Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 01:38
Jacques Attali sur le site du CFR (council on foreign relation)
«Pour éviter la disparition imminente de l’euro, l’UE aura besoin d’introduire un budget fédéral, des euro-obligations, et la coordination stricte des budgets des État-nations, dit Jacques Attali, fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement» est-il écrit sur le site officiel du CFR (think tank mondialiste non sous controle du gouvernement US) dans l’introduction de l’Interview d’Attali par Christopher Alessi, journaliste titulaire pour le CFR le 11 aout dernier
Ils veulent le contrôle total des budgets Européens
, la franc-maçonnerie en profite un max et tente de prendre le pouvoir des budgets des nations Européennes pour le donner aux ultra mondialistes. Il fait partie de cette pourriture comme Herman Van Rompuy (dit la serviette mouillée) de mondialistes qui veulent nous faire payer des impôts Européens, payer encore et encore pour éponger les pertes colossales des milliards et milliards par les financier internationaux qui jouent au casino avec notre epargne.
.
Jacques Attali juif sioniste franc-maçon, ancien directeur de la BERD (banque européenne de reconstruction...bla bla bla) et proche de Sarko le nain qu'on ne présente plus, fait partie de l'élite ultra mondialiste et il est le promoteur du nouvel ordre mondial avec un "gouvernement global", en France. Il essaye avec toute sa perversité de faire croire au petit peuple que la politique mondialiste ultra libérale est la meilleure des solutions pour faire face aux problèmes économiques et sociaux. Le projet c'est de libéraliser le monde, les frontières, la circulation des personnes, des marchandises, la libre concurrence, pour que seule l'oligarchie financière et corporatiste puisse faire sa loi. Lorsqu'ils auront toute les possessions des matières premières, des energies fossiles, et seront propriétaires de toutes nos terres, ils feront un gouvernement global dictatorial....
.
>

Jacques Attali franc-maçon menace de trancher la gorge à celui qui dit la vérité
.
.
La haute finance, une nouvelle forme d’impérialisme
En attendant de publier, lundi soir, la deuxième partie de notre article Ce n’est pas une crise, c’est une reconfiguration de l’économie mondiale, qui portera sur la destruction de la classe moyenne, nous vous livrons cette excellente analyse d’Eberhard Hamer, traduite par nos camarades zurichois d’Horizons & Débats, et qui complète parfaitement notre propos.

Une nouvelle forme d’impérialisme

Par Eberhard Hamer
Certains aspects des crises de l’euro et de la finance mondiale qui nous paraissent absurdes pourraient obéir à une stratégie :
- Pourquoi les citoyens américains ont-ils dû endosser la responsabilité étatique des spéculations ratées des banques de la haute finance?
- Pourquoi les Etats de l’UE ont-ils dû assumer la responsabilité des pertes des banques spéculatrices?
- Pourquoi la Réserve fédérale (FED), qui appartient à la haute finance, a-t-elle réduit à zéro le taux d’intérêt pour les banques qu’elle possède?
- Pourquoi les banques spéculatrices internationales ont-elles imposé aux pays des crédits dont ils ne peuvent payer les intérêts à des taux normaux et surtout qu’ils ne peuvent pas rembourser?
Pourquoi Sarkozy, Trichet, Strauss-Kahn et Obama, qui étaient liés au milieu des «banksters» avant d’entrer en politique, ont-ils forcé les pays sérieux de la zone euro à endosser les dettes des Etats surendettés et transformé l’UE en une union de transfert au mépris de tous les statuts et traités?
- Pourquoi la Banque centrale européenne (BCE) a-t-elle, contrairement à ses statuts, racheté plus de crédits pourris pour les Etats endettés (Grèce, Portugal) qu’elle n’a de fonds propres?
- Pourquoi les banques internationales qui ont accordé des crédits pourris aux Etats en faillite ne peuvent-elles pas participer à la garantie de ces crédits?
- Pourquoi, après les superprofits réalisés sur ces produits financiers pourris, on ne peut discuter que de responsabilité et de remboursements socialisés?
Pourquoi l’industrie financière mondiale et les gouvernements serviles refusent-ils avec une telle obstination de reconnaître l’insolvabilité des Etats débiteurs (Grèce, Portugal, Irlande, etc.) qui existe depuis longtemps?
 

Libellés

 

 

La BCE trahit les citoyens européens PDF Imprimer Envoyer

Lundi, 15 Août 2011 09:55

 

La politique monétaire européenne est décrite par l'expert financier Wolfgang Gerke comme un «abus à l'égard du contribuable» et une «trahison des citoyens". La BCE monétise la dette de certains pays. «À l'insu des citoyens, la Banque fédérale allemande est ainsi assise sur plus de 300 milliards de mauvaises créances à l'encontre de la  BCE."



L'expert financier Wolfgang Gerke accuse la politique monétaire européenne de ne pas respecter le traité de Maastricht. Selon lui les plans de sauvetage des pays européens surendettés constituent une «trahison des citoyens"

Par la violation de la clause de non-assistance du traité de l'UE dans le sillage des plans de sauvetage l'Europe abuserait des contribuables pour sauver le secteur financier européen, écrit le président du Centre bavarois des Finances, dans un commentaire pour le "Frankfurter Rundschau" ce lundi.

La BCE monétiserait la dette de certains pays. Elle imprime de l'argent pour la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Italie et l'Espagne. "À l'insu des citoyens, la Banque fédérale allemande est assise sur plus de 300 milliards créances à l'encontre de la BCE", a écrit Gerke. Avec cette "bad bank", les plans de sauvetage, et bientôt même avec des Euro-obligations, la politique européenne serait arrivée au stade d'une union de transfert interdite et 'vendrait' toujours cela aux contribuables comme son seul salut.

Celui qui voudrait réellement sauver l'euro, devrait tenir compte des accords de Maastricht et se concentrer sur la restauration de la compétitivité de tous les pays de l'Euro. "Cela ne fonctionnera pas sans coupes douloureuses. La politique actuelle constitue plutôt un report de la solution sur la prochaine génération."


L'expert financier conseille aux citoyens de se protéger contre l'inflation. Elle favorise les  débiteurs et nuit aux épargnants et aux retraités. Comme débiteurs puissants les Etats et les banques déterminent le taux d'inflation. Prenez peur de leurs décisions. "


http://www.news-26.net/econmie/926-la-bce-trahit-les-citoyens-europeens.html

 

 

.

 


 

Partager cet article
Repost0
16 août 2011 2 16 /08 /août /2011 00:32

 

 

Comment Wall Street affame le monde

Article trés intéressant qui montre que ces  banksters ont une foi malgré tout le mal dont ils sont la cause, mais quelle foi ?


Le travail diabolique de la banque Goldman Sachs

 

 

Lloyd Blankfein : Avec sa banque, il fait le travail de Dieu

En quelques heures, la petite phrase a fait le tour de la planète. Llyod Blankfein est alors passé du statut de président-directeur général de Goldman Sachs à celui d’ennemi public numéro un. Sa faute : l’arrogance. Au Sunday Times qui l’interrogeait sur son rôle, il a répondu avec simplicité : « Je ne suis qu’un banquier faisant le travail de Dieu. » Il n’en a pas fallu davantage pour déclencher la rage des antibanquiers, qui se sont immédiatement et massivement déchaînés sur la Toile.
L’affaire aurait pu être étouffée avec le temps. Mais c’était sans compter sur le lourd passif de la banque. A l’origine, il y a l’affaire AIG. Goldman Sachs était alors soupçonné d’avoir participé à la chute du géant de l’assurance, sauvé in extremis par un plan d’aide de quelque 187 milliards de dollars, financé par les deniers des contribuables.

Quelque temps après, l’article du magazine Rolling Stones dénonçant les agissements de la banque (qui aurait joué un rôle dans le déclenchement des crises financières depuis des décennies) a fait l’effet d’une bombe. Vient ensuite la participation du groupe dans le camouflage de la dette souveraine grecque. Le 16 avril, l’annonce du lancement par la SEC d’une procédure pour fraude est venue porter un coup fatal à la crédibilité du groupe (depuis, le titre a perdu plus de 20%) et à son P-dg, qui a déclaré à cette occasion avoir vécu « le pire jour de [sa] vie ».
Ennemi public numéro un
Les péripéties du groupe ont déclenché les foudres des spécialistes, mais aussi d’une opinion publique de plus en plus méfiante à l’égard du secteur financier. Sur le devant de la scène, le P-dg du groupe, Lloyd Blankfein, entré en fonctions en 2006, au moment où la planète finance tournait encore rond.
Pourtant, à l’origine, rien ne prédestinait Lloyd Blankfein à devenir celui que le monde entier aime détester. Au contraire. Son histoire figure parmi celle que les Américains aiment à donner en exemple, illustration parfaite de l’american dream. Il grandit entre les rues du Bronx et de Brooklyn, à New York. D’un père postier et d’une mère réceptionniste, il atteint les hautes sphères de l’élite à l’âge de 16 ans en intégrant l’université de Harvard, grâce à une bourse.
Spécialiste du droit des affaires, il commence sa carrière au sein d’un cabinet new-yorkais. En 1981, il postule pour la première fois pour une place à Goldman Sachs, mais sans succès.
Il intègre alors le groupe Aron, société de trading spécialisée dans les matières premières, basée à Londres et rachetée peu de temps après par Goldman Sachs. C’est ainsi que Lloyd Blankfein fait ses premiers pas dans ce qui deviendra, quelques années plus tard, la plus grande banque au monde.
Au sein de son département, sa capacité à agir épate : « Il semblait avoir un sixième sens et savait à quel moment encourager les traders à prendre davantage de risques et à quel moment les inciter à retirer le pied de l’accélérateur », commente le Time.
Responsable mais pas coupable ?
En 2006, il accède à la plus haute fonction, celle de président-directeur général. Au sein de la banque, il sait imposer sa griffe en soufflant le chaud et le froid : une prise de risque importante, mais toujours contrôlée.
Avec lui, Goldman Sachs opère un tournant radical. A partir de son introduction en Bourse en 1999, la société opte pour une stratégie offensive, axée sur la rentabilité absolue. De banque dépendante du niveau d’épargne de ses clients, elle passe au statut d’entreprise offensive à même de prendre de gros risques. La part des revenus issus des activités de trading et de produits dérivés n’a cessé de croître, jusqu’à atteindre 75%.
Pour l’heure, le P-dg doit répondre des agissements de sa banque durant la crise devant le Sénat américain. Pour sa défense, il rappelle que Goldman Sachs a dû essuyer également des pertes : « Le fait est que nous n’étions pas constamment ou significativement en position nette ‘short the market’ [Ndlr : pari à la baisse] dans les produits liés au crédit immobilier résidentiel en 2007 et 2008 [...]. Nos résultats dans les activités liées au crédit immobilier résidentiel le confirment. » A ses détracteurs, il rappelle volontiers l’ancienneté de son établissement : « Nous sommes une entreprise centrée sur le client depuis cent quarante ans et si nos clients ne croient pas que nous méritons leur confiance, nous ne pourrons pas survivre. » Reste à savoir si, à l’avenir, cette confiance lui sera renouvelée.
Chloé Consigny avec MoneyWeek G.-B.


source : http://www.moneyweek.fr/20100633124/actualites/people/blankfein-goldman-sachs/

SOURCE :
  http://endettementdesnations.blogspot.com/

 


.

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 18:04
Mercredi 15 décembre 2010
http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2010/05/dette.jpg
http://www.le-buzz-immobilier.com/wp-content/uploads/2010/05/dette.jpg

A qui profite la dette publique ? A l'Union pour une Minorité de Privilégiés.

Les points de vue sont convergents : j'en donnerai deux.

Dabord, celui de ce cabinet de consultants, essentiel :

http://www.pcf-smh.fr/IMG/pdf/la_dette.pdf


Ouvrant leur analyse par une citation de Karl Marx :

« La dette publique, en d’autres termes l’aliénation de l’État, qu’il soit despotique, constitutionnel ou républicain, marque de son empreinte l’ère capitaliste. (…) Comme par un coup de baguette magique, elle confère à l’argent improductif un talent procréateur qui le transforme en capital, sans qu’il ait besoin de s’exposer au dérangement et aux risques des investisseurs industriels et même des placements usuraires ». (Marx, Le Capital).

...ils indiquent que ceux (de DSK à Sarkozy?) "qui n’ont pas de mots assez durs pour fustiger la dette n’ont en réalité aucunement l’intention de la supprimer" car pour la « classe des créanciers de l’État », que Marx déjà dénonçait, la dette publique est trop rentable pour disparaître.



Allez donc y voir :



http://www.pcf-smh.fr/Si-la-dette-est-bien-un-probleme.html



Ensuite, creusant également la question de savoir à qui profite la dette publique, Alternatives économiques (toujours pas abonné?), livre le même type d'analyse.

 

Source :

http://www.alternatives-economiques.fr/il-n-y-a-pas-que-le-bouclier-fiscal-_fr_art_633_42332.html 



Le paquet fiscal, adopté avec la loi Tepa en 2007, aurait coûté 7,7 milliards d'euros en 2008. Et si on prend en compte toutes les mesures mises en œuvre depuis neuf ans pour alléger la fiscalité des plus riches, le montant perdu chaque année par les finances publiques s'élève à 30 milliards d'euros.

Le gouvernement a rendu public le 16 mars 2009 une estimation du coût du « paquet fiscal » adopté en 2007 pour les finances publiques : celui-ci se serait élevé finalement à 7,7 milliards d'euros en 2008. Dont plus de moitié, 4,3 milliards d'euros, pour les exonérations sociales et fiscales sur les heures supplémentaires (voir notre pétition contre ces exonérations). Dans un contexte où on se demande de plus en plus comment rétablir demain un équilibre des finances publiques mis à mal par les nécessités de la relance, le débat est vif autour de la loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat (Tepa).

Le gouvernement espère le désamorcer en montrant que les montants concernés sont plus faibles que les chiffres souvent avancés jusque-là. Mais, même si le « bouclier fiscal » ne coûte « que » 400 millions d'euros à l'Etat, il a permis aux 3 506 contribuables les plus aisés de toucher un chèque de l'Etat de 116 193 euros en moyenne chacun, soit le tiers des impôts qu'ils ont versés. Alors que le revenu médian des ménages français était de 25 136 euros en 2005... Le symbole reste très fort dans le contexte actuel.

Une fois le gros de la crise passé, si on veut rétablir l'équilibre des finances publiques, il ne faudra pas en effet revenir sur les seuls bouclier fiscal et autres exonérations de la loi Tepa, mais aussi sur les multiples réformes menées depuis le début des années 2000 afin d'alléger la fiscalité sur les revenus et le patrimoine des plus riches. C'était, on ne s'en souvient guère, le gouvernement de gauche de Lionel Jospin qui avait lancé ce mouvement. Laurent Fabius, alors ministre des Finances, avait publié une tribune mémorable intitulée « Baisser les impôts pour préparer l'avenir », dans Le Monde du 28 aout 2001. Quant à l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin, devenu entre-temps un des plus farouches détracteurs du « paquet fiscal », il avait fait adopter une réforme du barème de l'impôt sur le revenu qui avait, à elle seule, entraîné plus de 10 milliards d'euros de pertes fiscales par an. Davantage, donc, que le paquet fiscal de Nicolas Sarkozy.

Combien cela rapporterait-il aux finances publiques de ramener simplement les impôts au niveau où ils étaient en 2000, avant ces multiples réformes successives ? 30 milliards d'euros par an, soit plus de la moitié du déficit public constaté en 2008.

Comment arrive-t-on à un tel montant ? En 2000, les impôts sur le revenu et le patrimoine des ménages avaient rapporté à l'Etat 13,8 % de ce qu'on appelle leur revenu disponible brut (RDB), selon les chiffres de l'Insee. En 2007, suite aux différentes réformes fiscales, ce taux n'était plus que de 12 %. Si on était resté à 13,8 %, l'Etat aurait eu, cette année-là, 22,6 milliards d'euros en plus à sa disposition... Auxquels il faut ajouter les 7,7 milliards perdus en plus en 2008 du fait du « paquet fiscal ». Pas étonnant en tout cas, avec de telles politiques, que les déficits publics se soient creusés et la dette se soit envolée, avant même la crise actuelle...

Guillaume Duval

 

Alors, plus que jamais, il faut

Refuser l'austérité Sarkozy-FMI

Débiteurs de tous pays, unissez-vous !

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 17:55

Attali désire la fédéralisation budgétaire de l’UE, un gouvernement mondial, et l’exprime au CFR.


Quand Attali se fait mousser par le CFR, voilà ce que ça donne. Évidemment, il parle bien de « crise », et non d’attentat économique, nous n’en serons pas surpris. «Pour éviter la disparition imminente de l’euro, l’UE aura besoin d’introduire un budget fédéral, des euro-obligations, et la coordination stricte des budgets des État-nations , dit Jacques Attali, fondateur et premier président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement» est-il écrit sur le site officiel du CFR

 dans l’introduction de l’Interview d’Attali par Christopher Alessi, journaliste titulaire pour le CFR le 11 aout dernier (1).

 

 

Pour Attali, «Si l’Europe n’est pas capable d’aller de l’avant avec la création d’une fédération, il est clair que l’euro va disparaître et s’effondrer.» N’est-ce pas magnifique et réjouissant de savoir qu’un zigoto dans son genre explique au Council on Foreign Relations que le fédéralisme est inéluctable pour l’Europe, car il faut sauver l’euro, en expliquant par justification que l’Europe a plus de marge que les USA concernant la dette, quoi de mieux que le cumul du mensonge pour ces pantins oú l’égo prime. Il ajoute : «Nous sommes exactement à ce moment en Europe, où nous devons passer d’une confédération à une fédération par le processus de la création d’un budget fédéral, exactement comme les États-Unis ont fait. Par conséquent, bien que nous puissions discuter de chacune des différentes crises – en Italie, ou au Portugal- la question est beaucoup plus simple: Si ce n’est pas fait en temps voulu, dans les douze prochains mois, des progrès réels avec la création d’un budget fédéral, d’euro obligations, et la coordination stricte des budgets des État-nations, l’euro va disparaître; l’Allemagne va sortir.» Attali explique donc aux pantins employés  par la barbouzerie de Rockefeller (8) que pour l’Europe, c’est le fédéralisme ou la mort, sympa le programme, on comprend alors un pan du « pourquoi » aux attaques financières sur l’euro (2). Le gourou Attali, seul nom que j’ai daigné utiliser pour le qualifier vous m’en excuserez, transmet donc le message, il faut passer à la dette fédérale en Europe. Trader Noé émettait un flash le 6 aout dernier : « SP a abaissé la notation des USA (tout va au tapis !) cela confirme la première partie du mail car le SP future ouvre demain ! Ensuite, les agences passeront à l’attaque sur les pays de la zone Euro ».(6) Ainsi, Attali, le porte parole des mondialistes, joue le jeu, et répond à la ruine des nations par la gouvernance globale, et par la continuité du processus de vol qualifié autrement nommé “dette” via un état fédéral européen.

Selon lui, le fédéralisme européen voit son point de départ à la création récente du fond européen, et ce dernier aurait le devoir de s’accélérer, afin de racheter les dettes des nations, histoire de finir de mettre les nations d’Europe en esclavage (3) par la “debtocracy” comme le souhaite tout mondialiste convaincu. Il parle en somme de faire comme le fonctionnement de trésorerie des USA. «Lorsque nous avons créé le marché unique en 1984, nous savions que le marché unique ne pourrait pas fonctionner sans une monnaie unique, et nous avons créé une monnaie unique. Et lorsque nous avons créé une monnaie unique, nous savions que la monnaie unique ne sera pas survivre sans un budget fédéral.» Après ce flot de propagande, il explique ensuite que  dans le contexte de la crise globale, les USA sont dans une situation pire que l’Europe, et que «les États-Unis ont la pire situation économique dans le monde développé, encore pire que le Japon.», et explique ensuite que l’UE, contrairement aux USA, n’a pas de dette fédérale, et que par conséquent, l’Europe a plus grande marge de manœuvre, d’où son avis de nécessité de généralisation budgétaire européenne, histoire d’être sûr de pouvoir continuer de piller les européens … John Adams disait «Il y a deux manières de conquérir et d’asservir une nation. L’une par l’épée, l’autre par la dette.» Un précepte qui doit être apprécié d’Attali, lui qui pense que la France est un hôtel, et qui s’affiche donc comme un nouveau Richard Nikolaus de Coudenhove-Kalergi, franc maçon pan européiste (9).

Gouvernement mondial :

Après avoir expliqué la répercussion mondiale de la chute économique des États-Unis, alors qu’il explique juste avant que l’Europe doit copier le fonctionnement de leur trésorerie fédérale, il affirme ensuite que les USA resteront au premier rang économique mondial, véritable solve et coagula argumentaire, nous arrivons ensuite sur le plat de résistance, le naturel revient au galop, il fait donc l’apologie d’un «état de droit mondial» :

«Nous sommes en train de voir un marché mondial sans un état de droit mondial. Nous avons besoin d’une primauté globale du droit et nous ne sommes même pas capables de mettre en place une règle de droit locale [en Europe et aux États-Unis]. Et cela signifie que les marchés vont gagner. Les marchés sans règle de droit ne sont pas en mesure d’atteindre l’équilibre, contrairement à ce que les économistes néoclassiques ont dit. La règle de droit minimum serait le contrôle de la spéculation des banques. La deuxième dimension d’un état de droit mondial serait d’avoir un nouveau système monétaire international où la charge de le réserve  monnaie serait partagée entre les États-Unis, le Japon, la Chine et l’Europe.»Sans commentaires, on sait à quoi s’en tenir lorsque l’on voit qu’Attali s’inspire de l’ouvrage « le meilleur des monde » (5) de Huxley, qui prêche la servitude volontaire (7), tel un Clarence Kirschmann Streit (10) d’un 21ème siècle pour le moins orwellien.

Pour conclure, on pourra reprendre un extrait de la préface du livre Pawns in the game de William Guy Carr (4), un ouvrage incontournable, qui résume la position du petit soldat Attali étant assujetti à ce qui suit :

C’est ce petit groupe de hauts subversifs qui tend à former un Gouvernement Mondial et travaille actuellement d’arrache-pied à la constitution des États-Unis d’Europe, piédestal obligatoire de la République Universelle d’après un « document controversé capital », aujourd’hui censuré…

http://infoguerilla.fr/?p=11667#more-11667

 

*lire entre autres articles sur le site « la théorie du tout »:

La CIA finance la construction européenne, par la revue Historia 

http://www.theorie-du-tout.fr/2010/07/archives-la-cia-finance-la-construction.html

 

Paroles d’Européens : ils ont osé le dire

 

: http://www.theorie-du-tout.fr/2010/05/blog-paroles-deuropeens-ils-ont-ose-le.html

 

1 http://www.cfr.org/eu/calling-eu-federal-budget/p25641

 

2 http://liesidotorg.wordpress.com/2011/08/12/devaluation-de-leuro/ 

 ;  http://liesidotorg.wordpress.com/page/2/

  ;

3 http://liesidotorg.wordpress.com/2011/08/09/impuissance-des-dirigeants-de-la-bce-et-le-%C2%AB-message-%C2%BB-du-marche/#more-3438

 

4 http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2010/11/Des-pions-sur-l_echiquier.pdf

 

5 http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Meilleur_des_mondes

  ; http://www.france-jeunes.net/lire-aldous-huxley-le-meilleur-des-mondes-13656.htm

 

6 http://liesidotorg.wordpress.com/2011/08/06/flash-trader-noe-la-main-anonyme-a-tendu-son-piege-et-abat-sa-carte-avec-standard-poors/

 

7 http://infoguerilla.fr/?p=528

 

8 http://www.cfr.org/experts/world/david-rockefeller/b987

 

9 http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Nikolaus_de_Coudenhove-Kalergi

   ;  http://wiki.sylm.info/index.php/Mouvement_Paneurop%C3%A9en

 

10 http://fr.wikipedia.org/wiki/Clarence_Streit

http://infoguerilla.fr/?p=11667#more-11667

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 17:29


7

Vous ne savez pas qui est Michele Bachman, c’est la candidate aux présidentielles américaines pour 2012 qui compte bien faire tomber Obama mais également la créatrice du premier groupe de Tea Party au congrès. Petit rappel, le Ta party est un mouvement politique conservateur, pro-armes, pro-religion chrétienne et complètement opposé au gouvernement actuel. Parmi les grandes figures du Tea party, certains reconnaîtront les noms de Ron Paul ou encore Sarah Palin

 

suite ici :

 

http://lesmoutonsenrages.fr/2011/08/15/la-photo-quil-ne-fallait-pas-prendre-de-michele-bachman/

 

 

Sur Wikipedia, extraits :

 

Après l'obtention de son diplôme, en 1974, à l'Anoka High School, elle part travailler au sein d'un kibboutz en Israël3.

Michele Bachmann revient vivre aux Etats-Unis et obtient, en 1978, un Bachelor of Arts (l'équivalent d'une licence) à la Winona State University. Cette même année, elle se marie avec Marcus Bachmann. En 1979, elle intègre l'université Oral Roberts, dans l'Oklahoma, où elle y étudie le droit et y obtient son doctorat en 19864. Par la suite elle obtient un master en droit à la William & Mary Law School de Virginie qui lui permet de commencer une carrière d'avocate. Elle travaille comme avocate et conseillère fiscale.

 

Bachmann est membre de l'United States House Permanent Select Committee on Intelligence, le comité de la Chambre de représentants en charge de superviser la communauté américaine du renseignement. Elle fonde le premier groupe du Tea Party au Congrès 8 7.

Candidature à l'élection présidentielle de 2012[modifier]

 

Le 13 juin 2011, lors du second débat présidentiel des Républicains dans le New Hampshire elle annonce sa candidature aux primaires républicaines pour l'élection présidentielle de 20129. Elle est actuellement la seule femme candidate à cette élection7. Elle a déclaré vouloir « reprendre l'Amérique »7, et faire du chef de l'État démocrate sortant, Barack Obama, le président « d'un seul mandat »7. Elle ressort comme très populaire auprès des médias conservateurs, des chrétiens évangéliste (25 % des électeurs7) et du courant Tea Party7 mais sa campagne pâtit de sa difficultés à rassembler l'électorat plus modéré du Parti républicain7.

 

Se disant en faveur de la solution diplomatique dans le cadre des relations entre les États-Unis et l'Iran, elle a toutefois déclaré qu'il ne fallait pas rejeter d'autres options comme des frappes nucléaires[réf. nécessaire]. Elle a également déclaré être une « supporter de longue date d'Israël »[réf. nécessaire].

 

 

Note d'eva :

 

Alerte, danger ! Néo-conservatrice extrémiste, ayant le soutien des évangéliques les plus conservateurs et fanatiques (ultra-sionistes, plus sionistes que les sionistes israéliens eux-mêmes), très réactionnaire, ancienne spécialiste du Renseignement, pour le moins d'Etat possible, le moins d'impôts pour les plus riches (avocate des plus nantis, conseillère fiscale pour qu'ils ne paient pas d'impôts), partisan de la suppression des aides sociales, c'est l'ultra-libéralisme anglo-saxon le plus brutal qui soit, indifférent au sort des couches populaires, et de surcroît, comme Sarah Palin, en matière de politique étrangère elle serait très dangereuse, certainement anti-communiste primaire ayant en aversion la Russie, par exemple, même si celle-ci est rentrée dans le rang des échanges mondiaux. Je suis persuadée que comme Sarah Palin, elle serait une dangereuse va-t-en guerre, risquant de conduire le monde à l'affrontement planétaire nucléaire. A surveiller de près ! Votre eva

 

Tea Party (mouvement politique)

sur Wikipedia

 

 

Le Gadsden Flag et sa devise libertarienne (« Ne me marche pas dessus ») figurent parmi l'imagerie révolutionnaire de la guerre d'indépendance reprise par les partisans du mouvement Tea Party.
Manifestation de partisans du Tea Party à Washington devant le Capitole le 12 septembre 2009

Le Tea Party est un mouvement politique contestataire, hétéroclite et populaire aux États-Unis, qui s'oppose à l'État fédéral et ses impôts.

Le Tea Party émerge au début de la présidence Obama, dans le contexte de la crise économique de 2008-2010 elle-même liée à la crise financière. Le mouvement critique notamment les dépenses gouvernementales faites sous l'administration Obama, tant celles qui soutiennent le système financier et la relance économique que celles qui fondent une protection sociale commune au niveau fédéral (Patient Protection and Affordable Care Act).

Réclamant une restauration de l'esprit fondateur du pays, le Tea Party emprunte à ce titre l'imagerie de la guerre d'indépendance et son nom fait référence à la Tea Party de Boston, un événement historique qui a marqué les débuts de la Révolution américaine contre la monarchie britannique au XVIIIe siècle.

 

suite ici :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Tea_Party_%28mouvement_politique%29

 

 

Sur les moutons enragés, les derniers posts :

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 17:21

http://1.bp.blogspot.com/_M2_znaKibg8/SgWR4BANdQI/AAAAAAAAA64/epBWrBItyRo/s1600/fbi-card-msn-hotmail-mail-fbi.gov.jpg

http://1.bp.blogspot.com/_M2_znaKibg8/SgWR4BANdQI/AAAAAAAAA64/epBWrBItyRo/s1600/fbi-card-msn-hotmail-mail-fbi.gov.jpg

 

Pour le FBI, vous achetez du matériel de survie! vous êtes un terroriste potentiel !
 
Ils voient des terroristes partout les ricains, voici un petit extrait de l’article….Alors que le gouvernement leur demande de se préparer au cas où, ils sont espionnés toujours au cas où, nous vivons une époque formidable! :mrgreen:

Le FBI demande aux magasins de surplus d’espionner les identités des clients qui achètent du matériel de survie, et de les signaler comme des terroristes potentiels tandis que la CDC effraie le public dans leur achat de matériel de survie avec ‘Zombie Apocalypse « psy-op.

Document du FBI Listes achat d'articles de préparation comme «indicateurs potentiels d'activités terroristes»

 
Le document du FBI, intitulé «Communautés contre le terrorisme: les indicateurs potentiels d’activités terroristes liés aux Magasins de Surplus Militaire » également les propriétaires de magasins de surplus ont en charge de:

  • d’«Exiger d’identité valide de tous les nouveaux clients.
  • Tenir des registres des achats.
  • Parlez à des clients, de poser des questions, et
  • écouter et observer leurs réactions.
  • Regardez des personnes et des actions qui sont hors de propos.
  • Prenez note des déclarations suspectes, des personnes et / ou des véhicules.
  • Si quelque chose semble suspect, aviser les autorités répressives. « 

source Alexander Higgins via incapabledesetaire
 
http://lesmoutonsenrages.fr/2011/08/15/pour-le-fbi-vous-achetez-du-materiel-de-survie-vous-etes-un-terroriste-potentiel/

 

.

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 17:15

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/438603-537369.jpg?v=1289419724

http://www.planetenonviolence.org/photo/art/default/438603-537369.jpg?v=1289419724

 

 

"Nous sommes dans une période de Mise en Place d'une DICTATURE TOTALE..."

Annie LACROIX-RIZ / 08-2011

 

Intégrale de son ITW (Affaire Louis Renault)(remarquable…) ici

http://www.historiographie.info/conf.html

 

Sa fiche Wikipédia…

http://fr.wikipedia.org/wiki/Annie_Lacroix-Riz

 

Ses conférences majeures :

http://www.historiographie.info/multimedia.html

Le choix de la défaite

De Munich à Vichy

Europe : mythe et réalités

Le mythe de la bonne guerre

 

Et pour aller encore plus loin… ses autres conférences toutes aussi incroyables :

http://vimeo.com/search/videos/search:lacroix%20riz/st/74f5a89b

.


Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 16:50
http://www.revuebanquelibrairie.com/img/uvc/9782717827835_Doc.jpg

http://www.revuebanquelibrairie.com/img/uvc/9782717827835_Doc.jpg

Cette semaine a été rythmée par les évolutions délirantes des marchés : le CAC 40, à 4000 points le 1er juillet est tombé à moins de 3000 points en séance pour se redresser à 3200 points. Ne faudrait-il pas couper le cordon entre économie réelle et financière ?

 

Quand la corbeille gouverne le monde

Cela fait maintenant quatre ans que les pays du monde entier vivent suspendus aux mouvements erratiques des marchés financiers. Quatre ans que les dirigeants de la planète sont au chevet de cette hydre financière malade de ses excès et qui entraine le reste de l’économie dans la récession. Quatre ans que les gouvernements de ce monde prennent pourtant toutes les mesures que le monde financier souhaite pour lui permettre d’aller mieux, et il ne va pas mieux.

Il y a trois ans, il fallait recapitaliser les banques, leur offrir une garantie publique et relancer l’économie. Aujourd’hui, il faut les délester des dettes souveraines qui leur semblent suspectes,  rééquilibrer les finances publiques et constitutionnaliser une camisole budgétaire qui a été parée du terme « règle d’or ». Mais les pantins gouvernementaux ont beau s’agiter dans le sens demandé, les marchés ne sont même pas rassurés puisque nous avons expérimenté un mini krach en plein été.

 

L’hypocrisie de Nicolas Sarkozy

Qu’il est loin le temps où Nicolas Sarkozy promettait de moraliser le capitalisme et dénoncer ses excès ! Qu’il est loin le temps où il promettait un nouveau Bretton Woods ! Dans la réalité, le G20 n’a presque rien fait et les gouvernements sont plus que jamais à la botte des marchés financiers. En effet, dès qu’ils ne se sentent pas bien, alors nos dirigeants se pressent de convoquer une réunion d’urgence et faire (presque) tout ce qui leur est demandés (à l’exception d’Angela Merkel).

Nicolas Sarkozy a démissionné devant les marchés financiers. Il a choisi les agences de notation et les banques plutôt que le peuple. Pour sûr, il n’y a jamais eu de réunion d’urgence pour lutter contre le chômage de masse ou la désindustrialisation. Mais il ne faut pas croire que le Parti Socialiste présente en quoi que ce soit une alternative. Ses candidats (à l’exception d’Arnaud Montebourg) sont engagés dans une course bien illusoire à l’orthodoxie financière.

 

L’alternative existe !

Alors que le gouvernement français avait refusé de suivre Berlin dans l’interdiction des ventes à découvert, Paris vient de changer d’opinion (avec Rome, Madrid et Bruxelles) mais seulement pour quinze jours et sur les valeurs financières. Pourquoi ne pas le faire définitivement ? Et pendant ce temps, rien n’est fait au sujet des profits indécents de hedge funds qui jouent et gagnent en spéculant sur un apocalypse financier qui a pourtant de graves conséquences sur l’économie réelle.

Pendant ce temps, le PIB de la Grèce a baissé de 6.9% en un an. Si les plans de sauvetage protègent les créanciers d’Athènes, la population, elle, souffre de plus en plus et le poids de la dette (dont la valeur ne baisse pas, contrairement à la dette) devient chaque jour plus insupportable. En France, 90% de la croissance du premier semestre vient de la hausse des stocks… Et la baisse de l’inflation démontre la bêtise crasse de la décision de la BCE de monter ses taux.

Pourtant, les solutions existent pour enfin mettre au pas la finance, la remettre au service de l’économie réelle, et non l’inverse : contrôle des mouvements de capitaux, taxation des transactions financières, séparation a minima entre banques de dépôts et banques d’affaires, interdiction des pratiques spéculatives dangereuses, véritable mise au banc des parasites fiscaux, renationalisation de la  création monétaire (fin de la loi de 1973), constitution d’un pôle public bancaire plus important….

Toutes ces mesures pourraient mettre fin à la tyrannie de la corbeille. Mais, comme le souligne Frédéric Lordon, cette chienlit de la corbeille la mène à l’autodestruction. Alors, nous pourrons reconstruire un système où la finance est au service de l’homme, et non l’inverse.


http://gaulliste-villepiniste.hautetfort.com/

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 16:43

http://blocs.xtec.cat/rosalindfranklin/files/2011/05/fukushima-300x225.jpg

http://blocs.xtec.cat/rosalindfranklin/files/2011/05/fukushima-300x225.jpg

 

Les mers chinoises polluées par la radioactivité issue de la catastrophe de Fukushima ?

realinfos | 15 août 2011 at 11 11 57 08578 | Catégories : BILLET D'HUMEUR | URL : http://wp.me/pOb9w-2lB

La Chine suspecte le Japon de lui avoir menti au sujet de la catastrophe de Fukushima. Selon la presse officielle chinoise, un rapport du Bureau national des océans fait état de résidus radioactifs retrouvés à 800 kilomètres de Fukushima alors que le gouvernement japonais avait parlé d’un périmètre de contamination ne dépassant pas 300 kilomètres. [...]

 

Lire la suite

Partager cet article
Repost0
15 août 2011 1 15 /08 /août /2011 16:39
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche