les origines de la dette grecque, accusant pèle mêle un atavisme national poussant les Grecs à jouer les cigales et à faire la sieste, stigmatisant une fraude fiscale allant du pêcheur de poulpes au milliardaire armateur possédant une flotte de supertankers.

D’autres cherchent des poux à l’église grecque, exemptée de taxe foncière et présentée comme « le plus gros propriétaire foncier du pays », oubliant un peu que la conservation des nombreuses églises du pays n’est pas à la charge de l’Etat contrairement à ce qui se passe en France.

Toutes ces images d’Epinal ont sans doute un fond de vérité mais elles ne suffisent pas du tout pour expliquer la dette publique abyssale de la Grèce.

En revanche elles servent d’utile cache-sexe à une vérité bien plus gênante : la corruption généralisée qui gangrène les relations économiques au sein de l’UE et qui est le principal générateur de ce que les juristes appellent la Dette Odieuse, c’est-à-dire une dette contractée contre l’intérêt des citoyens, non solvable et par le moyen de la corruption.

Voici donc quelques points-étapes qui ont massivement contribué à enfoncer la Grèce dans la dette :

Arrière-plan historique

-1967-1974 La dette a quadruplé pendant la dictature des colonels. C’est open-bar pour les vendeurs d’armes américains qui fourguent toute une flotte de chasseurs F104G Starfighter, F102 Convair, F4 Fantom et F5 Freedom Fighter. Il faut bien payer son dû à l'Oncle Sam qui a mis la Junte au pouvoir.

Dès la chute du régime, on change de fournisseurs : Pour entrer dans la CEE la Grèce fait les yeux doux aux vendeurs de canon européens : Dassault (chasseurs Mirage) et à Krupps (Chars Leopard)

La grande bouffe européenne du XXIe siècle

(les dates sont celles des contrats, pas des mises en examen)

 

  • 1999-2000 La firme américaine Raytheon vend son système antimissiles Patriot. 10 millions d'euros en pots-de-vins via des cadres de Siemens selon le témoignage de Reinhard Siekaczek.

 

  • 2000-2002 Le constructeur automobile allemand MAN est mis en examen par le parquet de Munich pour avoir soudoyé les autorités dans plusieurs pays pour obtenir des contrats parmi lesquels celui de fourniture de véhicules à Athènes et au Pirée (une centaine de Trolleys bus, des véhicules militaires…).

 

  • 2004 : Gabegie Olympique.

Le budget initial prévu 1,3 milliard de dollars.

Coût réel estimé 14,2 milliards de dollars.

Cout réel incluant les pots-de-vins : plus de 20 milliards de dollars.

 

 

Pourtant un seul cas de corruption fait l’objet de poursuites en Grèce comme en Allemagne : celui du Groupe Siemens qui a fourni le système de sécurité c4i (Command, Control, Communications, Computers, and Intelligence) qui n’a jamais fonctionné (10 millions € de pots-de-vins).

http://www.scribd.com/doc/14433472/...

Siemens décroche aussi en 2004 la digitalisation des centres téléphoniques de la compagnie nationale de télécoms OTE (100 millions d’euros de pots-de-vins)


 

Siemens arrosait le personnel politique des deux bords, les hauts gradés et la haute administration grecque pour décrocher des contrats mirifiques . Les pots-de-vins dépasseraient le milliard d'euros.

L’ Allemagne a refusé d’extrader l’ex-patron du groupe Siemens-Hellas en Grèce.

 

 

La construction du métro d'Athènes a donné lieu aussi à 50 million € de pots-de-vins, dont le bénéficiaire était la compagnie allemande Ferrostall.

 

  • 2007 Scandale des sous-marins allemands U-214 de HDW (Howaldtswerke-Deutsche Werft) d'une valeur globale de 5 milliards d'euros (120 millions de pots-de-vins) qui plus est défectueux (gitent énormément à gauche et équipement électronique HS).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Autres scandales en vrac :

Pots-de-vins dans la vente de matériel aux chemins de fer grecs (SEK),

Pots-de-vins lors de l’acquisition du système de télécommunications Hermès par l'armée grecque (Siemens, EADS)

Scandale du marché des équipements surfacturés des hôpitaux grecs.

 

Le mirifique pont-Rion-Antirion.

La mégalomane voie AEgnatia romaine devenue autoroute déserte avec 1650 ponts et 76 tunnels (100 km de tunnels) !

 

 

Trop !

 

Trop de fric, trop de projets, trop de dettes.

Les grosses puissances européennes sont allées "chercher la croissance avec les dents" et elles l'ont trouvée chez les Grecs en achetant la complaisance de la classe dirigeante.

Comment pouvait-on ignorer que l'économie de la Grèce ne pouvait pas supporter tous ces investissements titanesques et tous les autres dont je ne parle pas, l'aéroport Vénizélos, l'autoroute Attiki... tous deux concessions allemandes ?

 

Et ces scandales ne vous en rappellent-ils pas d’autres ?

Celui des frégates vendues à Taiwan ?
Celui des sous-marins de l’affaire Karatchi ?

Ce n’est pas une coïncidence. La corruption fait partie du système et le finance.

L’UE, si prompte à donner des leçons de démocratie aux antipodes ne parle jamais de la corruption qui gangrène les échanges entre pays membres et les grand marchés publics. La corruption des élites des pays clients par les gros industriels des pays industriels, le tout au détriment des contribuables est la face cachée du « libre échange » européen.

C'est le système des assassins économiques décrit par John Perkins.

http://www.news26.tv/politique/1653-la-grece-corrompue-par-leurope.html

 

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Les pays en crise
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 06:34

 

c7a0efa4-438f-11de-9228-ba204a07e2ff

 

L’eau est essentielle à la vie et à l’agriculture. Une étude révèle l'origine des eaux utilisées dans le monde pour irriguer les champs.

Résultat : 20 % des ressources utilisées proviendraient de sources épuisables. Ce nombre a été multiplié par trois en quarante ans. Le réchauffement climatique aurait aussi son mot à dire. En cas de crise, l’ensemble de la Planète sera concerné...

Une sécheresse a sévi en France durant l’année 2011. De nombreux cultivateurs se sont retrouvés dépourvus face au phénomène. Cet événement nous rappelle à quel point l’agriculture est dépendante de l’eau, et donc, dans beaucoup de cas, des systèmes d’irrigation.

À l'échelle de la Planète, 17 % des champs seraient équipés de dispositifs d’arrosage. Ils fourniraient à eux seuls 40 % à la production mondiale agricole.

L’eau utilisée en agriculture peut avoir plusieurs origines. Les eaux vertes proviennent des précipitations. Elles sont stockées temporairement dans les sols. Les eaux bleues sont pompées dans les rivières, les lacs ou encore dans les nappes phréatiques, mais de manière durable. La troisième source correspond aux eaux extraites de réserves qui se renouvellent peu ou pas.

Des chercheurs de l’université d’Utrecht (Pays-Bas), menés par Marc Bierkens, ont décidé d’étudier la provenance des eaux d’irrigation utilisées dans le monde. Leurs résultats, publiés dans Water Resources Research, sont inquiétants.

Le recours à des ressources d'eau sans réelle gestion durable a triplé entre 1960 et 2000, passant de 75 à 234 km3 par an. Mais qu'arrivera-t-il lorsque les réserves seront épuisées?

Les scientifiques ont utilisé des données géographiques, hydrographiques et satellitaires pour modéliser et cartographier la consommation en eau dans l’agriculture mondiale. Leur programme ne se borne pas aux frontières d’un pays. Il permet d’étudier chaque région du Globe. Les résultats importants sont repris ci-dessous.

En 2000, près de 20 % de l’eau d’irrigation provenaient de sources qui ne sont pas durables. À elle seule, l’Inde a extrait 68 km3 de cette ressource en 1 an. Elle est suivie par le Pakistan (35 km3/an), les États-Unis (30 km3/an), l’Iran (30 km3/an), la Chine (20 km3/an), le Mexique (10 km3/an) et enfin, l’Arabie Saoudite (10 km3/an).

Ces eaux sont principalement utilisées dans des régions semi-arides.

Certaines contrées utilisent majoritairement des eaux fossiles. Sans surprise, ces pays sont : le Qatar, les Émirats arabes unis, l’Arabie Saoudite et la Lybie. Ils sont souvent cités en exemple pour illustrer le phénomène du verdissement des déserts.

Conséquences économiques mondiales
Carte-consommation-eau-mondiale-640x344

Carte-eau-prevelements-industriels-640x446
Plus surprenant, certains pays recourant principalement aux eaux bleues (lacs et rivières) et vertes (pluies) pourraient se retrouver en déficit hydrique à cause du réchauffement climatique (diminution de la pluviométrie). L’Algérie, le Maroc, l’Espagne et l’Italie sont particulièrement concernés.

En cas de pénuries d’eau, les conséquences économiques se ressentiraient à l’échelle planétaire. La France n’importe-t-elle pas d’énormes quantités de fruits et légumes d’Espagne et du Maroc, deux pays cités ci-dessus ? Que se passerait-il sur le prix des aliments si ceux-ci venaient à se raréfier ?

Une diminution de la production agricole mondiale pourrait également avoir de graves conséquences sanitaires alors que la population ne cesse d’augmenter…

Cette étude a le mérite de rappeler l’urgence de la situation dans laquelle nous nous trouvons face à la problématique de l'irrigation de nos terres agricoles.

Source © Quentin Mauguit, Futura-Sciences

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 06:15

 

http://pmcdn.priceminister.com/photo/mossad-services-secrets-d-etat-dvd-zone-2-860548683_ML.jpg

http://pmcdn.priceminister.com/photo/mossad-services-secrets-d-etat-dvd-zone-2-860548683_ML.jpg

Le numéro 2 du mossad liquidé, l'information se confirme selon plusieurs de nos sources. La chasse au mossad a enfin commencé en Tunisie, Libye, Algerie, Maroc, Mauritanie, Egypte. La France met en place un dispositif d'urgence pour rapatrier ses ressortissants en Algerie depuis plusieurs jours, 'les diplomates' (la DGSE) preparent des centres de secours en France. Il semble qu'Israel va frapper plusieurs pays Arabes a la fois, le Liban, la Syrie, l'Egypte, la Jordanie, l'Algerie et le Pakistan sont sur la liste. Le 8 Mars 2012 est la fete du massacre des goys, le Purim, c'est egalement le jour ou le FBI va changer les DNS de gros serveurs americains pour des raisons de 'securité', ca ressemble beaucoup a un nouveau 11 septembre!

 

 

.

La Montagne

La Turquie prise au piège de sa propre diplomatie

Syrie : Thierry Meyssan répond (vidéo)

Bobards d'Or 2012, le prix de la désinformation le 20 mars 2012

 

Dimanche 19 février 2012

http://2.bp.blogspot.com/_MHSb0RXru1w/S91a4ClSDSI/AAAAAAAAAkM/YC97OaUt4ww/s1600/evolution+terre+palestinienne.JPG

 

Et aussi :

 

Et pendant ce temps-là au Bahrein…

Khader Adnan : 61 jours de détermination légendaire

Tunisie : le gouvernement demande l'aide militaire américaine

Amnesty International : Les embrouilles et les leurres d'une organisation pervertie, en déchéance

La résistance syrienne face au défi de la DRS

La guerre de la Brigade Golani avec la population palestinienne d’Al-Khalil (Hébron)

Le Venezuela fournit du carburant à la Syrie

« Quid Prodest », ou qui a besoin de la guerre dans le Golfe

Des soldats israé­liens mal­traitent un ado­lescent de Qattana, lui cassent les jambes et le forcent à marcher

L’ambassadeur de Russie: ce qui se passe en Syrie n’est pas une révolution

Syrie: Moscou condamne la résolution de l'Onu

 

Les images de Syrie supposées montrer le résultat des bombardements par l’armée syrienne montrent en réalité les destructions commises par l’opposition

.

Chavez fait envoyer du pétrole en Syrie !

Vendredi 17 Février 2012 - 17:49

Hugo Chavez, au mépris des sanctions imposées par les occidentaux, fait envoyer des barils de pétrole vers la Syrie.


Chavez continue de faire cavalier seul
Chavez continue de faire cavalier seul
Alors que la Syrie est en pleine guerre civile, Hugo Chavez semble avoir choisi le camp du gouvernement syrien en envoyant du gazole depuis le Venezuela vers le port de Banias, en Syrie. Ce gazole va pouvoir servir au gouvernement syrien afin d’alimenter les tanks de l’armée ainsi qu’à chauffer certaines installations. Depuis le début des émeutes en Syrie, Hugo Chavez a toujours pris la défense du président Bashar al-Assad, qui est aujourd’hui montré du doigt par l’opinion internationale.

Mais on sait que Chavez adore la provocation, lui qui est aussi un ami du président iranien Mahmoud Ahmadinejad, l’un des ennemis des occidentaux et des Etats-Unis. Chavez, qui ne perd pas une occasion de saluer la mémoire du colonel Kadhafi, a toujours soutenu les régimes autoritaires dans les pays arabes et du Moyen-Orient, allant à contre-courant des initiatives prises par les pays occidentaux.

Alors qu’on lui posait la question hier sur cette livraison de gazole vers la Syrie et sur l’utilisation militaire qui en serait faite, Hugo Chavez a déclaré que personne ne devait lui dicter la voie à suivre : « nous sommes libres, le Venezuela est un pays libre. Je ne demande pas à Obama ce qu’il fait du pétrole que nous lui vendons. Je vois que les agressions contre la Syrie continuent. Ils font la même chose là-bas qu’en Libye. Les occidentaux provoquent la violence en utilisant le terrorisme et après, les Etats-Unis trouvent une excuse pour intervenir. »

Les Etats-Unis et l’Europe souhaitent qu’Assad démissionne de son poste de président tandis que la Russie et la Chine y sont opposées. Chavez a donc choisi son camp, une opinion qui est approuvée par l’acteur Sean Penn, actuellement en visite au Venezuela pour y rencontrer le président vénézuélien, un ami de longue date.

Ricardo Bellone
..

«Y aurait-il aussi des méchants parmi les rebelles ? »

Article placé le 16 fév 2012, par Amine Saadouni (Genève)

 

Par Robert Fisk*, pour The Independant

John McCain avait soutenu les « gentils » en Libye, gentils qui sont aujourd’hui entrain de torturer à mort et avec enthousiasme leurs opposants.


 

Le même John McCain soutient désormais les gentils en Syrie – mais pas de « fantassins sur le terrain », car rappelez-vous, ceci est une guerre sans Mort pour l’Amérique – et il me semblait que tout était parfait, jusqu’à ce que je m’assois en face d’un type dans un café à Beyrouth, qui en quelque sorte rendit cette histoire un tantinet plus compliquée. Nous soutenons des minorités encerclées, qui se battent  courageusement contre vents et marées pour leurs droits – prenez Homs, par exemple. Nous avions fait la même chose quand l’Armée de libération du Kosovo – pas exactement l’exemple d’irréprochabilité que l’OTAN voulait nous faire croire jusqu’à ce que Slobodan Milosevic se rende – s’était battue contre vents et marées serbes en 1998.

 

Peut-être que tout ceci remonte à la Commune de Paris de 1871 – Français contre Français, mais oublions ce petit bout d’histoire – ou l’Insurrection de Varsovie, ou la libération de Paris en 1944. Les français parlaient jadis des tireurs des toits, qui avaient même agressé de Gaulle lorsqu’ il entra dans Notre-Dame le jour de la libération. Homs, bien sûr, a ses propres tireurs des toits: des tireurs d’élite (ou snipers si vous préférez) du gouvernement syrien – des Iraniens selon l’opposition syrienne. Comme si l’armée syrienne avait besoin de cours de tir donnés par les gardes révolutionnaires (un chouïa) décrépits de Téhéran. La brutalité et la cruauté des responsables syriens sont bien réelles. Répétons le bien comme il faut: les histoires, les rapports, les images, les vidéos sur YouTube, les vrais enregistrements de ces cruautés sont tout à fait réels. Mais voici devant moi l’expression choquée de mon ami, qui est ni syrien ni journaliste, et qui est juste venu boire un café en ma compagnie. Cette expression est en accord avec la majeure partie de cette histoire. Des tireurs d’élite, oui. « La plupart des victimes sont touchées à la tête ou la poitrine. Si vous êtes touché par un tireur d’élite, c’est très sérieux. » Mais il y a eu des bombardements – de maisons et d’une clinique au moins – et il y a désormais des tombes dans les jardins. Mais le problème, c’est les autres petits commentaires, presque faciles à écarter, mais toujours aussi inquiétants. Cette habitude qu’ont des soldats de l’Armée Syrienne Libre à jouer de la musique islamique avant de traverser les routes sous le feu des snipers et de prier avant d’écraser  l’accélérateur du pied. Ma foi, il n y a rien de mal à ça, nom de dieu.

 

Ensuite, le grand nombre d’hommes de l’ASL qui semblent être islamistes plutôt qu’islamiques – cette différence subtile est d’abord difficile à repérer, dit mon ami. Et puis les vantardises des « militants armés » à Homs – il semble maintenant y avoir une légère différence entre les militants  (armés) et les manifestants (non armés) – qui sont en train d’exécuter leurs voisins alaouites et chrétiens.

 

Serait-il possible qu’il y ait parmi les braves défenseurs de Homs des gars très méchants? Eh bien me direz-vous, qui peut leur en vouloir? Citez-moi une seule force de résistance qui, défendant son peuple, n’a pas admis « la possibilité de quelques excès » ?


Mon ami (qui n’est pas un acolyte du parti Baas) exprime sa conviction absolue que si l’ASL se sépare à Homs, des « massacres » auront lieu. Le nettoyage ethnique des chrétiens, le cauchemar qu’évoque Bachar serait-il une possibilité? Et les rumeurs selon lesquelles les chars syriens utilisent des mitrailleuses lourdes dans les villes, mais grondent sans obus pour leurs canons – juste au cas où, eux aussi, feraient défection? Serait-il possible que bombarder Homs est une chose, mais que l’anéantir est un pari beaucoup plus douloureux sur : « les équipages des tanks feront-ils défection ou non ? »


Robert Fisk, pour The Independant

Traduit par Amine Saadouni pour Mecanopolis*


*Robert Fisk est le correspondant du quotidien britannique The Independent, basé à Beyrouth depuis plus de trente ans. Il a publié un nombre importants de livres sur la révolution iranienne, des guerres du Liban, du Golfe, d’Afghanistan, de l’invasion de l’Irak en 2003, du Kosovo et d’Algérie.

 

 


http://www.mecanopolis.org/?p=24952

 

 

.
Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 06:13

la guerre sur Internet

http://islamic-intelligence.blogspot.com/2012/02/israel-coupera-linternet-avec-son-faux.html#more

 

Saturday, February 18, 2012

Israel coupera l'internet avec son faux front 'Anonymous' avant le debut de sa guerre!

Le 8 Mars 2012 (jour de Purim pour les talmudistes), le DHS et le FBI 'changeront' les serveurs DNS pour lutter contre des 'malwares' officiellement. La derniere fois que le FBI a coupé massivement des sites, c'était 3 jours avant le 11 Septembre 2001.

Il faut donc se preparer pour ceux qui ne l'ont pas fait a monter des sites 'mirror' et blogs 'mirror' ailleurs qu'aux Etats-Unis, Europe, Australie.  L'objet de ce post est que les lecteurs fournissent des adresses de blogs, ou hebergements surs en Asie, Amerique du sud,  Afrique, puis Russie ou Chine (en dernier recourt) et transferent massivement leurs sites hors occident, une espece 'd'internet run', a la maniere  des 'bank run'.

L'Europe, l'Australie, et l'Amerique du Nord ne sont que des dictatures sionistes, ils meneront une guerre totale contre toute dissidence Musulmane ou non-Musulmane en occident, absolument tous les pays européens sont compromis, meme la Suede ou la Norvege, le chaos est maintenant a nos portes avec la sortie de la Grece de l'union européene. 

Cette liste doit permettre a tout a chacun de se preparer a faire face car la guerre se gagne sur le net comme vous le savez tous et les reseaux  internet ont prouvé leur efficacité a lutter contres les gouvernements sionistes en occident en sabotant leurs operations de communications pour genocide de masses!

La date butoir est le 24 Fevrier 2012, entre-temps vous verrez les larbins du faux front 'anonymous' couper le net comme ils l'affirment. L'objectif des Musulmans est de 'saboter ces 'anonymous israeliens' et re-diriger toutes les attaques sur l'ennemi sioniste au niveau mondial.

Le temps presse réellement maintenant! La guerre de cinquieme generation se passe sur le net car absolument tous les systemes militaires, gouvernementaux, financiers sont en réseaux.

A bon entendeur Salaam,

Barak Allah fikoum,

Abu-Suleyman
Islamic-Intelligence
Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 06:10

 

USA : Une Entreprise Privée Veut 90% de Taux de Remplissage des Prisons

17 février 2012 Posté par benji sous Argent et politique

Aux USA tout n’est que capitalisme, tout est rattaché à l’argent dont les prisons puisqu’il y a depuis pas mal de temps déjà des prisons privées, avec les dérives que cela implique. Et profitant de la décrépitude de certains états américains qui frisent le dépôt de bilan, une entreprise de prisons privées propose aux états de racheter leurs prisons, et pourra donc ainsi bénéficier des largesses du gouvernement!

Prison

 

C’est dans la série incroyable mais vrai. Le genre d’article où on vérifie trois fois ses sources pour être sur qu’on ne rêve pas.

La CCA, qui est la plus grande compagnie de gestion des prisons, vient de proposer un deal de 250 millions de dollars à 48 Etats américains [source]. Elle pose des montagnes de cash devant des autorités locales ruinées pour racheter leurs prisons. En échange, elle exige que les Etats s’engagent par contrat à garantir un taux de remplissage d’au moins 90% pendant 20 ans. [source] 

La CCA est cotée à Wall Street (NYSE: CXW) et possède déjà une capacité de 90’000 lits. Avec cette offre, elle fait une OPA sur tout le système pénitentiaire du pays. [source]

 

Un juge qui travaille à la Commission


A un moment donné, la police va ramasser des gens dans la rue pour assurer le remplissage. A titre d’exemple, en été 2011, un juge a été reconnu coupable d’avoir envoyé plus de 6000 jeunes américains dans des centres de détention pour se faire de l’argent [source]. Il avait un accord secret que la presse a qualifié de « Kids for Cash » [source], c’est-à-dire des Enfants Contre de l’Argent, avec des prisons privées. Plus il leur envoyait de « clients », plus il recevait ds commissions. Le séjour est entièrement à la charge du contribuable.

Sa plus jeune victime avait 10 ans. Une adolescente de 15 ans à été condamnée à 3 mois de prison pour s’être moquée sur mySpace d’une assistante de son école ! Des jeunes se sont même suicidés suite à leur emprisonnement injuste. Le deal lui a rapporté plus de 1.2 millions de dollars.

Un autre juge, complice, avait utilisé sa position pour fermer la prison gérée par l’Etat afin de renvoyer les gens vers des prisons privées.

Maintenant que les Etats doivent assurer le remplissage par contrats, les abus de cette sorte seront la norme.

 

Source: operationteafortwo.com

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/02/17/usa-une-entreprise-privee-veut-90-de-taux-de-remplissage-des-prisons/#more-21291

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 06:06

Les conséquences désastreuses pour l’Afrique de l’intervention occidentale en Libye


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 18 Février 2012 - 14:21 La guerre coloniale libyenne un an plus tard

Vendredi 17 Février 2012 - 09:12 Libye : Plus facile de liquider Kadhafi que de gouverner !

Les conséquences désastreuses pour l’Afrique de l’intervention occidentale en Libye

On nous parle de ce qui se passe en ce moment au Mali avec la lutte armée qui oppose le Mouvement de Libération de l’Azawad  (Touareg) au pouvoir central.

Si dans un premier temps l’armée malienne a subi un coup sévère avec notamment une centaine de soldats qui auraient été purement et simplement massacrés, le gouvernement est passé à l’offensive et dit avoir infligé de lourdes pertes  aux militants indépendantistes.

Dans le premier temps des affrontements, des soldats maliens n’ont semble-t-il dû leur salut qu’à la possibilité qui leur a été offerte de se réfugier dans l’Algérie voisine.

C’est dire que cette révolte Touareg est grosse d’importants risques de déstabilisation pour une région déjà fragilisée par les activités de bandes terroristes et de l’armée américaine qui ont porté un coup sévère au tourisme mais plus encore par les contrecoups de l’intervention occidentale en Libye. Oui, celle dont MM. Sarkozy et Cameron sont si fiers mais dont l’Afrique commence à payer le prix.

La guerre en Libye a en effet privé nombre de pays d’Afrique sub-saharienne d’un véritable poumon économique, entre les aides directes ou indirectes apportées par le gouvernement de Mouammar Kadhafi et l’argent envoyé aux familles par les centaines de milliers d’émigrés qui travaillaient en Libye.

C’est fini tout ça et il ne reste plus que de maigres ressources à partager et d’immenses étendues à parcourir pour des masses de réfugiés

On l’a vu, des soldats maliens ont dû se replier en Algérie et il est vrai que demain, l’Algérie, comme d’autres pays de cette région d’Afrique, risque de subir les conséquences de la destruction de la Libye. Et ces conséquences peuvent être extrêmement graves pour l’Algérie qui se mordra sans doute bientôt les doigts de ne pas avoir fait preuve de fermeté au moment de l’affaire libyenne.

Et franchement, quand j’apprends que l’Algérie vient de commander des blindés russes de dernière génération, je me demande sincèrement à quoi ils pourraient bien servir. A mon avis à rien du tout et sûrement pas à réprimer la population comme certains le prétendent  de manière assez grotesque (pendant les années de guerre civile, les blindés lourds n’ont été utilisés que très ponctuellement voire pas du tout).

Denis Koné nous offre un très bon article dans lequel il met en cause directement la responsabilité de l’intervention occidentale en Libye dans la crise malienne. Un article qui explique mais qui se lit aussi comme un réquisitoire contre la passivité des gouvernements africains.

Crise au Nord Mali: La rançon de la crise libyenne

Par Denis Koné, Afrique en Ligne 16 février 2012

Sécurité au nord du Mali – L’Afrique et ses dirigeants ont vécu la crise libyenne comme un spectacle et dont les conséquences sont loin de se limiter de nos jours, à ce que nous vivons au Mali. Les dirigeants africains et leur organisation, l’Union africaine ont assisté passivement à la liquidation du régime du colonel Mouammar Kadhafi.

Pour le colonel Mouammar Kadhafi, la page s’est définitivement refermée le 20 octobre dernier. Tué ce jour-là, il en finissait définitivement avec les contradictions et les soucis de son existence de révolutionnaire ; mais pour bien d’autres États africains dont le Mali et les autres pays de l’espace Uémoa, les difficultés n’ont commencé que ce jour-là.

Il en est ainsi de la rébellion touarègue à laquelle nous assistons. Des experts en tout genre cherchent à trouver les raisons qui ravivent ce conflit que l’on croyait éteint suite à la signature du Pacte national. Mais le combat que les Touaregs mènent actuellement contre notre armée n’a rien d’identitaire. Il est existentiel. Il s’agit d’hommes et de femmes qui, estimant ne pas pouvoir trouver de quoi vivre chez eux-mêmes, avaient décidé d’aller voir ailleurs.

Le hasard les conduit alors en Libye où ils trouvent de quoi mener une existence à l’abri de l’indigence. Mais un beau jour, leur quotidien devait subitement être bouleversé. Plus parce que sa tête ne plaisait plus à certains que parce qu’il gérait mal son pays, le colonel voyait se lever contre lui une armée mondiale. L’issue fut tragique. Et pour les touaregs accusés à tort ou à raison de s’être rangés du côté du perdant, c’est la chasse aux sorcières, c’est le vandalisme, c’est le pillage des biens et c’est le retour forcé.

Retour d’émigrés démunis, pleins d’amertume mais puissamment armés. L’Etat ayant, à travers les autorités militaires ayant failli à leur devoir de désarmer les revenants, la crise était inévitable. Aujourd’hui, c’est la nation malienne qui est menacée dans son unité et son intégrité territoriale et le processus électoral jadis prometteur, est plus que compromis. On n’entend aucune des puissances impérialistes qui étaient intervenues en Libye, reconnaître leur part de responsabilité dans la crise actuelle que traverse le Mali et par ricochet, les pays comme le Niger, le Burkina Faso puisque ces pays accueillent de nombreux Maliens réfugiés.

L’Onu qui avait donné quitus à l’intervention, à travers sa fameuse résolution 1973 est muette de nos jours. Au Mali et à tous les autres pays sur lesquels se déversent actuellement les conséquences de cette crise libyenne de les gérer. Les autres avaient pour mission de tuer Kadhafi. Celle-ci accomplie, ils se sont retirés et tant pis pour le reste. Pauvre Afrique !

Et c’est là que se manifeste la responsabilité des dirigeants africains. Eux qui avaient laissé faire, ils avaient naïvement pensé que cela se limiterait à Kadhafi seulement. Eh bien, ils se sont dangereusement trompés. Parce qu’en réalité, la crise malienne ne sera certainement pas la seule conséquence fâcheuse que l’Afrique aura à déplorer, suite à son incapacité à se faire respecter par le monde entier.

Déjà, le fiasco enregistré lors de l’élection du président de la commission de l’Union africaine, est également à mettre au compte de ces conséquences malheureuses et regrettables. Car la gestion calamiteuse de l’interventionnisme occidental dans les crises ivoirienne et libyenne par Jean Ping est l’élément fondamental de l’inimitié absolue que l’Afrique du sud éprouve à son encontre.

Le 40e sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) qui s’ouvre aujourd’hui dans la capitale nigériane Abuja saura -t-il tirer une belle leçon de ce vécu ? Les sommets étant souvent de grandes rencontres au cours desquels des discours mielleux sont prononcés sans que des actes concrets ne s’en suivent.

Denis Koné

Les Echos du 16 Février 2012

http://mounadil.wordpress.com/

 

http://www.alterinfo.net/Les-consequences-desastreuses-pour-l-Afrique-de-l-intervention-occidentale-en-Libye_a71567.html

 


Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 06:00

 

 

Système scolaire français: la grande hécatombe continue

 

 

C’est une hécatombe intellectuelle comme au niveau de l’emploi qui est en cours depuis plusieurs années déjà, mais le gouvernement Sarkozy n’a vraiment pas aidé à renverser la tendance si on gratte un peu. Pour ce qui est de la réduction du niveau scolaire des enfants, ce n’est plus à prouver, certains arrivent même en 6ème sans savoir lire correctement, quand à l’emploi…

 


http://1.bp.blogspot.com/-S9-J9exrV4E/Tyj2ALV1_cI/AAAAAAAAApE/-SFffJS43g0/s1600/Education_Nationale.jpg

 

 

Nous prenons uniquement les chiffres officiels depuis 2008 pour aborder le problème:

En seulement 5 ans, ce qui ferait plus de 70 000 enseignants non remplacés, ce qui peut paraître énorme et impossible, pourtant, sur le site de l’éducation nationale, les grands chiffres pour l’année 2009-2010 sont clairement affichés (si quelqu’un peut trouver des données plus récentes, je suis preneur…), pour l’année scolaire 2009-2010 il y avait 852 907 enseignants, privé et public confondus, pour 65 657 établissements scolaires et 12 537 138 élèves.

 


http://villageampus83.blog.lemonde.fr/files/2011/01/11-01-21-sarkozy-education-nationale.1295715746.thumbnail.jpg

 

 

Le souci, c’est que ce n’est pas terminé, les implications étant nombreuses quand à la qualité de l’enseignement donné aux élèves, ce sont eux qui vont en subir directement les conséquences.

 

L’enseignement bancal, même pour les adultes!

 

suite ici :

 

Système scolaire français: la grande hécatombe continue

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 05:58
Samedi 18 février 2012

Nouveaux traités européens : je veux vous alerter !

by Patrick Le Hyaric

 

Comme député européen, je me dois de vous alerter des graves décisions qui se prennent dans votre dos parce qu'elles vont avoir de dures conséquences pour votre vie quotidienne et celle de votre famille.

Le lundi 31 janvier dernier, sur proposition de Mme Merkel et de M. Sarkozy, le Conseil européen, c’est-à-dire les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne ont décidé de confirmer deux nouveaux traités européens.

L’un est baptisé  « traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire » (TSCG).

Derrière ces mots barbares se met en place un pilotage  des choix budgétaires des pays, donc de la France, sans que vous, votre député, votre maire n'aient leur mot à dire. Seules les institutions européennes, élues par personne, décideraient comme elles le font aujourd'hui pour la Grèce. Or, elles ne connaissent qu'un seul remède, l'austérité qui oblige les pays à serrer la ceinture aux salariés, aux retraités, aux jeunes, à baisser les dépenses publiques utiles, le niveau de protection sociale, les crédits aux communes, départements, régions. Bref, un remède pire que le mal puisqu'il tue le malade par asphyxie en condamnant son économie à la récession. Exactement la situation qui serait la vôtre si, endetté, on vous obligeait à rembourser en réduisant votre salaire ou en vous licenciant !

Les gouvernements ne seront pas libres demain de décider de leur politique économique. C’est pire que ce prévoyait le traité de Maastricht et de Lisbonne qu’une majorité de nos concitoyens a rejeté. C’est un texte contre vos droits sociaux, votre pouvoir d’achat, les services publics qui soumet toute volonté de ré-industrialisation, de lutte contre les délocalisations, de développement d'initiatives contre le chômage, de lancement  de travaux pour des logements nouveaux moins chers et plus écologiques, d'amélioration du réseau du métro ou du train, au bon vouloir de technocrates européens plus soucieux de satisfaire les exigences de la finance que d'améliorer votre vie de tous les jours. Tout pays qui ne se soumettrait pas à leurs décisions serait traduit, comme un criminel, devant la cour de justice européenne qui lui imposerait des amendes. C'est tellement gros qu'on a du mal à le croire. Pourtant, la Grèce est là qui chaque jour nous dit que tout, malheureusement, est vrai.

L’autre traité, appelé « traité établissant un mécanisme européen de stabilité » (MES), lié au précédent, prétend rassembler des fonds pour prêter de l’argent aux pays qui en ont besoin. Bonne idée direz-vous à juste titre. Mais il ne s’agit pas d’une simple caisse d’entraide ou de secours. Deux conditions la transforment en son contraire.

La première donne le pouvoir au nouvel organisme que crée le traité MES de demander de l'argent aux États de manière illimitée. A ce titre la France doit déjà verser 142 milliards d’euros.

La seconde conditionne le prêt à un pays en difficulté à son acceptation et à l'application de toutes les dispositions prévues dans le premier traité c'est à dire à la condition qu'il pressure les citoyens, recule l'âge de la retraite, réduise les budgets sociaux, diminue vos salaires, retraites et minima sociaux. Tout cela sans que les parlements nationaux n'aient leur mot à dire, la Commission de Bruxelles, la Banque centrale européenne et le… Fonds monétaire international disposant, eux, des pleins pouvoirs qu'ils ne détiennent pas du suffrage universel. C'est précisément ce qui est imposé à la Grèce.

Comme vous le voyez, je n'ai pas exagéré la gravité de ce qui se prépare que le gouvernement et beaucoup de dirigeants politiques vous cachent. Je me fais un devoir de  vous le révéler.

Au Parlement européen, j'ai, avec mes amis du Front de Gauche, voté contre toutes ces dispositions. Dans quelques jours, le Parlement français est appelé à se prononcer sur le deuxième traité. J'invite tous les députés de gauche et de l'écologie politique à se rendre au Parlement pour, ensemble, dans l'unité s'opposer à ce traité qui porte la signature de Nicolas Sarkozy. Oui, pour une politique de gauche demain, il faut voter contre le traité Sarkozy dès mardi prochain. Il en va de la possibilité pour notre pays, demain quand il aura chassé le locataire actuel de l’Élysée, de mettre en œuvre une politique de changement qui réponde à vos attentes et à vos espoirs.

.

Les deux traités sont liés ! La preuve :

  • Extrait du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance dans l’Union économique et monétaire  (traduction non officielle, la version française n’étant pas encore disponible) :

« INSISTANT sur l’importance du Traité établissant le Mécanisme européen de stabilité comme élément d’une stratégie globale pour renforcer l’union économique et monétaire et SOULIGNANT que l’octroi de l’assistance dans le cadre de nouveaux programmes du Mécanisme européen de stabilité sera conditionné, à partir du 1er mars 2013, à la ratification de ce Traité par les parties contractantes concernées et, dès l’expiration de la période de transition mentionnée dans l’Article 3 (2) en conformité avec les exigences de cet Article, »

  • Extrait du traité instituant mécanisme européen de stabilité :

Considérant 5 « Le présent traité et le TSCG sont complémentaires dans la promotion de pratiques budgétaires responsables et de la solidarité au sein de l'Union économique et monétaire. Il est reconnu et convenu que l'octroi d'une assistance financière dans le cadre des nouveaux programmes en vertu du MES sera conditionné, à partir du 1er mars 2013, à la ratification du TSCG par l'État membre concerné et, à l'expiration du délai de transposition visé à l'article 3, paragraphe 2, du TSCG, au respect des exigences dudit article ».

.

Appel aux citoyens et à leurs élus pour s’opposer au « coup d’État » du 21 février 2012 !

Appel aux citoyens et à leurs élus pour s’opposer au « coup d’État » du 21 février 2012 ! Texte de l'appel à signer et à faire circuler : Il y a urgence et il ne s’agit pas seulement de se défendre…

 

Pour lire la suite cliquez ici

 

.

..

 

Il ne reste que quatre jours avant que le pire n’arrive, seulement quatre jours avant que des fous ne ratifient la dictature financière. Les seules solutions, informer autour de nous et tous nous mobiliser (utopique donc…), espérer que d’ici là le krach tant redouté (ou attendu suivant les personnes) n’arrive, ou encore subir encore une fois et payer, payer, et payer encore…


Le 21 février prochain sera probablement ratifié le nouveau traité européen. L’occasion pour l’essayiste Raoul-Marc Jennar de revenir sur ce qui s’apparente à un véritable coup d’état financier dans la zone euro.

 

Suite ici :

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/02/17/le-21-fevrier-ce-coup-d%e2%80%99etat-a-venir/#more-21287

.


 

.

Pour éviter le coup d'état du 21 février 2012, il faut faire connaître cette forfaiture et il faut écrire aux députés! Ils vont solliciter un nouveau mandat en juin!

Bonjour à toutes et tous Je vous invite à adresser à votre député(e) un message du genre de celui qui suit ( vous trouverez l'adresse courriel de votre députée sur…

 

Pour lire la suite cliquez ici

 

.

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 05:53

 

 

Fitch relève la note de l’Islande, qui redevient un emprunteur fiable

17 février 2012 Posté par benji sous Argent et politique

Le pays dont il ne faut pas parler puisque c’est semble-t-il un mauvais exemple pour l’union européenne, sort petit à petit de la crise ! Pas de mesures d’austérités pour 2012, pas d’augmentations indécentes des taxes, l’Islande qui a préféré faire mourir les banques privées plutôt que de les sauver a non seulement sa situation financière qui s’améliore mais en plus, voit sa note augmentée par l’agence de notation Fitch. Nous aurions tous du être islandais…


L’agence de notation Fitch Ratings a relevé vendredi d’un cran la note de dette long terme de l’Islande, pour la porter à BBB-, ce qui permet au pays, au bord du chaos à l’automne 2008, d’être désormais considéré comme un emprunteur fiable.


Le retour de la note de long terme en devise étrangère de l’Islande dans la catégorie +investissement+ traduit les progrès accomplis par le pays pour restaurer sa stabilité macroéconomique en menant à bien des réformes structurelles et en reconstruisant sa crédibilité financière, a souligné l’agence dans un communiqué.
Fitch était la dernière des trois grandes agences de notation à considérer encore la dette de l’Islande comme un placement spéculatif.


L’agence rappelle que l’Islande a été le premier pays frappé par la crise financière mondiale en 2008 et qu’elle a mené à bien le programme de sauvetage sous l’égide du FMI, achevé en août dernier. 


Malgré quelques revers en chemin, le programme a jeté les bases d’un accès renouvelé aux marchés de capitaux internationaux à la mi-2011 et d’un rebond encourageant de la croissance économique de 3% sur l’ensemble de l’année 2011, note l’agence.


Elle relève également que le déficit primaire du pays (avant les intérêts de la dette) a été considérablement réduit, passant de 6,5% du PIB en 2009 à 0,5% en 2011, et que l’Islande est en bonne voie pour être en excédent primaire en 2012 et en excédent budgétaire en 2014.


Selon Fitch, la dette brute du pays a atteint un sommet à 100% du PIB en 2011, tandis que la dette nette n’est que de 65% en raison des dépôts conséquents auprès de la Banque centrale d’Islande.   Afp

 

Petit rappel sur la situation Islandaise


Source: realinfos

http://lesmoutonsenrages.fr/2012/02/17/fitch-releve-la-note-de-l%e2%80%99islande-qui-redevient-un-emprunteur-fiable/#more-21308

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche