Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 22:45

 

Jeudi 24 janvier 2013

Manifestations contre l'arrivée des missiles PatriotLes mouvements de protestation des mouvements anti-impérialistes à la livraison des missiles Patriot demandés par Ankara à l’OTAN pour renforcer ses frontières avec la Syrie battent leur plein. Avec ces missiles sont également arrivées des centaines de militaires étatsuniens et allemands. De nombreuses autres nationalités sont également représentées.

 

Selon les media turcs, un groupe de militants anti-guerre aurait attaqué au petit matin du 21 janvier des soldats allemands qui étaient en charge de la protection de deux batteries de Patriot dans le port d’Iskenderun.

 

Des militants de l’Union des jeunes progressistes (TGB) auraient également pris pour cible six militaires allemands qui se promenaient dans le centre-ville. La police turque est intervenue aussitôt pour défendre les soldats qui s’étaient réfugiés dans un magasin avant de les en extraire sous haute protection. Selon l’agence turque Dogan, vingt-six militants auraient été arrêtés.

 

Des manifestations et des incidents ont déjà eu lieu ces derniers jours à Iskenderun, où sont arrivées dimanche dernier par bateau les quatre batteries envoyées par l’Allemagne et les Pays-Bas, mais aussi à Ankara et aux alentours de la base militaire d’Incirlik, où ce sont deux batteries et 400 militaires étasuniens en charge de leur maintenance qui ont récemment débarqué.

 

De très violents affrontements ont éclaté devant cette base avec les forces de l’ordre. Vingt-six autres manifestants ont été arrêtés après qu’ils ont forcé les barrages et pénétré dans la base. Denombreuses autres manifestations ont émaillé ces derniers jours le paysage politique turc, à l’image du millier de personnes rassemblées dans les cortèges du parti communiste (TKP), à Iskenderun et Antioche.

 

Á Ankara, des rassemblements ont eu lieu devant l’ambassade des États-Unis, où les manifestants ont condamné ce qu’ils considèrent comme une inacceptable agression envers le peuple syrien. Des mouvements de foule ont également été observés devant la délégation étasunienne à Istanbul. 

 

Capitaine Martin

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 22:11

 

Paris : capitale des terroristes et des « Frères Musulmans » ?

 
 

 

 

 

Il a été beaucoup été question dans les médias de la présence d’officiers des services de renseignements ou de sécurité occidentaux en Syrie, pour assister les insurgés.


Un officier militaire de l’opposition armée se trouvant provisoirement en France pour se faire soigner en parle sans gêne. Il a révélé pour le journaliste libanais Nidal Hémadé vivant en France que le plan d’attaque contre les aéroports syriens a commencé avec les Français et s’est poursuivi avec les Américains.


À l’origine, l’idée est suggérée par les Français, rapporte sous couvert de l’anonymat cet officier qui a été blessé dans une des attaques contre un aéroport syrien qu’il évite d’identifier. Lorsqu’elle a rencontré certaines difficultés dans sa mise en exécution, les américains l’ont prise en charge, suggérant d’attaquer les bases de défense aérienne au motif qu’elles sont moins assiégés. Depuis, ils supervisent la bataille dans tous ses détails : «  les Américains distribuaient les éléments chacun dans sa position, et nous donnaient les quantités d’armes et de munitions nécessaires pour chaque attaque », poursuit le milicien.

 

 

 

Bataille de Damas : le lien avec Deraa

 

Concernant la bataille de Damas, elle présente selon lui des risques majeurs pour l’opposition armée, vu que « son dos  est à découvert » du côté de Deraa où stationne d’après ses estimations la moitié de l’armée syrienne régulière. Ce qui explique les raisons pour lesquelles le gouvernement reste attaché à cette région et refuse de laisser tomber aucun de ses barrages. Alors que dans le passé, l’armée y disposait d’une trentaine de barrages, aujourd’hui leur nombre s’élève à plus de 300. À chaque fois qu’un barrage faisait l’objet d’une attaque de la part des miliciens, les militaires gouvernementaux le reprennent avec persistance. «  Tant que Deraa est entre les mains du régime, il n’y a aucun espoir pour la bataille de Damas », conclut l’officier.

 

Les otages iraniens contre le 4 officiers turcs


Otages iraniens de retour en Iran

Concernant de l’opération de libération des otages iraniens, l’officier de l’insurrection a confirmé les informations selon lesquelles elle s’est faite en échange de 4 officiers turcs qui avaient été arrêtés à Alep et reconduit à Damas. Pilote de l’air, ils avaient été détectés alors qu’ils tentaient à la tête d’une milice de s’infiltrer dans l’aéroport de Kwayrès. Sachant qu’Ankara avait alors nié catégoriquement leur arrestation.
L’officier milicien signale qu’avant cette opération, deux autres l’ont précédée : la première à Deir Baaliya  dans la ville de Homs, avant qu’elle ne soit sécurisée par l’armée gouvernementale et la deuxième a eu lieu à Darayya le 3 de ce mois-ci.

 

Selon le journaliste libanais, les capitales occidentales en général et Paris en particulier grouillent ces temps-ci de jeunes syriens qui se rencontrent dans les café et parle de la guerre en Syrie et de ses victimes, des pertes qu’ils ont subies et celles qu’ils ont infligé au pouvoir. 
Sans aucun ménagement, voir avec une certaine fierté, ils parlent du rôle américain et du parrainage de la France. «  C’est étrange, la maternité politique est passée des Maronites au Liban aux courants salafistes et confréries des Frères Musulmans en Syrie », s’étonne Hémadé.
Ce dernier rapporte aussi que ces Syriens se vantent aussi de l’aide qatarie qui leur est fournie, «  un trésor qui nous est tombé du ciel », s’exclame l’un d’eux, et qu’ils ne voudraient en aucun cas perdre. En dépit des accusations qu’ils s’échangent sur celui qui a pris plus, ou sur la part qu’il a envoyé en Syrie ou celle qu’il s’est gardée pour lui. 

 

ALMANAR

 

http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=9721

 

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 21:45

 

La Plume parcours le Net

Retraites, marché du travail : la grande régression est en marche – par Laurent Pinsolle

21 janvier 20130
3/5(53%) 3 votes

 

Publié le : 21 janvier 2013

Source : gaullistelibre.com

 

 

 

Qu’aurait-on dit si cela avait été fait par Nicolas Sarkozy ? Au final, parce que ce sont les socialistes qui la mettent en place, la grande régression des droits sociaux avance de manière assez discrète, même si la récente sortie de Jérôme Cahuzac sur la désindexation des retraites semble plus risquée.

 

Haro sur les retraites


C’est un très bon papier de Laurent Mauduit sur Médiapart qui nous alerte sur les menances qui planent actuellement sur les retraites. Comme il l’explique très bien, après un début de quinquennat qui avait vu un relèvement de l’imposition sur les entreprises et les entrepreneurs, le gouvernement semble avoir changer de fusil d’épaule devant la révolte illustrée les polémiques sur la taxation sur les cessions d’entreprises ou celles sur les départs de riches contribuables hors de France.

En effet, à la surprise générale, le gouvernement a largement adopté les conclusions du rapport Gallois, allant jusqu’à mettre en place un dispositif de crédit d’impôt de 20 milliards, au fonctionnement néanmoins compliqué. Les partenaires sociaux ont aussi conclu un accord pour flexibiliser le marché du travail. Mais un troisième volet semble se dessiner avec le déséquilibre de la branche retraites, qui devrait atteindre 20 milliards en 2020, signe patent de l’échec prévisible de la réforme Sarkozy.

Jérôme Cahuzac, ministre du budget, a évoqué une désindexation des retraites de l’inflation, une grosse source d’économie qui viendrait raboter chaque année le pouvoir d’achat des retraités (indexé sur l’évolution des salaires jusqu’en 1994). A croire qu’ils se sont concertés, Laurence Parisot, elle, propose de repousser à 64 ans l’âge de départ à la retraite pour 2027 et un dispositif proche de celui avancé par le ministre, à savoir une baisse de 5,5% du pouvoir d’achat des retraites en 5 ans.


Le marché du travail, version institut Montaigne


Bref, le gouvernement met en place des politiques très proches de celles dramatiquement appliquées en Espagne ou en Grèce : flexibilisation du marché du travail, réduction des prestations, coupes budgétaires, austérité. Certes, ce n’est pas aussi violent que dans ces pays car notre pays part d’une meilleure situation. Mais le parallèle est flagrant, comme l’illustre le soutien affiché par le très libéral institut Montaigne à l’accord de flexbilisation du marché du travail trouvé par les partenaires sociaux.

Le Monde a publié une bonne synthèse de l’accord, qui montre que le curseur a plus penché du côté de la flexibilisation que de la sécurisation. Bien sûr, le Medef a cédé sur la taxation des CDD courts, mais il faut noter que cela ne concerne que les CDD très courts et que la taxation supplémentaire ne porte que sur les cotisations chômage, donc le coût sera limité. En revanche, la flexibilisation avance, notamment pour les plans de licenciement ou les accords de maintien dans l’emploi.

Il ne faut pas être uniquement critique car le dernier point notamment est plutôt une bonne idée, inspirée des bonnes pratiques allemandes, où les entreprises avaient moins licencié pendant la crise. Certains points de l’accord représentent également des avancées sociales. Mais le problème est que les partenaires sociaux restent dans le cadre de cette globalisation néolibérale qui pousse à une déconstruction progressive de nos acquis sociaux sans le moindre espoir d’une alternative.

Ce nouvel épisode, après les déclarations sidérantes d’Arnaud Montebourg sur Renault, démontre à nouveau à quel point il n’y a strictement rien à espérer de la part du Parti « Socialiste », qui mériterait d’être rebaptisé « Social-libéral » ou même « Social-traître ».

 

Laurent Pinsolle

.
Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 17:30

 

 

L'empire...

La France homme de main de l’USraël en Afrique.

La France, via son président Hollande, est de plein pied dans la guerre contre le terrorisme chère au président Bush et à Nethanyahu. Les deux figures de l’empire americano-sioniste ou de l’USraël pour faire plus court. La France n’incarne plus du tout une troisième voie comme le souhaitait De Gaulle par exemple mais devient le valet des basses œuvres de l’USraël.

L'empire...

L’empire…

Il fût un temps où la France était indépendante et pouvait envisager une politique équilibrée entre les deux blocs constituées d’alors: l’américain et le russe. Une fois le bloc communiste (dit abusivement bloc russe) effondré, l’empire américain s’est imposé comme bloc dominant imposant sa vision aux états du monde.
Aujourd’hui l’on constate qu’en fait cet empire américain est dominé par un état encore plus impérialiste que lui, puisque férocement racialiste et théocratique, Israël. Israël qui par la force de sa diaspora impose aux gouvernements occidentaux une ligne géopolitique dure vis-à-vis des pays arabes. Il n’est plus question pour la France d’avoir une politique pro-arabe comme à une époque pas si lointaine. Avec Hollande au pouvoir, après Sarkozy, la France s’est mise en ordre de marche derrière cet empire USraël.

 

Ce n'est plus pour la France que ce soldat combat mais pour la mort...

Ce n’est plus pour la France que ce soldat combat mais pour la mort…

Ce qu’elle fait au Mali et en Syrie comme elle l’a fait en Libye. La France se place militairement en première ligne pour accomplir les basses œuvres surtout depuis son refus des soldats en Irak. Depuis pour se faire pardonner elle a même était jusqu’à envoyer des troupes en Afghanistan dans un conflit qui concernait pourtant uniquement les américains et qui ne se justifiaient nullement par ailleurs.
Au Mali la France fait le sale boulot pour préparer le gigantesque jeu de domino en préparation dans cette zone déjà fortement déstabilisée le long du tropique du cancer (Lien)

Le_Sahel

En regardant la zone de conflit actuelle pour la France au Mali et au Niger on constate que l’Algérie est le point déterminant d’union dans cette zone. Or l’Algérie veut avoir son autonomie et son indépendance vis-à-vis de la géopolitique mondiale ce qui n’est plus possible dans l’ère qui va s’ouvrir. L’Algérie va devoir choisir si elle est avec Usraël ou contre lui! C’est d’ailleurs toute la stratégie mise en place lors de la tentative de déstabilisation entreprise par les services secrets français et occidentaux alliés aux islamistes (pour le sale boulot) dans cette tragique prise d’otages (Lien).

Même si la réaction rapide de l’Algérie n’a pas permis d’internationaliser médiatiquement la prise d’otages, le nombre conséquents d’otages morts va justifier une pression diplomatique de la part d’Usraël pour obliger l’Algérie a enfin prendre part aux opérations militaires dans le Sahel. L’Algérie ne doit plus apparaître comme neutre et doit s’engager clairement au côté d’USraël et sa guerre contre le terrorisme quitte à renoncer à son autonomie et son indépendance. Quitte aussi à déclarer la guerre aux islamistes dans un pays traditionaliste. Autrement dit favoriser les tensions civiles en interne et en externe puisque la diaspora algérienne en France sera particulièrement touchée par ce jeu de domino. Une situation explosive en préparation aussi pour la France donc!

Et  tout cela pour qui? Pour l’empire USraël qui se prépare au gros morceau de la destruction de l’Iran ainsi que l’opposition militaire face à la Russie et la Chine si cela venait à dégénérer. Car dans tous ces pays africains la Chine nouait des partenariats efficaces et prenait de plus en plus la place de la France membre de l’empire USraël. En échange donc de sa relative liberté de manœuvre sur le continent africain pour reconstituer son pré carré, la France s’engagera à soutenir l’empire dans toutes ses actions militaires jusqu’aux pires…Cela s’appelle du donnant-donnant.

Vision géopolitique et géostratégique confirmée par cette interview publique de Nethanyahu très content de voir Hollande faire lui aussi la guerre au terrorisme islamique:

 

VIDEO  Ici :

 

http://litinerantcitoyen.wordpress.com/2013/01/21/la-france-homme-de-main-de-lusrael-en-afrique/

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 15:35

La Situation réelle en Syrie .

AFROHISTORAMA
par Louis Denghein
 
Jeudi 24 janvier 2013
 

 

Yak130MAKS**

Le site francophone de l’importante agence de presse russe RIA Novosti publie, ce 21 janvier, des informations, émanant du commandement local de l’armée syrienne, relatives à la situation à Daraya, ville de la proche banlieue sud-ouest de Damas et, depuis des semaines, principal «front» anti-terroriste dans la région. Selon cette source, les forces régulières contrôlent, à présent, les deux-tiers de cette ville, qui comptait jusqu’à 200.000 habitants en temps de paix.La situation, du point de vue gouvernemental, s’y «améliore de jour en jour«. Ces dernières 48 heures, des vidéos ont montré les soldats syriens hissant le drapeau au fronton de la mairie de la ville. Les combats sont particulièrement intenses, à Daraya, depuis deux mois.

«Les terroristes sont bloqués, cette fois nous ne leur avons pas laissé de couloir de sortie. Ils ont le choix de se rendre ou d’être tués», déclare l’interlocuteur de RIA Novosti. Cette précision est intéressante et constitue peut-être un fait nouveau. Au cours des semaines écoulées, des sources gouvernementales ou pro-gouvernementales ont annoncé à plusieurs reprises le «nettoyage» de Daraya. Pour être démenties ensuite par de nouveaux combats. C’est que la guérilla urbaine se base sur la fluidité des combattants, leur capacité à échapper à l’adversaire, et à s’infiltrer à nouveau dans les quartiers dont ils ont été chassés. C’est le cas dans certains secteurs d’Alep. L’armée syrienne a-t-elle réussi à «ceinturer» Daraya de façon étanche ? C’est toute la question, à laquelle la source militaire répond par l’affirmative.

D’autres précisions intéressantes : les rebelles pris ainsi dans la nasse seraient «1.000 à 1.500». Compte tenu de plusieurs centaines de pertes subies ces dernières semaines, le chiffre nous parait vraisemblable. Nous estimions les forces insurgées à plusieurs milliers autour de la capitale. Un millier de rebelles à Daraya, principal abcès de fixation de l’insurrection dans le secteur de Damas, avec la Ghouta à l’Est et au Nord de la ville, ça donne en effet un ordre de grandeur global, éloigné des estimations catastrophistes de certains sites  qui évoquaient des dizaines de milliers de combattants.

On peut également croire l’informateur de l’agence russe quand il dit que les documents saisis sur les cadavres d’activistes indiquent assez souvent une origine étrangère : Turquie, Libye, Afghanistan. La source militaire précise encore que les insurgés disposent d’armements et de moyens de communication modernes, «de fabrication américaine et israélienne».

Dans son édition du 20 janvier, l’agence officielle Sana rendait compte des combats en cours, donnant les noms de plusieurs rebelles abattus, dont celui du chef du «conseil militaire» d’une brigade rebelle. Nombre d’activistes ont été tué lors de la prise de la mairie de Daraya. Sana rendait compte également d’opérations dans le secteur de la Goutha, à l’autre bout de Damas, notamment dans les villes de Douma et de Harasta, foyers endémiques de l’insurrection armée.


Fabius entre francs mensonges et dénégations embarrassées


Et pendant ce temps-là (dimanche), le chef de « notre » diplomatie, Laurent Fabius, pérorait chez Jean-Pierre Elkabbach pour Europe 1,  Le Parisien et I-Télé, réaffirmant la détermination de la France à lutter, de façon «implacable» , contre ce mal absolu qu’est le terrorisme islamique. tout en continuant à soutenir l’opposition armée – et islamiste – en Syrie.

 

Mais là encore, la langue de bois fabiusienne a été prise plusieurs fois en défaut à l’antenne :


-D’abord, Fabius, interrogé sur la « rumeur » colportée ces derniers jours par le quotidien Le Monde de l’utilisation par l’armée syrienne de gaz de combat «non léthaux» à Homs, a dû reconnaître qu’après vérification par les services français compétents, ceux-ci lui avaient dit que cette accusation était infondée en l’état. Dont acte. Le Monde, désormais quotidien de référence en matière de désinformation à but atlantiste, a donc répandu un bobard de plus.

-Après cet aveu, des dénégations éclairantes. D’abord le ministre des Affaires étrangères (à l’intérêt de la France) a tenu à affirmer que Bachar al-Assad «ne regagne pas de terrain». On ne sait si Elkabbach et ses collègues avaient entendu parler des événements de Daraya, ou des difficultés  de l’insurrection en général, face à l’armée syrienne et aux Kurdes. Mais pour que Fabius ait crû devoir apporter ce genre de démenti, c’est qu’il y a justement quelque chose à démentir – ou plutôt à nier.

Ensuite, le ministre, qui a annoncé une énième réunion de l’opposition syrienne à Paris, lundi 28 janvier, a eu droit à une remarque désobligeante d’Elkabbach, qui s’interrogeait carrément sur la « ringardise » et même le caractère «fantoche» de la Coalition nationale syrienne  « seule représentante du peuple syrien» couvée par le Qatar et intronisée, en novembre dernier, par Hollande et ses amis les monarques du Golfe . Fabius s’est cabré sous l’outrage : «Qui a dit cela ?», s’est-il indigné. Avant de préciser aux auditeurs que les hommes de cette Coalition, payée par le Qatar et dirigée de fait par les Frères musulmans, étaient «des gens extrêmement bien». Nous voilà rassurés. Enfin, pas tant que ça : à notre avis, pour qu’un Elkabbach pourtant d’un conformisme atlantiste sans failles, ait osé faire pareille remarque à Fabius, c’est vraiment que le roi est nu et que l’opposition sous perfusion occidentale est totalement discréditée !

Et puis,  Laurent Fabius a «franchement menti» à propos du Front al-Nosra, émanation désormais bien connue d’al-Qaïda en Syrie. « Un groupuscule «ultra-minoritaire», selon Fabius, d’importation irakienne et donc non représentatif de la valeureuse et démocratique résistance syrienne et même complètement étranger à celle-ci » a assuré le continuateur d’Alain Juppé. Là, on se demande de qui se moque le triste patron du Quai d’Orsay : on ne compte plus les articles, reportages et analyses, y compris dans la «grande» presse française – le Journal du Dimanche, hier -, sur la montée en puissance d’al-Nosra dans le conflit syrien : son sigle est cité à propos d’Alep, de Damas, d’Idleb, de Deraa, de Deir Ezzor, alors que dans le même temps l’occurrence de l’acronyme ASL a presque disparu des pages syriennes de Yahoo et de l’AFP !

Ajoutons que Le Figaro.fr confirme que les armes  et même les tenues des preneurs d’otages du site gazier d’In Amenas venaient directement de la Libye « libérée » par les amis de M. Fabius. Un équipement, précise le Figaro, fourni dans un premier temps par le Qatar, interlocuteur arabe n°1 de Hollande, Fabius et de l’essentiel de la classe politique française. Mon dieu, que le rôle de ministre atlantiste peut devenir « compliqué », à la longue !


L’inquiétude réconfortante  de L’Orient Le Jour


D’ailleurs, ces fous de dieu sont tellement «ultra-minoritaires» que le grand quotidien libanais – « de référence » lui aussi – L’Orient Le Jour – aussi hostile au gouvernement syrien que ses confrères du Monde et de Libération – s’interroge gravement ce 21 janvier : «Les islamistes djihadistes ont-ils sauvé Bachar al-Assad ?» En gros, le quotidien pro-occidental, pro-Hariri et pro-opposition syrienne constate qu’al-Qaïda est en train, par al-Nosra interposé, de dénaturer la rébellion «authentique» du peuple syrien et donne des arguments à Bachar, ce au moment où au Mali et en Algérie, l’Occident  est confronté assez directement à la réalité du danger islamiste.

Et le chroniqueur Nagib Aoun d’enchaîner les questions qui semblent autant de révisions déchirantes sur le dossier syrien : «La Turquie et même les pays du Golfe, comme le Qatar et l’Arabie séoudite, peuvent-ils aller plus loin dans leur appui à la rébellion, sunnite par essence, alors que les salafistes eux-mêmes sont pris de vitesse par les plus extrémistes d’entre eux ?» Poser la question, c’est y répondre par la négative même si l’on conteste le caractère intrinsèquement sunnite de cette rébellion qui est d’abord djihadiste et sous influence étrangère.

On ne peut en revanche qu’approuver Nagib Aoun quand il ajoute : «La presse officielle à Damas a beau jeu d’ironiser, aujourd’hui, sur l’engagement des Occidentaux contre les islamistes en Afrique alors qu’ils soutiennent en même temps une rébellion syrienne «phagocytée par Al-Qaïda» aux dires des thuriféraires du régime baasiste». Oui, la presse syrienne a »beau jeu« , et elle n’est pas la seule à se poser et à poser des questions gênantes aujourd’hui.

Bien sûr, Nagib Aoun, un peu comme Fabius, s’accroche à la fiction fondatrice d’une «révolte citoyenne» dans «la continuité du printemps arabe» . Et, bien sûr, il accuse le régime syrien d’avoir, par sa résistance même, fait le jeu des combattants islamistes qui, eux mêmes, font le jeu de Damas. On se console dialectiquement comme on peut : nous, nous disons que la «révolution» en Syrie est une des plus inauthentiques qui soit car elle a très tôt basculé dans le terrorisme d’inspiration sectaire et fanatique et a tout de suite été récupérée, instrumentalisée et assistée de toutes les façons par les adversaires géopolitique de la Syrie, de l’Iran et de la Russie. Des acteurs internationaux qui se moquent bien de la démocratie syrienne, faut-il (encore) le préciser ?

Nagib Aoun comme Laurent Fabius refusent de renoncer à leur rêve devenu un morne et sanglant cauchemar, au moins pour les Syriens. Le chef de l’atlantiste et  incohérente diplomatie «hollandaise» devra , sur la Syrie, tôt ou tard manger son chapeau à défaut de pouvoir retourner sa veste. Il essaie de se sortir de cette impasse par la méthode Coué et autres dénis de réalité. Une réalité de plus en plus aveuglante, même à travers les lunettes fumées de Paris, Londres, Bruxelles ou Washington. Fabius le dogmatique risque bien de devenir Laurent, le pathétique.

 

 

Par Louis Denghien

Source : Lynstogo

 

http://lavoixdelasyrie.com/data/?p=9817

 

 

About Ginette Hess Skandrani

écologiste, membre co-fondatrice des verts, anti-colonialiste et solidaire des peuples opprimés du monde arabe, dont les Palestiniens et d'Afrique.

.
Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 06:04

 

Hollywood au service du Nouvel Ordre Mondial

(Plusieurs vidéos sur le site)

595358714_5c40cade1c.jpg

Hollywood au service du Nouvel Ordre Mondial

Merci Jacques de m'avoir envoyé ces 3 premiers liens mais je ne veux plus répondre aux mails depuis que ma boîte a été piratée, voire en ouvrir certains. J'en profite pour remercier les autres personnes qui m'écrivent.

 


 

Nous savions que le Pentagone avait engagé les meilleurs techniciens d'Hollywood pour mettre en scène sa propagande de guerre afin de manipuler l'opinion. Toutefois la manipulation est partout et le subliminal en est un des moyens. 

 

Il faut savoir qu’Hollywood est une firme 100% juive. Ce n’est pas moi qui le dit puisque l’autre jour sur une chaîne satellitaire j’ai regardé une émission qui s’intitulait « Un siècle d’Hollywood » dans laquelle ce fait était démontré avec en bonus des biographes, producteurs, réalisateurs, journalistes, historiens et acteurs juifs pour en parler. (Cherchez à trouver aussi ce qui a été dit à ce sujet par Travolta et censuré par nos médias dominés).

Depuis Hollywood règne en Maître absolu sur l’art cinématographique mondial et la télévision et nous lui devons le gore, le trash, l’hyper-violence, l’horreur et l’épouvante, le porno et tout ce qui construira notre culture en nous nourrissant de cette violence de plus en plus extrême avec ces flots de meurtres horribles, de sang et de sexe à outrance tout en finissant par les banaliser.

 

Un film de 1996 prédit les attentats du 11 septembre 2001 "Au Revoir à Jamais"

   

Vidéo, passage du film Terminator 2 "Le Jugement dernier" sorti en 1991. Le camion percute le pilier en forme de Tour "Caution (Prudence) 9'11" et provoque une énorme explosion    

terminator

Les Simpson (1997).. annonce le 11 septembre Capturez.JPG

Dans presque tous les films, les séries ou les dessins animés produits par Hollywood il y a des messages cryptés, des symboles maçonniques, satanistes et occultes, et des images de porno ou de sexe dissimulées ou subliminales.
Cette courte vidéo, ci-dessous, nous montre très bien le procédé employé et reste très instructive pour comprendre comment un simple dessin pour enfants ou comment un dessin animé peut être le moyen de conditionner et de sensibiliser inconsciemment les esprits les plus jeunes au sexe ; sinon quel intérêt y aurait-il à en dissimuler autre que celui d'y laisser une signature, ou, pourrions-nous dire, la marque de la Bête infâme  ?
Et cela ne date pas d'hier même ailleurs.
Capture écran source 
1.JPG2.JPG3.JPG
Dans Mac Donald's vous avez d'ailleurs les mots sado et maso
4.JPG7.JPG
↑Voici une affiche publicitaire que Coca-Cola a publié en Australie du Sud et qui montre dans le glaçon un enfant la bouche ouverte devant un pénis en érection. 
↓Dans le glaçon se trouve une femme brune en robe noire et ?....
CapturerY.JPG
Une société qui est décadente ou dépravée, sous addiction, surtout sous de multiples addictions, est plus facilement contrôlable et manipulable ; la dépravation par le sexe permet surtout de générer des milliards de dollars de bénéfices chaque année grâce à la machine industrielle mafieuse du sexe, celle de la pornographie, celle de la prostitution, celle l'esclavagisme sexuel, celle la pédo-pornographie, celle de la prostitution des enfants et bien évidemment celle de la drogue et de la Coke. Ces enfers doivent donc entrer dans les mœurs ou être tolérés pour facilter le travail de cette mafia. Pour ce faire de nombreux moyens sont utilisés.  
La plupart des vidéos qui démontraient des messages cryptés, qui étaient gênants, ont été supprimées mais les plus softs restent. Voici un exemple  de "La Petite Sirène" qui n'est pas très probant puisque ce n'est pas une image surnuméraire, que la conscience ne perçoit pas, et que le subconscient enregistre, mais une incrustation suggestive en forme de phallus en érection. 
 Capturerphal
cap1On peut également se demander ce qu'est cette forme phallique incongrue à sa gauche. 
Nous trouvons la même symbolique et perversité dans les pubs, les chansons, les clips, les logos, les décors de plateaux, les tracts, les pochettes d'albums, les magazines etc. Mais à mon avis, sur cette photo ci-dessous, un corps est suggéré les jambes écartées dans la robe de Gwen Stefani ainsi que d'autres corps et des organes sexuels et non une tête de démon comme le site - ici - très intéressant sur le subliminal le pense.  
Captures-copie-1.JPG

1976 - La pochette de Virgin Killer, de Scorpions qui sera retirée

«Klara et Edda faisant la danse du ventre», de Nan Goldin

Cette photo de Nan Goldin a été considérée comme pédo-pornographique. Elle sera saisie par la police avant l’ouverture de l’exposition au Centre Baltic d’art contemporain de Gateshead, en Angleterre  

pan.JPGDes films que l'on pense être pour enfants ne sont en réalité que des films pour crypto-pédo-satanistes comme " Le Monde de Narnia" et "Le Labyrinthe de Pan"et bien d'autres. 
 
Bernard et Bianca : dans la fenêtre se trouve une femme nue 
Capturer-copie-10
Alice Liddell  

Le film "Alice au pays des merveilles" sera l’adaptation à l’écran du livre de Lewis Carroll, désigné comme pédophile notoire, et de son héroïne réelle Alice Liddell qui avait six ans quand lui en avait 30. Ici Caroll a déchiré les vêtements de la petite Alice pour l'illustrer officiellement en bohémienne. De nombreux autres films seront pour crypto-pédophiles.

 donald.JPG
Stupéfiant de perversité pédophile ce Donald vibrant !
Mais comme beaucoup de choses, ont été dites sur Walt Disney, certaines doivent être fondées hormis le fait connu depuis longtemps qu'il aurait été un Franc-maçon du 33 degré. 

Disney a collaboré aussi avec le département d'État, supervisé par Nelson Rockefeller, il a travaillé également pour Lockheed Martin, la NASA, les J.O, Coca-Cola et l’Armée américaine en créant des films militaires.

(Michael Eisner, juif sioniste, fut le PDG de Disney de 1984 à 2005  Depuis 2005,  c'est Robert Iger,  juif sioniste aussi, qui lui succédera . Sa femme elle travaille  pour CNN. La Eisner Foundation qui est dirigée par elle est aussi très active et engagée pour défendre la cause homosexuelle.

Aujourd'hui, les studios d'animation et production ainsi que les parcs à thèmes de Walt Disney se sont développés en une société multinationale, multimilliardaire, de télévision, cinéma, destination de vacances et autres médias qui porte son nom. La Walt Disney Company possède aujourd'hui entre autres, quatre complexes de vacances, onze parcs à thèmes, deux parcs aquatiques, trente-deux hôtels, huit studios de cinéma, six labels de disques, onze réseaux de télévision par câble et un réseau de télévision terrestre. source

 
 
Produits dérivés : Tee-shirt vendu par la Firme dédiée aux enfants de Disney - source
 

photo source

Suite à cette vidéo je ne donne pas la même signification que l'auteur sur la position de l'annulaire et du majeur collés. Cependant chacun peut avoir sa propre idée.

Bouguereau(1825-1905), La vierge et les anges

au_lys_bouguereau_de_vierge_de_la_ornement-p175639279575872.jpg

Le majeur ou le médius est depuis l'antiquité considéré dans les arts divinatoires et occultes comme étant le doigt de Saturne (Satan). Mais sa nature peut avoir été détournée et inversée comme tout le reste. Il faut en tenir compte. L'annulaire a été en premier dédié lui à l'Appolon hermaphrodite ( son côté féminin était sa soeur Artémis) avant de devenir au Moyen-âge un dieu solaire qu'il n'était pas. Appolon était ignoré, ou inconnu, quand déjà la déesse Artémis était célébrée depuis très longtemps en Grèce. 

Le Jugement dernier (Michel-Ange)

Personne ne peut nier que dans cette vidéo l'auteur a démontré de manière certaine que l'art pictural, principalement religieux, cachait des symboles occultes ou ésotériques qui n'étaient réservés qu'à la compréhension de ces "Initiés", et qu'aujourd'hui il en est de même.

Le véritable Initié pourtant n'a pas de Maître et sa Connaissance est gnostique par succession d'apocalypses (Révélations). Ce qui fait taire le doute, le questionnement et la certitude.

 

Bronzino portrait d'un jeune homme (efféminé). Renaissance italienne

Une main diabolique

Capmain.JPGMais il est possible que, comme tout ce qui était sacré, a été diabolisé et inversé depuis la chute de Babylone, mais principalement récemment par les satanistes et les néo-maçons (depuis 1777), ce signe des deux doigts appelé  - Pseudo-zygodactyleait perdu sa signification première pour devenir le signe de ces nouveaux "initiés" et qu'il soit sans doute lié à la sexualité en formant parfois un V de victoire avec l'auriculaire ? C'est peut-être aussi un signe de reconnaissance ou d'appartenance de l'artiste à une société secrète.

Bas relief de Jean Goujon (XVIe siècle)représentant un triton et une nymphe/ Musée du Louvre/ Photo personnelle d'Urban, décembre 2004/ GFDL.

 

Même l'ange à droite de cette fresque à ces deux doigts qui sont liés, de même que la nymphe et le triton. L'ange de gauche lui a été sexué mâle alors que les anges sont asexués et cette scène est sexualisée. 

 

De plus si vous observez ces deux doigts, ils sont les seuls doigts à n'avoir que très peu d'espace entre eux. D'ailleurs quand vous essayez de les coller, cela ne se fait pas naturellement. 

photo 

Ils sont décrits sur cette photo comme un - Super doigt d'honneur - ou, va te faire doublement ....... C'est une interprétation à laquelle je ne souscris pas ; essayez de le faire, c'est quasiment impossible. De plus  quand vous y arrivez cela donne soit un pistolet, soit un diable.

 

L'annulaire lui a une veine qui va directement au cœur et il est celui qui porte l'anneau d'union, d'appartenance à l'autre, mais le cœur est surtout le siège des émotions et des illusions du monde (anagramme de demon).

Les artistes européens, apparemment depuis la Renaissance, pouvaient les peindre ainsi pour diverses raisons occultes mais peut-être pour symboliser la procréation sexuée.

 

Adam et Ève, par Albrecht Dürer.  1471 / 1528

 

adam.JPG

Ève n'a pas les doigts collés. Doit-on y voir le fait qu'au départ la vraie Ève - Lillith - ou la première Isis, Astarté ou encore Marie (race) ne copulait pas encore car elle était dépourvue d'attributs sexuels ? C'était la Race divine de l'Arbre de la vie éternelle avant la Chute ou la séparation des corps. La femme sera ensuite condamnée à l'enfantement dans les douleurs.

D'ailleurs Adam (Race) sur cette toile à vraiment une tête de fille et si vous zoomez nous voyons qu'il n'est pas sexué mâle et que son côté droit sur la photo, soit le gauche, est beaucoup plus musclé. Adam doit donc représenter ici le premier Adam Kadmon qui était hermaphrodite et qui est représenté par Dürer sur cette toile en pleine mutagénèse pour devenir un homme. Les grands artistes étaient des Initiés qui le savaient.

OEIL G EVE

Dürer a également volontairement affaissé, et de manière très inharmonieuse, le côté droit d'Ève, donc le gauche sur la photo, en lui faisant de surcroît un index très long. Son côté gauche s'impose, sa taille s'estompe et son œil est masculin. Adam et Ève ne font qu'un avant la séparation des corps. C'est ce que ces deux personnages illustrent de manière occulte. Ève donne naissance à des énergies masculines qui deviennent duales mais aussi complémentaires pour la future procréation sexuée. Une œuvre passionnante à étudier dans le moindre détail... et ils sont nombreux. 

adam-flanc-gauche.JPGDürer a même illustré la percée (à la lance)du flanc gauche de Jésus (hermaphrodite) sur le Golgotha (Crâne en araméen) qui fera jaillir son côté masculin, et non le flanc droit comme le dit malhonnêtement Wikipédia. Le côté droit est Divin (féminin) pour l'Église.  

 

Le majeur lui est un doigt dit honteux, sexuel ou obscène, c'est lui qui est désigné comme le doigt de Satan.

Wikipédia : Dans la médecine traditionnelle chinoise, le majeur contient le début du méridien énergétique du maître-cœur ou péricarde. Ce méridien est en lien avec le cœur, la circulation sanguine, l'égalité d'humeur et la sexualité.

source

Alors parions qu'à ce jour ce signe a une connotation sexuelle et sataniste puisque du sexe est incrusté partout en subliminal ? 


Tuerie Connecticut : Le nom de Sandy Hook est cité sur une carte dans le dernier Batman The Dark Night Risers -  ici -  idem pour la scène de la tuerie qui se passe lors du massacre dans le cinéma d'Aurora. Le dit tueur est déguisé en Joker à son premier procès et est de toutes évidences il est sous drogue et contrôle


 

Capture écran vidéo attentat Tour Sud - ici -

MISSILE 

 

clic : En 1994 un film évoque Benghazi en 2011

 

 

 

 

 

 

 

 

La grande cérémonie sataniste des JO de Londres

clic image

 
Le film Matrix et le 11 septembre 2001 - ici -  
Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 06:00

 

L’Atlantisme est un totalitarisme


  • 15
     
    Share

Un devoir d’introspection

http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-atlantisme-est-un-totalitarisme-124112

par l’idiot du village (son site) vendredi 12 octobre 2012

 

 

L’Atlantisme est l’idéologie dominante des sociétés européennes actuelles, celle qui aura sans doute le plus d’influence sur le devenir de nos destinées communes et pourtant elle est de ces idéologies presque cachées dont on ne parle ouvertement que dans le cercle restreint du monde alternatif. Sont Atlantistes tous les collaborateurs européens de la vision hégémonique des États-Unis et de son idéologie propre qui répond au doux nom d’impérialisme. Autrement dit, l’Atlantisme est l’idéologie des exécutants serviles de l’idéologie impériale américaine ; elle lui est subordonnée et ne tire de sa soumission que les miettes de l’empire tombées à terre après le festin des empereurs.

C’est une idéologie mineure dans l’idéologie majeure. Elle est à la fois honteuse et conquérante : honteuse parce qu’elle ne joue jamais que les seconds rôles ; conquérante, parce qu’elle emprunte à son maître d’outre-atlantique ses visions hégémoniques délirantes et toutes ses caractéristiques totalitaires. C’est un totalitarisme dans le totalitarisme, une domination de dominés, un impérialisme de serfs et d’esclaves passés maîtres dans l’art de se soumettre. Parler de l’Atlantisme européen c’est parler du projet impérial américain et réciproquement. La seule chose qui les distingue est leur place dans la hiérarchie totalitaire : le premier n’est que l’émanation du second, ne se définit que par lui, se contente de l’imiter et lui obéit en tout ; il n’est, en revanche, son égal en rien.

Chaque continent a ses collaborateurs au service de l’impérialisme américain, chaque zone d’influence de ce dernier a son atlantisme à lui. Nous aurions pu ainsi nous contenter d’évoquer les caractéristiques totalitaires de l’impérialisme américain pour comprendre l’Atlantisme. Mais, la position de subordination que les Européens ont adopté par rapport à leur modèle nord américain est le résultat d’un choix de nos élites auquel nous devons nous confronter directement, plutôt que de rejeter toute forme de responsabilité sur l’oligarchie américaine. Prenons notre part de responsabilité, voyons-nous tels que nous sommes, accomplissons un travail d’introspection nécessaire avant de relever la tête et de retrouver notre dignité. Car, avant de pouvoir se rebeller contre ses maîtres, il faut se percevoir comme esclave et reconnaître la part de consentement et de lâcheté qu’il y a dans cette situation.

 D’un totalitarisme l’autre

Les caractéristiques de cette idéologie sont nombreuses et ne revêtent pas toutes la même importance, mais elles dessinent très clairement une idéologie totalitaire ayant ses spécificités propres qui ne se retrouvent pas nécessairement telles quelles dans les totalitarisme érigés en momies d’observation comme le stalinisme ou le nazisme. Il ne nous semble pas utile, en effet, de comparer l’Atlantisme à d’autres totalitarismes passés de mode, car on peut être un totalitarisme à part entière sans partager toutes les caractéristiques de ses modèles les plus achevés, modèles qui appartiennent à une autre époque.

Il y a plusieurs degrés dans le totalitarisme atlantiste ; comme il y a plusieurs manières de le subir. Selon que l’on est un peuple d’Afrique ou du Moyen Orient ou un citoyen allemand ou français appartenant à la classe des favorisés, on ne vit pas de la même manière le totalitarisme atlantiste. S’il est globalement meurtrier, il peut être localement bénéfique pour une minorité. Autrement dit, le totalitarisme atlantiste est à géométrie variable (c’est son caractère ambigu) : tantôt impitoyable et brutal avec les uns, il peut être plus tranquille et pourvoyeur de certains bienfaits pour ceux qui le respectent et courbent l’échine devant sa puissance. Il n’en est pas moins présent partout et ne tolère guère la contestation quand cette dernière revêt un caractère menaçant pour son emprise.

Car, si vous pouvez contester ses caractéristiques mineures et jouir, pour se faire, de la plus totale liberté, vous ne serez pas autorisé à vous attaquer, dans la force des faits [1], à ses fondamentaux : (1) le libéralisme financier et la puissance des banques, (2) la domination du dollar dans les échanges internationaux, (3) les guerres de conquête du complexe militaro-industriel – pour, notamment, l’accaparement des ressources naturelles des pays périphérique à ses valeurs - ; (4) l’hégémonisme total des États-Unis (dans les domaines militaire, économique, culturel) de qui il reçoit ses directives et sa raison d’être ; (5) l’alliance indéfectible avec l’Arabie saoudite (principal État terroriste islamique au monde) ; (6) le soutien sans faille au sionisme.

L’Atlantisme, c’est, en effet, un totalitarisme qui définit une liberté encadrée, bornée aux éléments qui ne la remettent pas en cause ; une liberté sans conséquence ; une liberté sans portée contestataire ; une liberté consumériste et libidinale ; une liberté impuissante. C’est une liberté qui nous adresse ce message : « Esclave, fais ce que tu veux, pour autant que tu me baises les pieds et que tu travailles pour moi ».

Il convient, pour juger du caractère totalitaire ou non de l’Atlantisme, de le prendre en bloc et de voir s’il opprime, s’il tue en masse, à un endroit quelconque de cette planète. Il nous importe peu qu’il puisse être tolérable pour des populations entières (les élites occidentales et leurs protégés), s’il doit se rendre terrible et impitoyable pour le reste de l’humanité, sa mansuétude à l’égard de certains ne le rendant pas meilleur ou moins criminel. Ainsi, son ambiguïté est le résultat de la perception que nous pouvons en avoir lorsque nous nous plaçons dans la peau de l’homme blanc Occidental. Car, si nous essayons un instant de nous mettre à la place des Irakiens, des Libyens, des Syriens (parmi tant d’autres), son essence perd son ambiguïté et se révèle pour ce qu’elle est : une puissance criminelle qui pervertit l’humanité et les valeurs démocratiques.

*

Portrait du totalitarisme par lui-même

Voyons, à présent, à grands traits et pour nous donner quelques repères, les principales caractéristiques qui nous permettent de dire que l’Atlantisme est bel et bien un totalitarisme.

1. L’Atlantisme est un impérialisme 

“What should that role be ? Benevolent global hegemony. Having defeated the « evil empire, » the United States enjoys strategic and ideological predominance. The first objective of U.S. foreign policy should be to preserve and enhance that predominance by strengthening America’s security, supporting its friends, advancing its interests, and standing up for its principles around the world”. Toward a Neo-Reaganite Foreign Policy, de William Kristol et Robert Kagan, Foreign Affairs, juillet/aout 1996.

C’est une idéologie qui sert un État militarisé (les États-Unis [2]) qui a recours (a) à la terreur - guerres préventives, enlèvement, déportations dans des camps de torture, assassinats extrajudiciaires quotidiens, etc.- (b) à la peur – menace terroriste instrumentalisée auprès de ses populations et (c) aux menaces – de rétorsions économiques contre les États récalcitrants, de guerres tous azimuts, de coups d’États – pour imposer sur la surface du globe sa vision ultra-libérale et pour s’accaparer, par la force létale, les ressources naturelles dont elle pense avoir besoin pour sa domination.

C’est une idéologie au service d’une vision hégémonique de la puissance américaine. Cette dernière revendique son caractère hégémonique : (i) dans le domaine militaire, à travers les think tanks néoconservateurs comme le Project for a New American Century (et sa volonté affichée d’empêcher l’émergence d’une puissance capable de rivaliser avec celle des États-Unis) ou l’American Entreprise Institute et, enfin, à travers sa doctrine militaire officielle intitulée Full Spectrum Dominance  ; (ii) dans le domaine économique et financier avec, entre autre, l’imposition du dollar comme monnaie d’échange international ; (iii) dans le domaine culturel, par la mise en place d’un programme de corruption des élites occidentales et internationales à travers, notamment, l’opération Mockingbird [3] dans les années 50 et le National Endowment for Democracy aujourd’hui.

L’Atlantisme, adhère, sans piper mot et comme un bon soldat, à cette projection planétaire d’un ego qui n’est pas le sien. Sans l’Atlantisme la vision hégémonique des États-Unis ne pourrait pas avoir le caractère global qu’elle a aujourd’hui. L’Atlantisme participe pleinement à l’ensemble des crimes commis au nom de cet ego démesuré, soit directement, soit en les justifiant ou en les transfigurant en ‘actions humanitaires’ auprès de ses peuples.

2. L’Atlantisme est un terrorisme 

“À la fin de la guerre froide, une série d’enquêtes judiciaires menées sur de mystérieux actes de terrorisme commis en France contraignit le Premier ministre italien Giulio Andreotti à confirmer l’existence d’une armée secrète en France ainsi que dans d’autres pays d’Europe occidentale membres de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN). Coordonnée par la section des opérations militaires clandestines de l’OTAN, cette armée secrète avait été mise sur pied par l’Agence centrale de renseignement américaine (CIA) et par les services secrets britanniques (MI6 ou SIS) au lendemain de la seconde guerre mondiale afin de lutter contre le communisme en Europe de l’Ouest.[…] Si l’on en croit les sources secondaires aujourd’hui disponibles, les armées secrètes se sont retrouvées impliquées dans toute une série d’actions terroristes et de violations des droits de l’Homme pour lesquelles elles ont accusé les partis de gauche afin de les discréditer aux yeux des électeurs. Ces opérations, qui visaient à répandre un climat de peur parmi les populations, incluaient des attentats à la bombe dans des trains ou sur des marchés (en France), l’usage systématique de la torture sur les opposants au régime (en Turquie), le soutien aux tentatives de coups d’État de l’extrême droite (en Grèce et en Turquie) et le passage à tabac de groupes d’opposants.” Les Armées secrètes de l’OTAN, Daniele Ganser, Éditions Demi- Lune, page 24.

Des attentats des années de plomb en Italie au conflit en Afghanistan, de la guerre du Kosovo à l’agression contre la Libye et de la déstabilisation de la Syrie à la préparation d’une attaque contre l’Iran[4], le terrorisme est l’un des moyens privilégiés par l’Atlantisme pour l’accomplissement de ses objectifs.

Pour s’imposer à l’Europe de l’après-guerre, l’Atlantisme n’a pas hésité à utiliser la méthode terroriste des attentats sous faux drapeaux : en Italie, par exemple, pour décrédibiliser les forces de gauche les Atlantistes ont posé des bombes, dans les années 60 (attentat de la piazza Fontana à Florence), 70 et 80 (attentat de la gare de Bologne) dans des lieux publics avec l’intention de tuer des innocents. Avec ses relais médiatiques adéquats l’Atlantisme a pu faire passer ces meurtres pour l’œuvre de groupuscules d’extrême gauche et justifier, ainsi, la mise à l’écart de la pensée progressive dans ces pays et assurer le triomphe de leur idéologie.

Aujourd’hui, pour déstabiliser les pays qui contestent l’un de ses six piliers, il instrumentalise à grande échelle, sous l’impulsion des États-Unis, le terrorisme islamique (principalement wahhabito-salafiste) avec l’aide de ses alliés que sont l’Arabie saoudite et le Qatar : en l’a vu à l’œuvre, notamment, en Serbie, en Tchétchénie, en Libye et en Syrie. Il utilise le même levier pour créer des poches de terrorisme qui lui permettent (i) de s’enrichir en vendant des armes et des conseils dans le cadre de la guerre contre le terrorisme, (ii) d’étendre le nombre de ses interventions et bases militaires (celles de l’Otan ou seulement des États-Unis, selon les situations) là où il y voit un intérêt géostratégique et (iii) de donner de la substance à la théorie du choc des civilisations, ce qui lui permet d’obtenir de ses populations l’approbation de ses politiques conquérantes.

Le terrorisme est, plus généralement, au cœur de la doctrine et des stratégies militaires des démocraties occidentales et tout particulièrement de celles des États-Unis (Shock and Awe doctrine) qui les mettent en œuvre, notamment, par l’entremise de l’OTAN (pour plus de détails sur ce sujet, nous renvoyons à un article précédent : Dommages Collatéraux : la face cachée d’un terrorisme d’État).

On le voit bien ici, l’Atlantisme n’est jamais que l’exécutant docile, mais consentant, de l’impérialisme américain à qui il emprunte tous les concepts (guerre contre le terrorisme, choc des civilisations) et les stratégies (instrumentalisation du terrorisme islamique). Quand il le faut (pour gérer son opinion publique interne), l’impérialisme américain laisse aux Atlantistes européens jouer les premiers rôle, mais en apparence seulement, comme en Libye où Nicolas Sarkozy et David Cameron ont rivalisé d’initiatives pour se mettre en avant, alors même que toutes les opérations militaires étaient dirigées, en réalité, par l’armée américaine.

3. L’Atlantisme est un racisme 

“Cette logique du ‘Musulman coupable par nature’, parce que Musulman, est à la base de l’institutionnalisation de la torture par les États-Unis qui peuvent ainsi soumettre à des traitements inhumains des milliers de personnes à travers le monde (Guantanamo n’étant que l’un de ces camps de torture dirigés par l’administration américaine) sur la base d’un simple soupçon de ‘terrorisme’, soupçon qui ne fait l’objet d’aucun contrôle judiciaire. La culpabilité d’un Musulman n’a pas besoin d’être prouvée, elle se déduit de son être même. Il s’agit là d’une forme d’essentialisme, qui est lui-même une forme radicale de racisme”. L’esprit du temps ou l’islamophobie radicale.

Pour justifier sa guerre contre le terrorisme et le choc des civilisations l’Atlantisme stigmatise l’Islam et essentialise le Musulman sous des traits peu flatteurs : le Musulman serait par nature un ennemi des Occidentaux, voire du genre humain, des valeurs démocratiques et de la paix. Une fois essentialisé, il est plus facile d’aller le tuer ; les populations occidentales ne voyant dans les souffrances des Musulmans que les justes châtiments dus à des peuples racailles.

L’islamophobie, le nationalisme pro-occidental et le sionisme – qui est une forme de racisme et d’ethnicisme – sont au cœur de la matrice idéologique atlantiste. Le plus étonnant, sans doute, et le plus inquiétant, est que ces éléments là sont partagés par les élites (et pour partie par les peuples occidentaux) par-delà les clivages politiques droite-gauche. On peut venir à l’islamophobie radicale par des voix opposées : le défenseur de la laïcité y viendra au nom de sa haine des religions, le social-démocrate bobo au nom du féminisme ou de la défense de l’homosexualité ; le conservateur au nom de la protection de ses racines menacées ; le sioniste au nom du droit d’un peuple élu à son espace vital, même si cela doit passer par le nettoyage ethnique d’un autre peuple, etc.

4. L’Atlantisme est un anti-humanisme 

“Depuis 2001, l’Europe a failli à défendre les droits de l’homme sur son propre sol, et s’est rendue complice de graves violations du Droit international au nom de la « guerre au terrorisme ». Des citoyens européens ou étrangers ont été enlevés par les services secrets américains sur le sol européen en dehors de toute disposition légale – ce sont les « extraordinary renditions » – et ont été emmenés dans des prisons secrètes de la CIA dont certaines sont situées dans un pays européen”. ReOpen911.info

Il s’appuie sur le dogme de l’infaillibilité démocratique qui veut que les Occidentaux ne puissent mal agir ni commettre de crimes de masse puisqu’ils représenteraient des sociétés démocratiques ouvertes. Ils sont donc libres de bombarder civils et cibles économiques, d’assassiner des citoyens à travers le monde, de déstabiliser des régimes qui ne leur plaisent pas et, en se faisant, ils ne feront jamais qu’exercer leur droit du meilleur, autre appellation, plus aristocratique, du droit du plus fort. L’autre n’est pas le semblable ou le frère humain ; l’autre c’est l’adversaire, l’ennemi, un être non civilisé, à peine un être. On peut allègrement nier son humanité et le traiter comme une variable géopolitique.

Vaincre ne lui suffit pas, il lui faut déshumaniser, torturer, humilier, violer, dégrader, détruire. Les Atlantistes ont collaboré militairement, économiquement, diplomatiquement, médiatiquement à tous les projets inhumains des États-Unis : pour s’en tenir à des exemples récents, on pourra citer le camp de torture de Guantanamo (devenu depuis camp d’entraînement de djihadistes au service de l’empire), Abu Ghraib en Irak et l’humiliation des prisonniers, la mort filmée de Kadhafi, les exécutions sommaires (par drones notamment), les enlèvements réalisés par la CIA sur le sol européen (extraordinary rendition) et les dommages collatéraux en Afghanistan, etc.

Dans un autre ordre d’idée, on peut également dire que l’Atlantisme est une aliénation consumériste  : l’homme n’est pas sacré ; on peut le tuer pour accomplir des objectifs économiques ou géostratégiques. Cette désacralisation de l’homme qui se fait au profit de la marchandise (dont les marques sont, elles, intouchables) est par essence mortifère. Le profit est plus puissant que l’humanité : en ce qui concerne la France, on pourra évoquer les exemples du scandale du sang contaminé et du Mediator du groupe Servier.

Hollande et Jules Ferry

Ce n’est pas un hasard si François Hollande a choisi Jules Ferry comme saint-patron laïque de sa présidence normale. Jules Ferry représente exactement l’idéal atlantiste : l’homme qui est capable d’utiliser la démocratie pour servir les banques et le colonialisme tout en donnant le change au peuple avec quelques concessions sociétales de gauche. Il ne portera jamais atteinte aux piliers de la puissance bancaire et aux capitalistes-colons. Il est conquérant pour les puissants, raciste et a une bonne conscience à toute épreuve malgré les crimes de ses amis partis coloniser les rivages lointains.

5. L’Atlantisme est un néo-colonialisme

Si le bras armé de l’Atlantisme est l’Otan, son bras économique est constitué du binome FMI-Banque Mondiale. Ces deux institutions (aux mains des États-Unis et des Européens) ont, pour maintenir les pays en voie de développement dans la dépendance des Occidentaux, utilisé les 3 leviers principaux suivants [5] : (i) l’endettement des États et des peuples [6], (ii) la privatisation de leurs économies et des fonctions régaliennes de l’État au profit des grandes entreprises occidentales (les fameux plans d’ajustement structurels) et (iii) l’ouverture forcée de leurs économies au libre échange et à la concurrence mondiale (alors même qu’ils n’y sont pas préparés et se trouvent vis-à-vis des Occidentaux dans une situation certaine de vulnérabilité).

L’Atlantisme commet des crimes économiques de masse en connaissance de cause pour le profit de quelques élus  : en se faisant il démontre son allégeance aux principes de l’ultra-libéralisme prôné par la première puissance mondiale qui subordonne les valeurs humaines au fondamentalisme de marché.

*

Pour parvenir à s’imposer l’Atlantisme a besoin (i) de subvertir les souverainetés des nations européennes et (ii) de maîtriser les opinions publiques de ces nations. Il lui faut contourner, affaiblir ou pervertir toutes les composantes démocratiques des sociétés de notre continent pour pouvoir triompher des insoumissions, des doutes, des contestations auxquels il pourrait faire face. Autrement dit, l’Atlantisme s’attaque directement et en profondeur aux fondements de la démocratie des peuples d’Europe à qui il est demandé de suivre aveuglément une idéologie cachée (parce qu’elle est honteuse), innommée (parce qu’elle est innommable) et qui les dépouille de leur souveraineté et de leur libre arbitre. 

L’Atlantisme subvertit les souverainetés nationales 

Sans parler du nombre incalculable de gouvernements démocratiquement élus renversés par les États-Unis avec l’aide directe ou l’approbation tacite de leurs alliés Atlantistes depuis 1945 à travers le monde, et pour se limiter à l’Europe, on peut signaler les cas de la Grèce et de la construction européenne.

En Grèce, aux lendemains de la seconde guerre mondiale, les Britanniques et les États-Unis appuient des mouvements d’extrême droite et d’anciens collaborateurs des Nazis afin d’empêcher la prise de pouvoir légale par les mouvements démocratiques progressistes. Les puissances occidentales atlantistes incitent à la guerre civile qui se solde par la victoire de leurs protégés et par près de 200 000 morts. Après une évolution démocratique vers la fin des années 60, les Américains, avec l’aide des puissances européennes et grâce à leurs réseaux atlantistes, installent au pouvoir, en 1967, une junte militaire qui proclame le règne de l’ordre moral [7] et la fin de l’ouverture démocratique.

La construction européenne menée par Jean Monnet est avant tout un projet atlantiste. Il y avait bien d’autres manières de conduire la réalisation d’une Europe plus unie. L’Atlantisme a fait le choix de l’impuissance européenne pour ne pas contrarier les ambitions hégémoniques des États-Unis. L’Atlantisme a réduit la souveraineté européenne et mis au pas tous les mouvements indépendants, gaullistes, souverainistes, communistes, qu’ils fussent de gauche ou de droite. Il a imposé ses dirigeants à tous les niveaux de la bureaucratie européenne et à la tête des principaux États de l’Europe qui ont imposé des traités inégaux mêmes lorsque ceux-ci ont été rejetés par les peuples (comme en 2005 avec le Traité constitutionnel).

L’Atlantisme européen a réduit à néant, par étapes successives, l’ensemble des axes de souveraineté dont disposaient les États-nations d’Europe (et donc l’espace démocratique des peuples européens).

Il s’est ainsi attaqué à la souveraineté (i) électorale – le principal organe de décisions est non élu : la Commission ; les traités rejetés par les peuples sont néanmoins imposés ; par la mise à l’écart systématique de la démocratie directe au profit de la démocratie représentative – (ii) monétaire – une banque centrale indépendante des peuples ou de leurs élus qui ne prête pas directement aux États membres qui doivent se financer à des taux plus élevés sur les marchés financiers-, (iii) budgétaire – par l’imposition de la règle d’or et le contrôle des budgets nationaux par une commission composée de technocrates non élus – et (iv) militaire – intégration de l’ensemble des pays européens dans l’Otan.

Le dernier axe de souveraineté auquel l’Atlantisme se soit attaqué est celui de la souveraineté militaire française, la France ayant résisté plus longtemps que les autres nations européennes au rouleau compresseur de l’Atlantisme (ce fut la parenthèse gaulliste). Aujourd’hui, les Atlantistes proposent la fusion entre le français EADS et l’anglais BAE afin de retirer à la France le contrôle complet de sa chaîne industrielle d’armement (l’échec annoncé de la fusion ne les empêchera pas de revenir à la charge bientôt). Demain, ils mettront à mal la dissuasion nucléaire française en s’aidant du prétexte écologique anti-nucléaire.

En France, la mise au pas des non-atlantistes s’est achevée sous la présidence Sarkozy. La diplomatie (avec à sa tête Bernard Kouchner), l’armée, les médias (grâce aux efforts de Christine Ockrent) ont été presque entièrement débarrassés de leurs composantes non altantistes. Hollande, en bon chien de garde de l’Atlantisme, parachèvera l’entreprise.

La French-American Foundation et les Atlantico-Boys

La French American Foundation est une organisation à but non lucratif qui se consacre depuis 1976 à dénicher en France les hommes et femmes d’influence qui sont susceptibles de porter les couleurs de l’Atlantisme. 

Quelques anciens Young Leaders de la French American Foundation qui nous gouvernent en ce moment : François Hollande (1996), Arnaud Montebourg (2000), Pierre Moscovici (1996). Dans l’opposition, le plus en vue est Jean-Francois Copé.

Une liste non exhaustive des Atlantico-Boys en France (autres que ceux déjà mentionnés) et de leurs relais : Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Bernard Kouchner, Bernard-Henri Lévy, Alexandre Adler, Caroline Fourest, Frédéric Encel, Philippe Val, Francois Heisbourg, Mohamed Sifaoui, Jean-Claude Casanova, Pierre Rosanvallon, Alain Minc, Jean Daniel, Pierre-André Taguieff ; la revue Commentaire, la Fondation Saint Simon (dissoute en 1999), le Cercle de l’Oratoire, l’Institut Turgot, l’Atlantis Institute, les revues Le Meilleur des MondesLa Règle du JeuLe Nouvel ObservateurLe MondeLibération, etc.

L’Atlantisme est un contrôle et une manipulation des foules

“The conscious and intelligent manipulation of the organized habits and opinions of the masses is an important element in democratic society. Those who manipulate this unseen mechanism of society constitute an invisible government which is the true ruling power of our country”. Propaganda, par Edward Bernays, 1928. 

“L’Atlantisme a pris naissance au départ de la guerre froide. Dans les années 50, un vaste programme nommé Opération Mockingbird, aujourd’hui bien documenté, a été mis en place par la CIA pour infiltrer les médias nationaux et étrangers, et influencer leurs contenus afin que ces derniers se montrent favorables aux intérêts américains. La méthodologie consistait à placer des rapports rédigés à partir de renseignements fournis par la CIA auprès de journalistes conscients ou inconscients de cette manœuvre. Ces informations étaient ensuite relayées par ces journalistes et par les agences de presse.” ; 11-Septembre : de la misère journalistique à la logique de collabos, de Lalo Vespera, ReOpen911.info

Sans la collaboration des médias, il ne serait possible à l’Atlantisme d’imposer ses fondamentaux dans l’esprit de l’opinion publique. Les médias font partie intégrante de la machine de guerre atlantiste. Pour créer le consentement et l’unanimisme dans une société ouverte il convient de maîtriser la production de l’information. Pour cela il est nécessaire de mettre à la tête des principaux médias des serviteurs zélés de l’Atlantisme. En France, dans le secteur privé des médias, seuls quelques grands groupes industriels appartenant à la nébuleuse oligarchique sont aux commandes (des vendeurs d’armes et des industriels qui vivent en partie grâce aux commandes de l’État) : il est naturel chez eux de servir les intérêts du plus fort (la période de la collaboration avec les Nazis est là pour nous le rappeler [8]). Dans le secteur public, le Président de la République ou ses fondés de pouvoirs choisissent leurs courroies de transmission humaines qui insuffleront l’esprit de soumission dans les rouages de la machine à désinformer.

Les pourvoyeurs de l’information commettent des crimes médiatiques lorsqu’ils se font les relais pur et simple de la propagande atlantiste, comme nous l’avons vu lors de la guerre contre la Serbie, de l’invasion de l’Afghanistan et du bombardement de la Libye par l’Otan, de la guerre en Irak, de la déstabilisation de la Syrie (toujours par l’Otan) ou comme nous le constatons à propos du nettoyage ethnique continu dont sont victimes les Palestiniens. Dans chacun de ces cas, les médias cautionnent les explications officielles, leur donnent force et crédibilité, mettent en avant des intentions humanitaires, alors même qu’elles recouvrent des crimes qui devraient soulever notre indignation et aboutir à la mise en cause judiciaire et politique de leurs principaux responsables.

Le tabou créé autour du 11-Septembre est symptomatique de la manière dont s’échafaude l’unanimisme dans une société où la liberté d’expression et la diversité des points de vue sont sensées régner. On démonise les questionneurs, on pourchasse les têtes brûlées, on les rend responsables des pires crimes du siècle dernier, on les ridiculise. On plante dans l’opinion publique des barrières psychologiques infranchissables (à travers, notamment, les accusations d’antisémitisme, de négationnisme et de révisionnisme) pour que la conscience citoyenne n’aille pas voir ce qu’il y a derrière ; on érige des murs dans les esprits pour enfermer leur consentement dans le champ des possibles atlantistes.

Il y a une forme d’intolérance radicale face à la pensée alternative maintenue enfermée dans le Web. Cette intolérance est radicale en ce sens qu’elle stigmatise les déviants et tente d’en faire des parias à mettre au ban de la société et qu’elle parvient à fermer presque totalement l’accès aux grands médias qui comptent à la pensée dissidente lorsqu’il s’agit d’évoquer et de discuter les fondamentaux de l’Atlantisme.

La psyché des Européens au service de l’Atlantisme

« Les Européens ne se sont toujours pas libérés psychologiquement de l’état de dépendance dans lequel ils se sont laissé prendre au sortir de la seconde guerre mondiale. Sous le prétexte que les États-Unis sont venus libérer les Européens il y a plus de 60 ans, il faudrait aujourd’hui que ces derniers abandonnent toute volonté d’indépendance, toute aspiration à choisir un modèle de développement alternatif. Il n’y a aucune logique dans une telle attitude. Faudrait-il que les États-Unis soient éternellement soumis à la France au prétexte que c’est grâce aux armes, aux finances et, en définitive, à la flotte de Louis XVI [9] que les Américains ont pu obtenir leur indépendance de l’Angleterre ? Que les Européens soient reconnaissants pour l’implication des États-Unis dans les deux Guerres Mondiales, cela est normal et bienheureux. Comme il est normal, également, que les Américains soient reconnaissant à l’égard de la France pour le soutien que ce pays leur a apporté à un moment décisif de leur histoire [10]. Mais la reconnaissance ne doit pas déboucher sur la dépendance et la vassalité. Est-il sain que les élites européennes se laissent maintenir dans cette dépendance ou ne cherchent tout simplement pas à la contrer ? Le simple respect de soi-même devrait suffire pour que chacun refuse de se considérer comme le sujet d’une autre personne. Accepter de se soumettre est une attitude morale et psychologique pernicieuse et humiliante. Il y a, en effet, une certaine humiliation à se laisser ainsi dicter son mode de vie et à aller chercher en permanence ses références culturelles, politiques, économiques outre-atlantique sans véritablement questionner leurs valeurs et leurs bienfaits. », La Démocratie ambiguë.

*

Conclure pour en finir

Il ne s’agit là que d’un florilège de caractéristiques atlantistes fort incomplet, mais dont les principaux traits nous semblent dresser, à eux seuls, le portrait d’un totalitarisme contemporain non moins dangereux et effrayant que ses prédécesseurs. Qu’il s’invente un ennemi réel ou imaginaire, ou un ennemi qui devient réel à force d’être imaginé (et souhaité), on ne peut excuser les crimes de l’Atlantisme sous le prétexte fallacieux que son alter ego dans le mal (l’islamisme radical) en commettrait également ou que son modèle (le totalitarisme impérial de son maître) lui intimerait l’ordre de les perpétrer. L’Atlantisme a besoin du crime de l’autre pour commettre le sien en toute impunité et avec bonne conscience.

Au bout de sa logique, il y a la mort des autres, la guerre généralisée, la misère du plus grand nombre. L’Atlantisme est bel et bien une idéologie génocidaire, au même titre que l’impérialisme américain. Caractérisation exagérée qui décrédibilise celui qui l’utilise diront certains ? Galvaudage d’un crime qu’on ne peut évoquer à la légère diront d’autres ? Posons-nous alors cette simple question : combien de morts et de souffrances à son crédit (comme auteur ou complice) ? La réponse de l’historien est sans détour : des millions de victimes depuis la fin de la seconde guerre mondiale ; des millions depuis la chute du mur de Berlin [11] et un long fleuve d’ombres, de sang et de souffrances qui ne cessent de couler sur tous les continents.

La lutte contre l’Atlantisme est la grande aventure humaine de ce début de siècle pour nous autres Européens. À chacun d’y prendre part selon ses moyens et ses autres croyances. Que l’on croit au ciel ou que l’on n’y croit pas, que l’on soit misérable ou fortuné, d’ici ou d’ailleurs, chacun peut jouer sa partition dans le combat contre la fatalité de l’Atlantisme qui traînera avec elle, si cela est nécessaire à son triomphe, les cadavres de la démocratie et de la paix jusqu’aux charniers du capitalisme. Le combat contre l’Atlantisme est un humanisme.

Guillaume de Rouville, auteur de La Démocratie ambiguë, Éditions Cheap, juillet 2012.


[1] Les paroles des minorités alternatives sont rarement des faits au sens ou ceux-ci pourraient changer le cours des choses.

[2] Les États-Unis ont un budget militaire annuel équivalent à celui des autres pays combinés.

[3] Voir infra.

[4] En septembre 2012, les États-Unis ont retiré de leur liste des entités considérées comme terroristes l’organisation dissidente iranienne Moudjahidin-e Khalk (MEK) qui perpétue régulièrement des attentats sur le sol iranien.

[5] L’Europe tente, notamment, d’imposer cela à travers ces Accords de Partenariat Économique.

[6] Pour les peuples, par le développement incontrôlé de la microfinance.

[7] À ce sujet voir le film de Costa Gavras : Z.

[8] Voir : “Le Choix de la Défaite”, d’Annie Lacroix-Riz, Éditions Armand Colin, 2010.

[9] C’est grâce à l’appui décisif de la flotte française, dirigée par le Comte de Rochambeau, que les États-Unis remporteront la bataille de Yorktown en 1781, tournant majeur de la Guerre d’Indépendance.

[10] Lors de la Guerre d’Indépendance des États-Unis contre la Grande-Bretagne, entre 1775 et 1783.

[11] À titre d’exemples : le génocide des indigènes au Guatemala après le coup d’État de 1954 ; l’embargo sur l’Irak qui tua des centaines de milliers d’enfants sur une période de 10 ans ; le dépeçage du Congo depuis plus de 15 ans avec l’aide des grands groupes occidentaux qui a, jusqu’à présent, coûté la vie à près de 4 millions de civils.



Sur le même thème

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 05:49

 

La guerre : d’abord une guerre contre le peuple.


Avic
Mardi 22 Janvier 2013


La guerre : d’abord une guerre contre le peuple.
Depuis le début de la guerre au Mali, Monsieur Laurent Fabius s’est efforcé de présenter l’intervention française et les frappes aériennes, destinées, dit-on, à bloquer les « terroristes » maliens, comme un succès. Et de rajouter que l’engagement militaire français était une « question de semaines ».
Pourquoi les dirigeants se sentent-ils toujours obligés de minimiser la durée estimée d’un conflit ? On se souvient des poilus qui, en Août 1914, partaient la fleur au fusil, persuadés de rentrer à la maison pour les fêtes de fin d’année.  Avant chaque conflit, le même discours se répète. Vœux pieux ? Naïveté ? Mensonges délibérés ?
Mensonges, évidemment. Si l’on se réfère aux guerres modernes (disons depuis 1 siècle), on constate qu’elles se déroulent toujours en deux phases. Il faut d’abord faire accepter la guerre à son opinion, et, ensuite seulement mettre à exécution la partie militaire.
La première phase, est en fait un véritable combat, avec ses stratégies, ses tactiques et de très gros moyens. Ses protagonistes sont, d’un côté les gouvernants, et, de l’autre, le peuple. Pour les premiers, il s’agit d’amener la population à accepter toutes leurs décisions en vue de déclencher la phase militaire.  La stratégie pour y parvenir est bien rodée, avec quelques règles simples  qui suivent au plus près l’inconscient culturel des gens. Aujourd’hui, le schéma qui marche est on ne peut plus simple : le bon contre le méchant (merci Hollywood). Le travail consistera d’abord à accentuer, au maximum, les traits concernant chacun de ces deux pôles. Ainsi, il faudra glorifier les sentiments humains et humanistes de la population, son éternel désir de fraternité entre les Hommes, sa soif inextinguible de justice pour tous, et mettre au-dessus de tout sa tendance à compatir à tous les malheurs des déshérités. Ces malheurs, bien entendu, n’ont qu’une et unique cause : le méchant. Il faudra que tout ce qui sera dit sur ce dernier tende à le déshumaniser et à lui donner une figure de monstre ne respectant rien. Pour cela on fera appel à toutes les belles plumes de renom, aux photographes et vidéastes qui auront pour tâche de montrer toutes les exactions de l’ennemi, et on encouragera tout ce petit monde à rivaliser d’imagination pour mener à bien cette mission.
Comme dans tout bon film hollywoodien, l’ennemi devra avoir un visage. Le casting ne devrait pas être compliqué. Le personnage devra être très laid, regard méchant, armé jusqu’aux dents, posant devant un drapeau noir avec des inscriptions que personne ne comprend. Une barbe serait aussi la bienvenue.
Une fois le personnage du méchant bien campé, il sera nécessaire de revenir sur le bon pour bien peaufiner ses caractéristiques et exalter ses qualités. En même temps la lutte contre les sceptiques, les défaitistes, les pacifistes et les indifférents peut commencer. Il faudra culpabiliser ceux-là à chaque fois que cela sera possible, les montrer du doigt et tenter de les marginaliser. S’ils refusent de s’indigner devant un « massacre », ce seront des monstres sans cœur. Si la destruction d’un monument (préciser : protégé par l’UNESCO) ne les émeut pas, ce seront des ignares incultes.  S’ils n’éprouvent aucune peur que ces barbares débarquent un jour avec leurs programmes de destruction, alors ce seront des inconscients, donc irresponsables. Et si tout cela ne suffit pas, on les désignera comme sympathisants de l’ennemi, pour les faire apparaitre comme des traitres. S’il y a un Jaurès parmi eux, c’est-à-dire un pacifiste de renom qui pourrait être écouté, il se trouvera toujours un illuminé sortant d’on ne sait où pour le réduire au silence. Tout ceci doit se passer dans une atmosphère spéciale. Les niveaux d’alerte doivent donc être rehaussés afin de maintenir un minimum de sentiment d’insécurité favorisant la réceptivité aux messages. La visibilité des forces de l’ordre ou de l’armée aura également un effet intimidant sur les réfractaires cités plus haut.
Au terme de cette phase initiale, les dirigeants auront réussi à faire en sorte que la Nation soit identifiée à eux. Elle parlera et agira désormais à travers eux. L’expression : « L’Etat c’est moi » prendra alors tout son sens. Toute remise en cause des discours officiels équivaudra à une trahison. Pour qui aime le pouvoir, que peut-il espérer de mieux ? Le pouvoir absolu. Le rêve de tout dictateur.  On comprend mieux pourquoi chaque nouveau président veut sa guerre et pourquoi il se précipite pour la faire dès qu’il en obtient le feu vert.


http://avicennesy.wordpress.com/2013/01/22/la-guerre-dabord-une-guerre-contre-le-peuple/
http://www.alterinfo.net/La-guerre-d-abord-une-guerre-contre-le-peuple_a85976.html*
.
Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 05:13

Publié sur mon blog officiel :

 

 

http://honneur-patrie.com/

.

 

La grande colère de militaires

Le ras-le-bol contre la France vendue

à l'UE, aux USA, à la GB, à Israël

 

 

Il y a comme un malaise…

 

Je suis allé sur le site de l’Elysée http://www.elysee.fr/  et… surprise… ! Même plus de drapeau français sur le site sensé représenter la France ! Vous pouvez vérifier par vous-même ! Alors quel intérêt à conserver notre nationalité française ? Ils ont vendu notre Patrie ! Vendue à l’Europe, vendue au USA, vendue aux anglo-saxons et surtout vendue à Israël ! Nos dirigeants ne sont que des traîtres au service du Nouvel Ordre Mondial. Je comprends l’attitude de G. Depardieu d’opter pour la nationalité Russe. Nous n’avons aucune leçon à donner à ce pays, qui est devenu une grande démocratie, mais très critiqué car, refus total de s’aligner sur l’occident corrompu !


Où est la grandeur de la France ? Désintégrée par les Sarkozy, Hollande et consort…

 

Ce midi, pour une des rares fois que j’écoutais les infos, j’ai entendu que les réformes de l’éducation nationale se feront au niveau des 1ères années du primaire, pour apprendre aux jeunes à respecter les règles. Quelles règles, les nouvelles règles du N.O.M., les règles pour devenir de parfaits « toutous », des robots bien huilés à 500 €/mois ? De la chair à canon missiles chimiques, pour le compte d’Areva, Total, Elf, Monsanto Goldman Sachs etc

 

La fiction devient réalité…

 

Pour 2013, je souhaite la mort à ces membres de ce gouvernement de pourris ! Qu’ils crèvent avec des fourmis rouges plein la gueule !

 

des dizaines de fourmis rouges à bout noir fait photographier à Sydney, en Australie Banque d'images - 1591656


 

http://honneur-patrie.com/.

 

 

Sarko-USAMême maltraitée par des usages inappropriés, la langue reste un lieu et un enjeu de  pouvoir. Le souci de la langue a longtemps été une priorité de l’Etat français, qui avait compris à quel point son efficacité et son prestige dépendaient de la maîtrise et de l’imposition d’un idiome considéré comme porteur à la fois d’un système politique et d’une vision du monde: la langue française telle qu’elle fut définie par l’Académie Française à la fin du XVIIème siècle fut l’instrument d’une reconnaissance sociale par la culture; le français de la IIIème République naissante fut la pierre de touche d’un régime qui, pour la première fois, avait uniformisé une nation aux particularismes affirmés.

 

Le début du XXIème siècle, après les errements de la fin du XXème, semble sonner le glas de cette tradition à la fois régalienne et civilisatrice. Un exemple caricatural va le montrer. Courant novembre 2010, les militaires français se sont vu remettre un dépliant illustré sur la “mission” actuellement en cours en Afghanistan intitulé France’s commitment in Afghanistan: a comprehensive approach for the Afghan People… Ils ont sans doute pensé au départ à un canular. Le double cartouche de la dernière page, frappé d’une Marianne encore tricolore, les a ramenés à la réalité: c’est bien le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (!!!) et le Ministère de la Défense qui ont commis l’opuscule. “Impossible mais pas français”, disait paraît-il Napoléon. L’Empereur a été entendu mais on peut douter que ce soit dans le sens qu’il eût souhaité.

 

Deux ministères français peuvent désormais s’associer pour produire dans une langue qui n’est pas choisie au hasard un opuscule à destination des Afghans (auxquels on explique, bons princes, que, grâce à la coalition, ils progressent dans leur aptitude à lire toute forme d’écrit: la guerre américaine comme vecteur de culture, il fallait y penser...). L’Etat français a donc décidé de pousser jusqu’à l’absurde sa logique de soumission à l’empire américain et au pseudo modèle qu’il incarne. On n’adopte pas la langue de l’ennemi: même Vichy rédigeait sa propagande en français. Si on l’adopte, c’est qu’on a renoncé à se définir selon son identité nationale (un thème récurrent du discours sarkozyen pourtant). Notre gouvernement, ou ce qui en tient lieu, jette le masque sur plusieurs points:

 

- il viole la Constitution de 1958 qui, en son article 2, stipule que “le français est la langue de la République”

- il rompt le pacte républicain, qui fait de l’Etat le garant et l’interprète de la nation, au nom de laquelle il s’exprime dans sa langue

- il humilie son armée, réduite de façon explicite à n’être qu’un supplétif de forces onusiennes qui parlent américain, dans une guerre où elle ne défend aucun de nos intérêts fondamentaux.

 

Tout cela a bien entendu une cohérence. La cancérisation progressive de nos sociétés par le simili-anglais “officiel” répond à un objectif. Non pas celui d’instiller une langue de culture, comme pouvait l’être le français au XVIIIème siècle: l’anglais qu’on tend à imposer dans nos écoles, nos administrations et maintenant notre armée n’a pas plus à voir avec la langue de Shakespeare que le français de Sarkozy avec celui de Racine. L’anglais qu’on promeut dans les écoles de commerce et les séminaires gouvernementaux est un vague “globish” digne du volapuk bruxellois dont se gaussait le général de Gaulle et qui vise à introduire la “world culture” la plus inepte et la plus fade dans les cultures qui résistent encore à la mondialisation capitaliste. Ce globish n’est pas par hasard à connotation anglo-saxonne: il est la langue de la puissance américaine qui, après avoir fait croire qu’elle avait gagné la Seconde Guerre Mondialepour sauver les démocraties, s’est comportée avec l’arrogance que l’on sait depuis l’effondrement du monde communiste. On pourrait rire de cette collaboration d’Etat avec l’empire des marchands yankees qui a tout de même le bon goût de s’effondrer peu à peu. On peut aussi, sans verser dans un nationalisme à la Déroulède, en être profondément révulsé.

 

Au tribunal de l’Histoire, Nicolas Sarkozy et le “gang” dont il est l’émanation seront traduits, à n’en pas douter, pour intelligence avec une puissance étrangère et trahison de l’intérêt national. Il ne tient qu’à notre génération de les déférer devant une juridiction plus concrète….

 

 

Davos : J'apprends à l'instant sur France24, que les 100 plus grosses fortunes ont gagné 240 milliards de dollars en 2012 ! Notre monde est tombé sur la tête.  Et les peuples comme l'avenir de l'humanité doivent être sacrifiés à la voracité de cette Oligarchie sans scrupules ? Chantal Dupille

 

Un an de leurs revenus... éradiquerait quatre fois la pauvreté mondialewww.combourse.com/.../Un_an_de_leurs_revenus_eradiquerait_quat...

Un an de leurs revenus... éradiquerait quatre fois la pauvreté mondiale
D'après Oxfam, les revenus nets des 100 personnes les plus riches du monde ont atteint 240 milliards de dollars en 2012.

http://www.forumfr.com/sujet504141-un-an-de-leurs-revenus-eradiquerait-quatre-fois-la-pauvrete-mondiale.html

 

.

 

Honneur et Patrie  

 

Le blog :

http://honneuretpatrie.over-blog.fr 

  La liberté

Repost 0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 05:06

 

 

Article que j'ai écrit sur mon blog officiel (eva)

 

François Hollande : Déjà 4 promesses non tenues

  (à peine élu !)

HOLLANDE4.promesses-non-tenues-jpg.jpg

 

 

 

Les pantins menteurs qui nous gouvernent

Par Chantal Dupille


Il est loin, le temps des de Gaulle, Mitterrand, Chirac-de Villepin ! Aujourd'hui, notre pays occupé, modelé  par les Talmudistes du CRIF et les agents atlantistes du Nouvel Ordre Mondial, a à sa tête des hommes spécialement choisis pour berner les Français et museler leur âme volontiers frondeuse. Et c'est ainsi que tous les postes clés sont occupés par ces taupes : De Sarkozy-Kouchner à Copé-Jacob, de DSK à Hollande-Valls-Fabius-Delanoë-Hidalgo-Huchon-Desir... Sans parler de ceux, comme un Attali ou un Cohn-Bendit, qui s'infiltrent partout  pour orienter notre politique dans le sens de toujours plus d'Europe des banksters,  toujours plus de libéralisme forcené, toujours plus de saccage de la nature, toujours plus de guerres avec des armes de destruction massive et des mercenaires sanguinaires, toujours plus de réformes mondialistes préparant le Nouvel Ordre Mondial totalitaire et mortifère. Ainsi, notre pays est gangrené jusqu'à la moelle, et il a entamé la destruction systématique de toutes ses valeurs et de toutes ses traditions.  Le monde ricane de sa décrépitude.... Pas les militaires français ! (La colère des militaires contre la France vendue à l'UE, aux USA, à Israël)

 

Tout doit être uniformisé, soumis au Gouvernement totalitaire en gestation. Pour cela, plusieurs méthodes : Assassiner les hommes libres au service de leur pays (de ML King et Kennedy aux Lunumba-Mossadegh-Allende etc), renverser par des Révolutions de couleurs ou des coups d'Etat les dirigeants non-alignés (par ex Chevardnadzé en Georgie, ou plus récemment au Paraguay et au Honduras) sinon par des guerres (Irak, Libye, Syrie..), probablement "empoisonner" des insoumis (d'Arafat à Chavez en passant par tous les chefs d'Etat latino-américains, du Brésil, d'Argentine..), s'arranger pour écarter les dictateurs accaparant les richesses au lieu de les offrir aux multinationales (Egypte, Tunisie...), car on ne peut pas attaquer tous les pays récalcitrants (coût des guerres, d'ailleurs de plus en plus sous-traitées notamment en France vassalisée).  

 

Et donc, nous avons aujourd'hui, à la place du tandem Sarkozy-Kouchner, les sayanim Hollande, Valls, Fabius, et tous les autres.

 

Ces pantins de l'Oligarchie, téléguidés par elle, se retrouvent dans des Clubs fermés aux victimes des politiques mondialistes (comme Le Siècle), ou dans les cercles francs-maçons. Ils sont choisis pour leur ambition, leur opportunisme, leur allégeance, leur servilité, leur prestance, leur verbe (haut, et efficace, les avocats sont très recherchés), leur cynisme, leur capacité à mentir, dissimuler, tromper, berner, etc.

 

 

Prennent-ils alors des cours du soir au fond d’une même loge pour réciter ensuite inlassablement leur texte devant micros et caméras ? Quoi qu’il en soit ils sont à la même école, celle des bellicistes et des saigneurs où le Sophisme et le Mensonge en sont les matières principales. Ainsi si vous remplacez Fabius par BHL, un intermittent, un magnétophone, un perroquet ou un cyborg, le discours et le résultat seront strictement identiques. Froid, fat, sans pitié, menteur, inhumain, méprisant le droit international, celui des droits de l’Homme et la diplomatie, Laurent Fabius savoure ainsi son retour sur la scénette politique dans son rôle de petit-chef exécutant les ordres de ses supérieurs (invisibles) tel un robot préprogrammé. Mais si sa fierté est criante et que son ego délétère a tué sa propre nature humaine, le ministre de la Guerre, et non celui des Affaires étrangères, se fout également royalement que la France et les Français coulent sous le poids de la dette en s’enfonçant inexorablement vers les abysses puisqu‘il compte soutenir financièrement les tueurs mercenaires d‘Al Qaïda en Syrie et qu'il exhorte à la guerre. Si les sionistes veulent surpasser Alexandre le Grand en éliminant encore plus de rivaux que lui, conquérir leurs pays, leurs richesses, agrandir leur empire et faire de Jérusalem la capitale de l'Univers, où Fafa va-t-il trouver l’argent pour les y aider si les caisses percées depuis 40 ans sont pleines de vide ? Pas de soucis  ! Il suffit d’emprunter à ses maîtres en creusant la dette afin de générer des intérêts que les contribuables français, leurs enfants et petits-enfants rembourseront ensuite gentiment. Ainsi l’incurie et l’allégeance successives des dits décideurs politiques nous mènent de facto dans le sillage des pays européens touchés et coulés par les sicaires-sionistes de la Finance . Fabius a donc la même pathologie que ces hordes de néo-guerriers en chemise et cravate et veut lui aussi en découdre avec le reste du monde et tout particulièrement avec la Syrie. Le motif avancé pour faire bombarder et tuer humanitairement des millions de civils innocents, au prétexte de leur offrir enfin une liberté posthume, est que ce peuple serait gouverné lui aussi par un tyran-boucher-charcutier qui ferait du tartare et de la chair à pâté avec ses concitoyens. Pire, il aurait des ADM pour faire de son pays un abattoir géant. Quand nous savons qui met au point, qui détient, qui utilise et qui vend ces armes biologiques, évidemment, les vrais bouchers ne sont pas ceux que l’on croit. Malheureusement, si cette farce avariée est resservie systématiquement reste qu’une grande partie de l’opinion la digère avec aisance et en redemande encore et encore. Mais qui sait si demain Hollande (ou un autre) ne passera pas de Flanby à Boucher-tyran après avoir été accusé par un BHL de massacrer son propre peuple. - Source :  Fabius ou BHL qu'elle est la différence ? .http://www.diatala.org/article-fabius-ou-bhl-quelle-difference-109938916.html

 

Et c'est ainsi que nous avons un Hollande qui cache admirablement son double jeu sous une apparence joviale, un Fabius hypocrite et pathelin à souhait, mielleux, passé maître dans l'art de mentir, de contaminer sang ou discours sous les prétextes les plus fallacieux, capable, par opportunisme,  de prétendre représenter l'aile gauche du PS alors qu'il est ultra-libéral et sans scrupules, complétement inféodé aux intérêts de Tel-Aviv, ou encore l'"inquiétant" (1) Valls qui, si par malheur il dirigeait un jour la France, en ferait une "République" d'essence nazie, totalitaire, raciste, haineuse, impitoyable envers les faibles, et obséquieuse envers les nantis. 

 

Et cette brochette de laquais de l'Europe de Bruxelles, du mondialisme sauvage anglo-saxon, des guerres messianiques (de domination et d'appropriation des richesses chères aux Talmudistes), et plus généralement du Nouvel Ordre Mondial usraélien profondément nazi - cette brochette, donc, sévit dans notre pays pour le métamorphoser, le dénaturer, l'aligner, le vassaliser, le piller, et lui faire prendre la tête des croisades néoconservatrices les plus criminelles, hors-la-loi, meurtrières, comme en Syrie, où les mercenaires fanatisés sont envoyés détruire cet Etat souverain, commettre des attentats, égorger les civils ou les prendre comme otages ou comme boucliers humains, torturer,  faire les pires atrocités en les mettant, via les médias occidentaux collabos, sur le compte de Bachar-el-Assad qui défend courageusement son pays attaqué, au péril de sa vie. 

 

Et notre pays est désormais si corrompu, que même les Syndicats trahissent les intérêts de ceux qu'ils sont chargés de défendre, et leurs dirigeants sont ensuite promus aux postes les plus en vue, les plus éloignés des tâches pour lesquelles ils avaient été élus.

 

Ainsi, dans tous les secteurs, au Parlement comme au sommet de l'Etat, dans les Médias comme dans les Syndicats, partout, donc, on trouve les pantins de l'Oligarchie piétinant allégrement leur mandat ou leur fonction, trahissant sans vergogne ceux qui leur ont fait confiance, et se vendant aux intérêts étrangers - anglo-saxons ou israéliens.

 

Et ainsi, aussi, tout va pour le mieux pour ces marionnettes dans le pire des mondes modelé par eux au service des intérêts d'une minorité de prédateurs relevant d'une vraie Cour de Justice internationale .

 

Chantal Dupille

 

http://chantaldupille.over-blog.com

 

(1) Dixit Catherine NAY sur C Dans l'Air

 

TAGS : Sarkozy, Kouchner, Copé, Jacob, DSK, Hollande, Valls, Fabius, Delanoë, Hidalgo, Huchon, Desir, Lunumba, Mossadegh, Allende, MLK, Chirac, de Gaulle, Mitterrand, Egypte, Syrie, Tunisie, Paraguay, Honduras, Israël, Etats-Unis, France, Syndicats, Europe, Bruxelles, Nouvel Ordre Mondial, mensonges, BHL, Chavez, Brésil, Argentine, Médias, Le Siècle, Révolutions de couleurs, guerres, ML King, Arafat, CRIF, Catherine Nay, mondialistes, Attali, Cohn-Bendit, Irak, Libye, Georgie, Francs-Maçons, nazi, totalitaire, Talmudiste, messianique, croisades, néoconservateurs...

 

 

Des hommes sont à l’origine du RACKET actuel

qui se traduit par chômage de masse et misère

BNP Paribas : le conseil d’administration vient de nommer président d’honneur Michel Pébereau, qui a quitté le même jour la présidence de la banque française, et désigné deux nouveaux DG délégués.

Qui mettra un jour les projecteurs sur ce personnage qui est aujourd’hui l’un des responsables patents de la crise actuelle?

Pourquoi l’Etat a-t-il abandonné en 1973, la possibilité de financer lui-même son déficit au profit d’établissements privés sous contrôle du CARTEL BANCAIRE ?

Battre la monnaie est un droit régalien, souverain, élémentaire. L’hypocrisie et l’absurdité du système actuel réside dans le fait que l’Etat possède la Banque de France mais n’utilise pas le pouvoir d’émission pour ses besoins –sous prétexte de risque inflationniste. Il préfère emprunter au secteur financier privé, qui lui aussi peut créer de la  monnaie, générant aussi de l’inflation. La différence se trouve dans  les intérêts payés à ces créanciers privés !

- La réponse de Valéry Giscard d’Estaing, ministre de l’Economie et des Finances en 1973, sur son blog est intéressante : on y apprend qu’il a réalisé « une réforme moderne », qu’ « il s’agissait à l’époque de constituer un véritable marché des titres à court, moyen et long terme, qu’il soit émis par une entité privée ou publique ». Il affirme qu’il est préférable de remplacer « une simple émission monétaire » (emprunter à sa propre banque centrale) par « un endettement visible et structuré » (auprès d’établissements privés). Sans quoi ce serait laisser la porte ouverte à « l’inflation des années 50 » !

- Georges Pompidou, président de la République au moment des faits, fut dans les années 50 et au début des années 60 (sauf interruption du 1er juin 1958 au 7 janvier 1959), directeur général de la banque M.M. Rothschild Frères (1956-1962) et administrateur des nombreuses sociétés du groupe Rothschild (Société anonyme de gérance et d’armement, 1954-1962 ; Compagnie du chemin de fer du Nord, 1955-1962 ; Société Rateau, 1957-1962 ; Compagnie franco-africaine de recherches pétrolières françaises). Il fut aussi président de la Société d’investissement du Nord et vice-président de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans, de 1959 à 1962.

- Michel Pébereau était en 1973 le conseiller technique du ministre Giscard. Il participa à la privatisation du CCF et de la BNP, qu’il présida toutes les deux, ainsi qu’à la création de BNP Paribas. Il fait parti d’un certain nombre de conseils d’administrations (Total, Lafarge, Compagnie de Saint-Gobin, Laboratoires Pierre Fabre), du conseil de surveillance d’Axa. Il représente l’Etat à EADS. Il est président des deux cercles de réflexions (think tank): l’Institut de l’Entreprise et de l’Institut Aspen France. Il est aussi membre du club Le siècle. Son frère Georges fût impliqué dans « l’affaire de la Société Générale » (fin des années 80) dans laquelle un autre Georges, Soros de son état, fut condamné à payer 2,2 millions d’euros pour délit d’initié. En 2005, Michel Pébereau a présidé une commission sur la dette publique… (Source)

Comme tout devient clair… pour éclairer la situation actuelle.

Ah ! Si les intérêts de la dette n’existaient pas ! Heureusement que les banquiers internationaux, pardon les MARCHES, ont des complices un peu partout pour faire avancer leur beau projet de Nouvel Ordre Mondial… Car vous savez bien que nous irons vers ce NOM (…de la Bête) et que personne ne pourra s’y opposer. Cela vous rappelle-t-il quelqu’un ? (Note de Chantal : Il s'agit de Sarkozy) 

 


gifhol6

Repost 0

Présentation

  • : Le blog d' Eva, R-sistons à la crise
  • Le blog d' Eva,  R-sistons à la crise
  • : Tout sur la crise financière, économique, sanitaire, sociale, morale etc. Infos et analyses d'actualité. Et conseils, tuyaux, pour s'adapter à la crise, éventuellement au chaos, et même survivre en cas de guerre le cas échéant. Et des pistes, des alternatives au Système, pas forcément utopiques. A défaut de le changer ! Un blog d'utilité publique.
  • Contact

Recherche