Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 19:44

http://1.bp.blogspot.com/-Nilnz2A3IM8/Ts6PQPBgKOI/AAAAAAAACpA/_su4Dg1a-kA/s1600/1608951_3_c7f6_nicolas-sarkozy-et-angela-merkel-a-strasbourg.jpg

http://1.bp.blogspot.com/-Nilnz2A3IM8/Ts6PQPBgKOI/AAAAAAAACpA/_su4Dg1a-kA/s1600/1608951_3_c7f6_nicolas-sarkozy-et-angela-merkel-a-strasbourg.jpg

 

 

Les amis du pouvoir sont nombreux, vous le savez, à avoir tapé sur Arnaud Montebourg le traitant de "germanophobe".


Yves Thréard éminent directeur adjoint de la rédaction du Figaro et éditorialiste n'y va pas par quatre chemins et traite dans son billet du 2 décembre, Arnaud Montebourg de "social-nationaliste" en écrivant "La germanophobie de Montebourg, qui compare Angela Merkel à Bismarck, renvoie à la tentation du social-nationalisme de quelques figures de la gauche au siècle dernier."


 [Lire l'article complet sur perdre-la-raison.blogspot.com]

(Article référencé sur le site "Les mots ont un sens")

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 19:19

http://www.michelledastier.org/images/feu%20%C3%A9clairs%20intemp%C3%A9ries/eclairs-ciel-noir.jpg

http://www.michelledastier.org/images/feu%20%C3%A9clairs%20intemp%C3%A9ries/eclairs-ciel-noir.jpg

Quand l'ex-patron de Jérôme Kerviel prévoit l’Apocalypse

05-12-11 à 11:46 par Irène Inchauspé 2 réactions

Jean-Pierre Mustier n'était pas réapparu en public depuis le procès de l'ex-trader. Lors d'un colloque à l'Ecole des mines, ce haut dirigeant de la Société Générale, aujourd'hui chez Unicredit a stupéfait son auditoire en s'abstenant de toute langue de bois sur la gravité de la crise financière.

.

Jean-Pierre Mustier (c) Sipa Jean-Pierre Mustier (c) Sipa

C’était une première pour l’Ecole des Mines : une journée consacrée à des débats sur l’innovation financière responsable. La troisième table ronde, en ce début d’après-midi du 30 novembre, portait sur les rémunérations et les bonus dans les banques. A 14 heures, l’auditoire s’endormait un peu alors que Pascal Canfin (député européen) et Nicolas Veyron (économiste) parlaient de régulation. Puis, Jean-Pierre Mustier prit la parole et ce fut comme un coup de tonnerre dans un ciel d’été : les quatre-vingt personnes présentes ont levé la tête et tendu l’oreille.

 

Jusque-là, le banquier, ex-patron de Jérôme Kerviel à la Société Générale, s’était contenté de pianoter sur son Blackberry et de revoir sur sa tablette les grandes lignes de son exposé. A peine avait-il maugréé un chiffre lorsque Pascal Canfin avait évoqué l’exposition de la Société Générale à feu l’assureur AIG : 25 milliards d’euros avait dit le député "Non,8" avait corrigé Mustier sans lever la tête. "Non, 25", "Non, 8". L’échange s’était arrêté là.


"Notre monde pourrait disparaître"


Mais pour faire son exposé, cet homme, pourtant glacial et discret, s’est déployé comme un aigle, faisant de grands gestes avec ses bras pour appuyer ses propos. Le public était d’autant plus attentif, que, depuis le procès Kerviel, ce banquier à l’air rogue n’était pas réapparu en public. "Il faudrait peut-être parler des vrais sujets, lance-t-il en anglais, langue obligatoire de la journée. Les bonus, c’est bien gentil, mais je crois que vous ne vous rendez pas compte que d’ici deux jours, ou une semaine, notre monde pourrait disparaître. C’est Armageddon".


Autrement dit, la bataille finale qu’il ne faut pas perdre, sous peine de perdre la guerre. Pas encore la fin du monde donc, mais plus très loin. "Nous sommes tout prês d’une grande révolution sociale", lance encore celui qui est devenu en 2011 patron de l’activité de Banque de Financement et d’Investissement (BFI) d’Unicredit, banque italienne qui a annoncé 10 milliards d’euros de pertes pour le seul troisième trimestre.


"Les banques ont dégagé des taux de rentabilité trop importants"


La responsabilité de la catastrophe incombe d’abord aux Etats, qui se sont surendettés et ont manqué totalement de discipline. Puis ensuite aux régulateurs, qui prennent de mauvaises décisions et ne font qu’aggraver la situation. Et aussi, aux banques, reconnaît Mustier (..)


"Les banques ont dégagé des taux de rentabilité trop importants, continue Mustier, sans sourciller.. C’était intenable, sinon il n’y aurait plus eu que des banquiers et des avocats et les autres acteurs de l’économie seraient morts." Une remarque qui ne manque pas de sel, venant de l’ancien patron de la banque de marché de la Société Générale, dont la BFI dégageait des taux de rentabilité de 30% avant la crise.


Moins de crédits en vue pour tous


Cette description apocalyptique terminée, Mustier soumet à l’auditoire médusé le choix qu’il reste aux banquiers: "soit c’est 1789, soit c’est un changement majeur de notre industrie, comme ce qui s’est passé pour internet après 2000.

 

" Les banquiers, selon cet oracle, vont donc devoir réviser sérieusement leurs modèles. "Se désendetter, retourner sur leurs marchés domestiques, et faire des produits de plus en plus simples." Et elles auront de plus en plus de difficulté à octroyer des crédits à leurs clients, notamment aux PME.


Quant aux Etats, les marchés ne leur laissent guère le temps de se réformer. Et Jean-Pierre Mustier de citer en exemple la Malaisie qui avait décidé de se refermer sur elle-même en instaurant un très sévère contrôle des changes ce qui lui a permis de s’isoler des marchés et de mener ses réformes à bien. Retour au protectionnisme financier? "Evidemment pour l’Europe, cela sera plus compliqué, reconnaît le banquier. Il n’y a pas de solution facile." Mustier reste aussi persuadé qu’en temps de crise, personne ne joue collectif. "Dans ces cas- là, on n’est plus Européen, c’est plutôt du chacun pour soi", rappelle-t-il. Pour les solutions, on reste un peu sur sa faim. Il faudrait peut-être demander à Michael Milken s’il a une solution. 

 

Irène Inchauspé

 

http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20111205.CHA7793/quand-l-ex-patron-de-jerome-kerviel-prevoit-l-apocalypse.html

 

http://fr.finance.yahoo.com/news/Quand-l-ex-patron-J%C3%A9r%C3%B4me-yahoofinancefr-2780002816.html?x=0

 

 

Voir aussi :

 

http://attention-crash-mondial.blogspot.com/

 

.http://lesmoutonsenrages.fr/2011/12/04/les-banksters-prennent-possession-des-pays/

 

 


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:27
Les États faillis d’Europe et d’Amérique nous offriront-ils une "Guerre de Noël" ?
Les États faillis d’Europe et d’Amérique nous offriront-ils une « Guerre de Noël »

 

La faillite occidentale à l’heure de l’Orient convulsionnaire


D’un côté, un monde arabe secoué de spasmes tectoniques avec deux épicentres actuels, l’Égypte et la Syrie, de l’autre, les deux pôles de la puissance occidentale, États-Unis et Union européenne, cheminant cahin-caha au bord de l’abîme ! Reste à savoir si la conjonction de ces deux menaces ou la rencontre de ces deux dynamiques entropiques aboutiront ou non à une « Guerre de Noël » ? Cadeau vénéneux que des élites faillies pourraient bien apporter aux peuples sidérés pour se dédouaner de leurs échecs et « suspendre » la démocratie ! Cela afin d’être libres d’appliquer les plans quasi totalitaires qu’ils nous ont concoctés : austérité, contrôle social et projections des forces vives dans le brasier de guerres sans fin… Conflits ultimes servant à justifier un ordre social fondé sur l’idolâtrie de la marchandise, soit un Nouvel Ordre innommable aux mains d’oligarchies d’argent, ennemies résolues du genre humain.
Ce dimanche 24 novembre au Caire, après six jours d’émeute et 41 morts sur la Place des Martyrs, alors que la junte militaire tenant les rêne du pouvoir depuis le 11 février semble lâcher du lest, alors que commence le long accouchement, étalé sur quatre mois, des élections législatives, la « crise » égyptienne paraît plus que jamais sans issue et même, passablement inquiétante. Car la rue égyptienne se trouve maintenant divisée entre manifestants exigeant un « changement radical » et contre-manifestants réclamant le retour au calme et à l’ordre pour relancer une économie plongée dans un coma profond depuis un an. Ceux qui hier encore étaient unis pour chasser Moubarak se retrouvent donc aujourd’hui presque au bord de l’affrontement. Une seule certitude : comme en Tunisie et au Maroc, les Frères musulmans devraient sortir grands vainqueurs du processus électoral.
Ce même jour, le Premier ministre qatari, Hamad al-Thani, annonçait au Caire, en clôture d’un Conseil extraordinaire des ministres de la Ligue arabe, l’adoption contre la Syrie d’un train de sanctions économiques, ceci afin de contraindre le régime à cesser toute répression des mouvements subversifs œuvrant au renversement du régime baasiste… gel des comptes bancaires du gouvernement syrien dans les pays arabes, suspension des liaisons aériennes… Peu de chose apparemment, mais une « première » révélatrice de l’alignement des gouvernements arabes sur les desiderata occidentaux. Sur les 21 membres de la Ligue arabe – exception faite de la Syrie suspendue depuis la mi-novembre - 19 ont approuvé sanctions, l’Irak et le Liban s’en étant « dissociés » aux dires de cheikh Hamad ! Pendant ce temps, l’ineffable M. Juppé, après avoir reconnu les rebelles du « Conseil national syrien [comme] l’interlocuteur légitime », déclarait qui allait proposer à l’Union européenne, et au nom de la France qui n’en peut mais, l’instauration en Syrie des « zones sécurisées pour protéger les populations civiles ». Chacun pourra constater ici, qu’à quelques nuances près, le scénario qui s’écrit ces jours-ci, ressemble come deux gouttes d’eau à celui déjà appliqué à la Jamahiriya Libyenne : reconnaissance de la dissidence comme interlocuteur étatique et amorce d’un grignotage du territoire d’un État souverain sous prétexte d’action humanitaire… Arrêtons-nous un instant sur ces deux crises disjointes mais qui se développent en parallèle…


Égypte : révolution confisquée, système verrouillé, les Frères musulmans bientôt aux commandes… avec l’aval des É-U


Les Frères Musulmans, qui attendent ce moment depuis trente longues années, sont a priori les favoris des législatives qui démarrent ce lundi 28 novembre (1). Ils leur faudra cependant compter avec la jeunesse désœuvrée qui campe place Tahrir, bien décidée qu’elle est à faire bouger les lignes et à dépasser les collusions et les clivages actuels : il s’agira en conséquence pour les Frères de se démarquer nettement du Conseil suprême des forces armées qui assure actuellement la transition, mais aussi plus discrètement la continuité entre l’Égypte de Moubarak et celle d’une révolution en passe d’être confisquée… et c’est justement ce que refusent les foules en colères : se faire voler leur révolution.
Masses dont la mémoire politique est assez vive – aiguisée par les restrictions de liberté mentale qui leur ont été imposées depuis un demi siècle – pour savoir que chasser Moubarak, comme les Algériens le firent de Chadli en janvier 1992, et lui substituer un parti majoritaire en lieu et place d’un parti unique, n’a rien à voir avec une démocratie véritable. En un mot les foules attentives ont compris qu’un pouvoir semblable au précédent mais habillé de neuf était en train de s’installer silencieusement à leur corps défendant. Une conscience et une détermination impressionnante pour une plèbe en principe analphabètes, sans guide et sans idéologie autre que la volonté d’exprimer librement haut et fort leur espérance de pouvoir vivre à présent dans la dignité. Ce pourquoi elles rejettent ce qui pourrait succéder à la junte militaire : « le président sans pouvoir d’un État fantoche, des ministres impuissants et un parlement sans poids ». Au final, les Frères et leurs épigones - tel le Mouvement de la Jeunesse du 6 avril, le même qui appelle actuellement les Égyptiens à la mobilisation - seront à n’en pas douter ceux qui incarneront le mieux - d’ailleurs avec ou sans le soutien des É-U car rien n’est clair en ces temps troublés ! - le retour vital à l’ordre… et aux touristes que tous attendent avant les hypothétiques présidentielles d’avril 2012.
Inutile au demeurant de se demander pourquoi aucun des objectifs de la révolution - pourtant fort clairs : changements radicaux de la structure du système soit une rupture totale avec le régime précédent – n’a été atteint jusqu’ici excepté l’élimination de symboles trop voyants et la dissolution du Parti national démocratique, quand on sait ce qu’est vraiment la machine militaire qui a pris le relai.
En tout état de cause, le maréchal Mohamed Tantaoui, ministre de la Défense et président du Conseil suprême des forces armées est de facto le chef d’État avec Omar Souleimane pour vice-président… or les deux hommes, s’ils n’ont pas été directement désignés par les États-Unis, ont-ils été du moins explicitement agréés par Washington (2). En ce qui concerne le premier, celui-ci a noué des liens étroits avec le Pentagone lorsqu’accédant en 1991 au portefeuille de la Défense et commandant en chef des forces armées égyptiennes, il participe à la première Guerre du Golfe aux côtés de la Coalition anglo-américaine [Cf.Wikipedia]. Plusieurs câbles diplomatiques américains publiés par WikiLeaks, le décrivent en 2008 comme « charmant et courtois… âgé [il est né le 31 octobre 1935] et particulièrement insensible au changement ». Enfin pour clore provisoirement le chapitre, sachons que les États-Unis contribuent à hauteur d’1,5 md de $ annuel au budget égyptien dont la majeure partie engraisse l’armée. La cause est entendue, et le système largement verrouillé. Quelque soit le cas de figure, il semble bien que les É-U continueront à tirer les ficelles… le cas échéant par Frères interposés sauf deus ex machina, autrement dit à ce que la révolution égyptienne ait vraiment lieu à l’issue d’un soulèvement général. Ce qui semble peu probable. Reste une troisième possibilité au regard des frustrations restées à vif, celle d’un chaos durable et d’une instabilité explosive chronique dont le voisin immédiat n’aurait guère à se plaindre puisque tout l’art de ses dirigeants consiste à régner sur la Région ordo ab chao (3). D’où le pandémonium syrien pour lequel les politiques français semblent n’avoir qu’une hâte, celle d’y foncer tête baissée… 

 

Syrie, guerre indirecte : les Pieds Nickelés anglo-franco-allemands sont à la manœuvre, les derniers jours de Bachar El-Assad ?


Tandis que M. Cameron, Premier ministre britannique annonce benoîtement la « guerre civile » en Syrie, en France le Canard enchaîné « révèle » que Paris, Londres et Ankara plancheraient activement sur la préparation d’une offensive… limitée il est vrai [23 nov. 2011].
Pour sa part, M. Juppé, qui prétend représenter les intérêts français hors frontières, durci sa chaque jour davantage sa position à l’égard du pouvoir alaouite d’Assad, déclarant avec un bel aplomb [France Info 28/11] que « ses jours sont désormais comptés »… Vous m’en direz tant ! Or si ce n’est pas une déclaration de guerre, cela y ressemble bigrement. M. Juppé estime en outre que les sanctions économiques adoptées par la Ligue arabe contre le régime syrien vont l’isoler toujours plus, et à partir de là, réaffirme la nécessité d’établir des « corridors humanitaires… seule façon d’alléger à court terme le martyr des populations » (4). Des propos abondamment repris et amplifiés par la caisse de résonnance journalistique sans que quiconque ne songe à s’esclaffer devant tant de Tartuferie ! Comme si Juppé se préoccupait du sort des populations ? Sauf à ce que, schizophrène, il ait fini par croire à sa propre logomachie… en dépit des démentis apportés à ses projets d’ingérence armée par la Cheftaine des opération militaires des Nations unies, Valérie Amos, estimant quant à elle, que « les besoins humanitaires identifiés en Syrie ne justifient par la mise en place de tels mécanismes ».
D’ailleurs, au moment même où s’écrivent ces lignes, le 28 nov. 2011, des dizaines de milliers de personnes ne sont-elles pas rassemblées à Damas sur la place Sabaa Bahrat, au cœur de la ville, pour conspuer et dénoncer les sanctions imposées la veille par la Ligue arabe en brandissant drapeaux géants et portraits du président Assad, tandis que dans le nord du pays, à Alep et Hassaké, d’autres manifestants défilaient en rangs serrés ? Quand cessera-t-on de mentir en nous faisant croire à une révolte populaire en Syrie alors qu’il s’agit de la dissidence de groupes factieux entrainés, monnayés, équipés de l’extérieur ?
Reste que rien de l’actuelle offensive diplomatique, médiatique - et souterrainement militaire – dirigée contre Damas n’aurait pu avoir existé sans le spectaculaire retournement de la Turquie passé du camp anti-impérialiste et ami de la Syrie, à celui de supplétif de l’empire financier anglo-américain et de leurs tributaires franco-allemands.
Pendant ce temps-là, le Département d’État imperturbable – comme le sont tous les « rouleaux compresseurs » remplissant scrupuleusement un cahier des charges et suivant pas à pas un agenda - enjoint à ses ressortissants de quitter immédiatement le territoire syrien tout en faisant courir la rumeur que le porte-avion George H.W. Bush et sa flotte de combat, aurait quitté le Golfe arabo-persique pour gagner les eaux de la Méditerranée orientale. Laissant entendre ou suggérant que les États arabes et la Turquie se seraient tombés d’accord pour imposer une zone d’exclusion aérienne auquel la Marine américaine apporterait un soutien logistique… En clair, si l’on se réfère au précédent libyen, une « no fly zone » n’est qu’un violent euphémisme désignant une formidable campagne de bombardements de cibles diverses et variées… Ce que réclame à point nommé « sur certaines cibles stratégiques »,le colonel Riad Al-Assaad, chef de la prétendue Armée syrienne libre - basée en Turquie d’où partent les opérations de guerre subversive conduites sur le sol syrien (5) - et très impatient de voir matraquée depuis les airs sa terre natale… Au demeurant – réponse du berger à la bergère - la Russie prévoit d’envoyer en 2012 une flotte de guerre en Syrie (6) alors même qu’un regain de tension se manifeste entre Moscou et les Atlantistes, non seulement à propos de la crise syrienne mais aussi en raison du déploiement programmé d’un bouclier anti-missiles américain en Europe orientale et en mer Baltique. Une concomitance entre deux dossiers sensibles qui ne doit certainement rien au hasard en ce qu’il est singulièrement illustratif de la dégradation des relations Est/Ouest (7). C’est de ce contexte qu’il convient à présent d’appréhender le revirement d’une Turquie prête encore hier à former un triangle du refus avec Damas et Téhéran ?
 

Le stupéfiant retournement de la Turquie


Stupéfiant au premier abord, pas si l’on regarde les choses au fond. Le 17 mai 2010, les ministres des Affaires étrangères iranien, brésilien et turc signaient à Téhéran un accord sur un projet d’échange de combustible nucléaire à l’issue d’un sommet tripartite en présence des présidents Ahmadinejad, Lula da Silva et du Premier ministre turc Erdogan… ceci à la grande colère de Mme Clinton dont la politique de sanction à l’égard de l’Iran était ainsi battue en brèche. Un épisode qui faisait suite au coup d’éclat d’Erdogan le 29 janvier précédent à Davos où il infligea un spectaculaire camouflet au président israélien Pérès en rompant brutalement un échange relatif à la situation de la Bande Gaza après Plomb durci ? Plus récemment l’on se souvient du rappel réciproque des ambassadeurs, l’État hébreu ayant refusé de présenter des excuses pour l’assaut du navire humanitaire turc Mavi Marmara – cherchant à forcer le blocus de Gaza - dans lequel 9 militants avaient trouvé la mort sous les balles des commandos israéliens.
Nous sommes en outre bien loin de cette photographie historique où se trouvaient réunis à Istanbul, lors du Sommet du Comité Permanent pour la Coopération Économique et Commerciale le 9 nov. 2009, les présidents Abdallah Gull, Bachar el Assad et Mahmoud Ahmadinejad… Que s’est-il donc passé ? Comment expliquer le retour dans d’Ankara dans le giron occidentaliste, alors que tous croyaient la Turquie - au moins depuis 2003 et son refus de prêter main-forte aux anglo-américains dans leur assaut contre l’Irak baasiste - dans le camp de ces nouveaux Non-Alignés que sont les grandes puissances émergentes ? Et que l’on était en droit de s’attendre, dans la crise syrienne, à un rôle de médiateur et de bons offices de la part du gouvernement turc, alors que c’est l’exact contraire qui s’est produit ! 

 

Éléments d’explication


Au lendemain du rapprochement turco-syrien et turco-iranien, les potentats du Golfe se sont attelés à détourner le tandem Gull/Erdogan de leurs tropismes syro-iraniens, obéissant en cela à leurs peurs de voir se constituer un pôle régional dominé par les Chiites exécrés… satisfaisant en cela à toutes les attentes de Washington.
Résultat, le Qatar, base arrière avancée de l’influence américaine dans la Péninsule, s’est empressé d’annoncer son intention de construire en Turquie un complexe gazier de liquéfaction destiné aux exportation vers l’UE. Ajoutons au nombre des carottes, que les Turcs fort marris de porter à leur flanc sud la tumeur du PKK expression de l’irrédentisme kurde, convoitait la possession de drones tueurs, maîtres incontestés des champs de bataille asymétriques dans les conflits de basse intensité.
Dans un premier temps, Tel-Aviv en a vendu à Ankara, mais les machines de mort ont été réexpédiées à l’envoyeur parce que défectueuses… D’ailleurs l’une des raisons sous-jacentes de la dégradation de relations entre les deux capitales ! Puis la Turquie a tenté de s’équiper auprès de la France et de l’Italie. En vain, les Israéliens ayant mis des bâtons dans les roues et fait capoter les accords. Au bout du compte, une demande à Washington - également bloquée un certain temps par Congrès sous la pression du lobby israélien - finit par aboutir. Des Predators sont désormais prépositionnés sur la base aérienne d’Incirlik, ce qui suppose, à l’évidence… un échange de bons procédés !
S’ajoute à cela les relations historiques existant entre le parti au pouvoir en Turquie, « Développement et Justice », islamiste réputé modéré, et les Frères musulmans, principale force de l’opposition syrienne en exil. Mais in fine aucun des éléments évoquée ne suffit à lui seul, ou tous ensembles, à expliquer l’actuel acharnement de la Turquie contre le régime syrien. En fait, il aura fallu aux fins stratèges du Département d’État de trouver la façon de canaliser les velléités d’expansion régionale d’Ankara. Car il est impossible d’ignorer les ambitions pantouraniennes et néo-ottomanes qui travaillent depuis des lustres l’inconscient collectif des élites turques, kémalistes ou religieuses, où elles étaient en sommeil. Et d’abord parce qu’elles sont une donnée structurelle de la Turquie de toujours dont les représentants d’aujourd’hui sont génétiquement héritiers du mouvement des Jeunes Turcs… ceux-là mêmes qui abolirent le Khalifat, pour mieux – puisqu’ainsi fonctionne le balancier de l’histoire – œuvrer présentement à sa reconstitution sur le pourtour méditerranéen à l’occasion de ces « Printemps arabes » et du Projet d’Union euroméditerranéenne du président sarkozy… La boucle est bouclée.
Il fallait donc en plus de la « gazinière », des drones de combat, donner un os à ronger aux puissants appétits d’Ankara… auxquels Washington à su faire miroiter l’éventualité proche d’un leadership turc sur la Communauté des croyants ! Un Khalifat modernisé sous la forme de démocraties islamiques, pluralistes et… libérales autant que faire se peut, la Charia devant s’adapter elle-aussi au monde moderne. Ainsi Washington ayant échoué « à donner » l’Europe à la Turquie - et pas seulement l’y faire entrer – est parvenu à désamorce les tensions, réelles ou simulées, qui ont opposé Ankara et Tel-Aviv… en jetant la Syrie en pâture à la Turquie, c’est-à-dire en semblant souscrire aux ambitions régionales de l’AKP, Washington a réintégré le Turc - un moment tenté par le néo Tiers-mondisme des Émergents - dans sa propre stratégie d’unification du Marché régional, sur les décombres des nations arabes morcelées en entités confessionnelles et/ou ethniques, mais en passe de se trouver rassemblées au sein d’une aire islamique homogène dans la diversité.
En un mot comme en cent la crise syrienne scelle le retour de la Turquie dans l’orbite américaine. Ce qui marque, pour l’heure, une victoire de la diplomatie de l’Administration Obama, mais constitue un danger immédiat pour nous Européens qui devront, une fois de plus, payer le prix de la guerre. L’ancien ambassadeur d’Israël à Washington, Itamar Rabinovitch, dans les colonnes de l’International Herald Tribune [19 nov. 2011] a eu l’amabilité de nous expliquer qu’avant l’arrivée au pouvoir en 1970 des Alaouites « la République syrienne était un État faible et instable, une arène pour les rivalités régionales et internationales ». Or pour le docte analyste, ces derniers mois signifient précisément un retour à la « situation ante quo, c’est-à-dire prévalant avant 1970 ». Une Syrie faible, en proie au chaos voilà donc ce qui sied à M. Rabinovitch « profondément préoccupé par la menace iranienne, Israël pense qu’enlever la brique syrienne du mur iranien pourrait déboucher sur une nouvelle phase de la politique régionale ». Serait-ce là l’ultima ratio des événements vu de l’autre côté des collines du Golan ? N’en doutons pas. Nous savions déjà que de la révolte contre Damas et des manœuvres qui lui sont connexes, ne visent pas seulement la Syrie, mais aussi la Palestine, le Liban et l’Iran... Cette fois-ci seulement, c’est « eux » qui le disent !  

 

Notes :


1- Le vote du lundi 28 qui intervient après une semaine d’affrontements place Tahrir qui ont fait 42 morts et 3 000 blessés, ne concerne qu’un tiers des gouvernorats soit 17,5 millions sur quelque 40 millions d’électeurs, notamment au Caire, Alexandrie et Louxor en Haute Égypte. Les Frères musulmans qui disposent d’une véritable organisation escomptent 30% des suffrages. Les résultats définitifs ne seront pas connus avant mi-janvier 2012.
2 - Les deux hommes sont ceux qui ont couvert les programmes dit de « restitution extraordinaire » de la CIA quant à l’hébergement et au « traitement » de certains prisonniers du champ de bataille afghan et irakien, soumis à des interrogatoires « non conventionnels » ne pouvant être conduits sur les bases ou le territoire américains. Cf. Parlement canadien : http://www.parl.gc.ca/Content/LOP/r....
3 - Il ne sort malheureusement pas que du bon pour les semeurs de zizanie de la Boîte de Pandore qu’ils ont ouverte : encore ce 28 nov. au matin des « saboteurs » ont fait sauter dans le Sinaï pour la 9e reprise un gazoduc alimentant Israël à l’heure où les bureaux de votes commençaient à ouvrir… un avertissement représentatif de la poudrière que devient à vitesse grand V l’Égypte du Siècle des tempêtes. L’Égypte fournit 43% du gaz naturel consommé en Israël à partir duquel 40% de sa consommation électrique est produite. Le gaz égyptien couvre également 80% des besoins jordaniens pour sa propre production d’électricité, soit 6,8 millions de mètres cubes de gaz quotidiens.
4 - L’éternel prétexte humanitaire dont les corridors sont un fleuron, brandi par tous ces gens qui entendent nous faire croire en leurs impérieux sentiments « moraux ». Mais lors que l’armées américaines massacrait en Afghanistan, dans le mépris plus absolu des lois et coutumes de guerre, des prisonniers (l’écrasement sous les bombes de la prison forteresse de Kalat i Jambi ou ce fameux convoi de prisonniers du champ de bataille qui n’achemina à Bagram en décembre 2001 que des cadavres mitraillés), ou lorsqu’en février 1991, elle enterrait vivants les fantassins de Saddam dans leurs tranchées à la frontière koweitienne, sonnés qu’ils étaient par deux semaines de bombardement, ou encore quand l’aviation coalisée carbonisait des colonnes de fuyards sur « l’autoroute de la mort » à coup de bombes à dépression, ou bien quand le généralissime Schwarzkopf engageait sereinement une « bataille d’annihilation » - qu’il ne conduisit pas à son terme - c’est-à-dire de destruction totale des personnels ennemis, en l’occurrence les 500 000 soldats irakiens déployés face à la coalition occidentale… sans oublier les engins au phosphore lancées sur les civils gazaouis en 2009 à l’occasion de l’Opération Plomb durci et de ses 13 000 morts… lesquelles n’émurent pas grand monde dans la classe médiatique. Aucune des grandes gueules qui posent aujourd’hui à l’autorité morale ne l’ouvrait alors. Or c’est l’héritage de siècles et de la civilisation qui se trouve bafoué, refoulé et nié dans et par une telle attitude !
5 - La solidarité sunnite se trouve également à l’œuvre au nord du Liban. Les camps palestiniens près de Saïda regroupent de nombreux salafistes entraînés, ceux-là qui en 2008 donnèrent du fil à retordre à l’armée libanaise. De source locale fiable, environ 17 000 - chiffre considérable - de ces combattants, aguerris sur différents théâtres d’opérations, seraient déjà « opérationnels » en Syrie.
6 - Selon les Izvestia, le porte-avion russe, Amiral Kouznetsov, vient en effet de quitter la Mer de Barents avec son escadre à destination de la base navale russe dans la rade syrienne de Tartous qui devrait atteindre en janvier 2012n officiellement pour une simple escale prévue depuis 2010. L’analyste dissident T. Meyssan signale depuis Damas que la Russie aurait également envoyé deux croiseurs à Tartous où du matériel de guerre serait dès à présent débarqué « à flux tendu comme à l’époque d’Andropov ». – Voir aussi Russia warships to enter Syria waters in bid to stem foreign intervention. Haaretz – 18 nov. 2011. Il aura fallu attendre le 28 nov. Pour que l’AFP diffuse cette information.
7 – 23 nov. 2011. AP. Le président Dimitri Medvedev a déclaré mercredi que la Russie déploierait ses missiles vers les sites américains anti-missile en Europe si Washington continuait à ignorer les demandes de Moscou relatives à ce « bouclier ». De son côté la Maison Blanche a fait savoir que les États-Unis ne limiteront pas ou ne changeront pas leurs projets dans ce domaine en dépit des nouvelles menaces de la Russie.

http://www.geopolintel.fr

 

http://www.alterinfo.net/Les-Etats-faillis-d-Europe-et-d-Amerique-nous-offriront-ils-une-Guerre-de-Noel_a67525.html

 

.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 14:23
Groupama sauvé in extremis par l'Etat français

 

latribune
, Le lundi 5 décembre 2011, à 0h 27


Une opération d'urgence permet à l'assureur d'affronter la fin d'année. Mais cela ne résoudra pas, loin de là, ses problèmes de fond. Son amaigrissement, voire son démantèlement, ne sont toujours pas écartés.


L'opération interne de transfert de 500 millions d'euros entre les caisses régionales vers Groupama SA n'aura pas suffit. C'est bien de milliards d'argent frais, comme l'avait affirmé La Tribune, dont avait besoin l'assureur français qui voyait arriver la fin d'année avec inquiétude, alors que sa marge de solvabilité était tombée en-deç des 100% requis par les autorités prudentielles. En juin dernier, elle était encore de 130%, et de 150% il y a un an. Une situation d'urgence dictée aussi par la période de renouvellement des contrats, alors que le système repose sur la confiance des assurés.


Ce qui a conduit l'Etat, via son bras armé la Caisse des dépôts, à intervenir dare dare. Sachant que l'opération révélée par le Figaro n'a pas encore été réellement validée -un CE extraordinaire est prévu jeudi-, et qu'il était temps de l'engager pour qu'elle puisse être intégrée à l'arrêté des comptes de 2011. Une intervention publique donc qui repose sur deux piliers. D'abord en rapprochant la foncière de Groupama, Silic, de celle de la Caisse des dépôts, Icade, deux fois plus grosse qu'elle. Un rapprochement qui permettrait à Groupama de déconsolider Silic, dotée de 3,5 milliards d'actifs, et ainsi d'alléger son bilan. Ensuite, en injectant près de 300 millions d'euros d'argent frais chez Gan Eurocourtage, sous la forme d'actions de préférence, sans droit de vote, mais générant une forte rentabilité. Une deuxième opération qui a sans doute été la contrepartie de la première, la CDC s'étant spontanément mise sur les rangs pour reprendre la foncière de Groupama.


L'assureur n'avait donc pu mettre en oeuvre un renflouement alternatif, qui lui aurait permis de faire remonter sa marge de solvabilité à 150%. Il faut dire qu'il avait trop

 

... Lire la suite sur La Tribune.fr

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 13:47

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img12/pierre_jovanovic.jpg

http://www.the-savoisien.com/blog/public/img12/pierre_jovanovic.jpg

 

 

LES BANQUES, LES MATIERES PREMIERES AGRICOLES ET LA BAC

 
du 5 au 9 décembre 2011... : Rappelez vous de ce que j'avais dit il y a exactement un an à la radio et aussi clairement exprimé avec maintes preuves dans le livre Blythe Masters. Je vous avais dit de faire des réserves de nourriture car les banques sont aujourd'hui les aristocrates et les curés d'avant 1789. Elles possèdent les terres et leurs productions, et spéculent dessus comme des dingues, au point même de vendre maintenant du café papier, de cacao papier, jus d'orange papier, etc. Eh bien ce fait divers qui a coûté la vie à un policier en est la conséquence parfaite, Julien Drouin nous écrit: "ça part en vrille à Marseille, après avoir devalisé un magasin Picard (butin: des crevettes surgelées), des braqueurs ont été pris en chasse et arretés par la BAC; l'un des braqueurs a vidé sa Kalachnikov sur leur voiture, tuant maladroitement au passage un de ses complices et atteignant un policier de 3 balles dont une dans la tête. Il est dans un état très grave à l'hopital Nord.

Pour des surgelés...

Un peu plus tard, braquage du magasin Brico dépot par 4 jeunes de 18-20 ans à la Kalachnikov. Idem: une voiture de flics les arrête, ils vident leur kalachnikov, miracle, les flics ne sont pas atteints, riposte: ils tuent l'un des braqueurs (je ne connais pas le butin).

Il y a pas longtemps des mecs ont braqué une boucherie-charcuterie et sont repartis avec de la viande... Ca fait cher le gigot en cas d'échec. Ca nous promet une flambée des braquages pour décembre. Lire ici La Provence"


D'une manière purement analytique, si les gangs attaquent maintenant des boucheries et des boutiques de surgelés à la Kalach pour tout prendre (et le revendre), imaginez ce qui nous attend, et surtout ce qui va se passer après le grand crash. C'est une preuve magistrale que les gens au plus bas niveau ne peuvent plus manger et surtout que la matière première agricole est devenue AUSSI PRECIEUSE que les billets de banque. Ce type d'attaque va clairement se généraliser. Bientôt votre boucher installé avec des portes de sécurité comme dans une banque? Bravo à nos politiques qui ne vont que rajouter de l'huile sur le feu... Cela va forcément exploser car la dette de la France est au point de non retour, lire ici cette superbe analyse de Charles Hugh Smith via ZH. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011



LA SUITE SUR LES MILITAIRES.... LA FRANCE EN FAILLITE ?

 
du 5 au 9 décembre 2011... : Beaucoup de réactions suite à mon article de jeudi dernier (voir en dessous) sur le fait que les militaires français ont des retards de paiement, parfois de 10 mois sur leurs frais techniques et autres ajustements. En fait, policiers, pompiers, militaires, cheminots et même diplomates me disent que leur situation s'est gravement détériorée en l'espace d'un an. Un ami diplomate m'a expliqué que maintenant tout le personnel qui est en dessous de l'ambassadeur est souvent obligé de faire de la co-location . "Nous en sommes arrivés au niveau de ce que vivaient les diplomates africains en France" m'a t'il déclaré. Regardez par exemple les derniers témoignages:


Mr Nuriec: "j'ai une petite entreprise, où je fais parfois patienter mes client 4 ou 5 heures le temps de mes interventions. J'ai passé ainsi 5 heures à discuter avec un militaire qui m'a effectivement confirmé revenir tout juste d'Afghanistan, et ne pas avoir été payé du mois d'octobre, et une partie de septembre, soit 5000 euros. Au passage, il me fait savoir que des troupes en afghanistan sont prévues au départ encore en 2012. Il a surtout ajouté, voyant que je suivais l'actualité que cela allait très mal finir s'ILS ne recevaient pas leur paye!".

Soldat X: "Retard de paiement des primes de plus de 10 mois, primes OPEX impayées etc. ... Aujourd'hui une partie des primes d'une mission précédente nous manque toujours (1000 euros). Par la suite nous avons effectué des terrains et une mission Vigipirate jusqu'en juin 2011 dont les primes elles aussi n'ont pas été reglées. A chaque fois que l'on essaye de chercher où sont nos tunes et quand elles nous arriveront, on reçoit le meme discours: "On n'y peut rien, c'est la mise en place du nouveau logiciel de paiement qui prend du temps, tout DEVRAIT être reglé au mois de Janvier". Des amis très proches sont revenus mi-septembre d'une mission ONU au Liban, il leur manque toujours 2 mois de prime OPEX. Des histoires d'argent comme celles-ci dans l'armée on en entend tous les jours et certaines remontent meme à plusieurs années mais ces temps-ci il y a un réel abus.
Nous avons reçu la visite de CEMAT qui nous a annoncé que ce mois-ci 5.000 militaires sur les 15.000 que gère notre centre de paiement ne recevrait pas de paye, suite à la liquidation totale du budget de cette année et qu'ils attendaient celui de l'année prochaine... Info ou intox, là encore aucun moyen de vérifier. Je n'irai pas jusqu'a dire que les militaires se révoltent ou qu'un coup d'Etat est proche, loin de là, par contre les bonhommes n'ont désormais aucun scrupule à se mettre en arrêt maladie ... vu que c'est l'armée qui paie les gars arrêtés et cela ne change quasiment rien au bon fonctionnement du systeme militaire puisque hors mission; ... Ces histoires méritent d'etre médiatisées car je trouve abusif le fait d'engager à la pelle ces temps-ci des milliers de jeunes, de leur vendre du rêve avec des spots de pub et des slogans complétement à l'opposé de la réalité du monde militaire et qu'une fois dedans, ils se retrouvent comme nous tous le bec dans l'eau avec personne à qui se plaindre, personne pour les aider !

Gendarme Alexandre: "Je suis gendarme dans la réserve, j'écoute la video du 23 novembre où vous parlez d'un vétéran de l'armée anglaise qui s'est fait diminuer sa pension et vous mettez en garde les policiers et gendarmes de France; il y a 2 mois, certains gendarmes (d'active) ont reçu leur fiche de paye avec en entête ARMEE DE L'AIR! La somme était correcte mais pourquoi l'argent ne venait pas des fonds de la gendarmerie? Je rappelle que la gendarmerie depend du ministere de l'Interieur et plus de la Défense; c'est comme si Edf payait les ouvriers de Renault...

Mr Husser: "Suite à votre propos sur le non paiement des soldes dans l'armée, je peux vous dire que dans l'Education Nationale, c'est pareil; ma voisine qui est vacataire n'est toujours pas payé d'octobre je crois"

Mr Kilinc: "les agents de la SNCF ayant leur compte à la Banque Postale n'ont pas eu leur virement de salaire du mois de novembre, c'est un problème national. La situation devrait être résolue dans la journée. Des problèmes de tréso à la Banque Postale? Sachez aussi que mon épouse a envoyé un courrier accompagné de tous les documents demandés (y compris un RIB) pour clôturer un vieux livret A. Réponse de sa Caisse d'Epargne plusieurs semaines plus tard: merci de nous envoyer un RIB!!! De qui se moque-t-on? "

Lecteur de Nantes: "je suis agent Sncf, et tiens a vous dire, que la paie des cheminots est arrivée avec un jour de retard sur les comptes de la Banque Postale (plusieurs dans ce cas). Evidemment personne n'est responsable, la banque m'assurant que le virement Sncf a été fait en retard. Elle affirme que c'est un problème bancaire. J'ignore encore si les autres banques sont concernées (je vais questionner mes collègues). Pour ma part, la conséquence a été un découvert de 500 euros car le crédit maison, lui, est prélevé a temps. J'ai écrit a la Banque Postale pour mentionner que je refusais de payer des frais".

Un autre fidèle lecteur: "Je confirme votre précédent article "Les militaires ne sont plus payés". J'ai 2 frères dans l'armée qui n'ont toujours pas été payés; pour l'un de ses mois de réserve (3 mois d'attente, motif panne informatique), pour l'autre actuellement en opération extérieure, les paiements sont différés d'un à deux mois. Et ils sont nombreux dans ce cas là!"

Une lectrice nous signale que les étudiants bretons n'avaient pas touché non plus leur bourse: "Au 22 novembre, la mensualité de novembre de nombreux étudiants bretons n'a toujours pas été versée. Que se passe-t-il? Il est bien difficile de le savoir... Le mois de novembre est sur le point de s'achever et de nombreux étudiants attendent désespérément le versement de leurs bourses. La Bretagne n'est pas épargnée, comme le constatent les centres locaux des oeuvres universitaires (Clous). A Brest et Quimper, les appels téléphoniques d'étudiants inquiets affluent depuis quelques jours. "Nous en avons eu une trentaine ce matin", rapportait l'un des responsables brestois ce mardi ", lire ici le Telegramme de Brest.

 

Pendant ce temps, Daniel Bouton, ancien PDG de la SG, a écrit à Giscard d'Estaing, authentique, qu'il fallait punir les Français d'avoir trop emprunté, et que pour cette raison, il fallait leur donner une leçon en leur prenant l'Hôtel de la Marine, Place de la Concorde, lire ici l'article "L'ex-PDG de la Société Générale veut nous punir d'avoir trop dépensé? Un comble!" d'Olivier Berruyer sur Rue89. Bref, tant que les banquiers et les politiques touchent leurs bonus et leurs payes, tout va bien, le reste du peuple, les manants, eux, peuvent attendre. Ils n'ont pas les manettes ni le porte-monnaie.

Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011


LA FRANCE DEGRADEE PAR EGAN-JONES


du 5 au 9 décembre 2011... : La seule agence de notation indépendante, et honnête, Egan-Jones, a dégradé la note de la France de AA- à un simple A, avec un "Negative Watch" en prime, ce qui veut dire que nous sommes proches du papier toilette version hongroise... "Disastrous trend and the worst has yet to come. Over the past two fiscal years, the Republic of France's debt has grown by 21% from EUR 1.32 trillion to EUR 1.59 trillion". Ouups. Lire ici et ici sur Atlantico. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011


CREDIT AGRICOLE A FAILLI FAIRE... FAILLITE LA SEMAINE DERNIERE ?


du 5 au 9 décembre 2011... : Ha ha ha... La Fed a sans doute sauvé le Crédit Agricole, ce qui confirme ce que vous avez vu la semaine passée sur cette page, à savoir "seule la Fed peut sauver l'Europe"... Regardez ce qu'ont écrit Zero Hedge et Forbes: "Did a big European bank come close to failing last night? European banks, especially French banks, rely heavily on funding in the wholesale money markets ... The Federal Reserve, the Bank of England, European Central Bank, the Bank of Japan, the Swiss National Bank, and the Bank of Canada in a coordinated action moved to provide liquidity to the global financial system. "These are the type of actions that were being taken during the financial crisis in 2008. Now most knowledgeable experts agree that not rescuing Lehman Brothers was a mistake. The authorities are not about to make the same mistake again. The only explanation for the massive action is that central banks were concerned about a pending failure that is not publically known". De son côté, Zero Hedge a titré "Dollar Libor Market Hints 66x Leveraged Credit Agricole Was Bank X".

Effet levier 66... Ouaaa Et pourquoi pas 666 pendant qu'on y est? "Given Credit Agricole's notably weak Tangible Common Equity Ratio ... it is hard not to suspect the global stick-save was instigated because this 1,59 trillion dollars asset-heavy bank was on the verge of failure. Credit Agricole's borrowing rate has been an outlier for the last few weeks suggesting, given the dollar funding stresses we know exist, a far greater desire to borrow USD than the rest of the motley Libor crew". Rappellez-vous, cet été on a vu que 3 banques french ont été mises à l'index sur le marché des dollars... Ce qui explique selon ZH pourquoi le CA paye une surcote de 15%: "Avec un levier x66, it is perhaps no wonder the massive French bank was willing to pay up to 13bps more for 3 million USD than the average Libor in early November, and still 7bps more (around a 15% premium)". Groupama sauvée par la Caisse des Dépôts, le Crédit Agricole par la Fed et autres banques centrales, tout ceci sent les seaux d'eau et de sable versés sur un immeuble de 50 étages en flammes... Et on ne parle même pas de l'euro et de son Niéme expérience aux frontières de la mort. Ca sent la fin de règne. A vos seaux et pelles... Nouvelle capitale de la France: les Sables d'Olonne. Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011

 

 

FITCH: L'ANGLETERRE VA PERDRE SON AAA

 
du 5 au 9 décembre 2011... : Juste une précision: j'ai vu passer des papiers sur Fitch disant "UK may be the most indebted of AAA sovereigns". Traduisez: l'Angleterre perdra son AAA en 2012... Revue de Presse par Pierre Jovanovic © www.jovanovic.com 2008-2011


 

Le Blythe Masters via le site éditeur. Envoyez ce lien à votre banquier et à tous vos amis..
Mon avant-dernier bébé: "777, la chute de Wall Street et du Vatican"! Vos critiques sont ici, la 4e de couve ici.
40 pages pdf de NOTRE-DAME DE L'APOCALYPSE. La Revue de Presse est ici. Recevez le catalogue gratuit.
Rediffusion des news, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.
La Revue de Presse radio sur 95,2 Mhz direct un mercredi sur deux 14h.

 

.

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 13:13
Wikileaks : surveillance des communications, un secteur bien portant

Wikileaks : surveillance des communications, un secteur bien portantDébat - Le marché de l’interception et de la surveillance de masse des communications (mobile, Internet…) compte de nombreuses technologies et fournisseurs comme l’illustrent des documents internes divulgués par Wikileaks. Les Etats démocratiques, dont la France, sont les principaux exportateurs de ces technologies, et souvent peu regardants sur les acquéreurs.


Wikileaks est de retour et publie de nombreux documents mettant en lumière le développement des technologies de surveillance par des sociétés privées et la nature très lucrative d’un secteur en plein boom.

Ces documents internes, comme des plaquettes commerciales et des modes d’emploi, tranchent avec les discours des fournisseurs de ces solutions, qui tendent souvent à cacher la finalité réelle de ces dernières.


Des arguments commerciaux

moins lisses que les discours officiels

 

Baptisée SpyFiles, cette nouvelle opération de Wikileaks menée en partenariat avec plusieurs médias, dont Owni en France, épingle des grands noms de l’industrie comme Nokia-Siemens, Qosmos, Thales, Bluecoat, ou encore le français Amesys.

Cette dernière société n’est plus vraiment une inconnue depuis que son rôle a été révélé dans la fourniture d’un système de surveillance d’Internet en Libye, avec le concours de l’Etat français, et au bénéfice du régime du dictateur Kadhafi.

Les révolutions arabes se succèdent depuis plusieurs mois. Les grands Etats démocratiques, dont la France, apportent leur soutien à ces mouvements de contestation. Problème, les documents divulgués par Wikileaks laissent craindre une certaine schizophrénie de la part de ces mêmes pays.

« À l’instar des marchands d’armes “traditionnels“, la majeure partie d’entre eux [Ndlr : vendeurs de technologies de surveillance et d’interception] sont situés dans des pays riches, et démocratiques. 12 des 26 pays recensés font ainsi partie de l’Union européenne qui, au total, totalise 62 de ces entreprises » écrivent nos confrères d’Owni.

 

Des armes électroniques

peu contrôlées à l'exportation ? 

 

Et ces sociétés prospéreraient grâce à une vide juridique permettant aux entreprises privées d’exporter ces technologies, en particulier dans les états autoritaires, comme par exemple la Syrie ou le Bahrein.

Il est pourtant peu probable que les gouvernement ignorent l’existence de ces produits technologiques, dont le marché est évalué à plusieurs milliards de dollars – et en progression constante.

Les autorités des pays démocratiques sont en effet elles-mêmes clientes de ces fournisseurs. Un Salon organisé par un des spécialistes du secteur, ISS, se tenait ainsi en octobre dernier à Washington.

Au programme des conférences comme « Pourquoi les terabits ne sont pas un frein » ou « Exploiter les vulnérabilités des ordinateurs et mobiles pour la surveillance électronique ». Etaient conviés des représentants du FBI, de l’armée et des services secrets.

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 12:42

 

La Chronique Agora

 

Les banques centrales ont sauté d'une falaise... Vous entraîneront-elles à leur suite ?

 
Eric Fry

 

 

▪ "Je me fiche de ce que font les autres enfants", me disait ma mère. "Toi, ne fais pas ça !... Si les autres enfants sautent d'une falaise, le feras-tu ?"

Jusqu'à récemment, j'ai toujours pensé que sa question était purement rhétorique. Mais à présent je réalise que la bonne réponse aurait été : "oui".

Toutes les grandes banques centrales ont sauté de la falaise la semaine dernière... suivies par la Banque centrale européenne (BCE).

A la quasi-unanimité, tous ceux qui ont observé cet événement ont salué "l'intervention coordonnée des banques centrales" comme étant une étape forte et courageuse vers une "sortie de crise".

Mais une intervention des banques centrales ne met jamais fin à une crise ; elle ne fait qu'y prétendre. Hier, lorsque les principales banques centrales ont sauté de la falaise dans le "ravin de l'hyperinflation", elles ne se sont pas envolées vers une résolution ; elles ont plongé vers une destruction.

Une "action coordonnée" n'est a priori pas une "action constructive". Les lemmings eux aussi coordonnent leurs actions. Et même s'ils s'imaginent voler lorsqu'ils sautent d'une falaise, leur petit corps poilu s'écrasera néanmoins sur les rochers en contrebas.

 

(..) La métaphore est on ne peut plus claire, mais je la file tout de même : les plus grandes banques centrales de la planète sont des lemmings... et aucun investisseur qui souhaite sauver sa peau ne devrait les suivre... du moins pas sans un parachute doré.

Selon les déclarations officielles à la presse :

"La Réserve fédérale, la Banque d'Angleterre, la Banque centrale européenne, la Banque du Japon, la Banque du Canada et la Banque nationale suisse annoncent aujourd'hui des mesures coordonnées pour étendre leur capacité à fournir des liquidités au système financier mondial. Le but de ces actions est de soulager les tensions sur les marchés financiers et, partant, de minorer les effets de telles tensions sur l'offre de crédit aux ménages et aux entreprises afin de stimuler l'activité économique".

"Les banques centrales ont convenu d'abaisser de 50 points de base le taux appliqué dans le cadre du dispositif temporaire existant d'échanges réciproques de devises"...

"A titre de procédure de secours, ces banques centrales ont également décidé de mettre en place des dispositifs bilatéraux temporaires d'échanges de liquidités qui leur permettront, si les conditions prévalant sur le marché l'exigent, de fournir de la liquidité, dans chaque pays, et dans l'une ou l'autre de leurs devises... Ces lignes de swap sont autorisées jusqu'au 1er février 2013".

▪ Qu'est-ce que cela signifie ? A première vue, pas grand-chose. Cette annonce promet simplement de réduire de 0,5% les taux d'emprunt de dollars à une banque centrale. Autrement dit, les crédits très court terme libellés en dollar sont devenus un peu moins chers. Génial !

Les institutions financières trop endettées -- voire fatalement endettées -- qui profiteront de cette mesure seront tout aussi endettées demain qu'elles le sont aujourd'hui. Un crédit moins cher ne résout rien ; il fournit juste une condition rabotée de fonctionner un peu plus longtemps.

"En réalité, la Fed a réduit les frais d'entrée des alcooliques au bar, mais elle n'a pas changé le fait que les gens au bar sont alcooliques", observe Dan Greenhaus, directeur de la stratégie globale chez BTIG. "Cela n'a pas affecté la raison pour laquelle les gens exigeaient des dollars, c'est-à-dire la nervosité dans la Zone euro".

Même la BCE a rallié le mouvement, malgré plusieurs déclarations officielles affirmant le contraire. Ainsi, selon la chancelière allemande Angela Merkel, l'Allemagne n'autorisera jamais la BCE à s'engager dans une "monétisation de la dette" -- c'est-à-dire faire marcher la planche à billets. Mais ce qui s'est passé hier suggère que cette position ferme pourrait être remise en question.

La BCE pourrait ne pas s'engager ouvertement -- et d'elle-même -- dans l'émission de monnaie. Mais si tous les autres enfants le font, c'est autre chose. Après tout, si tous les autres déprécient leur monnaie en même temps, peut-on réellement parler de dépréciation de monnaie ?

"Les banques centrales veulent par tous les moyens soulager les tensions qui agitent le système bancaire mondial", explique Dan Amoss, chroniqueur au Strategic Short Report. "Elles ne veulent pas voir que la plupart des banques européennes sont insolvables et offrent à ces banques un accès de plus en plus facile à des financements long terme".

"Une fois que les banques centrales commencent à prêter à des banques insolvables, il ne peut y avoir de sortie méthodique. Lorsque les défauts souverains auront lieu, on verra un recours accru aux planches à billets pour maintenir le système en état".




Qui sait ce qui arrivera ensuite ?

 

Sans doute pouvons-nous nous attendre à une nouvelle ère

de sauvetages clandestins, à des facilités de prêt détournées

affublées d'acronymes énigmatiques

et à un jeu monétaire mondial

qui ressemblera fort à une grande opération

de blanchiment d'argent.



Mauvaise nouvelle pour les monnaies fiduciaires,

bonne nouvelle pour l'or.

 

Retrouvez-nous en ligne sur :
http://www.publications-agora.fr
http://www.la-chronique-agora.com

 

 

http://abdoumenfloyd.a.b.pic.centerblog.net/jfsclcyu.jpg

http://abdoumenfloyd.a.b.pic.centerblog.net/jfsclcyu.jpg

 

 

Chère amie, cher ami,

 

Notre « Appel pour la fidélité à l’œuvre de la Libération »

est désormais en ligne,

et il est possible de le signer en allant sur le lien

 

http://www.mesopinions.com/Appel-pour-la-fidelite-a-l-%C5%93uvre-de-la-Liberation-petition-petitions-0e47c2901eadcc6dd37c28dee3af01a2.html

 

Ce qui est la solution la plus simple pour signer l’appel.

Nous remercions sincèrement ceux qui ont déjà

pris la peine de signer et d’envoyer,

soit par la poste soit en scannant l’appel signé.

 

Amitiés militantes

 

Marc Lacroix

Président

 

.

 


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 00:13

http://s3.static69.com/m/image-offre/6/6/1/b/661bafb28cca2380ecd1dabebacf2bc5-300x300.gif

http://s3.static69.com/m/image-offre/6/6/1/b/661bafb28cca2380ecd1dabebacf2bc5-300x300.gif

 

 

L'école est attaquée, l'école est dégradée,

l'école est humiliée, l'école est appauvrie, l'école est sacrifiée,

l'école est privatisée, l'école va mourir.

 

Quand je parle de l'école, je parle de l'école de la République qui portait haut les valeurs encore inscrites sur les frontons de nos édifices publics. Elle a permis de dispenser un savoir de qualité. Elle a permis l'ascenseur social, seul garant de l'égalité.

 

http://christophe.chazot.pagesperso-orange.fr/images/la_classe.jpg

http://christophe.chazot.pagesperso-orange.fr/images/la_classe.jpg

 

Avec plus de 100 000 postes d'enseignants supprimés depuis 2007,

 

avec la fameuse RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques),

 

avec les DSP (Délégation de Service Public),

 

avec les PPP (Partenariats Public Privé),

 

avec la prochaine suppression des concours de recrutement,

 

avec la précarisation des enseignants et des autres personnels de l'éducation qui n'est plus nationale depuis 2004,

 

avec la prochaine suppression du baccalauréat,

 

avec la suppression de l'histoire géographie en terminales scientifiques,

 

avec la paupérisation des programmes qui ne permettent plus d'instruire et de former des citoyens responsables,

 

avec ces campagnes de dénigrement sur les grands média,

 

avec la nouvelle gouvernance qui insidieusement s'installe,

 

avec la nouvelle gestion des personnels directement inspirée de celle de France Télécom,

 

avec la nouvelle notation des enseignants,

 

avec le livret de compétences (véritable fichage de chaque individu depuis la première année de maternelle et peut-être avant),

 

avec tout cela et tant de belles choses que je n'ai pas la place de citer ici, vous comprendrez que la vieille dame est moribonde et s'éteint doucement.

 

 

La mort de cette institution républicaine

laisse entrevoir la disparition des valeurs

qui fondent notre vivre ensemble.


Il faut être conscient des dangers

qui nous guettent.


 

Tout ne sera pas réglé par une alternance en 2012.



Il faut nous prendre en main

et refuser l'asservissement et l'esclavage

pour les générations futures ! 

 


Nous pouvons si nous le voulons, arrêter ce massacre programmé.


Alors, agissons pour l'intérêt général !  


Informons-nous !


Parlons-en autour de nous, à nos proches, à nos amis, à nos parents! ... 


N'attendons pas que les catastrophes arrivent avec leurs cortèges de désolations !


Agissons!

 

http://www.histoire-image.org/photo/zoom/dau5_hall_001f.jpg

  http://www.histoire-image.org/photo/zoom/dau5_hall_001f.jpg

Analyse : L'école républicaine en Bretagne

histoire-image.org

 

 

Voici une citation de Thomas Jefferson   (Thomas Jefferson fut le troisième président des États-Unis, un grand homme dont les citations sont toujours d’actualité, malheureusement…)


"Si vous trouvez que l'éducation coûte cher, essayez donc l'ignorance"  

 
  • En pièce jointe vous trouverez:
Quelques citations intéressantes.
Un diaporamma sur le livret de compétences.  
(Un parallèle éloquent entre le livret ouvrier, véritable fichage des ouvriers
entre 1848 et 1880 lors de la première mondialisation capitaliste,
et le livret des compétences aujourd'hui). 

Les idées d'un Think Tank ultralibéral,
boite à idées du gouvernement UMP actuel.

LUCIEN  PONS

Pièces jointes : Demander à LUCIEN  PONS

http://claude.rochet.pagesperso-orange.fr/ecole/imagec/notes.jpg
http://claude.rochet.pagesperso-orange.fr/ecole/imagec/notes.jpg
.
http://jcmerle.elunet.fr/public/jcmerle.elunet.fr/site/Ecole/graffitis-papiers-chomage-4865_m.jpg
http://jcmerle.elunet.fr/public/jcmerle.elunet.fr/site/Ecole/graffitis-papiers-chomage-4865_m.jpg
.

 


Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 00:11

http://www.armees.com/local/cache-vignettes/L415xH312/drapeau-2-69251.jpg

http://www.armees.com/local/cache-vignettes/L415xH312/drapeau-2-69251.jpg

 

 

 

Merlin

 

3 décembre 2011 at 17 05 09 120912

 

(..) L’info sur les militaires sans soldes et primes se confirme.

 

 

La colère des légions

 

Bref la fronde gronde et se répand. Un forum Facebook vient d’être lancé, animé en partie par les dames de ces messieurs, avec la même détermination furieuse que les femmes de mineurs du temps jadis.

 

Mises en cause ni plus ni moins : la faillite de l’Etat, la crise, bref, la « Grande perdition » soi-même. On se rappelle que l’an passé, les services publiques avaient déjà eu maille à boucler l’exercice 2010. On notera que la hiérarchie tergiverse et tente par tous les moyens de repousser les corrections du « bug » à l’exercice suivant, 2012. Gagner du temps à tout prix et « alea jacta est » !

 

En attendant, les menaces se font de plus en plus précises et mordantes à l’intérieur des murs en émoi :

« Faut-il in fine avoir recours à la fameuse citation, sans doute apocryphe figurant en exergue des “ Centurions ” de Jean Lartéguy : “Que Rome prenne garde à la colère des légions ! ” ? Tant il est vrai et terriblement humain d’être légèrement énervé lorsqu’on n’est pas soldé en fin de mois, après service fait. » (Adefdromil)

 

La suite ici http://blogs.rue89.com/yeti-voyageur/2011/12/03/quand-letat-solde-les-soldes-de-ses-militaires-225902

 

Commentaire sur :

Les 30 deniers de Monsanto & Co et une classe politique affligeante
Partager cet article
Repost0
5 décembre 2011 1 05 /12 /décembre /2011 00:10

http://delademocratieenfrance.over-blog.com/60-categorie-10544641.html

 

 

Les 30 deniers de Monsanto & Co et une classe politique affligeante

Dans le champ de l’agriculture, l’usage libre et gratuit des graines ne sera bientôt plus qu’un doux souvenir rappelant des méthodes paysannes d’un autre temps. Surnommées “semences de ferme”, ces graines étaient jusqu’alors sélectionnées par les agriculteurs au sein de leurs propres récoltes et replantées l’année suivante.Depuis plusieurs décennies, ces pratiques n’allaient déjà plus de soi lorsque ces semences étaient protégées par un Certificat d’obtention végétale (COV) à savoir le droit de propriété des “obtenteurs” de l’espèce. Ressemer ces graines était théoriquement interdit. Mais cet usage demeurait, dans les faits, largement toléré en France. Il est désormais strictement réglementé par une proposition de loi UMP adoptée lundi 28 novembre par le Parlement. (Source: Le Monde)


Qui sont ces propriétaires de semences à qui la « contribution volontaire » sera reversée ? Depuis 1949, toute variété de semence mise sur le marché doit obligatoirement être inscrite sur le catalogue géré par l’Office communautaire des variétés végétales (OCVV), dont le siège est à Angers. Cet office accorde un droit de propriété intellectuelle, d’une durée de 25 à 30 ans, à « l’obtenteur », celui qui a sélectionné cette variété. Les principaux détenteurs de ces « certificats d’obtention végétale »  ne sont autres que les grandes multinationales semencières : Bayer, Limagrain, Monsanto, Pioneer, Vilmorin ou Syngenta. Tous réunis au sein de l’Union française des semenciers, qui aurait fortement appuyé le projet de loi. (Source)

Ainsi, quand les politiciens de l’UMP parlent de travailler pour le bien des Français, pour la nation, pour la France, etc., nous savons maintenant, de manière officielle, que Monsanto et leurs intérêts personnels passent avant. Que personne ne se leurre, la plupart de ces gens-là nous préparent les FAMINES de demain, en France. Nous savons que l’on parle de temps en temps de survie dans les commentaires. Il est primordial de surveiller la météo et le développement de la crise sociale, sans oublier la géopolitique. Mais avant la prochaine guerre mondiale, tout commencera, chez nous, par la triste guerre civile. Cela fait 25 ans qu’un initié nous l’a confié, et ce scénario dramatique devient de plus en plus lumineux.

Vers une société ROUGE

Ce que recherchent les industries et multinationales semencières, c’est tout bonnement de créer un système d’esclavage des paysans (ce qui est déjà la cas), d’en faire leurs prisonniers, et ainsi d’avoir la capacité d’affamer n’importe quel peuple.


D’aucuns ont bien raison de parler de “dîme sur les semences”, imposée par des laïcards qui serinent leur amour des droits de l’homme.

 

Ressemer librement sa propre récolte ou échanger des variétés de plantes devient illégal! Ce que les politiciens français de Monsanto & Co mettent en branle, c’est s’en prendre à l’autonomie alimentaire des paysans et des citoyens. Nous sommes dans le prolongement de ce plan visant à l’abandon de la souveraineté nationale, au moyen de la dette souveraine.

 

La nomenklatura mondialiste espère ainsi créer une nouvelle féodalité purement technocratique avec les employés de Firmes comme Goldman Sachs, froids comme la mort, capables d’éliminer les bouches qu’ils jugent “inutiles”, sans aucune retenue morale, car là où il n’y a plus de principes religieux, c’est le paganisme et la barbarie qui s’imposent. Ces personnages auraient-ils la nostalgie de ce criminel de l’humanité qu’était Staline? Ce criminel bien pire qu’Hitler et à qui les financiers de Wall Street ont donné la moitié du monde, à Yalta, en 1945, pour arriver à cette chose inouïe où l’Occident va désormais devenir ROUGE? Et cela va aller très vite, comme vous pourrez le constater dans les prochains mois.

Un effondrement sociétal se profile à l’horizon

LIESI / Numéro 222En 1972, quand les Etats-Unis sont devenus l’un des principaux importateurs de pétrole, la situation est devenue alarmante. Kissinger, l’un des stratèges les plus influents de Nixon, nourri par les Rockefeller, a alors préparé le National Security Study Memo (NSSM#200), qui développait un plan de réduction de la population [mondiale]. Dans ce mémo, douze pays étaient particulièrement ciblés : Bangladesh, Brésil, Colombie, Egypte, Ethiopie, Inde, Indonésie, Nigeria, Pakistan,Turquie, Thaïlande et Philippines.


Pour réduire la population mondiale, l’arme choisie fut la nourriture. C’est pourquoi Kissinger déclara : ‘‘Contrôlez le pétrole et vous contrôlerez les nations, contrôlez la nourriture et vous contrôlerez les populations’’. (F. William Engdahl)


Et que font la plupart de nos politiciens ? Nous disons “la plupart” car il ne faut certes pas tomber dans l’excès. Nous n’oublions pas les informations précieuses transmises à LIESI par des sénateurs ou hommes d’influence. Ces gens-là ne partagent absolument pas ce que font les appareils politiques.


Après ces mesures suicidaires en faveur de Monsanto & Co, on voudra nous faire croire que les politiciens à l’origine de cette loi ne travaillent pas pour les génocidaires, admiratifs de celui qui est représenté par le BAPHOMET dans les réunions entre hauts initiés. Leur force est la naïveté et l’ignorance de la très grande majorité de nos contemporains, insouciants, refusant de se poser des questions dérangeantes, préférant ce système matérialiste athée dans lequel ils baignent.

 

Mais bien des choses vont désormais changer. Les Associés du diable (voir le dernier numéro 243 de LIESI) ont leur calendrier et nous avançons vers l’heure du “Grand soir”, même s’il est absolument impossible de fixer une date précise. Seules les prophéties sérieuses peuvent éclairer sur ce point; ce sont des balises qui mettent en lumière l’objectif des sectateurs du Diable. De ce point de vue, et comme LIESI l’a dit depuis plus de dix ans, la guerre contre l’IRAN sera le signe déclencheur. L’actualité n’a malheureusement pas démenti cette analyse. Autre point important, le battage médiatique qui commence sur le sujet des “virus”. Là aussi, le moment semble venu de faire comprendre qu’un beau jour un méchant virus pourrait décimer une bonne partie de la population. Cela fait partie du programme de conditionnement psychologique des masses. En temps opportun, et si internet existe toujours, nous en reparlerons.

 
102 Comments

Publié par le 3 décembre 2011 dans Non classé

 

.

 

 

http://a4.idata.over-blog.com/308x423/0/27/07/30/non-aux-ogm/monsant2.jpg

http://a4.idata.over-blog.com/308x423/0/27/07/30/non-aux-ogm/monsant2.jpg

 

 

Un Tchernobyl Génétique.

 

La contamination génétique du maїs dans la province de Chihuahua au Mexique est une nouvelle gravissime et met une fois de plus en exergue les méthodes les plus basses auxquelles sont disposées Monsanto et les multinationales de la biotech pour s’emparer de l’agriculture, de l’alimentation et de la souveraineté du Mexique.


En Septembre déjà, la Sargapa, le ministère mexicain de l’Agriculture, avait reconnu l’existence d’une plantation illégale de 70 hectares de maїs transgénique à Chihuahua, tout en annonçant qu’elle prendrait des mesures pour sanctionner cet acte. Une mesure tardive et hypocrite puisque cela fait déjà plus d’un an que le Frente Democrático Campesino de Chihuahua (FDCCh) et El Barzón, avec l’appui de Greenpeace, avaient détecté et dénoncé les cultures illégales dans l’Etat du Chihuahua mais le gouvernement n’avait rien fait (voir cet article). En fait, il a fait beaucoup. Les autorités du Sargapa ont initié une campagne interne en faveur des OGM afin d’obtenir des autorisations pour Monsanto et la mise en culture de son maїs transgénique, ce qui reviendrait à légaliser a posteriori la contamination. Greenpeace a même dénoncé le ministère de l’Agriculture pour avoir réalisé illégalement des essais d’OGM en plein champ, alors même que la loi Mexicaine l’interdit.


Cette fois la fraude est encore plus grave. Selon des témoignages de producteurs locaux recueillis par la FDCCH, les vendeurs de semences de la région auraient re-emballé plus de 3000 sacs de graines de maїs pour y mélanger illégalement des graines transgéniques. Les organisations de protection de l’environnement estiment que la contamination génétique pourrait toucher jusqu’à 25000 hectares de culture.


Il s’agit d’un véritable Chernobyl génétique puisque le Mexique est le centre historique et originel du maїs, sa contamination pourrait avoir des effets potentiellement destructeurs non seulement pour le pays et sa biodiversité mais il s’agit aussi, comme le pointe Victor Quintana de la FDCCH, « d’un coup féroce contre l’agriculture paysanne et indigène ». Le maїs est cultivé par les populations mexicaines et indigènes depuis plus de 10 000 ans, il est le coeur de leur économie, de leur autonomie et de leur culture.


Mais quel est l’intérêt de mélanger des graines transgéniques avec les semences traditionnelles alors que les graines transgéniques sont plus chères ? Cette fraude serait vraiment le pire coup économique en terme de rentabilité. Malheureusement, le but de cette fraude n’est pas de s’enrichir dans l’immédiat, non, cette fois il s’agit de la volonté délibérée de provoquer une contamination généralisée des semences de maїs pour en forcer la légalisation de fait et ouvrir un nouveau marché pour les semences transgéniques, qui sera cette fois très lucratif pour Monsanto.


La contrebande et la contamination intentionnelle font parties du répertoire de Monsanto qui, non content de contrôler 87% du marché des semences transgéniques, cherche à s’imposer par tous les moyens dans les pays récalcitrant aux OGM. C’est ainsi que le soja transgénique a déjà été introduit illégalement au Paraguay et au Brésil, pour créer une situation de fait ne laissant plus aucun choix aux gouvernements sauf celui légaliser les cultures (voir cet article). Une fois cette formalité entérinée, Monsanto se retourne alors contre l’Etat et les producteurs pour réclamer les royalties qui lui sont dues au nom des brevets qu’elle possède. Une situation qui ne manquera pas de se reproduire au Mexique.

Pour Monsanto, il est fondamental de contrôler le marché mexicain du maїs puisque il s’agit du quatrième producteur mondial. Bien que l’entreprise dispose aussi de semences non transgéniques, avec de meilleurs rendements d’ailleurs, elle veut vendre son maїs GM à tout prix car ses semences sont sous brevet ce qui justifie un prix plus élevé et permet d’empêcher la conservation des semences pour la saison suivante. Monsanto n’oubliera pas de vendre au passage quelques milliers de litre de Roundup aux agriculteurs mexicains.


L’assaut des entreprises de biotechnologie contre le marché des semences est un véritable acte de vandalisme. Alors qu’il y a moins de quarante ans, les semences circulaient librement et étaient encore dans les mains des paysans ou d’institutions publiques, aujourd’hui 82% du marché des semences commerciales est sous le régime de la propriété intellectuelle (Brevet ou Certificat d’Obtention Végétale). De ces 82%, Monsanto, Syngenta y DuPont contrôlent quasi la moitié (47%) du marché mondial.


La collaboration – par action ou inaction- dont font preuves les autorités mexicaines à l’égard de ces multinationales, pour les aider à mettre la main sur le maїs et la vie des habitants du pays, est un véritable crime historique. En un mandat, ce petit groupe de fonctionnaires se prétend en droit d’offrir à six entreprises multinationales non seulement l’héritage de 10 000 ans de culture et de traditions des peuples d’Amérique centrale mais aussi la souveraineté alimentaire du Mexique. Cependant la majorité du patrimoine des espèces de maїs (rouge, noir,…) reste dans les mains des peuples indigènes qui les ont créées. Comme l’ont déjà annoncé les organisations du Chihuahua et beaucoup d’autres « s’ils continuent de nous pousser à bout, il ne nous restera d’autre solution que de nous lancer à l’assaut des champs infestés par les transgéniques. »


Source : Journal La Jornada (Mexique), 11 octobre de 2008 par Silvia Ribeiro Grupo ETC

 

OGM au Mexique : "le Tchernobyl Génétique"

 

Lire aussi :

 

Le Mali impose les OGM à ses paysans

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche