Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 05:49

 

 


Samedi 18 février 2012

L'agenda planifié du défaut grec

Posted: 18 Feb 2012 07:19 AM PST


Un document écrit précisant des dates fermes et des actions détaillées pour un défaut grec prévisible est en possession des deux premiers patrons bancaires et de trading de devises de Wall Street depuis la deuxième semaine de Janvier. John Ward, du blog "The Slog" dispose de sources distinctes et concordantes affirmant l'existence d'un tel document. 

Ce plan représente "un calendrier, pas une contingence"qui donne une date ferme au 23 mars 2012: date à laquelle le défaut devrait être annoncé après la fermeture des bourses. 

J'ai repris l'article de Slog en y ajoutant des sources pertinentes.

 

Ce document affirme que la Grèce sera officiellement déclarée en défaut par toutes les agences de notation après la fermeture des bourses le vendredi 23 mars. Le week-end suivant, tous les comptes bancaires grecs seront gelés, avec des mesures d'urgence détaillés pour empêcher la fuite des capitaux. Toutes les grandes banques auront pour instruction de ne pas traiter avec la devise européenne à l'ouverture de la bourse d'Athènes le lundi 26 mars.
Tous les marchés grecs se fermeront pour une journée «au moins».
Pour l'instant, John Ward n'a pas pu établir la source des documents. Mais un des ses contacts proche du dossier a admis: "J'ai fortement suggéré à mes amis d'affaires grecs et mes clients qu'ils vident leurs comptes bancaires, et de changer leurs avoirs en une devise forte."
Il suffit d'observer la courbe explosive de l'obligation grecque à 1 an. Ce titre se vend aujourd'hui à 629 % d'intérêts, du pur délire !!!
En analysant la chronologie des événements, nous constatons l'aspect plausible d'un agenda planifié :

1- Mi Janvier 2012, Bruce Richards, gérant de fonds alternatifs d’une société de gestion basée à New York, est persuadé que la Grèce fera défaut sur ses 14,5 milliards d'euros d'obligations arrivant à échéance le 20 mars prochain. Edward Parker de l'agence Fitch, est également convaincu que la Grèce est insolvable et fera défaut sur sa dette.

2- Fin Janvier, le patron du lobbying bancaire, Charles Dallara, refuse de dépasser un effacement de 50% sur la dette grecque et la troïka tape du poing sur la table des négociations. (à lire ici) . Parallèlement, Merkel veut envoyer un commissaire budgétaire européen chargé d'apposer son véto sur les décisions économiques internes à la Grèce. Mais cette idée tourne au fiasco.

3- Puis, Lucas Papademos s'implique pour débloquer le plan de renflouement, mais quelques jours plus tard,  le Ministre des Finances allemand détruit les espoirs du Premier Ministre grec en qualifiant ce plan comme "insuffisant".

4- Début Février, la troïka prépare les esprits des détenteurs d'obligations grecques d'accepter une perte de 70% sur leurs titres. La BCE semble prête à "encaisser le coup" mais revient sur sa décision d'encaisser la moindre perte en se débarrassant de ses anciennes obligations grecques par des nouvelles.

5- Pendant ce temps, la classe politique grecque se fissure. La Grèce sombre dans la violence et la colère de la rue. Le politologue grec, Georges Contogeorgis, explique que "la classe politique grecque est une oligarchie pillant la société".

6- L'Allemagne sera la première à exploser. Un document rédigé par l'Ecole de Management de Lille, datant de novembre 2011 est extrêmement complet et précis. Il se trouve ici. A l'heure du bilan de l'année, La Bundesbank (Banque d'Allemagne), ancienne gestionnaire du Deutsche Mark, voit  son bénéfice diminuer de moitié. Les faits se confirment.

7- Le 15 Février, les dirigeants athéniens doivent signer une nouvelle mesure d'économies de 385 millions d'euros.

8- Le 16 Février, il manquait encore 17 milliards d'euros pour boucler le plan de sauvetage.

9- Après l'annulation de la réunion de l'Eurogroupe mercredi dernier, Jean Pisani-Ferry, directeur du centre de réflexion Bruegel à Bruxelles estime qu'un accord est proche "sinon, ce sera trop tard, on ne maîtrisera plus les détails techniques…" (lu sur le Figaro)

Curieusement, cette décision reportée au Lundi 20 février concorde parfaitement avec le nouveau coup d’État financier des banquiers prévu le Mardi 21 Février et le déversement massif de fausse-monnaie de l'imprimante numérique de Super-Mario du Super Fonds Spéculatif Européen (BCE) prévu le 29 Février prochain.
La BCE,  à moins qu'elle ne saute avant, atteindra donc un bilan 2 fois supérieur à celui de la FED (Super Fonds Spéculatif américain)...
A terme, le choc traumatico-économique sera 2 fois plus violent que celui qui frappera les USA...
Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 05:09

 

 

http://www.linternaute.com/actualite/politique/detournements-affiche-sarkozy/image/detournements-affiche-sarkozy-1140638.jpg

http://www.linternaute.com/actualite/politique/detournements-affiche-sarkozy/image/detournements-affiche-sarkozy-1140638.jpg

 

 

Sarkozy, le néant et la trahison.

La France faible.

Par eva R-sistons


 

Sarkozy a posé sa candidature. Non événement, on s'y attendait. Pour nous le vendre à nouveau, les spécialistes de la communication se sont mis au travail, avec nos sous.

 

Que retenir ? Rien. Le vide absolu. Si : Sarkozy a trahi tous ses engagements, et il ne dit pas ce qu'il va faire réellement : Achever de détruire la France, ses valeurs, son indépendance, son modèle social, sa laïcité. Et l'offrir aux gourous du Nouvel Ordre Mondial. Quel bilan ? Un désastre : Chômage ou travailler plus pour gagner moins,  pouvoir d'achat en berne, précarité accrue, guerres néo-coloniales au service des Anglo-Saxons, etc. Pour échapper à son bilan, le sieur hongrois stigmatise les chômeurs, les étrangers, les "assistés"... ou bien il invente des solutions hasardeuses comme, entre ses mains, le référendum : Pour mieux contourner la rue, les syndicats, les blocages parlementaires, le Sénat désormais dominé par une Gauche risquant de faire obstruction à ses réformes s'il est réélu.

 

A lui seul, son slogan est une imposture : Une France forte ! Sauf devant l'Allemagne, sauf devant les Anglo-Saxons qui lui dictent sa politique intérieure ou étrangère, sauf face aux Français : 4 millions de chômeurs, de plus en plus de sdf, une dette de 1700 milliards d'euros, dette quasiment multipliée par deux sous sa présidence, ou encore des réserves d'or offertes aux fonds de pension américains...

 

Les Médias collabos se sont mis au travail pour le promouvoir envers et contre tout. Ce n'est plus "S. Royal-Bécassine", mais "Hollande le menteur"  face à ce nouveau "Gl de Gaulle seul contre tous", quel panache ! Et "faisant appel au peuple" pour arbitrer (Reyniès, C dans l'Air du 16.2.2012) ! A défaut d'un bilan, Sarkozy peut compter sur la valetaille des Médias prostitués.

 

L'Occupant de l'Elysée fera-t-il illusion à nouveau ? Ou se maintienda-t-il par la force ? L'avenir nous le dira...

 

Eva R-sistons

 

 

http://pauvrefrance.p.a.pic.centerblog.net/o/3fa4dd53.jpg

http://pauvrefrance.p.a.pic.centerblog.net/o/3fa4dd53.jpg

 

Voir aussi :

 

Sarkozy, le scandale Facebook

.

 

Le formidable Appel de François Asselineau

aux Maires de France.

C'est en regardant cette vidéo

que j'ai réellement découvert F. Asselineau,

que j'ai eu un "coup de foudre" politique !

.

 

 

 

 

La France forte

avec François Asselineau,

celui dont notre pays a besoin.

Par eva R-sistons


Pourquoi nous devons tout faire

(500 signatures, et exiger sa médiatisation)

pour que François Asselineau

puisse faire entendre sa voix,

proposer aux Français les réponses

dont le pays a besoin


 

La situation est grave, historique. Un destin se façonne quand un homme sait compendre l'Histoire et la transcender. Aujourd'hui, seul François Asselineau peut sortir la France de la crise où on l'a plongée pour l'asservir, seul François Asselineau peut rendre à notre pays sa souveraineté, la maîtrise de son destin confisquée par les Institutions internationales;  Et c'est pour cela que les Médias aux ordres des Anglo-Saxons organisent un black-out scandaleux, stalinien, à son égard. Même un homme comme Chevènement - je viens de l'expérimenter sur son site -  piétine la démocratie lorsqu'on évoque la candidature de François Asselineau, son Appel aux Maires :  J'ai été censurée ! Eh oui, cela va jusque là ! JP Chevènement l'homme "libre" est au service du Système, de la Pensée Unique. Comme tous les autres ! Le vernis fait illusion...

 

Tous les Lecteurs, toutes les Lectrices de ce site, et plus généralement tous les Français attachés à leur pays, à sa souveraineté, à ses valeurs, à son modèle social, doivent pourvoir se reconnaître dans le programme de François Asselineau : Sortie de l'euro qui tue l'emploi, sortie de l'Europe-dictature au service du Cartel bancaire et plus généralement du Nouvel Ordre Mondial, sortie de l'OTAN qui nous conduit à servir des intérêts étrangers et à mener des guerres abominables de plus en plus risquées,  défense de la langue et de la culture françaises comme des collectivités territoriales, puissante relance des services publics,  et puis la Banque de France retrouverait ses prérogatives de financement de l'Etat et des Collectivités locales (extinction de la dette) et le modèle social cher au coeur de tous serait protégé : François Asselineau se revendique clairement du Programme du Conseil National de la Résistance élaboré, en gros, par le Gl de Gaulle et par les communistes, et qui nous a valu toutes les conquêtes sociales auxquelles nous sommes si attachés, comme la S.S. C'est un programme de rassemblement au service d'une France indépendante, juste, et réellement forte.

 

Nous pouvons tous nous reconnaître dans ces orientations: La Droite gaullienne nostalgique d'une France souveraine, respectée dans le monde, la Gauche authentique soucieuse de vraiment conserver le modèle social français, et même l'Extrême-Droite attachée à l'identité de la France, à sa langue, à sa culture - refusant l'américanisation à marche forcée de l'actuel Occupant de l'Elysée. En clair, si la candidature de Sarkozy est un non-événement, celle de François Asselineau est un grand événement, de ceux qui fondent notre identité, et de ceux qui sont porteurs d'espérance.

 

Les Médias au service des Industriels de l'Armement, de l'Oligarchie anglo-saxonne et des Grandes banques comme Goldman Sachs font tout pour occulter la candidature de F. Asselineau, trop indépendante, trop attachée à la spécificité française : Nous ne devons plus exister en tant que Nation souveraine mais en tant qu'entité au service de la Ploutocratie anglo-saxonne et de ses amis. En d'autres termes, avec des hommes comme Sarkozy, Copé, DSK, Valls ou même Hollande, les mondialistes veulent tuer la France et l'aligner définitivement.

 

Ainsi, nous avons le devoir impératif de TOUT faire pour que François Asselineau, cet amoureux de la France, cet homme de conviction courageux, intègre, énergique, puisse faire entendre la voix particulière de notre pays.

 

La nôtre, en fait...

 

Eva R-sistons

 

 

 

 

NB : En écoutant son Appel aux Maires de France, j'ai eu un choc - un coup  de foudre politique.  F. Asselineau était l'homme que j'attendais, sobre, sincère, indépendant, et si proche de nous tous, de toutes nos aspirations... Maintenant, il doit absolument intégrer dans ses projets pour la France la dimension du Nouvel Ordre Mondial, la menace qu'il constitue (eva)

.


Pour accéder au site officiel :
.
.
La parution complète et autres liens :

2012 : Sarkozy au service de la France ? Non. Voici le meilleur candidat (vidéo)

Non à l'américanisation du monde - en particulier de la France (vidéo)

François Asselineau défend la France


Scandale des Médias anti-démocratiques: Boycott total de F. Asselineau !

 

.

 

Le programme :

 

  .

Par François Asselineau 3 octobre 2011 12:57 François Asselineau

 

(..) Nos 7 remèdes prioritaires constituent à eux seuls le changement politique le plus puissant qui ait été présenté aux Français depuis 1958.

Les voici :


1. la sortie urgente de l’euro, dont les effets sont désastreux dans tous les domaines et dont la désintégration est inéluctable,


2. la réattribution à la Banque de France de son rôle normal de financement de l’État et des collectivités locales, sans quoi tout contrôle de l’endettement public est voué à l’échec (abrogation de l’article 25 de la loi n°73-7 du 3 janvier 1973),


3. la réappropriation par la France de son droit inaliénable à défendre elle-même ses propres intérêts à l’Organisation Mondiale du Commerce(OMC), sans laisser cette tâche, cruciale pour contrer les délocalisations, à la Commission européenne qui piétine nos intérêts vitaux,


4. le rétablissement effectif du contrôle des flux de capitaux, de marchandises, de services et de personnes, seule mesure de sauvegarde permettant de donner un coup d’arrêt à la débâcle économique et sociale en cours,


5. la renationalisation de notre politique étrangère, accompagnée d’une sortie de l’OTAN et du retrait de nos troupes engagées dans des guerres juridiquement illégales, moralement honteuses, et très meurtrières(comme en Afghanistan par exemple),


6. la sortie au plus vite de l’Union européenne car toutes les mesures précédentes, vitales pour redresser la France, sont toutes contraires aux traités européens. Cette sortie est parfaitement possible : l’article 50 du traité sur l’UE l’a prévue,


7. le lancement d’un grand programme de logements sociaux. Il sera financé par notre sortie de l’UE, qui nous fera économiser au moins 10 milliards d’euros par an, estimation minimale du coût net de l’Union européenne pour la France. Nous résoudrons ainsi les problèmes de logement des Français tout en procédant à une relance économique créatrice d’emplois

 

http://www.agoravox.fr/auteur/francois-asselineau-64510?debut_articles=32#pagination_articles

 

 

 

L' Actualité

(notamment les corridors humanitaires) 

par eva R-sistons

 

suite ici :

 

Samedi 18 février 2012

Nicolas Sarkozy : La France faible - François Asselineau : La France forte

 

.

 

._______________________________________________________________________________________________

 

.

 

 

.

NS-empire-en-pire.jpg

 

.

Repost 0
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 04:40

http://www.alyon.org/&co/FN/Haine.jpg

http://www.alyon.org/&co/FN/Haine.jpg

 

A quoi sert le Front National ?

"Stériliser, corrompre", frapper " la classe ouvrière, selon le PRCF http://prcf-38.over-blog.net/ 


Une analyse salutaire qui ne se perd pas dans les méandres des explications sociologiques, même si celles-ci ne sont pas dénuées d'intérêt (nous y reviendrons plus tard). 


Et n'oublions pas de quelle usurpation procède le Front National des Le Pen : 

En 1942 encore, le Front National est créé par les communistes et les FTP qui, par leur patriotisme et leur osmose avec la classe ouvrière, « restée seule dans son ensemble, fidèle à la France profanée » ( François Mauriac), ont conquis une position forte parmi les forces essentielles de la Résistance intérieure.

(cf  Vive le Front National ! )


MARINE LE PEN DANS LE DISPOSITIF POLITIQUE DE LA BOURGEOISIE.

Tous les journaux n’ont que « Marine » à leur « une ». Du « Monde » à « Libé » du « Figaro »  à « Marianne ». Tous s’interrogent doctement : est-elle plus dangereuse que son père ? Peut-il y avoir un nouveau 21 avril ? Ou un 21 avril à l’envers ? Pourquoi Marine Le Pen est elle créditée de 21% dans les sondages ? Etc.

Par un étrange aveuglement, nos journalistes, politologues et experts développent des discours visant à masque les vrais enjeux politiques. C’est cela l’idéologie bourgeoise, un ensemble d'idées sociales, religieuses et philosophiques produit par la classe dominante dans la société afin de masquer sa réalité matérielle.

Tentons de déchirer le brouillard savamment entretenu.


Le FN a trois fonctions principales dans le dispositif politique de la bourgeoisie :


1- neutraliser, stériliser un vote protestataire,


2- corrompre la conscience d’une partie de citoyens en remplaçant la réalité de la lutte des classes par un fantasmatique combat des races,


3- servir de force de frappe si les circonstances venaient à changer.



1-Neutraliser et stériliser un vote protestataire : c’est en partie au sein de couches sociales populaires que le FN recrute ses électeurs. Des électeurs désespérés, désorientés, souffrants, des citoyens sans perspectives politiques, abandonnés par les partis institutionnels et leurs satellites (dont hélas le PCF), vont vers le FN pour dire leur colère et leur dégoût. Ce faisant ils rendent leur colère vaine et même contre productive puisqu’ils n’ont rien à attendre des chefs du FN qui roulent, comme les autres, pour le capital.

Le discours social, voir anti capitaliste est une constante de l’extrême-droite et des fascismes : Hitler, Mussolini, Franco, les Colonels grecs, tous les « nouveaux » partis d’extrême-droite en Europe ont un tel discours : on n’attrape pas les mouches avec du vinaigre ! Mais tous aussi AGISSENT de la même façon aux affaires : ils se mettent au service du très grand capital qui les finance largement du reste. Partout où ils participent au pouvoir,  les partis d’extrême-droite mettent en place des politiques ultra libérales au seul profit des milliardaires.

Un test confirme ce constat. Lorsque le peuple mène des luttes (contre le CPE, pour les Retraites... ) avez-vous vu défiler le FN aux côtés des travailleurs en lutte ? Jamais ! Au contraire ils hurlent contre la grève pourtant la seule arme de légitime défense aux mains des salariés.

C’est la nature de classe du FN qui est la clef qui permet de comprendre ce qu’est vraiment ce mouvement. Ainsi quand on vote FN on vote MEDEF et bande du Fouquets' parce que ces gens sont très heureux que des voix d’exploités aller chez des défenseurs (masqués) des exploiteurs ! A quoi on servit les voix de Le Pen en 2002 ? A faire élire Chirac. A quoi servirait la présence du FN au deuxième tour en 2012 ? A faire élire Sarkozy ou Strauss-Khan c'est-à-dire les candidats du capital ! En votant FN on conforte les candidats officiels du capital (UMP et PS) et les Le Pen le savent qui jouent ce rôle d’opposants alors qu’ils sont complices du système, vivant grassement de leur imposture.

 


2-Corrompre la conscience de nos concitoyens est aussi une des fonctions du FN dans la bataille idéologique permanente que mène la bourgeoisie contre le mouvement ouvrier et populaire. Quoi de mieux que la perspective d’une « guerre des civilisations » à la place de la lutte des classes ? Quoi de mieux que l’illusion à la place de la réalité que justement on veut masquer ? Guerre des civilisations, version à peine retouchée de la guerre des races des fascismes d’hier et qu’importe si l’arabe remplace le juif, le rom remplace le métèque, l’essentiel étant que la guerre se fasse entre pauvres, entre exploités comme dans le film de Scorcèse « Gangs of New-York » et que la bourgeoisie puisse continuer à profiter de son système capitaliste.

Faire croire que l’ennemi est le voisin d’une autre couleur ou d’une autre religion, faire croire que l’ennemi est celui qui a un travail face au chômage qui vous frappe, faire croire que l’ennemi est le fonctionnaire face au travailleur du privé, faire croire que la grande menace contre la France est l’ignoble burka alors qu’un véritable cataclysme social voulu et organisé par le capital s’abat sur les masses avec son cortège de chômage, de délocalisations boursières, de désespérance sociale, de misère et de malheur, de délinquance aussi car tout phénomène a des causes, que la France est démolie pierre par pierre par un grand capital supranational qui veut la mort de la nation, parce qu’elle est la base concrète et historique de la résistance démocratique et sociale des peuples, et son remplacement par une UE qui n’est qu’un espace fabriqué par le capital pour être propice à l’exploitation du travail et à la démolition de tous les acquis des luttes.....voila les mensonges que la bourgeoisie veut à tout prix introduire dans la conscience de tous les peuples, d’où le développement, qui n’a rien de spontané, des néo fascismes en Europe.

Que le FN s’exprime contre l’UE ne change rien à cela. Il faut bien que ces partis disent des choses qui rencontrent l’assentiment populaire pour obtenir des voix ! Et de plus aucune chance que cet anti-UE là puisse nuire aux affaires des grands capitalistes puisque canalisé par des partis à la solde de ces mêmes capitalistes. L ’anti européisme du FN vaut ce que vaut son anti capitalisme, « Words, words, words... » (Des mots, des mots, des mots....) comme disait Shakespeare. Des mots faits pour tromper. Des mots pour empoisonner. Des mots pour diviser le peuple, donc l’affaiblir et finalement le vaincre.

Et face à cette entreprise que répondent la fausse gauche et la droite décomplexée ? Qu’il faut plus d’Europe, plus d’euro, plus de capitalisme, plus de flexibilité, moins de droits protecteurs des travailleurs, moins de fonctionnaires donc moins de services publics, la richesse de ceux qui n’ont rien, moins de profs dans les écoles, moins d’infirmières dans les hôpitaux, moins d’années à vivre sa retraite, moins de police républicaine protectrice de la sécurité des quartiers populaires, plus de flics privés pour protéger les riches et leurs enclaves dorées.

Parti Socialiste ou UMP tiennent le même discours et surtout mènent la même politique. Au nom du réalisme ils se mettent à genoux, à plat ventre devant les désidératas du grand capital. De quel réalisme parlent-ils ? D’une réalité figée, intangible où rien ne peut changer ? Ils tentent de faire croire que changer, que vouloir révolutionner les choses mène à la dictature, au « totalitarisme », que les prisons attendent ceux qui veulent du travail pour eux et un avenir meilleurs pour leurs enfants et se battent pour cela ! De qui se moquent ils ces multimilliardaires, ces gavés du CAC40, ces gens qui du Fouquets' à l’Elysée tentent de maintenir les choses en l’état pour garantir leurs minutes à plusieurs millions d’euros ?

Le capitalisme est l’œuvre de l’histoire des hommes, son éradication sera aussi  l’œuvre de l’histoire des hommes. Et les Marine Le Pen sont des nains stratégiques face à de tels enjeux. Mais encore faut il que les masses s’approprient cet objectif d’émancipation qu’est le socialisme et le communisme pour que cette force politique, matérielle, balaye alors les scories de l’ancien monde et édifie un monde débarrassé de l’exploitation de l’homme par l’homme. Cet objectif est possible. Cet objectif est souhaitable. Cet objectif est la seule alternative à la barbarie.

La vraie démocratie pourra alors s’épanouir. Car il n’y a pas de démocratie véritable tant que les peuples sont écrasés par  le talon de fer du capital. Les esclaves se sont débarrassés des maîtres. Les serfs se sont débarrassés des seigneurs. Les prolétaires-ceux qui vivent de leur travail- se débarrasseront des capitalistes-ceux qui vivent du travail des autres-. Nous sommes loin des cauchemars communautaristes, racistes, antisémites, xénophobes du FN père et fille.

Mais encore faut il que renaisse un vrai Parti Communiste de France à la fois héritier d’un passé glorieux et résolument tourné vers l’avenir. Un vrai Parti qui considère  le marxisme et le léninisme comme un  guide pour l’action et non un dogme. Un Parti qui unisse, contre la grande bourgeoisie UMPS, contre les fascistes, l’extrême-droite, contre les irresponsables gauchistes, contre les traîtres capitulards et opportunistes, le drapeau rouge de la révolution et le drapeau tricolore de la patrie, l’Internationale, chant d’espoir et de combat des prolétaires du monde entier et la Marseillaise, chant révolutionnaire des sans-culottes et hymne honnis par tous les contre-révolutionnaires. Un Parti qui unisse les communistes, qui unisse les patriotes, qui unisse notre peuple contre l’oligarchie capitaliste et pour le socialisme et le communisme libérateur. Un Parti redonnant espoir, honneur, confiance aux ouvriers de ce pays, aux travailleurs, aux exploités, à toutes celles et ceux qui subissent le joug du capital c'est-à-dire l’immense, l’écrasante majorité de notre peuple, les unissant dans un vaste front populaire pour une alternative patriotique, progressiste, pour marcher vers l’émancipation sociale, la souveraineté nationale et l’internationalisme, c'est-à-dire vers le socialisme et le communisme.

 


 3-Servir de force de frappe si les circonstances venaient à changer est aussi un autre usage de ce parti harki du capital qu’est le FN. Briser les grèves, harceler les militants politiques progressistes, les militants syndicaux, constituer des milices de choc au service des grands patrons, terroriser ceux qui se battent pour l’amélioration de leur vie, voila comment l’extrême-droite est utilisée : c’est ce que l’histoire nous enseigne : en Italie qui est frappé, torturé, assassiné par Mussolini et ses chemises noires ? Qui est massacré, déporté par les chemises brunes d’Hitler ? Qui est victime des dictatures des Colonels en Grèce ou de Pinochet au Chili ? Qui fut pourchassé, fusillé par le régime fasciste de Pétain ? Les communistes toujours et d’abord, les progressistes, les syndicalistes, les authentiques patriotes : les Résistants, d’ici et de partout,  pas les Kollabos, de toutes espèces !

Les fascismes et les néofascismes, les extrêmes-droites,  ont toujours servi un seul maître qu’il s’appelle Agnelli, Von Thyssen, ITT, Louis Renault....le grand capital. Ils le servent en brisant le mouvement ouvrier par une action terroriste permanente, en organisant des syndicats jaunes dans les boites, comme la CFT, qui assassinat en 1977 le militant de la CGT Pierre Maître, et qui était composé de nervis de l’extrême-droite et du SAC, financé par le patronat et le pouvoir de droite....

Il y a toujours eu collusion, consanguinité, osmose entre droite, extrême-droite et patronat. Et retour d’ascenseurs, services rendus, bref c’est une véritable maffia loin des « mains propres » de la propagande frontiste. Qu’un travailleur puisse voter pour de telles organisations est bien évidement un acte contre nature mais qui révèle la friche politique que les compromissions et les trahisons de la fausse gauche bourgeoise et ses satellites ont provoqué, et qui est aujourd’hui envahie par des mauvaises herbes carnivores et vénéneuses.

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 23:27

http://a31.idata.over-blog.com/567x470/1/37/01/11/Numero-7/grece-croco2.jpg

http://a31.idata.over-blog.com/567x470/1/37/01/11/Numero-7/grece-croco2.jpg

La Grèce, test européen de mesure de la pression limite sur les peuples

La gauche devra prendre des mesures de salut public

 

Ce qui se passe en Grèce est très grave. Les erreurs du passé semblent se renouveler (voir Moody's et la Grèce : une histoire datant de 1931 selon Xavier Tracol - 16 février 2012). Et la France doit s’attendre à vivre sous une forme plus douce la même situation au cours des prochaines années, si ses dirigeants continuent la même politique.

 

Dans l’Edito Matières Premières*, tire la sonnette d’alarme (17 février) :

 

Ce jour-là, on se prendra le mur ; ensuite, nous agirons

 

Partout dans les journaux, à la radio, dans les débats... le drame grec fait la une
Appauvrissement
généralisé de la population, effondrement des salaires et pensions de retraite, chômage de 21% (45% chez les jeunes), dépôt de bilan de 25% de ses entreprises sur les dernières années... La Grèce va-t-elle faire défaut ? Plus personne ne lui prête sur les marchés... Va-t-elle sortir de l'euro ? Va-t-elle imploser sous la pression d'une révolution sociale ?

Tout le monde se penche sur le berceau grec, allant de ses conseils éclairés et opinions avisées. Nous regardons tous "de loin" le feuilleton grec se dérouler sous nos yeux... sans penser un instant qu'au beau milieu de la tempête, nous sommes dans le même bateau que la Grèce. La seule différence, c'est que la Grèce est tombée la première dans l'eau et se noie sous nos yeux.

Les autres se cramponnent encore aux cordages, à la proue, au mât, aux voiles... à tout ce qu'ils peuvent pour ne pas passer par-dessus bord. Ce qui m'interpelle, c'est que personne ne se pose la question de savoir "où va la France"
Car ce que vit aujourd'hui la Grèce, est ce que nous allons vivre dans les prochaines années en France, en plus "atténué". La Grèce est notre miroir ; un bien douloureux miroir...

Il y aura appauvrissement généralisé : jamais un Etat ne s'est enrichi pendant une cure de désendettement massif ; jamais un Etat ne s'est enrichi pendant une cure de " désintoxication" de l'accès à l'argent facile ; l'argent frais perpétuellement emprunté et distribué...  (…)

 

Afin d’éviter la solution libérale, Attac fait des propositions (13 février) :

 

Grèce : la débâcle de l'austérité, le naufrage de l'Europe

 

Le Parlement grec a adopté hier un énième plan d’austérité négocié avec la Troïka. En échange, la BCE, le FMI et l’Union européenne accepteront de débloquer une nouvelle tranche de financement d’un plan que plus personne n’ose encore qualifier de «sauvetage».

Malgré les défections de ministres et de députés, les manifestations d'hier, d'une ampleur sans précédent, n'ont pas suffi à bloquer l'adoption du plan au Parlement, avec une majorité incluant le Parti socialiste, la droite classique et l'extrême-droite. La colère et le désespoir populaires vont encore s'amplifier.

L’économie grecque est littéralement laminée par les politiques d’austérité, dont le nouveau plan est une étape supplémentaire : baisse de 22 % du salaire minimum, ramené à 586 euros brut sur 14 mois, suppression dans l’année de 15 000 emplois publics, nouvelles coupes dans les pensions de retraite. Loin de jeter les bases d’une sortie de crise, les prétendues « cures » imposées par la Troïka entretiennent un cercle vicieux de récession et de chômage.

Le but de ces politiques: imposer une "dévaluation interne" par une baisse massive des salaires et des budgets sociaux, en préservant les intérêts des classes dominantes et du secteur financier. Les banques grecques seront recapitalisées par l'État mais resteront dans les mains de leurs actionnaires privés.

Selon le FMI lui-même, la saignée actuelle et la restructuration en cours de la dette grecque ne permettront dans la meilleure des hypothèses que de ramener la dette de 160 % à 120 % du PIB d'ici 2020.Les nouveaux prêts ne serviront qu'à rembourser les anciens, la restructuration de la dette ne servira qu'à maintenir à long terme le flux des intérêts qui saignent l'économie grecque en alimentant les banques européennes. La Grèce sera ramenée à une économie de subsistance et de tourisme à bas prix.

La crise est économique et sociale, mais aussi démocratique et politique. La classe politique grecque reste sourde aux exigences des citoyens, tandis que l'Union européenne exerce une violence sans précédent contre l'un de ses pays membres, prélude à d'autres violences contre d'autres pays. Il faut croire que la Grèce est pour les classes dominantes un laboratoire pour tester jusqu'où elles peuvent aller dans la pression exercée sur les peuples.

Parmi les mesures indispensables pour sortir la Grèce, mais aussi le Portugal, l'Espagne, l'Italie et l'ensemble de l'Europe de cette impasse, il faut d'urgence une reprise en main de la Banque centrale européenne par le politique, une réforme fiscale taxant les revenus financiers et les gros patrimoines, une annulation des dettes illégitimes, une politique européenne de convergence sociale vers le haut, des plans massifs d'investissement public pour la transition écologique...

Les luttes sociales sont appelées à s'amplifier dans les mois à venir dans toute l'Europe pour stopper la spirale infernale de l'austérité et de la désagrégation, et imposer une réorientation solidaire de la construction européenne, à commencer par le rejet du « Pacte budgétaire ». Dans cette perspective, Attac France appelle à multiplier les initiatives de solidarité avec le peuple grec.

 

* Isabelle Mouilleseaux publie depuis 2007 une lettre électronique gratuite concernant les marchés de matières premières et de devises. 

 

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 23:18

Défaite de l’OTAN

Par Menthalo – J’aime le Réseau Voltaire et je vous recommande chaudement d’aller sur ce site lire les articles et dossiers de géopolitique de Thierry Meyssan et de son équipe de journalistes internationaux. Ils vous offrent une lecture de l’actualité toute autre que celle des médias de propagande aux ordres de l’Empire ou de ses valets. Leurs informations sont recueillies sur le terrain et riches d’une véritable connaissance des sujets traités.


La nouvelle la plus importante de ces six derniers mois, c’est la défaite diplomatique que vient de subir l’Empire et  l’OTAN en Syrie.


Depuis onze mois, l’OTAN et ses alliés du Golfe déstabilisent la Syrie pour remplacer son laïc leader  Bachar Al Assad par des pions probablement liés aux Frères Musulmans. Les mercenaires d’Al Quaida, rebaptisés dans un premier temps “combattants de la Liberté” quand il s’agissait d’envahir la Libye, puis “opposants du régime” pour déstabiliser la Syrie, ont été armés et formés par l’armée française et britannique en Turquie. Terrorisme, guerre de basse intensité, guérilla urbaine, ils ont semé le désordre et la mort à la frontière jordanienne au sud et à la frontière turque au nord, avec le soutien des médias occidentaux.


Le double veto russe et chinois sur les opérations de l’OTAN le 4 février met le holà aux ambitions de l’Empire. Les armées de l’OTAN ont été sommées de cesser le feu et de se retirer, sous peine d’avoir à assumer une guerre régionale, voire mondiale.  Trois jours plus tard, le 7 février, une forte délégation russe a été accueillie à Damas, comme des libérateurs. Ils ont rejoint au Palais Présidentiel les délégations iraniennes, libanaises et turques. La Turquie a cessé tout soutien à la pseudo “Armée Syrienne Libre” et fermé ses bases en Turquie, sauf une sise sur une base de l’OTAN.


Le lendemain, le département d’état américain a informé l’opposition syrienne, qu’elle ne devait plus compter sur une aide militaire américaine. 48 heures plus tard, un assaut conjoint des forces Syriennes et Libanaises menaient une bataille décisive contre les forces mercenaires de l’OTAN, faisant un millier de morts et 1.500 prisonniers. Parmi ces derniers, quelques officiers et barbouzes français pris la main dans le sac.


Cette défaite diplomatique de l’Empire marque la fin du Monde Unipolaire, bâti par les stratèges de Londres-Washington-Tel Aviv.


Lire l’article détaillé sur le Réseau Voltaire


Cette reculade des forces occidentales en Syrie démonte quelque peu le “bluff” orchestré dans le Golfe Persique.


Si l’OTAN a reculé devant le veto de Moscou et de Pékin et la menace d’une guerre mondiale immédiate en Syrie, cela parait difficile qu’ils déclenchent une escalade avec l’Iran.

 

Netanyahou va pouvoir crier et tempêter. Pour l’instant, s’il veut attaquer l’Iran, il va falloir qu’il y aille tout seul. Cet événement pourrait amener une détente sur le Marché de l’Or, correspondant à la consolidation attendue.

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Luttes d'influences
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 23:09

 

http://www.guideinformatique.com/IMAGES/PEE_SGP.jpg

http://www.guideinformatique.com/IMAGES/PEE_SGP.jpg

 

Des sociétés de gestion se substituent aux banques sur le crédit


par Raoul Sachs - le 17-02-2012 à 17h16

PARIS (Reuters) - Des sociétés de gestion commencent en France à se substituer aux banques et à prêter quasiment "en direct" à des entreprises (corporate) confrontées à l'assèchement du crédit bancaire, estime Antoine Flamarion, président de Tikehau Capital, spécialiste du crédit.
Depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008, et la volonté des régulateurs de renforcer les règles prudentielles qui exigent un niveau élevé de fonds propres face au risque, les banques, soucieuses par ailleurs d'alléger leurs bilans, ont nettement resserré leur politique de crédit.
"Les banques ne prêtent plus, il va bien falloir trouver des prêteurs ailleurs", a déclaré Antoine Flamarion lors d'un entretien à Reuters, précisant que Tikehau a ainsi financé une entreprise de cliniques privées, Vitalia, appartenant au fonds de Private Equity américain Blackstone.


Merci de lire la suite ici


-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-:-

goule
Vous avez bien lu. Des sociétés de crédit, même plus des banques, se mettent sans vergogne à se substituer aux banques, dont cela devrait être le rôle premier, pour financer des entreprises.  Cela signifie que ces sociétés trouveront des lignes de crédit à un pour cent, et demanderont quinze pour cent à des entrepreneurs pour assurer leurs échéances. Quelle société, même solide, peut tenir avec des conditions aussi draconiennes ? Le risque résidera précisément dans ce crédit, qui n'est pas tenable dans la durée. L'amusant de l'affaire tient dans cet argument "Nous demandons des taux élevés, pour nous prémunir du risque", alors que ce taux élevé fera chuter le débiteur. Paradoxal, non ? Un peu comme un homme qui prend une assurance sur la vie d'un autre, et tire sur cet autre en disant qu'il n'y est pour rien, que le coup est parti tout seul. On aurait pu s'attendre à de tels excès en plein far west, à la fin du XIXe, pas en France au XXIe.

Le système capitaliste était pervers, il en rajoute encore. Hollande ou Sarkozy, nous aurons droit à la même punition. Il faut trouver autre chose, Mélenchon est le SEUL choix.
.
Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:52

C'est en informant partout, en rétablissant la vérité,  que nous pourrons inverser le cours des choses avant qu'il ne soit trop tard ! (eva)


Syrie : La prochaine guerre « humanitaire » de l’OTAN ?

 

par Michel Chossudovsky

 

Le 17 fevrier 2012

 

 

Introduction

 

Afin de faciliter l’action de forces libératrices, […] un effort particulier devrait viser l’élimination de certains individus clés […] dans les débuts du soulèvement et de l’intervention […]

 

Une fois qu’une décision politique a été prise de semer l’agitation en Syrie, la CIA et le SIS (MI6) tenteront d’organiser en sol syrien des incidents mineurs, du sabotage et des coups de main (sic), en travaillant en collaboration avec des individus […] Les incidents ne devraient pas se concentrer à Damas […]

 

De plus : « un important degré de peur […] des incidents et des affrontements frontaliers (mis en scène) […] fourniraient un prétexte à une intervention […] La CIA et le SIS [MI6] devraient utiliser leurs aptitudes sur le plan psychologique et sur le terrain pour augmenter la tension. » (Document conjoint divulgué des services de renseignement des États-Unis et du Royaume-Uni, Londres et Washington, 1957)

 

Les mensonges médiatiques et la propagande gouvernementale présentent les événements en Syrie comme un « mouvement de protestation pacifique ».

 

Les « manifestations » ne sont pas issues de clivages politiques internes tels que décrits par les médias dominants. Depuis le tout début ils sont le résultat d’une opération clandestine du renseignement des États-Unis et de l’OTAN visant à déclencher le chaos social, dans le but de discréditer tôt ou tard le gouvernement de Bachar Al-Assad et de déstabiliser la Syrie en tant qu’État nation.

 

Depuis la mi-mars 2011, des groupes islamistes armés, appuyés clandestinement par les services de renseignement étasunien et israélien, ont mené des attaques terroristes contre des édifices gouvernementaux, incluant des incendies. Des tireurs professionnels et embusqués, dont des mercenaires, ont ciblé les policiers, les forces armées, ainsi que des civils innocents. Ces faits sont amplement documentés. Tel que souligné dans le rapport de la mission d’observation de la Ligue arabe, il existe des preuves abondantes démontrant que ces groupes armés ont tué des civils.

 

Alors que l’armée et le gouvernement syriens ont une lourde responsabilité, il convient de souligner le fait que ces actes terroristes, incluant le meurtre délibéré d’hommes, de femmes et d’enfants, font partie d’une initiative des États-Unis de l’OTAN et d’Israël consistant à appuyer, entraîner et financer une « entité armée » opérant en Syrie.

 

Selon des reportages, les preuves confirment que des agents du renseignement étrangers ont intégré les rangs des rebelles.

 

Au moment où l’agitation et les meurtres s’intensifient dans l’État arabe en effervescence, des agents du MI6 et de la CIA sont déjà en Syrie pour évaluer la situation, a révélé un représentant de la sécurité. Des forces spéciales discutent par ailleurs avec des soldats syriens dissidents. Ils veulent savoir de quelles armes et de quels équipements de communication les forces rebelles auront besoin si le gouvernement décide de les aider.

 

« Le MI6 et la CIA sont en Syrie pour s’infiltrer et obtenir la vérité », a déclaré une source bien placée. « Nous avons le SAS et le SBS tout près qui désirent savoir ce qui se passe et vérifient de quel équipement les soldats ont besoin. » (Syria will be bloodiest yet, Daily Star). (C’est l’auteur qui souligne)

 

L’Armée syrienne liber (ASL) est une création des États-Unis et de l’OTAN. Le but de cette insurrection armée est de déclencher une réaction de la police et des forces armées, incluant l’emploi de chars d’assaut et de véhicules blindés afin de justifier tôt ou tard une intervention militaire, en vertu du mandat de « responsabilité de protéger » de l’OTAN.

 

Une intervention menée par l’OTAN est à l’étude. Elle a été ébauchée avant le début du mouvement de protestation en mars 2011. Selon des sources de l’armée et du renseignement, l’OTAN, la Turquie et l’Arabie Saoudite discutent de « la forme que prendrait cette intervention ».

 

Des agents des États-Unis, du Royaume-Uni et de la Turquie fournissent des armes aux rebelles. Le ministère de la Défense britannique confirme pour sa part qu’il « élabore des plans secrets pour une zone d’exclusion aérienne sous l’égide de l’OTAN [en coordination avec ses alliés], mais qu’il doit d’abord obtenir l’appui du Conseil de sécurité des Nations Unies. (Syria will be bloodiest yet, Daily Star). Selon ces plans confidentiels, « le combat en Syrie pourrait être plus important et plus sanglant que celui contre Kadhafi ». (Ibid.)

 

On envisage une intervention militaire « humanitaire » calquée sur celle de la Libye. Les Forces spéciales de l’OTAN britanniques, françaises, qataries, et turques sont déjà sur le terrain en Syrie, en violation flagrante du droit international. Des reportages de sources militaires britanniques confirment :

 

« Des forces spéciales britanniques ont rencontré des membres de l’Armée syrienne libre (ASL) […] Le but apparent de ce contact initial était d’évaluer la puissance des rebelles  et d’ouvrir la voie à toute opération future de formation […] Des reportages plus récents ont révélé que les forces spéciales britanniques et françaises entraînent activement les membres de l’ASL sur une base en Turquie. D’autres reportages indiquent que des formations ont lieu en Libye ainsi qu’au nord du Liban. Des agents britanniques du MI6 et du personnel de l’UKSF (SAS/SBS) entraîneraient des rebelles pour la guérilla urbaine et leur fourniraient des armes et de l’équipement. Des agents de la CIA et des forces spéciales étasuniens assisteraient quant à eux les rebelles en matière de communications. » (Elite Forces UK, 5 janvier 2012 (C’est l’auteur qui souligne)

 





Le contexte sociopolitique en Syrie

 

Il existe certainement de bonnes raisons à l’origine des troubles sociaux et des manifestations de masse en Syrie : le chômage s’est accru ces dernières années, les conditions sociales se sont détériorées, particulièrement depuis l’adoption en 2006 de réformes économiques radicales sous la direction du FMI. Celles-ci comprennent des mesures d’austérité, un gel des salaires, la déréglementation du système financier, la privatisation et des réformes commerciales. (Voir le site du FMI — IMF Article IV Consultation Mission's Concluding Statement,  2006).

 

Par ailleurs, il y a de sérieuses divisions au sein du gouvernement et de l’armée. Le cadre politique populiste du parti Baath s’est grandement érodé. Une des factions de l’élite dirigeante a épousé l’agenda néolibéral et l’adoption de la « médecine économique » du FMI a servi à enrichir l’élite économique. Les factions pro-étasuniennes se sont également développées dans les échelons supérieurs de l’armée et du renseignement syriens.

 

Mais le mouvement « pro-démocratie » intégré par les islamistes et appuyé par l’OTAN et la « communauté internationale » n’émane pas du soutien de la société civile syrienne.

 

La vague de manifestations violentes représente une infime fraction de l’opinion publique syrienne. Il s’agit d’actes terroristes de nature confessionnelle qui n’abordent aucunement les questions plus vastes des inégalités sociales, des droits civiques et du chômage.

 

La majorité de la population syrienne (incluant les opposants du gouvernement Al-Assad) n’appuient pas le « mouvement de protestation » caractérisé par une insurrection armée. En réalité, c’est plutôt le contraire.

 

Ironiquement, malgré sa nature autoritaire, le gouvernement du président Bachar Al-Assad jouit d’un appui populaire considérable et les grands rassemblements en faveur du gouvernement le confirment.

 

La Syrie constitue le seul État laïque indépendant (subsistant) dans le monde arabe. Sa base populiste, anti-impérialiste et laïque héritée du parti Baath dominant intègre les musulmans, les chrétiens et les druzes, et appuie la lutte du peuple palestinien.

 

L’objectif ultime de l’alliance des États-Unis et de l’OTAN est de déplacer et de détruire l’État syrien laïque et finalement de remplacer le gouvernement de Bachar Al-Assad par un territoire régi par un cheik, une république islamique pro-étasunienne ou une « démocratie » pro-étasunienne conciliante.




Manifestation progouvernemental à Damas en mars 2011 

 

L’insurrection : le modèle libyen

 

Les caractéristiques de l’insurrection en Syrie sont semblables à celle de la Libye : elle est intégrée par des brigades paramilitaires affiliées à Al-Qaïda, lesquelles sont directement appuyées par l’OTAN et la Turquie.

 

Des reportages confirment que le haut commandement de l’OTAN et de la Turquie fournissent des armes aux rebelles et les entraînent : « Les stratèges de l’OTAN pensent davantage à délivrer des quantités importantes de roquettes antichars et antiaériennes, des mortiers et des mitrailleuses lourdes dans les centres où ont lieu les manifestations afin de repousser les forces armées gouvernementales. » (DEBKAfile,NATO to give rebels anti-tank weapons, 14 août 2011)

 

« Des sources militaires confirment par ailleurs que des rebelles syriens s’entraînent avec des officiers militaires turcs au maniement des nouvelles armes dans des installations improvisées sur des bases turques près de la frontière syrienne. » (DEBKAfile, Ibid.)  Des reportages récents confirment que des forces spéciales britanniques et qataries sont sur le terrain dans la ville de Homs, qu’elles sont impliquées dans la formation des forces rebelles et organisent la réserve d’armes en collaboration avec l’armée turque.

 

Comme ce fut le cas en Libye, l’Arabie Saoudite achemine un soutien financier aux forces rebelles syriennes : « Ankara et Riyad fourniront aux mouvements anti-Assad d’importantes quantités d’armes et des fonds, qui seront introduits clandestinement en Syrie. Le déploiement de troupes saoudiennes et du Conseil de coopération du Golfe au sud de la Syrie est par ailleurs envisagé en coordination avec la Turquie. (Ibid.)

 

Les activités de l’OTAN ne se limitent pas à la formation des rebelles et à la livraison de systèmes d’armes. On songe au recrutement de milliers de « combattants de la liberté », rappelant l’enrôlement des moudjahidines pour faire le djihad (guerre sainte) de la CIA au paroxysme de la guerre soviéto-afghane :

 

Ce recrutement de moudjahidines faisait partie de la stratégie de l’OTAN en Libye, où l’on envoyait les forces mercenaires se battre sous la direction de l’« ancien » commandant du Groupe islamique combattant en Libye (GICL) Abdel Hakim  Belhadj.

 

Le modèle libyen de forces rebelles intégrées par les « brigades islamiques » aux côtés de l’OTAN a été appliqué à la Syrie, où sont déployés des « combattants islamistes » appuyés par le renseignement occidental et israélien. À cet égard, la brigade du GICL dirigée par Abdel Hakim a été envoyée en Syrie, où elle est impliquée dans des actes terroristes sous la supervision des forces spéciales de l’OTAN.

 

Le rôle central de l’ambassadeur des États-Unis Robert S. Ford

 

L’ambassadeur étasunien Robert S. Ford a été envoyé à Damas à la fin janvier 2011, au plus fort du mouvement de protestation en Égypte. (L’auteur était à Damas le 27 janvier 2011 lorsque l’envoyé de Washington a présenté ses lettres de créance au gouvernement Assad.)

 

Au début de ma visite en Syrie en janvier 2011, j’ai réfléchi à la signification de cette nomination politique et au rôle qu’elle pourrait jouer dans un processus clandestin de déstabilisation politique. Je n’ai toutefois pas anticipé que ce programme de déstabilisation serait implanté à peine deux mois après l’entrée en fonction de Robert S. Ford à titre d’ambassadeur des États-Unis en Syrie.

 

Le retour d’un ambassadeur des États-Unis à Damas, plus précisément le choix de Robert S. Ford à ce poste, est directement lié à naissance du mouvement de protestation contre le gouvernement de Bachar Al-Assad à la mi-mars.

 

Robert S. Ford était l’homme de la situation. En tant que « numéro deux » à l’ambassade étasunienne de Bagdad (2004-2005), sous la direction de John D. Negroponte, il a joué un rôle clé dans l’implantation de l’« Option Salvador en Irak ». Celle-ci consistait à appuyer des escadrons de la mort irakiens et des forces paramilitaires calquées sur l’expérience de l’Amérique centrale.

 

Il convient de noter que le chef de la CIA nouvellement nommé par Obama, le général David Petraeus, a influencé de manière décisive l’organisation d’un soutien clandestin aux forces rebelles et aux « combattants de la liberté », ainsi que l’infiltration des forces armées et du renseignement syriens, etc. À l’ambassade des États-Unis à Bagdad en 2004, en coordination avec John Negroponte et Robert S Ford, Petreus a dirigé le programme de « contrinsurrection » Multi-National Security Transition Command (MNSTC) (Commandement multinational pour la transition de la sécurité en Irak).




L'ambassadeur Ford à Hama, Syrie, en juillet 2011.

 

Le rôle insidieux des médias occidentaux

 

Le rôle de l’alliance militaire des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël dans l’éclatement de l’insurrection armée n’est pas abordé par les médias occidentaux. En outre, plusieurs « voix progressives » ont accepté aveuglement le « consensus de l’OTAN ». Le rôle des opérations clandestines de renseignement de la CIA et du MI6 dans le soutien des groupes armés n’est tout simplement pas mentionné. Selon certains reportages, des groupes paramilitaires salafistes impliqués dans des actes terroristes sont appuyés clandestinement par le renseignement israélien (Mossad). Les Frères musulmans sont soutenus par la Turquie ainsi que le MI6, les Services secrets britanniques (SIS), depuis les années 1950.

 

De manière plus générale, les médias occidentaux ont induit l’opinion publique en erreur quant à la nature du mouvement arabe de contestation en n’abordant pas l’appui du département d’État des États-Unis et des fondations étasuniennes (dont le National Endowment for Democracy (NED)) à des groupes d’oppositions pro-étasuniens.

 

Fait connu et documenté, le département d’État des États-Unis « finance des opposants du président Bachar al-Assad depuis 2006 ». (U.S. admits funding Syrian opposition - World - CBC News  18 avril 2011.)

 

Les médias ont maintenu que le mouvement de contestation en Syrie faisait partie intégrante du « printemps arabe » et l’ont présenté à l’opinion publique comme un mouvement de contestation pro-démocratie s’étant propagé spontanément de l’Égypte et du Maghreb au Machreq. Il y a tout lieu de croire cependant que les événements en Syrie ont été planifiés longtemps à l’avance en coordination avec le processus de changement de régime dans d’autres pays arabes, incluant l’Égypte et la Tunisie.

 

L’éclatement du mouvement de protestation au sud de la ville frontalière de Daraa a été soigneusement prévu pour suivre les événements en Tunisie et en Égypte.

 

Les médias ont décrit en chœur les événements en Syrie comme un « mouvement de protestation pacifique » contre le gouvernement de Bachar al-Assad, alors que les preuves confirment amplement que des groupes islamistes armés sont impliqués dans des actes terroristes. Ces mêmes groupes islamistes ont infiltré les manifestations.

 

Les déformations médiatiques abondent. D’importantes manifestations progouvernementales sont simplement présentées comme « preuves » (des photographies entre autres) de l’existence d’un mouvement de contestation antigouvernemental. Les reportages sur les pertes sont basés sur des témoignages non confirmés de « témoins oculaires » ou des sources de l’opposition syrienne en exil. L’Observatoire syrien des droits de l’homme, situé à Londres est cité à profusion par les médias occidentaux comme une « source fiable », avec les mises en garde habituelles. Les médias israéliens, tout en évitant la question d’une insurrection armée, reconnaissent tacitement que les forces syriennes sont confrontées à un groupe paramilitaire professionnel organisé.

 

L’absence de données vérifiables n’a pas empêché les médias occidentaux d’avancer des « chiffres officiels » quant au nombre des victimes. Quelles sont les sources de ces données? Qui est responsable de ces pertes?

 

Carrefour dangereux : Vers une guerre élargie du Moyen-Orient et de l’Asie centrale

 

L’escalade fait partie intégrante du programme militaire. La déstabilisation d’États souverains par des « changements de régime » est étroitement coordonnée avec la planification militaire. Il existe une feuille de route militaire caractérisée par une succession de théâtres de guerre des États-Unis et de l’OTAN.

 

Les préparatifs de guerre pour attaquer la Syrie et l’Iran sont à un « stade de préparation avancé » depuis plusieurs années.

 

Les planificateurs des États-Unis, de l’OTAN et d’Israël ont tracé les grandes lignes d’une campagne militaire « humanitaire », dans laquelle la Turquie (la deuxième plus grande force militaire au sein de l’OTAN) jouerait un rôle central.

 

Nous sommes à un carrefour dangereux. Si une opération militaire des États-Unis et de l’OTAN était lancée contre la Syrie, le vaste territoire qui s’étend du nord de l’Afrique aux frontières de l’Afghanistan et du Pakistan bordant la Chine, soit la région Moyen-Orient et de l’Asie centrale, serait engouffré dans le bouleversement d’une guerre régionale élargie.

 

Il y a actuellement quatre théâtres de guerre distincts : l’Afghanistan et le Pakistan, l’Irak, la Palestine et la Libye.

 

Une attaque contre la Syrie mènerait à l’intégration de ces théâtres de guerres indépendants et conduirait tôt ou tard à une guerre élargie au Moyen-Orient et à l’Asie centrale.

 

Le chemin qui mène à Téhéran passe par Damas. Une guerre sous l’égide des États-Unis et de l’OTAN contre l’Iran impliquerait comme première étape une campagne de déstabilisation (« changement de régime ») comportant des opérations clandestines de renseignement en appui à des forces rebelles contre le gouvernement syrien.

 

Une guerre contre la Syrie pourrait évoluer en campagne militaire des États-Unis et de l’OTAN contre l’Iran, dans laquelle la Turquie et Israël seraient directement impliqués. Elle contribuerait également à la déstabilisation en cours du Liban.

 

Il est crucial de faire passer le message et de briser les réseaux de la désinformation médiatique.

 

Une vision critique et impartiale des événements actuels en Syrie est d’une importance cruciale afin d’inverser le cours de l’escalade militaire vers une guerre régionale élargie.

 

Michel Chossudovsky, Montréal, le 11 février 2012

 

 

Article original en anglais publié le 11 février : SYRIA: NATO's Next "Humanitarian" War?

Traduction Julie Lévesque pour Mondialisation.ca

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=29351

 

Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:40

L'assemblée générale des Nations-Unies condamne la Syrie, mais Le Caire s'éloigne de Washington

 

 

Cette semaine offre aux Occidentaux une source de satisfaction et un motif d'inquiétude au Proche-Orient.

 

syrie.pngHier l'Assemblée générale des Nations-Unies a adopté par 142 voix pour (et non 137 comme initialement annoncé soit soit 9 de plus que lors d'un vote similaire en décembre dernier), 12 et 12 abstentions (au lieu de 17 annoncées initialement) une résolution condamnant la répression menée par le régime de damas. La Russie, la Chine, le Venezuela (actuellement menacé de sanctions pour avoir livré du diesel à Damas), l'Equateur, le Cambodge, la Bolivie, le Nicaragua, Cuba, l'Iran, le Zimbabwe, la Corée du Nord et la Syrie. La Chine a fait savoir qu'elle condamnait la répression et appuyait les aspirations du peuple syrien mais qu'elle souhaitait une évolution dans le respect de la loi et expliquait son vote par le refus d'une politique de "changement de régime" (regime change) dictée de l'extérieur.  La Russie a dénoncé un document "non-équilibré". L'Algérie, l'Arménie, l'Angola, le Liban, la Tanzanie, le Surinam, les Fidji, le Vietnam, l'Ouganda, le Cameroun, le Népal se sont abstenus (d'après ArabSaga et sous réserve des dernières révisions de vote). Certains pays qui ont voté pour la résolution ont fait savoir que ce vote ne devait pas servir de base à une action militaire - telle fut par exemple la position de la Grenade. L'Inde, qui s'était attirée des critiques en s'abstenant sur la Syrie au comité des droits de l'homme de l'ONU en novembre, a voté pour la résolution cette fois-ci (il n'y a donc plus d'unité des BRICS sur ce dossier), de même que l'Argentine, l'Afrique du Sud et le Brésil qui pourtant défendent souvent le non alignement. Le représentant indien comme celui de la Grenade s'est cependant déclaré hostile à une ingérence extérieure. Le vote "pour " de certains pays  attire l'attention : la Serbie (pourtant en délicatesse avec les Occidentaux sur le Kosovo), l'Azerbaïdjan (allié important des Occidentaux en cas de guerre contre l'iran), le Myanmar (qui scelle ainsi sa nouvelle alliance avec les USA), le Kirghizstan (pays peu démocratique mais important pour l'OTAN en Asie centrale), le Soudan, le Sri Lanka (lui aussi exposé à des ingérences sur son processus de réconciliation nationale, et qui avait été initialement compté comme abstentionniste) et même l'Irak (réputé proche de Téhéran et qui soutenait la Syrie l'an dernier).

 

Parallèlement le Parlement européen votait une résolution demandant le gel des relations des 27 avec Damas et l'arrêt des livraisons militaires russes à Bachar El-Assad, mais résistait aux options maximalistes comme celle de l'eurodéputée socialiste belge Véronique de Keyser qui demandait l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne comme en Libye (dispositif militaire qui avait permis le soutien des bombardiers de l'OTAN aux milices de Misrata et Benghazi).

 

La France a annoncé son intention de créer un fonds d'urgence humanitaire pour la Syrie doté d'un montant d'un million d'euros, après une rencontre avec des ONG impliquées dans ce pays et prépare avec la Ligue arabe dirigée par le Qatar un projet de résolution au conseil de sécurité de l'ONU impliquant la création de corridors humanitaires. La France a aussi favorisé la mise en place d'un groupe "d'amis de la Syrie" qui se réunira en Tunisie le 24 février (la Syrie a expulsé récemment l'ambassadeur de Tunisie) et se rapproche à nouveau du Royaume-Uni (après quelques semaines de tension), un rapprochement qui pourrait avoir des prolongerments militaires opérationnels en cas d'intervention directe.

 

Le gouvernement syrien qui continue la répression des milices armées à Homs, Hama, Deraa, a procédé à l'arrestation d'un journaliste et d'une blogueuse hier. Il a par ailleurs annoncé la tenue d'un référendum le 26 février sur une réforme constitutionnelle qui abrogera le rôle dirigeant du parti Baas dans l'Etat et dans la société et limitera le mandat présidentiel à deux septennats. Le Comité de coordination pour le changement national et démocratique (opposition de l'intérieurà a appelé au boycott du référendum.

 

flag_egypt.pngSi les Occidentaux ont remporté un succès diplomatique à l'ONU, leur situation se complique en Egypte. Comme nous l'avions indiqué début janvier, fin décembre, 17 locaux d'ONG égyptiennes et internationales de défense des droits et de promotion de la démocratie avaient été perquisitionnés au Caire.  44 personnes, dont 19 Américains (dont le fils du ministre des transports américain) et d'autres étrangers, accusées de financement illégal d'organisations non gouvernementales ont été arrêtées. Les Etats-Unis ont haussé le ton en menaçant l'Egypte de couper l'aide militaire si ces personnes n'étaient pas relâchées, mais contre toute attente, les Frères musulmans égyptiens, avec lesquels le démocrate John Kerry avait pourtant pris contact en décembre, font bloc aujourd'hui avec le conseil militaire de transition sur ce dossier. Hier 16 février, Essam El-Erian, nouveau président de la commission des affaires étrangères de la Chambre du Peuple et vice-président du Parti de la liberté et de la justice (Frères musulmans), a déclaré à une agence de presse occidentale que l'aide militaire américaine faisait partie des accords de paix de Camp David signés en 1979 avec Israël.

 

Les membres du Congrès des Etats-Unis de leur côté ont multiplié les menaces ces derniers jours, le représentant démocrate Gary Ackerman disant même que Washington et le Caire "étaient en train d'approcher du précipice au delà duquel nos relations bilatérales pourraient subir un dommage définitif". "Si les gens ici [aux Etats-Unis] concluent que l'Egypte n'est pas sur le chemin de la démocratie, mais qu'elle est au contraire en voie de devenir un autre Iran, nos relations bilatérales n'y survivront pas, a-t-il ajouté. Nous n'en sommes pas encore à ce point, mais nous nous en rapprochons chaque jour".

 

Selon un récent sondage 70 % des Egyptiens ne veulent pas de l'aide économique et militaire américaine. Mercredi un important prédicateur salafiste égyptien a demandé que l'aide américaine soit remplacée par des dons des citoyens. Le même jour Rashad Bayoumi, autre haut responsable des Frères musulmans, a déclaré que l'aide américaine étaot une "chaine qui limite la liberté " de l'Egypte, la qualifiant d' "aide humiliante" et il a critiqué l'ambassadrice américaine Anne Patterson rappelant qu'elle avait eu un passé douteux ("questionable") au Pakistan et l'accusant d'avoir été nommée en Egypte au mois d'août dernier pour y développer les mêmes méthodes. Il reprenait les accusations du prédicateur Mazhar Shaeen formulées en septembre 2011 selon lesquelles Mme Patterson aurait favorisé la "sédition" au Pakistan (en 2010 Wikileaks avait révélé les intrigues de l'ambassadrice américaine à Islamabad).

 

L'Egypte et le Pakistan qui sont avec l'Indonésie parmi les trois plus grandes puissances musulmanes alliées des Etats-Unis sont en ce moment en froid avec ce pays. En Egypte le débat sur l'aide américaine fait sauter un tabou. Ses conséquences sont désormais imprévisibles.

.

http://atlasalternatif.over-blog.com/article-l-assemblee-generale-des-nations-unies-condamne-la-syrie-mais-le-caire-s-eloigne-de-washington-99526032.html

 

.

Repost 0
Published by Eva R-sistons - dans Luttes d'influences
commenter cet article
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:34

http://beq.ebooksgratuits.com/images/dickens2.jpg
1http://beq.ebooksgratuits.com/images/dickens2.jpg
Eradiquer les Indiens "de la surface du globe"...

Charles Dickens (1812-1870), un raciste génocidaire (Countercurrents)


Gideon Polya
.

L’holocauste indien et le génocide des Musulmans par les Etats-Unis et leurs alliés


Cette semaine le monde anglo-saxon célèbre le 200ième anniversaire de la naissance de Charles Dickens qui est considéré comme le plus grand romancier de l’ère victorienne ( il est né le 7 février 1812 et mort le 9 juin 1870).

L’oeuvre de Charles Dickens comprend "Esquisse par Boz", "Le magasin d’antiquité", "Oliver Twist", "Nicholas Nickleby", "Barnaby Rudge", "Un chant de Noël", " Martin Chuzzlewit"", "Le conte de deux cités", "David Copperfield", "les grandes espérances", "La maison d’âpre-vent", "La petite Dorrit", "Les temps difficiles", "L’ami commun" et "les aventures de M. Pickwick".

Mais ce qu’on oubliera de dire, pendant les célébrations, c’est qu’en réalité Charles Dickens, comme beaucoup de ses contemporains britanniques, était un raciste génocidaire. Voilà ce qu’il a écrit à Emile de la Rue, le 23 octobre 1857 à propos de la soi-disant mutinerie indienne de 1857 : "Je voudrais être Commandant en Chef là-bas |[Inde] ! Voilà ce que je dirais à ces orientaux à qui il faut parler fermement (ce texte devrait d’ailleurs être énergiquement traduit dans tous les dialectes locaux), "Moi l’Inimitable, qui exerce une fonction dont je crois profondément qu’elle m’a été donnée par Dieu et non par Satan, j’ai l’honneur de vous informer, vous peuple indien, qu’il est de mon intention de procéder, en évitant autant que possible les cruautés inutiles et en opérant par miséricorde avec la plus grande célérité, à l’éradication de votre Race de la surface du globe car votre Race a défiguré la terre par des atrocités abominables [2000 Anglais ont été tués pendant la guerre d’indépendance de 1857 ou Mutinerie indienne de 1857] (voir Grace Moore (2004), “Dickens and the Empire. Discourses of class, race, and colonialism in the works of Charles Dickens” (Ashgate Publishing, Aldershot , UK ) : http://www.amazon.com/Dickens-Empire-Discourses-Colonialism-... ).


Dickens n’était pas le seul de son espèce et le pouvoir britannique a agi avec une brutalité sans pareil. L’historien indien, Amaresh Misra, affirme dans son ouvrage "Guerre des civilisations : L’Inde en 1857", que les Britanniques ont tué 10 millions d’Indiens en représailles pour les 2000 Anglais tués pendant la rébellion de 1857 (la soi-disant mutinerie indienne). Je cite : "Ce fut un holocauste, au cours duquel des millions de personnes disparurent. Ce fut un holocauste nécessaire aux yeux des Britanniques, parce qu’ils pensaient que le meilleur moyen d’avoir le dessus était d’exterminer toute la population des villes et des villages. Ce fut simple et sans merci. Les Indiens qui se trouvaient sur leur route étaient tués. Mais l’ampleur du massacre a été tenue secrète". Mais pour les écrivains anglais, qui persistent à nier cet holocauste, environ 100 000 Indiens ont été tués. (voir l’article de Randeep Ramesh du Guardian du 24 août 2007 intitulé "India ’s secret history : “a holocaust, one where millions disappeared..." sous-titré "Un auteur affirme que les représailles britanniques ont fait 10 millions de morts en Inde sur une période de 10 ans" : http://www.guardian.co.uk/world/2007/aug/24/india.randeepram... )


L’holocauste indien perpétré par les Britanniques ne s’est pas limité à la décennie qui a suivi la rébellion de 1857. On estime que les morts indiennes dues aux privations subies pendant les deux siècles d’occupation britannique s’élèvent à 1,8 milliard et le carnage s’est terminé par l’holocauste Bengalais de 1942-1945 au cours duquel les Britanniques avec le concours des Australiens ont délibérément laissé mourir de faim 6 ou 7 millions d’Indiens (voir mon livre “Jane Australian and the Black Hole of British History” : http://janeaustenand.blogspot.com.au/ ) et la Partition de 1947 pendant laquelle un million d’Indiens sont morts et 18 millions se sont enfuis pour échapper aux meurtres de masse (voir mon livre “Body Count. Global avoidable mortality since 1950” : http://globalbodycount.blogspot.com.au/ ).


Et pourtant l’histoire de l’Angleterre a été expurgée de l’holocauste indien de 1757-1947 et de l’holocauste bengalais de 1942-1945. Ainsi par exemple on ne trouve aucune mention de ces épouvantables atrocités dans les ouvrages et reportages historiques actuels comme "The Story of India de Michael Wood (BBC, 2007), A History of the English-speaking Peoples Since 1900” de Andrew Roberts (Harper, 2006), “A History of Britain” de Simon Schama ( BBC, 2002), “A Short History of the World” de Geoffrey Blainey (Viking, 2000), “A Very Short History of the World” de Geoffrey Blainey (Viking 2004) et “A Short History of the 20th Century” de Geoffrey Blainey (Penguin, 2005).

Un siècle et demi après la rébellion indienne de 1857, l’holocauste indien, et 70 ans après l’holocauste bengalais de la seconde guerre mondiale, la commission anglaise de l’holocauste, et la négation de l’holocauste*et la commission sur le génocide et la négation du génocide font pâle figure à côté de la guerre des Etats-Unis et de ses alliés contre les Musulmans, les Asiatiques et les Africains qui s’est concrétisée par la mort de 12 millions de Musulmans, morts de mort violente ou par suite des privations de guerre (0,2 millions de Palestiniens depuis 1990, 4,6 millions d’Irakiens de 1990 à 2012, 2,2 de Somaliens de 1992 à 2012, 5 millions d’Afghans de 2001 à 2012, et 50 000 Libyens en 20011-2012).


Voici ci-dessous l’horrible vérité concernant les holocaustes et génocides de Musulmans perpétrés par les Anglo-Américains et niés par eux ((voir : http://sites.google.com/site/muslimholocaustmuslimgenocide/ ) :


HOLOCAUSTE PALESTINIEN, GENOCIDE PALESTINIEN : Pour les Palestiniens dans leur totalité : 0,1 million de morts violentes et 1,9 million de morts évitables liées à l’occupation et à la privation entre 1936 et 2011 ; 0,75 million d’enfants de moins de 5 ans morts (1950-2012). En Palestine Occupée : 0,3 million de morts violentes et non violentes liées à l’invasion entre 1967 et 2011 ; 0,2 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, de 1967 à 2011 : 75% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’état d’apartheid israélien soutenu par l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; et 7 millions de réfugiés (voir “Palestinian Genocide” : http://sites.google.com/site/palestiniangenocide/ ).


HOLOCAUSTE AFGHAN, GENOCIDE AFGHAN : en octobre 2011 on comptabilisait 5,6 millions de morts dus à la guerre entre 2001 et 2011 ; 1,4 millions de morts violentes après l’invasion ; 4,2 millions de morts non-violentes évitables dues aux privations ; 2,9 millions d’enfants de moins de cinq ans morts après l’invasion (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre de l’Alliance Atlantique en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) ; 3,4 millions de réfugiés plus 2,5 millions de réfugiés pashtouns du Pakistan (voir “Afghan Holocaust, Afghan Genocide” : http://sites.google.com/site/afghanholocaustafghangenocide/ ).


HOLOCAUSTE IRAKIEN, GENOCIDE IRAKIEN : pour la période 2003- 2011, 2,7 millions de morts dus à l’invasion, 1,5 de morts violentes, 1,2 de morts non violentes dues aux privations de guerre, 0,8 million d’enfants de moins de 5 ans morts après l’invasion, 5 à 6 millions de réfugiés. Pour la période 1990-2003, 0,2 million de morts violentes, 1,7 million de morts non-violentes dues aux privations de guerre, 1,2 d’enfants de moins de 5 ans morts. Pour la période 1990-2011, 4,6 millions de morts dus à la guerre, 1,7 million de morts violentes, 2,9 millions de morts dus aux privations, 2 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide) (voir Iraqi Holocaust, Iraqi Genocide” : http://sites.google.com/site/iraqiholocaustiraqigenocide/ ).


HOLOCAUSTE SOMALIEN, GENOCIDE SOMALIEN : dans la période 1992-2011 (qui a vu se succéder l’invasion de l’Ethiopie et plus récemment celle du Kenya par les Etats-Unis) 0,4 millions de morts violentes, 1,8 million de morts évitables dues aux privations de guerre, 1,3 millions d’enfants de moins de 5 ans morts (90% de ces morts auraient pu être évitées et constituent des crimes de guerre des Etats-Unis et de leurs alliés en violation flagrante de la Convention de Genève et de la Convention de l’ONU sur le génocide), et 2 millions de réfugiés.


HOLOCAUSTE LIBYEN, GENOCIDE LIBYEN : à partir de 2011 : Avant l’invasion du pays par la France, les Etats-Unis et l’Angleterre (FUKUS)**, le taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans était seulement de 19 pour 1000 naissances en Libye (8 aux Etats-Unis) ; les rebelles soutenus par la coalition FUKUS ont déjà tué au moins 50 000 Libyens et en ont blessé 50 000 autres ; les rebelles soutenus par FUKUS se livrent au nettoyage ethnique des "Libyens noirs" ; Tawerga, où vivaient 10000 libyens en majorité noirs a été détruite et a fait l’objet d’un complet nettoyage ethnique ; 1 million de réfugiés noirs du Sub-Sahara se sont enfuis ; il y a environ 1,1 million de réfugiés en tout ; l’holocauste libyen et le génocide libyen ne font que commencer.


LES MORTS DUES AUX GENOCIDES DANS LE MONDE : les atrocités détaillées ci-dessus font paraître dérisoire le nombre de morts causés par les guerres de la période précédente (1950 à 2005) contre le monde musulman en grande partie post-colonial et qui se montaient à 0,6 million ((voir mon livre "Body Count. Global voidable mortality since 1950" , G.M. Polya, Melbourne , 2007, et "Global avoidable mortality" : http://globalavoidablemortality.blogspot.com/ ).


HOLOCAUSTE CLIMATIQUE, GENOCIDE CLIMATIQUE : le réchauffement global généré par l’homme joue un rôle de plus en plus grand dans les 18 millions annuels de morts dues aux privations et aux maladies aggravées par les privations qui pourraient être évitées ; les estimations des experts climatiques anglais, Dr James Lovelock et Professeur Kevin Anderson, montrent que 10 milliards de non-européens pourraient mourir au cours du 21ième siècle si on continue à ignorer le réchauffement climatique, parmi ces morts, 6 milliards de bébés, 3 milliards de Musulmans dans ce qui mettra peut-être la dernière touche à l’holocauste musulman, 2 milliards d’Indiens, 1,3 milliard d’Africains non-arabes, 0,5 milliards de Bengalais, 0,3 milliard de Pakistanais et 0,3 milliard d’habitants du Bengladesh (voir “Climate Genocide” : http://sites.google.com/site/climategenocide/ ).

 

Cependant l’ampleur de ces atrocités est cachée au public, sans le moindre remord, par les médias dominants qui nient ces génocides. La preuve, si l’on fait une recherche sur le site de la ABC australienne (The Australian Broadcasting Corporation financée par le contribuable qui correspond à la BBC anglaise) sur les holocaustes et génocides cités plus haut, on ne trouve rien de tout et lorsque la ABC a parlé du retrait total des Etats-Unis d’Irak en 2011, elle a dit que seulement des "dizaines de milliers" d’Irakiens étaient morts dans la guerre (pour une revue détaillée des censures, des mensonges par omission et des mensonges purs et simples de la ABC voir “ABC Censorship” : https://sites.google.com/site/abccensorship/ ).


Conclusion


Les médias dominants anglo-américains, la commission académique et politique sur l’holocauste et la négation de l’holocauste ont de toute évidence adopté la répugnante attitude des multinationales qui se résume dans l’expression "aller de l’avant", ce qui permet à l’alliance Atlantique soutenue par les sionistes racistes d’ignorer les malheureuses victimes des atrocités décrites plus haut et de se préparer à "aller de l’avant" en Syrie (22 millions d’habitants) et en Iran (74 millions d’habitants) aussi.


Les gens honnêtes ne peuvent pas se contenter de prendre le trottoir d’en face. La paix est le seul moyen mais le silence tue et le silence est complice. Les gens honnêtes doivent a) informer tous ceux qu’ils peuvent sur les atrocités commises par les anglo-saxons et leurs alliés et b) sanctionner et boycotter dans la mesure du possible tous les politiciens, partis, pays et multinationales complices de l’Alliance de guerre étasunienne contre les Musulmans, les Arabes, les Asiatiques et les Africains.


Les pays de l’Alliance atlantique et le raciste et génocidaire état d’apartheid Israël, devraient être exclus des jeux olympiques de Londres ou plutôt il faudrait que le monde entier boycotte les jeux olympiques de Londres tant que l’Angleterre raciste et génocidaire continue d’assassiner les Afghans à l’autre bout du monde.


Dr Gideon Polya

Dr Gideon Polya enseigne la science dans une importante université australienne depuis 40 ans. Il a publié 130 ouvrages en 50 ans de carrière scientifique.


Notes :

* http://www.countercurrents.org/us-polya010207.htm

** http://nanojv.wordpress.com/2012/01/26/fukus-axis/

Pour consulter l’original : http://sites.google.com/site/muslimholocaustmuslimgenocide/c...

Traduction : Dominique Muselet pour LGS

URL de cet article 15829
http://www.legrandsoir.info/charles-dickens-1812-1870-un-raciste-genocidaire-countercurrents.html
Repost 0
17 février 2012 5 17 /02 /février /2012 22:23

 

Hollande, les maîtres du monde et les enfants martyrs

Hollande, les maîtres du monde et les enfants mart...

 

 


Ariane WALTER
Si j’étais du clan Hollande, je lui mettrai un scotch sur la bouche, je l’enfermerai dans un placard et je ne le sortirai, sous forme de représentation holographique, qu’à la veille du scrutin.

Ce pauvre homme, pour les siens, même les plus aveugles, est une catastrophe. Après un Bourget dont beaucoup étaient satisfaits, il va decrescendo accumulant gaffes et bévues. Il y a eu cette fameuse salade avec BHL, ses correctifs apportés rapidement au discours du Bourget,( « Non, je ne suis pas contre la Finance mais contre la spéculation. », mais Toto, quand on écrit un discours, il faut employer le mot juste !), sa participation au Crif avec cette lamentable poignée de main à Sarkozy, il arrive derrière lui, comme un petit garçon qui va dire au revoir à Papa avant de se coucher, et enfin ,hier, une prestation honteuse avec Anne-Sophie Lapix.

Enfin, honteuse, entendons-nous.

Honteuse pour des gens de gauche. Pour des libéraux atlantistes, c’est vraiment le candidat choupinet qui se laissera tourner dans tous les sens sans aucun problème.

Quant aux gens de gauche qui veulent voter pour lui, ils doivent, comme les trois singes, ne rien voir, de rien dire et ne rien entendre, en murmurant tout bas « Pourvu qu’on reprenne le pouvoir, pourvu qu’on reprenne le pouvoir, on l’attend depuis si longtemps, que c’est agréable d’avoir le pouvoir et de se gaver ! A nous ! A nous ! A nous ! »


Ils ne votent pas pour Hollande. Ils votent pour UTILE, le célèbre politicien qui te la met dans le baba dès qu’il est en position.

Donc, sur Canal plus, une Anne-Sophie Lapix des plus conciliantes, pose à François Hollande une question choc, la première, au sujet de la Grèce : « Le parlement grec doit-il voter ce plan d’austérité ? »

Un reportage a précisé qu’il s’agissait d’une baisse de 22% du salaire minimum, de 15 000 emplois supprimés, de coupes noires dans les pensions.

Hollande répond en grand homme d’État. Il papillonne des yeux, et lâche : - Il n’a pas le choix, le parlement. Il lui est dit, tout net, que s’il n’accepte pas ce plan, il n’y aura pas les aides et s’il n’y a pas les aides, c’est la faillite. (Phrase dont l’élégance traduit la justesse de la pensée.)

Ouf ! Nous sommes rassurés ! Ce n’est donc pas la faillite en Grèce !

Les familles abandonnent leurs gosses parce qu’elles ne peuvent pas les nourrir, quand les aides pour les malades du sida étaient encore données, mecs et filles cherchaient à l’attraper pour manger, beaucoup de mauvais esprits se suicident, les salaires sont passés de 2000 à 1200 euros, mais ce n’est pas la faillite !

« Mais qu’aurait fallu faire ? » dit Lapix ? (La question qui ravit un politique car il peut donner des leçons sur le passé sans prendre de risques.)

Pour Hollande donc, qui s’exprime, on le sait, dans un langage macramé avec beaucoup de trous…heu… heu… heu…qui bafouille en dodelinant et qui est bien mal quand il n’a pas de texte sous les yeux, il aurait fallu : « Un plan massif dès le départ, au lieu de cette longue agonie. »

 ?????????

Bon. Nous progressons. Ce n’est pas la faillite, c’est l’agonie. Est-ce mieux ? M. Hollande semble ignorer, qu’en français, une agonie précède la mort et qu’on voit rarement un agonisant reprendre en sifflotant sa partie de golf. ( Je prends des comparaisons de son milieu.)

Il fallait donc un plan massif. Kesaco un plan massif ? L’expression fait penser à un coup de massue qui vous estourbit derrière les oreilles et vous évite l’agonie car vous êtes mort pour de bon.

Donc la solution de M.Hollande, candidat à la présidence Française par la volonté d’un clan qui veut se goinfrer, petits charognards qui becteront ce que les banques laissent, c’eût été de baisser d’un coup les salaires de 2000 à 200. Et là, on aurait vu.

En fait M. Hollande ne sait même pas « si les Grecs pourront atteindre leurs objectifs. »

Là encore je suis obligée de corriger l’à peu-près du candidat. Ce ne sont pas les objectifs des Grecs. Non. Les Grecs veulent simplement manger et avoir un toit. Ce ne sont plus que des hilotes, les Grecs. Et les Darius de la banque vivent chez eux et leur piquent tout. Ce sont les objectifs des banques, qui raflent en ce moment de l’argent à tous les peuples d’Europe, dont les Français, qui, mal informés, se croient encore du temps de Mendès-France. Ils ont encore la télé en noir et blanc.

Lapix, ayant entendu cette histoire de plan massif, n’en croit pas ses jolies oreilles. Traîtreusement sous son miel, elle lui pose donc une autre question : « Vous êtes en train de dire qu’ils auraient dû imposer un plan beaucoup plus dur dès le départ ? » (D’un air de dire : « Vas-tu redire la même connerie ? ») Hollande se souvient alors qu’il est candidat de gauche et qu’il faut, quand même, de temps en temps, se distinguer de la droite. A mon avis un vibreur dans son pantalon doit l’informer de la nécessité de paraître gauchiste.
S’il était vraiment de gauche il pourrait parler, par exemple, de l’Islande, qui a déclaré sa dette odieuse et vit enfin une période faste. Mais M. Hollande est du clan des medias qui ne parlent pas de ce fâcheux évènement. Islande black out.

Il précise donc, dans un registre d’économiste mondain à la Calvi, qu’il fallait renégocier la dette, (ce que les banques refusent sauf si on leur livre les sommes en question dans leurs paradis fiscaux), utiliser des eurobonds, dont personne ne sait ce que c’est, et proposer une discipline mais avec des perspectives. Des perspectives…

Quelles perspectives ? Quelles perspectives y aura-t-il pour les peuples quand on leur aura tout piqué, que leurs gosses n’auront plus d’école et leurs malades plus d’hôpitaux ?

Les comptes seront à l’équilibre ! Mais quel équilibre puisque tout sera déséquilibré ?

Mais M. Hollande trouve cela très bien !

La tragédie de cette position, c’est qu’elle ait lieu quelques heures avant qu’Athènes ne s‘embrase, tout un peuple dans les rues ! Quelle absence de vista ! Quelle médiocrité !

Je ne peux imaginer que de vrais hommes de gauche, socialistes, écoutant cela, en soient satisfaits.

Qu’Hollande se présente sous le drapeau d’un parti libéral et il n’y aura rien à dire. Mais en se disant « socialiste » il abuse ses électeurs et s’oblige à mille contorsions qui se révèlent d’autant plus que Mélenchon, qui parle un vrai langage de gauche, incendie tout ce qu’il touche. Il suffit de comparer le passage de Mélenchon sur France 3, le dimanche soir, à l’interview de Hollande par Lapix, pour comparer Ronaldo à un boiteux ! D’un côté, l’Etna et le Stromboli. De l’autre, ma cheminée par temps de mistral :pffff...pffff…

Ce matin Mélenchon est à 11% dans le Figaro. En fait il est à 40. 40° de fièvre chez ceux qui le voient grimper. Voulez-vous savoir, déjà, le nombre de cars qui se préparent à monter sur Paris le 18 mars ? Vous pensez réellement que Mélenchon n’est qu’à 11% ?

Quand la campagne commencera sur les grands medias et qu’on sera obligé de lui donner son temps de parole, l’homme qui dit : « Place au peuple », « Résistance », « Prenez le pouvoir », « Sixième république », « Assemblée constituante » va devenir le représentant de la gauche, sans que rien ne puisse l’arrêter.

En face de lui, ils auront du mal, ceux qui disent : « Il faut revenir à l’équilibre des finances ! »

Mais pour qui ? Et quand on n’aura plus de dette, comme on sera tous morts ou à l’agonie, qu’est-ce qu’on aura gagné ? Soudain, tout ira mieux ? Les gouvernements s’occuperont des peuples ?

Ils s’en occupent… Ils s’en occupent.

Cette histoire me fait penser à ces malheureux juifs qu’on amenait dans leur camp et qu’on dépouillait de leurs biens avant de les faire cramer. Eux aussi, devaient penser, sans doute, qu’après ces menus incidents ils allaient découvrir un autre monde.

Hier j’ai découvert des vidéos que certains connaissent sans doute.

Il s’agit, d’une part, du documentaire de Steve Baumann, « Pactes avec le diable » (Planète)

Ce document commence en 2000 quand se négocie, aux US, une fusion de plus de 30 milliards de dollars entre la Morgan et la Chase Bank. Au même moment une commission d’enquête étudie les mouvements de ces banques pendant la dernière guerre et leurs rapports avec le régime nazi.

La finalité de cette recherche est d’indemniser les juifs, spoliés pendant la guerre, car ces banques ont gardé leurs avoirs. Pas trop pressés de les rendre ! Or la conclusion est claire. Ces banques faisaient des bénéfices en travaillant avec Hitler. Leur job était le suivant : récupérer les marks volés aux juifs et les rendre en dollars aux Allemands. La commission était plus que juteuse. Dans les 17%.

A la suite de cette enquête, 22 millions de dollars ont été rendus aux familles des victimes. Joli coup pour les banques car ces magouilles avaient rapporté 400 millions de dollars à Morgan et 180 millions à Chase !

Ah ! Oui, ça rapporte de travailler avec les nazis. Qui ne sont plus à ce moment-là que des clients. Des chiffres sur des coffres.

Mais n’est-ce pas, quand même, un peu gênant que, pendant la shoah, des banquiers juifs aient aidé Hitler ? Non, non. Juif, dans ce monde-là, ne veut rien dire. Nous sommes dans le monde apatride de la finance et « juif », « chrétien », « musulman », « arabe », « chinois » ou « russe », ne représente plus rien. Ils sont la banque. Point barre. Ils font leur job. Point barre. Et toi, va crever, juif ou grec. Même pas juif ou grec : pauvre et perdu. C’est tout.

On nous dit qu’à la fin de la guerre les gouvernements ont découvert, ébahis, la réalité de l’holocauste. Tu parles. Bien des documents, enfin offerts aux historiens, découvrent qu’il y a eu maints témoignages. Beaucoup savaient. Mais les affaires sont les affaires et comme le confie un illustre représentant des US de l’époque : « La guerre était prioritaire. L’holocauste de moindre importance. » Bref, ça rapportait moins. Il y a eu pire. Certains enfants juifs européens ont été interdits d’entrer en territoire US pour des raisons de quota. Ils ont crevé où ils ont voulu.

Un autre documentaire « The best enemies the money can buy » donne la parole au professeur Sutton. Lui aussi a étudié les relations des Etats-Unis avec les nazis, avant et après guerre, et, autre volet, avec les Bolchéviques .

Et là aussi, la conclusion est claire. Quand on fait des affaires, peu importe avec qui. Les plus grandes boîtes américaines, Général Electric, ITT, Standard oil ont aidé Hitler dans son effort de guerre. En a-t-on parlé lors du procès de Nuremberg ? Absolument pas et pourtant bien des américains, emportés dans leur élan commerçant, relevaient du statut de criminel de guerre. Mais chut ! Entre copains on reste discrets.

Il y a pire. Ce sont les Etats-Unis qui ont offert à la Russie son premier kit de nation nucléaire. L’eau lourde venait de chez eux. Et de chez eux aussi les fusées qui, ensuite, pouvaient être tournées contre les EU. Sutton et d’autres avaient tenté de protester mais Kissinger avait étouffé l’affaire. Avait-il des actions dans ces boîtes ?

Un dernier détail : les Américains avaient construit l’usine de Gorki, ce qui fait que pendant la guerre du Vietnam, les Russes aidaient le Viet-Nam du Nord avec du matériel américain. Ainsi les jeunes Gi’s étaient tués par du matériel made in USA. Bravo le commerce !

Ce sont ces gens là, banquiers, hommes d’affaires, qui sont aux commandes de notre chère Europe. Ils faisaient de l’argent sur le dos du génocide juif, bien des juifs se remplissant les poches pendant que ceux de leur race étaient transformés en fumée, ils aidaient les soviétiques à tuer les petits Américains avec du matériel américain, pourquoi voudriez-vous qu’ils se soucient des Grecs et des Portugais ? Et des Français ? Et des Italiens ? Que vous finissiez sur un bord de trottoir ou pendu à un arbre ce n’est pas ça qui va, même une seconde, perturber leur vie.

N’attendez d’eux aucune compassion. Ils forment une race particulière.

La morale. L’amour, le respect des autres, ils ne savent pas ce que c’est.

Ils n’ont pas de sentiments. Ils n’ont pas de patrie. Ils n’ont pas d’humanité.

Ce sont les Inhumains.

Ils nous mènent une guerre cruelle.

Il faut ouvrir les yeux et les voir pour ce qu’ils sont.

Fini de plaisanter.

Nous avons une dette envers eux ?

Et eux ? Quelle dette ont-ils, à travers l’histoire, envers tous ceux qu’ils ont massacrés pour leur voler leurs richesses et leurs vies, pactisant avec leurs bourreaux ? Quand vont-ils rembourser ? Quand vont-ils payer leur dette ? Quand vont-ils demander pardon à tous ceux, enfants juifs ou enfants grecs, qu’ils ont fait et font mourir de faim ?

Voilà la réalité de notre temps.

Quant à ceux qui leur facilitent la tâche, qui s’apprêtent, chez nous, à voter leurs diktats, qui conseillent aux parlements de s’incliner devant leurs mesures en faisant croire qu’ils sont du côté des peuples, comment peut-on les appeler ? Des coupables de crime contre l’Humanité.

Qu’ils réfléchissent.

Un peu de lucidité et de conscience. Un peu d’humanité, messieurs.

L’humain, d’abord.

Ariane Walter

http://www.dailymotion.com/video/xeb1oh_the-best-enemies-mon...
http://www.dailymotion.com/video/xdgwsx_pactes-avec-le-diabl...
(Dans les deux séries, cinq autres numéros suivent.)
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/hollande-les-ma...
URL de cet article 15851
http://www.legrandsoir.info/hollande-les-maitres-du-monde-et-les-enfants-martyrs.html
.
Sur ce blog,

Entre Mélenchon et Hollande … un socialisme de différence

Avec l'aimable autorisation de son auteur Alexis Corbière, Conseiller de Paris, Premier adjoint à la mairie du 12e,  secrétaire national du Parti de gauche
Entre Mélenchon et Hollande … un socialisme de dif...
.

.

 


Repost 0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche